Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Annexes

Mythe I. Totoima

Texte intégral

1Un homme coucha avec sa femme. Elle devint enceinte et donna naissance à un enfant mâle. Quand l’homme rentra à la maison, il lui demanda : « Femme, où est l’enfant ? » — « Je viens de donner la vie à un garçon. » — « Alors il est à moi pour que je le mange. Frappe, tue-le et, quand il sera mort, découpe-le et cuit-le pour que je le mange. »

2La femme fut très triste parce qu’elle avait été obligée par son mari de tuer et de cuire son enfant. Elle le lui donna et il le mangea. Elle coucha à nouveau avec son mari et, cette fois-là, elle donna naissance à une fille qui fut traitée de la même manière.

3Puis naquirent des jumeaux mâles. Mais quand l’homme vint les chercher, il ne put les trouver. La femme les avait emportés dans une cachette au pied d’un arbre et les avait recouverts avec un petit tas d’herbe (bivese).

4Sous divers prétextes, la mère retourna au jardin et soigna ses enfants. Quand elle rentra à la maison son mari dit : « Femme qu’as-tu fait de mon enfant qui était dans ton ventre ? » — « Mon mari, j’ai jeté mon enfant dans l’eau parce qu’il était mauvais. Je vais chercher des choux. » Ayant dit cela, elle grimpa dans un arbre à choux. En regardant vers le bas elle vit l’endroit où elle avait laissé ses enfants. Quand elle redescendit, son mari lui dit : « Femme, pourquoi t’ai-je vue pleurer quand tu es montée chercher des choux ? » — « La sève a giclé dans mes yeux et je les ai frottés. » — « Tu mens », dit-il.

5Quand les enfants eurent grandi, elle les emmena dans la montagne au loin. Elle leur raconta leur histoire : « C’est pourquoi je dois vous laisser et vous devez rester là. »

6Quand elle retrouva son mari, il demanda : « Pourquoi es-tu restée partie si longtemps ? » — « Aussitôt mon travail fini et mes pousses de taro plantées, je suis rentrée. » — « Femme, tu dis des mensonges », répondit-il. Dès que l’homme comprit ce que sa femme venait de dire, il partit.

7Les deux enfants laissés seuls firent un jardin, mangèrent leur propre nourriture et restèrent en vie. L’homme se rendit à l’endroit où les deux enfants demeuraient. La sœur (du ate) était partie chercher du taro alors que le frère (du bite) était endormi sur la véranda (gaga) de sa maison, le ventre tourné vers le haut. C’est là que l’homme le trouva. « Femme tu as pris et emporté l’enfant, tu l’as laissé ici, et tu n’as cessé de me mentir. » Il découpa le foie. Les parties internes une fois découpées, il les emporta et les mangea. Il mangea les parties internes en entier et laissa le corps pour le manger le lendemain. Puis il repartit.

8Il revint chez lui et dit à sa femme : « Femme, tu m’as menti, tu avais mis tes enfants au loin, mais je suis allé là-bas et je les ai vus. » La femme pleura, elle pleura beaucoup, elle alla voir les enfants et elle était triste. La sœur était partie au jardin chercher des taros.

9La sœur arriva, vit le corps de son frère (hamo) qui était là, et elle pleura beaucoup, et encore.

10L’homme de Managlase, cet homme était en train de chasser avec ses chiens un marsupial qu’il tua et rapporta, il le mit sur l’épaule. Alors il dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » — « Ma mère nous répétait tout le temps que notre père allait nous découper tous les deux et nous manger. Elle nous a emportés et puis nous a recouverts d’herbe dans un lieu fermé. Nous y sommes restés et nous sommes devenus grands. Quand nous fûmes grands, notre mère vint nous chercher. Elle nous emmena et nous fîmes un village, nous plantâmes un jardin et nous vécûmes de ses récoltes. Alors l’homme vint ; j’étais allée travailler au taro, mon frère (du) était sur cette véranda, en train de dormir. L’homme est venu et il lui a coupé les parties internes, il les a enlevées et il les a mangées. Quand je suis rentrée, j’ai vu et j’ai pleuré sans arrêt et je suis restée là. »

11Alors l’homme de Managlase dit : « Tu ne dois pas pleurer. Le marsupial que le chien a tué, je le prends et je vais le découper. » Ayant coupé les intestins et le cœur, il les enleva et il les donna pour le mort qui fut réveillé à nouveau. Il fut vivant à nouveau. « Ton père est venu et il t’a découpé, alors je suis venu et j’ai fait un travail de magie, et tu es redevenu vivant. Que vas-tu faire maintenant ? », dit-il.

12Alors il fabriqua une lance et un gourdin, ainsi fit-il. Comme il se tenait prêt, cet homme vint. Il dit : « Je vais le tuer. » L’homme était venu pour manger à nouveau. Il a jeté sa lance. Et l’homme fut tué par la lance, frappé par le gourdin. Il fut découpé, découpé aussi pour finir et ce fut fini. J’ai fini mon histoire. (Schwimmer, document non publié).

13Dans une autre version du mythe très similaire, donnée par Schwimmer (1973), le fils, après avoir tué et découpé Totoima, distribua son corps aux hommes dont les descendants ont formé les différentes populations du District nord de la Papouasie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540