Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Onze discours sur l'Europe, 1982-1995

 | 
François Mitterrand

Séance de clôture des Assises de la Confédération européenne

Texte intégral

1Prague, 14 juin 1991

2Monsieur le Président de la République Tchécoslovaque,

3Monsieur le Président,

4Mesdames et Messieurs,

5Une éminente personnalité tchécoslovaque nous rappelait tout à l’heure qu’il y a cinq siècles, en 1463, un ambassadeur remettait au roi de France, Louis XI, un traité d’alliance et de confédération entre les souverains européens, projet destiné à bannir la guerre et à concourir au relèvement de l’Europe. Partout les ambassadeurs du même souverain se rendirent ainsi auprès du roi, du prince, de l’empereur qui à l’époque dirigeait son pays. Vous vous souvenez sans doute que l’auteur de ce plan, le premier dont l’histoire ait conservé la trace, était le roi de Bohême Georges de Podiebrad. Faute d’avoir eu les concours escomptés, cette démarche resta sans lendemain. De 1463 à 1991, beaucoup d’autres événements se sont produits, qui ne sont pas tous allés dans le sens de l’union de l’Europe. À faire le compte des déboires que cela nous a valus, on peut penser que ce projet était le bienvenu et qu’à quelques siècles de distance, il méritait d’être examiné. C’est ce que nous faisons. Nous relevons l’héritage et nous souhaitons avec vous, Mesdames et Messieurs, le porter plus loin.

6C’est pourquoi Prague est aujourd’hui au cœur d’une vaste réflexion sur l’organisation de l’Europe. Le Président Havel doit en être remercié, puisqu’il a accepté, en septembre 1990, de recevoir cette première manifestation paneuropéenne — la première, sur le plan où nous nous situons — et de lui offrir l’hospitalité. Dois-je rappeler l’histoire ? Cela a déjà été fait excellemment, en particulier par monsieur Stanley Hoffmann, il y a un moment. Le sommet de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, à Paris, a marqué le point final de la guerre froide ; c’était tout simplement l’an dernier. Les Assises de Prague sont les premières rencontres des Européens rassemblés.

7Je tiens donc à vous dire ma gratitude d’avoir bien voulu renoncer, pendant près de trois jours, à des activités importantes pour venir ici débattre de l’avenir. Pourquoi avons-nous fait appel à vous ? D’abord parce que vous êtes des artisans engagés de l’Europe, parce que les problèmes concrets que vous avez à résoudre doivent naturellement vous porter à des propositions imaginatives. Et parce que vous n’avez attendu personne pour vous mettre en mouvement.

8Ces Assises viennent d’être comme une caisse de résonance des aspirations, des sensibilités communes à tous les Européens. Je souhaite qu’elles soient aussi un signal donné à une nouvelle génération de pionniers de l’Europe. Notre continent, chacun le sait bien, n’aurait pas connu les retrouvailles actuelles sans le concours, que dis-je, sans le mouvement, la révolte des peuples eux-mêmes. Rares sont les révolutions réussies qui ont été le fruit de mouvements populaires spontanés. Bien entendu, ces mouvements populaires s’étaient formés dans le refus d’un système abhorré. Ces retrouvailles n’auraient pas eu lieu non plus sans l’existence, un peu partout, de courageux défenseurs de la liberté dans chacun des pays en cause ; ces courageux défenseurs qui ont risqué leur liberté, leur vie, qui ont souffert de bien des tortures physiques et morales, qui aimaient leur patrie et qui aimaient la liberté. Tous n’ont pas eu la joie de la voir triompher.

9Rien n’aurait été possible non plus sans les États ; je veux dire les États qui, sur divers terrains en particulier avec la Charte de l’Europe nouvelle, celle que j’évoquais il y a un moment, au Sommet de Paris, en novembre 90 et qui a couronné quinze ans d’efforts — ont répondu à cette attente. L’acquis est considérable, chacun en mesure la portée. La réunion à Berlin, la semaine prochaine, des ministres des Affaires étrangères de la C.S.C.E. permettra de donner vie aux institutions crées l’an dernier : un Conseil des ministres, un secrétariat, un centre de prévention des conflits, un mécanisme de règlement des différends et, par la suite, une assemblée parlementaire.

