Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transitions et subordinations au capitalisme

 | 
Maurice Godelier

Formes de subsistance et reproduction sociale du prolétariat urbain de Tarragone1

Juan J. Pujadas

Texte intégral

  • 1 Texte original publié en anglais dans Information sur les sciences sociales (27, 4, 1988 : 583-605 (...)

1Depuis une quinzaine d’années, la littérature s’accumule sur les changements des marchés du travail et sur ces pratiques économiques que l’on désigne comme « souterraines », « cachées », « au noir » ou comme « occasionnelles », « alternatives ». En Europe, c’est en Italie que le phénomène se manifeste de façon la plus frappante et ce sont donc les Italiens qui en ont eu le plus à dire.

2Dans leurs analyses, les économistes se sont tournés fondamentalement vers deux objectifs : a) évaluer le pourcentage pris par cette économie cachée dans le produit national brut et b) calculer le nombre approximatif des travailleurs impliqués dans ces pratiques économiques alternatives (Frey 1974, 1979 ; Bagnasco 1977 ; Cantelli 1980 ; censis 1976 ; Fuà 1976 ; Gallino 1975 ; Martini 1978). L’approche des sociologues italiens s’est progressivement tournée vers des analyses empiriques détaillées et plus solides, l’échelle régionale servant de base dans l’analyse et la comparaison. L’une des régions les plus étudiées est l’Emilie-Romagne qui fait partie de ce que Bagnasco (1977) appelle la « troisième Italie », région où prédominent des petites, voire de très petites entreprises soutenues par une tradition agricole de petites propriétés et de métairies, c’est-à-dire par des relations de production autonome qui supposent la production domestique et l’utilisation de la famille comme lieu de leurs stratégies économiques (Bergonzini 1979 ; Brusco 1980 ; Capecchi 1979, Capecchi et Pugliese 1978 ; Pesce et Sabel 1980).

3Les travaux espagnols les plus importants sur la question sont ceux de E. Sanchis (1984, 1986) sur la région de Valence, région similaire à l’Emilie. L’économie informelle y est en effet beaucoup plus développée que partout ailleurs en Espagne. Le reste de la littérature hispanique consacrée au sujet et qui commence à se faire volumineuse insiste surtout sur le fait que ce type de pratiques économiques est le résultat direct de la crise du marché du travail et des nouvelles stratégies que mettent en œuvre les employeurs afin de réduire les coûts sociaux de la production (Cáritas Española 1986 ; Casai et Vidal 1983 ; Castro 1985 ; Garcia de Blas et Ruesga 1982 ; Garcia Nieto et Rojo Torrecilla 1984 Jódar et Lope 1985 ; Lorente 1986 ; Rodriguez 1986 ; Rojo Torrecilla 1986 ; Saba 1981 ; Sanchis et Picó 1983 ; Ruesga 1986 ; Trigo et Vázquez 1983).

4Le travail pionnier de Dœringer et de Piore (1985) sur la dualité du marché du travail est une référence obligée dans le débat théorique portant sur le rôle et la signification de l’emploi souterrain soit au sein du marché du travail et dans le contexte plus vaste de l’économie nationale. Selon ces deux auteurs, deux marchés du travail coexistent : le marché primaire où il y a des syndicats, des salaires garantis et la stabilité de l’emploi pour les travailleurs et un marché secondaire que caractérisent l’absence des syndicats, une qualification professionnelle très basse, des salaires moindres, des conditions de travail plus mauvaises et peu de garanties en matière de stabilité de l’emploi.

5La nature duelle du marché du travail résulte des changements et de l’insécurité qui accompagnent l’adaptation à de nouvelles conditions de production. Les groupes minoritaires, politiquement faibles, tendent à être les victimes de telles crises : les femmes, les minorités ethniques, les immigrés, les étudiants et les retraités, en bref, tous ceux qui appartiennent aux secteurs les moins bien protégés du marché du travail. Les employeurs se servent de ce marché secondaire pour contrer la pression qu’exercent les syndicats et les avancées sociales en matière de salaires et de conditions de travail qui en résultent et dont bénéficient les travailleurs « légaux » (cf. Piore 1983 : 193 et suivantes).

6Capecchi (1983 : 48-49) remet cette dualité en question, du moins partiellement. Si, à ses yeux, « dans l’économie alternative de nombreux emplois sont mal payés et sous-qualifiés », il reconnaît que ce n’est pas nécessairement toujours le cas. Citant en exemple l’Emilie, il prétend qu’il « existe aussi des emplois hautement qualifiés et bien payés » dans le secteur non-syndicalisé du travail et dans l’économie alternative. Il insiste sur l’aspect « second job » de ce secteur tertiaire où l’on trouve souvent que le deuxième travail est plus lucratif et avantageux que le premier. En conclusion, Capecchi en arrive à relativiser le caractère distinct et l’homogénéité des deux secteurs du marché du travail « car les raisons des travailleurs pour rester sur le marché ‘alternatif’ du travail sont nombreuses et variées ». Selon lui, « à côté de situations d’exploitation manifeste et de chantage personnel il existe des attitudes de complicité et d’identification avec l’employeur, propriétaire de sa petite entreprise, ainsi qu’une recherche authentique de plus de flexibilité dans les horaires de travail ».

7Dans le même ordre d’idées, Bagnasco (1983) montre que la plupart des analystes de l’économie souterraine tendent à ne mettre l’accent que sur un seul aspect des choses, à savoir la « résistance » dont doit faire preuve un secteur du prolétariat face à la crise généralisée du marché du travail. Raisonnant lui aussi à partir de l’exemple émilien et basant son analyse sur l’expérience exubérante des pratiques alternatives en Italie, il propose que nous examinions l’économie alternative comme une sorte de processus inventif au sein duquel de nouveaux agents sociaux et économiques créent de nouveaux espaces autonomes en marge du fonctionnement normal du marché de travail (ibid. : 17). L’exemple italien semble démontrer que ce type de pratiques équivaut à « un processus d’accumulation concrète au sein d’une phase de croissance économique » et que sa nouveauté réside précisément en ce qu’il inaugure une nouvelle articulation entre l’économie officielle et l’économie parallèle. Le cas d’un pays ne peut certes pas être transposé tel quel à d’autres pays. Cela étant, il est clair que la participation de ce secteur informel de l’économie au processus d’accumulation suggère quelque chose de plus vaste que ce que l’on peut voir à partir du seul exemple italien et qui constitue une plus large tendance au sein de l’économie mondiale. Cette tendance marche main dans la main avec l’effondrement de l’État providence et du syndicalisme traditionnel comme elle traduit la présence aux quatre coins du globe des intérêts tentaculaires des compagnies multinationales. Aussi, le débat principal tourne-t-il autour de la question suivante : l’importance grandissante de ce secteur alternatif au sein de nombreuses économies nationales n’est-elle qu’un simple réajustement du système économique actuel ou est-elle plutôt le germe d’un nouvel ordre économique (c’est-à-dire l’ébauche d’un véritable processus de transition, voir Godelier 1987a, b) ?

8Notre étude de cas peut servir, dans une certaine mesure, de contrepoint aux situations de l’Emilie, en Italie, et de la région de Valence, en Espagne. La comarca de Tarragone, affectée par l’effondrement total du secteur agricole, n’a pas vu l’épanouissement d’une myriade de petits entrepreneurs qui auraient remplacé le travail rural par l’artisanat, l’industrie, le commerce ou des services. La seule exception à cela – nous y reviendrons – est l’industrie du tourisme bien que, même dans ce secteur, les entreprises soient peu nombreuses et loin d’être florissantes. Par ailleurs, il faut bien retenir le rôle très important d’un facteur démographique et économique : plus de la moitié de la population de la comarca de Tarragone est composée d’immigrants de la première ou de la deuxième génération qui vinrent s’installer là en masse durant les années 60 et 70, protégés par le grand boum économique généré à l’époque par les investissements dans l’industrie pétrochimique et, dans une moindre mesure, par le tourisme.

