Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Annexe I. Compléments sur l’histoire des tribus touarègues du Niger

Texte intégral

1Nous apportons ici quelques compléments aux données énumérées dans l’Introduction et le chapitre 3 sur ce qui est connu de l’histoire de l’Ayr. Nous ne proposons rien d’autre qu’un résumé des connaissances, à vrai dire assez maigres, qui ont été rassemblées sur le sujet, et nous les confrontons à l’occasion aux affirmations de certains érudits touaregs et agadéziens.

2Les principales tribus ou groupes de tribus liés au sultan d’Agadez sont, on le rappelle : les Igdalan, les Inusufan, les Iberkorayan, les Ilisawan, les Itesen, les Kel Gress, les Kel Ewey, les Kel Ferwan. Nous en parlerons ici à peu près dans cet ordre, qui est en gros celui de leur arrivée au Niger. On peut préciser un peu la chronologie sommaire donnée dans l’Introduction.

3Plusieurs auteurs ont proposé de rattacher les Igdalan et les Inusufan, les Berbères les plus anciennement installés au Niger, aux Godala et aux Massufa des auteurs arabes (voir Barth 1863, t. 1 : 229 ; E. et S. Bernus 1972 : 15 ; Norris 1972 : 225 et remarque orale à l’auteur), hypothèse également avancée par les érudits d’Agadez. Il est difficile d’évaluer l’ancienneté du séjour de ces peuples au Niger. Un auteur comme Jean propose une chronologie qu’à vrai dire rien ne vient étayer (1909). La chronologie d’Urvoy (1936) paraît plus plausible dans l’ensemble, mais on ne sait pas très bien ce qui l’autorise à affirmer que la migration des Igdalan (il ne dit rien des Inusufan) était achevée en l’an 1000 (ibid. : 144). Al Edrisi mentionne une présence berbère au sud de l’Ayr au XIe siècle (1866 : 426). Ibn Batoutah mentionne sans ambiguïté dans des textes célèbres une présence massufa à l’ouest de l’Ayr au milieu du XIVe siècle (1979, t. 4 : 440 et suiv.). Selon Ghoubayd Ag Alawjaly (1975 : 18) et Norris (1975 : 13), l’arrivée des Iberkorayan au Niger est contemporaine de celle des Ilisawan, opinion que ne partagent pas certains de nos informateurs. Elle a néanmoins été postérieure à celle des Igdalan. Il n’est pas sûr que les Igdalan et les Inusufan viennent de Libye, comme c’est le cas pour les autres groupes touaregs vivant ou ayant vécu au nord du Niger. Le sud-ouest de l’Ayr représente l’extrême pointe orientale des zones autrefois occupées par les Godala et les Massufa, et, si les Igdalan et les Inusufan leur sont liés, ils seraient donc parents de peuples ayant vécu à l’ouest de l’Ayr et non en Libye.

4Sur l’histoire des Itesen et des Ilisawan, nous disposons d’écrits précieux, dont la première rédaction remonterait au XVIe siècle (Norris 1975 : 51), et qu’on connaît généralement sous le nom de Chronique d’Agadez (traduction Urvoy 1934). Palmer a recueilli à Kano des manuscrits recoupant largement la Chronique (Palmer 1909). Des informations sont également disponibles dans Ghoubayd Ag Alawjaly (1975). Les lettrés les plus érudits d’Agadez disposent de textes semblables. La Chronique attribue à ces peuples l’installation du sultanat d’Agadez et situe l’intronisation du premier sultan en 1405 ; il faudrait donc faire remonter leur arrivée dans l’Ayr à une date antérieure. De fait, des traditions les font venir d’Aujila, à l’est de la Libye (oasis déjà mentionnée par Hérodote, Histoires, IV : 172), et lient leur déplacement à l’invasion hilalienne, ce qui le ferait remonter au XIe siècle. C’est la date retenue par Urvoy (1936 : 146) et par Rodd (1926 a, chap. 7 : passim). On doit seulement la considérer comme probable. Le texte d’Ibn Batoutah mentionne effectivement, outre la présence de Massufa à l’ouest de l’Ayr, celle d’autres Berbères dans l’Ayr. Les érudits d’Agadez considèrent qu’Ibn Batoutah fait ici allusion aux Itesen.

