Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe VI. La femme sans feu

Texte intégral

1Notre coutume veut que nous cuisions, que nous cuisions les aliments, que nous cuisions le taro et le choux avant de les consommer ; quand cela est fait, on peut les manger. Telle est notre coutume.

2Il n’y avait pas de feu. Les hommes étaient sans feu, le feu était éteint. Comme il n’y en avait pas, les gens essayaient tout pour cuire les aliments afin de les manger. Une femme avait ramassé des bananes à cuire, de la viande et du taro qu’elle voulait manger après les avoir cuits dans le feu, mais il n’y avait pas de feu.

3Elle resta insatisfaite, sans fumée et sans feu, elle resta et se demanda comment elle allait bien pouvoir cuisiner pour manger. Elle resta là-bas, puis elle se leva et vint dans cette direction. Cette femme était seule, sans homme.

4Alors, trois hommes vinrent de l’autre direction, ils venaient de la montagne. Ils venaient dans notre direction. Comme deux d’entre eux s’étaient arrêtés pour se reposer, la femme-sans-homme arriva également. Elle ramassa des choux, des bananes et du taro et les empila en un tas faisant face au soleil levant au-dessus de la mer. Elle pensait que comme elle avait tout préparé pour le feu, il se mettrait alors à brûler, qu’il cuirait la nourriture et qu’elle pourrait alors manger. Comme elle attendait en espérant cuire et manger ses aliments après que le soleil eût allumé le feu, les deux hommes arrivèrent et la virent.

5Ils regardèrent cette femme et dirent : « Cette femme ne porte pas de pagne (bo) ; son corps n’est pas recouvert. » (Aujourd’hui nous portons une chemise et un short.) L’un des hommes qui descendait de la montagne parla alors ainsi : « Mon cousin, mon ami, quelle sorte d’être humain vois-je là ? » L’autre répondit : « C’est une femme qui vient de là-bas très loin. » Quand ils arrivèrent et la virent, ils s’arrêtèrent à quelque distance. Mais l’un d’entre eux ayant été envoyé en avant, la vit. Il dit : « Tu n’as pas de pagne. » L’homme se rapprocha alors. Il lui donna un pagne blanc et l’en habilla. Comme il lui avait donné ce pagne, elle devint sa femme.

6Quand elle l’eut épousé, après qu’il lui eut donné un pagne et qu’elle l’eut revêtu, il la prit et ils partirent. Quand ils furent partis, après qu’il lui eut donné le pagne, qu’elle l’eut revêtu et qu’elle fut sur le point de dormir avec son mari, alors elle dit : « Que vais-je faire ? » Quand elle dit cela, il répondit : « Tu n’avais pas de bracelets et pas de pagne quand tu t’occupais de ton jardin, et sur quel feu cuisais-tu ? » Il parla ainsi et la femme épousa cet homme, l’un des deux de ce village. L’autre homme lui dit : « Cette femme n’avait pas de pagne sur son corps. Tu l’as prise, dormiras-tu avec elle après lui avoir donné le pagne ? »

7Ils construisirent une maison, firent un jardin, plantèrent de la canne à sucre et des bananiers. L’autre homme dit alors : « Cette femme n’avait pas de pagne sur son corps, tu Tas prise et tu lui donneras des enfants. » Après que cet homme eut parlé, je ne sais pas s’ils eurent cinq ou six enfants. Ils perdirent leurs enfants ; ils en perdirent cinq, et quand ils en eurent un autre, ils vinrent ici.

8« Mon ami, j’ai enfanté des enfants, ils sont terminés, perdus. Tu m’aideras en me donnant des enfants, dit-il. » Il le fit. Cet homme lui donna ses enfants. Il eut des rapports sexuels avec elle et ils eurent des enfants, dans le va-et-vient ils en eurent beaucoup. Puis cet homme dit : « Que dois-je faire ? J’ai eu beaucoup d’enfants ici. » Après avoir dit cela, il grimpa sur la montagne et il eut des enfants là-bas aussi, et ils étaient nombreux. Il dit : « J’ai engendré un très grand nombre d’enfants. Par ton aide tu m’a donné beaucoup d’enfants. » Certains de ces enfants sont perdus. L’homme et la femme prirent leurs biens et partirent pour je ne sais quel endroit. Ils eurent encore des enfants là-bas, ils copulèrent et donnèrent le jour à suffisamment d’enfants. Π dit : « Que vais-je faire ? J’ai engendré beaucoup, beaucoup, d’enfants. On ne peut engendrer davantage d’enfants ; cet homme a suffisamment fait dans ce domaine. » Ayant dit cela, ils grimpèrent sur la montagne, je ne sais où. Quand ils avaient de la semence et qu’elle se répandait, ils vivaient tous ensemble au même endroit, mais leurs enfants, certains d’entre eux ont grimpé sur la montagne, d’autres sont descendus vers la mer, d’autres sont venus par ici et sont descendus au Kumusi, d’autres sont montés vers Sirima et Goirara.

9Cette histoire était racontée ainsi quand les gens étaient dans leur vieillesse et leur maturité. C’est bien. (Schwimmer, document non publié).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540