9Le marché du travail à Tarragone est dominé par l’industrie pétrochimique à grande échelle. C’est un secteur où la production décentralisée est impossible à cause des contraintes techniques et dans lequel il est difficile de déceler une éventuelle dualité du marché du travail. Pourtant, une certaine précarité existe bel et bien pour une partie des forces productives, pour autant qu’un certain nombre de travailleurs n’appartiennent pas à la force de travail normale des firmes et soient recrutés, le plus souvent sur une base temporaire, par des compagnies affiliées ou dépendantes des grandes multinationales. Mais de tels emplois intermittents ou à temps partiel restent totalement immergés à l’intérieur du secteur officiel, formel de l’économie industrielle.

10De nouveau il faut bien comprendre que la grande majorité de la force de travail de Tarragone possède une très faible qualification professionnelle, ayant pour la plupart travaillé dans la construction, tantôt des usines, tantôt des complexes touristiques des environs de la ville. C’est ce secteur social particulier qui nous intéresse dans la mesure où c’est lui qui subit le plus durement les contrecoups de la crise.

11Posons au départ l’hypothèse que la clé pour expliquer la reproduction de ce groupe social – dont près d’un quart de la partie active est frappé par le chômage – réside plus dans la solidarité active de réseaux de parenté ou de commune origine ethnique que dans un développement significatif d’un marché secondaire ou alternatif lié à une économie informelle. Du reste, celle-ci est peu développée à Tarragone du fait de la faiblesse traditionnelle de cette cité en matière d’entreprise commerciale. Tarragone était avant tout une ville impliquée dans les services gouvernementaux plutôt que dans un quelconque processus d’industrialisation. C’est dans certaines zones habitées par la classe ouvrière à la périphérie de Tarragone que l’on trouve ces processus de solidarité et d’assistance mutuelle entre membres d’une même famille et c’est là que l’on peut observer un processus constant de recomposition au sein de ces familles : les unités familiales tentent de s’adapter à des conditions toujours changeantes dues à une plus ou à moins grande instabilité économique. Ce sont ces mêmes schémas de recomposition qui agissent comme des filtres lors des crises de reproduction des groupes domestiques et ils entraînent la formation de ce que j’appelle des « conglomérats familiaux » (voir Pujadas et Comas 1984).

L’INDUSTRIALISATION DE TARRAGONE

12Jusqu’à il y a une trentaine d’années Tarragone était une petite capitale provinciale, siège du gouvernement local et de l’évêché. La ville possédait des industries modestes dans trois domaines : textile, mise en bouteille d’huile et de vin, industrie chimique reposant sur des produits agricoles, principalement des fertilisants et des essences naturelles. Le seul secteur développé était le port, Tarragone étant le principal centre d’exportation de la production régionale d’amandes et de noisettes. Avec Barcelone, Tarragone est le seul port de quelque importance dans toute la Catalogne. Jusqu’à seulement quelques années, 20 % de la population recensée de la ville appartenait au secteur primaire, c’est-à-dire à l’agriculture et à la pêche. On peut dire que dans les années 50 son économie – comme d’ailleurs sa population – était complètement stagnante. Un indicateur clair de cette situation était le manque total d’activité de la construction, secteur qui souffrait encore des déséquilibres structuraux causés par la guerre civile (1936-1939).

13Entre 1957 et 1960, la ville connut plusieurs tentatives officielles de revitaliser son économie. Le gouvernement espagnol promut un « Plan pour la stabilisation économique » qui devait encourager et protéger la création de « pôles industriels » par l’octroi de facilités de crédit et de déductions fiscales aux sociétés nouvelles qui s’y implanteraient. Dans ce contexte et tirant avantage d’une brusque diminution de l’espace rural autour de leur cité, les autorités municipales créèrent deux « polygones » industriels à l’intérieur même des limites du territoire municipal. L’hiver de 1956 avait connu, en effet, de telles gelées que les paysans furent forcés de détruire la plus grande partie de leurs plantations d’amandes et d’algarroba qui se trouvaient à l’intérieur de ce territoire.

14C’est ainsi que les ceintures industrielles de Entrevias et de Francoli virent le jour. Situées au sud de Tarragone, elles attirèrent rapidement quelques petites entreprises situées précédemment au centre ville. L’arrivée de ces nouvelles entreprises, quoique modeste, est le signe d’un certain dynamisme économique, surtout étant donné le manque de tradition industrielle de Tarragone comparée aux autres centres industriels de Catalogne. Beaucoup de ces nouvelles entreprises ne connurent qu’une brève existence et l’acquisition de propriété industrielle à l’intérieur de ces ceintures urbaines fut l’objet de beaucoup de spéculations sur la propriété foncière, faisant bondir les prix de la terre. Toute cette première phase très importante pour l’avenir du processus d’industrialisation de Tarragone dans la mesure où, d’une part, elle a préparé le terrain pour la création de toute une série d’infrastructures, et d’autre part, elle attira un grand nombre de travailleurs à la recherche d’un emploi, en provenance d’autres régions d’Espagne encore plus démunies. En bref, cette première tentative d’industrialisation, bien qu’elle ne fut qu’un succès partiel, n’en prépara pas moins favorablement le terrain pour ce qui était encore à venir.

15L’implantation de l’industrie pétrochimique à Tarragone fut déclenchée par l’annonce officielle qu’une raffinerie de pétrole allait être construite incessamment à proximité de la ville. En l’espace d’une quinzaine d’années, de 1961 à 1976, dix-huit importantes usines pétrochimiques sortirent de terre, dont la raffinerie elle-même et trois autres entreprises – appartenant à l’État – qui fournissaient aux autres les matières premières nécessaires à leurs propres processus industriels : éthylène, propylène, naphte et polyéthylène. A la même époque, on assiste à des investissements massifs de la puissance publique dans l’infrastructure : on construit l’autoroute qui relie Valence à la frontière française ; on développe et on élargit le port afin que les navires pétroliers puissent charger et décharger, et un réseau compliqué d’oléoducs souterrains fut construit pour transporter les matières brutes de la raffinerie aux autres industries, éliminant ainsi le problème du transport terrestre des produits pétroliers. De même, l’aéroport militaire de Reus fut réaménagé pour un usage civil. Tous ces développements durent beaucoup aux avantages fiscaux et de crédits mentionnés plus haut mais surtout à la « fièvre de vendre » qui s’était emparée de tous les petits propriétaires ruraux, influencés par une habile campagne de « modernisation » lancée par les autorités municipales et les industriels.