10Seulement, si ces objectifs ambitieux commencent à poindre à l’horizon, nous ne sommes qu’à mi-parcours. Je crois tout à fait nécessaire que l’Europe sorte enfin d’un interminable après-guerre et qu’elle se retrouve, selon une expression que j’ai déjà employée, dans sa géographie, qu’elle rentre enfin dans son histoire. C’est une tâche immense et assez difficile, si j’en juge par les avis divers qui ont été exprimés parmi vous.

11Les Européens ont souvent quelque peine à se reconnaître pour tels. Or, après la foudroyante accélération de 1989-1990, il semble que l’histoire que j’évoque marque le pas. Une sorte de désenchantement s’empare des esprits. Le formidable courant de sympathie qui avait accueilli les révolutions de la liberté ne s’est pas transformé en un égal élan, c’est le moins que l’on puisse dire, de solidarité. La banalisation nous guette, malgré de grandes avancées. L’appel à la solidarité a quand même été entendu par la Communauté européenne des Douze, qui a mis en chantier de nouveaux accords d’association avec les pays d’Europe centrale et orientale. Le groupe des Vingt-quatre a mobilisé une aide financière importante. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement, créée à cet effet, s’est réunie dans de très brefs délais. Elle est aujourd’hui au travail.

12La question est posée : ces efforts suffiront-ils à répondre à la demande de reconnaissance de pays que gagne un sentiment croissant d’isolement et de précarité ? Et si nous décevons leur attente, ces pays ne seront-ils pas tentés par la fuite en avant vers des modèles économiques idéalisés, dont ils attendent d’illusoires miracles ? Je pense qu’ils se garderont de toute régression vers un passé mythifié ; ils n’oublieront pas de quel drame il fut marqué. J’élimine cette hypothèse, mais je n’élimine pas les mystères de l’inconnu, les tentations multiples ; car ce n’est pas avec les recettes et les nostalgies du XIXe siècle que l’on entrera dans le XXIe.

13Si nous restons inertes, que se passera-t-il ? Faute d’un effort durable de réorganisation économique, la solidarité continentale sera compromise ; on verra se creuser — on voit se creuser — le fossé entre l’Europe de la prospérité et celle des exclus, entre les régions gagnantes et les régions perdantes. En dépit des efforts, des sommes consenties, la réalité est là : faute d’un moyen structurel, c’est ce fossé qui s’élargit. Comme chacun des pays prospères est lui-même embarrassé par une fin de crise qui dure encore, pourquoi, pensent-ils souvent, se saigner au bénéfice d’autrui ?

14Voilà de nouvelles disparités qui seront à leur tour autant de sources d’instabilité politique et d’incompréhension culturelle ; prétexte commode pour tous ceux, il en est partout, qui refusent les changements et l’ouverture à l’Europe, en Europe, pour l’Europe. Déjà l’éclosion d’aspirations trop longtemps bridées réveille partout de vieilles tensions : on a l’impression qu’est en train de se reconstituer en plus mal, en moins ordonné, la carte politique d’avant 1914, ou de 1919. La logique de l’émiettement et de la division risque de l’emporter sur celle de la réconciliation et du rassemblement. Eh bien cela, à mes yeux, c’est le scénario de l’inacceptable. Il faut le récuser. Aucune fatalité ne nous y conduit. Les pays de l’Europe centrale et orientale dont je parlais ne sont pas des êtres vierges, voués à la convoitise de nouveaux conquérants ou à l’assistance de nouveaux protecteurs. L’Europe manque encore cruellement d’une vision d’ensemble d’elle-même.

15Il faut que se forge une perspective claire, qui donne sens à un effort commun, à une volonté d’entente, d’œuvre commune dont vous vous êtes fait l’écho par vos travaux, vos débats, vos échanges. Si je laissais l’imagination dessiner toute seule les lignes de force de cette Europe future, je dirais d’abord : que viennent des États, assurés de leur sécurité et de leur intégrité, unis par des liens librement consentis, sur une base d’égalité et de réciprocité, liens dans lesquels seront résolus les tensions et les conflits par la voie de la conciliation et de l’arbitrage. On commence à bien s’en occuper.

16Que viennent ensuite des sociétés pacifiées où chaque citoyen, reconnu pour ce qu’il est, dans un État de droit dûment établi, doit pouvoir s’épanouir pleinement, où les minorités devront jouir de garanties et de protection pour que nul ne se sente laissé sur le bord du chemin de l’Histoire.

