Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma et anthropologie

 | 
Claudine de France

Première partie. Dominantes

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Bien que sur l’image, comme dans l’observation directe, les activités humaines se déploient toujours simultanément sur le plan du corps, de la matière et du rite, ce triple déploiement s’effectue dans la plupart des cas au profit de l’un des trois aspects. Non seulement l’un de ces aspects domine les autres, mais de plus, se développent entre eux des relations de subordination hiérarchisées où chacun, l’aspect dominant excepté, est à la fois la fin de l’un et le moyen de l’autre. L’aspect dominant du procès est en fin de compte celui qui en exprime la finalité principale, et dont le programme commande l’auto-mise en scène de l’ensemble. Ainsi, au cours d’une cérémonie de sacrifice comme celle que les Bobo-Fing de Haute-Volta accomplissent avant la chasse dans le film de Guy Le Moal Masques de feuilles (1961), les gestes et les postures du forgeron sont subordonnés, en tant qu’instrument corporel, à l’activité matérielle, qui consiste à tuer un poulet et à en répandre le sang sur les fusils des chasseurs. Mais à leur tour, ces pratiques corporelles et matérielles sont dans leur ensemble subordonnées, en tant que moyens, au programme rituel qui en commande l’exécution générale : le rythme, la durée, les règles de composition, d’enchaînement et d’ordonnancement des phases.

2Un numéro de trapézistes de cirque en revanche, tout en étant également dominé par un programme rituel qui dicte aux agents la forme de leurs exercices, leur rythme, leur durée, en fonction des règles du spectacle, voit l’activité matérielle proprement dite (manipulation des cordes, des anneaux, des trapèzes) subordonnée, dans son déploiement et son déroulement, à la performance corporelle.

3Ces relations de subordination ne se développent pas au seul profit du rite. Ainsi, lorsque le vannier bourguignon que nous avons filmé dans La Charpaigne fabrique sa corbeille en bois de noisetier, l’activité corporelle et les manifestations de la ritualité – ici diffuse – sont toutes ensemble soumises au programme contraignant de la transformation matérielle du produit. L’activité matérielle joue de ce fait le rôle de dominante.

4De telles distinctions peuvent sembler superflues, ou encore scholastiques. Pourtant, loin de constituer un simple raffinement de l’opposition entre techniques et rites telle que l’entendait Mauss, elles permettent de comprendre que le cinéaste puisse sans trop d’hésitations, selon la dominante en présence, estomper certains aspects du procès considérés comme des sous-dominantes. Par le choix des cadrages, des angles de vue, de la période d’enregistrement, l’activité corporelle qui sous-tend un procès à dominante matérielle peut être ainsi fréquemment interrompue ou réduite dans le temps, fragmentée dans l’espace. Il en ira de même de la relation au milieu matériel dans une activité à dominante corporelle, par la mise à l’écart ou à l’arrière-plan de l’image, du dispositif matériel nécessaire à son exercice.

5On comprend également qu’ait pu s’instaurer une certaine routine dans la confection des films ethnographiques, sans doute confortée par les contraintes des appareils d’enregistrement, les habitudes méthodologiques et les mentalités. Mais n’anticipons pas davantage.

6A quoi le cinéaste reconnaît-il la présence d’une dominante dans une manifestation quelconque de la vie sociale ? Pour répondre à cette question il convient de considérer à nouveau le schéma de l’action que nous avons évoqué dans l’introduction de cet ouvrage et que, pour plus de précision, nous appellerons désormais : schéma des fonctions pratiques.

7Ce schéma classique est, rappelons-le, une manière de rapporter les manifestations de l’activité humaine, leur auto-mise en scène, à une organisation narrative intermédiaire entre l’ordre de l’activité pratique et les logiques de la pensée verbale. Ainsi, les divers éléments du procès observé, personnes, animaux, objets inanimés, se voient attribuer une fonction, provisoire ou définitive selon le cas, d’agent, d’instrument ou d’objet/patient auquel s’applique l’action.

8Pour l’observateur cinéaste, l’action d’un agent s’applique toujours à un objet, même si ce dernier se confond dans l’espace avec l’exercice de l’activité elle-même, en l’absence d’un produit extérieur. Notons ici que, du point de vue de l’observation cinématographique, la notion d’objet (qui devient celle de patient dans le cas d’un être humain) concerne aussi bien les matières premières ou brutes d’un procès de travail quelconque que le produit, ou le résultat de tout instant, de l’activité de l’agent. Le point de vue du cinéaste diffère, en cette matière, de celui de l’économiste ou du technologue qui usent de l’écriture dans leur description des procès techniques. Car l’objet-source et l’objet-produit remplissent sur l’image la même fonction pratique par rapport à l’agent et à l’instrument ; ils requièrent une même stratégie filmique, ainsi que nous le verrons à propos de la description des techniques matérielles.

9Or, de la fonction pratique remplie par le corps et les éléments du dispositif matériel, dépend en définitive la nature de la dominante du procès. De plus, parmi les diverses fonctions que peut remplir tout élément du procès, celle d’objet de l’action semble jouer un rôle privilégié. D’où il est aisé de conclure, par exemple, que c’est le caractère matériel de l’objet sur lequel s’exerce l’activité de l’agent, en direction duquel s’orientent ses postures et ses gestes, qui permet au cinéaste de reconnaître dans un procès, si court soit-il, la présence d’une dominante matérielle. En effet, les modalités de développement du procès dépendent essentiellement des contraintes qu’exerce sur l’agent l’objet qu’il cherche à transformer, déplacer, poursuivre ou solliciter. Suivre attentivement le destin de cet objet de l’action, n’est-ce pas, pour le cinéaste, se donner la clef du procès observé et du même coup le principal fil conducteur de sa description ?

10Quelle que soit la manière dont le cinéaste exploite le schéma des fonctions pratiques, ce dernier, hérité d’une logique inconsciente de l’action, constitue pour lui le plus sûr moyen de s’orienter dans le labyrinthe des manifestations concrètes offertes à son attention, dont il sous-tend l’auto-mise en scène. Ce n’est là qu’un premier point de repère, mais il est le garant de l’intelligibilité minimale d’une quelconque activité.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable