Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pasteurs du Nouveau Monde

 | 
François-René Picon

Première partie. Les Guajiros : «présent ethnographique»

Les Guajiros : « présent éthnographique »

Texte intégral

1Nous allons donc rendre compte de la société guajira telle que nous l’avons observée sur le terrain entre 1972 et 1974 et intégrer à cette description les données que l’on trouve dans les textes d’ethnographie et d’histoire qui s’y rapportent. Les Guajiros ont été abondamment décrits mais l’information offerte est quelque peu répétitive. A cet égard, Fuchs (1965 a et 1968) met en évidence les insuffisances de ces études ethnologiques et signale même certaines erreurs. Ainsi, abondance de travaux ne signifie pas qualité de ceux-ci. De plus, la société guajira est en continuelle transformation, ou mieux, en perpétuel ajustement et cette caractéristique explique que certaines études soient incomplètes ou dépassées.

2Ce processus de transformation ou d’ajustement n’est certes pas le fait exclusif des Guajiros car tous les groupes indigènes d’Amérique du Sud ont dû apporter une réponse à la situation de contact ; mais, à notre sens, plus que pour d’autres sociétés, ce processus d’adaptation est la clef de la compréhension des Guajiros. Ils se sont forgé cette capacité d’adaptation dès la Conquête et n’ont cessé de la développer tout au long de leur histoire.

3Aussi le point de référence nécessaire qu’est la description ethnographique d’une société apparaît-il en contradiction avec le but même de ce travail. Pratiquer une coupe synchronique dans cette société et la situer hors du temps alors qu’on veut en montrer l’ajustement incessant, passé et présent, est nécessairement artificiel et invalide la mise en évidence de cet ajustement. C’est pour cette raison que nous ne nous situons pas totalement dans ce « présent ethnographique » qu’est le temps privilégié des monographies fonctionnalistes. Inversant la séquence temporelle logique, nous présentons le résultat (les Guajiros aujourd’hui) avant le processus (l’histoire) pour jeter les bases d’une comparaison entre deux états différents d’une même société en deux points du temps.

4Dès que l’on touche au comparatisme, des problèmes se posent immédiatement : ceux du choix des unités à comparer, de leur comparabilité et de la méthode. Si reconstituer l’histoire d’une population dont, par ailleurs, on a fait l’étude sur le terrain, est faire du comparatisme, alors un bon nombre des réticences vis-à-vis du comparatisme disparaissent : il s’agit de la même ethnie, linguistiquement et géographiquement définie.

5Mais dans la mesure où la société première a subi des changements, ne peut-on pas parler de deux sociétés ? Ce genre de comparaison permet d’évaluer les transformations et peut répondre à cette question.

6Restent cependant des problèmes d’exposition qui ne sont pas seulement des problèmes de forme : mettre en regard une description statique (l’ethnologie) et une description dynamique étalée sur presque cinq siècles (l’histoire) risque d’introduire un facteur de déséquilibre dans l’analyse. Il faut assurer la liaison entre les deux « moments », entre le processus et son aboutissement. Ainsi deux descriptions isolées et indépendantes ne suffisent pas car elles doivent s’éclairer réciproquement. Il y a, par exemple deux façons de considérer la chasse et la cueillette que pratiquent les Guajiros aujourd’hui : soit comme des activités qui représentent un apport alimentaire très faible — tout en remarquant que la première jouit d’un grand prestige alors qu’elle est presque impraticable — soit comme des activités dont la pratique n’a cessé de décroître au fil du temps ; en ce cas, le prestige attaché à la chasse en dépit de la pauvreté de la faune s’explique par son importance beaucoup plus grande dans le passé. Nous choisirons évidemment le second point de vue. De même, décrire l’habitation guajira et la variété de ses formes nous paraît difficile sans signaler qu’elle n’a pas toujours été telle qu’elle est. Des traits se modifient, d’autres disparaissent et l’on s’attend à ce qu’ils soient remplacés car la société ne peut accepter le vide. Mais, si l’on accorde foi à cette affirmation, où trouver le remplacement de l’usage de la coca qui a brusquement cessé à la fin du XIXe siècle, alors que s’en procurer ne pose pas de problème majeur ? S’agit-il d’un « besoin » qui a disparu et par quoi a-t-il été remplacé ?

7Remplacement, disparition ou déplacement, mais aussi permanence, comme le suggère l’organisation matrilinéaire. Rares, en effet, sont les sociétés matrilinéaires qui pratiquent le pastoralisme nomade. On serait presque tenté de parler de survivance, mais ce serait donner un sens de précarité et de déséquilibre à l’organisation matrilinéaire alors qu’il faut plutôt insister sur sa souplesse et sa faculté d’adaptation.

8Ce présent de la description ethnographique, artificiel mais nécessaire, se situe un peu après le début du XXe siècle. Tout d’abord, les documents espagnols s’arrêtent au moment des guerres d’Indépendance, vers 1810-1820, et c’est alors le début d’une longue période de cinquante ans où l’on manque de données sur les Guajiros et sur les populations indiennes des pays en lutte avec le pouvoir colonial : les gouvernements nouvellement instaurés avaient, en effet, à faire face à des problèmes plus immédiats que celui des populations marginales. On peut, certes, déplorer l’absence de documents, mais aussi, et surtout, souligner que durant ces cinquante ans, les Guajiros ont été laissés à eux-mêmes, loin de tout conflit avec la société blanche et les autorités civiles, militaires ou religieuses. Grâce à cet « abandon positif », on peut donc imaginer une sorte de reprise en mains de la société guajira par elle-même qui lui aurait permis de se stabiliser.

9Puis on retrouve les Guajiros dans les textes « officiels » des administrateurs — colombiens cette fois — mais aussi dans des documents d’un autre genre. Vers 1870 en effet, géographes et ethnologues commencent à s’approcher de la Guajira et l’on a des descriptions assez précises des Guajiros au sortir de ces cinquante années de solitude presque complète. Ainsi, de 1870 à 1920 environ, a-t-on une demi-douzaine d’études qui ne laissent pas cependant l’événementiel totalement de côté. Aux alentours de cette dernière date apparaît un élément nouveau qui va avoir une grande influence sur la société guajira : il s’agit du travail salarié dont l’importance ne cessera de croître jusqu’à nos jours et qui modifiera profondément les structures économiques guajiras. Enfin, entre les années 1920 et 1950, les ethnologues prennent le pas sur les voyageurs et géographes et, en 1947, une équipe de chercheurs colombiens effectue un travail de terrain systématique en Guajira.

10Nous saisirons donc les Guajiros à la fin d’une époque d’isolement, au moment où le travail salarié a fait son apparition depuis une vingtaine d’années et où s’affirme le regard ethnologique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540