17Que vienne un espace unifié, où la géographie retrouvera ses droits trop longtemps occultés par l’idéologie, par la puissance dominante. Il serait bon que le voisinage soit praticable, sans qu’il faille s’abaisser devant le seigneur d’à côté ; que les femmes et les hommes circulent, communiquent librement.

18Que viennent de grands chantiers d’intérêt commun, de dimension continentale, qui restituent à notre territoire sa continuité physique. C’était bien ce dont vous parliez, lorsqu’il s’agissait des moyens de communication et de l’environnement.

19Enfin, que vienne une civilisation avec ses cultures qui, mettant les technologies d’avenir au service de notre patrimoine, retrouvera vigueur et rayonnement. Je répète, pour m’en tenir là : des États sûrs, intègres, libres ; des sociétés pacifiées, pour les individus et pour les collectivités, surtout minoritaires ; dans un espace unifié, de grands chantiers où nous travaillerons ensemble ; une civilisation commune, riche de la diversité des cultures.

20On me dira : cette vision, c’est une utopie ! Mais qu’est-ce qu’une utopie ? Ou bien c’est une absurdité, et le temps se chargera de nous répondre — et vite. Ou bien, ce n’est que l’anticipation d’un nouvel état possible. Si se produisent un sursaut de conscience et un sursaut des volontés, en ce moment unique où tout est possible en Europe, alors, dans des années dont je n’estimerai pas le nombre, l’utopie sera réalité. Et beaucoup d’entre vous la connaîtront.

21Je pense que tous les États démocratiques ont vocation à appartenir au même ensemble. Je n’exclus personne des échanges, des relations humaines, des pactes, des accords. Mais s’il s’agit de créer un ensemble structuré, il s’agit bien — nul ne s’y trompera — d’États démocratiques.

22L’Europe a besoin d’un horizon, elle a besoin d’une méthode de travail, elle a besoin d’une ambition mobilisatrice, elle a besoin d’actions immédiatement utiles. À vrai dire, peu importe le nom, peu importera le nom : l’invention est libre. Je ne sais si je dois consentir aux juristes le soin de trancher ; ce serait imprudent ! Ils n’y parviendraient pas... L’Histoire se fait comme cela, souvent d’elle-même, et les mots viennent à l’esprit quand la chose se fait. J’ai employé le mot de “confédération”, parce qu’il représente un minimum de contenu juridique. On me l’a reproché. Est-ce qu’il rappelle de mauvais souvenirs à certains d’entre vous ? Peut-être. Tenons-nous-en aux formules juridiques institutionnelles, dans leurs principes et pas nécessairement dans leurs applications, sans quoi nous réfuterions tout vocabulaire. Et constatons simplement qu’il faut des structures très souples — ce que je recommande —, et limitées pour éviter le retour en masse d’une bureaucratie qui elle-même serait étouffante. On n’y survivrait pas.

23La Confédération, est-ce bien, est-ce mal ? J’ai entendu parler autrefois de Confédération dans les États-Unis d’Amérique, de la Confédération germanique, j’ai entendu parler aussi d’une Confédération helvétique. Les nuances sont multiples ; on fera ce qu’on voudra. Ce qui m’intéresse, c’est le contenu et je suis même prêt à voir ce contenu demeurer sans appellation. Enfin il faut savoir s’y reconnaître, savoir de quoi on parle. Au fond, ce que j’attends, c’est un lieu de rencontre, un lieu de rencontre permanent, un centre d’impulsion, un cadre d’initiatives, pour développer l’aménagement physique et humain de notre espace commun. Ce que j’attends, de votre part et de bien d’autres, c’est un effort pour abolir la distance physique et psychologique créée par un demi-siècle de séparation.

24Et je continue de penser, même si je suis disposé à accepter toutes les sémantiques que l’on voudra, que la confédération répond assez bien à cette volonté. Je note au passage que ce terme est revenu naturellement à la bouche des rapporteurs de cinq commissions sur six, ce qui prouve qu’il exprime une volonté concrète facile à traduire.

