Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tanebar-Evav

 | 
Cécile Barraud

Avant-propos

Texte intégral

1Les données qui ont permis de rédiger cet ouvrage ont été recueillies au cours d’une mission de vingt-huit mois dans les Moluques, en Indonésie, de 1971 à 1973, dont environ dix-neuf à Tanebar-Evav (Tanimbar-Kei), île de l’archipel de Kei, dans la région sud-est des Moluques. Le reste du temps a été consacré à de rapides visites dans les îles et archipels avoisinants et à attendre l’arrivée incertaine des bateaux dans les ports moluquois. Une première version de ce texte a été écrite pour une thèse de troisième cycle, soutenue en 1975 à l’université de Paris X et intitulée « Ditoknil-Masbaït, Welav-Farfar. Organisation sociale et culte des ancêtres dans un village des Moluques du sud-est ». Une courte mission en 1977 m’a permis, avec l’aide de mon assistant Atvul Sarmav, de vérifier les premiers résultats de l’analyse.

2Ce travail s’inscrit dans le projet commun d’une équipe de recherche constituée en 1969 autour de D. de Coppet et J. P. Latouche au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de l’université de Paris X (LA 140, Centre national de la recherche scientifique), puis à l’extérieur de celui-ci. Depuis 1976, cette équipe forme la RCP 436 (Centre national de la recherche scientifique) sous la direction du Professeur Louis Dumont.

3Notre but était de concentrer la recherche sur une région aux structures sociales relativement homogènes afin de comparer utilement les résultats obtenus dans des sociétés différentes. Les Moluques, encore peu étudiées, présentaient un terrain de choix pour une entreprise réunissant plusieurs chercheurs. Le projet bénéficiait de la participation et de l’expérience de J. E. Elmberg dont, à notre grand regret, la mort soudaine en 1971 nous priva. Plusieurs recherches ont été menées sur le terrain de 1971 à 1973, parallèlement à la mienne dans l’archipel de Kei, celles de V. et R. Valeri à Seram (Moluques du Centre) et de D. de Coppet à Aru (Moluques de l’Est). Les thèmes de comparaison ont porté d’abord sur des problèmes d’organisation sociale, notamment les questions de hiérarchie, la parenté, l’alliance et les échanges. Les premiers résultats ont été discutés en commun au cours de séminaires hebdomadaires, d’enseignements et d’une table ronde.

4Mon travail sur le terrain a consisté en une étude intensive d’un village choisi en raison de sa fidélité aux traditions de la culture de Kei. Au cours de ce premier séjour, j’ai peu visité les autres villages de l’archipel où les aspects traditionnels de l’organisation sociale sont beaucoup plus diffus et masqués par les nouvelles croyances en honneur dans le monde moderne.

5J’ai centré mon analyse autour des « maisons » qui sont les noyaux de toute l’organisation sociale. L’existence des maisons est une caractéristique d’un grand nombre de sociétés de l’Indonésie et aucun travail récent ne semble s’être engagé dans l’étude de ce phénomène particulier ; une première approche cependant a été développée par le Professeur Claude Lévi-Strauss dans son cours au Collège de France de 1977-78, sur des exemples pris à Bornéo, Sumatra, Java et Timor. La société de Tanebar-Evav a la particularité d’avoir un nombre fixe de maisons dont aucune ne doit disparaître et autour desquelles s’organise l’ensemble des fonctions rituelles liées à la culture du millet. Un autre caractère des sociétés de l’Est indonésien est la pratique de l’alliance asymétrique de mariage comme l’a démontré dès 1935 le spécialiste hollandais F. A. E. van Wouden. Sa principale hypothèse sur ce point consiste à lier ce type de mariage à un ancien système à classes matrimoniales. Ici, on cherche à comprendre l’alliance asymétrique comme partie d’un système plus vaste qui rende compte de règles sociales différentes et en particulier de l’existence des maisons.

6Ce livre prend donc la forme d’une monographie de village qui se réfère, quant aux grandes lignes seulement, à l’ensemble culturel homogène de l’archipel de Kei peuplé d’environ 85 000 habitants. Sur certains points, et notamment à propos des ordres hiérarchisés de la société, j’ai volontairement limité l’analyse à un plan local, faute de documentation plus complète concernant les autres villages. Par ailleurs, je présente ce travail comme une première approche qui dégage la morphologie sociale et en partie seulement le système symbolique ; je n’ai pas abordé ici ce qui, à mes yeux, est essentiel, l’analyse du rituel. En effet, dans la société de Kei, seule cette petite île a maintenu le rituel associé à la culture du millet qui concerne les villageois plus de la moitié de l’année (alors qu’elle est abandonnée par les autres villages depuis longtemps). La culture du millet et ses conséquences sont la préoccupation majeure de la vie communautaire et nous verrons au fur et à mesure que tous les aspects de l’analyse de l’organisation sociale convergent finalement vers cet acte essentiel. Ce rituel, qui fera à lui seul l’objet d’un ouvrage, est décrit rapidement ici dans ses traits principaux indispensables à la compréhension de cette société. Je justifie cette démarche en insistant sur le fait qu’une étude détaillée de la morphologie sociale est nécessaire avant d’entrer dans le monde du rituel et du symbolisme, quitte à revenir sur certains problèmes par la suite.

