Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Annexe II. Sur les origines de la tente en nattes

Texte intégral

1Nous voulons ici proposer quelques brèves remarques sur des travaux déjà anciens portant sur l’origine et la diffusion de la tente en nattes (voir Le Cœur 1937 ; Feilberg 1944 ; Nicolaisen 1959 ; les citations d’auteurs latins ou grecs sont puisées chez ces auteurs).

2Des habitations de nomades probablement parentes des actuelles tentes en nattes des Kel Ferwan et de leurs voisins sont signalées dans l’Antiquité chez les Numides. Il s’agit des mapalia des auteurs anciens. L’analogie entre ces mapalia et les actuelles tentes teda a déjà été soulignée par Le Cœur, et la question a été examinée par Feilberg. Le Cœur semble ignorer l’existence de telles tentes chez les Touaregs, mais les tentes teda sont très semblables aux tentes touarègues, et cette analogie est soulignée par certains Touaregs. Les matériaux utilisés dans la fabrication des mapalia sont mentionnés sous les termes de canna, calamus, culmus, mots qui désignent en général des roseaux ou des joncs plus minces que des roseaux, par exemple des tuyaux de blé. Hérodote (Histoires, IV : 190) parle « d’asphodèles entrelacées de joncs ». Selon Feilberg, cette expression paraît plutôt désigner un clayonnage de joncs qu’une natte proprement dite. De fait, les termes latins que nous citons paraissent assez bien correspondre au matériau utilisé par les Igdalan pour la confection des ɇwɇrwɇr, clayonnages de joncs dont nous avons parlé au chapitre 1 (§ 2). Tite-Live utilise néanmoins le terme storea, qui peut désigner des nattes. Les mapalia auraient été utilisées par des pasteurs nomades et auraient une forme oblongue rappelant des carènes de navires renversés (Salluste, De bello jug., XVIII), ce qu’évoquent effectivement les tentes touarègues et surtout teda. Salluste les attribue en particulier aux Gétules (ibid). La parenté entre les Gétules des anciens et les Godala des auteurs arabes est retenue comme plausible par Norris, par exemple (1972 : 225). Est également plausible la parenté entre les Godala et les Igdalan modernes (voir annexe I). La mention d’une tente en nattes ou d’une tente semblable est très rare chez les auteurs arabes. Le Cœur ne la voit citée que par Marmol et Jean-Léon l’Africain (1830 : 34, n. 1) aux XVIe et XVIIe siècles. En fait, il omet une remarque beaucoup plus précise de Jean-Léon l’Africain, dont le voyage aux environs d’Agadez se situerait en 1513. « Dans le sud du royaume [d’Agadez], les gens s’adonnent à l’élevage des chèvres et des vaches ; ils vivent dans des cabanes de branchages ou de nattes qu’ils transportent sur des boeufs quand ils se déplacent » (Jean-Léon l’Africain 1830, t. 2 : 473). Ce mode de transport était déjà utilisé pour les mapalia numides.

  • 1 Les Ilisawan étaient, au début du sultanat, l’une des tribus dominantes de l’Ayr (voir annexe I). (...)
  • 2 En fait, il a peut-être existé des tentes en cuir chez les anciens Libyens, mais il s’agissait de (...)

3Ibn Batoutah mentionne explicitement l’existence de tentes en nattes, chez les Berbères Berdamah, entre Gao et Takkeda, au XIVe siècle (cité par Feilberg 1944 : 193). La chose paraît d’ailleurs « étrange » aux yeux du voyageur. Abstraction faite des allusions à une tente en écorce citées par Le Cœur, la tente en nattes semble donc chez les auteurs arabes n’apparaître qu’aux environs de l’Ayr. Elle avait peut-être déjà à l’époque sa localisation actuelle. Cette absence de mentions d’une tente en nattes plus au nord et l’étonnement d’Ibn Batoutah sont d’autant plus remarquables que Corripe parle encore de tente en nattes chez les Numides au VIe siècle (Johannide, VII : 65-66 ; cité par Le Cœur 1937 : 37). La conquête arabe a-t-elle fait disparaître la tente en nattes des régions qu’elle a touchées ? Ce n’est pas insoutenable si l’on suit Nicolaisen, dont nous allons voir qu’il attribue à la tente en peau une origine arabe ou tout au moins voit en elle la trace d’une influence arabe. Remarquons qu’à l’époque du voyage de Jean-Léon l’Africain une partie des Touaregs vivant actuellement au Niger étaient déjà probablement dans l’Ayr ou au sud de l’Ayr1. Feilberg a émis l’hypothèse que les tentes à arceaux, tentes en peau et tentes en poil qu’on trouve aujourd’hui en Afrique y sont apparues chronologiquement dans cet ordre (1944 : 215). La tente en nattes est du type tente à arceaux, mais il existe, particulièrement en Afrique de l’Est, des tentes à arceaux recouvertes de peaux. Ce que Feilberg appelle tente en peau est la tente en peau à mâts verticaux, telle qu’elle existe, par exemple, chez les Kel Ahaggar. Les tentes à arceaux seraient spécifiquement africaines (Nicolaisen 1959 : 118). La tente en poil serait spécifiquement arabe et d’apparition tardive au Maghreb (ibid.). La présence de la tente en peau elle-même n’est pas attestée, selon Feilberg, dans l’Antiquité (1944 : 202)2. Elle constitue une évolution vers la tente en poil et serait apparue chez les Touaregs du fait de l’influence arabe.

4Si nous suivons ces deux auteurs, nous voyons que la tente en nattes est la forme berbère d’une vieille tente africaine, la tente en peau des Touaregs du Nord étant une élaboration tardive. Il serait hasardeux de trop utiliser ces hypothèses, mais il est tout de même intéressant de les mettre en parallèle avec le fait qu’à la tente en nattes sont attachés des éléments importants et peut-être spécifiques de la pensée touarègue.

Notes

1 Les Ilisawan étaient, au début du sultanat, l’une des tribus dominantes de l’Ayr (voir annexe I). Faut-il y voir l’origine du nom de l’arceau appelé telisawt (voir chap. 1, § 2) ? De même, l’ancienneté des Igdalan dans la région peut avoir un rapport avec le fait qu’on les considère comme les spécialistes de la fabrication de certains clayonnages et aussi avec le fait que, des deux types de tressage utilisés dans la sparterie l’un s’appelle « la touarègue », l’autre « celle des Igdalan » (ibid.). Une question se pose alors : les Kel Ferwan, Kel Ewey, Kel Gress avaient-ils à leur arrivée dans l’Ayr des tentes en nattes ou les ont-ils adoptées au contact des Igdalan et des Ilisawan ? Question à laquelle nous ne pouvons pas répondre.

2 En fait, il a peut-être existé des tentes en cuir chez les anciens Libyens, mais il s’agissait de tentes à arceaux et non pas de tentes à piquets droits (Bates 1914 : 327).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540