25On se demande s’il y a place pour de nouvelles institutions en Europe. Je crois plutôt que l’Europe s’édifiera sur des fondations diverses, sur de nombreux piliers, sans quoi elle serait bien fragile. Elle a d’abord besoin de la Communauté européenne, et d’une Communauté européenne plus forte et plus soudée. Je suis de ceux qui aspirent à son unité économique, monétaire et politique. Ce n’est donc pas par soustraction que j’imagine une Confédération. Ce n’est pas que je tienne les autres pour négligeables, ou destinés à un rôle second. Si au bout d’un certain temps, le plus bref possible, je dis bien le plus bref possible — mais cette possibilité sera examinée par ceux qui en ont la charge : Conseil européen, Commission, Parlement —, l’ensemble des pays démocratiques d’Europe était en mesure d’adhérer à la Communauté et d’y adhérer pleinement, et si les membres de la Communauté étaient, eux, en mesure de l’accepter aussi, alors le problème serait réglé. Nous nous retrouverions tous dans le même organisme, la même institution. Dans ce cas-là, on l’appellera Communauté européenne, à moins que d’autres juristes ne pensent que l’expression est la propriété des douze pays ; cela risquerait alors d’être un peu insultant pour les autres. Chacun trouvera le mot qui conviendra. Mais moi, je pense à la Communauté des Douze ou des Treize, des Quatorze, des Quinze. Il y a déjà plusieurs pays demandeurs. Avec prudence, les membres de la Communauté ont estimé qu’avant le 1er janvier 1993, date à laquelle s’ouvrira le grand Marché, il est peut-être sage de régler nos problèmes internes, à nous, les Douze.

26La France a été l’un des artisans de l’accord de Luxembourg en vue de ce Marché unique : ce n’est pas pour lui tourner le dos. Que nul n’essaie d’argumenter en prétendant que la confédération serait un chemin de traverse, choisi pour affaiblir ou pour écarter une Communauté que j’appelle de mes vœux. Alors dépêchez-vous, amis des pays qui n’en sont pas encore, de créer les conditions qui vous permettront d’y être de plein droit. Sans quoi, hors de toute organisation de type confédéral, où serez-vous ? Dans quelles institutions communes ? Où défendrez-vous vos droits, quand il vous faudra signer des accords avec la Communauté ? Chacun des Douze sera maître de votre destin, il peut dire oui, il peut dire non. C’est l’égalité profonde que je vous propose en modèle, égalité en dignité, en souveraineté entre les pays des Douze, où le plus petit pays, où le plus pauvre jouit d’autant de compétences et de droits que le plus riche.

27Tel est l’objectif pour l’Europe tout entière. La démarche est difficile, parce que les disparités s’accumulent. Et ceux qui croient à l’Europe communautaire doivent redouter absolument toutes les tentatives — elles sont multiples et constantes — de faire dériver cet ensemble vers une vague zone de libre-échange, qui détruirait la réalité et l’esprit neuf de la Communauté.

28Cette Communauté s’impose des règles très contraignantes. Elle n’est pas immédiatement accessible à tous. Faudra-t-il donc vivre, pendant des années, avec d’un côté une Communauté puissante qui, pour l’instant, a 340 millions d’habitants, qui s’affirmera de plus en plus comme la première puissance commerciale du monde, qui pourrait devenir, si elle le voulait, la première puissance technologique ou industrielle et, de l’autre, l’Europe du libre-échange, avec l’Union soviétique, dans sa réalité mouvante d’aujourd’hui, et puis les pays d’Europe centrale et orientale ? Ou bien il faut qu’ils adhèrent à la Communauté — et la France facilitera cette entrée, je le leur dis, dans les plus brefs délais, dès lors qu’ils se soumettront aux conditions communes —, ou bien ils vont rester isolés et contraints de subir — même si les mots ne sont jamais prononcés, moi je les dis — la loi du rapport de forces, c’est-àdire les tutelles économiques d’abord, culturelles ensuite, politiques enfin.

29Il existe d’autres organisations qui font très bien leur travail, comme la nouvelle C.S.C.E., où l’on travaille avec nos partenaires américains et canadiens dans les meilleures conditions, surtout pour assurer la sécurité de chacun et de tous ; le Conseil de l’Europe, où l’on consolide les assises d’un État de droit, si possible sur tout le continent ; la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, l’Organisation pour la coopération et le développement économique, la Commission économique des Nations-Unies, que sais-je ? Dans plusieurs de ces organismes, nos amis d’Amérique du Nord sont présents, ils sont toujours les bienvenus, dès lors qu’ils se sentent fils de l’Europe et qu’ils ne souhaitent pas exagérément en être les pères.

