Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Introduction

Texte intégral

1. Les nobles, les roturiers et l’ɇttɇbɇl

  • 1 Kel Ferwan est un pluriel. La locution qui sert de singulier est ag fɇrwän (ult fɇrwän au féminin) (...)
  • 2 Le nom d’une langue est en tamacheq le mot désignant la nationalité du locuteur mis au féminin. Le (...)
  • 3 Une racine MJGH (ou MJH, ou MZGH, ou MSGH) sert à désigner plusieurs populations berbères, et cert (...)

1Kel Ferwan, ou « ceux d’Iferwan », est le nom que se donnent les Touaregs qui nomadisent aux alentours d’Agadez, au nord du Niger1. Au recensement national de 1977, les Kel Ferwan représentaient environ dix mille des trois cent mille personnes que compte la population touarègue du Niger. Ils forment un ensemble de « tribus » (tawshit) reconnaissant une certaine prééminence à l’une d’entre elles, la tribu des Irawatan. Les membres de cette tribu sont dits « nobles », si du moins l’on traduit ainsi le terme amajɇgh. Ce mot peut en effet désigner, par opposition aux autres Touaregs, les membres de certaines tribus jouissant de prestige et d’autorité auprès de celles qui les entourent, comme les Irawatan parmi les Kel Ferwan, mais il peut aussi désigner le Touareg ou, mieux, l’homme dont la langue maternelle est la tamacheq2, par opposition au non-Touareg. Avec d’éventuelles variations phonétiques, amajɇgh se retrouve dans tout le monde touareg, devenant amahagh dans le Sud algérien, ou amashɇgh dans les parlers du Mali et du sud du Niger, et on le rencontre même, sous la forme amazigh, dans certaines populations berbérophones du Maroc. On peut donc dire que amajɇgh a deux sens dont l’un dénote, grosso modo, une appartenance ethnique ou linguistique, l’autre un statut social3.

2Les membres des autres tribus des Kel Ferwan sont dits amghid. Amghid a souvent été traduit par « vassal » (Nicolaisen 1963) ou « serf » (Duveyrier 1864, le traducteur français de Barth 1863, Benhazera 1908, Lhotte 1955). Le Père de Foucauld a préféré « plébéien » (1951-1952 : 1234), et A. Bourgeot a risqué un « plébéien-vassal » (1972). On utilise de plus en plus aujourd’hui le mot « tributaire » (voir Gast [ed.] 1976). Chaque traduction a ses inconvénients. « Vassal », « plébéien » ou « serf » évoquent d’autres sociétés, et l’auteur qui les utilise peut donner l’impression de suggérer une analogie entre celles-ci et la société touarègue. Duveyrier, par exemple, s’y est risqué en comparant le monde touareg et la France de l’Ancien Régime, et la même tendance est sensible également chez Rodd (1926 a) et dans des rapports de tournée d’officiers français. De plus, certains de ceux qui ont utilisé le mot « serf » semblent s’être mépris sur la place des imghad (pl. de amghid) dans la société touarègue et les ont peut-être confondus avec ceux que nous appellerons les « esclaves » (c’est notamment le cas de Duveyrier et Barth). Quant à « tributaire », nous ne pouvons le retenir, car si les imghad du Sud algérien paient tribut, ce n’est pas le cas chez les Kel Ferwan. Nous avons finalement choisi de traduire amajɇgh et amghid par « noble » et « roturier ». Comme les précédents, ces termes présentent sans doute des inconvénients, mais ce qu’ils évoquent nous paraît correspondre assez bien à certaines acceptions des mots touaregs que nous leur faisons traduire. De plus, dans l’usage français, « noble » s’oppose plutôt à « roturier » qu’à « vassal » — puisqu’un vassal pouvait être aussi un noble — ou à « serf ». Une solution sans doute plus rigoureuse eût consisté à conserver amajɇgh et amghid, mais l’expérience nous a montré que notre texte en serait alors devenu d’une lecture désagréable pour les non-spécialistes. En procédant ainsi, nous nous laissons certes guider par l’une des acceptions du mot amajɇgh aux dépens de l’autre. En fait, nous le traduirons tantôt par « touareg », tantôt par « noble », selon l’acception que nous mettons en avant. Cette convention, périlleuse, il est vrai, est après tout celle qu’ont implicitement adoptée tous les auteurs qui travaillent sur les Touaregs. Elle nous paraît justifiée par le fait qu’aux yeux des Touaregs eux-mêmes le mot recouvre plusieurs réalités. Une discussion plus précise de ce qu’est la « noblesse » (voir chap. 3, § 2.2) nous aidera à comprendre pourquoi un même mot peut suffire à désigner deux notions différentes.

Figure 1. Les Touaregs du Niger (en hachuré : aire de présence des Kel Ferwan dans l’Ayr)

Figure 1. Les Touaregs du Niger (en hachuré : aire de présence des Kel Ferwan dans l’Ayr)
  • 4 Dans tout le Niger, sauf dans la région de Niamey où l’on parle djerma, la langue véhiculaire est (...)

3L’ensemble formé par les tribus Kel Ferwan est appelé tamghar, mot pour la traduction duquel nous nous contenterons du terme utilisé par l’administration nigérienne, « groupe ». Τamghar est à rattacher au mot pan-berbère amghar, qui signifie « le grand homme », « l’homme sage », « le vieillard », et serait étymologiquement le « lieu où s’exerce une prédominance ». De fait, les nobles pouvaient autrefois faire valoir, face aux roturiers, certaines prérogatives, qui étaient cependant l’objet de contestation de la part de tribus roturières plus récemment agrégées au groupe (voir plus loin, § 4). Les règles de partage du butin les privilégiaient, et le chef de leur tribu, l’ɇttɇbɇl, prélevait une partie du prix de la fiancée à chaque mariage de roturier. Ɇttɇbɇl est un mot dérivé de l’arabe tobol (« tambour »). L’ɇttɇbɇl faisait autrefois battre le tambour pour appeler ses gens à la guerre, mais son tambour ne résonne plus guère aujourd’hui qu’aux veilles des fêtes religieuses, où il invite les Croyants à la prière. Le principal travail de l’ɇttɇbɇl consiste, depuis la période coloniale, à collecter auprès de tous les Kel Ferwan l’impôt officiel, opération sur laquelle les autorités lui consentent une ristourne. Il est aidé dans cette tâche par les chefs des tribus roturières, dont le rôle, en dehors de cette besogne administrative, est des plus réduits. L’ɇttɇbɇl exerce aussi les fonctions de juge de paix, qui l’amènent à être sans cesse sollicité pour arbitrer les conflits non seulement chez les Kel Ferwan, mais aussi chez les Touaregs étrangers ou les Peuls vivant sur ses terres. Enfin, ceux qui ont des requêtes administratives à formuler, craignant d’affronter la morgue de jeunes fonctionnaires qui ne connaissent pas toujours leur langue4, préfèrent agir par l’intermédiaire de l’ɇttɇbɇl.

Figure 2. Les tribus Kel Ferwan

Figure 2. Les tribus Kel Ferwan

2. La tribu

  • 5 Il n’était donc pas convenable, en principe, que nous-mêmes cherchions à recueillir des généalogie (...)

4Tawshit, le terme touareg que nous avons traduit par « tribu », mot vague mais consacré par l’usage, désigne un ensemble d’une ou plusieurs centaines de personnes nomadisant sur les mêmes terres et se disant parentes. Tawshit peut désigner aussi la touffe de cheveux qui, dans certaines régions, sort en éventail du voile des hommes, ou bien encore une palme de doum, ou, enfin, la naissance de la paume de la main (Foucauld 1951-1952, t. 3 : 1531). Tout ceci suggère l’idée d’un ensemble dont les éléments se déploient à partir d’une origine commune, et, de fait, chaque tribu se donne comme issue soit d’un ancêtre mythique — une femme (voir annexe III) —, soit d’un petit groupe d’individus, dont des récits mi-historiques, mi-légendaires conservent le souvenir (voir plus loin, § 4). La tribu peut absorber des Touaregs étrangers venus s’installer sur son territoire et dont les descendants sont à peu près intégrés au bout de deux ou trois générations. Chez les Kel Ferwan au moins, cette intégration se fait d’autant plus facilement que la mémoire généalogique ne remonte pas au-delà de cinq générations, c’est-à-dire au-delà des individus que les vieillards les plus âgés ont pu encore connaître. Il n’est pas jugé convenable que les jeunes gens interrogent leurs aînés sur les morts que ces derniers ont connus, et on ne se transmet pas de généalogies5. Certains vieillards savent cependant distinguer à l’intérieur de leur tribu ceux qui en forment le noyau, les « véritables » membres de la tribu (win arasɇl), de ceux dont les aïeux sont venus de tribus étrangères. Cette distinction est rarement invoquée, mais elle a parfois des effets sur la vie de la tribu. Dans d’autres groupes touaregs, en revanche, il existe effectivement un savoir généalogique régulièrement transmis sur lequel on ne manque pas de spéculer, et la plus ou moins grande proximité par rapport au noyau de la tribu prend alors une grande importance (Gast 1976 : 56).

5Les Kel Ferwan, et beaucoup d’autres Touaregs avec eux, disent qu’on doit prendre épouse dans sa propre tribu. Dans les faits, les choses ne vont cependant pas toujours ainsi. On se marie aujourd’hui assez facilement dans une tribu voisine, parfois même dans un groupe étranger. Les mariages intertribaux étaient, selon les vieux, beaucoup plus rares autrefois mais, aussi loin que remontent les généalogies que nous avons recueillies (au niveau de la génération des grands-parents de nos plus vieux informateurs), leur proportion ne devient jamais négligeable. Nous verrons pourquoi il faut sur ce point tenir compte de ce que les Kel Ferwan disent et non de ce qu’ils font et par conséquent considérer la tribu comme une unité endogame ; ceci privera d’objet une question longtemps classique dans les études touarègues : l’appartenance à une tribu se transmet-elle en ligne patrilinéaire ou matrilinéaire (sur cette question et son dépassement par les études touarègues contemporaines, voir Gast [ed.] 1976) ?

  • 6 Les émissions de radio en tamacheq utilisent la langue de la région de Tahoua, et les Touaregs du (...)

6Les langues parlées dans deux tribus kel ferwan peuvent différer légèrement. Entre Touaregs de deux groupes distincts, les différences sont plus accusées, au point qu’un Kel Ferwan dira assez facilement d’un Touareg étranger qu’il ne parle pas la tamacheq. L’unité linguistique du monde touareg est certes évidente, et les vieux comprennent parfaitement les dialectes étrangers aux leurs, mais une petite différence grammaticale ou phonétique heurte immédiatement l’oreille et suffit pour qu’on s’écrie aussitôt que ce qu’on entend là n’est pas de la tamacheq6. Même à l’intérieur d’une tribu, certains campements peuvent se singulariser par des tournures ou des tics de langage particuliers (voir Casajus 1985).

  • 7 Pour un Touareg, être français, allemand... correspond à l’appartenance à une tribu (tawshit). Dan (...)

7En fin de compte, on peut dire qu’une tribu est un groupe de personnes vivant sur le même territoire, se disant parentes, s’entremariant, et parlant la même langue. Pour le Touareg, les membres de sa tribu sont les siens (aghalak net, « ses gens »), les autres hommes étant des étrangers : ils ne lui sont pas apparentés, ne peuvent pas en principe devenir ses affins et parlent une autre langue7.

3. Les forgerons, les esclaves et les affranchis

8En plus de tribus, le groupe des Kel Ferwan, comme tous les autres groupes touaregs, inclut aussi des Touaregs n’appartenant à aucune tribu : les inaḍän (pl. de ênaḍ) ou forgerons, les eklän (pl. de êkli, ou akli), et les ighawɇlän (pl. de eghawɇl), que nous appellerons, sous réserve de discussions ultérieures, les esclaves et les affranchis.

  • 8 ênaḍ, désigne le membre d’une catégorie sociale et non celui qui exerce un certain métier. Mais l’ (...)

9Les forgerons du nord du Niger se considèrent comme parents les uns des autres. Des auteurs ont fait état de traditions les faisant descendre de Juifs du Touat autrefois chassés du Maroc par des persécutions, peut-être almohades (Foucauld 1951-1952, t. 3 : 1300 ; Lhotte 1955 : 210). Même si, à la lumière des compilations de Slousch (1905 : 346 et suiv.), ces traditions n’apparaissent pas comme totalement dénuées de fondement, elles sont sans doute invérifiables. Chaque forgeron est attaché avec les siens à une ou plusieurs familles de nobles ou de roturiers pour lesquelles il est une sorte de client, et il vit sur les terres de la tribu de ses patrons. Mais il arrive fréquemment que des forgerons quittent leurs patrons pour s’installer auprès d’autres familles. Ils peuvent même émigrer auprès d’un autre groupe de tribus sans vivre un tel déplacement comme un exil. C’est ainsi que beaucoup de forgerons installés autrefois chez les Kel Ferwan vivent aujourd’hui plus au nord, chez les Kel Ewey (voir plus loin, § 6). Quand les hasards de la vie l’ont amené à quitter le pays qui l’a vu naître, tout autre Touareg au contraire en souffre. De ne pas être attaché à un territoire comme le sont les autres Touaregs donne aux forgerons une position particulière dans la société touarègue. Si nous traduisons ênaḍ par forgeron, terme consacré par l’usage, il convient cependant de souligner que ce mot ne décrit qu’incomplètement l’activité des inaḍän. Certes, les hommes parmi eux forgent des armes et des bijoux d’argent, mais ils travaillent aussi le bois, tandis que leurs femmes ouvrent le cuir, fabriquant des sacs et des ornements divers. Hommes et femmes officient également comme musiciens dans les cérémonies de mariage, et c’est pour eux une activité importante sur laquelle nous aurons à nous attarder8.

  • 9 Un vieil esclave, voulant m’expliquer ce qu’étaient les eghawɇl, les compara aux anciens combattan (...)
  • 10 Il a toujours été considéré comme inélégant et peu digne d’un noble de parler en mauvaise part des (...)
  • 11 Les Djerma vivent au Niger dans la région de Niamey. Ils occupaient à l’époque de notre séjour la (...)

10Les esclaves et les affranchis sont les descendants d’hommes et de femmes enlevés par les rezzous, chez les Djerma ou les Peul au sud, chez les Téda ou les Kanuri à l’ouest. Autrefois, ils demeuraient auprès de leurs maîtres ou veillaient au loin sur leurs troupeaux. La condition servile, plus ou moins tolérée par l’administration française, a été abolie en 1960 lors de l’accession du Niger à l’indépendance, et tous les esclaves sont donc en principe des affranchis (voir cependant Oxby 1978). Mais les mots êkli et eghawɇl sont pourtant tous les deux utilisés. L’eghawɇl est celui dont les ancêtres ont été affranchis avant la période coloniale, soit que leur bravoure à la guerre leur ait fait mériter la liberté9, soit que leurs maîtres aient décidé d’accomplir ainsi un acte pieux. L’êkli est celui dont les parents ont été affranchis du fait de la pression extérieure. Il est en général plus pauvre et plus méprisé que l’eghawɇl. Parlant une langue souvent plus riche que celle des nobles et des roturiers, les affranchis sont, avec les forgerons, les vrais dépositaires de la littérature orale du groupe. Certains Touaregs commencent à bannir de leur langue le mot êkli, soit par courtoisie10, soit par crainte des fonctionnaires qui sont pour la plupart djerma11.

11Bokha, l’ɇttɇbɇl des Kel Ferwan, dispose encore d’une multitude de serviteurs, esclaves ou affranchis ; c’est le signe d’un grand train de vie puisqu’il doit pourvoir à leur entretien et ne peut en principe rien leur refuser. Hormis ceux de Bokha, la plupart des esclaves et des affranchis ont maintenant quitté les maîtres de leurs pères. Les roturiers des Kel Ferwan en ont toujours eu très peu. Presque tous ceux qui vivent sur leurs terres descendent en fait d’esclaves de groupes étrangers. Aujourd’hui encore, un esclave ne peut refuser de rendre à l’occasion quelques menus services, et les plus vieux d’entre eux se précipitent d’eux-mêmes pour aider un homme libre dès qu’il semble en difficulté dans son travail. Mais, du moins chez les roturiers, un esclave ne fournit plus de travail régulier que contre rétribution. De plus en plus, les jeunes esclaves ou affranchis cherchent à travailler au moins une partie de l’année dans les mines de charbon ou d’uranium exploitées dans cette partie du Niger. Les jeunes Touaregs de condition libre le font, pour l’instant, moins volontiers.

4. Les tribus des Kel Ferwan

12Les deux paragraphes qui suivent sacrifient à la règle qui, depuis Ibn Khaldoun au moins, impose à toute étude sur des Berbères de s’ouvrir avec une liste de tribus que le lecteur peu habitué à ces sociétés trouvera interminable et fastidieuse. Il pourra l’omettre en première lecture et se contenter des tableaux qui les accompagnent.

Figure 3. Les groupes des Kel Ayr et les tribus kel ferwan

Les groupes des Kel Ayr du Niger

Igdalan

Ilisawan

Kel Gress

Ikazkazan

Inusufan

Itesen

Kel Ewey

Kel Fadey

Iberkorayan

Kel Ferwan

Taytog

Les tribus kel ferwan

Irawatan

Isekaranan

Kel Tedale

Aytoghan

Iberdiyanan

Ighbaran

Idalayan

Ifoghas

Elbaratan

Izagaran

Kel Akarra

Kel Tesemt

Imezzurag

Igendiyanan

(Par ordre chronologique d’apparition ou d’arrivée dans l’Ayr)

13Les noms des tribus kel ferwan sont les suivants : Irawatan, Iberdiyanan, Elbaratan, Kel Tesemt, Imezzurag, Igendiyanan, Isekaranan, Ighbaran, Izagaran, Kel Tedale, Idalayan, Kel Akarra, Aytoghan et Ifoghas. Il s’agit plus précisément du nom des membres de ces tribus, au pluriel, tel qu’il est le plus souvent utilisé. On parlera par exemple de « la tribu des Irawatan » (tawshit ɇn rawatän).

14Les Iberdiyanan forment la tribu roturière la plus importante des Kel Ferwan. Des traditions rapportent que, quand les Irawatan, venant de Libye, arrivèrent au nord du Niger (voir § 6), ils étaient déjà accompagnés des Iberdiyanan. Les Elbaratan, Kel Tesemt et Imezzurag sont peut-être issus de groupes autrefois détachés des Iberdiyanan. Les Igendiyanan seraient des descendants d’hommes iberdiyanan et de femmes enlevées chez les Kel Ewey.

15Les Isekaranan, Ighbaran et Izagaran seraient des descendants de petits groupes d’Itesen (voir § 6) chassés de chez eux par la faim et venus demander asile aux Irawatan.

16Les Kel Tedale, Idalayan et Kel Akarra sont arrivés sur les terres des Kel Ferwan bien après que les Irawatan et les Iberdiyanan s’y furent installés. Kel Tedale et Kel Akarra ont toujours été considérés par les Irawatan comme étant des leurs mais n’ont jamais vraiment accepté cette sujétion. Ils refusaient de se plier aux règles de partage du butin et de donner aux Irawatan une partie du prix de la fiancée lorsqu’ils prenaient femme (voir informations analogues dans Nicolaisen 1963 : 430, et Nicolas 1950 b : 492). Les Aytoghan et Ifoghas sont arrivés au Niger à une date récente, il y a un siècle environ. Ils acceptent sans discuter la prééminence des Irawatan, mais leur langue est restée très différente, et ils forment un ensemble distinct.

17Le groupe des Kel Ferwan est donc constitué par le noyau que forment les Iberdiyanan et les Irawatan, noyau auquel il se réduisait peut-être à l’origine. Peu à peu, la tribu des Iberdiyanan s’est ramifiée pour donner de nouvelles tribus, tandis que par ailleurs s’agrégeaient au groupe des éléments étrangers dont l’intégration n’est pas toujours achevée aujourd’hui.

18Les listes fournies par d’autres auteurs (Rodd 1926 a : 427 ; Nicolaisen 1963 : 423) ainsi que celle du recensement de 1977 diffèrent de celles que nous proposons. Cela tient, d’une part, à la situation particulière des Kel Tedale et Kel Akarra, d’autre part au fait que l’administration coloniale et les autorités nigériennes à sa suite ont considéré les Kel Ferwan et les Kel Ezel — un groupe voisin vivant plus au nord — comme formant une seule entité. Selon les listes, les Kel Tedale, les Kel Akarra et certaines tribus des Kel Ezel peuvent ou non figurer parmi les Kel Ferwan. Les deux premières tribus sont de fait, on l’a vu, un peu sur les lisières du groupe. Si les vieux considèrent comme absurde l’idée que les Kel Ferwan et les Kel Ezel puissent n’être qu’un seul groupe, il faut bien dire que les jeunes gens des Kel Ezel hésitent parfois sur leur appartenance, ce qui montre que le regroupement artificiel opéré par l’administration commence peu à peu à devenir une réalité dans l’esprit des intéressés.

5. La localisation des tribus

  • 12 Pour les géographes, l’Ayr est un certain massif montagneux. Quand les Touaregs du nord du Niger p (...)

19Les Irawatan disent être venus de Libye, accompagnés des Iberdiyanan. Ils se sont d’abord implantés autour du village d’Iferwan, d’où leur nom. Iferwan est situé au nord du massif de l’Ayr, qui s’étend sur deux cents kilomètres au nord d’Agadez12. Poussés par la recherche de pâturages, ils sont ensuite lentement descendus vers le sud, en contournant le massif par l’ouest (voir E. Bernus 1981 : 318). Il n’est pas impossible qu’ils aient été chassés des environs d’Iferwan par les Ikazkazan, Touaregs maintenant installés à l’ouest de l’Ayr. Les informateurs kel ferwan sont discrets sur ces infortunes militaires, mais les Touaregs voisins y reviennent assez pour qu’elles ne soient pas invraisemblables.

20A l’époque où Nicolaisen a séjourné parmi eux, les Kel Ferwan étaient groupés autour d’Agadez, au sud et au sud-ouest de l’Ayr, à moins de quelques journées de marche de la ville (1963 : 423). Rodd donnait, en 1925, la même localisation que Nicolaisen (Rodd 1926 a : 427). En 1855, Barth notait la présence des Kel Ferwan aux portes d’Agadez (1863, t. 1 : 206), et, si l’on en croit les vieux, ils ne se sont guère déplacés entre le passage de Barth et celui de Nicolaisen.

21Le groupe occupait alors ce qu’on appelait la « vallée d’Agadez » (eghazɇr wan Agadɇz), vaste pénéplaine dont les îlots rocheux parviennent à peine à briser çà et là la monotonie et qu’innervent des cheneaux d’écoulement, où se déversent, à la saison des pluies, des rivières parfois tumultueuses.

22Depuis, poursuivant leur marche séculaire, les Irawatan, suivis d’une partie des tribus roturières, ont occupé des territoires s’étendant jusqu’au-delà de la falaise de Tiguidit, qui borde au sud la vallée d’Agadez, tandis que les autres tribus roturières restaient sur leurs anciens territoires de parcours. L’aire de transhumance des Irawatan est très étendue et se superpose aux terres de parcours d’une partie des tribus roturières. C’est bien de transhumance, plus que de nomadisation, qu’il faut parler dans leur cas, car s’ils étaient encore nomades à l’époque où Nicolaisen a séjourné chez eux, ils tendent aujourd’hui à se sédentariser. La plupart de leurs campements sont installés aux alentours d’Aderbissinat, au sud de la falaise de Tiguidit. Leurs troupeaux seuls se déplacent, confiés à la garde d’esclaves qui les conduisent au nord du territoire de la tribu à la saison sèche, puis leur font regagner le sud à la saison des pluies.

23Au milieu du siècle dernier, quelques Irawatan se sont détachés du reste du groupe pour s’installer plus au sud, aux confins des terres kel gress (voir § 6). Ils forment aujourd’hui un ensemble de quelques familles n’entretenant plus guère de rapports avec les autres Kel Ferwan, qui les croient souvent des Kel Gress ou ignorent jusqu’à leur existence. Nous n’avons pas séjourné parmi eux, mais on dispose à leur sujet d’un travail ethnographique détaillé (Oxby 1978). Nous en parlerons dans la suite du texte en les appelant les Kel Ferwan du Sud.

6. Les Kel Ferwan et leurs voisins

24Situons brièvement les Kel Ferwan par rapport aux groupes voisins, nomadisant au Niger ou dans le Sud algérien. Tous les Touaregs vivant aujourd’hui au Niger sont venus du nord, au cours d’une lente migration dont la tradition orale a gardé le souvenir, et qu’il est parfois possible de situer par rapport aux dates données par les rares textes écrits dont nous disposons. Il semble que l’on puisse distinguer, d’une part, des populations venues du nord-ouest, Mali ou Maroc, dont les principaux représentants au Niger sont les Ioullimmedan, et, d’autre part, des groupes venus de l’actuelle Libye, dont les Kel Ferwan font partie. Les Touaregs de la deuxième catégorie ont tous transité par le massif de l’Ayr, de sorte que l’histoire de l’Ayr est celle d’une lente migration de groupes venus du nord, chaque nouvel arrivant obligeant les précédents à reprendre leur marche vers le sud.

25Les groupes berbères les plus anciennement installés dans l’Ayr ont été les Igdalan, les Inusufan et les Iberkorayan. Dispersés aux alentours de la ville d’Ingal, située à cent kilomètres à l’ouest d’Agadez, les Igdalan et les Inusufan parlent des langues où le vocabulaire songhay et la syntaxe touarègue se mêlent. Ils sont aujourd’hui sur les lisières du monde touareg, mais la Chronique d’Agadez (voir annexe I) atteste qu’au XVIIIe au moins ils en faisaient encore pleinement partie. Les Iberkorayan, quant à eux, se sont agrégés aux Ioullimmedan.

26Se sont ensuite succédé des groupes dont les principaux furent les Ilisawan et les Itesen. C’est à ces peuples qu’on attribue l’installation du sultanat d’Agadez (voir § 7). Les Ilisawan ont quitté l’Ayr au début du XVIIIe siècle et se sont depuis sédentarisés au Damerghou. Les Itesen ont été chassés de l’Ayr au milieu du XVIIIe siècle par de nouveaux venus, les Kel Gress, dont la présence dans l’Ayr est bien antérieure.

27Les Kel Gress ont été chassés à leur tour par les Kel Ewey au début du XIXe siècle et ont rejoint les Itesen dans la région de Maradi. Les Kel Ewey avaient atteint l’Ayr au plus tard vers le milieu du XVIIe siècle. Leur arrivée dans la région serait contemporaine de celle des Kel Ferwan. Alors que ces derniers ont contourné le massif par l’ouest, les Kel Ewey s’y sont lentement diffusés et en sont aujourd’hui les seuls occupants.

28Les derniers arrivés sont les Ikazkazan, les Kel Fadey et enfin les Taytoq, qui ont quitté le Sud algérien à la fin du siècle dernier. Ces peuples vivent, comme les Kel Ferwan, sur le piémont occidental de l’Ayr (sur ces migrations, voir annexe I).

29Les Kel Ferwan, Kel Ewey (dont les Kel Ezel sont une branche), Ikazkazan et Kel Fadey forment le groupe assez homogène des Kel Ayr, « ceux de l’Ayr ». Les Kel Gress, Ilisawan et Itesen sont proches des Kel Ayr et se souviennent d’avoir vécu dans l’Ayr. Tous reconnaissent une certaine autorité au sultan d’Agadez. A ces groupes qui ont transité par l’Ayr s’opposent d’abord les Touaregs de l’Ahaggar (ou Hoggar), les Kel Ahaggar. A l’ensemble formé par les occupants anciens et actuels de l’Ayr et les Kel Ahaggar s’opposent les Ioullimmedan, qu’ils ont toujours considérés comme des ennemis héréditaires. Les Ioullimmedan vivent à l’ouest du Niger et à l’est du Mali. D’autres Touaregs, qui n’ont pas de rapport avec ceux du Niger, vivent au Burkina-Faso et à l’ouest du Mali.

30Nous ferons çà et là référence aux Kel Ewey, chez lesquels nous avons fait quelques brefs séjours, et aux Kel Ahaggar, sur lesquels nous disposons des excellents travaux du Père de Foucauld et de Nicolaisen. Les autres Touaregs relevant du sultan d’Agadez sont au fond assez peu connus. Nous ne ferons pas en principe référence aux Ioullimmedan, sauf quand nous aurons à parler de l’ensemble des Touaregs.

7. Le sultan d’Agadez

  • 13 Le mot « sultan » est celui qu’utilisent les écrits arabes des lettrés d’Agadez. L’usage l’ayant c (...)

31Les Kel Ayr et leurs voisins reconnaissent l’autorité du sultan d’Agadez, l’amɇnokal n Agadɇz ou amɇnokal n Ayr13. L’actuelle dynastie est réputée remonter à 1405, et l’on dispose d’une généalogie à peu près complète des sultans à partir de cette date. Depuis le début du XVIIe siècle, la charge de sultan se transmet dans le même patrilignage. Le titre d’amɇnokal est attesté ailleurs dans le monde touareg, mais il n’a pas chez les Kel Ayr la signification qu’il a chez d’autres Touaregs. Dans l’Ahaggar et à l’ouest du Niger, un amɇnokal est un chef de tribu noble exerçant son autorité non seulement sur ses propres roturiers, mais aussi sur des tribus nobles de groupes voisins. Ce n’est pas le cas du sultan d’Agadez, qui n’est pas (ou n’est plus) le chef d’une tribu. La tradition orale rapporte que le premier sultan, Yunus, était fils du sultan d’Istanbul. Pour les Touaregs non lettrés, Istanbul n’est qu’une ville située à l’est, « quelque part du côté du pays des Arabes », et, à leurs yeux, son ascendance légendaire fait du sultan un musulman exemplaire. Selon certains informateurs, en revanche, le sultan est d’origine itesen, et les Itesen le considèrent d’ailleurs, de façon vague, comme l’un des leurs. Ces allégations ne manquent pas de vraisemblance et, si on y prête foi, il faut penser que le patrilignage dans lequel le sultan est choisi a fini par acquérir une certaine autonomie et se détacher de la tribu des Itesen. Lorsqu’elles ont atteint l’Ayr, les tribus des Kel Gress, Kel Ferwan, Kel Ewey, etc., ont peut-être trouvé sur place une institution itesen qu’elles ont laissé subsister, et qui a peu à peu évolué pour devenir le sultanat tel qu’on le connaît aujourd’hui. Si l’on en croit les témoignages de Barth (1863, t. 1 : 235) et de Jean (1909 : 159), les Itesen et les Kel Gress ont continué, même après avoir quitté l’Ayr, à participer à l’investiture du sultan. Le sultan actuel a lui-même été choisi par les vieux des Itesen.

32Outre des Touaregs ayant quitté la vie nomade, des Hausa et des Djerma venus du sud, la population d’Agadez est essentiellement composée des Imagadezan, les « Agadéziens », que la tradition fait descendre des serviteurs de Yunus, venus d’Istanbul avec lui. Il est possible qu’il s’agisse plutôt de descendants des plus vieux occupants de l’Ayr, autrefois asservis par les envahisseurs touaregs. De nombreux Agadéziens sont des lettrés musulmans, et même s’il y a des lettrés parmi les habitants plus récents de la ville, c’est à eux que nous penserons quand nous parlerons des lettrés d’Agadez.

33Le sultan et les lettrés qui l’entourent peuvent trancher les conflits surgissant entre deux tribus de groupes différents. Ce pouvoir leur est encore reconnu par les autorités nigériennes, qui ont toutefois tendance depuis quelques années à réduire leurs prérogatives. Le sultan peut aussi juger en appel des conflits internes à un groupe, ou toute autre affaire relevant du droit coranique. Les Kel Ferwan et Kel Fadey font grand cas de la compétence juridique des lettrés du sultan, tandis que les Kel Ewey ont moins affaire à eux et préfèrent plaider devant leurs propres lettrés.

34L’importance du sultanat tient aussi à ce qu’Agadez fut de tout temps un centre caravanier. Le sultan percevait des droits sur les marchandises venant de Ghat et de Kano. Les premiers étaient perçus par un fonctionnaire qui se déplaçait occasionnellement à Iferwan, les seconds par un agent du sultan installé à Kano (Barth 1863, t. 1 : 101). De par la présence du sultanat, Agadez a pu être une place neutre, où les échanges commerciaux pouvaient s’opérer. Les Kel Gress venus du sud pouvaient y faire halte quand ils se rendaient à l’oasis de Bilma, sans rien craindre de leurs vieux ennemis, les Kel Ewey (Barth 1863, t. 1 : 224 ; Bary 1898 : 139). L’influence modératrice du sultan sur les conflits intertribaux a pu être faible, mais l’existence du sultanat a mis Agadez à l’écart de ces conflits, si bien que l’activité des lettrés et le commerce s’y sont développés en paix. La Chronique d’Agadez (voir annexe I) ne mentionne qu’un cas, au XVIIe siècle, où Agadez, assiégée par les Kel Ewey, a été affectée par les conflits entre Kel Gress et Kel Ewey (voir E. Bernus 1981 : 60).

35Selon les informateurs de Barth (1863, t. 1 : 206), les Kel Ferwan formaient, au siècle dernier, le groupe le plus puissant de l’Ayr. Bokha nous a répété la même chose. Il semble pourtant que ce soit historiquement inexact, car la prospérité et la puissance militaire des Kel Ewey devaient être à l’époque plus grandes que celles des Kel Ferwan. Il est néanmoins vrai que ceux-ci disposaient, parmi les Kel Ayr, de quelques privilèges. Leurs voisins leur versaient une redevance annuelle, la tiwse, dont les informateurs kel ferwan parlent comme d’un tribut, mais que les autres Kel Ayr estiment avoir été un don bénévole de leur part. De même, lorsque le sultan devait quitter Agadez, l’ɇttɇbɇl des Kel Ferwan assurait l’intérim en son absence (ibid.). Les Kel Ferwan tiraient sans doute ces privilèges de leur situation géographique. Ils étaient en effet, à l’époque, groupés autour d’Agadez, dont ils pouvaient ainsi garantir la sécurité face aux rezzous étrangers. Agadez a donc été liée beaucoup plus qu’Iferwan à l’histoire récente des Kel Ferwan.

Notes

1 Kel Ferwan est un pluriel. La locution qui sert de singulier est ag fɇrwän (ult fɇrwän au féminin), « fils » (ou « fille ») d’Iferwan. Ce singulier est très peu usité ; c’est pourquoi nous ne l’utilisons pas ici.

2 Le nom d’une langue est en tamacheq le mot désignant la nationalité du locuteur mis au féminin. Les Kel Ferwan disent parler la tamajɇq, les Touaregs du Hoggar la tamahaq, les Touaregs maliens la tamashɇq. Le féminin est ici obtenu par préfixation et suffixation d’un t, qui au contact du gh donne un q. L’usage en vigueur dans les services d’alphabétisation a imposé le mot « tamacheq » pour désigner l’ensemble des langues touarègues du Niger. C’est donc lui que nous emploierons, au féminin comme l’usage l’a également imposé.

3 Une racine MJGH (ou MJH, ou MZGH, ou MSGH) sert à désigner plusieurs populations berbères, et certains auteurs ont proposé, non sans vraisemblance, de la rapprocher du mot mazix (pl. mazices) par lesquels les Anciens ont parfois désigné, à côté d’autres termes comme Maures ou Libyens, certaines populations non puniques de l’Afrique du Nord (voir Rodd 1926 a : 457).

4 Dans tout le Niger, sauf dans la région de Niamey où l’on parle djerma, la langue véhiculaire est le hausa. Les Touaregs de certains groupes le parlent presque aussi volontiers que la tamacheq. Les hommes des Kel Ferwan ont en général quelques notions de hausa ; les femmes l’ignorent presque toutes totalement.

5 Il n’était donc pas convenable, en principe, que nous-mêmes cherchions à recueillir des généalogies. Celles que nous avons finalement recueillies proviennent en grande partie soit d’informations données spontanément par des vieillards, soit d’informations livrées plus systématiquement par des esclaves ou des affranchis, qui alors ne parlaient pas de leurs morts mais de ceux des tribus sur les territoires desquelles ils vivaient (voir § 3).

6 Les émissions de radio en tamacheq utilisent la langue de la région de Tahoua, et les Touaregs du nord du Niger les écoutent parfois avec un certain agacement. Les jeunes gens ont souvent du mal à les comprendre.

7 Pour un Touareg, être français, allemand... correspond à l’appartenance à une tribu (tawshit). Dans le règne animal, on parle aussi de tawshit là où nous parlons d’espèce.

8 ênaḍ, désigne le membre d’une catégorie sociale et non celui qui exerce un certain métier. Mais l’appartenance à cette catégorie sociale se trouve impliquer l’exercice d’un certain métier. Une femme appartenant à cette catégorie sociale est une tênaṭ, terme que nous traduirons par « femme du groupe des forgerons » ou (ce qui est approximatif) « épouse de forgeron ».

9 Un vieil esclave, voulant m’expliquer ce qu’étaient les eghawɇl, les compara aux anciens combattants, en utilisant, bien que parlant tamacheq, la locution française.

10 Il a toujours été considéré comme inélégant et peu digne d’un noble de parler en mauvaise part des esclaves et des affranchis, encore plus de les maltraiter. Parler péjorativement des esclaves est considéré comme un comportement de roturier.

11 Les Djerma vivent au Niger dans la région de Niamey. Ils occupaient à l’époque de notre séjour la majeure partie des fonctions de l’administration, mais il semble que cette situation soit en train de se modifier. Le commerce, en revanche, est tenu en majeure partie par des Hausa.

12 Pour les géographes, l’Ayr est un certain massif montagneux. Quand les Touaregs du nord du Niger parlent de l’Ayr, ils ont en tête aussi bien le piémont que le massif lui-même. Nous suivrons leur usage et, quand nous parlerons de « ceux qui vivent dans l’Ayr », nous ferons aussi référence à ceux qui vivent autour du massif. Pour parler du massif proprement dit, nous dirons : « les montagnes de l’Ayr ».

13 Le mot « sultan » est celui qu’utilisent les écrits arabes des lettrés d’Agadez. L’usage l’ayant consacré, c’est lui que nous emploierons.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les Touaregs du Niger (en hachuré : aire de présence des Kel Ferwan dans l’Ayr)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Figure 2. Les tribus Kel Ferwan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/6148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable