Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transitions et subordinations au capitalisme

 | 
Maurice Godelier

La terre et les hommes au Pérou : la vallée du Chancay du xvie au xxe siècle1

Olinda Celestino

Texte intégral

  • 1 Revue internationale des sciences sociales (n° 114, 1987 : 561-579).

1L’étude des processus de transition en Amérique latine tourne souvent autour du caractère imposé du changement social. Il est vrai que le changement y commence par une conquête et se poursuit par ce qu’il est convenu d’appeler la dépendance et la domination ; il est effectivement difficile d’y éluder le rôle de la violence. Cependant, il convient aussi de ne pas systématiquement exclure les formes plus « douces » de transformation sociale sur ce continent.

  • 1 Pour une information géographique plus complète de la vallée, consulter Vidal 1946.

2Notre article porte sur la vallée du Chancay, située à une centaine de kilomètres en aval de Lima, un territoire vaste, une population nombreuse et couvre une très longue période historique1. Il tente de dégager le fil conducteur et de découvrir une certaine logique dans la succession des différentes formes des rapports de l’homme à la terre pour montrer que celui-ci n’avait rien d’éternel ou d’immuable, comme certains types d’études tendent à le faire croire.

TERRITOIRE ET IDENTITÉ LE RAPPORT SYMBIOTIQUE DE L’HOMME À LA TERRE AVANT LA CONQUÊTE ESPAGNOLE

3Avant l’arrivée des Espagnols, à partir de 1531, la terre était considérée comme la « mère nourricière », la Pachamama, de la collectivité. Celle-ci s’identifiait avec son territoire et la terre n’appartenait à personne ; elle était l’identité du groupe et de l’individu.

4La configuration physique de la vallée du Chancay, avec sa rivière qui creuse la vallée et dévale des sommets de la cordillère pour se jeter dans le Pacifique, avait conduit la population à une partition de cet espace : une première division se faisait entre la rive droite et la rive gauche de la rivière, une seconde entre la partie montagneuse et la partie côtière. Le territoire de la vallée du Chancay était donc ainsi divisé en quatre parties distinctes, et les habitants, identifiés aux territoires qu’ils occupaient, se trouvaient eux-mêmes répartis en quatre « chefferies » ou « ethnies ». La partie andine de la rive droite ou allauja de la rivière Chancay, formait le territoire de la chefferie des Pircas ; les Huarales s’identifiaient quant à eux au territoire côtier situé sur cette même rive. La chefferie des Atavillos contrôlait la partie andine de la rive gauche ou ichoc du Chancay, et l’on trouvait enfin les Pasamayos installés dans la partie côtière de cette rive.

  • 2 Sayas : terme quechua qui se réfère à des divisions territoriales dualistes ; dans le cas présent l (...)

5La plus grande diversité des paliers écologiques dans la partie andine qui couvrait tout les étages écologiques entre la chaupi yunga et les sommets de la cordillère avait conduit à une sousdivision de cette partie. Les Pircas et les Atavillos se trouvaient en effet sous-divisés en deux sayas2 : les Hurin habitaient les étages inférieurs de cette partie andine, et les Hanan, les étages supérieurs de ce même territoire. Avant la conquête espagnole, la population de la vallée se distribuait donc de la façon suivante :

6Cependant, il faut mentionner que cette division de l’espace et cette répartition des hommes n’étaient pas aussi tranchées ; en effet, pour permettre aux différentes chefferies d’avoir accès à un maximum de produits différents offerts par l’écologie verticale de la vallée, chacune d’entre elles contrôlait des îlots de terre à des étages écologiques qu’elle ne recouvrait pas, en y installant régulièrement quelques-uns de ses membres, les mitimaes, sorte de colons temporaires (Murra 1975).

7Cette idéologie qui unissait l’individu à un espace déterminé interdisant donc toute séparation de l’homme de ses moyens de reproduction impliquait l’existence d’une organisation sociale en accord avec cette conception et interdisait toute accumulation et différenciation dans le rapport de la collectivité à ses ressources. Cette organisation sociale fonctionnait sur le principe de la redistribution et de la réciprocité entre différents groupes (Murra 1975 ; Wachtel 1971 ; Ortiz de Zuñiya 1967-1972).

8Dans l’ayllu, structure sociale de base de la société pré-coloniale, un personnage était chargé de l’application et du respect de ce principe, le kuraka. Sa fonction était d’attribuer chaque année la parcelle de terre qui revenait à chaque famille de l’ayllu, « d’assurer la paix interne, organiser les rites religieux, veiller à la redistribution des produits... » (Alberti 1974 : 17). En contrepartie de l’exercice de sa fonction, le kuraka recevait le fruit du travail des membres de l’ayllu sur les terres qui lui revenaient. Les avantages de sa position devaient en principe être annulés par l’obligation qu’il avait de redistribuer, lors des fêtes ou en cas de nécessité, tout ce qu’il avait pu accumuler en exerçant sa fonction. Ce système de redistribution annuelle de la terre à chaque famille de la collectivité à travers le kuraka interdisait toute conception d’appropriation privée de la terre et renforçait l’identification de la collectivité avec son territoire.

  • 3 Huacas : lieu ou objet sacré auquel sont rendus des cultes locaux.
  • 4 Pour le concept de « sur-travail », voir Godelier 1985.

9La conquête des chefferies de la vallée par les Incas, modifia peu cette organisation. Aux travaux collectifs ou mit’a que les membres de chaque ayllu réalisaient sur les terres des Huacas3 et du kuraka, vinrent s’ajouter les corvées sur les terres que le conquérant inca avait désignées pour le maintien de l’État et l’entretien de son culte au soleil. La littérature américaniste désigna souvent ces deux parties réduites du territoire de l’ayllu comme « terres de l’Inca » et « terres du culte solaire » leur conférant ainsi un contenu d’appropriation que, selon nous, elles ne présentaient pas. En effet, seule la production issue du travail collectif qui était réalisé sur ces terres allait éventuellement remplir les caisses de l’État inca et pourvoir aux nécessités du culte. La conquête inca ne se traduisit donc, pour les chefferies de la vallée, que par l’obligation d’accomplir un sur-travail collectif sur leur territoire4. Elle ne modifia donc ni la conception du rapport de l’homme andin à la terre, ni son organisation sociale fondamentale. Elle entraîna éventuellement un développement de la productivité dans la vallée, mais l’arrivée du conquérant espagnol brisa cette forme d’évolution.

LE CHOC COLONIAL (XVIe SIÈCLE)

  • 5 La partie côtière comptait approximativement 50 000 habitants avant la conquête. Calcul de Willey, (...)

10Le conquérant espagnol amena au Pérou toute la conception du monde féodal espagnol, et en particulier le mode féodal d’appropriation de la terre. Dans la vallée du Chancay, il s’installa tout d’abord sur la côte décimant, presque par sa seule présence, une grande partie de la population des deux chefferies côtières des Huarales et des Pasamayos5. Dans la partie andine, la population résista mieux aux contacts, d’ailleurs moins fréquents, avec l’Espagnol et cette différence initiale créa les conditions d’une double forme d’évolution entre les parties côtière et andine de la vallée.

L’apparition de la propriété foncière et du marché de la terre

  • 6 Encomendero : Espagnol qui reçoit une faveur royale par laquelle le roi lui confiait les habitants (...)
  • 7 Dotaciones de tierras : les terres d’Indiens décédés revenaient de droit à la Couronne qui les octr (...)
  • 8 Chacras : parcelles de terre cultivées.
  • 9 Il est probable qu’il s’agisse des lomas et des collines bien entretenues où avait lieu le culte de (...)

11Jusqu’aux alentours des années 1550, il semble que l’Espagnol, encomendero6 ou non, n’ait pas eu un intérêt très poussé à devenir propriétaire foncier ; il se contenta de s’approprier richesses, hommes et espaces. Les dotaciones de tierras7 étaient peu appréciées, surtout lorsqu’elles étaient loin de Lima. La majorité des encomenderos de la vallée du Chancay possédaient d’ailleurs des chacras8 dans la vallée du Rimac, près de Lima, et ne voyaient pas encore l’utilité d’en posséder légalement d’autres sur leurs lointaines encomiendas. Cependant, comme il leur fallait d’abord vivre, que la chute démographique sur la côte, ensuite, rendait impossible tout projet d’agriculture mais que le paysage de la partie côtière de la vallée, avec ses collines et ses bosquets9, paraissait favorable à l’élevage, le conquérant devint éleveur. Rapidement, le ganado de Castilla, bovins et ovins, qui se reproduisit bien sur ce nouveau continent, vint modifier le paysage initial. La région côtière fut parsemée de zones destinées à l’élevage et perdit sa physionomie antérieure.

