Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pasteurs du Nouveau Monde

 | 
François-René Picon

Première partie. Les Guajiros : «présent ethnographique»

1. La péninsule de la Guajira

Texte intégral

Figure 2. Carte de la Guajira

Présentation physique

Territoire

1Les Indiens guajiros vivent dans la péninsule de la Guajira située au nord de la Colombie et sur la rive ouest du golfe du Venezuela, région comprise entre 11,5° et 12,5° de latitude nord et 71° et 73° de longitude ouest. Ils ne se désignent pas eux-mêmes par le terme « guajiro », mais par celui de wayù, c’est-à-dire « les gens », qui s’opposent à celui de alijuna, « les autres », les non-wayù. Le mot « guajiro » dont l’orthographe a varié selon les époques — on trouve en effet goajiro, goagiro entre autres — semble s’être stabilisé et c’est celui que nous utiliserons comme mot espagnol, en l’accordant en genre et en nombre. Selon le Diccionario de la Real Academia Española, il vient du yucatèque, langue du Guatemala, dans laquelle il signifie señor, c’est-à-dire « monsieur » ou plutôt « seigneur ». Il désigne également les paysans blancs de l’intérieur des terres de Cuba. Ce mot a été utilisé très tôt par les Espagnols au sens « d’Indien important » ; c’est dans ce sens qu’on le trouve en 1530 dans un texte de Fray Tomas Ortiz, Protecteur des Indiens : « ... qu’ils doivent avoir dans cette ville un ou deux indiens, fils de guajiros ou d’autres personnes importantes desdites répartitions » (Friede, 1955, vol. 2, p. 197). Le terme « guajiro » pour désigner les habitants de la Guajira n’apparaît en fait qu’assez tard, vers 1560, alors que la présence espagnole est affirmée depuis plus de 30 ans en plusieurs endroits de la Péninsule, sur la côte ouest (Riohacha et le Cabo de la Vela), la région nord de Maracaibo à l’est et le massif de collines de la Macuira dans le nord. Les Espagnols utilisaient une grande variété de noms pour désigner les habitants de la Péninsule, dont celui de Indios caribes — ou « Indiens belliqueux et dangereux » — apparaît le plus souvent. Puis, à partir de la fin du XVIe siècle, l’usage de « guajiro » se généralise jusqu’à comprendre, au début du XXe siècle, tous les Indiens habitant la Péninsule.

2Il est difficile d’évaluer le nombre exact des Guajiros car les recensements sont sujets à caution, mais on peut le situer aux alentours de 100 000 : ils forment donc un des groupes indigènes les plus importants d’Amérique du Sud.

3La langue guajira appartient à la famille linguistique arawak et, en dehors de quelques « différenciations dialectales » mutuellement intelligibles (Hildebrandt, 1963, p. 8) entre le nord et le sud de la Guajira notamment, elle présente une grande uniformité. Les Indiens paraujanos, qui vivent sur les bords du golfe de Maracaibo, parlent une langue très proche du guajiro et il semble bien que l’on puisse les assimiler aux Guajiros. Un bon nombre de Guajiros connaissent à peu près l’espagnol, certains même couramment sans toutefois le parler volontiers, la langue représentant un facteur d’identité ethnique et culturelle important.

4La péninsule de la Guajira s’avance dans la mer des Caraïbes selon une direction sud-ouest/nord-est. Sa structure et son origine la différencient du continent dont elle fait partie (Stutzer, 1934) et son histoire géologique est certainement différente de celle du système andin et se rattache plutôt à celle des îles qui forment les Antilles néerlandaises (Bonaire, Curaçao, Aruba) et de la péninsule de Paraguaná au Venezuela (Aschmann, 1955, p. 4). C’est une étendue plate dans sa plus grande partie, d’une très faible altitude au-dessus du niveau de la mer (moins de 30 mètres), d’où émergent quelques massifs montagneux dont le plus élevé n’atteint pas 900 mètres. Ces montagnes devaient vraisemblablement être des îles et former, à une époque géologique récente, un archipel baignant dans des eaux peu profondes à la suite d’un effondrement de la plate-forme survenu à l’oligocène supérieur. Elles sont composées de granit, de schistes cristallins et de gneiss (Bürgl, 1963). Autour de ces îles se sont formés des dépôts sédimentaires tertiaires, puis, à la fin de l’oligocène, la Péninsule a commencé à se soulever progressivement et ces îles se sont trouvées rattachées au continent ; la Péninsule s’est alors constituée de sédiments marins quaternaires sous l’action des courants équatoriaux. La faible profondeur des eaux littorales suggère que ce processus se poursuit (Aschmann, 1960, p. 408). Il faut ajouter à ces dépôts d’origine marine un ensablement d’origine alluviale de part et d’autre de la partie centrale de la Péninsule, dans la région de l’embouchure du Rio Rancheria qui vient de la Sierra Nevada de Santa Marta, et l’ensablement des Rios Paraguachón et Limon entre lesquels se sont formées des lagunes qui sont devenues par la suite des marécages d’eau douce. Cet ensablement continu aujourd’hui et la côte vénézuélienne notamment ne cesse d’avancer vers l’est. Si l’on compare une carte datant de 1776, dressée par Antonio de Arévalo, à une carte actuelle, on s’aperçoit qu’une demi-douzaine d’îlots sont représentés le long du littoral vénézuélien sur la première carte alors que sur la seconde n’existent à leur place que des lagunes isolées de la mer. Cela confirme donc bien qu’il y a eu ensablement de la côte car on ne peut penser que le littoral ait été mal relevé alors qu’il s’agissait très certainement de la zone côtière la mieux connue en raison du grand trafic maritime dans ces eaux.

5Deux lignes de faille traversent la Péninsule : l’une part du Cabo de la Vela et divise la Guajira en Haute et Basse-Guajira ; l’autre marque la limite sud de la Péninsule et part de la face nord de la Sierra Nevada jusqu’à l’embouchure du Rio Limon. Comme le note Aschmann (1960, p. 408) son influence sur l’écologie de la Guajira est considérable car elle empêche les rivières qui se sont formées dans les Montes de Oca, c’est-à-dire l’extrémité nord de la Sierra de Perijà, de s’écouler vers l’intérieur de la Guajira ; les cours d’eau s’enfoncent dans le sol au niveau de la faille et se dirigent ensuite vers l’est pour remonter vers le sol à l’approche des côtes vénézuéliennes. C’est ainsi que la région immédiatement située au nord de cette ligne de faille ne bénéficie pas des eaux qui coulent des montagnes de Perijà, ce qui explique le contraste frappant qu’offrent les terres arides de cette zone de la Guajira qui jouxtent les premières pentes des montagnes où la végétation est très abondante.

Régions naturelles

6On distingue habituellement dans la Guajira deux régions qui couvrent à peu près la même superficie : la Basse-Guajira au sud et la Haute-Guajira au nord. Certains voient une troisième région qui reçoit le nom de Moyenne-Guajira mais qui, à la différence de la bipartition de la Péninsule, ne correspond pas à une réalité géographique.

7La Basse-Guajira est la région comprise entre les dernières pentes du versant nord de la Sierra Nevada de Santa Marta à l’ouest et celles des Montes de Oca à l’est et la ligne de faille que nous avons signalée qui va du Cabo de la Vela au Cerro de la Teta ou au creux de l’Ensefiada de Calabozo. Cette frontière fondée sur une réalité géologique, va d’ouest en est dans sa partie sud et du nord-ouest au sud-est dans sa partie nord. La Basse-Guajira se caractérise par l’absence presque totale de relief à l’exception de quelques ondulations de terrain et par une très faible altitude au-dessus du niveau de la mer. Entre la végétation du sud et du nord de la Basse-Guajira existe une différence fortement marquée. La zone sud, ou « zone de transition », voit une végétation de « forêt sèche des Caraïbes », verte, avec de grands arbres, se mélanger avec celle de la savane aride, composée de plantes xérophiles et d’arbustes épineux qui est typique de la Guajira (Guhl, 1963).

8Ce mélange de deux types de végétation continue vers le nord jusqu’au lit du Rio Rancheria qui, au sortir des Montes de Oca, s’incurve vers l’ouest et coule au milieu de la Guajira, perpendiculairement à l’orientation de la Péninsule. Sur quelques kilomètres, de part et d’autre de ce fleuve, la végétation est plus abondante et l’on retrouve celle qui caractérisait le piémont des Montes de Oca et celui de la Sierra Nevada. C’est le seul cours d’eau permanent de la Guajira car ses eaux ne sont pas absorbées par la ligne de faille. Au nord du Rio Rancheria commence la vraie « steppe guajira », comparable au « chaparral » du Mexique ou au « caatinga » du Brésil, couverte d’épineux et où les cactées (cactus candélabres [Cereus Sp.], « figuiers de barbarie » [Opuntia Sp.]) se font de plus en plus nombreuses au milieu des mimosées.

9Dans cette partie de la Basse-Guajira, la proximité des systèmes montagneux et la présence du Rio Rancheria permettent au sol d’être assez humide et favorisent une végétation plus riche et plus fournie que dans le reste de la Péninsule. Le bétail y est abondant, constitué principalement par des bovins, et l’agriculture y est pratiquée, surtout le long du cours du fleuve. C’est une zone au peuplement dense où deux « portes » au sud, ouvrent sur le reste de la Colombie : celle du littoral, à l’ouest, sur Santa Marta et la région côtière, et celle de l’intérieur, plus importante économiquement, à l’est, sur Valledupar et Bogota, à un millier de kilomètres. C’est aussi une zone de contact entre Blancs et Indiens qui tous deux, depuis la Conquête, considèrent son contrôle comme essentiel. Dans le reste de la Basse-Guajira, l’humidité du sol est bien moindre mais dès que surviennent les premières pluies, le sol brûlé se couvre immédiatement de graminées, les arbres reverdissent et les troupeaux trouvent de quoi s’alimenter. L’agriculture ne se pratique que lorsque tombent les premières pluies et les troupeaux de chèvres sont de plus en plus nombreux alors que les bovins sont de plus en plus rares, ces deux traits préfigurant la situation dans la Haute-Guajira.

1. Sous-bois guajiro.

2. Plaines désertiques au pied des collines de Jarara.

10La Haute-Guajira commence donc au nord de la ville d’Uribia, au niveau où la Péninsule se rétrécit pour s’élargir à nouveau vers le nord, et comprend tout le reste de la Guajira. Si, au début, la plaine de la Basse-Guajira continue, le terrain devient vite plus accidenté et l’on rencontre les premiers reliefs. C’est, tout d’abord le Cerro de la Teta, montagne conique de formation volcanique qui atteint une altitude de 420 mètres, dont le nom guajiro, tout comme le nom espagnol, signifie « sein de femme ». Plus loin, on trouve la Serrania de Cocina, orientée ouest-est, d’une altitude moyenne de 400 mètres et enfin, à l’extrême nord, l’ensemble Serranía de Jarara et Serrania de Macuira, orientées nord-ouest/sud-est dont les sommets approchent les 900 mètres. A l’ouest de la Haute-Guajira, au Cabo de la Vela, se trouvent le Pilon de Azúcar, constitué de serpentine et la Serrania de Carpintero qui atteint à peine 300 mètres. Tous ces massifs de petites montagnes ou plutôt de collines sont séparés entre eux par des plaines qui forment couloirs et qui rejoignent les plaines côtières des deux côtés de la Péninsule.

11Selon la terminologie de Guhl (1963, p. 22), alors que la Basse-Guajira se range dans la catégorie de la « savane » (sabana esteparia), la Haute-Guajira appartient à celle de la steppe semi-aride (semi-desierto). La végétation de cette dernière région se caractérise donc par une plus grande abondance de cactées et d’épineux, tendance déjà entrevue en Basse-Guajira ; mais on observe aussi l’apparition d’étendues complètement désertes qui se trouvent soit à proximité de la côte, comme au Cabo de la Vela où le sol est extrêmement salé, soit dans certains endroits des collines, comme le versant sud de la Serrania de Cocina, où la roche est à nu. Il faut toutefois préciser que là où des cours d’eau souterrains se rapprochent du sol, la végétation clairsemée devient plus fournie ; des espèces d’oasis se forment et l’on y voit des arbres que l’on trouve en Basse-Guajira. C’est le cas de certaines dépressions situées dans les plaines qui entourent les massifs de collines et, généralement, les Guajiros y creusent des puits ou aménagent des réservoirs qui retiennent les eaux de pluie. Dans les montagnes, l’altitude modifie la végétation normale de cette zone : c’est ce qu’on appelle le « monte guajiro » (Guhl, 1963). La région où ce type de végétation est le plus riche et le plus diversifié est le versant nord de la Serranía de Macuira où les précipitations sont plus fortes (pluies ou brumes) que dans le reste de la Haute-Guajira. Ces conditions particulières permettent la formation de ruisseaux qui, avant de se perdre dans le sable des plaines entourant la montagne, parviennent à irriguer convenablement les flancs de la Macuira. Dans cette région, les Guajiros pratiquent des cultures permanentes jusque vers 600 mètres environ et l’on retrouve le type de végétation qui caractérise la Basse-Guajira. Plus haut, la densité des arbres et des buissons épineux rend le passage difficile.

12L’altitude du versant nord du système montagneux Macuira-Jarara parvient donc à provoquer la condensation des alizés du nord-est et cela rend la culture régulière possible. C’est le cas aujourd’hui comme c’était le cas à l’arrivée des Espagnols. Dans les textes de la première partie du XVIe siècle, cette zone est comparée avec celle du bassin du Rio Rancheria dans la Basse-Guajira, pour la richesse de ses terres et l’abondance de ses cultures. Les habitants de ces deux régions sont désignés du même nom : guanebucanes, en raison du fait qu’ils pratiquent la même activité s’opposant en cela, semble-t-il, au reste des habitants de la Guajira. Ce sont enfin les deux régions où se sont installés les Espagnols, avec des fortunes diverses.

13Pour terminer cette brève description des régions naturelles de la Guajira, il faut ajouter la zone du littoral. Tout le long de la Péninsule, de Riohacha à Sinamaica, il se compose de dunes, parfois très élevées (jusqu’à 50 mètres) dont la continuité peut être interrompue par des falaises, comme c’est le cas dans la région de Bahia Honda et Bahia Portete. La largeur de ce cordon littoral varie de 1 à 4 kilomètres et le sable est parfois recouvert de plantes grasses qui s’accommodent de la haute salinité du milieu.

14On peut donc distinguer en Guajira deux régions naturelles : l’une, la Basse-Guajira, est une plaine avec une végétation assez fournie et dans laquelle coule le seul cours d’eau permanent ; l’autre, la Haute-Guajira, est beaucoup plus accidentée avec des caractéristiques désertiques beaucoup plus prononcées : seuls des « oasis » et certains versants des massifs montagneux jouissent de conditions d’humidité qui permettent d’y retrouver la végétation de la Basse-Guajira.

Hydrographie et climat

15Le système hydrographique de la Guajira est extrêmement réduit ; il n’existe qu’un seul fleuve permanent, le Rio Rancheria, qui prend sa source dans la Sierra Nevada de Santa Marta et auquel viennent s’ajouter de petites rivières qui naissent dans la Sierra de Perijà. Ce fleuve parvient, à l’inverse des autres cours d’eau venant du massif de Perijà, à passer la ligne de faille au sud de la Guajira. Dans tout le reste de la Péninsule, n’existent que des rivières temporaires qui deviennent des torrents dès les premières pluies. Le réseau souterrain, en revanche, semble assez dense, en Basse-Guajira du moins et dans les plaines situées entre les massifs montagneux dans le Nord, à en juger par les « oasis ». Les lits souterrains sont parfois assez proches de la surface et les Guajiros creusent le sol jusqu’à atteindre l’eau. Notons que les nappes phréatiques ou les cours d’eau souterrains potables qui sont beaucoup plus abondants en Basse-Guajira, font totalement défaut le long des côtes et existent seulement en Haute-Guajira autour des montagnes. L’eau des puits est en général assez salée, rares sont ceux qui donnent de l’eau douce, et elle est tout juste propre à la consommation.

16Le climat de la Guajira est sans doute la plus importante des variables géographiques qui déterminent l’environnement écologique de la Péninsule. L’équateur thermique, c’est-à-dire l’isotherme caractérisé par la température la plus élevée, traverse la Guajira et, comme beaucoup de régions situées entre 10° et 15° de part et d’autre de l’équateur, l’évaporation y est beaucoup plus forte que les précipitations. Une des constantes de ce climat sont les vents alizés du nord-est qui balaient la Péninsule de façon presque ininterrompue. Comme ils soufflent vers l’équateur, ils deviennent de plus en plus chauds, absorbent de plus en plus d’humidité et dessèchent le sol de la Guajira quand ils la traversent. Ces vents sont très stables et conservent le peu d’humidité qu’ils rencontrent car aucune barrière montageuse suffisamment élevée ne s’interpose ni ne les force à s’élever, à l’exception de la Serranía de Macuira où existent des conditions climatiques particulières, sans influence sur le reste de la Péninsule. Les données météorologiques enregistrées dans le sud de la Guajira montrent que leur vitesse se situe entre 18 et 20 mètres par seconde. Ces vents forts sont constamment chargés de sable ou de particules de terre : ils jouent un rôle très important dans l’érosion des sols et, en particulier, dans celle des zones réservées à l’agriculture. Les vents sont accélérés dès qu’ils entrent dans la Péninsule par la nature même du sol et les conditions d’ensoleillement. Le sable et l’argile qui constituent le sol de la Guajira sont très rapidement chauffés par le soleil sans en absorber la chaleur ce qui augmente la vitesse des vents, empêchant la formation de nuages ; enfin, si le sol se réchauffe rapidement, il se refroidit très vite aussi et ces changements brusques de température créent des conditions qui accélèrent encore les vents, surtout en zone côtière (Gallagher, 1976, p. 11).

Figure 3. Comparaison des moyennes mensuelles des pluies (d’après l’Atlas Geográfico de Colombia).

17Dans la mesure où l’insolation de la Guajira est très forte, et les formations nuageuses extrêmement rares, les températures sont élevées ; on relève une moyenne annuelle de 29° (Guhl, 1963, p. 17) ou de 28°, des maxima autour de 40° et des minima d’environ 14° (Chaves, 1953, p. 141) et l’amplitude est faible. Le vent rend toutefois ces températures supportables.

