Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

S’apparenter

 | 
Agnès Martial

II. L'enfance en partage

5. Adopter

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est difficile de connaître précisément l’importance statistique de l’adoption de l’enfant du conjoint, car elle n’est pas ciblée comme un processus d’adoption spécifique : on l’inclut actuellement dans la catégorie des adoptions « dans la parenté ». On présume cependant qu’elle en constitue la proportion la plus importante dans la plupart des pays occidentaux. Aux États-Unis par exemple, 60 % des adoptions sont réalisées dans la parenté. L’adoption de l’enfant du conjoint y serait donc aujourd’hui « le type d’adoption le plus répandu et le moins régulé » (Hollinger, 1997 : 1-53). Au Canada, « on ne connaît pas l’ampleur exacte de ce phénomène ; il serait maintenant responsable de la majorité des adoptions » (Ouellette & Seguin, 1994 : 12). En Grande-Bretagne, on estimait en 1980 que l’adoption de l’enfant du conjoint représentait 60 % de l’ensemble des adoptions (Masson et al., 1983 : 12). En Allemagne, en Suisse, comme en Angleterre, les adoptions de l’enfant du conjoint constit...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540