Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Adoptions

 | 
Agnès Fine

Introduction

Agnès Fine

Texte intégral

  • 1 F.-R. Ouellette, contribution dans ce volume.

1L’adage dit, pour le déplorer, que si l’on peut choisir ses amis, on ne peut pas choisir sa famille ! Tout ce livre tend à montrer que les choses ne sont pas si simples, aujourd’hui moins que jamais. En effet, le principe de l’élection est au cœur de l’évolution récente de la parenté dans la société occidentale. En témoigne la place croissante, depuis une vingtaine d’années, des filiations électives, c’est-à-dire des liens « parentaux » volontaires entre adultes et enfants. Ainsi des liens entre beaux-parents et beaux-enfants en raison de l’augmentation de la fréquence des divorces et des recompositions familiales dues aux secondes unions, ou encore des liens entre parents et enfants adoptés, qu’il s’agisse d’adoptions légales ou « d’adoptions » par leur père d’enfants nés d’inséminations avec donneurs, deux réponses choisies de plus en plus souvent par les couples en manque d’enfants. Ces parentés adoptives sont plus fréquentes aujourd’hui dans un contexte culturel où l’enfant est devenu un support identitaire essentiel des membres du couple, en particulier de la femme. L’existence de relations parentales avec des enfants que l’on n’a pas procréés constitue donc une expérience partagée de nombreuses familles contemporaines. La filiation étant traditionnellement fondée en Occident sur le principe d’exclusivité – « un enfant ne peut avoir qu’un seul père et une seule mère1 » – et sur la valorisation des liens de sang, notre société doit affronter la pluriparentalité. Comment y répondre ? La question est posée avec acuité par les sociologues, les juristes et les psychanalystes qui déplorent les contradictions du droit contemporain en la matière. C’est là un problème éthique et politique important sur lequel ce livre apporte des éléments de réflexion nouveaux. En outre, la pluriparentalité pose la question des relations complexes, d’homologie, de substitution, de complémentarité et de hiérarchie entre filiations volontaires et filiations de sang que chaque société pense de manière originale.

2La vitalité actuelle du parrainage témoigne également de la place croissante de l’élection dans les relations de parenté. En dépit du fort déclin de la pratique religieuse, cette filiation élective, vivante depuis plus de quatorze siècles en Occident, mais réinvestie de manière nouvelle, irrigue les relations de parenté consanguine et alliée en créant des liens privilégiés entre un oncle ou une tante parrain ou marraine et son neveu ou sa nièce filleul ou filleule. Elle permet en outre de resserrer autour d’un enfant des liens fraternels ou de faire d’un ami proche une sorte de parent. La faveur actuelle de ce lien volontaire, qu’on peut nouer ou ne pas nouer quand on est parent, investir ou ne pas investir quand on est parrain ou marraine, est l’une des expressions de l’importance des choix personnels dans les relations de parenté (Fine 1997a). En effet, au terme d’un long processus mis en évidence par les historiens, la famille occidentale est devenue le lieu par excellence de l’échange affectif, de sorte qu’au moins dans l’idéal, pour la définir, on se réfère de plus en plus à la réalité des échanges plutôt qu’aux seuls liens de sang. Le principe de la relation choisie entre parents s’étend aujourd’hui à l’ensemble des liens familiaux, consanguins et alliés, comme l’expriment les fictions télévisuelles qui font les délices de nos contemporains. Selon Sabine Chalvon-Demersay (1996), ces fictions explorent les conséquences du rêve d’une société « où les liens ne seraient plus institutionnels et contraignants, mais tous librement consentis… Suivant un modèle d’adoption généralisée… ». On ne cherche pas seulement à créer des liens entre non apparentés, mais aussi à forger, parmi les parents de sang et ses alliés, un réseau relationnel privilégié. Autrement dit, et pour plagier une célèbre formule, l’important n’est pas de naître « parent » mais de le devenir en se comportant comme tel.

3Il reste que le vieil adage affirmant que l’on ne peut choisir sa famille évoque avec sagesse la fatalité des héritages parentaux à la naissance. Enfants de sang et enfants adoptés, de famille unie ou désunie, hier comme aujourd’hui, nous héritons tous de parents, parfois de beaux-parents, de parrains, de marraines, de frères et sœurs ainsi que d’un nom et d’un prénom que nous n’avons pas choisis. Cependant, avec l’âge, nous composons peu à peu avec nos parentés héritées et nous en créons parfois de nouvelles. Chacun « adopte » ou non un jour ses parents, ses beaux-parents, ses frères et sœurs, en opérant des choix par toutes sortes de comportements ou d’attitudes d’affiliation ou de rejet, qui s’expriment entre autres dans la terminologie de l’adresse et les changements de noms ou de prénoms. Est-ce à dire que les enfants sont toujours objets de dons ou d’appropriation réelle ou symbolique, et que, seuls, leurs parents ont l’initiative des choix ?

  • 2 Par exemple, F. de Singly 1996.