16Pendant toute cette phase d’industrialisation la seule fausse note vint d’un autre secteur des affaires qui se trouvait en conflit d’intérêts, à savoir le tourisme. Entre 1965 et 1970, un débat important agita la presse locale concernant la meilleure localisation possible de la raffinerie et de ses installations annexes (le cœur même de l’industrie pétrochimique). A l’origine on prévoyait de l’implanter au sud-ouest de la ville, directement sur la côte, à l’intérieur du périmètre d’extension du port. Les représentants des industries touristiques s’opposèrent à cette localisation, y voyant un désastre pour l’image de Tarragone. Les villes voisines de Salou et de Cambrils firent pression pour que le complexe industriel soit situé plus haut sur la rivière Francoli. Finalement, un accord fut atteint : on construisit la raffinerie au nord de Tarragone empiétant d’une quinzaine hectares sur le lit d’une rivière, au cœur de la zone où se trouvaient les plus riches vergers de la comarca et qui traditionnellement fournissait toute la population en fruits. Ce sacrifice de l’agriculture n’empêcha pas de toute façon plusieurs compagnies multinationales de s’installer le long de la côte, à proximité du port industriel. Aussi deux zones aux vocations totalement contradictoires, sites occupés par de l’industrie lourde d’une part, espaces destinés au tourisme de masse de l’autre, se juxtaposent-elles, sans pouvoir, ni l’une, ni l’autre, se développer faute de place. Durant les dernières années du régime de Franco, le pouvoir politique et économique de la paquita (Patronal Quimica de Tarragona) fut sans aucun doute immense mais il est également vrai que sa capacité d’agir en toute indépendance (sans se soucier des restrictions légales) demeure presque intacte dix ans après la proclamation de la constitution espagnole. Tous les politiciens municipaux qui ont essayé de corriger ces erreurs structurelles d’urbanisme, de réviser et d’améliorer le plaseqta (Plan pour la sécurité de l’industrie chimique de Tarragone) et, plus osé encore, de s’attaquer à la pollution, notamment aux pluies acides, véritable menace pour la santé publique, ont été remplacés les uns après les autres.

LA MARCHÉ DU TRAVAIL ET LA SITUATION SOCIALE DE LA CLASSE OUVRIÈRE À TARRAGONE

17Au tout début du procès d’industrialisation, le marché du travail était limité à Tarragone aux activités liées au secteur primaire (pêche et agriculture), au port, à quelques industries textiles, alimentaires, mécaniques, chimiques (fertilisants) et à la fabrication de meubles. Il existait de nombreux petits ateliers artisanaux (habituellement familiaux) et de nombreux petits commerces. Près de vingt ans après la fin de la guerre civile, la ville, bien que sa population fût encore relativement restreinte, n’avait toujours pas réglé son problème de logement à cause d’un arrêt complet de la construction. Les seuls secteurs bien représentés étaient les services publics (Tarragone étant la capitale de la province pour tous les services de l’État), l’armée (des casernes bien entretenues) et l’Église (le siège de l’épiscopat et une multitude d’ordres religieux, la plupart d’entre eux se consacrant à l’enseignement et continuant ainsi à dominer comme auparavant toute l’éducation primaire et secondaire).

18La population de Tarragone passa de 43 519 habitants en 1960 à 78 238 en 1970 et à 109 112 en 1981, ce qui signifie une croissante urbaine moyenne de 79,6 % durant la première décennie et de 39,5 % durant la seconde. Cette augmentation spectaculaire toucha également les villes et les villages adjacents : Vilaseca, Reus, Cambrils, Torredembarra et Valls et résulta non seulement de l’embauche de travailleurs par l’industrie pétrochimique mais aussi de l’afflux de travailleurs saisonniers attirés dans le secteur du tourisme. Plus de trente ans après sa création, le marché du travail est toujours en expansion dans ce dernier secteur, ce qui n’est plus le cas dans l’industrie pétrochimique. Dans ce secteur l’emploi est passé par deux phases très différentes qui ont abouti à la création d’un nombre relativement réduit d’emplois si l’on tient compte de la grande taille des entreprises de ce secteur.

19La première phase de l’expansion de la population est allée de pair avec la construction des ceintures industrielles de Entrevias et de Francoli, la construction des premières industries pendant cette phase préliminaire d’industrialisation tandis qu’on construisait sur la côte des grands hôtels et des ensembles résidentiels (de Vendrell à l’Hospitalet del Infante). Cette même époque – qui dure de 1956 à 1965 – voit le développement des premiers quartiers ouvriers de Tarragone et, plus généralement, des zones de logements pour la première vague de travailleurs immigrés.

20La deuxième phase d’immigration correspond à la poursuite du développement touristique et résidentiel et au lancement de la troisième zone industrielle, la plus d’importante, celle de Trebol, où quelque vingt-cinq entreprises pétrochimiques se sont implantées. Cette activité fiévreuse de construction et de développement fut complétée par celle, beaucoup plus spécialisée, de mise en place de firmes de montage industriel dont la tâche était d’installer une technologie sophistiquée et de veiller à son bon fonctionnement. Aux très nombreux emplois que représentent déjà ces activités, il faut ajouter, datant du milieu des années 60, la force de travail déjà employée dans les industries déjà abondantes des secteurs de la chimie, de la mécanique, du bois, de l’alimentation ainsi que celle des secteurs traditionnels du textile et de la production viticole. Cette deuxième phase qui dura approximativement de 1965 à la fin des années 70 fut incontestablement un succès et c’est la seule pendant laquelle a existé le plein-emploi de la population de Tarragone. (On doit se souvenir qu’à Tarragone l’impact de la crise industrielle des années 70 ne se fit pas réellement sentir avant la décade suivante puisque ce fut en plein milieu de cette crise internationale que furent installées les industries pétrolières les plus importantes.)

21Le début des années 80 marque la troisième phase qui se caractérise avant tout par un arrêt total dans la construction, impliquant un rétrécissement très net de l’ensemble du marché du travail puisque dans la décade précédente plus de 50 % de la classe ouvrière était employé dans ce secteur. Le taux de chômage actuel à Tarragone tourne autour des 20 %, selon des recensements officiels, et des 25 %, selon nos propres estimations fondées sur nos enquêtes dans les douze quartiers ouvriers de la ville. Le taux est encore plus élevé parmi les moins de 25 ans (35 % des jeunes sont toujours à la recherche d’un premier emploi) et les plus de 50 ans (surtout dans le secteur de la construction). Cette contraction drastique du marché du travail a cependant peu à voir avec un processus d’émigration qui lui est parallèle puisque entre 1981 et 1986, la population de Tarragone n’a diminué que de 2,7 %, passant de 109 112 habitants à 106 141.

22La question qui se pose immédiatement à nous est celle-ci : comment tous ces hommes et toutes ces femmes de la classe ouvrière, appartenant à la catégorie la plus défavorisée du point de vue socio-économique, la plus défavorisée du point de vue de la qualification professionnelle aussi, sont-ils parvenus à survivre ? Quels sont leurs moyens et leurs stratégies ? Comment ont-ils réussi à tenir face à la crise de l’emploi ? Pourquoi, en dépit de leurs affirmations – d’une grande constance d’une enquête à l’autre – que leur désir le plus fort est de retourner dans leur lieu d’origine, n’en ont-ils, dans leur écrasante majorité, jamais rien fait ? Quels sont les mécanismes et les stratégies adoptées dans la reproduction des groupes domestiques, des parentèles ou des groupes de même origine ethnique qui habitent dans les quartiers les plus pauvres de Tarragone ?

