Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ronde des échanges

 | 
André Iteanu

Lettre aux Orokaiva

Texte intégral

1Vous tous mes amis, regardez. Ma mère, mon père, mes cousins, mes soeurs, mes beaux-frères, regardez. Gens Asigi, regardez.

2Ce livre parle de vos coutumes. Vos coutumes, je les ai rédigées, voyez. Bien qu’il s’agisse de vos coutumes, ce livre n’est pas en orokaiva, mais dans ma langue. Cette langue est le français, la langue de mes ancêtres. Cette langue de mes ancêtres, vous ne la comprenez pas, alors j’ai écrit ce petit texte pour vous, écoutez.

3A l’intérieur de ce livre, j’ai écrit les choses suivantes : la première chose parle des enfants, de la manière dont on les met au monde, dont on les nourrit et de la façon dont on les fait grandir. Une autre chose parle de notre grand-mère, l’initiation : j’en ai décrit toutes les actions, tous les cris, tous les ornements, toutes les manières de faire. Une autre chose parle des hommes morts : les pleurs, les tombes, les veuves, les sorties de réclusion, j’ai raconté toutes les manières d’être pour le mort. Une autre chose parle des villages, des noms, des plantes emblèmes, des termes de parenté, de la terre. Une autre chose parle du mariage, des affaires entre jeunes gens et jeunes filles, de toutes les manières de faire le prix de la fiancée : les plumes, les parures, les porcs et c’est bien là le prix de la fiancée. Une autre chose, une grande chose, parle des échanges : on tire de terre les taros, on se saisit du porc, on danse et on donne ; c’est bien là l’histoire de l’homme généreux.

4Vous tous, mes amis, ce que j’ai dit, est-ce bien dit, est-ce mal dit ? Ni vous ni moi n’en savons rien parce que vous ne pouvez pas voir cette chose dans ma langue, et je reste là avec ma peine. Et bien voilà, j’ai écrit ce petit mot pour vous. Vous tous mes amis, vous m’avez fait voir toutes vos manières de faire et à partir de là, j’ai écrit ce livre. Maintenant votre nom est connu dans mon pays et j’en suis heureux.

5Vous tous mes amis, ceci est votre livre, j’ai vu vos coutumes et maintenant voici « la vraie chose », j’ai écrit ce livre, je vous l’ai envoyé, vous l’avez vu. Ce n’est pas un porc, ce n’est pas du taro, ce ne sont pas des parures, c’est un livre, la chose de l’homme blanc, je vous le donne, prenez-le.

6A vous tous mes amis, moi André, votre fils, je vous exprime mes plus vrais sentiments.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540