12Pour illustrer ce développement de l’élevage, nous pouvons citer l’exemple d’un des plus grands éleveurs de la vallée, Ruy Barba.

13Ce dernier se consacra à l’élevage vraisemblablement au début des années 1540, c’est-à-dire peu après l’obtention de son titre d’encomendero. En 1553, Garci Barba, fils de Ruy apparaît comme le propriétaire d’un troupeau d’ovins considérable, en pâture près de l’ayllu de Huaral, puisqu’il vend 5 000 têtes à un autre éleveur.

14Vers 1550, le pillage des richesses immédiatement accessibles toucha à sa fin et la politique des conquérants se transforma en un projet colonialiste. Les encomenderos, et plus spécialement ceux de la côte, commencèrent à s’inquiéter de la diminution démographique, et désirant devenir moins dépendants des produits de l’économie indigène, s’intéressèrent, à l’agriculture. A partir de 1550, on assista donc à une subite montée de l’intérêt espagnol pour l’acquisition de terres. Les demandes de dotaciones de tierras affluèrent au Cabildo de Lima. C’est ainsi que l’ordre des Dominicains qui avait reçu l’encomienda côtière de Palpa en 1539, obtient sa transformation en dotación de tierras.

  • 10 Fanegada : 2,85 hectares.

15Du simple pillage des hommes, de leurs richesses et de leur territoire, on était passé au stade de la propriété foncière coloniale. Ruy Barba, Hernando Montenegro et Diego Pizarro reçoivent également des dons de terres de 25 à 30 fanegadas10. Entre 1554 et 1562, trois dons de terres au moins sont attribués à Francisco Camacho, Juan Garcia et au Père Hidalgo, lesquels revendent ces fanegadas à Juan Martinez Rengifo qui amorça ainsi la création de ce qui sera plus tard la grande hacienda Jesus del Valle. En même temps que la propriété privée de la terre, on voit donc apparaître ce qui fut le moteur du développement futur de la partie côtière de la vallée : le marché de la terre.

16Cependant, durant les vingt premières années de la colonisation, les seules terres de culture exploitées furent celles des cinq encomenderos, l’ordre des Dominicains, Ruy Barba, Garci Barba, Aliaga et Ventura Beltran, car eux seuls pouvaient avoir accès à la force de travail indigène à travers le système précolonial de la mit’a transformée par les Espagnols. L’indigène découvrit ainsi le travail forcé sur l’ensemble des terres qui n’étaient plus les siennes ; il découvrit alors que l’on pouvait le séparer de son territoire, c’est-à-dire de lui-même, et que la terre pouvait devenir la « mère nourricière » exclusive d’un « autre ».

17Cette confrontation directe de l’indigène avec la propriété privée ne fut pas la seule cause de bouleversement dans la conception du rapport que l’indigène entretenait jusqu’alors avec la terre. Le réaménagement de son espace par l’Espagnol contribua aussi à rompre le rapport symbiotique de l’indigène avec son territoire.

Les transformations imposées dans la base matérielle et l’organisation sociale de la société indigène : le tributo et les reducciones

18Dès l’arrivée des Espagnols dans la vallée, ceux-ci décomposèrent la mit’a précoloniale en deux parties différenciées ; celle-ci qui n’était que le prélèvement du produit d’un sur-travail sur un territoire déterminé, se dédoubla en obligation pour une partie de la force de travail indigène de se rendre sur les unités de production indiquées par les Espagnols, principalement les mines et les obrages de Canta pour les indigènes de la sierra et les propriétés des encomenderos pour ceux de la partie côtière, et en obligation de fournir annuellement une certaine quantité de la production locale : le tributo. En décomposant la forme double de la mit’a précoloniale entre l’obligation de fournir un sur-travail et la captation d’un sur-produit, l’Espagnol poussait considérablement au developpement de la force de travail indigène à peine commencé avec les Incas.

19Les lois tolédaniennes de 1572 marquèrent le début de transformations qualitatives décisives dans la population indigène ; celles-ci se réalisèrent à travers la création des reducciones d’abord, la monétarisation d’une partie du tributo ensuite, et enfin l’apparition précoce d’un salariat forcé, dont l’objectif unique était d’introduire progressivement dans la société indigène une économie de marché, devenue nécessaire au développement global de la société coloniale.

20Pour cela, il fallait d’abord arrêter l’effondrement démographique de la société indigène en lui offrant la protection de la Couronne. L’Espagnol procéda alors à un aménagement de la population indigène de la vallée. L’objectif des Espagnols, essentiellement politique et économique, était de concentrer la population indigène survivante sur un territoire bien délimité, et d’instaurer les structures agraires et sociales des communes espagnoles. L’indigène se vit donc attribuer une parcelle de terre pour son propre usage, et la collectivité, des terres communales situées autour d’un village de type espagnol. Le résultat de cette imposition en fut de rompre le fonctionnement de l’ancien système de production et d’échange andin, et de pousser inéluctablement la société indigène vers le marché.

21C’est ainsi que furent créées dans la partie côtière de la vallée les deux reducciones de San Juan de Huaral et de Santo Domingo de Aucallama. Dans le haut Chancay, les chefferies furent morcelées et rattachées à d’autres. Les Hanan Pircas furent ainsi divisés en huit reducciones, et rattachés à un autre groupe, les Llacuaces de Yauricocha ; les Hurin Pircas furent regroupés en quatre villages. Sur la rive gauche du Chancay, les Atavillos furent regroupés indistinctement en treize villages. Cette division des chefferies Pircas et Atavillos eut pour conséquence que les sayas Hanan Atavillos et Pircas se virent enfermées sur des terres de pâturage ou sur des terres en majorité non irrigables, à l’exception d’une petite frange située à la limite des yungas froides. Ils perdirent ainsi l’accès aux yungas chaudes où ils cultivaient le maïs, et à l’étage chaupi yunga où ils cultivaient la coca puisque leurs zones avaient été administrativement attribuées aux Hurin Pircas et Atavillos par les Espagnols.

22Plaqué sur la base matérielle indigène qui impliquait une liberté d’accès à un vaste territoire vertical, le modèle féodal de la commune rurale espagnole, qui supposait un certain niveau de la division sociale, ne pouvait fonctionner tant que la forme de l’organisation sociale qui devait l’accompagner ne s’était pas développée sur cette nouvelle base matérielle. L’organisation sociale de l’ayllu continua donc à fonctionner pendant un temps, dans le cadre nouveau de la reducción. Cependant, l’idée de la propriété privée de la terre et l’obligation de passer par un marché commençaient à pénétrer la collectivité indigène marquant ainsi le signe d’une première transformation.

  • 11 Archivo Comunal de Pacaraos, 1596.

23Pour illustrer ce début de transformation, nous pouvons citer un procès en 1596, au cours duquel les Hanan Pircas tentèrent de récupérer l’accès aux terres de maïs qu’ils cultivaient avant l’arrivée des Espagnols, et qui étaient devenues « propriété » des Hurin Pircas11. Dans ce même procès, les Hanan Pircas revendiquent également leur droit à l’accès aux terres de maïs qu’ils cultivaient avant, mais le modèle préhispanique de l’accès libre à l’ensemble du territoire avait été brisé par la reducción ; les Hurin Pircas, se comportant déjà en véritables propriétaires, acceptèrent de céder aux Hanan Pircas un champ de maïs dans la région de Rauri, en échange de la réparation et de l’entretien du pont de Bilcachaca par ces derniers.

24Parallèlement à cette première mesure qui poussait la société indigène vers la pratique du marché, l’Espagnol en imposa une seconde : la monétarisation du tributo. Jusqu’en 1572, le tribute était versé en productos de la tierra, c’est-à-dire produits agricoles ou artisanaux autochtones tels que maïs, pommes de terre, tissus, et en ganado de la tierra, les camélides. Postérieurement, il fut exigé pour une partie en argent, pour une autre en produits d’origine européenne, et pour une dernière enfin en produits autochtones :

  • 12 Archivo General de la Nación, Sección tributos, cuadernos Hanan Pircas, Hurin Atavillos, Contada To (...)
  • 13 Fanegas : 55 litres environ.

Tributes Hanan Pircas et Hurin Atavillos: 157212

Hanan Pircas

Hurin Atavillos

Argent

963 pesos

875 pesos

Ganado de la tierra

81 têtes

46 têtes

Tissu

65 pièces

46 têtes

Maïs

186 fanegas13

Pommes de terre

58 fanegas

Volailles

350 têtes

25Cette transformation dans la forme de règlement du tributo constitua une singulière pression sur la société indigène pour l’introduire, de force, dans le fonctionnement du marché et la pousser vers la production marchande. Pour pouvoir satisfaire à la monétarisation du tributo, l’indigène devait donc, soit vendre une partie de sa production sur un marché, soit vendre une partie de sa force de travail. Pour favoriser le respect et l’accomplissement de la mit’a coloniale, qui était haïe et parfois détournée par la société indigène, les lois tolédaniennes établirent la suppression du caractère gratuit du travail forcé en obligeant à payer un salaire aux mitayos. Ce premier salaire forcé ne constitua pas cependant un premier pas vers l’établissement d’un marché libre du travail, qui n’apparaîtra que beaucoup plus tardivement. La monétarisation du tributo et son complément, l’attribution d’un salaire pour un travail forcé (mais souvent détourné), traduisaient une unique préoccupation pour le pouvoir espagnol : le dégagement d’une force de travail qui lui faisait défaut.

26Quelques dizaines d’années après la conquête, les bases d’un futur développement socio-économique étaient mises en place dans la vallée. Dans la partie côtière, la désertification progressive due à la chute démographique indigène laissait le champ libre au développement de la propriété foncière coloniale. Dans la partie andine, les mécanismes d’exploitation de la réserve de main-d’œuvre indigène étaient lancés. Cependant l’articulation entre ces deux secteurs mit plusieurs siècles à se réaliser.

LE DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME COLONIAL (XVIe-XVIIIe SIÈCLE)

27L’agent principal du développement colonial dans la vallée entre les XVIe et XVIIIe siècles fut le marché de la terre qui se subordonna toutes les autres formes de transformation qui apparurent pendant cette époque.

Le développement de la propriété foncière individuelle sur la côte : dotaciones de tierras, composiciones de tierras, villa et haciendas

28L’effondrement démographique de la population indigène de la côte avait été catastrophique. Une grande partie du territoire avait été vidée de ses habitants, laissant ainsi un vaste espace pour l’installation d’une ville rassemblant tous les Espagnols de la vallée et devenant ainsi centre administratif et politique de l’ensemble de la vallée. La villa fut créée en 1561, sous le gouvernement du vice-roi, le comte de Nieva. Elle comptait alors vingt Espagnols et le pouvoir royal voulut consolider l’implantation des Espagnols dans la vallée en leur attribuant des dotaciones de tierras. En effet, chaque fondateur de la villa reçut un solar pour la construction de sa maison, une cuadra (4 solares) pour son jardin, 40 fanegadas de terres cultivables et un certain nombre d’indigènes qui devaient recevoir un salaire d’un tomin par jour de travail pour les adultes, et d’un demi tomin pour ceux de moins de 18 ans. Paroisses et couvents bénéficiaient également de ce même avantage.

29A la date de la fondation de la villa de Arnedo ou Chancay, il n’existait que deux grandes propriétés espagnoles : Palpa qui appartenait aux dominicains, et Zupillan, propriété de Ruy Barba. Le reste du territoire était réparti entre les vingt fondateurs de la villa – qui avaient donc reçu 40 fanegadas de terres chacun-, les autres encomenderos et les Indiens regroupés sur les deux reducciones qui occupaient encore un vaste territoire. Cependant, le processus de formation des haciendas semble devoir peu au système des dotaciones de tierras qui constituait la forme féodale principale d’accès à la terre pour l’Espagnol jusqu’à la deuxième moitié du XVIe siècle. Il semble en effet, que peu de vecinos originales parvinrent à maintenir et à transmettre leur propriété à leurs héritiers, et on pourrait citer de nombreux cas où le domaine d’un vecino fut vendu avant ou peu après sa mort.

30Le processus de formation des haciendas démarra en fait avec la disparition des familles de vicinos originales. Ces premiers arrivants étaient pauvres, pour la majorité, et malgré l’aide de la Couronne qui les avait fait propriétaires fonciers, ceux-ci ne possédaient même pas le capital minimum pour faire exploiter et fructifier leurs terres. La seconde moitié du XVIe siècle vit alors l’arrivée sur le continent d’une vague de nouveaux colons plus fortunés et demandeurs de terres : vendeurs et acheteurs potentiels se rencontrèrent donc sur le marché côtier de la terre.

  • 14 Censos : dépôt d’un bien ou d’argent à la caisse d’une communauté dont l’utilisation est bien spéci (...)

31Ces nouveaux vecinos ne se limitèrent d’ailleurs pas à l’achat des terres octroyées aux Espagnols premiers fondateurs de la villa ; ils acquirent également des terres indiennes, c’est-à-dire des terres de propriété collective. La première façon, directe, d’acheter des terres indiennes était de s’adresser aux curacas qui tendaient à contrôler plus de terres qu’ils n’en pouvaient exploiter du fait du déclin démographique de la force de travail indigène de la côte à laquelle ils avaient traditionnellement droit. Martinez Rengifo utilisa par exemple ce procédé en 1562, et acheta 40 fanegadas de terre au curaca de Zupillan. Parfois également, des terres de indios del común, c’est-à-dire de la collectivité, étaient mises en vente à la demande du curaca, et le produit de la vente allait, sous forme de censos14, remplir la caisse de la communauté et servait à payer le tributo qui commençait à être monétarisé. Une autre façon, indirecte, d’acquérir des terres indiennes était d’acheter les terres considérées comme vides ou baldias par les inspecteurs de la Couronne. Ce procédé d’achat par vente aux enchères des tierras baldias était appelé la composición de tierras, et le produit de la vente allait à la Couronne.

32A partir de 1590, les composiciones de tierras devinrent des moyens de légaliser la propriété puisque, contre une certaine somme, la Couronne attribuait à l’acheteur des titres de propriété qui le garantissaient contre d’autres acheteurs éventuels des mêmes terres. Bien qu’il n’existe que peu de traces de ces actes de vente, on peut considérer que la majorité des futures grandes haciendas de la vallée naquirent de l’achat des terres indigènes. En 1600, le noyau de toutes les futures haciendas : Chancayllo, Galeano, Esquivel, Jesus del Valle, Cuyo, Huallan, était formé et elles allaient se développer rapidement jusqu’en 1650. En fait, il conviendrait d’établir une petite distinction, d’ordre chronologique, dans le processus de formation des haciendas des rives droite et gauche de la vallée côtière. Il semble, en effet, que dans la partie gauche, les haciendas, à l’exception de Palpa, se soient développées un peu plus tardivement, à partir de 1600. Ce décalage fut peut-être dû à la présence des deux reducciones de Huaral et d’Aucallama. Cependant, là aussi, le système d’haciendas se trouva solidement implanté à la fin du XVIIe siècle, et à cette époque il n’existait plus que huit propriétés de moins de 50 fanegadas et 97 % de la surface totale de la partie côtière appartiennent à 22 haciendas.

  • 15 Títulos de propriedad rústica sobre el valle de Chancay, Sección Histórica del Archivo General de l (...)

33On constate donc que la formation des haciendas et le développement de la propriété privée individuelle aux dépens de la propriété collective indigène, sont liés à l’apparition du marché de la terre. Nous n’avons malheureusement que peu d’informations sur le prix de la terre à cette époque. En 1578, les terres proches de la ville pouvaient se vendre 38 pesos par fanegada, en 1641 de 170 à 440 pesos, en 1657 la fanegada atteignait 1 000 pesos15. L’apparition et le développement du marché de la terre constitua sans nul doute possible l’élément déterminant de toutes les transformations postérieures, et toutes les directions prises par le changement résultèrent de son action.

La maturité du système d’haciendas XVIIe et XVIIIe siècles

34Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le système des haciendas connut un développement considérable tant au niveau de leur expansion territoriale qu’à celui du développement de leurs forces productives. Le marché de la terre est toujours alimenté par les ventes à bas prix des terres indigènes. Bien qu’il n’existe que quelques traces écrites de ces actes de vente, nous pouvons citer, à titre d’exemple, un de ces cas qui furent sans doute nombreux. Dans la description d’une petite parcelle de terre située près de la villa de Arnedo, en 1618, on peut voir par exemple qu’un terrain appartenant aux indigènes de Zupillan avait été vendu à Pedro de Santillan.

  • 16 Archivo de la Real audiencia de Lima, Sección Histórica, Títulos de propriedad, cuaderno n° 4, test (...)
  • 17 Toutes les données sur l’évolution de la propriété proviennent de Títulos de propriedad rústica sob (...)