LE RÔLE DU GROUPE DOMESTIQUE ET DE LA PARENTÈLE FACE À LA PRÉCARITÉ ÉCONOMIQUE

23Parmi plus de deux cents familles ouvrières que nous avons étudiées, nous avons choisi pour notre présente analyse, celles au sein desquelles un ou plusieurs groupes domestiques à l’intérieur d’un réseau de parenté ont besoin d’aide à cause du chômage. Un de nos premiers problèmes fut de bien distinguer entre ce qu’on peut considérer comme « une famille où chacun aide les autres » face à l’adversité et ce que certains auteurs appellent une « économie familiale » ou une « économie domestique » reposant sur l’échange de travail et d’argent entre parents. Autrement dit, ce que nous essayons de faire c’est de mettre en lumière, dans une approche dynamique et en terme de processus, la mobilisation ou « la mise en veilleuse » de mécanismes « exceptionnels » à travers lesquels des individus utilisent des réseaux familiaux (ou parfois des réseaux « ethniques » ou des réseaux de « gens du même pays ») pour s’entraider dans des situations économiques précaires. Ainsi que nous allons le voir, cette aide de la famille prend des formes nombreuses en fonction de la situation économico-sociale du groupe que j’ai désigné plus haut comme un « conglomérat familial » et du, ou des groupes domestiques où se fait sentir le besoin.

24Nous allons commencer par montrer qu’il existe à l’intérieur d’un même groupe domestique appartenant à la classe ouvrière une pluri-activité à laquelle prennent part tous les membres du groupe qui le peuvent. En dépit de l’image culturelle traditionnelle – que soulignent presque tous nos entretiens – selon laquelle la femme s’occupe exclusivement des enfants et de la maison, il est certain que, dans presque tous les cas, l’aide économique apportée au foyer par les femmes est considérée comme importante, sinon même indispensable parfois à la reproduction sociale du groupe face à une situation d’adversité constante. Ainsi que d’autres membres du Groupe international pour l’étude des transitions sociales l’ont souligné, la participation des femmes au marché du travail officiel ou parallèle n’apparaît jamais aux yeux de ces catégories sociales comme une véritable activité professionnelle mais plutôt comme une activité provisoire ou une simple « aide » à l’économie domestique. On n’attribue jamais à ce type d’activité une valeur propre, indépendante ; on y voit un expédient lorsque les hommes sont au chômage ou un supplément lorsque leurs salaires s’avèrent insuffisants (voir Narotzky 1988 et Sanz 1988).

25Nous allons voir que les femmes jouent un rôle fondamental en garantissant la continuation, dans des conditions économiques adverses, du procès de reproduction du groupe domestique et, au-delà, de tous les autres groupes qui constituent les groupements plus vastes dénommés « conglomérats familiaux ». D’une part, il faut bien comprendre que le rôle des femmes est un rôle productif mais qu’il a une capacité spéciale pour s’adapter à des circonstances multiples et variées : sans négliger leur travail domestique auquel elles sont attachées par convention et par tradition, elles s’engagent dans des activités extérieures supplémentaires afin de gagner de l’argent. D’autre part, il est important de souligner leur rôle dans la cohésion de la famille et la coordination entre les différentes unités domestiques durant les périodes difficiles où il est nécessaire de faire jouer les mécanismes de solidarité et d’aide mutuelle.

26Le rôle de figure centrale d’un réseau de parentèle est habituellement tenu par des personnages féminins « charismatiques », par exemple, des femmes, plus âgées, fortes, qui ont vécu dans ses débuts le processus de migration et qui ont eu l’occasion de faire preuve dans leur jeunesse de tout leur potentiel de « combativité » et de leur capacité au travail. Et c’est ainsi qu’elles se sont entourées d’un réseau complexe de bonnes volontés et de solidarité qui peut être mobilisé à chaque fois qu’il y a des objectifs communs à atteindre. Tout différent est le rôle joué par les vieux immigrants qui, après leur retraite, auraient plutôt tendance à se retrouver marginalisés et étrangers à la société, eux qui ont abandonné la campagne qui les a vus naître pour passer les dernières années de leur vie auprès de leurs enfants. Toute autorité morale leur est déniée ainsi que toute fonction de cohésion dans les réseaux de parenté. Cette autorité et cette fonction passent directement à la génération intermédiaire qui a la délicate tâche de servir de médiateurs culturels entre deux générations très différentes, aux modes de penser radicalement dissociés.

27Bien qu’il soit difficile de tirer une vue générale de la variété très grande des histoires de cas et des histoires de familles que nous avons étudiées, il pourrait être utile d’en dresser une typologie provisoire, ce qui, de surcroît, devrait nous permettre de comprendre la grande multiplicité des ressources et des stratégies engendrées dans les contextes d’adversité que j’ai étudiés.

28En premier lieu, il faut souligner les caractéristiques des différents types de groupes de parenté ; quelques-uns des caractères morphologiques les plus importants sont les suivants : a) le nombre de membres d’un groupe de parentèle ; b) le fait qu’ils vivent proches les uns des autres ou séparés ; c) la nature ouverte ou fermée de la composition « ethnique » du groupe et, en général, la taille des réseaux sociaux au sein desquels ses membres se meuvent ; d) le degré de différenciation socio-économique et professionnelle interne entre les membres du groupe ; e) la prédominance du travail salarié ou d’un travail « caché », informel, associé à une pluri-activité comme source principale de revenus et f) la présence ou l’absence d’une sorte de catalyseur à l’intérieur de l’unité familiale comme dans le cas d’une figure charismatique centrale. Il faut encore prendre en considération deux autres facteurs d’ordre chronologique qui peuvent être utilisés pour différencier les divers types de regroupements familiaux, compte tenu du fait que nous avons affaire principalement à des immigrés : a) l’ancienneté de leur présence et leur degré d’implication dans la formation et la cristallisation de l’identité communautaire ; b) l’âge des membres de la première génération qui avaient joué un rôle leader dans le processus de l’immigration et dans l’installation du groupe dans sa résidence actuelle.

29Le genre de situations qui ont toutes les chances de déclencher la mobilisation de la famille constitue le second critère de notre typologie. Ici nous butons sur une grande diversité de ce qui, en termes emic, est perçu comme un malheur ou une calamité et qui dépend largement du degré de précarité atteint précédemment dans chacun des cas analysés. Pour José Antonio, un travailleur âgé de trente-six ans, qui avait participé à la construction de cette zone, être sans travail est presque un état normal puisque, en près de 20 ans de vie laborieuse, il n’a, en fait, jamais occupé plus de deux ans un emploi dans la même compagnie. Pour Miguel, cousin de José Antonio, qui a son certificat d’étude et a été capable de suivre pour un temps des cours de formation professionnelle, ce fut un véritable traumatisme que d’être licencié par la société d’équipement industriel pour laquelle il avait travaillé pendant douze ans. Il sombra dans la dépression. Pour lui et sa famille, c’est là une situation qu’ils considèrent comme très difficile à surmonter. Il est clair qu’il existe plusieurs valeurs que toute la communauté que nous avons étudiée partage et qui sont associées avec la chance et l’effort personnel comme moyens d’accéder à cette marchandise rare qu’est un « emploi stable ». Miguel, aux yeux de sa famille et de ses amis, représentait l’exemple de la réussite personnelle due à son intelligence et à une grande détermination à se forger un avenir. Il était le seul de sa famille à avoir fait des études et il semblait tout à fait normal qu’il parviendrait à se hisser hors du ghetto de l’emploi dans le secteur de la construction ou du travail saisonnier dans l’hôtellerie qui était le lot des autres membres de son groupe le plus proche.

30Une troisième catégorie se rapporte aux types d’individus touchés par la crise du marché du travail et notamment par l’absence d’emplois permanents existant dans le secteur officiel de l’économie. Il est clair ici que les gens les plus touchés par cet état de fait sont les jeunes à la recherche d’un premier emploi, les travailleurs âgés de plus de cinquante ans et, bien entendu, les femmes de tous âges et il est curieux de noter comment les familles acceptent d’aider ceux qui sont leurs premiers fournisseurs de pain, à savoir les hommes adultes ou les pères lorsque ceux-ci sont touchés par la crise. Phénomène d’autant plus important qu’en dépit de l’instabilité du marché du travail et de l’existence d’une légion de stratégies de survie qui font que, d’une façon ou d’une autre, toute personne valide finit par se trouver une occupation un tant soit peu rémunératrice, les gens considèrent toujours que le principal rôle économique revient exclusivement au père ou à un autre homme qui est chef de famille. Plusieurs informateurs au chômage, âgés entre quarante et cinquante-cinq ans, n’ont pas caché l’humiliation et la honte qu’ils ressentent à survivre sur le salaire de leur épouse ou même sur celui de l’un des aînés de leurs enfants. D’autres se sont résolus au fait qu’ils ne trouveront probablement plus de travail et ils se sont donc « établis à leur compte ». L’un d’entre eux a monté une petite affaire de matériaux de construction tandis que deux autres ont fondé ensemble une société pour effectuer des petits travaux de maçonnerie chez les gens. Un autre, enfin, a loué un bar et pour lui les choses vont mieux que jamais.

31Une phase cruciale dans la mobilisation des réseaux de parenté est le moment de l’arrivée à Tarragone. Nous disposons d’un grand nombre de témoignages sur ce que furent les conditions de logement des « pionniers » de ce processus massif d’immigration. Maria, âgée de trente-neuf ans, est arrivée en 1961 avec ses parents et ses cinq frères et sœurs plus jeunes qu’elle. Des cousins de ses parents avaient réussi à leur avoir une chabola (un abri, une cabane) à proximité de la future ceinture industrielle de Entrevias : « L’endroit n’était pas horrible, sinon qu’il n’y avait qu’une seule pièce et, bien sûr, pas d’eau courante ni de toilettes. » Le père de Maria trouva immédiatement du travail comme maçon chez l’entrepreneur qui employait déjà ses cousins ; sa mère trouva une place de bonne à Tarragone. Maria dut s’occuper de ses cinq frères et sœurs et il lui fallait marcher plus d’un kilomètre pour aller chercher de l’eau à la fontaine la plus proche. Les samedis, avec sa tante et l’une de ses filles aînées qui avait le même âge qu’elle, Maria devait faire la lessive de la semaine : « Nous y passions pratiquement toute la journée parce que c’était plein de femmes de Entrevias et d’ailleurs, qui venaient utiliser les citernes de La Canonja. Ce n’était pas comme maintenant où tout le monde a sa machine à laver. »

32Pour résumer, quand Maria fit une estimation de tous ses parents du premier et du deuxième degrés du côté de son père et de sa mère, elle calcula une cinquantaine de personnes environ, arrivées en l’espace d’une dizaine d’années – ce nombre a quadruplé depuis, sans qu’on prenne en compte les parents par alliance. A chaque fois, le type d’entraide est le même : les nouveaux arrivants logent quelques jours dans la même chabola à moins qu’on ne leur trouve immédiatement une résidence permanente. Puis on se met à la recherche d’emplois pour les parents prêts à travailler, de préférence dans les mêmes places ou industries que les premiers immigrés.

33Sans aucun doute, il existe d’innombrables variations sur le thème de l’arrivée à Tarragone, surtout en ce qui concerne ces pionniers urbains. Sinfo et Jesús sont arrivés avec leurs parents et leurs frères et sœurs à la fin des années 50 et ils ont été aidés par quelques personnes, originaires comme eux du Sud. Ces derniers s’étaient débrouillés pour leur procurer à tous un emploi mais n’avaient pas été capables de leur trouver un endroit où vivre. Après avoir passé deux jours dans une pension et s’être trouvés à court d’argent, ils durent aller s’installer dans des grottes près de l’Hermitage de Loreto. Ils durent rester là jusqu’à ce qu’ils parviennent à trouver un endroit un peu plus décent, en l’occurrence une chabola : « Il y avait plusieurs familles à vivre là ; dans la première grotte où nous avons véçu, nous étions deux familles à la partager et nous devions, la nuit, tirer un rideau fait de toile à sac pour faire une séparation. »

34Le cas de Serafina illustre un troisième type de situation. Immigrée du Bas-Aragon, elle arriva avec son mari et ses deux petites filles dans un village près de Tarragone où son mari obtint une place de masover (concierge-jardinier). Quelques années plus tard, Serafina, devenue veuve, vint vivre à Tarragone avec une tante, veuve elle aussi, qui résidait avec son fils unique. Elle trouva un emploi chez les sœurs de la Pitié comme femme de compagnie auprès des personnes âgées ou malades. Après l’école, les filles de Serafina participaient aux tâches ménagères tandis que la tante faisait la cuisine pour toute la famille. Son fils rapportait à la maison un salaire qui aidait à faire marcher l’économie de la famille. Les gens qui avaient immigré en même temps que Serafina et qui continuaient à vivre comme journaliers dans la petite communauté rurale où elle s’était installée la première fois, continuèrent à les aider en leur envoyant des pommes de terre et des légumes.

35Une autre phase digne d’être notée dans le processus d’intégration urbaine est l’abandon des logements provisoires et l’achat ou la construction, en le faisant soi-même, de son propre logement. Maria – mariée à quatorze ans après être tombée enceinte – quitta le quartier des chabolas au moment où ses beaux-parents eux-mêmes l’abandonnaient car, de leur côté, ils étaient engagés dans la phase de transition entre une cabane et la possession de sa propre maison. Ce processus fut long pour eux comme pour plusieurs autres de leurs parents parce qu’ils ne pouvaient travailler à la construction que durant les fins de semaine. Étant pratiquement tous maçons, ils pouvaient s’entraider. Ainsi, en l’espace de trois ans, ce groupe de familles, travaillant ensemble, a construit quatre maisons dans lesquelles vécurent sept familles (certains de ces groupes domestiques comprenaient d’ailleurs deux couples mariés ou plus, comme dans le cas de Maria). Durant les années 70, tout le quartier de Bonavista fut le centre d’une telle activité de construction faite par les gens eux-mêmes. Pratiquement toutes les nouvelles maisons furent construites sur le même modèle, typique de l’Andalousie, province d’origine de la plupart des gens du quartier. Il s’agit de maisons à un seul étage avec une cour derrière pour élever des poules et des lapins.

36Cette phase de formation valut à Bonavista le surnom de « ville sans loi » parmi les autres habitants de Tarragone. Pendant cette période, des bagarres y éclataient souvent parce qu’il n’y avait qu’une seule fontaine publique pour subvenir aux besoins en eau – besoins domestiques et pour la construction de leurs maisons – de deux à deux mille cinq cents habitants. Le surpeuplement et la pauvreté dans lesquels chacun continuait à vivre aussi bien qu’un certain nombre de cas de délinquance et de meurtres – dont la presse locale fit ses gros titres – donna au quartier une très mauvaise réputation dont ses habitants n’ont toujours pas réussi à se défaire. Aux yeux des autres Tarragonais, Bonavista ne jouit pas d’une réputation très salubre. Cette exclusion sociale, à laquelle répond un haut degré de cohésion interne parmi ses habitants (unis par des liens de famille, de camaraderie et d’un lieu d’origine commun), explique le caractère fermé et la nature singulière de Bonavista : ses habitants ne se considèrent pas comme faisant partie de Tarragone mais plutôt comme les membres d’une communauté séparée et existant comme telle. Beaucoup de gens interviewés parlent de Bonavista comme de « leur propre village » auquel les attachent désormais de solides racines. Maria déclare « pour rien au monde je ne voudrais quitter cet endroit ». Pour ceux qui ont quitté leur village natal en Andalousie, Bonavista est maintenant leur chez soi et l’endroit où vivent tous leurs amis et leur famille.