18Le régime des pluies est fonction de celui des vents. Quand les alizés faiblissent, s’annonce une période de pluie. Ce qui reçoit le nom d’invierno (l’hiver) se situe le plus souvent durant les mois de septembre, octobre et novembre : les vents n’ont plus la force suffisante pour balayer les formations nuageuses et les pluies commencent à tomber. Le même phénomène peut se produire aussi vers les mois de mars et avril, mais les précipitations sont beaucoup plus faibles et surtout moins régulières année après année. La quantité de précipitations diminue fortement du sud au nord de la Péninsule : si l’on constate une moyenne de 1 500 mm/an dans la région de Carraipia, au nord des Montes de Oca, dans la zone de végétation dite de « transition », on arrive à peine à 200 mm/an dans l’extrême nord de la Guajira, à la station de San José de Bahia Honda ; le centre de la Basse-Guajira reçoit environ 600 mm/an, à Riohacha, et la région frontière entre la Basse et Haute-Guajira a une moyenne de précipitations annuelles qui se situe aux alentours de 350 à 400 mm. En fait, la quantité de pluie peut varier fortement d’une année sur l’autre et, au cours d’une même année, certaines régions peuvent avoir des pluies plus ou moins abondantes. En un même endroit, Uribia, au centre de la Guajira, a reçu en 1955, 635 mm de pluie et en 1957, 132 mm seulement ; à quelques kilomètres de là, à Manaure, situé sur la côte, les chutes annuelles ont été, respectivement de 1 283 mm en 1955 et de 50,6 mm en 1957 : il est donc difficile de parler de régularité des précipitations (cf. fig. 3, p. 47).

19Elles sont non seulement irrégulières en quantité d’une année sur l’autre mais elles peuvent être extrêmement soudaines et la plus grande partie des pluies concentrée en quelques jours, voire quelques heures. Ainsi avons-nous constaté en octobre 1973 une chute importante de pluie (environ 50 mm) au cours d’un seul orage qui a duré un après-midi, dans la région d’Uribia au centre de la Guajira. D’autres rapportent des faits similaires : 375 mm en octobre 1954, à Uribia en 36 heures, après 12 mois de sécheresse ininterrompue (Aschmann, 1960, p. 410) ; ou encore 181,7 mm en six jours, en novembre 1942, toujours à Uribia (Chaves, 1953, p. 139). Mais l’absence totale de pluie, peut-être moins remarquable, doit aussi être notée : c’est ce qui est arrivé au cours de deux mois d’invierno, en 1959 (Gallagher, 1976, p. 12) à Paraguaipoa.

20Ces pluies extrêmement irrégulières et parfois très violentes tombant sur un sol constitué principalement d’argile et de roches imperméables, expliquent que les lits des cours d’eau asséchés durant dix mois sur douze deviennent des torrents dont la force est telle qu’elle peut entraîner des animaux (Chaves, 1953, p. 140). Au cours de ces périodes, certaines zones sont inondées, rendant toute circulation impossible pour les véhicules à moteur et très difficile pour les chevaux et les mules. C’est ce que rapporte un missionnaire, le Père de Alcoy qui, en avril 1762, a fait un voyage en Guajira ; les inondations l’ont obligé à rebrousser chemin, alors que le mois d’avril n’est pas l’époque de pluies abondantes (Armellada, 1960, p. 244).

Faune et flore

21La flore et la faune sont bien évidemment soumises aux sévères conditions écologiques qui règnent en Guajira. Comme nous l’avons vu, la flore est composée principalement de cactées, d’espèces xérophytes et d’herbes adaptées au climat semi-désertique. On trouve, hors de la zone « de transition », des variétés naines d’arbres qui poussent dans le milieu favorable de la Basse-Guajira. Les arbres les plus communs sont l’olivier (olivo ou kapuchiri [Capparis odoratissima]), le dividivi (ichii [Caesalpinia Coriara]), le trupillo (aitpia [Acacia macracantha]), le palo verde (mapua [Cercidium Praecox]). Dans quelques endroits privilégiés, on trouve des arbres comme le guasimo (Guazuma ulmifolia), le brésilier ou le manguier. Enfin, les plantes médicales, étudiées par M. Perrin (1978) sont assez nombreuses.

22La faune de la Péninsule, à l’égal de sa flore, n’a pas été complètement décrite, sauf dans quelques travaux partiels ou consacrés à une région particulière, comme l’étude des oiseaux de la Serrania de Macuira (Marinkelle, 1970). La faune de la Guajira se différencie de celle des plaines caraïbes non par son type mais par sa moindre abondance (Gallagher, 1976, p. 16, citant un travail d’Osgood sur les mammifères de l’ouest du Venezuela et de l’est de la Colombie). On mentionne par exemple, le tapir comme animal vivant en Guajira ; nous n’en avons jamais vu de trace mais nul doute qu’il existait en Guajira il y a de nombreuses années ; on en trouve aujourd’hui dans les Montes de Oca ; de la même façon, le jaguar semble avoir changé d’habitat. Il y a en revanche abondance de lapins et de chats sauvages (átpana, musa), de tortues terrestres et marines, d’iguanes, d’armadillos, de serpents corail et de crotales ; mais le charognard (samulu) est réellement l’animal que l’on voit le plus fréquemment dans la Péninsule ; enfin, deux sortes de cervidés (irama et uyala), que l’on chassait souvent il y a quelques années, deviennent de plus en plus rares.

23Nous n’avons parlé que des animaux sauvages qui « restent », pourrait-on dire. En fait, le territoire de la Guajira nourrit un grand nombre d’animaux, domestiques ceux-là, puisque l’économie des Guajiros se fonde sur l’élevage qui, en raison du milieu naturel sévère, est de type itinérant. Par ordre d’importance numérique (et non économique) décroissante les animaux qu’élèvent les Guajiros sont : les chèvres, les moutons, les ânes, les bovins, les chevaux et les mules. Autour des habitations, on trouve aussi des porcs, des volailles et des chiens. Il faut ajouter que, dans la Basse-Guajira, les zébus font partie des troupeaux, mais il s’agit là d’un autre type d’élevage et d’une autre zone écologique qui n’ont plus rien à voir avec la Guajira proprement dite.

L’écosystème

24Pour clore ce chapitre, il reste à signaler deux facteurs que l’observation de la situation telle qu’elle est aujourd’hui et telle qu’on peut la deviner à travers les textes nous pousse à mettre en relation. Il s’agit du milieu naturel et de la quantité de bétail sur les terres de la Péninsule, et de la population animale (qui comprend surtout des herbivores) en général. Telles que nous les avons connues, entre 1972 et 1974, les terres de la Guajira et celles du centre en particulier présentaient un aspect plutôt désolé ; la couverture végétale était très réduite, la végétation très pauvre et les animaux domestiques sous-alimentés, les animaux sauvages presque inexistants. C’était, vers août 1973, la fin d’un « été » particulièrement long et aride mais les pluies d’octobre avaient fait repartir la végétation ; en décembre de la même année, les animaux domestiques avaient retrouvé un état de nutrition satisfaisant et les Guajiros ramenaient même quelques lapins de la chasse. Si, cependant, les pluies avaient tardé ou, pis encore, si elles n’étaient pas arrivées, on peut imaginer sans grand risque de se tromper qu’une partie importante du cheptel aurait péri, comme cela a été le cas en 1939 (Staffe, 1963). Cette dernière année est signalée comme catastrophique, mais si on examine le tableau du régime des pluies annuelles, on constate que 1941 et surtout 1946 et 1947 ont été des années plus sèches, à la différence peut-être qu’en 1939 les faibles pluies ont été concentrées en deux mois, alors qu’en 1941 et 1946 elles se sont étalées sur deux périodes distinctes (avril-mai ou mai-juin respectivement et la saison « normale » des pluies, c’est-à-dire l’« hiver »), Ainsi, d’après les données pluviométriques, l’année 1939 n’apparaît pas comme une époque exceptionnellement sèche, et d’autres années ont dû voir les Guajiros vendre une grande quantité de dépouilles d’animaux morts de soif et de dénutrition.

25Un des problèmes majeurs auquel les sociétés d’éleveurs ont à faire face est le contrôle de la taille des troupeaux : la consommation de la viande, la vente du bétail, le sacrifice des animaux, sont autant de moyens d’exercer ce contrôle. Les sécheresses prolongées qui déciment les troupeaux jouent, elles aussi, un rôle régulateur et protègent le milieu naturel contre une surpopulation animale. Le bétail guajiro s’est cependant si bien adapté aux conditions écologiques sévères de la Guajira et a développé une telle capacité de résistance à la sécheresse par rapport à la faculté de régénération du milieu naturel que ce dernier se dégrade. A cet égard comme le note Molano Campuzano, (1963) le surpâturage que connaît la Guajira entraîne un processus de désertification. La gravité de ces deux dangers auxquels sont confrontées toutes les sociétés pastorales et nomades dépend en fait de l’extension du territoire du groupe et donc du rapport entre le nombre d’animaux et la surface totale utilisable. Or, il se trouve qu’en Guajira, le territoire est relativement restreint et ce rapport élevé : l’équilibre est donc très fragile et le point de non-retour de la capacité de reproduction du milieu naturel a peut-être même été dépassé. C’est là une des façons d’interpréter l’émigration constante des Guajiros vers les centres urbains, à la recherche de ressources que l’élevage ne peut plus leur apporter. Une des façons, car on retrouve dans la plupart des sociétés pastorales cette nécessité de diversifier les activités de subsistance.

26Si l’on accepte l’idée que le milieu naturel de la Guajira a été, et est toujours intensément exploité, la très grande rareté des animaux sauvages, tout particulièrement des herbivores, s’explique par la concurrence qu’exercent les animaux domestiques contrôlés par l’homme : ces derniers les ont peu à peu éliminés ou chassés vers des terres plus hospitalières. Contraints de disputer leur nourriture au bétail et pourchassés par l’homme, les animaux sauvages, tels que les cervidés, ont presque entièrement disparu de la Guajira.

27Si le milieu naturel de la Guajira, surexploité par le bétail et vidé de ses animaux sauvages, est pauvre aujourd’hui, il semble bien que tel n’ait pas toujours été le cas : les textes du XVIIIe siècle, par exemple, décrivent une végétation et une faune assez riches, et ceux du XVIe siècle, une grande abondance de gibier et de plantes sauvages. Il s’agit donc bien d’un appauvrissement du milieu naturel. Ce dernier peut se modifier de deux façons : naturellement et à travers l’action de l’homme. Il ne semble pas que le climat de la Péninsule ait changé au cours des quatre derniers siècles. Il est raisonnable de supposer qu’il y a eu, tout au long des années, la même alternance de précipitations plus ou moins fortes, comme le montrent les données climatiques. Il n’est donc pas illusoire d’imaginer, par exemple au XVIIIe siècle, une période de dix années présentant les mêmes caractéristiques pluviométriques que la décennie allant de 1938 à 1947. Mais ces précipitations identiques n’ont pas le même effet aujourd’hui qu’il y a deux siècles ; elles n’ont pas aujourd’hui la même capacité de régénération de la nature, déjà affectée par une exploitation intensive. Il ne s’agit pas de changement climatique à proprement parler, mais de changement des conditions écologiques dans la mesure où la réponse de l’environnement à des conditions climatiques que l’on peut supposer égales est, elle, différente.

28L’action de l’homme n’a pas été le seul facteur qui a provoqué le changement de l’environnement ; des modifications naturelles se sont aussi produites. Des cours d’eau souterrains ou des nappes phréatiques, qui rendaient possible l’existence d’« oasis », se sont asséchés et certains habitats de l’intérieur ont dû être abandonnés, phénomène qui est typique de nombreuses régions pastorales. Mais le changement naturel le plus important s’est produit sur la côte est, comme conséquence de l’avancée de la dune littorale qui accroît la distance qu’ont à parcourir les quelques cours d’eau descendant des Serranías de Macuira et de Cocina et qui sont absorbés par le sable. La rivière Guasare, par exemple, qui se jette dans le Gran Eneal — qui était il y a quelques siècles une lagune puis est devenu un marais — a vu son cours se bloquer de façon progressive et ses eaux se perdre dans les sables. Cela a provoqué l’appauvrissement des terres, vers l’époque de la Conquête, et l’abandon d’un habitat où, sur une période d’environ 2 500 ans, s’était pratiquée l’agriculture (Gallagher, 1976).

29De même, si l’on accepte la localisation que fait D. Ramos (1962 et 1976, chap. II) de l’établissement espagnol de Santa Cruz consécutif à l’expédition d’Ojeda sur la côte nord-est de la Guajira en 1502, et que l’on examine les déclarations de ce même Ojeda, on s’aperçoit que cette région, aujourd’hui inhabitée et aride, était habitée en 1502, et sans doute même fortement peuplée, par des Indiens qui cultivaient des champs de maïs.

30Enfin, en deux siècles, le dessin du littoral s’est profondément modifié, les baies se sont transformées en lagunes puis en marécages et les îles qui apparaissent vers 1770, ne figurent plus aujourd’hui sur les cartes. Ce phénomène d’ensablement est récent, selon le géologue Dobbel (cité par Gallagher, 1976, p. 154) ce qui permet d’imaginer une occupation constante des sites de la côte est jusqu’à l’époque où a commencé le processus d’ensablement et de blocage des cours d’eau, époque qui semble coïncider avec l’arrivée des Espagnols (La Pitia au sud) et sans doute un peu plus tard au nord (Santa Cruz) ; mais ce processus a dû être rapide car très tôt cette dernière zone est décrite dans les textes comme inhospitalière. Ces changements des conditions naturelles de certaines régions très limitées ne sont pas des changements climatiques à proprement parler, ils n’ont affecté qu’une faible partie du territoire guajiro mais la disparition de ces terres a pris toute son importance lorsque l’occupation des territoires limitrophes par les Espagnols a obligé certains groupes qui y vivaient à chercher refuge dans la Péninsule.

Situation politique et administrative

31Après cette description des caractéristiques physiques de la Guajira, il faut donner un aperçu de sa situation politique et de ses divisions administratives civiles et religieuses. Pour de nombreux groupes indigènes d’Amérique du Sud, notamment dans les zones de forêt tropicale, la situation politique des régions qu’ils occupent n’est pas un facteur de première importance : l’administration qui les gouverne est souvent réduite à sa plus simple expression, seule l’Église — sous la forme de mission ou d’église régulière — ayant quelque importance. Il ne faut pas toutefois minimiser l’influence que peuvent avoir ces prolongements de la société dominante et de son réseau de représentants, aussi lâche soit-il ; mais la diminution des territoires indigènes ou la « déculturation » des sociétés qui les occupent, par exemple, sont plutôt le fait de l’influence de la société dominante dans son ensemble que des agents gouvernementaux, comme les Asuntos Indigenas (Affaires Indigènes), en Colombie, qui ont un rôle de protection et d’assistance précisé par des lois « indigénistes » (leyes sobre indigenas) dont l’orientation fondamentale n’est pas critiquable. Que ces lois soient difficilement, peu ou pas du tout appliquées relève d’un autre problème. Le découpage politique, le rôle de l’administration et l’influence de l’Église touchent de très près les Guajiros et, dès le début de la Conquête, ces facteurs ont été très importants.

32La péninsule de la Guajira est donc divisée en deux régions inégales entre la Colombie et le Venezuela. Quatre cinquièmes des terres appartiennent à la Colombie et le reste au Venezuela. Du côté colombien, la Péninsule fait partie du département de la Guajira qui couvre quelque 20 000 km2 et comprend huit municipios (municipalités) de tailles inégales. La zone d’habitat purement indigène couvre les municipios d’Uribia, de Maicao et de Manaure, récemment créé, dans leur totalité, soit environ 11 520 km2 et une partie de ceux de Riohacha (où se trouve la ville du même nom capitale du département) et de Barrancas, ce qui porte le territoire « indigène » à une surface totale comprise entre 13 000 et 15 000 km2. La majorité de la population des trois autres municipios, Fonseca, San Juan del Cesar et Villanueva, ainsi que le sud de ceux de Riohacha et de Barrancas est non-indienne. C’est une zone où la culture indienne ne domine plus, où le milieu naturel permet l’agriculture, où l’élevage tel qu’il est pratiqué par les Guajiros dans le reste de la Péninsule n’existe pas et où, enfin, le régime de propriété foncière est celui de la société dominante (propriété individuelle des terres) et non plus guajira (propriété ou plutôt utilisation des terres par les clans). Cette zone a des précipitations plus abondantes (1 000 mm par an), le relief y est prononcé (versants nord des Montes de Oca) ; de ce fait elle n’appartient donc pas à la Guajira proprement dite. Elle faisait d’ailleurs partie, jusqu’en 1954, du département du Magdalena, alors que le reste de la Péninsule faisait partie des Territoires Nationaux et avait le rang de Comisaría — comme l’ont encore aujourd’hui en Colombie les régions de forêt tropicale. Cette Comisaria se limitait donc aux municipios d’Uribia et de Maicao et en 1954, elle voit son territoire presque doubler et devient une Intendencia, décision qui reflète l’intérêt grandissant du Gouvernement colombien vis-à-vis de cette région. La situation frontalière de ces terres entre pour une bonne part dans cet intérêt car la proximité de Maracaibo, au Venezuela, devenait une menace et il était impératif de rapprocher la Guajira du gouvernement central de Bogota en lui donnant les moyens de fixer une population qui avait tendance à émigrer au Venezuela. En 1965, l’« intendance » devient département, statut administratif mieux accordé avec la situation géographique et l’importance politique de la Péninsule ainsi qu’avec le développement du littoral caraïbe.

33La population totale du département était, d’après le recensement de juillet 1964, de 147 140 habitants, ce qui donne une densité de 7,29 hab./km2 (Dane, Anuario 1965). Si l’on prend la population des zones rurales des municipios d’Uribia et de Maicao, celui de Manaure n’existant pas à l’époque, on arrive à une population de 70 826 habitants et à une densité de 4,28 hab./km2, et ce nombre d’habitants nous paraît correspondre à celui des Guajiros. Il est en accord avec le recensement de 1938, dénombrant 50 142 habitants, et avec les prévisions d’accroissement pour les années de 1964 à 1974. Le chiffre de 44 748 que donne Reichel-Dolmatoff (1959) pour 1952 semble en revanche trop bas car il impliquerait un accroissement trop fort de la population. Enfin, il semble difficile de situer à plus de 100 000 le nombre de non-Guajiros vivant dans le département de la Guajira (Luscombe, 1962) : le recensement de 1964 donne un chiffre plus faible que le nombre d’individus vaccinés pendant la campagne antimalarienne de 1962 dans la Guajira qui s’élevait à 163 858. Tous ces chiffres ne présentent pas une grande cohérence, mais on peut raisonnablement situer la population aujourd’hui entre 80 000 et 100 000 personnes.

34Les zones rurales des autres municipios atteignent une densité de 8,84 hab./km2. En fait, on peut prendre comme densité d’occupation du sol guajiro par les Guajiros celle du municipio d’Uribia qui est de 4,83 hab./km2 ; c’est une densité assez élevée pour une société de pasteurs-nomades, si on la compare à celles que donne Allan (1965, p. 309) pour des groupes africains et qui vont de 1,25 hab./km2 à 3,75 hab./km2.