35La chute démographique d’Aucallama, autre exemple, entraîna la déclaration de ce territoire comme vide, et celui-ci passa dans le domaine royal qui le vendit aux enchères en 171216. A cette date, Aucallama ne comptait plus que huit Indiens « originaires » et dix Indiens « étrangers ». Devant la véhémente protestation du maire indien d’Aucallama, la Couronne finit par donner deux fanegadas de terre à chacun des dix huit Indiens. Les 39 fanegadas de terre restantes furent acquises par le capitaine A. Casaverde, habitant de la villa de Arnedo. En 1723, les quelques Indiens qui restaient encore sur la communauté s’éteignirent et leurs terres furent acquises par Matias de Villavicencio, propriétaire de Boza et San Jose. En 1738, 43 fanegadas, situées autour de la reducción de San Juan de Huaral, qui appartenaient au comun de ce village sont vendues aux enchères à Diego Sanz Dorador, déjà propriétaire de l’hacienda Garcia Alonso. La même année, la Couronne réalise le reparto et venta de tierras de l’encomienda de Retes entre les métis et indigènes de la nouvelle communauté Los Naturales17, qui s’était établie à côté de la reducción de Huaral. En 1748, Diego Sanz Dorado vend à B. Rodriguez Altamirano ses deux haciendas connues sous le nom de Garcia Alonso. D’autres haciendas souffrent d’un processus de division soit par cause d’héritage, soit parce qu’elles avaient atteint un tel gigantisme qu’il était impossible d’en cultiver toutes les terres. Ces quelques exemples suffisent à montrer l’essor de la propriété privée individuelle dans la vallée côtière à travers le développement du marché de la terre, animé alors par les débouchés commerciaux pour la canne à sucre.

36Ce développement de la base territoriale des haciendas fut rendu possible grâce à l’importation d’esclaves. Jusqu’à cette époque, en effet, la seule main-d’œuvre disponible sur les haciendas provenait de la mit’a de deux reducciones de Huaral et Aucallama, qui, chaque année, devaient envoyer sur les domaines espagnols un groupe de travailleurs un nombre de mois déterminé. Ces travailleurs devaient être rétribués, mais les salaires étaient si bas qu’ils couvraient à peine le montant du tributo que devaient verser les deux reducciones. Une grande partie des travailleurs n’était d’ailleurs pas payée en argent mais possédait un compte dans le magasin du propriétaire, appelé Tambo, où les travailleurs étaient obligés de s’approvisionner. Le système de l’endettement de la force de travail indigène fonctionna si bien que le propriétaire parvint à s’attacher presque gratuitement cette main-d’œuvre, puisqu’il finit par ne plus payer que la part du tributo de ses Indiens mitayos qui ne pouvaient plus dès lors revenir à la reducción.

  • 18 Pour les propriétés jésuites, voir le travail de Pablo Macera, Instrucción para el manejo de hacien (...)

37Cependant cette force de travail indienne était minime et était loin de combler les nécessités entraînées par le développement des entreprises agricoles naissantes. A partir de 1600, date à laquelle les jésuites introduisent la culture de la canne à sucre sur leurs haciendas Jesus del Valle, les demandes au roi d’Espagne de libre importation d’esclaves noirs se font nombreuses. L’importance des esclaves devint telle qu’en 1723, ceux-ci constituaient 80 % de la population des haciendas de la vallée. L’hacienda Palpa par exemple, propriété des dominicains, était composée de 266 esclaves noirs, 11 Indiens et 5 Espagnols. Le nombre des esclaves noirs sur les différentes haciendas de la côte de Chancay allait de 4 à 60. Les propriétés des ordres religieux furent celles qui concentrèrent le plus d’esclaves à cause de leur plus grande capacité financière ; elles furent également à l’origine d’une organisation plus rationnelle du travail18.

38Cependant, la dynamique du développement des haciendas, fut bientôt arrêtée par l’élévation du coût des investissements nécessaires à la continuité du développement des forces productives (prix des esclaves), et à la diminution des demandes sur le marché de la canne à sucre.

Protection royale et enfermement social de la société andine

39Très rapidement après la conquête, le pouvoir royal, sous prétexte de la protéger, enferma la société indienne sur elle-même pour pouvoir mieux la diriger et l’exploiter. Essentiellement regroupée dans la partie andine de la vallée, la société indienne paraissait immobile, enfermée sur les territoires qui lui avaient été attribués lors des reducciones. Cependant, les nécessités croissantes du développement colonial poussèrent la Couronne à activer la participation indienne dans la production de marché pour la consommation alimentaire des villes et des centres miniers. Maïs, viande, blé, pommes de terre, produits par la société indienne furent absorbés directement par le tributo, ou indirectement par l’intermédiaire du marché, mais toujours pour obtenir l’argent de ce même tributo.

  • 19 Nombre de tributarios :
  • 20 Population de la partie andine :

40La pression constante du tributo sur un nombre toujours décroissant de tributarios19, incita les communautés indiennes à forcer l’accès aux territoires les plus productifs, entraînant une série de litiges et de procès pour obtenir de l’eau, des terres irriguées ou des pâturages. Les procès portés devant la justice royale devinrent alors monnaie courante. Le nombre de procès augmenta et s’étala dans le temps. Un procès comme celui qui oppose San Agustin de Pariac à San Luis de Chaupis commença au XVIIe siècle et se prolongea jusqu’au XXe. La reconnaissance juridique légale du territoire de la communauté devint le souci majeur pour la collectivité. Les comuneros, réunis en assemblée, définirent selon leur propre usage les limites de leur territoire et utilisèrent ces actes dans les conflits qui les opposaient à d’autres communautés. Ces actes sont connus comme titulos madres de chaque village. La fréquence de ces procès ira en augmentant durant tout le XVIIIe siècle, suivant en cela la reprise démographique qui se confirme à cette époque20.

41La reprise démographique dans la partie andine au XVIIIe siècle entraîna un développement des capacités des forces productives. Les communautés tentèrent donc de développer leur base matérielle en améliorant leur capacité d’accès à l’eau ou en tentant d’étendre leur territoire afin de développer leur participation dans la production marchande. Ce développement des forces productives indiennes s’effectua nécessairement dans un contexte très conflictuel puisque la société andine restait limitée et enserrée sur le territoire qu’on lui avait attribué.

42Cependant, la participation de la société andine à l’économie du marché agricole se développa tellement qu’elle finit par produire des excédents monétaires qui permirent à la Couronne de développer un autre système de prélèvement supplémentaire, le reparto de especies, et de maintenir ainsi la société andine à son niveau limite de simple reproduction. Le reparto de especies consistait à obliger l’Indien à l’achat de marchandises, parfois sans usage pour lui, produites souvent en métropole, mais aussi des mules et des tissus fabriqués localement. Ce marché forcé présentait plusieurs avantages pour la Couronne : il permettait d’abord d’accaparer les excédents monétaires de la société indigène, tout en soutenant la manufacture métropolitaine en difficulté, et il poussait également l’indigène à vendre une partie de sa force de travail. Le développement de ce système de prélèvement qui bloquait toute transformation de la société andine en la maintenant à son niveau de reproduction simple fut l’objet de nombreux soulèvements indigènes qui montraient que le système colonial avait atteint ses limites.

LA TRANSITION : LA FIN DU COLONIALISME ESPAGNOL ET L’APPARITION DU CAPITALISME PÉRIPHÉRIQUE 1780-1920

43A la fin du XVIIIe siècle, la situation coloniale dans la vallée du Chancay laisse entrevoir sa fin prochaine : l’expansion territoriale qui avait été pendant des siècles le moteur du développement des haciendas dans la partie côtière de la vallée, va se bloquer après avoir atteint ses limites extrêmes. A la même époque, dans la partie andine, le développement de la force de travail indigène tend à dépasser les capacités de la base matérielle sur laquelle elle est enfermée. Le pouvoir colonial qui s’acharnait à maintenir séparées les deux composantes de la société coloniale de la vallée dont la complémentarité s’avérait pourtant de plus en plus inéluctable, devient alors le seul obstacle au passage vers un nouveau système.

La fin du domaine agricole soumis au mode de développement territorial et la naissance de l’exploitation agricole capitaliste soumise à l’intensification du développement de ses moyens de production

44La fin de l’époque coloniale et les premières décennies républicaines marquèrent la fin du fonctionnement du moteur du développement de la société agraire de la côte : le marché de la terre. A partir de cette époque, le développement territorial des domaines fonciers formés durant la colonisation ne peut plus se poursuivre. D’une situation de marché de la terre ouvert et libre, on passait à une situation d’oligopole foncier. Le développement territorial – qui, jusqu’à cette époque, avait été la source de l’accumulation foncière, à l’exception des expériences de rentabilisation et d’organisation du travail sur les domaines des ordres religieux – s’arrête car le prix de la terre tend désormais à dépasser le bénéfice que pourrait rapporter l’augmentation territoriale de la propriété.

