Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe IV. La femme cocotier

Texte intégral

1Je vais vous raconter l’histoire de la noix de coco. Il y avait une fois une fille, une très grande fille, dont les seins pendaient largement ; elle les suspendait séparément. Alors qu’elle les portait ainsi, un célibataire passa et la vit : « J’ai vu cette fille, alors pourquoi resterais-je à ne rien faire ? Je vais coucher avec elle, dit-il. Quand la nuit viendra, je grimperai dans sa maison et je coucherai avec elle. »

2Ayant dit cela, à la nuit tombée, il alla réveiller cette fille. Quand il l’eut éveillée, elle lui demanda qui il était, et il répondit : « C’est moi. » — « Alors, pourquoi es-tu venu ? » — « Je suis venu parce que je te désire et alors nous pouvons coucher ensemble. » Quand il eut dit cela, elle lui répondit : « Bien, alors monte ici. »

3Il monta dans la maison. Quand il arriva, elle avait préparé le lit. Quand elle eut préparé le lit, elle parla ainsi : « J’ai fait le lit. Tu dois dormir contre le dos, contre mon dos. Je dormirai ainsi le dos tourné », dit-elle. Quand elle eut dit cela, l’homme répondit : « Je ne dormirai pas contre ton dos, quand tu te sera retournée nous pourrons dormir en nous enlaçant. » Quand il eut dit cela et qu’elle se fut retournée et qu’ils furent sur le point de dormir en s’enlaçant, la fille le transperça avec sa poitrine. Le célibataire mourut quand la fille le transperça avec sa poitrine.

4Quand il fut mort, la fille se leva et tenta de le réveiller. Quand le jour se leva, elle se mit debout et essaya de le réveiller, mais il était déjà mort. Elle alla alors voir son frère et lui dit : « Mon frère aîné, un célibataire qui avait l’intention de coucher avec moi est monté dans la maison, j’ai fait le lit et je lui ait dit de dormir contre mon dos. Il a dit : “Je ne dormirai pas contre ton dos, quand tu te seras retournée, alors nous dormirons.” Quand il eut dit cela, je me suis retournée et j’ai dormi en l’enlaçant et il est mort. » Quand elle eut dit cela, son frère répondit : « Pourquoi as-tu commis cette erreur qui a fait mourir le célibataire ? » Puis il emmena l’homme et l’enterra. Quand ils l’eurent enterré, ils restèrent là. Le frère dit à nouveau : « Quand tu as couché avec l’autre homme, il est mort et je l’ai enterré. Avec les suivants il faudra faire attention. » Un autre célibataire qui savait s’y prendre arriva. Le beau-frère (dambo) du frère de la fille du arriva et monta dans la maison. Le frère dit : « D’autres célibataires sont morts parce que tu as fait une erreur, mais mon beau-frère, mon beau-frère qui est ici, ce jeune homme qui est en train de monter dans la maison, il est venu pour coucher avec toi. Alors conduis-toi bien et comme il faut, prépare le lit de la bonne manière, dormez. »

5Quand il eut parlé et que son beau-frère se fut exécuté, la même chose arriva : quand il fut monté, qu’il l’eut embrassée, qu’il l’eut enlacée, de la même manière, la fille le transperça de sa poitrine. Quand elle l’eut transpercé, il mourut. Quand il fut mort, elle retourna à nouveau voir son frère et lui dit : « Frère, je n’ai rien fait moi-même, mais ton beau-frère, pourquoi a-t-il fait la même chose que tous les autres célibataires ? Parce que ton beau-frère est mort exactement de la même manière, je voulais que tu le saches. »

6Le frère était en colère, il dit : « Que fais-tu pour perdre tous ces célibataires ? Quand je t’ai envoyé mon beau-frère et qu’il est venu coucher avec toi, qu’as-tu fait pour qu’il meure ? » Ayant dit cela, il prit son beau-frère et l’enterra. Quand il eut fini de l’enterrer, le frère dit : « Ma sœur, que faisais-tu chaque fois pour que tous les célibataires soient tués ? »

