Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe V. La première fête

Texte intégral

1Je vais vous raconter comment la première fête commença. Après s’être mariés, trois hommes partirent et s’installèrent auprès de la racine d’un arbre barivo. Ils eurent douze enfants. Quand ils eurent assez d’enfants, ils construisirent une maison et fondèrent un village. Puis, décidant de partir, ils firent une fête auprès de la racine de cet arbre.

2Ils ramassèrent tous du taro, construisirent une plate-forme, préparèrent toute la nourriture et furent bientôt prêts. Gasi, le fils cadet, lia ensemble ses taros pour la fête, car il voulait les donner à manger à son père et à sa mère. La veille de la fête, alors qu’il dormait, Ombota vola la nourriture. Le jardin de cet homme était vide. Il n’avait pas de nourriture et il n’avait donc rien pour la fête. Et comme il cherchait de la nourriture, il vola ces taros pour sa mère.

3Le jour s’était levé, la fête était à son comble, et les parents de Gasi avaient très faim. Alors, Gasi alla les trouver. Immédiatement, ses parents demandèrent : « Où as-tu préparé de la nourriture pour nous ? Nous sommes maintenant affamés. »

4Pour toute réponse, le garçon demanda : « Où est le taro que j’ai ramassé pour vous ? » — « Nous n’avons pas de taro et nous avons très faim. » En retournant dans la maison pour vérifier, Gasi s’aperçut que le taro avait disparu. Il alla dans toutes les maisons pour chercher le taro et le trouva dans la maison de Ombota.

5Pendant qu’Ivi et Gasi se querellaient avec Ombota, le père et la mère descendirent à la crique de Erehata en emportant leur petite maison sur ses pilotis. Ils flottèrent sur la rivière jusqu’à son confluent avec la rivière Embara. La femme s’appelait Jomico et son mari Sirere.

6Ils s’arrêtèrent à l’endroit appelé Sorovi-Ereremba. Pendant ce temps, leurs enfants, qui étaient prêts à faire la fête, se demandaient où se trouvaient leurs parents, mais ils ne purent les retrouver. Quand la bataille (isoro) fut terminée, Gasi et son fils aîné Havurure partirent chercher leurs mère et père. En arrivant à l’endroit appelé Sorovi-Ereremba, ils les virent arrêtés là. Leurs parents leur dirent : « Nous restons ici mais vous devez retourner et faire la fête. » Les enfants retournèrent alors, mais les parents restèrent.

7Leurs parents leur avaient dit exactement ceci : « Nous allons rester ici. Quand les temps seront mauvais vous n’entendrez pas nos paroles, mais si les temps sont bons et que vous comptez faire une fête, écoutez nos paroles. » Voilà ce qu’ils dirent.

8Sirere se transforma en pierre que l’on peut encore voir aujourd’hui à cet endroit. Par temps de famine, nous n’entendons pas ses paroles. A la bonne période, quand une fête est sur le point d’avoir lieu, nous entendons son discours.

9Ma petite histoire à propos de la fête est finie (Schwimmer 1973 : 52-53).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540