Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des classifications dualistes en Australie

 | 
Alain Testart

Première partie. Comparaison des classifications dualistes

2. Considérations et résultats préliminaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La plupart des tribus australiennes sont organisées en deux moitiés matrilinéaires ou patrilinéaires, nommées ou non : dans ce cas, nous avons une classification en deux moitiés. Un grand nombre de tribus sont organisées en sections et en sous-sections : parmi celles-ci certaines présentent des classifications en quatre quarts ou en huit huitièmes. Il convient donc tout d’abord d’examiner ces classifications en deux, en quatre et en huit ainsi que le rapport qu’elles entretiennent entre elles.

CLASSIFICATIONS EN DEUX, EN QUATRE ET EN HUIT

Dans une organisation à sections, l’ensemble de la tribu est divisé en quatre groupes, appélés sections par les ethnologues. En désignant par a, b, c et d ces sections, l’organisation se présente ainsi :

Image

Le signe = relie deux sections qui se marient, le signe ↔ relie la section de la mère et celle de ses enfants et le signe ← - → relie la section du père et celle de ses enfants. Par exemple, un homme de a doit se marier en h, sa fille est en d, la fi...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540