Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe III. La femme cocotier

Texte intégral

1La légende affirme que le cocotier était à l’origine une fille. Tout comme le palmier a de solides spathes près de ses jeunes fleurs et qu’elles sont dures, aiguisées et dangereuses pour celui qui y grimpe sans faire attention, de même cette fille avait des seins pointus et aiguisés qui causaient la mort de tous les hommes qui tentaient de l’étreindre. L’un après l’autre ses amants furent tués jusqu’au jour où son père eut des soupçons et fut terriblement fâché (...) Ses craintes furent confirmées lorsqu’il trouva, aussi mort que les autres, un matin, un jeune prétendant auquel il avait demandé lui-même de coucher avec elle. Il emmena alors la fille-cocotier dans la forêt pour l’aider à creuser un trou destiné à devenir un piège à porc. Il descendit lui-même dans le trou jusqu’à ce que celui-ci fût suffisamment profond, puis il dit qu’il était fatigué et lui demanda de prendre sa place pendant qu’il se reposait. Aussitôt qu’elle eut commencé à travailler au fond du trou, il balança une lourde pierre sur son dos, combla le trou de terre et la laissa enterrée là.

2Quelque temps après, le père retourna tristement pour voir l’endroit où il avait enterré son enfant ; il y trouva un arbre étrange : le cocotier. Le palmier était arrivé à maturité et quelques noix étaient tombées sur le sol. Il les emporta chez lui et les exposa comme des curiosités, ne sachant pas très bien quel autre usage il pourrait en faire. En son absence son tout jeune fils, qui était très curieux, parvint à en briser une. On le trouva en train d’en manger goulûment ; il émettait un son inarticulé « Oo, oo ! », que son père ne put comprendre, mais qui indiquait bien la grande satisfaction de l’enfant. Tout d’abord l’homme fut horrifié, pensant que son fils était en train de s’empoisonner ; puis il réfléchit : « C’est de toute façon une pauvre petite créature, il est couvert de plaies, nous allons le laisser et voir ce qu’il adviendra. »

3Le jour suivant, l’enfant, au lieu de mourir comme le prévoyait son père, réclama, à grand bruit, le même aliment en criant : « Oo, oo ! » De plus, il était clair qu’il avait grandi de manière spectaculaire pendant la nuit.

4A la suite d’un résultat aussi satisfaisant, le père qui était un homme qui aimait essayer des choses, expérimenta lui-même le fruit. C’est ainsi que les qualités de la noix de coco furent connues de tous. On ne put lui donner un meilleur nom que le « oo » du petit garçon (Williams 1928 : 121-122).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540