4Dans les sociétés traditionnelles dont il sera question ici, les géniteurs ne disposent en ce domaine que d’une liberté relative. Ils sont soumis aux contraintes de leur propre parenté, à qui les coutumes donnent une sorte de pouvoir sur leur progéniture. L’enfant est « dû » à la parenté, comme l’écrit Monique Jeudy-Ballini, à propos des Sulka d’Océanie, à la parenté ascendante surtout, les grands-parents ayant un véritable « droit de préemption » selon la formule employée par Josiane Massard (1988 : 47), à propos de l’adoption des petits-enfants en Malaisie. Ceci est vrai également en pays eskimo. En Europe, ils avaient le pouvoir de les nommer de leur propre nom, surtout les aînés, soit en les parrainant eux-mêmes, comme dans la partie occidentale de la chrétienté, soit en passant par le parrain choisi hors de la parenté dans la partie orientale. Le pouvoir des grands-parents limitait celui des parents, contraints, en quelque sorte, à faire don de leur progéniture. Mais alors que ces derniers s’effaçaient devant les nécessités supérieures de la parenté, aujourd’hui ils ont conquis, les mères en particulier, une autonomie quasi complète vis-à-vis de leurs propres parents et c’est eux qui sont à l’initiative de la plupart des choix concernant leurs enfants ou des liens électifs qu’ils sont amenés à créer. Cette constatation révèle l’ampleur des changements dans la filiation que connaissent les sociétés occidentales. C’est cela qui constitue l’axe central de cette réflexion collective. On verra comment l’émergence des nouvelles filiations électives et l’affirmation de la famille comme espace de l’élection affective, sur laquelle la sociologie insiste à juste titre2, ont modifié peu à peu la définition sociale de la filiation.

  • 3 Sur les parentés parallèles en Europe, en particulier la parenté spirituelle, voir Fine 1992a. On (...)

5La littérature ethnologique qui a traite abondamment de ce qu’elle a appelé « pseudo-parenté », « parenté parallèle », « parenté fictive », « parenté artificielle » donne des outils conceptuels et des méthodes pour analyser les liens électifs dans la parenté européenne3. Aussi, en exploitant les ressources du comparatisme, les utiliserons-nous pour mieux comprendre en quoi elles sont révélatrices des relations de filiation et de germanité. Qu’est-ce qu’être parent, enfant, frère et sœur, chez les Sulka d’Océanie et chez les Inuit de l’Arctique, dans la Grèce classique et dans les îles de la Grèce contemporaine, dans la France des années cinquante et celle des années quatre-vingt-dix ? Telles sont les questions que les analyses qui suivent contribueront à éclairer.

  • 4 Cette journée doctorale a été organisée conjointement par l’Institut d’études doctorales de l’Univ (...)

6Né d’une journée d’enseignement doctoral qui avait réuni en 1995 à Toulouse la plupart des auteurs4, ce livre comporte dix contributions sur des formes très diverses de liens électifs dans la parenté. L’ensemble montre qu’il existe de multiples manières de fabriquer des parents en dehors de la consanguinité et de l’alliance. Ce qui n’est pas une découverte pour les ethnologues l’est peut-être davantage pour les spécialistes d’autres disciplines, les juristes, par exemple, qui dénient l’appellation de « parentés » à des liens familiaux informels non reconnus par le droit. Mais ceci ne justifierait pas à soi seul l’apparente impertinence de rassembler dans le même ouvrage, d’une part des filiations électives au sens propre du terme (adoption surtout), créatrices de parenté juridique, de l’autre des formes très diversifiées d’affiliations informelles. Il est question ici en effet, d’un côté, de l’adoption des enfants chez les Sulka d’Océanie, celle des adultes dans la Grèce classique, du neveu ou de la nièce dans la France passée, des fillettes chinoises par des Québecois contemporains, de l’autre, d’affiliations diverses, par exemple, de l’adoption de leurs ancêtres par les passionnés de généalogies de la France actuelle, des affinités créées dans les familles par l’homonymie ou la corésidence, de la création des liens fraternels dans les familles recomposées après divorce ou encore des réseaux de parenté créés ou activés par le travail au sein d’une entreprise industrielle. Ces affinités constituent, en effet, des réseaux repérables, actifs et vivants, au sein de la parenté ou à ses confins qui, compte tenu de leur diversité et de la difficulté à les définir, ont été peu analysés jusqu’à présent.

  • 5 Voir sur ce point les analyses de C. Klapisch-Zuber sur les familles florentines de la Renaissance (...)

7L’éloignement dans le temps et l’espace de liens aux fonctions et aux enjeux si différents ne rend-il pas vaine toute tentative de rapprochement ? En effet, même à l’intérieur d’un espace culturel relativement homogène, celui des sociétés traditionnelles européennes, la distance qui sépare la filiation adoptive de la filiation symbolique créée par le parrainage ou l’homonymie est évidente. Alors que la première, en référence à la filiation de sang, a pour fonction l’inscription d’un descendant dans une lignée associée à des biens et souvent à un patronyme, la seconde pose surtout le problème des représentations de la personne et des rapports entre parents, vivants et morts des branches paternelle et maternelle, signifiés par le prénom5. Pourtant éclairer l’un par l’autre ces deux types de filiation permet de renouveler notre appréhension des systèmes de parenté européens, en particulier d’approfondir la question de la filiation indifférenciée censée les caractériser. Ce rapprochement se révèle plus fécond que celui, pourtant plus immédiat, que l’on peut opérer entre les pratiques traditionnelles d’adoption et l’adoption contemporaine, par exemple. La rupture est, là, évidente, qui exige de penser en termes nouveaux cette ancienne institution dont nous avons hérité.

  • 6 C’est ce qui explique sans doute l’attention particulière de la sociologie à l’analyse de la famil (...)

8C’est pourquoi nous avons opté pour deux parties ; chacune présente une unité interne, indépendante de la différence de nature entre ces deux types de liens. Dans la première, il est question des « parentés » électives des sociétés lointaines et des sociétés européennes non encore affectées par le « désenchantement du monde ». Contrairement aux idées reçues, elles ont laissé sa part à l’initiative individuelle et à l’élection, mais intégrées dans une représentation de la parenté fondée sur la lignée des vivants et des morts. Ces liens volontaires ont pour fonction l’inscription réelle ou symbolique de l’enfant dans une lignée, paternelle et/ou maternelle. La seconde partie concerne les « parentés électives » de notre société occidentale moderne dans laquelle la famille conjugale occupe une place centrale6. Ici elles sont inventées par les individus comme autant d’opérations singulières permettant l’expression de soi, dans sa parenté, ses relations de travail ou de loisir. Ce ne sont donc pas les liens électifs qui en eux-mêmes constituent la nouveauté dans les pratiques de la parenté, mais leur contenu et leur signification. La même appellation très générale ne saurait donc dissimuler les profondes différences entre ces deux ensembles. Le fait de les rapprocher permet de mieux saisir l’ampleur des changements actuels dans le domaine de la filiation.

  • 7 Voir les deux numéros thématiques d’Anthropologie et Sociétés (1988) et de Droit et Cultures (1992 (...)
  • 8 Certains historiens du christianisme médiéval, utilisant exclusivement des sources ecclésiastiques (...)

9Dans la première partie intitulée « Parentés électives et lignées », les trois premières contributions traitent de l’adoption parce qu’elle est un parfait « révélateur » des représentations et des pratiques de la filiation dans une société. Bien que cet ouvrage soit centré sur l’Europe, l’incursion dans une société très éloignée de la nôtre par son organisation sociale et la fréquence de l’adoption, les Sulka de Nouvelle-Bretagne, permet de porter « un regard éloigné » sur nos propres cultures. Sans doute les lecteurs étrangers à l’ethnologie s’étonneront-ils de l’intense circulation d’enfants qui prévaut dans cette société océanienne. Elle n’est pas une nouveauté pour les ethnologues qui ont lu, souvent avec enthousiasme, les analyses déjà publiées sur les formes denses, souples et variées de l’adoption dans les sociétés lointaines. La bibliographie internationale sur la question est vaste, et, en France, la réflexion a beaucoup avancé depuis une dizaine d’années, comme en témoignent la publication de plusieurs numéros thématiques de revues, la tenue à Paris d’un colloque international réunissant historiens et ethnologues et, surtout, l’importante synthèse de Suzanne Lallemand7. Mais, ici, la réflexion est centrée moins sur l’alliance créée par ces échanges que sur les représentations indigènes de la filiation. Ainsi, à partir de son propre terrain, et en relisant dans cette perspective les travaux portant sur d’autres sociétés océaniennes, Monique Jeudy-Ballini analyse la manière dont sont pensées, l’une par rapport à l’autre, filiation par le sang et filiation par la « nourriture ». Ces analyses aident à penser, « en général », les relations entre filiation naturelle et filiations électives. Ainsi, la hiérarchie établie par les Baining entre parenté par le sang et parenté adoptive, la première entachée de la honte attachée à la sexualité, acte « naturel » désocialisant, la seconde valorisée comme acte social par excellence, rappelle avec force celle qui opposait dans l’Europe chrétienne médiévale, la parenté spirituelle créée par le baptême, à la parenté « charnelle », hiérarchie dont j’ai analysé les fondements anthropologiques (Fine 1994). Ce rapprochement montre, pour ceux qui en douteraient encore s’agissant de l’Église chrétienne, que cette représentation à la fois populaire et cléricale des deux parentés est une des formes d’expression de l’opposition universelle nature/culture8.

  • 9 Voir J. Goody 1976 mais aussi J. Goody et S.J. Tambiah 1973.
  • 10 Telle est la thèse centrale du livre de S. Lallemand 1993.

10On passe dans une société à la fois très loin et très proche de la nôtre lorsqu’on aborde, avec Claudine Leduc, les pratiques adoptives dans la Grèce classique. Bien qu’éloignées par plus de 2 500 ans des pratiques adoptives dans l’ancienne France évoquées dans mon texte, on sera frappé par la proximité des problèmes que résolvaient, par l’adoption, les chefs des maisons de la Grèce classique et ceux du monde paysan et urbain de la France d’avant les années 1960. L’adoption n’était nullement un don d’enfants entre familles susceptible de créer des liens d’alliance mais une manière de pallier le manque de descendants dans des lignées obsédées par leur continuité physique, matérielle et symbolique. Ici et là-bas, on adoptait des parents très proches, neveux ou petits-cousins pour assurer la succession normale des générations. Les similitudes entre les pratiques de la Grèce antique et de la France ancienne et contemporaine témoignent de structures de parenté relativement proches et d’une profonde spécificité culturelle européenne, encore plus éclatante lorsqu’on la compare avec les sociétés océaniennes et africaines. Nos analyses confirment les oppositions mises en lumière par Jack Goody9 entre, d’une part, le système de parenté de la société européenne – proche sur ces points de certaines sociétés asiatiques –, où la dot des femmes et l’adoption d’un descendant ont partie liée avec la transmission d’un patrimoine, et, d’autre part, celui des sociétés africaines et océaniennes, où l’échange des femmes, avec le prix de la fiancée, et celui des enfants se font dans le cadre de l’exploitation collective de terres et d’une culture extensive nécessitant plus de main-d’œuvre. Dans ces sociétés, l’échange d’enfants aurait, pour créer des liens d’alliance, des fonctions analogues à celles de l’échange des femmes10, alors qu’en Europe, le système matrimonial et l’adoption (de fait) permettrait la reproduction d’une société socialement stratifiée fondée sur une exploitation intensive et privée de la terre.

11Avec les contributions de Bernard Vernier et de Bernard Saladin d’Anglure, on abandonne la question de l’intégration de l’enfant étranger dans une lignée pour aborder celle de l’élection de chacun des enfants par leurs parents à l’intérieur même de la parenté de sang.

12A partir d une minutieuse ethnographie de plusieurs terrains de la Grèce rurale contemporaine, Bernard Vernier montre que la nomination des enfants et le discours que l’on tient sur leur ressemblance avec leurs ascendants créent des liens électifs entre certains membres de la parenté consanguine. Chacun des enfants fait l’objet d’une appropriation symbolique dans l’une ou l’autre des branches, paternelle et maternelle, enjeu d’autant plus important que, par le nom, on « ressuscite » (Vernier 1991, chap. 3) les ascendants. Outre la nouveauté d’une analyse qui met en évidence des réseaux affectifs différenciés entre membres d’une même fratrie et leur parenté paternelle et maternelle, d’une grande importance dans le vécu des personnes, cette contribution fait ressortir le caractère heuristique de la problématique anthropologique du don. En effet les règles de dénomination et le discours sur les ressemblances ont bien pour fonction ici de réguler les dons symboliques d’enfants entre conjoints, et, au-delà d’eux, entre les branches alliées. L’auteur insiste sur la valeur différente du don selon qu’il s’agit d’un aîné ou d’un cadet, d’un garçon ou d’une fille. On redécouvre que l’alliance ne va jamais de soi, qu’il convient donc de resserrer les liens entre alliés à l’occasion des naissances successives, surtout celle des aînés. Ainsi se manifeste l’importance en Europe des dons symboliques d’enfants, sur laquelle mon texte met également l’accent en évoquant le parrainage. Si les dons réels d’enfants (par l’adoption) sont peu fréquents, les liens sociaux se créent surtout par les dons symboliques de nouveau-nés qui, dans la partie occidentale de l’Europe chrétienne, depuis la fin du Moyen Âge, se font entre les branches paternelle et maternelle par le biais du parrainage et de la nomination, les deux étant étroitement liés. Là, les règles coutumières de désignation des parrains et marraines -d’abord les grands-parents, puis les consanguins ou alliés les plus âgés d’un côté et de l’autre -, favorisant un strict équilibre des branches paternelle et maternelle, expriment et renforcent le caractère indifférencié du système de filiation. Elles laissent moins de place aux nombreuses inflexions patrilatérales repérées dans la Grèce contemporaine.

13Au-delà de son terrain grec, l’analyse de B. Vernier débouche sur un programme plus général théorique et méthodologique. Elle invite les ethnologues à affiner la notion de bilatéralité, d’indifférenciation et de cognatisme, caractéristique des systèmes de filiation européens, en intégrant l’analyse systématique des règles de prénomination et des théories indigènes des ressemblances. La réflexion de Bernard Saladin d’Anglure sur la parenté des Inuit fait un écho remarquable à ces propositions. S’appuyant également sur une analyse de la nomination des enfants, dictée ici par les défunts, et des termes d’adresse utilisés par le père et la mère à l’égard de chacun d’eux, il révèle, chose ô combien étonnante pour nous, que le père et la mère n’appellent pas leur enfant de la même façon, chacun privilégiant le nom d’un mort que l’enfant réincarne. Cette différence met en évidence la concurrence entre les branches paternelle et maternelle pour l’appropriation symbolique des enfants, censée être opérée par les morts. Ce système de nomination et d’adresse fait voler en éclats la représentation ethnocentriste que l’anthropologie occidentale se fait du système de filiation eskimo. Ceci a une grande importance théorique quant à la définition du système de filiation européen, dans la mesure où la tradition ethnologique classe ce dernier dans la même catégorie que le système eskimo. L’auteur propose de repenser la définition de la filiation eskimo, en donnant aux parentés électives signifiées par le nom la place qu’elles ont réellement dans les représentations indigènes. Mieux, il propose de repenser de ce point de vue le système de filiation occidental.

14Ces deux contributions sont d’autant plus stimulantes qu’appliquées à nos propres sociétés, comme s’y est employé Bernard Vernier, elles confirment l’ampleur des mutations familiales mises en évidence par la sociologie de la famille, en particulier, la disparition progressive de l’inflexion patrilinéaire, l’équivalence des enfants, l’aîné et le cadet, la fille et le garçon. La lignée ne semble plus avoir une forte signification, comme l’exprime de manière significative l’abandon de l’imposition du nom des ascendants. En s’affranchissant des règles de nomination traditionnelle, qui passait par les parents en Grèce et par les parrains en France, les parents choisissent des prénoms qui expriment leur histoire personnelle et leurs propres fantasmes. Se faisant, ils ne se situent pas en relais d’une chaîne qui les précède mais en inventeurs d’une progéniture qui leur appartient en propre. J’essaie de saisir, dans mon propre texte, ce moment de l’histoire occidentale où l’enfant, pensé comme appartenant à sa mère et non plus à sa lignée, ne peut plus être donné en adoption par ses parents.

  • 11 Ce dossier paru en décembre 1996 comprend plusieurs articles importants sur les problèmes éthiques (...)

15C’est dans ce contexte de rupture des représentations de la filiation que s’inscrivent les liens électifs dont il est question dans la deuxième partie, intitulée « Parentés électives et expression de soi ». L’affirmation de soi, celle des parents adoptifs d’abord, semble en effet au cœur des usages contemporains de l’adoption analysés par Françoise-Romaine Ouellette. La présentation préalable de l’horizon historique de l’adoption occidentale fait ressortir, par contraste, l’ampleur des bouleversements qu’elle a connus récemment. A partir du cas québécois, transposable à la plupart des sociétés occidentales, l’auteur montre comment les pratiques traditionnelles de l’adoption, fondées sur le secret et la marginalité, ont profondément évolué, en particulier sous l’effet de l’adoption internationale. Elle met en évidence le rôle de l’État et la logique qui conduit peu à peu à l’adoption ouverte, avec rencontres entre géniteurs et parents adoptifs, à l’adoption d’enfants par des parents de même sexe, à celle des enfants à particularité par leurs parents éducateurs, et souligne en quoi ces nouvelles pratiques expriment et fondent à la fois de nouvelles définitions de la filiation. Cette analyse, riche d’une connaissance approfondie des pratiques des différents acteurs sociaux de l’adoption, nourrira le débat lancé par les juristes et les psychanalystes à la suite des travaux de P. Legendre et relayé par certains sociologues de la famille, en particulier I. Théry. Ces travaux critiquent les choix du droit contemporain de la filiation, dont les incohérences et les contradictions sont démontrées à nouveau avec force par les auteurs du dossier intitulé « Malaise dans la filiation », récemment publié par la revue Esprit11. Michèle Laborde, en juriste anthropologue, les souligne également en confrontant la loi française de 1972 sur la filiation et celle de 1994 sur la bioéthique. L’une et l’autre lois fondent la paternité de manière contradictoire, donnant tantôt la primauté au lien de sang, tantôt la primauté au lien social. Ce qui en résulte dans tous les cas, c’est la fragilisation de la filiation d’un enfant, qui peut être amené à en changer plusieurs fois au gré des décisions de ses parents, en fonction de leurs successives inclinations amoureuses. Sur ce point, on doit remarquer la convergence des analyses de Michèle Laborde et de Françoise-Romaine Ouellette, entre elles et avec celles des auteurs du dossier de la revue Esprit. Au-delà des problèmes éthiques et juridiques que pose la toute-puissance des choix parentaux quant à l’établissement de la filiation, il est d’autres domaines où elle a des effets moins évidents, en particulier dans les familles recomposées après divorce.

  • 12 Voir en France, les travaux d’I. Théry, Y. Le Gall et C. Martin, cf. bibliographie d’A. Martial da (...)
  • 13 Cette réflexion est stimulée par les travaux de S. Sagnes qui prépare un doctorat en ethnologie su (...)

16Appliqués à un objet, les familles recomposées après divorce, particulièrement étudié par une excellente sociologie12, les outils de l’anthropologie sociale et historique, qu’utilise Agnès Martial, se révèlent d’une grande efficacité pour comprendre sur quoi se fondent les liens entre frères de sang, demi-frères et quasi-frères dans ce type de famille. Le lien de « fraternité » se définit par des partages de filiation au contenu bien différent. On voit comment le concept de résidence – fondamental dans la définition classique de la filiation -est ici productif. La corésidence joue pour « fabriquer » de la parenté : du lien filial entre beaux-parents et beaux-enfants qui cohabitent depuis longtemps ensemble, de la fraternité entre demi et quasi-frères ou sœurs, elle fait également de parents éloignés des proches, et même d’étrangers des parents. Ainsi en est-il entre membres d’une même communauté villageoise, ou d’une même entreprise, comme le montre Véronique Moulinié à propos de l’usine Fréquin. La corésidence, au sein du même ménage, du même hameau, ou du même village, bref l’enracinement dans le local (celui de l’interconnaissance), créerait-il donc de la parenté dans la société européenne ? Cette question, abordée de biais par Véronique Moulinié, Agnès Martial et Sylvie Sagnes, est sans doute une grande question de l’ethnologie de la parenté européenne13. Les représentations « Sulka » de la parenté par la nourriture invitent aussi à reconsidérer l’importance de l’acte de « nourrir » dans la création de liens parentaux. Le verbe anglais to foster, nourrir, et son dérivé, fosterage, par lequel on désigne des formes souples « d’élevage » des enfants par des parents nourriciers, renvoie à une réalité ancienne couramment pratiquée en Europe. Aussi peut-on comprendre la tendance actuelle à considérer la corésidence et l’ancienneté des soins nourriciers comme des critères pouvant fonder la filiation, par exemple entre beaux-parents et beaux-enfants, ou entre parents nourriciers et enfants délaissés. Enfin, de manière plus radicale, l’interdit de l’inceste entre frères et sœurs non germains des familles recomposées manifeste le rôle central des parents dans la création des liens de filiation et exprime de manière paradigmatique comment se déplace l’instance édictrice de la règle sociale par excellence !

17Laissons au lecteur le plaisir de découvrir les analyses d’Agnès Martial sur ce point.

18Hors de l’univers domestique, dans le travail, les liens de parenté agissent comme modèles forts de référence pour penser les relations entre les personnes et favoriser une meilleure expression de soi, surtout, peut-être, quand celle-ci est menacée par l’anonymat ou la violence des relations sociales. En témoignent les « façons de faire et façons de dire » des ouvriers de l’entreprise Fréquin analysées de manière très novatrice par Véronique Moulinié. Dans un monde hiérarchique difficile, chaque individu, par ses actes et ses paroles, essaie d’affirmer sa place comme parent dans un réseau dont il manipule en permanence l’étendue et la composition. Il y va de l’affirmation de son identité qui, ici, rencontre la stratégie patronale de cette entreprise familiale.

19Hors des réalités de la parenté réelle et des relations de travail, il existe un lieu où l’individu peut encore plus librement exprimer sans entrave son idéal utopique de parenté purement élective, celui des rêveries historiques du généalogiste amateur. Loin de se penser comme un simple chaînon d’une lignée dont il devrait transmettre l’histoire et les valeurs, le généalogiste adopte des ancêtres, en abandonne d’autres, se crée des cousins, en élimine d’autres, bref se taille une parenté « sur mesure », de fréquentation nettement plus paisible que celle de sa propre famille. En séjournant avec délices au pied de son arbre généalogique, en « adoptant » des morts, Sylvie Sagnes révèle qu’il se cherche lui-même, qu’il essaie de comprendre les traits de sa personnalité, bref qu’il se livre à une quête identitaire acharnée et que ses écritures de la parenté ne sont rien d’autre qu’une autobiographie. L’entreprise de ces passionnés de parenté exprime de manière exacerbée l’enjeu d’affirmation identitaire que constitue pour chacun l’espace relationnel familial, comme l’exprime d’une autre façon la sociologie récente de la famille.

20Ces différentes analyses permettent de préciser les fondements anthropologiques du concept de filiation dans la société européenne et les changements actuels de son contenu. Qu’est-ce qui faisait un père ou une mère, un fils ou une fille, dans les sociétés anciennes où la lignée avait une place centrale ? Qu’en est-il aujourd’hui ? Si l’on se refuse à réduire la consanguinité aux seuls liens de sang créés par l’accouchement ou l’engendrement, ou encore à sa seule définition juridique, par ailleurs fondamentale, entrent en jeu d’autres éléments essentiels, tels que la transmission de biens, celle d’un patronyme, la dation du prénom d’un ascendant, la corésidence, la « nourriture » quotidienne fournie à un enfant (qui a son équivalent dans l’obligation alimentaire à l’égard des vieux parents), l’échange de sentiments, les devoirs à l’égard des parents décédés, l’interdit de relations sexuelles. Aujourd’hui, le contenu de la parentalité s’est modifié sur un point central : tout ce qui reliait la descendance vivante à l’autre monde semble avoir disparu. Comme le démontre F.-R. Ouellette en analysant les pratiques adoptives contemporaines, l’éducation et l’affection prodiguées à un enfant dans le cadre d’une corésidence sont censées suffire à instituer des adultes comme parents. La parentalité, en même temps que les représentations de la personne, n’ont plus le même contenu dans une culture où l’idée même de l’existence de deux mondes est remise en question ; celui d’où viennent les enfants n’est pas un « en deçà » dangereux que l’on se représentait volontiers comme relié de manière circulaire à l’au-delà, mais un corps maternel transparent, dont on peut prendre des images. Fixer le moment et l’origine d’une vie conduit à exclure aussi le temps d’après la mort. Ceci est le résultat d’une lente évolution, signifiée aujourd’hui de manière exemplaire par la disparition des fonctions symboliques traditionnelles des parrains et marraines, en particulier lors de la cérémonie du baptême, rite majeur censé permettre le passage de l’enfant de la chair à l’esprit, du monde d’ici-bas à celui de l’au-delà. Dans ce rite qui n’a plus le même sens, le rôle liturgique majeur est actuellement joué par les parents qui ont également évincé les parrains et marraines dans l’acte essentiel de prénomination de leurs enfants. Le prénom ne désigne plus l’enfant comme une sorte de réincarnation d’un parent, disparu ou à disparaître, mais comme un individu, une personne à part entière dès sa naissance ou son adoption, objet du désir du couple. Aussi comprend-on que le choix du prénom fasse l’objet d’une longue joute amoureuse où l’histoire et l’inconscient de chacun de ses parents trouvent un magnifique terrain d’expression.

21Le lecteur sera frappé par la place centrale que tient l’anthroponymie dans cet ouvrage. La question du nom aurait pu servir de fil conducteur à l’ensemble de l’analyse des mutations dans le domaine de la filiation car elle en est une expression privilégiée. Par exemple, alors que dans l’adoption européenne ancienne, comme dans l’adoption simple, l’enfant gardait son prénom et son patronyme auquel celui de l’adoptant était ajouté, dans l’adoption internationale, le plus souvent plénière, pour mieux intégrer l’enfant à sa famille et à sa nation d’adoption, on change systématiquement son nom et son prénom. Ceci s’accompagne, il est vrai, de jeux subtils par lesquels, en deuxième et troisième prénom, l’on cherche à préserver son identité nationale. C’est là une façon de marquer qu’un enfant n’appartient plus du tout à sa lignée d’origine mais à ceux qui lui prodiguent soins et affection. Autre exemple de ces mutations, les changements de noms dans la France contemporaine étudiés par N. Lapierre (1995). Ils sont l’expression exemplaire des tensions problématiques entre filiation héritée et volonté d’épanouissement personnel. Les demandes émanant actuellement d’enfants de couples mixtes, dont le père maghrébin n’a pas contribué à l’éducation, et qui désirent porter le nom de leur mère, ne sont pas seulement révélatrices des difficultés à supporter le racisme quotidien éprouvées par les porteurs de patronyme « arabe », elles expriment également le choix d’une lignée contre l’autre, comme le montre également Michèle Laborde à propos des demandes croissantes de changements de noms, adressées aux juges aux affaires familiales par les mères séparées de leur mari. Avec l’augmentation des ruptures conjugales, la tendance à élire son propre nom devrait aller s’accentuant.

22La plupart de ces contributions ethnologiques sont nourries de références aux autres sciences humaines et sociales. Mon souhait le plus vif est que ce livre permette de dépasser les frontières, qu’il soit un pont entre l’histoire, le droit, la sociologie, la psychologie et la psychanalyse. Il s’adresse donc aux chercheurs de ces différentes disciplines, ainsi qu’aux travailleurs sociaux qui œuvrent dans le champ de la famille, mais au-delà de ces professionnels à titre divers, il s’adresse à tous ceux qui, nécessairement touchés par les changements familiaux de notre société, cherchent tout simplement à mieux comprendre leur propre expérience de fils ou de fille, de frère ou de sœur, de père ou de mère.

Bibliographie

Bibliographie

Anthropologie et Sociétés, 1988, 12, 2, « Les enfants nomades », sous la direction de Bernard Saladin d’Anglure et Chantal Collard.

Cadoret, Anne, 1995, Parenté plurielle. Anthropologie du placement familial, Paris, L’Harmattan.

Chalvon-Demersay, Sabine, 1996, « Une société élective. Scénarios pour un monde de relations choisies », Terrain, 27 : 81-101.

Combes Danièle & Devreux, Anne-Marie, 1991, Construire sa parenté. Reconnaissance, légitimation, dénomination des enfants, Paris, Centre de sociologie urbaine.

Copet-Rougier, Élisabeth & Héritier Françoise (éd.), 1995, La parenté spirituelle, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Corbier, Mireille (éd.), 1997, Adoption et fosterage, Actes du colloque international, Paris, De Boccard (à paraître).

Droit et Cultures, 1992, 23, « Adoption et transfert d’enfants ».

Fine, Agnès, 1987, « L’héritage du nom de baptême », Annales ESC, iv : 853-877.

– 1992a, « Les parentés parallèles », in Vers une ethnologie du présent, sous la direction de G. Althabe, D. Fabre et G. Lenclud, Paris, Maison des sciences de l’homme/Ministère de la Culture : 195-210.

– 1992b, L’inceste spirituel. Fonctions symboliques de la parenté spirituelle en Europe, thèse de doctorat d’État, ehess, Paris.

– 1994, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard.

– 1997, « Parrainage, marrainage et relations familiales dans la société française contemporaine », Lien social et Politiques, 37 : 157-170.

– À paraître, « Adoption et parrainage dans l’Europe ancienne », in Mireille Corbier (éd.), Adoption et Fosterage, Paris, De Boccard.

George, M.C. & Perdriolle, S., 1996, « Le juge, le droit et la famille », Esprit, décembre : 111-121.

Goody, Jack, 1976, « Adoption in Cross-Cultural Perspective », in Production and Reproduction, Cambridge University Press.

Goody, Jack & Tambiah, S.J., 1973, Bridewealth and Dowry, Cambridge University Press.

Gullestad, M. & Ségalen Martine (éd.), 1995, La famille en Europe. Parenté et perpétuation familiale, Paris, La Découverte.

Klapisch-Zuber, Christiane, 1980, « Le nom refait », L’Homme, xx, 4 : 77-104.

Labrusse-Riou, Catherine, 1996, « La filiation en mal d’institution », Esprit, décembre : 91-110.

Lallemand, Suzanne, 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle. Prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan.

Lapierre, Nicole, 1995, Changer de nom, Paris, Stock.

Massard, Josiane, 1988, « Engendrer ou adopter : deux visions concurrentes de la parenté chez les Malais insulaires », Anthropologie et Sociétés, 12(2) : 41-62.

Singly, François de, 1996, Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

Théry, Irène, 1993, Le démariage, Paris, O. Jacob.

– 1996, « Différence des sexes et différence des générations. L’institution familiale en déshérence », Esprit, décembre : 65-90.

Vernier, Bernard, 1991, La genèse sociale des sentiments, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Zimmermann, Francis, 1993, Enquête sur la parenté, Paris, puf.

Zonabend, Françoise, 1996, « Naître en marge », Gradhiva, 1996, 19.

Notes

1 F.-R. Ouellette, contribution dans ce volume.

2 Par exemple, F. de Singly 1996.

3 Sur les parentés parallèles en Europe, en particulier la parenté spirituelle, voir Fine 1992a. On trouvera une importante bibliographie dans ma thèse de doctorat d’État, voir Fine 1992b et 1994 ; voir aussi Zimmermann 1993 et Coppet-Rougier et Héritier (éd.) 1995 ; sur les parentés nourricières, voir A. Cadoret 1995 ainsi que Gradhiva 1996, n° 19 avec les contributions de C. Collard, F.-R. Ouellette, C. Le Grand-Sébille et M. Pontault.

4 Cette journée doctorale a été organisée conjointement par l’Institut d’études doctorales de l’Université de Toulouse-Le Mirail et par le dea double sceau (ehess/utm) « Anthropologie sociale et historique de l’Europe ». Elle avait également accueilli S. Lallemand, F. Zonabend et P. Gleize.

5 Voir sur ce point les analyses de C. Klapisch-Zuber sur les familles florentines de la Renaissance (1980), ainsi que les miennes sur celles du Pays de Sault (Pyrénées audoises) à l’époque contemporaine (Fine 1987).

6 C’est ce qui explique sans doute l’attention particulière de la sociologie à l’analyse de la famille conjugale et du couple.

7 Voir les deux numéros thématiques d’Anthropologie et Sociétés (1988) et de Droit et Cultures (1992). Par ailleurs, Mireille Corbier a organisé à Paris en juin 1993 un colloque international « Adoption, Fosterage » dont les actes sont à paraître aux éditions De Boccard. On trouvera une importante bibliographie sur la question dans la synthèse de S. Lallemand (1993).

8 Certains historiens du christianisme médiéval, utilisant exclusivement des sources ecclésiastiques, ont tendance à ne proposer que de nouvelles exégèses de la pensée cléricale en guise d’interprétation anthropologique de la notion d’inceste spirituel. Dans les plus récentes parutions voir l’article d’A. Guerreau-Jalabert dans Copet et Héritier (éd.) 1995.

9 Voir J. Goody 1976 mais aussi J. Goody et S.J. Tambiah 1973.

10 Telle est la thèse centrale du livre de S. Lallemand 1993.

11 Ce dossier paru en décembre 1996 comprend plusieurs articles importants sur les problèmes éthiques, politiques et juridiques posés par l’évolution sociologique de la filiation dans la société française contemporaine. Voir I. Théry, C. Labrusse-Riou, M.C. George et S. Perdriolle.

12 Voir en France, les travaux d’I. Théry, Y. Le Gall et C. Martin, cf. bibliographie d’A. Martial dans ce volume.

13 Cette réflexion est stimulée par les travaux de S. Sagnes qui prépare un doctorat en ethnologie sur cette question.

Auteur

Professeur d’anthropologie historique, Université de Toulouse-Le Mirail, Centre d’anthropologie, umr 150, Toulouse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540