Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Deuxième partie: L'organisation sociale

L’organisation sociale

Texte intégral

1A ne regarder que les rituels, on pourrait croire qu’ils décrivent uniquement une conception sacrée du monde et qu’une autre logique, profane celle-là, rythme la « vie quotidienne ». Nous n’entreprendrons pas ici la critique théorique d’un tel point de vue, mais plutôt, nous basant sur l’analyse détaillée du matériel ethnographique, nous tenterons de dépasser les contradictions des divers auteurs, et à l’aide de la logique que nous venons de découvrir dans l’analyse des rituels, de donner une image plus satisfaisante de la société orokaiva. Nous tenterons alors de replacer les divers sous-ensembles distingués par l’anthropologie classique (parenté, noms, organisation des groupes) dans une conception d’ensemble qui ne respecte pas ces découpages. Pour ce faire, nous suivrons ce que les gens eux-mêmes expliquent à grand renfort d’actes dramatiques, au cours des actions qu’ils considèrent comme les plus significatives de leur vie, les rituels. On considérera tour à tour :

  • la patrilinéarité et la conception du clan
  • la plante emblème
  • la tenure foncière
  • la terminologie de parenté
  • le mariage.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540