Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tanebar-Evav

 | 
Cécile Barraud

Table des photographies

Texte intégral

1Les principaux initiés et responsables du village
Turan Leb, gardien de l’esprit Adat.
Turan Soa (Metan), Kepala Soa du village.
Bu Yoy (Dyod), aîné de la maison Marud, mort en 1976.
au centre, Is Yaman (Welav), « capitaine de mer », entouré à gauche de Rum Yaman (Ovus), droite de Ban Yaman (Lodar) tous deux « capitaines de terre » ou Tuan Tan.
Soar Yaman (Yaha), gardien de l’esprit Hukum.
Bun Wama (Taverkot), officiant du dieu, gardien de l’esprit Larmedan.
Turan Feli, officiant du dieu et gardien de l’esprit Wilin.
Si’u Sarmav, Orang Kaya du village, et son fils, Atvul Sarmav, assistant de recherche passionné dans son travail.

2Sur la falaise, le village du haut, vu de la baie. 5

3La baie de Tanebar-Evav, vue du port situé devant le village. 5

4Un jardin « fermé » par un mur où pousse du maïs. 7

5Les jardins « ouverts » où pousse le millet. 8

6Le don du millet au grenier communautaire. 10

7Autour du grand tas de millet, les mères des trois « capitaines » ; au centre Nen Fel, mère de Is Yaman ; à gauche Nen El, mère de Ban Yaman ; à droite Nen Suwel, morte en 1977, mère de Rum Yaman. 11

8Signe tabou pour protéger une plantation de bambous contre le sans-gêne des passants. 13

9La tortue-lyre, animal sacré considéré comme un ancêtre. 14–15

10Vache de mer avant sa découpe. 15

11Le voilier pendant sa construction et après son lancement. 18–19

12Le village en haut de la falaise et le village du bas vus depuis la grève. 29

13La baie et le mur vus du haut de la falaise. 29

14L’entrée du port en 1893 photographiée par Pleyte (1893c), détail de la statue de droite et la statue de gauche quatre-vingts ans plus tard. 32–3

15L’échelle qui conduit au village du haut et la porte d’entrée. 35

16Sur les deux montants de la porte, le serpent ; à gauche une poule et à droite un coq. 36

17Détails de la rampe de l’échelle et du battant de la porte. 36

18Les places Vurfen et Tamo, avec à droite de celle-ci la maison Teli consacrée au rituel du millet. 42

19La maison Fitung sur la place Kartut et la construction, pour l’auteur, de sa maison appelée Toknil, nom de femme servant d’emblème au village. 43

20Motifs décoratifs d’une rampe d’échelle et d’une balustrade, cette dernière de la maison Kadom. 45

21Jarres en poterie appelées ub pleines de millet dans le grenier de la maison Teli. 68

22Représentations sculptées de deux wadar. 71

23Grande pirogue de guerre aux îles Kei (photo publiée par Geurtjens 1921a). 77

24Les monnaies sous la forme de canons, de gong et de bijoux avec des billets indonésiens. 208–9

25Contenants en vannerie (bis) et en poterie (ub), où l’on conserve le millet du grenier communautaire. Dans les autres contenants (paniers et pots), les bras du dieu, c’est-à-dire les esprits Adat et Hukum, cachent les « âmes fautives » des hommes et des femmes. 232

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540