Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma et anthropologie

 | 
Claudine de France

Troisième partie. Contraintes instrumentales et options méthodologiques

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1La concurrence partielle entre les divers fils conducteurs que le chercheur cinéaste est susceptible de suivre pour démêler l’écheveau des manifestations sensibles auxquelles il est confronté le contraint à choisir à tout moment entre plusieurs pistes intimement entrelacées, souvent brouillées elles-mêmes par de multiples fausses pistes. De ce choix obligé résulte sur l’image, on l’a vu, une grande variété de découpages des mêmes activités humaines.

2Or, quel que soit le parti que tire le cinéaste de l’auto-mise en scène du procès observé, sa propre mise en scène trahit toujours, en quelque manière, une option méthodologique fondamentale. Nous y avons fait allusion à plusieurs reprises. Aussi nous paraît-il à présent utile de renverser la perspective adoptée jusqu’ici en nous interrogeant sur les attitudes méthodologiques qui sous-tendent le respect d’un fil conducteur plutôt que d’un autre. Parcourant un chemin inverse à celui précédemment suivi, nous espérons ainsi projeter un nouvel éclairage sur les divers procès d’observation et les découpages décrits dans les pages antérieures de cet ouvrage.

3Parmi les nombreuses attitudes méthodologiques possibles, deux d’entre elles nous paraissent fondamentales. L’une consiste à utiliser le film comme moyen d’exposition de résultats acquis par d’autres moyens d’investigation que le cinéma (film d’exposition) ; l’autre à l’employer comme moyen d’exploration, c’est-à-dire de découverte sui generis (film d’exploration). Ce sont là deux tendances opposées mais non exclusives du film ethnographique et, plus généralement, de l’utilisation du cinéma en sciences humaines. Tout film procède des deux tendances, dominé tantôt par l’une, tantôt par l’autre. L’exposition et l’exploration se définissent l’une par l’autre. Aussi est-ce une entreprise difficile de les vouloir traiter séparément. Malgré l’artificialité relative d’une telle démarche, il nous a paru préférable d’aborder successivement l’exposition puis l’exploration, ne serait-ce qu’en raison de l’antériorité historique de la première sur la seconde.

4Cette antériorité n’est pas le produit du hasard. Il semble, en effet, que les options méthodologiques prennent largement appui sur les possibilités techniques qu’offre, à un moment donné, aux chercheurs cinéastes, le dispositif d’enregistrement et de consultation des procès filmés. C’est dire que l’attitude méthodologique du cinéaste est profondément tributaire des contraintes instrumentales d’un appareil de recherche qui lui-même se transforme.

5Comment se nouent les rapports entre contraintes instrumentales et options méthodologiques ? Quelles en sont les retombées sur la mise en scène du cinéaste ? Telles sont, en résumé, les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans les pages qui suivent.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540