45De plus, les guerres d’indépendance et les conflits des factions militaires détruisent périodiquement la base matérielle des domaines agricoles qui ne retiennent plus guère l’attention des propriétaires résidant de plus en plus à Lima, où leur domaine leur sert surtout de carte de présentation. Le grand domaine devient même parfois un cadeau que la République offre à ses héros tel le cas de l’hacienda la Huaca, ex-propriété des jésuites, puis de la Couronne, qui fut remise au maréchal Sucre en 1824, pour son action dans la bataille d’Ayacucho ; ou celle de l’hacienda Huando qui fut également donnée en 1829 au docteur Andres de Los Reyes pour son comportement pendant les guerres d’indépendance. L’hacienda, ancienne source de richesses, tend à ne plus être qu’un signe de la puissance sociale de son propriétaire.

46Depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la première moitié du XIXe siècle, le domaine foncier de la côte rencontra une double difficulté : le rapport de production esclavagiste s’éteint progressivement, accentuant le problème de la main-d’œuvre, alors que la montée progressive de la demande en produits agricoles sur le marché mondial pousse les propriétaires à développer leurs capacités productives. Jusqu’aux environs de 1850, la réponse unique des propriétaires à cette double difficulté consista à développer une forme de métayage, appelée yanaconazgo, qui assure la transition entre le dépérissement du système colonial et la naissance d’un capitalisme périphérique.

47Il semble que l’apparition du yanaconaje remonte en fait au XVIIe siècle, avec la naissance d’une couche sociale composite formée d’Espagnols pauvres, de métis, de Noirs affranchis, de mulâtres, qui ne bénéficiaient d’aucun privilège et ne possédaient pas une fortune suffisante qui leur permette d’accéder au marché de la terre. Ils survécurent donc en offrant leurs services aux hacendados qui manquaient de main-d’œuvre à certaines périodes de l’année, et surtout, en affermant des petites parcelles de terre comme métayers. Cette forme sociale de production était présente dans l’organisation de la production depuis le XVIIe siècle, mais ne s’était pas développée jusqu’à ce que le système esclavagiste entre en crise, c’est-à-dire jusqu’à ce que le prix d’achat et le maintien de la force productive esclave dépassent la part de la production que le propriétaire aurait dû concéder à un métayer.

48Dans la première moitié du XIXe siècle, l’accroissement de la demande mondiale en produits agricoles pousse les hacendados à développer leur base matérielle de production. Les haciendas, ne pouvant plus étendre leur base territoriale doivent mettre en culture la totalité des terres de leur domaine, dont une partie est encore inculte ou partiellement attribuée à des yanaconas. Ceux-ci se maintenaient sur les marges des propriétés, où ils cultivaient quelques hectares de mauvaise terre au prix d’un travail intensif.

49Abandonnant leur ancienne politique de développement territorial, les hacendados se consacrèrent à intensifier la culture sur leur propre domaine, en favorisant l’installation des yanaconas. Pendant un temps, la disparition progressive du rapport esclavagiste fut donc compensée par le développement du métayage qui permettait de gagner de nouvelles terres de culture et d’élargir ainsi la base matérielle de la production à ses dimensions maximales. Cette fonction d’ouverture de culture attribuée aux yanaconas, impliquait la précarité de leur situation. Leur statut était réglé par le principe de l’habilitación, qui consistait en l’attribution par le propriétaire des moyens de production et d’existence nécessaires au yanacón pour la durée du contrat de fermage des terres.

50Ce contrat pouvait se présenter sous diverses formes : le propriétaire pouvait louer des parcelles de terre inculte et fournir au yanacón de quoi subsister jusqu’à la première récolte dont il devait alors donner la moitié au propriétaire comme rente de la terre et en plus payer l’habilitación fournie ; une autre forme était d’attribuer au yanacón pour sa subsistance une petite parcelle de terre déjà cultivée, et placée à côté de terres en friche que le yanacón devait ouvrir à la culture. Cette fonction faisait qu’après avoir rendu cultivable la terre qu’il avait loué, tout contrat et toute habilitación lui étaient alors souvent refusés par le propriétaire et le yanacón se voyait dans l’obligation d’aller défricher d’autres terres.

51Cependant, la main-d’œuvre yanaconizada de cette période ne pouvait pas suffire. Pour satisfaire l’augmentation de la demande internationale en canne à sucre jusqu’en 1900, et puis en coton, et faire face à la disparition totale de l’esclavage en 1854, il fallait renouveler la main-d’œuvre et instaurer de nouveaux rapports de production, par le biais du contrat de travail temporaire.

Propriété privée et production marchande dans les communautés (1825-1920)

52Lorsque en 1824 (Tarazona 1946), Bolivar décrète la propriété privée des parcelles cultivées par les comuneros, le fonctionnement interne du rapport d’appropriation collective de la terre était déjà très altéré dans les communautés. Cette altération du caractère collectif de la propriété, résultait de la pénétration de la production marchande, et de la pression interne créées par l’augmentation démographique des collectivités elles-mêmes. Si bien que lorsqu’en 1839, la Constitution achève la décollectivisation en abolissant le régime des terres communales, cette mesure ne suscite pas un grand émoi parmi la population concernée, signe de l’état de dégradation déjà atteint dans cette forme de propriété. Nous verrons qu’en généralisant le régime de la propriété privée, et en instituant l’héritage familial – son corollaire –, le pouvoir républicain visait sans doute moins à offrir de nouveaux territoires d’expansion à la propriété privée de la côte – même si le contenu de la loi autorisait désormais chaque membre de la communauté à vendre sa parcelle –, qu’à développer la pénétration de l’économie marchande, et surtout à libérer la main-d’œuvre rurale andine pour la faire descendre sur les grands domaines de la côte.

53En introduisant un marché de la terre potentiel dans une société théoriquement communautaire, mais qui était déjà traversée par des conditions inégales d’accès à la terre, le pouvoir républicain espérait, d’une part, retenir dans la partie haute du Chancay une couche de petits et moyens propriétaires individuels, et l’orienter vers la production agricole pour le marché et, d’autre part, prolétariser sur la côte le « trop-plein » démographique de la partie andine pour remplacer la main-d’œuvre esclave.

54Ce projet républicain ne fut jamais totalement réalisé puisque la communauté paysanne continue d’exister encore aujourd’hui. Mais, il n’en n’est pas moins vrai qu’il entraîna de profondes transformations dans cette société.

55Dans les années 1830, lorsque les décrets de la République visèrent à privatiser totalement les territoires des communautés, la pression démographique sur les terres était encore supportable par l’organisation communale ; chaque comunero et sa famille pouvaient avoir accès à des parcelles de terre nécessaires à leur reproduction, et les terres communales de fundos, les pâturages collectifs étaient encore suffisants pour satisfaire aux besoins financiers de la communauté.

56Cependant, l’accès à l’eau pour les terres irriguées et la forme extensive de l’élevage ne pouvaient être organisés que par la communauté dans son ensemble. La dépendance vis-à-vis de l’eau et la propriété nécessairement collective des pâturages furent des éléments décisifs pour le maintien de la communauté. L’appropriation privée des terres de culture se réalisa, mais l’eau et le pâturage ne pouvaient que rester sous le contrôle de la collectivité dans son ensemble.

57Si l’identité communale demeura, l’appropriation privée des parcelles renforçait le fonctionnement de l’héritage familial. La communauté fut donc déchargée de son obligation de fournir des terres aux jeunes qui devenaient comuneros à part entière, et rejeta cette charge sur les familles. Les cellules familiales purent, dans la plupart des cas, s’adapter à ce nouveau système d’accès à la terre mais un processus de différenciation socio-économique était apparu, puisque cette charge familiale nouvelle pouvait être d’un poids fort différent selon chaque famille.

58D’une façon générale, cette charge familiale put être assurée par l’ensemble des comuneros pendant une génération, mais dès 1860 apparut le problème des jeunes comuneros sans terre. Certaines familles se retournèrent alors vers la communauté à qui elles demandèrent une solution. Ces jeunes comuneros furent d’abord dirigés vers les eriazos, terres en friches, non cultivées par la communauté parce que faiblement productives et non irrigables.

59Cependant, pour assurer leur reproduction sur des terres si pauvres, ces jeunes comuneros durent commencer à émigrer saisonnièrement vers la côte, répondant ainsi à la demande de main-d’œuvre temporaire des haciendas. Mais, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la demande de main-d’œuvre côtière fut rapidement satisfaite par l’arrivée de la main-d’œuvre asiatique. Le courant migratoire andin fut donc refoulé vers ses origines.

60Cette fois encore, la communauté se vit dans l’obligation de distribuer une partie des ultimes terres de culture communes : les fundos. Au début du XXe siècle, le même problème se posa aux communautés qui, cette fois, ne purent plus répondre à cette demande, les terres agricoles encore collectives étant à peine suffisantes aux exigences économiques du fonctionnement communautaire. Migrations saisonnières et accès à l’éducation devinrent, donc les seules réponses possibles pour une partie de la population des communautés.

61Jusqu’en 1920, l’État poussa à la privatisation complète des terres communales dans un double but : développer la production agricole marchande dans les communautés pour combler les insuffisances créées par la tendance à la monoculture des grandes exploitations côtières, et libérer une partie de la force de travail des communautés pour l’affecter précisément au développement de la monoculture commerciale.

62Ces deux objectifs ne furent qu’en partie réalisés à cause des limitations de la base matérielle des communautés elles-mêmes : accès nécessairement collectif à l’eau et aux pâturages. Cependant, la production agricole des communautés destinée au marché se développa effectivement pendant tout le XXe siècle, permettant aux haciendas de s’orienter résolument vers les cultures d’exportation. Le caractère temporaire des migrations permit le maintien de l’entité communautaire tout en offrant une certaine souplesse financière aux grandes exploitations pour accentuer leur orientation vers la monoculture d’exportation.

63La relativité de la privatisation des terres collectives apparaît donc comme le résultat de deux facteurs conjoints : les limites structurelles de la base matérielle des communautés et les besoins du développement du capitalisme agraire de l’époque. Cet équilibre réalisé se modifia à partir de 1920.

L’apparition du contrat de travail temporaire : le peón asiatique (1850-1920)

64Face au manque de main-d’œuvre sur les grandes propriétés, en 1848, la Société d’agriculture de Lima conseilla au gouvernement et au Congrès d’édicter une loi autorisant l’émigration asiatique au Pérou. Cette loi promulguée par le président Castilla en 1849, mentionnait que tout importateur de plus de 50 colons étrangers âgés de 10 à 40 ans se verrait attribuer une prime de 30 pesos par tête (Tarazona 1946). Entre 1849 et 1875, 99 000 coolies arrivèrent au Pérou, dont 70 000 travaillèrent sur les domaines sucriers. Lorsqu’il était embarqué à Macao, le coolie chinois avait signé un contrat rédigé dans sa langue. Les clauses étaient les suivantes : enrôlé pour une durée de huit ans, le coolie devait toucher au terme du contrat, un pécule constitué par l’accumulation d’un salaire de quatre piastres par mois, pour six jours de travail par semaine, du lever au coucher du soleil. Le contrat stipulait que si le contractant s’était endetté, il devait continuer à travailler jusqu’à l’extinction de sa dette.

65A Chancay, les Chinois prirent les postes occupés auparavant par la population esclave. Une fois les huit ans accomplis, les Chinois refusèrent dans la majorité des cas, de renouveler leur contrat et préférèrent s’installer sur les anciennes reducciones de Huaral et d’Aucallama. Avec son arrivée sur les haciendas en 1858, le groupe chinois contribua au développement agricole de la vallée, et permit le maintien et parfois même la croissance de la production. Arrivés comme peones, les Chinois, une fois leur contrat réalisé, devinrent yanaconas ou propriétaires de petites parcelles, mais la majorité passa au petit commerce soit à Chancay, soit à Huaral, ou encore a Aucallama.

66Pendant une quarantaine d’années, l’émigration chinoise assura donc le développement des haciendas en y introduisant une nouvelle forme de rapport, le contrat de salaire temporaire.

67L’arrêt de cette émigration entraîna une nouvelle fois une pénurie de main-d’œuvre sur les haciendas. Le yanaconaje et les équipes de peones temporaires de la région andine restaient insuffisants pour maintenir le niveau de la production agricole et, a fortiori, pour développer la productivité des terres cultivées. Le gouvernement se tourna alors vers l’émigration japonaise qui avait déjà fait ses preuves sur les plantations de café brésiliennes, mais qui à cette époque connaissait des difficultés. Le courant migratoire japonais put ainsi être détourné vers le Pérou.

68Entre 1899 et 1922, quelque 20 000 Japonais émigrèrent vers les haciendas de la côte du Pérou (Matos Mar 1976). Arrivant par équipes de 50, encadrés par un inspecteur, ils s’engageaient pour une durée de quatre ans. Ils recevaient dès leur arrivée une avance sur le salaire qui devait leur revenir au terme de la durée de leur contrat de travail. Le premier contingent japonais dans la vallée du Chancay s’installa sur l’hacienda Palpa en 1899. Un deuxième contingent le suivit en 1903 sur l’hacienda Caqui, et un troisième en 1906 sur l’hacienda Esquivel.

69Cependant, comme dans le cas de l’émigration chinoise, les salariés agricoles japonais ne prolongèrent pas la durée de leur contrat de travail ; ils se convertirent en commerçants, petits propriétaires, mais surtout en yanaconas (Matos Mar 1976). En 1920, une grande partie des haciendas est « yanaconisée ». L’apparition du salariat avec l’émigration asiatique avait donc été brève et n’avait conduit qu’à la domination du yanaconaje. Les raisons du non-développement du rapport salarial à cette époque sont complexes mais la principale demeure sans doute l’absence de création d’un véritable marché libre de la force de travail. En 1920, la seule main-d’œuvre disponible pour les haciendas restait encore celle des émigrés asiatiques.

VERS LA DOMINATION D’UN CAPITALISME AGRAIRE (1920-1972)

70Le demi-siècle entre 1920 et 1970 semble avoir été, dans la vallée du Chancay, une période de télescopage accéléré des divers rapports de production qui étaient apparus lentement au cours des siècles. L’accélération des transformations aidant, certains rapports nouveaux surgirent et tendirent à s’imposer avant que d’autres, beaucoup plus anciens, ne soient totalement éteints.

La généralisation du yanaconaje et la transformation de l’hacendado en commerçant (1920-1942)

71La fin de la Première Guerre mondiale entraîna une baisse de la demande agricole sur le marché international. Les capitaux jusqu’alors abondants commencèrent à faire défaut aux propriétaires de la côte qui choisirent de satisfaire aux demandes de yanaconisación de leur domaine et de se décharger ainsi du poids de l’organisation de la production. La séparation et l’autonomisation des procès de production et de commercialisation conduisirent à la disparition de l’hacendado traditionnel, à la fois producteur et distributeur.

72Entre 1920 et 1942, toutes les haciendas de la côte de la vallée du Chancay furent complètement yanaconizadas. L’hacienda Pasamayo fut la première à connaître la généralisation de ce rapport en 1920 ; elle fut suivie, en 1923 par les haciendas Palpa, La Huaca et Laure, en 1924 par Boza et San Jose ; en 1926 par Caqui, Miraflores en 1927, Retes et Garcia Alonso en 1930, etc. Les Chinois et surtout les Japonais devinrent les grands métayers de la vallée côtière.

73La généralisation du métayage dans la partie côtière de la vallée du Chancay se réalisa par l’application successive de ce même rapport à des niveaux décroissants de l’organisation sociale. A l’origine du système se situait le propriétaire qui louait la plus grande partie de son hacienda à des associations d’asiatiques qui, à leur tour, sous-louaient des parcelles, de préférence à leurs compatriotes. La perception de la rente foncière s’établissait donc à deux niveaux.

74Le premier contrat, entre les propriétaires et les associations, portait en général sur une période de dix ans renouvelable ; la rente foncière était toujours exigée en nature par le propriétaire de l’hacienda qui se chargeait de la commercialisation. Mais une des clauses du contrat exigeait que le reste de la production lui soit vendu à un prix qui pouvait être négocié entre les parties.

75Vers 1930, la rente foncière de l’hacienda La Huaca s’élevait au quart de la production totale, et rapportait à elle seule au propriétaire la somme d’environ 44 000 soles, ce à quoi il fallait ajouter le profit obtenu par la vente du reste de la production soit environ 65 000 soles. Le rapport de la fonction commerciale monopolisé par l’hacendado apparaissait donc supérieur à celui de la simple ponction de la rente.

76Cela permet d’abord de mieux comprendre pourquoi l’hacendado avait accepté la yanaconización de sa propriété : le retour généralisé à ce rapport de production ancien lui procurait le moyen de monopoliser à son profit l’ensemble du procès de commercialisation. C’est sans doute cette transformation réussie de l’hacendado en marchand qui permit sa reproduction pendant un temps et interdit la formation d’une classe spécifiquement bourgeoise au Pérou (Godelier 1981 : 28). Ce type de rapport « archaïsant » a également permis à l’hacendado d’éviter de passer des alliances ou de se confondre avec la classe politique.

77Le second niveau de contrat, entre les associations d’asiatiques et les yanacón était en général établi pour cinq ans. La rente foncière globale que chaque yanacón devait verser annuellement était fonction de la superficie et de la fertilité de la parcelle qu’il louait. Le prix de la rente variait ainsi entre 20 et 35 quintaux de coton par fanegada. Pour devenir yanacón, le candidat devait payer le juanillo, sorte de droit d’entrée à l’association ; il devait également accepter la monoculture du coton et se soumettre à l’habilitación vis-à-vis de la direction de l’association.