7De même, la littérature relative aux sociétés de Kei est peu discutée ici. Tanebar-Evav étant le seul village qui soit resté fidèle aux traditions, il m’a paru nécessaire dans un premier temps de restreindre mon analyse à sa présentation détaillée, et j’ai donc peu utilisé la littérature portant sur l’ensemble de l’archipel. On se reportera à la bibliographie pour prendre connaissance des ouvrages concernant les mêmes régions ou les problèmes voisins de ceux que pose la société étudiée.

8Les missions ayant permis de collecter les données ont été financées par les crédits de l’université de Paris X et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) attribués au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative : une première mission de 1971 à 73, puis en 1974 deux mois consacrés à la recherche des principaux documents en Hollande où j’ai découvert entre autres une photographie du port de Tanebar-Evav datant de 1893, enfin un séjour de deux mois et demi dans les Moluques en 1977 au cours duquel j’ai pu vérifier rapidement les premiers résultats de l’analyse. J’en remercie vivement le Laboratoire et en particulier son Directeur, Monsieur Eric de Dampierre.

9En 1977, un complément de financement a été fourni par la RCP 436 (CNRS) que je remercie.

10En Indonésie, la mission a bénéficié de l’appui officiel du Lembaga Ilmu Pengetahuan Indonesia (LIPI). Les membres de l’administration de la Région des Moluques du Sud-Est ont facilité mon installation dans l’archipel de Kei, en particulier Bupati Kepala Daerah Tingkat II Maluku Tenggara Drs D. C. Far-Far, Sekretaris Daerah Drs J. L. E. Rahantoknam, Bapak Ali Thahir BA, Bapak J. Ohoinol SH, Bapak L. J. Karatem ; la famille Rahanra, Ibu Sien, Ibu Tien, Bapak Max et Agus m’ont généreusement ouvert leur maison pendant toute la durée de mon séjour ; qu’ils soient tous ici remerciés de leur accueil.

11Les membres de l’évêché d’Ambon m’ont constamment aidée, particulièrement Monseigneur Grent, Monseigneur Sol qui a été un interlocuteur aussi riche d’enseignements que de générosité. Un grand merci à tous les Pères qui m’ont reçue tant à Ambon que dans mes voyages à travers les archipels des Moluques. J’ai le plaisir de nommer aussi les membres de l’hôpital de Langgur à Kei, particulièrement le Docteur Krisna et Suster Renarda qui ont su prendre soin des habitants de Tanebar-Evav et de moi-même chaque fois qu’il était nécessaire.

12Je remercie chaleureusement Madame Cowling et Dinah Barraud qui ont assuré la frappe du manuscrit, Nora Scott qui en a préparé l’édition, Madeleine de Bérard qui a corrigé le français, ma famille qui m’a soutenue pendant tout ce travail et en particulier mon père dont l’appui matériel et moral m’a donné la liberté de choisir mon métier.

13A tous ceux qui ont écouté mes premières analyses au cours du séminaire du Professeur Louis Dumont et ailleurs, entre autres, J. P. Latouche, R. Jamous et V. Valeri, vont mes remerciements pour leurs critiques attentives. Je tiens à souligner que cet ouvrage est le fruit d’une réflexion et d’une élaboration communes auxquelles ont contribué tout particulièrement le Professeur Louis Dumont et Daniel de Coppet. Ce dernier a constamment lu et relu le texte depuis le début en 1975, il n’a cessé de suggérer et d’apporter de nombreux enrichissements qui se sont révélés fondamentaux. La réalisation de ce travail est due pour une grande part à sa présence et à ses encouragements. Qu’il en soit ici spécialement remercié.

14Le Professeur Louis Dumont m’a largement ouvert son séminaire, où j’ai exposé dans les détails mes matériaux ; il a corrigé et critiqué la première version du livre en 1975 puis minutieusement repris la correction du manuscrit définitif ; son travail d’analyse, les longues discussions que j’ai pu avoir avec lui, la finesse de ses suggestions et de ses apports ont beaucoup amélioré la rigueur de la démonstration et la portée des hypothèses. Pour l’intérêt que depuis toujours il n’a cessé de porter à mon travail, je tiens à lui témoigner ici ma plus profonde gratitude.

15Enfin, la qualité particulière de l’accueil des habitants de Tanebar-Evav, leur confiance et leur générosité ont seules permis un séjour prolongé sur le terrain ; la chaleur et l’amitié que j’ai trouvées dans toutes les maisons m’ont été précieuses ; qu’ils excusent les erreurs que j’ai pu laisser passer dans ce livre malgré mon souci d’être fidèle à leur discours. Parmi ceux qui ont pris le plus grand intérêt à mes recherches, qui m’ont beaucoup appris et auxquels ce livre est dédié, Turan Feli a été un informateur inépuisable et plein de malice. Quant à Atvul Sarmav, malgré sa jeunesse, la passion qu’il a pour sa propre société, ses qualités de sociologue et son enthousiasme ont largement contribué à m’aider dans le recueil et l’analyse des données et le désignent comme le témoin le mieux placé et le plus compétent pour continuer ces recherches à Kei. Ce livre est mon remerciement.

16Paris, Juin 1978

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable