Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Onze discours sur l'Europe, 1982-1995

 | 
François Mitterrand

Avant-propos

Texte intégral

1Giacomo Leopardi note, dans ses Pensieri, que beaucoup d’écrivains ou de causeurs finissent, le temps passant, par s’imiter eux-mêmes et inspirer l’ennui. “Accade nella conversazione come cogli scrittori : molti de’ quali in principo, trovati nuovi di concetti, e di un color proprio, piacciono grandemente ; poi, continuando a leggere, vengono a noia, perchè una parte dei loro scritti è imitazione dell’altra. Così nel conversare...”.

2En acceptant, à la demande de l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici, la publication d’un recueil de mes déclarations et discours sur l’Europe, je prends le risque moi aussi de “venire a noia” et de lasser d’éventuels lecteurs. Je me suis en effet beaucoup répété, depuis le premier Congrès européen de La Haye en 1948, sous la présidence de Winston Churchill, jusqu’à cette présidence française de l’Union européenne dont l’exercice a coïncidé, de manière peut-être symbolique, avec la fin du mandat politique que m’avaient confié les Français.

3Mais, en politique comme en pédagogie, la répétition est sans doute inévitable si l’on veut parvenir à convaincre et entraîner. Et, parce qu’elle doit se fonder sur l’adhésion des citoyens, l’action du responsable politique a besoin de la durée.

4Ainsi en est-il allé de la construction de l’Europe. Il a fallu près d’une génération pour que l’objectif des signataires du traité de Rome, la constitution d’un marché véritablement commun, fût enfin réalisé. Et cet achèvement n’a été possible qu’au prix d’un effort constant de volonté de la part de quelques dirigeants européens. Demain, la poursuite obstinée de cet effort sera encore nécessaire pour donner aux dispositions du traité sur l’Union européenne leur pleine application, qu’il s’agisse de la diplomatie, de la défense, de la citoyenneté ou de la justice. Il en ira de même lorsqu’il s’agira de définir, comme je le crois nécessaire, l’organisation de l’ensemble de notre continent.

5C’est que, contrairement à ce que pensaient certains philosophes des Lumières, le mouvement naturel des choses ne conduit pas spontanément à l’harmonie des citoyens ni à la concorde des peuples. Les tragédies du siècle passé comme les drames du temps présent ont mis les hommes de ma génération à l’abri de ces illusions iréniques et nous savons qu’il faut infiniment moins de temps et d’efforts pour déchirer une société que pour la rebâtir.

6C’est pourquoi je n’ai cessé, avec quelques autres, de pousser à l’édification d’une Europe organisée, capable d’assurer à ses citoyens la paix et la prospérité ; d’une Europe capable aussi de garantir sa défense et l’épanouissement des diverses langues et cultures qui en sont la richesse spirituelle.

7Mémoire commune et volonté partagée, tels sont les ciments de toute construction politique durable. La mémoire ancre les fondations dans le terrain profond de l’Histoire. La volonté est l’arc-boutant qui soutient l’édifice dans son élan. La double fonction du discours politique est d’entretenir l’une et de susciter l’autre.

8Les textes du présent recueil, que l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici me fait le grand honneur de publier, ont été écrits ou prononcés dans cet esprit, avec une seule ambition : celle de contribuer autant qu’il m’était possible à l’édification de l’Europe unie. “Verum et factum convertuntur”, disait Giambattista Vico. Le vrai est ce qui est fait.

9François Mitterrand

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540