78Le taux de la rente foncière que le yanacón devait verser à l’association s’élevait environ à la moitié de la production, sans parler du remboursement de l’habilitación, ni de l’obligation qu’il avait de vendre à l’association le reste de sa production tout comme l’association devait le faire vis-à-vis de l’hacendado, mais sans pouvoir en négocier le prix.

79La simple soustraction des deux taux de rente successifs permet de constater que l’association gardait à son profit le quart de la production totale, soit autant que l’hacendado, mais nous ignorons le bénéfice qu’elle pouvait réaliser en jouant le rôle d’intermédiaire dans la distribution du reste de la production.

80Les progrès économiques résultants de l’accumulation du capital induit par la généralisation de ce rapport de production et de son organisation par les Japonais élevèrent la production cotonnière dans les années 1930-1940 à un niveau qui n’a jamais pu être dépassé. Le capital accumulé par les associations fut réinvesti en partie dans l’amélioration des techniques agricoles : utilisation intensive de la traction animale, drainage et contrôle systématique des réseaux d’irrigation, achat des premières machines à dénouer le coton, etc. Cette amélioration des techniques de production fut accompagnée par le développement de l’infrastructure sociale dans la vallée : création d’écoles dans plusieurs haciendas, installations électriques et circuit de distribution d’eau potable, développement du réseau de communication, etc.

81Cependant, il faut remarquer que ce développement fut acquis par l’intensification des mécanismes d’exploitation de la main-d’œuvre rurale et accompagné par une différenciation sociale entre les groupes engagés dans les procès de production et de distribution. Les grands bénéficiaires de ce système furent, bien sûr, ceux qui occupaient le sommet de cette nouvelle organisation : les hacendados désormais commerçants, mais aussi les quelques grands administrateurs d’associations, premiers capitalistes agraires stricto sensu du Pérou.

La République à la conquête des Andes (1920-1942)

82L’accumulation du capital qui, nous venons de le voir, se réalisait sur la partie côtière, poussait au désenclavement de la population de la vallée haute. Le pouvoir politique républicain devint dès lors l’agent de la transformation. Son action s’organisa selon deux axes : conquête géographique de la région andine par un développement des voies de communication, conquête idéologique par les progrès de l’éducation, ces deux axes visant à la réalisation d’un même projet : renforcer le capitalisme national naissant. Cet objectif nécessitait le développement d’une certaine mobilité sociale dans la population andine et la création d’un marché libre de la force de travail, qualifiée si possible et l’élargissement du marché intérieur, encore très limité.

83Parallèlement aux migrations temporaires vers la côte et à l’expansion des mines, la monétarisation des communautés paysannes se développa. Ce salariat temporaire débouche sur une esquisse d’accumulation de capital cherchant à s’investir. Dans la partie andine, la période 1920-1940 correspondit donc à l’établissement d’une situation potentielle de transformation. Les voies matérielles et culturelles de l’émigration vers la ville et la côte étaient tracées, et un capital monétaire accumulé n’attendait que la libération d’une partie des terres pour s’investir. Le départ des yanaconas asiatiques de la côte et l’attraction grandissante de la vie urbaine marquèrent les débuts des transformations dans les communautés.

La fin du métayage : deyanaconización, enganche, généralisation du salariat agricole et petite propriété (1942-1964)

84En 1942, le gouvernement du Pérou expulse tous les Japonais résidant dans le pays sous prétexte du conflit mondial. En fait, les profits croissants rapportés par la culture du coton, poussent les hacendados nationaux à reprendre le contrôle direct de la production agricole, et à se débarrasser de ces capteurs intermédiaires du profit qu’étaient les Japonais. Le métayage asiatique disparaît donc avec cette expulsion.

85Cependant, la disparition du yanaconaje fut progressive ; jusqu’en 1942, on comptait 3 000 yanaconas dans la basse vallée ; en 1945 il en restait encore 2 000 et ce chiffre tombera à 800 dans les années 1950. En effet, la disparition de ce rapport de production devait être compensée par l’apparition d’un autre rapport, le salariat agricole permanent. La disparition du métayage dut donc suivre le rythme de la libération de la force de travail des communautés andines. Pour accélérer ce rythme, déterminé par une trop lente transformation interne des communautés, un système de recrutement semi-forcé de paysans est mis en place : l’enganche.

86Des individus sont chargés par les hacendados de parcourir les communautés les plus éloignées dans les départements les plus pauvres du Pérou, Ancash, Ayacucho, Huancavelica, Apurimac. Ils installaient également des bureaux de recrutement dans les villes principales de ces départements. L’enganchador recrutait les paysans en leur faisant accepter un contrat de travail d’un an qui les liait à l’enganchador. Ce dernier proposait donc ensuite les services de son équipe aux hacendados qui le rétribuaient.

87Le recours au système de l’enganche fut de courte durée car son rôle principal était de forcer le potentiel migratoire des régions andines à explorer. En effet, le canal de la migration une fois mis en place par l’enganchador, l’hacendado n’avait plus besoin de cet intermédiaire, le flux migratoire suivit le cours déjà tracé. Un marché libre de la main-d’œuvre venait de se réaliser pour la première fois entre un acheteur côtier et un vendeur andin, et des rapports de production totalement capitalistes apparaissaient dans la société agraire de la vallée du Chancay.

88L’implantation de ce mode de production capitaliste entraîna l’accélération de nombreuses transformations déjà en cours dans l’ensemble de la vallée. Dans la partie côtière, l’hacienda après avoir été un domaine féodal, une propriété éclatée par le métayage, devint une exploitation agricole capitaliste. La qualification de la force de travail obtenue par le développement de l’éducation permit la mise en place, dans les exploitations, d’une division sociale de la production : agronomes, comptables, vétérinaires, techniciens, ouvriers agricoles spécialisés, etc., rationalisant la production et développant la productivité. Les profits réalisés furent en partie investis dans la modernisation de l’exploitation : tracteurs, dénoueuses de coton, insecticides, raffineries d’huile de coton, apparurent dans la vallée côtière.

89Les pressions accrues exercées par les hacendados sur les métayers péruviens les délogèrent définitivement des grands domaines. Pour résister à ces pressions, les yanaconas, grâce à l’appui du parti apriste, s’organisèrent en syndicat (Mejia, Diaz 1975), la Federación sindical del valle, et menèrent une lutte aboutissant, grâce à l’appui du parti apriste, au vote d’une loi reconnaissant et définissant les droits du yanacón, en 1948.

90Cependant, les pressions des hacendados sur les métayers ne cessèrent pas malgré la loi. Les conditions des contrats de métayage devinrent de plus en plus étouffantes pour le yanacón, les contrats l’habilitación incluant par exemple la participation du yanacón, aux dépenses de l’administration de l’hacienda à Lima et le prix de location des machines et outils de l’hacienda devenant prohibitif. Pourtant, en 1964, on comptait encore 787 yanaconas qui cultivaient 5 000 hectares dans la vallée côtière.

91C’est à cette époque que se développèrent des luttes agraires dans le centre et le sud du Pérou au cours desquelles se réalisèrent des prises d’haciendas, circulèrent des mots d’ordre exigeant d’attribuer la propriété des terres aux paysans qui les cultivaient. Le gouvernement adopta alors une première loi de réforme agraire, dans un climat qui n’excluait pas encore la négociation.

92La loi concéda aux yanaconas le droit d’acheter aux propriétaires la terre qu’ils cultivaient en métayage pour un prix variant de 20 à 30 000 soles par hectare. Des titres provisoires de propriété furent attribués aux candidats propriétaires, jusqu’à l’extinction totale de leur dette agraire. Plus qu’une réforme, il s’agissait donc plutôt d’une réapparition du marché de la terre et d’une habile concession politique.

93La dernière conséquence du développement du capitalisme agraire sur la côte fut la création d’un marché de la terre dans les communautés andines. Le courant migratoire permanent de la force de travail andine vers la côte libéra une partie des terres des communautés. Un processus d’accumulation foncière commença à voir le jour et entraîna une stratification sociale parmi les comuneros.

La mercantilisation de la société communautaire andine

94La nouvelle possibilité d’accumulation de terres fit germer dans l’esprit de certains comuneros l’idée que le travail de la terre pouvait servir, au-delà de la subsistance de leur famille, à la reproduction de la collectivité ou à payer l’impôt.

95Tout comme le marché de la terre avait été le moteur de l’expansion dans la partie côtière espagnole au XVIe siècle, il le deviendra au XXe siècle dans la partie andine et indigène : pour les comuneros, la terre sera source de pouvoir et de profit.

96La conception de l’agriculture de subsistance explosera sous l’effet de ce nouveau phénomène et de l’ouverture au marché déjà réalisée. Le terroir de chaque communauté tendra à se spécialiser dans la production agricole qui est la mieux adaptée écologiquement. Les communautés de yungas chaudes abandonneront la culture du maïs pour passer à celle des fruits, demandés par le marché liménien ; les communautés de yungas froides passeront de la pomme de terre aux légumes et les communautés de punas se spécialiseront dans l’élevage bovin (Celestino 1972 ; Degregori et al. 1973 ; Fuenzalida et al. 1968).

97Tout comme le marché extérieur déterminait la production des haciendas, le marché national intérieur déterminera la production agricole des communautés. Pour répondre à la demande croissante de ce marché, les comuneros développeront la productivité de leurs terres, en y incorporant capitaux et techniques. Le salariat temporaire fera son apparition chez les comuneros « riches » au moment des périodes de récolte, et deviendra salariat permanent à partir des années 1960. Un nombre de 20 à 30 peones permanents sera fréquent dans les communautés andines. En 1975, la communauté de Huayopampa qui comptait 400 habitants, employait 310 peones temporaires au moment des récoltes. L’apparition du salariat dans la partie andine aura suivi immédiatement l’apparition du marché de la terre.

98L’accès à l’eau qui devient fondamental, et le maintien de l’accès aux pâturages demeurent cependant les deux dernières barrières contre le passage complet de la communauté au mode de production capitaliste.

L’APPARITION PRÉCOCE ( ?) DU MODE DE PRODUCTION DES TRAVAILLEURS ASSOCIÉS

99En 1968, le gouvernement libéral du Pérou était-il incapable de canaliser le flux des mécontentements et des laissés-pour-compte du développement capitaliste brutal ? Toujours est-il que cette année-là, une équipe de militaires prétendant parvenir à une restructuration du pays désarticulé, s’empara du pouvoir politique et imposa des réformes.

100En 1969, une loi de réforme agraire imposa le transfert de la propriété des domaines de plus de 150 hectares de l’hacendado à ses travailleurs réunis en coopérative. Dans l’intervalle, entre cette décision et sa réalisation en 1972, les propriétaires tentèrent d’échapper à ces mesures en morcelant leurs domaines en unités inférieures au seuil de superficie touchée par la réforme, et en vendant fictivement ces unités à des alliés. Cette tentative de détournement de la réforme n’eut cependant pour effet que de radicaliser les directions syndicales, qui organisèrent des marches de protestation et des grèves, souvent dures, pour dénoncer la manœuvre foncière.

101Le gouvernement se vit donc dans l’obligation d’accélérer l’application de la réforme dans cette région. Fin 1971 et début 1972, l’ensemble des haciendas passa sous le contrôle de l’État. Sur 12 000 hectares de terre, cultivées par 2 600 travailleurs, 14 coopératives de production furent créées. L’accès à la propriété sociale des moyens de production coûta cependant aux travailleurs associés la somme de 368 millions de soles, dont une dette agraire de 227 millions remboursable à l’État en vingt ans. Sachant que le salaire moyen d’un travailleur agricole s’élevait à 90 soles par jour à cette époque, la dette agraire de chaque travailleur équivalait donc à quatre ans et demi de travail.

102L’État était chargé de dédommager les propriétaires de la perte de leurs domaines. Ce remboursement cependant se fit sous forme de bons, uniquement convertibles en investissements industriels. Le but de la réforme agraire était-il réellement d’améliorer les conditions d’existence du salarié agricole en lui imposant une dette de plus de quatre ans de travail ou visait-il plus concrètement à transférer autoritairement les capitaux du secteur agricole d’exportation à la formation d’un secteur industriel national devenu nécessaire au rééquilibrage du marché du travail dont l’offre était devenue nettement excédentaire ? Quoi qu’il en soit, les premières formes d’un autre mode de production étaient apparues ; l’amorce d’une nouvelle période de transition était mise en place.

La carte de la vallée du Chancay, sur la côte centrale du Pérou.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alberti, G. ; Mayer, Ε. 1974. Reciprocidad e intercambio en los Andes peruanos. Lima, iep.

Celestino, O. 1972. Migración y cambio estructural : la comunidad de Lampian. Lima, iep.

Degregori, C. et al. 1973. Dependencia y desintegración estructural en la la comunidad de Pacaraos. Lima, iep.

Fuenzaliza, F. et al. 1968. Estructuras tradicionales y economia de mercado : la comunidad de indigenas de Huayopampa. Lima, iep.

Godelier, M. 1981. La théorie de la transition chez Marx. Paris.

– 1985. « Les processus de formation de l’État », in A. Kazancigil (éd.), L’État au pluriel. Paris, Economia – unesco : 21-37.

Keith, R. G. 1970. « Originen del sistema de hacienda », in El campesino en el Perú. Lima, iep.

Matos Mar, J. 1976. Yanaconaje y reforma agraria en el Perú. Lima, iep.

Mejia, J. ; Diaz, R. 1975. Sindicalismo y reforma agraria en el Valle de Chancay. Lima, iep.

Murra, J. V. 1975. « El control vertical de un máximo de pisos ecológicos en la economía de las sociedades andinas », in Formaciones económicas y políticas del mundo andino. Lima, iep : 59-115.

Ortiz de Zuñiga, I. 1967-1972. Visita de la Provincia de León de Huánuco en 1562. Huánuco, Universidad Nacional Hermilio Valdizan, 2 vol.

Tarazona, J. 1946. Demarcación política del Perú. Recopilación de leyes y decretos : 1821-1946. Lima, Ministerio de Hacienda y Comercio.

Vidal, P. 1946. Geografia del Perú : las ocho regiones naturales del Perú. Lima, Universidad Nacional Mayor de San Marco.

Wachtel, N. 1971. La vision des vaincus. Paris, Gallimard.

Notes

1 Pour une information géographique plus complète de la vallée, consulter Vidal 1946.

2 Sayas : terme quechua qui se réfère à des divisions territoriales dualistes ; dans le cas présent le terme équivaut à moitié.

3 Huacas : lieu ou objet sacré auquel sont rendus des cultes locaux.

4 Pour le concept de « sur-travail », voir Godelier 1985.

5 La partie côtière comptait approximativement 50 000 habitants avant la conquête. Calcul de Willey, en utilisant la proportion d’un homme par acre, soit deux personnes et demie par hectare sur les 21 541 hectares de la vallée (Keith 1970). La population indienne est passée de 50 000 personnes avant la conquête à 1 000 personnes en 1551, pour la basse vallée, concentrées dans les villages de Huaral et Aucallama (Archivo de Aucallama, lista de tributarios 1579, et titulos et propriedad rústica sobre el valle de Chancay, sección historica del Archivo General de la Nation, 1551, Pérou).

6 Encomendero : Espagnol qui reçoit une faveur royale par laquelle le roi lui confiait les habitants d’une région indigène et le chargeait de faire payer le tribut.

7 Dotaciones de tierras : les terres d’Indiens décédés revenaient de droit à la Couronne qui les octroyait ensuite à quelques privilégiés. Toute la documentation sur ces premières propriétés de terres provient de Archivo General de la Nación, Sección títulos de propriedad, cuadernos y registros, XVI-XVII, Pérou.

8 Chacras : parcelles de terre cultivées.

9 Il est probable qu’il s’agisse des lomas et des collines bien entretenues où avait lieu le culte des Huacas.

10 Fanegada : 2,85 hectares.

11 Archivo Comunal de Pacaraos, 1596.

12 Archivo General de la Nación, Sección tributos, cuadernos Hanan Pircas, Hurin Atavillos, Contada Toledana 1590.

13 Fanegas : 55 litres environ.

14 Censos : dépôt d’un bien ou d’argent à la caisse d’une communauté dont l’utilisation est bien spécifiée.

15 Títulos de propriedad rústica sobre el valle de Chancay, Sección Histórica del Archivo General de la Nación, Pérou.

16 Archivo de la Real audiencia de Lima, Sección Histórica, Títulos de propriedad, cuaderno n° 4, testimonio de la diligencia del remate, legajo n° 76.

17 Toutes les données sur l’évolution de la propriété proviennent de Títulos de propriedad rústica sobre el valle de Chancay, Sección Histórica del Archivo General de la Nación, Pérou.

18 Pour les propriétés jésuites, voir le travail de Pablo Macera, Instrucción para el manejo de haciendas jesuitas en el Perú.

19 Nombre de tributarios :

Image 10000201000003230000005688DA1A54.png

Source : Archivo Comunal Pacaraos.

20 Population de la partie andine :

Image 10000201000002FB0000005159596E0E.png

Source : Archivo Comunal de Huayopampa.

Notes de fin

1 Revue internationale des sciences sociales (n° 114, 1987 : 561-579).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende La carte de la vallée du Chancay, sur la côte centrale du Pérou.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540