Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Annexe IV. Le partage des viandes sacrificielles

Texte intégral

1Les informations que nous avons recueillies sur le partage des viandes sacrificielles sont parfois contradictoires, mais il est possible d’y trouver quelques constantes. La plus nette est l’importance des parts attribuées aux forgerons ; forgerons de la famille de la mariée dans le cas du taureau sacrifié lors du mariage, forgerons de la famille de l’accouchée dans le cas du bélier sacrifié lors de la nomination. Quand, par la suite, nous parlerons de forgerons sans préciser davantage, il s’agira toujours de ces forgerons.

2Selon certains, la tête du taureau revient aux forgerons. « Les forgerons ne sont-ils pas ceux qui fabriquent les “têtes” (les poignées) d’épée ? Il est donc juste qu’ils reçoivent la tête du taureau sacrifié. » D’autres disent que les nobles, qui « tiennent la tête » à la guerre, ont droit à la tête du taureau. Ce à quoi les premiers répliquent en disant que les nobles ne pourraient tenir la tête à la guerre s’ils n’avaient pas des forgerons pour leur fabriquer des poignées d’épées. Nous avons même recueilli une sorte de fable racontant comment les forgerons, à qui les nobles refusaient de donner les têtes de taureaux qu’ils sacrifiaient, décidèrent de cesser de fabriquer les poignées d’épées. Rendus incapables de se battre, les nobles durent bien admettre que les forgerons leur étaient indispensables et acceptèrent désormais de leur céder les têtes des taureaux qu’ils sacrifiaient. D’autres enfin disent que la tête du taureau doit revenir aux Cherifan, les descendants du Prophète. Il n’y a pas chez les Kel Ferwan d’autres Cherifan que les membres de la lignée des chefs des Irawatan, les quelques autres familles de Cherifan étant d’origine étrangère et récemment intégrées. Certains informateurs enfin nous ont dit que même si les nobles avaient droit à la tête, les forgerons en prenaient le cuir, dont ils faisaient des pièces servant à renforcer les mortiers à mil.

3La tête du bélier de la nomination revient, nous le savons, à la famille du nouveau-né. Si la famille est assez fortunée pour faire égorger deux béliers, la tête du deuxième bélier revient au forgeron qui l’a dépecé (nous n’avons jamais rencontré de cas où deux béliers avaient été égorgés pour une cérémonie de nomination).

4Le cou (iri) du taureau et du bélier doit revenir aux forgerons sauf si des esclaves sont présents, auquel cas c’est à eux de recevoir le cou, car « autrefois ils allaient avec une chaîne au cou ».

  • 1 On sait l’importance de la graisse de l’épiploon dans le partage des parts sacrificielles parmi de (...)

5Dans le partage du taureau comme dans celui du bélier, les forgerons reçoivent l’ensemble formé par la caillette (tedaghɇnt), le bonnet (akafänkafän) et la graisse de l’épiploon1, ensemble appelé ɇfadaghän, ainsi que la partie antérieure de la panse, les « bouches de la panse » (imawän en tɇgɇzɇwt), qui semble correspondre à ce que les bouchers appellent « l’herbière ». L’ɇfadaghän est parfois appelé « le père des forgerons ». Il doit revenir aux forgerons, même s’il ne s’agit pas d’un animal sacrifié lors d’un mariage ou d’une nomination. Autrefois, lorsqu’ils apprenaient qu’un animal avait été égorgé à leur insu sans qu’on leur en ait donné l’ɇfadaghän, ils allaient de tente en tente en criant : « Notre père est mort » (Adda nnɇna yɇmmut), et en réclamant de petits cadeaux en dédommagement. Le don de l’ɇfadaghän aux forgerons est aujourd’hui encore une obligation, et, lorsqu’on a à égorger un animal en dehors d’une fête, on aime autant le faire en cachette. Lorsqu’on n’a pas pu faire autrement que leur donner l’ɇfadaghän, il faut mendier auprès d’eux un peu de la caillette dont on pourrait avoir besoin pour la fabrication des fromages.

6Les forgerons reçoivent également dans les deux partages la troisième vertèbre cervicale, dite ta n ɇzɇrmäy, « celle de l’étranglement », ainsi que la viande de l’arrière-train, dite sâkɇnas ɇn nadän, « celle qui fait se battre les forgerons », car ils ont la réputation de se la disputer tant elle est bonne à manger. Ils reçoivent enfin le « couvercle du ventre » (ɇsɇbɇrbɇr ɇn tɇdist), l’ensemble des organes qui sont les premiers accessibles lorsqu’on dépèce l’animal, comprenant le péritoine et le pis ou les organes génitaux.

7Dans le partage du taureau, ils reçoivent encore les valvules du cœur (tikten n wɇl), la moelle, le cuir sauf une partie qu’on donne aux amis du marié pour qu’ils en fassent des cravaches, et le cuir de la queue qu’on donne aux enfants qui s’en amusent comme d’une cravache. Les amis du marié reçoivent aussi la patte arrière droite. Selon certains, les hommes qui ont pilé le mil reçoivent la panse, mais, selon d’autres, il n’y a pas de règle pour l’attribution de la panse. Les esclaves ont le cœur, le foie, les intestins, ainsi que les extrémités des pattes. Les affranchis ont la queue. Des cornes, on fait des ventouses, mais nous ne savons pas à qui elles sont attribuées. L’intérieur des cornes, comestible, est consommé par la femme du groupe des forgerons ayant pris soin de la mariée. Tout le reste du taureau va en principe aux invités de la mariée, mais à notre connaissance les invités du marié reçoivent aussi des parts.

8Dans le partage du bélier, le père de l’enfant recevrait une patte arrière et une patte avant (gauche ou droite, nous ne savons pas). Mais ceci est contredit par une autre information selon laquelle une patte avant revient au lettré ayant attribué le nom et une autre patte avant à la femme qui a rasé l’enfant. Le père reçoit aussi les côtes. La sage-femme reçoit la dépouille, les intestins et la panse, mais nous savons qu’elle donne la panse aux invités qui se la disputent. Elle recevrait aussi les extrémités des pattes, mais ceci est contredit par les informations selon lesquelles dans tout partage d’animal elles reviennent aux esclaves. Le reste des viscères va aux forgerons. De la moelle on fait un onguent dont on oint le nombril de l’enfant et la vulve de l’accouchée. Celle-ci reçoit aussi la partie postérieure de l’échiné (ruri), « car ses propres lombes (ruri également) ont souffert pendant l’accouchement ».

Notes

1 On sait l’importance de la graisse de l’épiploon dans le partage des parts sacrificielles parmi de nombreux peuples. Rappelons en particulier le cas bien connu des anciens Hébreux (I Samuel 2, 16 et Lévitique 3, 14-17).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540