Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

Les auteurs

Texte intégral

1Les auteurs

2Andrew Abbott est professeur de sociologie à l’université de Chicago ; il a publié sur les professions The System of professions (1988), sur les disciplines académiques Department and discipline (1999), sur l’évolution du savoir Chaos of disciplines (2001) et, sur les questions théoriques et méthodologiques que pose la temporalité du processus social, Time matters (2001).

3Guillaume Burnod a travaillé au sein de l’INSEE (division emploi) à l’époque où il a réalisé cette étude.

4Alain Chenu est professeur de sociologie, en détachement à l’INSEE (CREST, Laboratoire de sociologie quantitative) puis membre de l’observatoire sociologique du changement (CNRS-FNSP). Ses recherches portent sur la construction sociale des professions et des catégories socioprofessionnelles : il a publié Les employés (1994), sur les changements dans l’organisation du temps de travail et les emplois du temps in Économie et statistique (n° 352 2002), sur la sociologie de la sociologie in Actes de la recherche en sciences sociales (n° 141 2002).

5Claude Dubar est professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentinen-Yvelines et directeur du laboratoire Printemps (Professions-Institutions Temporalités) UMR 8085 du CNRS. Il a été président de la Société française de sociologie (1999-2001) et co-fondateur et vice-président du RC 52 de l’AIS : sociology of the professional groups. Il est notamment l’auteur de La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles (2000) et, avec P. Tripier, de Sociologie des professions (1997).

6Jean-Louis Fabiani est directeur d’études à l’EHESS et chercheur au LAHIC (CNRS). Ses travaux portent sur la sociologie historique des configurations du savoir, les pratiques culturelles et les mobilisations esthétiques. Il a publié Philosophes de la République (1988), Lire en prison (1995), L’Europe du Sud contemporaine (2000) avec Bernard Plossu, et dirigé Le goût de l’enquête (2001). Il vient d’achever une enquête sur l’esthétique des objets provençaux (Les beautés du sud) et termine une longue étude de sociologie historique de la philosophie en France depuis le milieu du xixe siècle.

7Jean-David Fermanian est administrateur de l’INSEE, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de mathématiques, docteur ès sciences. Il a occupé des fonctions d’enseignant-chercheur au CREST et à l’ENSAE, ainsi qu’un poste à la division emploi de l’INSEE. De 1996 à 1999, il a été rapporteur du groupe de rénovation de la nomenclature PCS. Il est actuellement chargé de la recherche risque-crédit à CDC Ixis capital markets.

8Michel Gollac est administrateur de l’INSEE, directeur de recherches au Centre d’études de l’emploi et chercheur associé au CSE (EHESS). Il mène actuellement des travaux sur les changements du travail et des organisations en lien avec les transformations des structures sociales : nouvelles formes d’organisation et de gestion de la main-d’œuvre, usages des technologies de l’information et de la communication, formes de rapport subjectif au travail. Il a récemment publié Les conditions de travail avec Serge Volkoff (2001), Travailler pour être heureux ? avec Christian Baudelot et al. (2003).

9Jean-Marc Grando est économiste, spécialisé sur la relation formation-emploi au niveau sectoriel (BTP, industries graphiques, réparation automobile, aéronautique), avec souvent une dimension internationale. Il a participé à de nombreuses évaluations de politiques publiques en matière d’emploi et de formation (impact en emploi du dispositif d’aménagement des rythmes scolaires, évaluation du contrat de progrès entre l’État et l’AFPA...). Il est membre du groupe Prospectives métiers qualifications du CGP et a participé aux travaux de lecture transversale des contrats d’études prospectives tertiaires.

10Lucien Karpik est professeur à l’École des mines de Paris. Il a fondé le Centre de sociologie de l’innovation (École des mines). Ses domaines de recherche actuels relèvent de la sociologie de la justice et de la sociologie économique. Il a publié récemment un ouvrage collectif avec Teng Halliday, Lawyers and the Rise of western political liberalism (1997) ; « Confiance, rationalité et marché de la qualité » in F. Aubert et J.-P. Sylvestre, Confiance et rationalité (2001) ; Les avocats entre l’État, le marché et le public (1995), traduction anglaise, « French Lawyers. A study in collective action, 1274 to 1994  » (1999).

11Benoît Laplante est sociologue et professeur à l’Institut national de la recherche scientifique, à Montréal. Il est également membre du Centre interuniversitaire d’études démographiques, INRS – urbanisation, culture et société, université du Québec et chercheur associé au Centre de sociologie du travail et des arts (CNRS/EHESS). Spécialiste de l’analyse statistique des données d’enquêtes longitudinales, il s’intéresse notamment à l’emploi dans le secteur culturel.

12Yannick Lemel, inspecteur général de l’INSEE, est directeur du Laboratoire de sociologie quantitative du CREST. Il a publié ou dirigé récemment (avec H. H. Noll) Changing Structures of Inequality — A Comparative Perspective ; avec B. Roudet, Filles et garçons jusqu’à l’adolescence. Socialisation différentielles ; et avec O. Galland, La nouvelle société française.

13Pierre-Michel Menger est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS (Centre de sociologie du travail et des arts). Il a publié notamment Portrait de l’artiste en travailleur (2003) ; La profession de comédien (1998) ; Le paradoxe du musicien (rééd. 2001) ; et a dirigé, avec J.-Y. Grenier et C. Grignon, Le modèle et le récit (2001), et avec V. Ginsburgh, Economics of the arts (1996).

14Janine Rannou est ingénieur au Centre de sociologie du travail et des arts après avoir travaillé au CEREQ. Elle a mené plusieurs recherches sur les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Elle a publié Les itinéraires d’emploi des ouvriers techniciens et cadres de l’audiovisuel et des spectacles (1996) ; Les carrières des intermittents techniques du spectacle (1997) ; sur les professions artistiques du spectacle Le spectacle vivant (1997) et, sous la direction de P.-M. Menger, « Les métiers du spectacle vivant et leur classification » (2001). Elle réalise actuellement un travail sur les danseurs.

15Dominique Schnapper est directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle a publié notamment La France de l’intégration. Sociologie de la nation en 1990 (1991) ; La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation (1994) ; La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique (1998) ; La compréhension sociologique. Démarche typologique (1999) ; Qu’est-ce que la citoyenneté ? (2000) ; La démocratie providentielle. Essai sur l’égalité contemporaine (2002).

16Emmanuel Sulzer est sociologue, ingénieur de recherches au Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Ses travaux ont notamment porté sur l’analyse du travail, en lien avec les questions d’organisation et les systèmes de certification. Il a publié entre autres « Objectiver les compétences d’interaction. Critique sociale du savoir-être », Éducation permanente (1999). Ses recherches actuelles portent sur les questions d’intégration des jeunes dans le monde du travail.

17Agnès van Zanten est directrice de recherche au CNRS, spécialiste de sociologie de l’éducation et directrice du groupement de recherches « Réseau d’analyse pluridisciplinaire des politiques éducatives ». Elle travaille à l’Observatoire sociologique du changement et enseigne à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle a récemment publié L’école, l’état des savoirs (sous sa direction) (2000) et L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue (2001).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540