7Il la vêtit de plumes, il la vêtit d’un très grand nombre de parures et de plumes. Il mit de précieuses parures de coquillage et des bracelets. Quand il eut fini, ils partirent ensemble. En chemin, ils arrivèrent à une clairière. Là, il embrassa sa sœur et l’enlaça. Après l’avoir embrassée et enlacée, la retournant, il la tua avec une massue à tête ronde. L’ayant tuée, il l’enterra non loin de l’endroit où ils avaient emmené et enterré le beau-frère. Ayant fini de l’enterrer, il s’en alla. Il alla et monta dans sa maison. Il resta là, profondément affligé par le chagrin.

8Il ne mangea pas la nourriture que sa femme lui donna. Elle dit : « Mon mari, tu es parti avec ta sœur, mais où l’as-tu mise pour qu’à ton retour tu passes ton temps dans la maison et pour que tu ne manges pas la nourriture que je te donne ? » Quand elle eut dit cela, son mari répondit ainsi : « Ma femme, j’avais porté ton frère et je l’avais enterré, maintenant, je suis allé voir sa tombe, je suis allé voir, quand je suis revenu, j’étais affligé de chagrin et je suis resté dans la maison. Tu m’as donné à manger, mais comme j’étais triste, j’ai arrêté de manger. Pourquoi me le demandes-tu ? »

9Ayant dit cela, celui qui tua sa sœur resta mortifié dans sa maison, il n’allait plus au jardin et ne se promenait plus. Il resta en permanence dans la maison jusqu’à ce que les os de la sœur et du beau-frère qu’il avait enterrés fussent entièrement consumés. Quand ceci fut fait, il parla à sa femme de la sorte...

10La version originale du mythe que nous possédons est incomplète et s’arrête ici. Schwimmer (1973 : 168) donne un résumé de la fin.

11Après une période de deuil, le frère emmène sa femme auprès des deux tombes. Ils trouvent un cocotier portant des fruits au-dessus de la tombe de la sœur. Un aréquier a poussé au-dessus de la tombe du jeune homme. Des tas de noix sèches jonchent le sol. Il s’agit de l’origine de ces deux arbres. Il dit : « Ma femme, en nous approchant, nous pouvons voir un cocotier et un aréquier qui ont poussé là où seule l’herbe poussait avant. Des noix de coco sèches sont tombées et sont en train de pourrir, des noix d’arec sèches sont en train de germer. Il est clair, d’après l’apparence de la tombe de ma sœur qu’elle était une créature infortunée du mal et que la mort des célibataires était de son fait. Les noix de coco qui ont poussé sur la tombe doivent y rester et l’aréquier qui a poussé sur la tombe du beau-frère doit rester de même. Veilles-y. »

12Le héros ouvre une noix de coco sèche, puis il en ouvre une qui était bourgeonnante. Bien qu’il affirme qu’il mourrait s’il mangeait ces noix, sa femme les désire : elles sont si délicieuses ! Il les donna à manger au chien en pensant qu’il va mourir, mais rien ne se produit. Il dit alors : « Ma femme, des cocotiers sont en train de pousser sur la tombe de ma sœur, mais les fleurs qu’ils portent auprès du tronc ont des spathes (peperuma) pointues qui transpercent la peau et tuent les hommes. On dit toujours que les hommes meurent quand cela arrive. La masse des spathes frappera l’homme du sommeil de la mort ; quand les spathes auront frappé, les hommes mourront tout à fait. C’est pourquoi la fille est morte. Lorsque je suis arrivé ici et que j’ai vu des cocotiers pousser sur sa tombe et des noix sèches tombées sur le sol, alors j’ai commencé à comprendre que ma sœur avait tué les hommes que j’ai portés à leur tombe et que j’ai enterrés (...)

13Quand un homme a ramassé de l’arec, il la rend à une fille. Quand cette fille a aidé à ramasser des noix de coco, elle les donne à son tour à l’homme. Elles appartiennent donc à l’homme. Ainsi, le cocotier est un homme, mais l’aréquier est une fille, alors les filles donnent des noix d’arec.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540