37A l’époque où les gens construisaient leurs maisons eux-mêmes, la solidarité familiale était fondée sur la façon dont les divers groupes domestiques s’entraidaient dans cette tâche et surtout sur la façon dont toute la force de travail était mobilisée collectivement pour que le travail soit fait. Même les enfants participaient car ils trouvaient excitant et amusant d’être impliqués dans la construction de leur future maison. Quelques familles s’engagèrent dans des projets à plus long terme. Dans le cas de deux frères mariés, chacun avec plusieurs enfants, une telle entreprise fut un processus qui ne s’arrêta pas avant longtemps. Ils commencèrent par construire le rez-de-chaussée de leur maison et continuèrent à ajouter des étages quand leurs économies le leur permettaient. Finalement ils complétèrent leur tâche au bout de vingt ans. Ils possèdent maintenant un appartement au rez-de-chaussée et deux au-dessus, un garage et un local commercial où les deux épouses tiennent ensemble une boutique de produits de beauté. De même, Maria a ouvert un petit magasin d’alimentation au rez-de-chaussée de sa maison et elle envisage de le céder à sa fille pour que celle-ci puisse mettre de l’argent de côté en vue de se marier. Le fiancé de sa fille ne parvient d’ailleurs pas à trouver un emploi stable et le magasin devrait pouvoir leur assurer un revenu.

38La période allant de 1965 à 1980 coïncide, ainsi que je l’ai déjà dit plus haut, avec la phase la plus exubérante de l’industrialisation de Tarragone. Tout le monde avait un travail. Durant cette période, Bonavista a vu sa taille quadrupler mais en même temps cette croissance démographique fut marquée par certains traits spéciaux qui renforcèrent la nature « séparée » de la ville et son caractère « fermé » socialement et culturellement qui en firent une « véritable ville andalouse au cœur de la Catalogne » selon les mots d’un commentateur local de l’époque. Cette particularité s’explique par le fait qu’à de rares exceptions près, presque tous les 10 000 habitants qui arrivèrent dans ce quartier pendant cette période étaient soit des parents des premiers arrivants, soit venaient des mêmes endroits. Ce fait ajouté à un très haut degré d’endogamie au sein de la communauté créa un réseau serré de relations et de sentiments « d’appartenir » à une structure sociale déterminée tout autant par des liens de parenté que par la même origine ethnique. Ainsi la cohésion sociale s’est-elle maintenue même face à l’attitude de rejet et de marginalisation de la part de leurs « voisins de Tarragone ».

39Nous observons le même type de relations sociales imbriquées les unes dans les autres dans la sphère des activités économiques. Bien que l’on soit ici encore dans une phase de plein emploi, la construction et l’élargissement continuels des maisons pour de nouvelles arrivées de parents pèsent très lourdement sur les budgets familiaux et créent le besoin de recourir à plusieurs types d’activités à l’intérieur de l’unité domestique. La plupart des femmes de cette zone travaillent comme femmes de ménage soit chez des particuliers soit dans des entreprises. Les jeunes femmes deviennent vendeuses ou trouvent de l’emploi dans l’industrie textile locale tandis que les jeunes hommes sont embauchés par les sociétés de construction locales ou tentent leurs chances auprès des restaurateurs qui, pendant les mois d’été, sont toujours à la recherche de serveurs. A côté de ces activités salariées, il y en a nombre d’autres pour lesquelles le réseau de parenté joue un rôle important. Nous avons été témoin de l’apparition dans le quartier d’ateliers de construction mécanique, de petits commerces vendant des matériaux de construction, de la peinture ou du bric-à-brac pour la maison (commerces qui répondent à la forte demande suscitée par la fièvre d’autoconstruction que connaît le quartier), d’un nombre incalculable de bars et de toutes sortes d’autres commerces. Pratiquement toutes ces petites affaires sont aux mains de gens du quartier qui utilisent le rez-de-chaussée de leur maison comme local commercial et rentabilisent ainsi ce que leur a coûté leur installation. Cette sphère d’activité économique résulte en général de l’association de plusieurs groupes domestiques qui partagent les coûts et les profits et maximisent l’usage de la force de travail disponible à l’intérieur de chaque groupe respectif.

40Un exemple qui date de la fin des années 60 illustre parfaitement cette phase particulière de l’histoire de Bonavista. A la suite d’un incendie, une famille andalouse perdit sa maison. C’était une des familles du voisinage avec très peu de parenté sur place donc peu de perspective de pouvoir se sortir de ce désastre (bien entendu la propriété n’était pas assurée et l’argent emprunté à la banque pour sa construction n’était pas encore remboursé). Devant ces circonstances, leurs voisins immédiats leur offrirent un abri provisoire chez eux et une collecte fut organisée dans le quartier afin d’acheter les matériaux nécessaires à la construction d’une nouvelle maison. De plus, leurs voisins consacrèrent à tour de rôle leurs fins de semaine à construire la maison et, comme c’était la coutume, tout le travail fut terminé avant même que l’année fut achevée. Cette histoire – dont on peut facilement vérifier la véracité – s’est transformée en légende : j’en ai entendu plusieurs versions par des gens vivant dans le quartier ou en dehors. Ce genre d’événements qui allaient de pair avec les solides progrès faits par les mouvements syndicaux et de citoyens ont contribué à convertir graduellement l’image d’une « ville sans loi » en celle d’un district urbain respecté. Cette histoire est même devenue un mythe surtout pour les autres immigrés de la classe ouvrière qui habitent des quartiers moins mobilisés et moins charismatiques que ne l’est Bonavista.

41La décennie présente, qui vit le choc de la crise de la construction et la fermeture de plusieurs usines importantes dans l’alimentation, le textile et les pièces de mécanique, devait mettre dramatiquement à l’épreuve toute cette organisation et cette cohésion. La fermeture, qui a mis longtemps à se faire, de l’usine de l’alena (une usine de traitement du bois) illustre parfaitement cette crise généralisée, ainsi que la capacité de lutte et le courage avec lesquels la classe ouvrière de Tarragone a réagi. Après plus d’un an de manifestations, les ouvriers, soutenus par la municipalité et le gouvernement régional de Catalogne, ont réussi à obtenir la réouverture de l’usine. Ils ont fondé leur propre société dans laquelle ils ont investi leurs indemnités de licenciement ainsi qu’une grande partie de leurs économies.

42Ce même esprit d’entreprise et de coopération est devenu de plus en plus visible au cours des dernières années. De vieux liens de solidarité familiale dont certains avaient déjà commencé à s’affaiblir à cause du processus lent mais net de rupture des individus d’avec les noyaux familiaux et leur départ, sont une fois de plus revenus sur le devant de la scène pour aider à survivre pendant les temps difficiles que beaucoup subissent et ceci dans la plupart des familles. La pluri-activité et le partage des « combines » permettent de tirer le maximum de disponibilités financières souvent très maigres. Les gens ont recommencé à cultiver leur jardin potager à l’intérieur même des limites de la ville, régénérant ainsi une vocation pour cultiver la terre qui semblait presque définitivement oubliée. De petites affaires se sont développées et beaucoup de gens, hommes et femmes, sont devenus des voyageurs de commerce. Le travail saisonnier dans les hôtels et les restaurants, une pratique établie depuis longtemps déjà, a pris plus d’importance et désormais les femmes sont employées à faire le ménage dans ces genres d’établissements. A l’heure actuelle, où les possibilités qu’offre l’« économie informelle » sont de mieux en mieux connues, de nombreuses femmes de divers quartiers ont installé chez elles des machines à coudre ou à tricoter et travaillent pour des sociétés de confection implantées à Reus, à Vila-Seca et, même, à Barcelone. Dans quelques cas extrêmes, certaines familles ont recours à des activités traditionnellement pratiquées par les gitans, la cueillette et la vente de champignons ou d’asperges sauvages. Tous ces efforts pour faire de l’argent, ayant la famille pour perspective, exploitent la force de travail de cette famille jusqu’à ses limites. Aucune main-d’œuvre n’est négligée quand bien même ceci se fait au prix de « diviser la misère » elle-même. N’oublions pas non plus les pensions que touchent les personnes âgées : elles sont d’autant plus importantes dans l’économie de la famille qu’elles constituent souvent l’unique revenu mensuel régulier sur lequel celle-ci peut compter.

43Les femmes et les étudiants forment les deux groupes sociaux les plus souples et les plus inventifs sur ce second marché du travail. L’étendue des travaux qu’ils peuvent faire est très vaste. En ce qui concerne les étudiants nous avons noté les activités suivantes : livrer des bouteilles de gaz ou des journaux, vendre des boissons rafraîchissantes, servir de coursier pour les banques et les commerçants, faire de la vente de produits d’épicerie au porte-à-porte, travailler les week-ends dans les cinémas, les clubs, les restaurants ou les bars de la côte, travailler à l’occasion pour les recensements, les sondages d’opinion à motivation commerciale ou politique, travailler à mi-temps dans les laboratoires des hôpitaux, dans les magasins ou les centres d’informatique, travailler pour les agences de voyage comme coursier ou comme guide. Les jeunes filles peuvent aussi être hôtesses dans les congrès ou les réunions d’affaires.

44Le travail fait par les femmes est un peu moins qualifié et repose surtout sur des activités qui peuvent être faites à la maison, principalement dans l’industrie de la confection. En cas de difficultés extrêmes, des mères « normales », appartenant à des familles normales, peuvent être amenées à se prostituer de façon plus ou moins clandestine. Il reste qu’en règle générale le travail le plus facile à trouver est du travail domestique, comme faire des ménages, garder des enfants ou s’occuper de malades et de personnes âgées. Les réseaux de parenté sont essentiels pour trouver ce genre d’emplois. A tel point, en fait, que n’importe quelle famille de la classe moyenne à Tarragone qui emploie quelqu’un à domicile peut être assurée que toute personne qui à l’avenir travaillera pour elle appartiendra à la même famille, au même quartier ou au même réseau ethnique que la personne qu’elle avait employée.

45Un ou deux autres exemples d’assistance mutuelle et d’échange de services méritent d’être mentionnés. C’est le cas d’un commerçant du quartier de San Pedro y San Pablo qui possède un supermarché. Il y a quelques années l’un de ses cousins perdit son travail et, après avoir travaillé deux ans dans le supermarché, il décida, avec l’accord de son cousin qui est aussi son patron, de monter sa propre affaire. L’idée était de produire tous les fruits et les légumes que vend le supermarché. Après avoir loué à bas prix ce qu’il lui fallait de terre irriguée (à proximité d’une propriété que sa famille possède dans un autre village) il réussit non seulement à produire assez pour fournir le supermarché de son cousin mais aussi à devenir le fournisseur principal de deux ou trois autres magasins locaux. Sa femme fait des ménages le matin et tient une caisse dans le supermarché l’après-midi et pendant les week-ends ; sa fille aînée se fait un peu d’argent en gardant le petit enfant du cousin. Il est difficile de trouver un exemple plus parlant de symbiose d’intérêts économiques divers et de maximisation des ressources disponibles. On pourrait citer de nombreux autres exemples de ce type de pluri-activité et de diversification des activités productives, jouant sur les différents registres du travail au noir, de l’auto-emploi et de la création d’affaires qui impliquent la famille. Et pourtant, en dépit de cette pluri-activité, il reste que l’ambition et le désir de la majorité des ouvriers de Tarragone sont de trouver un travail stable dans une grande usine ou une grande société, d’avoir un salaire fixe et un contrat à durée indéterminée, ce qui permettrait à leur épouse de ne plus travailler.

CONCLUSION

46Comme tous ces exemples le prouvent, il y a une dialectique continuelle entre, d’une part, les conditions changeantes du marché du travail, d’autre part, la capacité des conglomérats familiaux (par l’intermédiaire des réseaux de voisinage et de commune origine ethnique) à s’adapter à ces changements. On ne peut pas imputer à une nouvelle logique productive, mais plutôt à la persistance d’une ancienne logique reproductive, la multiplicité des stratégies auxquelles ont recours les résidents de la périphérie urbaine de Tarragone et les trésors d’intelligence et d’imagination qu’ils déploient pour développer des pratiques productives relevant de l’économie souterraine. Quand les circonstances l’imposent, cette vieille logique reproductive révèle l’existence de loyautés qui sont primordiales.

47On n’a pas l’impression d’être confrontés à des tendances structurelles nouvelles au sein du système de production ni à une redéfinition (par les habitants eux-mêmes) des relations de production comme le suggèrent les travaux de Bagnasco et de Sanchis. On serait plutôt en train d’assister à un processus de recomposition des forces productives à l’intérieur du cycle de reproduction du système économique dominant.

48Plus encore, notre objet d’analyse – la périphérie sociale et économique engendrée par l’implantation à Tarragone d’une enclave industrielle – met au jour les interconnexions qui existent entre les différentes sphères productives qui composent un système économique en transition. Les processus de migration de grande ampleur qui ont eu lieu en Espagne au cours des vingt-cinq dernières années et qui ont conduit aux phénomènes de périphérie urbaine tels que ceux que nous venons de décrire s’expliquent par un fait socio-économique, structurel qui s’est passé dans l’économie nationale : l’industrialisation pendant ces années de trois ou quatre grands centres urbains a déclenché la crise ultime qui a mis fin à la reproduction des vieux rapports seigneuriaux qui prévalaient encore dans l’Espagne rurale. C’est cela qui a conduit à l’émergence de nouvelles formes de production capitaliste et qui, à son tour, a permis le transfert d’une armée de réserve de force de travail des zones rurales aux zones urbaines (voir Pujadas et Bardaji 1987).

49Jusqu’à un certain point, la délimitation de l’espace social à l’intérieur des quartiers de Tarragone représente une sorte de « ruralisation » de l’espace urbain : de nouvelles relations sociales reposent sur des valeurs, des pratiques sociales et des répertoires cognitifs propres rassemblant des groupes qui – par suite de leur situation économique marginale comme immigrés – restent d’une certaine manière en marge des relations intenses caractérisant la société urbaine qui les environne. Dans le cas extrême d’un quartier autoconstruit comme Bonavista, la délimitation physique de l’espace a laissé des sites spécifiques pour la sociabilité locale – plazas, rues, bars-, pour la vie familiale – patios intérieurs, maisons à plusieurs étages où cohabitent des groupes domestiques étroitement apparentés – et pour des activités économiques d’autosubsistance – poulaillers et jardins.

50Toutefois, cette tendance à la reproduction de l’espace social dans la vie de tous les jours – qui sert comme une protection contre l’anomie qu’engendrent la confrontation culturelle et la marginalisation sociale – n’empêche pas l’altération profonde du processus de reproduction sociale et cela même dans ces quartiers où se reproduisent des liens communautaires fondés sur une identité « ethnique » commune et un contexte général de liens de parenté ayant pour bases des conglomérats de familles.

51A l’intérieur de l’espace social d’un quartier, de nouveaux rapports sociaux définis par le voisinage, le syndicalisme et la politique coexistent avec des liens nés de l’ethnicité et d’une origine géographique commune. Diverses formes d’organisation et de mobilisation des « citoyens » présupposent une altération profonde des répertoires cognitifs et, surtout, de la nature des relations interpersonnelles entre agents sociaux. Le clientélisme politique et les liens d’interdépendance économique entre parents et voisins impliqués dans des activités productives prennent de nouvelles significations dans le contexte de la ville. Les relations patrons/clients sont remplacées par des attitudes de plus grande indépendance personnelle, avec un haut degré de conscience de classe dans la plupart des cas. On constate également des différences notables dans la sphère des liens domestiques et des rapports de parenté urbains, comparé à ce qui se passe dans les zones rurales d’où proviennent les immigrés. Le facteur le plus marquant ici et l’égalité croissante entre les sexes et les générations. Le fait que les femmes et les jeunes adultes soient constamment impliqués en tant qu’agents productifs contribue à laisser au chef de famille le rôle de leader bien que ce schéma présuppose habituellement quelques degrés de résistance et de conflit.

52Dans ce contexte, le prestige des jeunes réside dans leur éducation et leur accès à des professions au-delà du cercle étroit du travail sous-qualifié. Mais les plus grandes frustrations dérivent justement du chômage structurel qui affecte la jeunesse et relègue ce secteur de la population dans le cercle fermé de leur univers, protecteur mais marginal. Tous les habitants du quartier insistent fortement sur la nécessité pour leurs enfants d’obtenir un bon emploi stable. Ce désir s’accompagne d’un système de représentations selon lequel résider au centre de la ville est signe de prestige et de réussite sociale.

53Nous devons donc conclure qu’il n’est pas possible de voir dans les stratégies de reproduction que nous avons décrites des formes d’organisation sociale authentiques et stables mais simplement des structures sociales provisoires. Là où la reproduction sociale ne parvient pas à s’opérer selon les modèles urbains de référence, ces structures assument une fonction de substitution. Les modèles urbains eux-mêmes – quoique, en théorie ils ne soient pas accessibles – cessent d’être des objectifs sociaux, réels et quotidiens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bagnasco, A. 1977. Tre Italie. La problematica territoriale dello sviluppo italiano. Bologna, Il Mulino.

– 1983. « La cuestión de la economía informal », Sociología del trabajo, 9 : 9-34.

Bergonzini, L. 1979. « Occupazione occulta e resultati di una ricerca sul doppio lavoro a Bologna », Inchiesta, 37 : 10-18.

Brusco, S. 1980. « Il modello Emilia : disintegrazione produttiva e integrazione sociale », Problemi della transizione, 15 : 86-105.

Cantelli, P. 1980. L’economia sommersa. Rome, Editori Reuniti.

Capecchi, V. 1979. « Disoccupazione giovanile e rapporto scuola-lavoro : mutuamenti strutturali e nuovi valori », Problemi della transizione, 12 : 70-141.

– 1983. « La economia sumergida en Italia. Investigación en una región caracterizada por la existencia de la pequeña empresa », Sociología del trabajo, 9 : 35-64.

Capecchi, V. ; Pugliese, E. 1978. « Due città confronto : Napoli e Bologna », Inchiesta, 35-36 : 3-54.

Caritas Española. 1986. « El paro a debate », Documentación social, 62-63, 480 p.

Casal, M. ; Vidal, J.-M. 1983. L’economia de Sabadell : estructura diagnosis perspectivas. Sabadell, Excmo, Ayuntamiento.

Castro, R. 1985. « Aproximación a la problemática de la economía sumergida », Claridad, 5 : 15-26.

Censis. 1976. L’occupazione occulta. Roma, censis, isfol, cnel.

Comas d’Argemir, D. (sous presse), « Emigración, etnicidad y redes de parentesco en un barrio de Taragona », in J. Cuco, J.-J. Pujadas (eds), Etnicidad y sociabilidad. Valencia, Institució Alfons el Magnànim.

Doeringer, P.B. ; Piore, M.J. 1985. Mercados internes de trabajo y análisis laboral. Madrid, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social.

Frey, L. 1974. « Le piccole e medie imprese industriali di fronte al mercato del lavoro », Inchiesta, 14 : 3-24.

– 1979, « Dal lavoro nero alla misurazione del reddito “sommerso” », Notiziaro CERES di economia del lavoro, 10.

Fuà, G. 1976. Occupazione e capacità produttiva : la realità italiana. Bologna, Il Mulino.

Gallino, L. 1975. « Politica dell’occupazione e seconda professione », Economia e lavoro, 1 : 81-95.

Garcia de Blas, A. ; Ruesga, S. 1982. La economía irregular en el marcado de trabajo. Algunas líneas de investigación. Barcelona, ice.

Garcia Nieto, J. ; Rojo, E. 1984. Trebali i atur. Barcelona, iel.

Godelier, M. 1987a. « L’analyse des processus de transition », Information sur les sciences sociales, 26 (2) : 265-283.

– 1987b. « Introduction : the analysis of transition processes », International social science journal, 114 : 447-458.

Jodar, P. ; Lope, A. 1985. Con el agua al cuello. El trabajo en la economía sumergida. Madrid, Revolución.

Lorente, J.R. 1986. La occupación irregular en la economía sumergida. Barcelona, ice.

Narotzky, S. 1988. « The ideological squeeze : ‘casa’, ‘family’ and ‘cooperation’ in the processes of transition », Social science information, 27 (4) : 559-581.

Pesce, Α. ; Sabel, C. 1980. « Taylorismo, una stella in declino tecnologico : organizzazione del lavoro e professionalità nella piccola impresa », I Consigli, 1 : 57-64.

Piore, M.J. 1983. « Notas para una teoria de la estratificación del mercado de trabajo », in L. Toharia (éd.), El mercado de trabajo : teorias y aplicaciones. Madrid, Alianza.

Pujadas, J.J. ; Bardaji, F. 1987. Los barrios de Tarragona : una perspectiva antropologica. Tarragona, Excmo, Ayuntamiento.

Pujadas, J.J. ; Comas, D. 1984. « La formació del barri de Bonavista », Universitas Tarraconensis, 4 : 19-34.

Rodriguez, G. 1986. « Seguridad social y economía sumergida », in Reparto de trabajo y crisis social. Madrid, Fundación Pablo Iglesias.

Rojo Torrecilla, E. 1986. « Mercado de trabajo y política de ocupación juvenil », Revista de fomento social, 14 : 149-167.

Ruesga, S. 1986. « Emerge la economía sumergida ? », Economistas, 20 : 42-45.

Saba, A. 1981. La industria subterránea : un nuevo modelo de desarrollo. Valencia, Institució Alfons el Magnànim.

Sanchis, E. 1984. « La economía sumergida : Dr. Jeckill o Mr. Hyde », Debats, 10 : 28.

– 1986. El treball a domicili. Valencia, Institució Alfons el Magnànim.

Sanchis, E. ; Pico, J. 1983. « La economía sumergida : el estado de la cuestión en España », Sociologia del trabajo, 9 : 65-93.

Sanz, G. 1988. « Estrategia empresarial y relaciones laborales : cultura y trabajo en una industria informal » (unpublished paper).

Trigo, J. ; Vazquez, C. 1983. La economía irregular. Barcelona, Generalitat de Catalunya.

Notes de fin

1 Texte original publié en anglais dans Information sur les sciences sociales (27, 4, 1988 : 583-605).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540