30La réunion qui nous a rassemblés est une réunion informelle ; c’est ce que nous avons voulu, avec monsieur Vaclav Havel. Il faut d’abord réfléchir, lancer un mouvement, donner des idées. Vous êtes venus ici pour cela. C’est, je crois, pour cette raison que vous avez un droit éminent non pas à notre gratitude — elle vous est acquise — mais à la gratitude de l’histoire de l’Europe. L’Europe n’est pas en panne d’imagination, vous en administrez la preuve. J’ai dit tout à l’heure que votre travail me paraît très productif ; et j’ai été intéressé par l’espèce de différence de ton qu’il y avait entre les cinq premières commissions et la sixième. Car cette dernière commission traitait d’un problème, au fond, institutionnel ; elle travaillait sur l’abstrait, puisque ce dont elle traitait n’existe pas ; et sur l’abstrait, que d’objections ! Toutes les écoles de pensée s’affrontent. Je suis moi-même de formation juridique — mes frères dans le droit m’autoriseront à dire ce que je dis —, je sais de quoi je parle et je sais que ce milieu est le plus difficile (surtout lorsqu’il vient d’un peu partout) à rassembler autour d’une idée simple. Les cinq autres commissions ont travaillé sur le concret. Elles ont constaté que l’Europe avait des besoins ; alors, elles en ont choisi quelques-uns (elles auraient pu allonger la liste, mais on serait là encore la semaine prochaine) : l’énergie, les moyens de communication, la culture, l’environnement, la circulation des personnes. Si vous en avez parlé, c’est parce qu’aujourd’hui encore personne ne répond à ces questions : on pourrait, je le répète, allonger la liste des secteurs d’activité humaine où l’Europe n’existe pas.

31En vérité, la sagesse de toute démarche est de travailler d’abord de façon concrète. Il faut faire l’inventaire des besoins ; il faudra tenter de répondre à chacun d’entre eux par la mise en commun de moyens, de règles d’action. Il faudra créer des lieux de rencontres et de débats. Il sera toujours temps, quand les faits s’imposeront, de leur donner la forme juridique qui conviendra : de ce point de vue, je suis confiant. Je résumerai mon propos en disant que, si le terme “Forum” semble avoir la faveur de quelques-uns pour les prochaines rencontres, le Forum est un point de départ et la Confédération une finalité. C’est le temps qui me répondra. Nul ici ne le peut, moi non plus.

32Vous avez voulu innover, Mesdames et Messieurs, vous qui êtes de plus en plus rares à avoir connu les pères fondateurs de l’Europe de la Communauté. Faut-il que j’évoque Robert Schuman, qui eut très tôt l’intuition du nécessaire dépassement des frontières entre la France et l’Allemagne ? Croyez-moi, le règlement de ces choses était plus difficile entre l’Allemagne de 1945 et la France de la même année qu’il ne l’est en 1991 entre, par exemple, l’Allemagne et la Tchécoslovaquie, l’Italie et la Hongrie, la France et les autres. Les obstacles sont moins rudes à franchir. On le doit à des hommes et à des femmes de grande audace intellectuelle et de grand courage civique. Je pense à Paul-Henri Spaak qui sut, avec le comité des experts, dessiner l’épure de la communauté économique ; à Maurice Faure, qui préside cette réunion. Devant l’échec, en 1956, il avait fallu inventer — je crois que c’était à Messine — de nouvelles rencontres, de nouvelles commissions, de nouveaux comités d’experts et surtout faire prévaloir une volonté politique. L’année suivante, au nom de la France, il signait le traité de Rome. Faut-il parler de Konrad Adenauer, européen de cœur et de raison, qui avait vécu tant de drames, qui avait supporté tant de bouleversements, tant de déchirements, et qui savait où il fallait aller ? Jean Monnet, De Gasperi ? Je les ai tous connus ; je les écoutais, j’essayais de tirer d’eux leçons et enseignements.

33Permettez-moi à cet égard, avant de terminer, d’évoquer un souvenir personnel : le Congrès de La Haye, en 1948. C’était, c’est le premier congrès européen de l’Histoire. Aucune règle n’avait été fixée. Ce n’étaient pas des représentants des États, c’étaient souvent même des responsables politiques provisoirement éliminés du pouvoir, qui occupaient, en somme, leurs loisirs. Mais ils étaient animés par une pensée puissante qui a bouleversé le monde. Ils étaient quelque cent cinquante — comme aujourd’hui —, sous la présidence de Churchill, ces quelques congressistes sans responsabilités, que je regardais avec des yeux tout agrandis, car on sortait de la guerre. Tous ces noms avaient illustré une époque douloureuse. Il y avait des Allemands, des Français, des Anglais, des Italiens, des Belges — pardonnez-moi ceux que je ne cite pas —, tous ceux qui s’étaient battus la veille. Chacun en portait les stigmates, chacun portait la marque du sang, chacun comptait ses morts, dans sa propre famille. Ils s’étaient entre-tués. Ils étaient là.

34Alors imaginez que ce jour-là, l’un d’entre eux soit arrivé, sortant de sa poche un papier et disant : “Voici, Mesdames et Messieurs, ce que j’entends vous demander” ; et il se serait mis à lire les articles du traité de Rome. Les trois quarts de l’assistance se seraient enfuis en disant : “Mais quelle est cette folie ? Communauté européenne, renonciation à des souverainetés, décisions prises à la majorité, avec un Conseil, avec un exécutif, avec un parlement... Il rêve !”

35C’étaient des hommes et des femmes de bonne volonté, riches d’une expérience vécue, possédés par une foi et un idéal, voilà tout ! Ils ont dit quelque chose de très simple, que certains d’entre vous jugeront très simplet ; ils ont dit ces mots fatidiques dont le contenu est d’un vague effrayant : “Il faut faire l’Europe”. Un peu plus tard, c’était la Communauté du charbon et de l’acier, c’était l’EURATOM et, neuf ans plus tard, c’était entre six pays de l’Europe la fondation, à Rome, de la Communauté européenne. Si tout ce que nous disons était réalisé dans neuf ans, j’en serais très étonné ; ravi, mais étonné.

36Combien de temps faudra-t-il ? Je l’ignore ; mais je vous dis, à mon tour, “il faut faire l’Europe”. Avec le président Havel et d’autres, nous nous y emploierons. Il faudra saisir les gouvernements de propositions, il faudra que s’établisse un rapport sur l’état de l’Europe — de la vraie Europe, pas d’un bout de l’Europe —, il faudra inviter les ministres responsables des secteurs que vous avez visés dans les travaux des commissions à se mettre au travail, il faudra essayer de réaliser des projets, il faudra qu’un jour des chefs d’État et de gouvernement se réunissent, qu’ils passent au stade de l’accord politique.

37Mais n’allons pas trop vite et n’allons pas trop loin. C’est le temps à venir qui me répondra. Je crois que notre démarche a la force de l’évidence et l’audace d’une gageure. L’évidence, c’est que nous sommes du même continent ; nous relevons de la même civilisation ; je pense que nous appartiendrons au même avenir. Les autres sont les bienvenus ; tout conseil est utile, toute expérience aussi, et nous connaissons le prix de l’amitié : nous lui devons le salut. La gageure, c’est de vouloir concilier tant de contrastes, harmoniser tant de singularités, donner force au tout sans affaiblir les parties. Je vais vous offrir une citation : “Ce qu’il y a de moins simple, de moins naturel, de plus artificiel, c’est-à-dire de moins fatal, de plus humain et de plus libre dans le monde, c’est l’Europe”. C’est Michelet, historien français, qui l’a écrit. On ne pouvait mieux dire ! Notre liberté est au prix de cette complexité ; c’est entre ces deux pôles que se définira, que se circonscrira notre avenir. Faisons en sorte qu’à l’orée de l’an 2000, l’homme européen — qu’il soit sédentaire, comme Kant, ou voyageur, comme Érasme —, se sente plus que jamais chez lui partout sur notre continent.

38Je souhaite que Prague, qui a éclairé de sa beauté ces réflexions sévères qui vous ont rassemblés depuis trois jours et qui a été le témoin de tant et tant de grandes pages d’histoire, reste comme le creuset où se sera forgé notre destin, quoi qu’il advienne. Je terminerai sur ces mots qui expriment ma conviction, puisque ma conviction est ma propre volonté et, je l’espère, celle de mon pays : l’Europe se fera, d’abord par les Européens et, pourquoi pas, avec les autres, avec tous ceux qui participent à son histoire, avec tous ceux qui lui assurent vie et sécurité, avec tous ceux qui relèvent de sa culture, avec tous ceux qui lui ajoutent quelque chose, et ils sont nombreux sur la planète.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540