Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S’apparenter

 | 
Agnès Martial

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« S’apparenter », dans les familles recomposées, procède de logiques plurielles, dont la teneur éclaire la définition de nos liens familiaux.

Dans les configurations relationnelles anciennes, créées par les veuvages et les remariages, « être parent », c’est avant tout partager un bien, une terre, et le conserver entre soi. Indispensables au maintien de l’équilibre social et démographique, mais menaçant toujours la cohérence des alliances et la survie des patrimoines, les configurations nées du remariage ne trouvent dans le monde ancien aucun espace de liberté et d’existence. Hors du sang, menaçant les biens, les liens de familles recomposées du passé ne paraissent donc avoir d’autre existence que négative et marginale.

Ces relations, pourtant bien présentes dans les sociétés passées, y sont-elles donc entièrement occultées et niées ? Pas tout à fait. Les liens nés du remariage entrent en effet dans le domaine des relations reconnues, réglementées, prohibées, à travers l’existence d’un...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540