35Du point de vue administratif, en plus des agents de l’Etat que l’on trouve dans tous les départements colombiens, il existe en Guajira une agence des « Affaires Indigènes » qui a son siège à Uribia et dont le rôle est de protéger et d’assister les indigènes et de faire valoir leurs droits. L’Église est représentée en Guajira par un évêque et des pères capucins (cet ordre est présent dans la Péninsule depuis 1694 avec quelques interruptions). Ils assurent le fonctionnement d’une grande partie du système éducatif, à travers des « internats » — qui s’appelaient auparavant « orphelinats » — et sont aidés par des religieuses qui se chargent de l’éducation des filles. Ces écoles sont théoriquement réservées aux enfants guajiros. Il y a également des écoles non religieuses en dehors des villes où l’enseignement est assuré par des institutrices guajiras ou métis bilingues. Quand ces écoles fonctionnent, elles permettent tout juste d’alphabétiser les élèves.

36Les pouvoirs de l’Église étaient beaucoup plus étendus lorsque la Guajira n’était pas un département. En fait, les pères capucins conservent encore, dans la pratique, un rôle important dans le territoire purement indigène et nous avons pu constater qu’ils étaient les représentants de la société blanche en lesquels le Guajiro avait le plus confiance, peut-être parce qu’ils sont présents depuis deux siècles et demi, sans toutefois que l’on puisse dire que leur action ait atteint les buts recherchés.

37Du côté du Venezuela, la situation est différente car l’existence, à la frontière du territoire guajiro, de la ville de Maracaibo et de sa région pétrolière exerce une très grande influence. La Guajira vénézuélienne fait partie de l’Etat du Zulia et correspond au district Paez qui se divise en deux municipios, celui de Guajira au nord et celui de Sinamaica au sud. Le district Paez couvre 3 257 km2 et sa population, presque exclusivement composée de Guajiros, est de 14 200 habitants (centres urbains plus zone « rurale »), ce qui donne une densité de 7,04 hab./km2. Si l’on retranche la population des deux centres urbains, on arrive à une densité rurale de 6,21 hab./km2, supérieure à celle de la Guajira colombienne. Cette différence peut s’expliquer, surtout en ce qui concerne le sud du municipio Guajira et celui de Sinamaica, par l’existence d’eau souterraine qui remonte à la surface du sol à l’approche du littoral est permettant des cultures de cocotiers et par les travaux d’infrastructure entrepris par le gouvernement vénézuélien, sous la forme de puits, d’aqueducs, de centres de santé, d’écoles, etc. On trouve à Maracaibo même une grande concentration de Guajiros qui occupent un quartier de cette ville, le barrio Siruma : environ 10 000 à 15 000 Guajiros y vivent.

38Hors du district Paez et de Maracaibo, on trouve des Guajiros dans des exploitations agricoles où ils travaillent comme journaliers. Dans leur majorité toutefois (et c’est aussi le cas pour le Barrio Siruma) ils n’y vivent que provisoirement et retournent en Guajira après avoir réuni assez d’argent — pour être remplacés par d’autres. Ainsi peut-on dire qu’à Maracaibo ou dans les districts autres que le Paez, il y a un nombre constant de Guajiros, sans que les mêmes individus y soient en permanence.

39En Guajira vénézuélienne, le gouvernement central est bien plus présent qu’en Colombie et il exerce, à travers les instituts ou agences gouvernementales une pression beaucoup plus forte : l’éducation, la santé, l’aide technique et agricole sont assurées par des personnes spécialisées qui sont, le plus souvent possible, des métis ou des Guajiros bilingues. La Commission indigéniste vénézuélienne a beaucoup plus de moyens, tant humains que financiers, que son équivalent colombien. Cette présence affirmée et cette assistance de la part du gouvernement vénézuélien entraînent bien évidemment un contrôle et une pression assez forts sur la population guajira et ont pour résultat une plus grande intégration à la société dominante.

40Cette intégration va de pair avec une acculturation prononcée et la disparition de certaines valeurs traditionnelles ; légalement, les Guajiros de nationalité vénézuélienne ne peuvent avoir comme « nom de famille » celui du clan auquel ils appartiennent et sont donc obligés de choisir un nom « blanc ». Ainsi plus aucune trace de leur appartenance guajira, de leur « indianité », ne figure sur leur carte d’identité. Tel n’est pas le cas en Colombie où le nom du clan est reconnu officiellement comme « nom de famille ». De plus, le patronyme espagnol des Guajiros vénézuéliens est celui de leur père et non de leur mère — alors que, bien entendu, les Guajiros colombiens ont le nom du clan de leur mère, respectant ainsi la filiation matrilinéaire.

41Au-delà donc d’une simple question de nom espagnol remplaçant le nom indien, se joue tout le système de filiation ; c’est l’organisation sociale et la structure profonde de la société guajira qui sont niées au Venezuela. Si l’on y ajoute que parmi les Guajiros qui s’urbanisent apparaît la résidence patrilocale, ou plutôt virilocale, on constate que l’impact de la proximité d’une ville comme Maracaibo et la présence très marquée de la société dominante sont des facteurs qui affaiblissent beaucoup les structures traditionnelles guajiras. Enfin, comme dernière illustration de cette pression à laquelle est soumise la société guajira, le système légal guajiro, c’est-à-dire l’ensemble des lois coutumières par lesquelles se résolvent les conflits, n’est pas reconnu au Venezuela — il est même interdit — alors qu’il est accepté par les autorités colombiennes. Il y a cependant des facteurs qui permettent aux Guajiros de résister à cette intégration, en particulier la perméabilité — ou l’inexistence du point de vue indigène — de la frontière, laquelle joue un grand rôle.

42Cette frontière, affirmée par les Blancs, niée par les Indiens, cette double appartenance, ont toujours existé. Si les limites entre la Colombie et le Venezuela en Guajira sont aujourd’hui discutées, elles l’étaient déjà au XVIe siècle. Dès 1530, les conquistadores de Santa Marta et ceux de Coro, c’est-à-dire les deux premières villes fondées sur la côte Caraïbe qui allaient faire partie de ce qui serait plus tard la Colombie et le Venezuela respectivement, se disputaient la Guajira. Elle était désignée à cette époque comme province du Cabo de la Vela, du côté de Santa Marta, et comme Gobernación de Coquibacoa, du côté de Coro. Il était bien sûr malaisé de délimiter des territoires inconnus ou à peine entrevus et, de ce fait, les attributions des terres à découvrir — les capitulaciones — étaient imprécises. Le problème que posait la Guajira tenait en grande partie à sa position entre deux zones bien délimitées, à l’ouest la région de Santa Marta et à l’est celle du Venezuela (la petite Venise) qui comprenait au XVIe siècle la région de Coro puis celle de Maracaibo. La Guajira n’était pas réellement une zone inconnue, ses côtes ayant été découvertes très tôt et ses terres traversées à plusieurs reprises, volontairement ou involontairement. Elle formait la séparation logique entre les deux provinces, au même titre qu’un fleuve ou une chaîne de montagnes marquent une frontière. Mais cet accident naturel est, en fait, une région toute entière, et s’il est certain qu’il sert de démarcation, le problème de l’appartenance de la région qu’il recouvre reste entier. Et c’est l’impossibilité même de marquer une frontière dans la Guajira, alors qu’elle était une séparation normale, qui a laissé persister l’ambiguïté et la confusion.

43Aujourd’hui, le litige demeure : il a surtout pour objet la limite des eaux territoriales, déterminée par l’axe de la frontière terrestre. Il ne s’agit pas ici de tenter de faire une synthèse des arguments de l’une et de l’autre partie : depuis bientôt cinq siècles, juristes espagnols puis colombiens et vénézuéliens ont tenté de résoudre le conflit. Cette tâche est d’autant plus difficile que les Cédulas Reales (les Décrets Royaux) ou les jugements plus récents se contredisent souvent. En 1739, à la création du Vice-Royaume de Grenade et de l’Audience de Santa Fe de Bogota, la Capitanía de Venezuela devient autonome, puis, 60 ans plus tard, la province de Maracaibo est séparée du Vice-Royaume, alors qu’en pratique elle l’était depuis longtemps déjà, pour être rattachée à la capitale du Venezuela, Caracas. Avant cette décision, les villages espagnols de la côte est, comme Sinamaica, par exemple, étaient dans une situation inconfortable : ils faisaient partie de la province de Santa Marta, mais en étaient trop éloignés pour recevoir une aide efficace. En revanche, très proches de Maracaibo, ils ne dépendaient pas de son administration qui ne voulait ou ne pouvait pas puiser dans des ressources déjà maigres pour les secourir. Le nouvel agencement administratif du début du XIXe siècle résolut leur problème : Maracaibo fut obligée de les protéger des incursions des Guajiros, ce qui nécessita l’entretien constant d’hommes en armes et l’augmentation des dépenses militaires. L’évolution du problème de la répartition de la Guajira entre les missions d’évangélisation est tout à fait analogue à celui qui s’est posé à l’administration civile. Divisée pour cette dernière, la Guajira était unifiée pour les missions : du début de l’évangélisation jusqu’en 1749, soit pendant un demi-siècle, les pères capucins de la même maison provinciale ont eu la charge de la Guajira dans sa totalité. Devant la lourdeur de la tâche et les difficultés de communication entre Riohacha et Maracaibo, c’est-à-dire entre la rive ouest et la rive est, la Guajira a été divisée et attribuée à deux maisons provinciales de capucins.

3. Moment de repos : intérieur d’une maison.

4. Paysage familier : abords d’une rancheria.

44Ce détachement de Maracaibo du Vice-Royaume et l’extension de sa juridiction sur la côte est de la Guajira faisaient suite à une époque très troublée, pendant laquelle les Guajiros avaient été très virulents contre les Espagnols, ce qui avait entraîné une campagne de pacification extrêmement coûteuse et démontré l’incapacité dans laquelle se trouvait Santa Marta de contrôler la région dans sa totalité. Cette zone frontière était très difficile à contrôler et les charges bien lourdes pour les budgets des villes. Elles hésitaient donc à reconnaître leurs responsabilités : telle est du moins l’impression que l’on retire de l’étude des innombrables documents du XVIIIe siècle qui s’y rapportent. Si l’on regarde une carte, les Guajiros semblaient pris entre deux feux, c’est-à-dire Santa Marta du côté colombien et Maracaibo du côté vénézuélien : or, les deux villes ne pouvaient assumer la lourdeur de la tâche, d’autant plus que les terres de la Guajira n’étaient ni riches ni d’un rapport économique immédiat. Habitant une zone frontière, les Guajiros divisaient pour mieux régner, au propre et au figuré. Il est certain que la plupart du temps les terres de l’intérieur de la Péninsule étaient interdites aux Espagnols, s’ils n’étaient pas protégés par une escorte fortement armée, et que tout le trafic entre les deux provinces devait se faire par mer, sauf pendant les rares prériodes de paix, ce qui signifiait un trajet de plus de 350 kilomètres et non un voyage de 70 kilomètres.

45Aujourd’hui, la frontière colombo-vénézuélienne n’est toujours pas une réalité pour les Guajiros qui peuvent la traverser librement, alors que les contrôles pour les non-Indiens sont fréquents. La pression et le contrôle gouvernemental sont plus faibles du côté colombien que du côté vénézuélien, la culture indigène y est de fait mieux respectée, sans doute en raison d’une grande présence indienne qui s’ajoute à une certaine marginalité de la région. C’est pourquoi beaucoup de Guajiros émigrent temporairement au Venezuela pour y travailler et reviennent vivre en Colombie et y dépenser l’argent gagné, mettant ainsi à profit la grande différence des niveaux de vie qui existe entre les deux pays. Ce dernier point illustre le rôle de la frontière pour les Guajiros, mais l’utilisation qu’ils en font appartient à un autre niveau d’analyse, celui du système économique.

5. Enfants et adultes construisent...

6. Vue d’ensemble d’une rancheria : une barrière de cactus protège du vent la partie ouverte.

7. Maison guajira en pisé ; les poteries posées sur le sol servant au transport de l’eau.

8. Les maisons guajiras sont de formes et de construction très variées. Un toit sans mur.

9. Maison-auvent : trois murs ont été ajoutés.

10. Maison plus élaborée (cf. aussi photo 7).

Table des illustrations

Légende Figure 2. Carte de la Guajira
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende 1. Sous-bois guajiro.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 917k
Légende 2. Plaines désertiques au pied des collines de Jarara.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Légende Figure 3. Comparaison des moyennes mensuelles des pluies (d’après l’Atlas Geográfico de Colombia).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende 3. Moment de repos : intérieur d’une maison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende 4. Paysage familier : abords d’une rancheria.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Légende 5. Enfants et adultes construisent...
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Légende 6. Vue d’ensemble d’une rancheria : une barrière de cactus protège du vent la partie ouverte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende 7. Maison guajira en pisé ; les poteries posées sur le sol servant au transport de l’eau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Légende 8. Les maisons guajiras sont de formes et de construction très variées. Un toit sans mur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Légende 9. Maison-auvent : trois murs ont été ajoutés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Légende 10. Maison plus élaborée (cf. aussi photo 7).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5883/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540