5Nous avons vu que les avis divergeaient sur la date de l’arrivée des Iberkorayan dans l’Ayr. Elle n’est pas postérieure en tout cas à celle des Ilisawan et des Itesen. On peut retracer avec assez de précision les événements qui, au début du XVIIe siècle, les ont amenés à quitter la mouvance du sultan (voir Ghoubayd Ag Alawjaly 1975 : passim). Un conflit éclate à cette époque entre les Kel Ewey et les Itesen d’une part, les Ioullimmedan et les Iberkorayan d’autre part, les Iberkorayan se ralliant aux Ioullimmedan pour la circonstance. Il s’agit d’une des guerres saintes dont nous avons parlé au chapitre 3. Sidi Makhmud Al Baghdadi, le mystique arabe qui avait appelé les Itesen à la guerre, appartenait à la confrérie soufi de la Qadiriya. Les Iberkorayan étaient guidés par Khadakhada, un membre de la confrérie soufi de la Khalwatiya. Nous avons dit au chapitre 3 que le rôle joué par le sultan de l’époque, Mokhamed Attafridj, était controversé. Pour certains informateurs, il ne fut pas étranger à l’assassinat de Sidi Makhmud. Pour d’autres informateurs et pour Ghoubayd, Sidi Makhmud a été assassiné par les Kel Ewey.

6Ces faits sont les plus anciens où l’on signale la présence des Kel Ewey dans l’Ayr. Le sultan Mokhamed Attafridj étant de mère kel ewey, il faut supposer qu’ils ont déjà un poids important dans le pays. Les Itesen ont sans doute encore une grande influence également puisqu’ils ont le pouvoir en 1630 de déposer ce sultan. L’arrivée des Kel Ewey est néanmoins antérieure à cette époque. On considère en effet que les Kel Ferwan sont arrivés dans l’Ayr en même temps que les Kel Ewey ou juste après eux. Or, une tradition situe l’arrivée des Kel Ferwan au nord de l’Ayr sous le règne du sultan Yussuf ben Ayshata (Laurent 1966 : 66), c’est-à-dire à la fin du XVe siècle. Nous savons par ailleurs que l’arrivée des Kel Gress dans l’Ayr est antérieure à celle des Kel Ferwan et postérieure à l’installation du premier sultan de la dynastie, ce qui la situerait dans le courant du XVe siècle.

7La fin du XVIIe siècle sera pour l’Ayr une époque très troublée, qui amènera le départ des Ilisawan vers le sud. Le sultan Mobarek mène à cette époque des guerres contre les Noirs de l’Adar, guerres considérées comme saintes. Elles aboutissent à l’occupation de l’Adar. Le fils de Mobarek, le sultan Agg Abba, chassé par une révolution de palais, doit fuir dans l’Adar, suivi par les Ilisawan. Les deux règnes sont troublés par des luttes constantes entre Itesen, Kel Gress et Kel Ewey, qui se prolongeront jusqu’au début du XIXe siècle. Les Kel Ewey iront même jusqu’à assiéger Agadez. En 1713 et 1729, le sultan de l’époque livre bataille contre Assode, une ville du nord-ouest de l’Ayr, qu’il conquiert en 1741. En 1779, Kel Gress et Itesen alliés livrent bataille aux Touaregs de l’Ayr.

8Il y a dans cette suite d’événements des faits remarquables. En 1630 environ, les Itesen ont encore le pouvoir de déposer un sultan lié aux Kel Ewey. A la fin du XVIIe siècle, l’Ayr est le théâtre de guerres entre Kel Ewey et Itesen que Mokhammed al Mobarek tente péniblement d’interrompre, y réussissant parfois. Puis, en 1713 et 1729, le sultan assiège Assode, qui est la ville des Itesen. Ce qui indique que le sultan n’est déjà plus sous la coupe de ces derniers. D’ailleurs, il est possible que la révolte de palais qui a renversé Mokhammed Agg Abba ait été fomentée par les Kel Ewey. En 1779, Kel Gress et Itesen, qui demeurent, semble-t-il, à l’extérieur de l’Ayr, livrent bataille à l’ensemble des tribus de l’Ayr, pour lesquelles ils sont donc devenus des étrangers. Entre-temps, les Kel Ewey sont devenus les maîtres de l’Ayr. Les Ilisawan, liés aux Itesen, l’ont quitté vers 1700 derrière Mokhammed Agg Abba. Les Itesen semblent avoir suivi. La lutte entre Itesen, liés aux Kel Gress, et Kel Ewey a été longue. En 1779, elle est consommée. Les premiers sont devenus des étrangers à l’Ayr. Il est probable qu’alors le nord du Niger a à peu près la physionomie qu’il a à l’heure actuelle.

9Il est possible maintenant de compléter les remarques qui, dans l’introduction de ce livre, nous ont fait opposer les Kel Ayr, pris dans leur ensemble, et les Kel Ahaggar aux Ioullimmedan. Les érudits de l’Ayr rattachent les Kel Ferwan, Kel Gress, Kel Ewey et Kel Ahaggar aux Targa des classiques, les Ioullimmedan étant rattachés aux Sanhadja. De fait, la situation respective de ces deux groupes, le premier à l’est du second, correspond assez bien, Rodd l’a remarqué, à celle que les classiques attribuaient aux Sanhadja et aux Targa (Rodd 1926 a : 330 et suiv., et 1926 b). Par ailleurs, le mot Targa est rapproché par certains informateurs lettrés du tamacheq tawraq, mot dont on retrouve la racine dans uraghän, « les dorés », qui est le nom d’une tribu du Sud-Est algérien dont les Kel Ewey et les Kel Ferwan se disent parfois parents. Barth signale au siècle dernier que la langue des Kel Ewey s’appelle aurighiye, mot parent de tawraq et de uraghän, mais l’information n’a pas été confirmée par la suite (Barth 1863, t. 1 : 225). Rodd (1926 a, chap. 12 : passim) fait état d’un lien étymologique entre aurigha et les mots apparentés (targa...) d’une part et hawwara d’autre part, nom dont les classiques désignent des peuples qu’on est en droit de rattacher aux Kel Ahaggar. Ce lien nous paraît assez invraisemblable. Ibn Khaldoun fait seulement état d’une parenté, non entre les mots hawwara et targa, mais seulement entre les peuples que ces mots désignent (ibid. : 366). Il n’y a pas lieu non plus de rejeter, comme Rodd le fait (ibid. : 347), le lien établi entre Hawwara et Hoggar (ou Ahaggar) par Ibn Khaldoun (1978, t. 1 : 276), qui est tout à fait conforme à ce que nous savons de la phonologie touarègue (voir Foucauld, 1951-1952, t. 2 : 539). Enfin, nous ne pensons pas qu’il y ait un lien entre les Lemta des classiques et les Ioullimmedan. Se basant sur une parenté phonétique assez vague, Rodd (1926 a : 347) doit élaborer une hypothèse peu vraisemblable où les Lemta venus du Fezzan auraient contourné l’Ayr par le sud avant de s’installer au Mali et à l’ouest du Niger. Hypothèse inutile si l’on admet que les Ioullimmedan sont liés aux Sanhadja, qui ont de tout temps été situés à l’ouest du Maghreb (voir également Palmer 1932-1934 : 160 et suiv.).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable