Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tente dans la solitude

 | 
Dominique Casajus

Remerciements

Texte intégral

1Je n’aurais pas pu écrire ce livre sans l’aide de Moussa Albaka, dit Barka, que la Providence a mis sur mon chemin le jour même de mon arrivée au Niger en septembre 1976. Il m’a introduit au monde touareg et a été durant les années passées au nord du Niger mon guide, mon assistant, mon hôte et, durant les premiers mois du séjour, mon interprète. C’est d’abord à lui que vont mes remerciements ainsi qu’à sa mère Juwa, à ses petites soeurs, Akameya et Khawa, et à son frère, Khamadan, qui me traitèrent en fils et en frère. Je remercie aussi tous ceux sans l’amitié desquels ces années passées dans l’aridité du Sahel auraient été au-dessus de mes forces, le vieil affranchi Kablo, Ehekelli et sa famille, Ashedo et sa famille, de la tribu des Iberdiyanan, le lettré Mallan, Bokha, chef suprême des Kel Ferwan, et tant d’autres que je ne puis nommer ici. Ces quelques lignes dans un livre qu’ils ne liront pas ne peuvent être qu’un remerciement dérisoire en regard de tout ce que je leur dois. Puisse seulement la peine que ce livre, si maladroit qu’il soit, m’a demandée m’avoir fait mériter la confiance qu’ils ont placée en moi. Qu’il me soit permis aussi d’honorer la mémoire de Buzeydi, Khamed, Khaydara et Alkhadji qui furent mes informateurs, mes hôtes et mes amis. Qu’il me soit surtout permis d’évoquer la mémoire d’Assalo, la plus jeune des petites soeurs de Moussa Albaka. Je l’ai vue pour la dernière fois le 6 décembre 1984. Une lettre reçue à Paris peu après m’a appris qu’elle est morte quelques jours plus tard, emportée peut-être par la rechute d’un mal qui la rongeait depuis longtemps. Je l’avais un peu vue grandir, et elle me considérait et me traita toujours comme un grand frère.

2Je remercie Louis Dumont qui m’a permis d’exposer mon travail dans son séminaire et a lu et critiqué la dernière version du manuscrit.

3Je remercie Raymond Jamous, qui a relu les innombrables versions successives de ce travail, ainsi que Daniel de Coppet et tous ceux dont les critiques m’ont été utiles.

4Je remercie Lionel Galand, Mokhamed Aghali Zakara et Frère Antoine Chatelard qui m’ont enseigné la tamacheq.

5Je remercie Geneviève Calame-Griaule, dont les travaux et les conseils m’ont stimulé dans l’étude de la littérature orale, et qui m’a accueilli dans son équipe dès mon retour du terrain.

6Je remercie Maurizio et Marie-Claude Catani, Vincent et Elizabeth Maurel, Hubert et Anne Nové-Josserand, Alain et Mariama Marot, et surtout mon frère Serge et ma soeur, mes parents, sans la générosité et la compréhension desquels je n’aurais pu mener à bien mon travail.

7Mes premiers séjours sur le terrain ont été financés grâce à l’Association des anciens élèves de l’Ecole polytechnique auprès de laquelle M. de Baudrimont a eu la bonté de se faire mon avocat. Des séjours ultérieurs ont été financés par l’ERA 262 ERASME et l’ER 246 du CNRS.

8La seule photographie de Moussa Albaka figurant dans ce livre a été prise en 1982 par mon regretté ami André Abegg.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540