Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

IV. Sociologie des professions et évolutions de l’emploi et du travail

12. Les expériences vécues dans quelques métiers de l’etat providence

Dominique Schnapper

Texte intégral

1Je voudrais présenter quelques réflexions issues d’un travail en cours, en isolant par décision de méthode les effets de l’État providence sur les expériences vécues de certaines pratiques professionnelles. L’institution de l’État providence a tout à la fois multiplié le nombre des nouveaux métiers et transformé les conditions d’exercice des métiers traditionnels. Dans les deux cas, ceux qui ont un emploi dans le monde de l’État providence - donc dans le secteur que les économistes appellent les « services aux personnes » - font des expériences professionnelles dont on peut rendre compte en analysant la tension entre la vocation et la professionnalisation. Cette opposition est évidemment empruntée à Max Weber, qui distingue, d’un côté, la « vocation » du savant, caractérisée par la « passion » et, d’un autre côté, le « métier » (Beruf), défini par les conditions concrètes de l’exercice du métier de professeur : mode de recrutement, étapes de la carrière, obligations et droits, rémunérations qui s’attachent à chacune des étapes, rapport entre l’enseignement et l’activité de « science pure », correspondant à la « vocation » de « savant » (Weber 1963 : 63 et 53).

État providence

2J’entends ici par État providence (ou indifféremment welfare state ou « État d’intervention ») l’État démocratique qui, au nom des principes de justice sociale qui fondent la communauté des citoyens, encadre la production et redistribue les richesses produites, organise la formation des individus par le système d’enseignement, garantit la protection sociale en assurant également à tous les soins de santé et en fournissant des compensations en cas d’accidents, de chômage et de retraite. Il procède, par la fiscalité et l’ensemble des prélèvements obligatoires, à des transferts financiers de certains groupes vers d’autres et gère ainsi les rivalités et les conflits entre les groupes sociaux.

  • 1 Il ne s’agit pas d’un simple a priori, né d’une réflexion purement historique ou philosophique. On (...)

3L’État intervient dans tous les pays européens, qu’ils soient couramment appelés sociaux-démocrates ou « démocraties bourgeoises » (Rosanvallon 1981 : 54), par le budget, la politique monétaire et fiscale. Même aux États-Unis, considérés comme l’archétype de l’État libéral, il assure un minimum de ressources et de soins aux plus défavorisés, il intervient dans les conflits et les inégalités « ethniques » par la politique de l’ affirmative action.Mais il est également vrai que l’État intervient inégalement et surtout sur la base d’un contrat social différent selon les traditions politiques nationales. La social-démocratie constitue une organisation sociale caractérisée par un équilibre spécifique entre l’État, le marché et la famille (Esping-Andersen 1999). C’est dire, en d’autres termes, qu’elle a contribué à redéfinir l’ensemble des relations sociales, qu’il s’agisse des rapports entre générations, des échanges à l’intérieur de la famille, des modes d’exercice des métiers, des identités professionnelles, de la hiérarchie des statuts sociaux et des manières de vivre les diverses conditions sociales. L’État providence a généré un monde social qu’on peut appeler social-démocrate. C’est la société tout entière qui en a été influencée. L’État d’intervention est devenu une des sources essentielles du lien social1. Si les gouvernements peinent à le réformer, c’est qu’il s’agit de réformer la société nationale qu’il a générée.

  • 2 En Australie et au Canada, l’État prend des mesures pour qu’une partie des ressources collectives s (...)

4On gardera ici, à partir de l’exemple de la France, deux dimensions, qu’on peut appeler sanitaire-sociale et éducative-culturelle. Une réflexion plus générale devrait également prendre en compte l’État providence ethnique qui s’est développé dans des pays qui ont adopté une politique officielle de multiculturalisme2. A l’État d’intervention tel qu’on le définit d’ordinaire, qui redistribue les ressources produites par la protection sociale au sens large du terme, ou sanitaire-social, s’ajoute, dans tous les cas, un État d’intervention éducatif-culturel. En France, en particulier, l’État d’intervention culturelle mis en œuvre par le ministère de la Culture, en tension avec le système d’enseignement, est devenu un acteur direct de la vie culturelle (Urfalino 1996).

5La création de nouveaux métiers est, on le sait, l’une des caractéristiques de la société moderne. C’est la raison pour laquelle les organismes de recherches statistiques redéfinissent régulièrement leurs catégories. Les progrès de la technique et de la productivité entraînent un changement continu de la structure socio-professionnelle, des métiers nouveaux apparaissent dans l’économie marchande et concurrentielle, liés aux techniques nouvelles et à l’obsolescence des métiers anciens. Symboliquement, dans les bureaux au cours des dernières décennies, les dactylos ont été remplacées par des informaticiens. Il arrive aussi que les mêmes métiers soient nommés différemment en fonction des logiques sociales par lesquelles s’affirment les identités professionnelles. Accroissement de la productivité et action de l’État d’intervention ne sont pas indépendants : les métiers de l’État providence n’ont pu se multiplier que grâce au progrès technique et à la meilleure efficacité de la gestion de la production qui permet de produire plus de richesses avec moins d’hommes et moins d’efforts physiques. Beaucoup d’individus sont ainsi disponibles pour exercer d’autres activités que celles qui sont directement liées à la survie biologique. Mais les deux phénomènes ne se confondent pas, ils ont chacun leur logique.

6Depuis deux siècles, la société moderne a « déversé », pour reprendre l’expression d’Alfred Sauvy, une part de plus en plus importante de la population active d’un secteur à l’autre, le nombre des emplois directement liés au traitement de la matière brute ne cessant de diminuer au profit d’autres types de métiers : ceux qui assurent la production par l’intermédiaire de la machine et par des modes de gestion plus intellectuels, ceux qui rendent des services aux entreprises et des services aux personnes, pour moudre le vocabulaire des économistes. La machine remplace le travail physique et même intellectuel de l’homme, la gestion exige des capacités techniques toujours plus élevées. La multiplication des métiers intellectuels liés aux services aux entreprises et des métiers « humanistes », ceux du sanitaire-social et ceux de l’éducatif-culturel, traduit cette évolution fondamentale qui organise la déstructuration-restructuration continue, spécifique des sociétés modernes.

7L’État d’intervention a eu un effet sur toutes les professions par l’extension du salariat et l’ensemble des droits qui lui sont liés (Castel 1995). La protection sociale liée à l’emploi a modifié les conditions d’exercice de tous les métiers. D’autre part, le rôle de l’État en France a toujours été considérable dans la définition des professions. Les grands corps d’ingénieurs de l’État ont constitué un modèle non seulement pour le secteur public mais aussi pour le secteur privé. On retrouve dans les grandes entreprises françaises les mêmes hiérarchies, liées au diplôme, que dans la fonction publique (Dubay et Tripier 1998 : 141sq.). L’autonomie des professions libérales est garantie par l’État. Le cas est flagrant en ce qui concerne les médecins, dont l’autonomie de pratique et le contrôle de la profession sont garantis par les lois et dont l’élite reste encore aujourd’hui « hospitalo-universitaire », c’est-à-dire formée de fonctionnaires. Là encore, l’État d’intervention a renforcé par ses effets propres nombre des caractéristiques de l’organisation des métiers et des professions « à la française ».

8Par définition, l’État providence crée de nouveaux métiers dans les secteurs de l’éducation, de la culture, de la santé et du travail social, ainsi que les emplois de gestionnaires et d’évaluateurs correspondants. Les travailleurs sociaux au sens large du terme, dans le sanitaire-social, et les éducateurs et diffuseurs culturels, dans l’éducatif-culturel, en sont deux exemples privilégiés. En même temps, la bureaucratisation, l’évolution des valeurs collectives, la marchandisation croissante des rapports sociaux modifient la pratique des activités traditionnelles en les professionnalisant. L’éducation, les soins de la santé physique et morale, qui furent longtemps gratuitement assurés par les femmes dans le cadre familial par obligation ou par vocation, sont devenus des professions du welfare state, massivement occupées par les femmes. L’accès à la profession est désormais soumis à la condition d’une formation spécifique, reconnue par un diplôme, qui ouvre droit à un emploi salarié, avec l’ensemble des droits liés à la condition salariale. Un exemple symbolique de cette évolution est la disparition progressive des religieuses qui soignaient bénévolement les malades dans les hôpitaux, aujourd’hui remplacées par des infirmières et des infirmiers diplômés. On peut aussi invoquer le cas des femmes qui confient leurs enfants à des puéricultrices et des institutrices, pour aller elles-mêmes exercer une activité professionnelle (éventuellement comme puéricultrices ou institutrices). Les besoins des hommes étant illimités, on peut penser que se créeront dans l’avenir de nouveaux métiers, toujours plus spécialisés, dans les services aux personnes, chacun d’entre eux revendiquant sa « professionnalité ».

9Je partirai d’enquêtes portant sur les expériences vécues de certains métiers de l’État providence, les uns directement créés par l’intervention de l’État (travailleurs sociaux par exemple), les autres transformés par cette intervention (professeurs ou médecins). Malgré les différences de qualification ou de contrainte, ceux qui exercent ces métiers font des expériences professionnelles de même type. Échappant au monde dominant de la production concurrentielle et de ses valeurs d’efficacité, se référant à des valeurs de type « humaniste », ils sont vécus comme « en crise ». Sans doute, les individus ressentent toujours que leur profession est en crise, dans la mesure même où la société est en continuelle déstructuration-restructuration, dans la mesure où le contenu des métiers et leur mode d’exercice ne cessent d’être redéfinis. La « crise » est probablement une donnée structurelle des expériences professionnelles. Mais elle prend des formes particulières lorsqu’il s’agit des métiers de l’État providence. Il ne s’agit pas ici de rendre compte de la totalité de ces expériences mais de montrer qu’on retrouve, malgré les différences objectives, le même type d’expériences vécues.

Professionnalisation et rivalités professionnelles

10La multiplication des métiers du travail social est un produit direct de l’action de l’État d’intervention. Elle est particulièrement frappante en France où elle est liée à l’extension de la protection pour amortir les effets sociaux de la « crise » (Schnapper 1989). Mais le développement des métiers dans l’éducatif-culturel n’est pas moins grand.

11Pour prendre l’exemple des métiers du travail social, ils se sont développés en trois grandes étapes. D’abord, furent créés les trois métiers les plus anciens ou « professions de base » : l’assistante sociale, l’éducateur spécialisé et l’animateur socioculturel. Au cours des années 1970 et 1980, une nouvelle série s’est ajoutée : éducateur technique spécialisé, moniteur-éducateur, travailleuse familiale, aide médico-psychologique, éducatrice de jeunes enfants, conseillère en économie familiale et sociale (forme modernisée de la monitrice d’enseignement ménager), délégué à la tutelle. Depuis le début des années 1990, à la suite de l’augmentation des populations en voie de marginalisation, des politiques d’insertion et de la politique de la Ville, on a vu apparaître les agents locaux d’insertion, les chargés de mission du RMI, les agents de développement, etc. (Ion et Tricart 1992). Les professions les plus récentes restent encore mal définies, les différents corps sont en concurrence. Chacun s’interroge sur son identité spécifique et s’efforce de définir un domaine propre pour se distinguer des autres. Tous participent plus ou moins du malaise des travailleurs sociaux, leitmotiv des travaux sociologiques concernant les métiers de l’intervention sociale depuis les années 1960. C’est sans doute d’ailleurs la raison pour laquelle ils ont été nombreux à participer activement aux « nouveaux mouvements sociaux » des années 1970 théorisés par Main Touraine, mouvements étudiants, féministes, écologistes, régionalistes ou pacifistes. Les travaux empiriques montraient que les militants se recrutaient massivement parmi les salariés des secteurs culturels (enseignants, chercheurs, administration culturelle) et sociaux (travailleurs sociaux et professions de santé), autrement dit parmi les professions les plus directement liées à l’État d’intervention. On a parlé à leur sujet de « nouvelle classe moyenne salariée ». Ils affirmaient, selon les chercheurs, des valeurs « postmatérialistes » (Inglehart 1997) et adoptaient de nouvelles formes d’action collective.

12Plus que toute autre profession, les travailleurs sociaux, au sens large du terme (c’est-à-dire comprenant l’ensemble des métiers cités ci-dessus), sont partagés entre le pôle de la vocation, qui transfigure leur activité quotidienne en mission de charité ou de solidarité (terme laïcisé de la charité), et celui de la profession salariée. La plupart d’entre eux entrent au service de l’État providence pour des raisons de « militantisme prophétique » ou de « bénévolat inspiré » (Bourdieu 1993 : 231). Ils affirment qu’ils ne font pas un « métier comme les autres » (Ion et Tricart 1992 : 4), font tout pour ne pas être assimilés à l’employé ordinaire ou au petit bureaucrate. Sans doute, le vocabulaire de la vocation, du témoignage ou du sacerdoce, issu du militantisme catholique, est désormais souvent moqué dans le milieu – mais n’est-ce pas le style des discours qui a changé dans tous les milieux sociaux ? D’ailleurs, effectivement, « les pratiques de terrain restent dans de nombreux cas largement influencées par les idéaux qui ont marqué les origines successives des diverses professions et qui réfèrent d’ailleurs aussi bien à l’humanisme chrétien qu’à la morale laïque de la démocratie égalitaire » (bid. : 62). Mais en même temps, ils défendent, comme tous les salariés, leurs droits matériels et statutaires. Comme les autres salariés, ils ont revendiqué et obtenu la professionnalisation progressive de leur activité. Ils doivent aussi respecter les règles établies par l’État d’intervention. Ils se heurtent alors à la logique bureaucratique, qui inévitablement classe les individus en catégories et leur applique des réglementations formelles.

13Cette contradiction entre la raison de leur engagement dans un métier et les conditions de l’exercice du métier en raison de la bureaucratisation de l’État providence se retrouve à des degrés différents dans les nouveaux métiers de l’éducatif-culturel. Les divers métiers de l’» ingénierie culturelle » se sont développés en même temps que les ressources du ministère de la Culture et le nombre de ses interventions. Le nombre de ceux qu’on peut appeler des médiateurs culturels a été multiplié par quatre en vingt ans, comme le nombre des travailleurs sociaux a été multiplié par plus de trois. Vingt-deux mille agents dépendaient du ministère de la Culture et des pouvoirs locaux au 1er janvier 1999. Les crédits du ministère ont été multipliés par 70 depuis 1959 (Saint-Pulgent 1999 : 42 sq.). Diffuseurs et médiateurs culturels furent chargés de démocratiser les divers marchés des œuvres d’art et les pratiques culturelles. Un service spécialisé se consacra à mesurer régulièrement la démocratisation de ces pratiques. La politique d’intervention du ministère de la Culture a constitué un milieu social composé des artistes, bénéficiaires proclamés de cette politique, dont la condition matérielle s’est améliorée, mais surtout des administrateurs, médiateurs de la culture (critiques, animateurs, diffuseurs) et même sociologues et commanditaires d’enquêtes sociologiques. S’y mêlaient intervenants et animateurs culturels, liés à leurs « clients », artistes, dans des réseaux croisés de relations interpersonnelles et de services rendus. Le ministère de la Culture est devenu le ministère de l’ensemble des professionnels de l’art, c’est-à-dire de l’ensemble des médiateurs dont l’existence est liée à la politique d’intervention culturelle. Si, en effet, les subventions de toutes natures et les commandes d’œuvres par les pouvoirs publics font de certains artistes des clients réguliers du ministère et des pouvoirs locaux, la politique de défense des intérêts professionnels est plus facile à mettre en œuvre pour les différents médiateurs de la culture ou pour les experts que pour les artistes eux-mêmes (Schnapper 1994/95).

14Le développement des divers métiers de l’ingénierie culturelle, outre les rivalités qui les opposent les uns aux autres, chacun ayant vocation à affirmer une compétence irremplaçable et nécessaire, leur a permis de s’affirmer contre le système traditionnel de l’enseignement traditionnel et contre les « professeurs », proclamés par eux incapables d’assurer à tous un véritable accès aux œuvres de culture, créant une tension entre les ministères de l’» Éducation » et de la « Culture », entre le monde de l’» éducatif » et du « culturel ».

Démocratisation de la santé et salariat

15Les valeurs et les institutions démocratiques, la bureaucratisation de l’État d’intervention ont également modifié le sens et les modes d’exercice des métiers les plus traditionnels, ceux qui sont liés à la santé et à l’éducation. C’est ce dont témoignent, parmi d’autres, les expériences professionnelles des médecins ou des enseignants.

16L’État d’intervention, en assurant un accès très large aux soins de santé, a transformé les conditions objectives de l’exercice de la médecine. Il a remis en cause le sens d’une « vocation » dont la nature – soigner les malades – justifiait la revendication et la pratique de l’autonomie professionnelle. La tension entre vocation et profession est particulièrement ressentie dans le cas des professions les plus prestigieuses, héritières des professions médiévales – les « professions » au sens de la sociologie américaine. Elles s’étaient toujours définies par leur autonomie, lorsqu’elles étaient exercées sous forme libérale (médecins, avocats) ou, au moins, comme des professions qui pouvaient revendiquer une forme d’indépendance : même s’ils étaient statutairement des fonctionnaires, les professeurs d’université, dans l’exercice de leur métier, jouissaient des « libertés académiques ».

17Les médecins ont toujours été l’exemple favori des théoriciens des « professions » au sens de la sociologie américaine. La « profession », dans ce cas, ne désigne pas ce que Weber appelait Beruf, mais ce que nous nommons les professions libérales, héritées du sens médiéval, qui se sont vu reconnaître par l’État moderne le monopole de l’intervention et le droit à auto-organiser la profession. Ce monopole était garanti par un diplôme spécifique de haut niveau décerné par l’université, « faisant ainsi de ces métiers des vocations dignes des aspirations bourgeoises, les liant à la haute culture » (Freidson 1986 : 433). L’évolution de la pratique médicale – formulée par les médecins en terme de « crise » – est particulièrement significative de la transformation des métiers traditionnels. D’une part, le droit à l’égal accès de tous les individus aux soins de santé – et donc le développement global de ces soins – est central dans l’État providence. D’autre part, les médecins ont toujours constitué la profession libérale par excellence.

18La logique du monopole et celle de l’autonomie ont toujours donné un caractère contradictoire aux relations des médecins avec l’État (Hassenteufel 1997). C’est l’État qui assure le monopole de l’intervention médicale, mais c’est contre son pouvoir que s’affirment les institutions représentatives de la profession. L’idéologie des médecins insiste sur l’autonomie, mais l’exercice du métier dépend de l’État qui garantit cette autonomie. Durant la période pendant laquelle la profession libérale a été la mieux organisée et reconnue, grossièrement de 1890 à 1960, domaine d’intervention réservé et autorégulation de la profession étaient justifiés par l’idéologie du dialogue singulier et ineffable qui se noue entre le médecin et son malade. Les médecins, qui, comme les prêtres, traitent de la vie et de la mort, partageaient avec eux le privilège non d’exercer un métier mais d’entretenir une relation d’ordre charismatique avec leurs malades. Ils ne manquaient pas d’utiliser les rituels qui renforçaient ce charisme. Le respect absolu du secret médical – transfert laïque du secret de la confession – symbolisait plus particulièrement le caractère sacré de la relation entre le médecin et son client. La volupté avec laquelle les médecins de la génération qui exerça entre 1930 et 1980 refusaient, au nom du secret médical, de donner les nouvelles les plus anodines sur leurs amis les plus proches ne faisait que traduire cette dimension sacrée – en ce qu’elle échappait aux formes quotidiennes des relations sociales – de leur activité. Les normes rigoureuses de la confraternité étaient un autre signe du caractère extra-ordinaire du métier : elles démontraient que les relations entre médecins échappaient à la concurrence habituelle entre les individus sociaux. Les hauts revenus, dont nombre d’entre eux disposaient jusqu’à une date récente, n’étaient que la conséquence de l’exercice d’une profession qui n’était pas vécue comme un métier soumis à la concurrence, mais comme un statut lié à la personne, permettant d’instaurer entre le médecin et son malade une relation de nature presque religieuse.

  • 3 Une analyse plus complète devrait prendre en compte la modification de la « demande » sociale. Les (...)

19L’État d’intervention a démocratisé l’accès aux soins, mais il a limité l’autonomie et le prestige du médecin. Le modèle de la profession libérale, fortement valorisé, qui continue à dominer les représentations, n’est sans doute plus qu’une survivance, condamnée à la disparition par deux transformations objectives de l’exercice de la profession. À l’intérieur du dialogue singulier entre le médecin et le malade, interviennent désormais tous les acteurs, médecins spécialisés, biologistes ou techniciens, qui appliquent les nouvelles techniques. Le médecin exerce désormais rarement son « art » sans faire intervenir une série d’actes techniques réalisés par d’autres, depuis les examens biologiques jusqu’à toutes les formes d’imagerie médicale. Dans la nécessité où il se trouve de collaborer avec d’autres médecins plus compétents sur une technique particulière ou avec les membres des diverses professions para-médicales, dont le nombre s’accroît régulièrement, il s’insère comme n’importe quelle profession dans une organisation rationalisée du travail, il est en situation de concurrence au même titre que les autres métiers. Mais surtout, sa pratique est insérée dans l’organisation de la protection sociale. Entre le médecin et le malade, interviennent les organismes payeurs de l’État d’intervention ou des assurances privées. Le médecin devient de plus en plus souvent un salarié direct (dans l’hôpital) ou indirect (par l’intermédiaire du remboursement des actes médicaux) de la Sécurité sociale3. Dès lors, comme le déplore l’un d’entre eux, désormais, « certains pratiquent la médecine comme des commerçants... La vocation n’existe pratiquement plus » (Herzlich 1993 : 236).

20Dans la mesure où la profession, au sens de la sociologie américaine, constituait un modèle normatif et régulateur qui s’imposait de manière générale, sa disparition progressive est à la source de la « crise » de la médecine et du « malaise » des médecins. Bien entendu, la diminution relative des revenus, pour la majorité d’entre eux, en est une dimension cruciale. Mais, par-delà l’aspect strictement économique, la crise vient d’abord de ce que les médecins, après avoir profité du développement massif de leur activité grâce à la Sécurité sociale et à la demande de santé, impérative et massive, de la société démocratique, selon la formule de Claudine Herzlich, se trouvent désormais condamnés à voir leur activité contrôlée par des institutions extérieures à eux. Leur autonomie est désormais de plus en plus réduite par les contrôles des organismes payeurs. Ils disposent de moins en moins du privilège de régler souverainement leurs propres affaires, même si, dans le cas français, le Conseil de l’Ordre résiste encore efficacement (mais pour combien de temps ?). La gestion informatisée de la pratique et des remboursements, les contrôles des dépenses de santé, qui sont devenues des dépenses publiques – donc susceptibles d’être contrôlées par un tiers –, ne peuvent que contribuer à dissoudre progressivement les règles du secret médical et la relation ineffable entre le médecin et son malade. Aux États-Unis, où la protection sociale est moins développée, l’intrusion des assurances privées, des hommes de loi et de la justice dans la relation entre médecins et malades n’a pas moins transformé le sens du dialogue singulier. Les protestations des médecins contre les contrôles et, plus généralement, contre toutes les obligations d’une gestion administrative de la profession, qu’elle se déroule dans le cadre libéral ou hospitalier, sont liées à la remise en cause d’un statut de la profession libérale et à la difficulté pour les médecins de maintenir la référence idéalisée à un métier vécu comme une vocation. L’avenir semble se résumer à voir les médecins devenir de simples employés de l’État d’intervention. Ils vivent sur le mode de la crise la fin de l’autonomie de la profession et les diverses formes de salariat qui deviennent le lot d’un nombre croissant d’entre eux. La démocratisation des soins et l’intervention de l’État rendent progressivement caduque l’autonomie de la profession.

De la production du savoir
à l’animation culturelle

21La crise du métier des professeurs de l’enseignement supérieur prend en France des formes spécifiques, puisque ses membres sont des fonctionnaires, mais la remise en cause de la vocation, induite par l’accès massif des jeunes à l’enseignement supérieur, existe également. La société démocratique favorise la diffusion aux dépens de la création.

22Les universités furent créées pour être en même temps le lieu de l’élaboration d’un savoir nouveau et le lieu de sa transmission ou, en termes modernes, pour être à la fois le lieu de la recherche et celui de l’enseignement (Renaut 1995). Leur organisation reposait sur une formule que Freidson résume en ces termes : « L’Université est donc une invention sociale remarquable pour subventionner le travail qui n’a pas de valeur marchande immédiate » (Freidson 1986 : 436). L’élaboration du savoir ou, pour reprendre l’expression de Weber, la science « pure », ou l’érudition « pure », ne procure pas d’emploi sur le marché du travail, elle n’a pas de « valeur marchande immédiate ». Les professeurs des universités vivaient de leur salaire en tant qu’enseignants – méfier qui a une valeur marchande –, non en tant que chercheurs se consacrant à la science « pure ». Rémunérés comme enseignants, ils pouvaient se livrer à des études de science ou d’érudition « pure ».

23La conception de l’université, comme lieu d’exercice d’un métier, l’enseignement, qui permettait aux professeurs de se livrer en même temps à la science pure, de se consacrer à produire un savoir en même temps qu’à le transmettre, est devenue contradictoire avec les demandes et les exigences de l’université démocratique. Weber l’avait déjà pressenti qui écrivait en 1919 : « Il faut mettre la démocratie là où elle convient. En effet l’éducation scientifique telle que nous devons la donner par tradition dans les universités allemandes est une affaire d’aristocratie spirituelle. Il est vain de vouloir se le dissimuler » (Weber 1963 : 60-61). C’est une tendance lourde et une contrainte de la société démocratique qui se donne pour objectif d’assurer à tous ses membres une présence prolongée dans le système d’enseignement et à beaucoup d’entre eux, dans l’enseignement supérieur. Les étudiants étaient, en France, 60 000 en 1953, 300 000 en 1968, plus de 1 500 000 en 1998, ils sont plus de 2 000 000 à la rentrée 2001. Les charges d’un enseignement « de masse » risquent d’interdire désormais que les professeurs se livrent en même temps à la science « pure ». Devenus plus nombreux, ils sont aussi plus nombreux à ne pas entretenir de vocation particulière pour la science ou l’érudition, donc à valoriser, avant tout, leur rôle de diffuseurs du savoir et à célébrer les vertus de la pédagogie.

24Ceux qui continuent à se référer à la représentation traditionnelle, en revanche, se sentent « réduits » à transmettre le savoir plutôt qu’à l’élaborer. Pour eux, l’équilibre ancien, sur lequel furent fondées les universités à la fin du xixe siècle, est remis en question. En dissociant l’enseignement de la recherche, réservée à d’autres organismes spécialisés, souvent orientée vers la pratique ou l’application, l’université devient exclusivement le lieu de la transmission et non plus de la production du savoir et du renouvellement des disciplines. C’est d’ailleurs ce que conseillent régulièrement tous les rapports sur l’université, ce à quoi tendent les modifications progressivement introduites dans les obligations statutaires des enseignants. Cette évolution est aujourd’hui à la source du malaise des professeurs d’université, avant même la dévalorisation relative de leurs revenus et de leur prestige. C’est pourquoi ceux qui peuvent encore réinterpréter leur activité professionnelle en termes de vocation ou d’œuvre ne connaissent pas le même malaise que ceux qui la réduisent à un « gagne-pain » et adoptent diverses stratégies de compensation, telles la célébration de la pédagogie, dont ils soulignent qu’elle ne se confond pas avec le savoir, la recherche du « pouvoir » à l’intérieur de l’institution par le contrôle des élections académiques ou l’activité syndicale, à moins que, plus âgés, ils ne collectionnent les honneurs, entrée à l’Institut ou doctorats honoris causa.

25Le rôle social des professeurs d’université n’apparaît plus clairement, ils ne sont directement utiles ni à la gestion des entreprises ni à la démocratie culturelle. Ils sont en effet soumis à une double concurrence : celle des techniciens, d’un côté, et celle des animateurs et diffuseurs « culturels », de l’autre. Les premiers, experts en gestion technique, financière, juridique, commerciale ou de « communication », appartiennent au monde concurrentiel. Ils sont considérés comme indispensables au fonctionnement des entreprises, où l’on réclame des « ressources humaines » de haut niveau technique et leur utilité sociale apparaît immédiatement. Les seconds, intellectuels médiatiques, journalistes et animateurs culturels, sont légitimés par les pratiques de la démocratie politique et culturelle. Les journalistes participent directement à la vie politique, les diffuseurs culturels assurent la diffusion démocratique des œuvres de culture. La concurrence du monde du « culturel » mis en place par l’État d’intervention culturelle et celui du marché de la diffusion, à savoir les médias, contribue à la fragilisation objective et à la dévalorisation sociale d’un milieu qui, bien souvent, se réfugie sur ce qui est perçu comme le dernier privilège, la sécurité de l’emploi et la durée des vacances. Si l’on définit les universitaires comme ceux qui justifiaient leur vocation par le fait qu’ils se livraient à la science « pure », pour reprendre le terme wébérien, ou au « travail profond et lent », dans les termes de Tocqueville – cela n’implique évidemment pas qu’ils le faisaient effectivement, mais que c’était l’idée et l’idéal en fonction desquels les universités furent créées et en fonction desquels les professeurs d’université justifiaient leur vocation et leur statut professionnel –, il est clair que la démocratisation de l’enseignement, d’un côté, la concurrence avec les experts, les diffuseurs et, dans les pays de l’État providence culturel, tous les animateurs « culturels », conduisent à la dévalorisation ou même à la disparition du métier tel qu’il fut redéfini à la fin du xixe siècle par sa liaison entre production et diffusion du savoir.

26On pourrait sans doute proposer des analyses parallèles sur la transformation du métier de conservateur de musée, qui a toujours eu une double logique, celle de la conservation et de la connaissance des œuvres rôle de « savant » – et celle de leur diffusion, par la présentation des œuvres au public. Avec la démocratisation et le développement des « besoins culturels » nourris par la fréquentation scolaire et la diffusion des valeurs « culturelles », la seconde logique devient prioritaire. Les conservateurs traditionnels qui tenaient à leur rôle de « savants » ressentent comme une épreuve que les tâches matérielles et d’organisation qui résultent de la fréquentation accrue des musées deviennent plus lourdes, limitant ou rendant impossible leur activité de producteurs de savoir. D’autres, plus proches des valeurs démocratiques, se consacrent désormais essentiellement à l’organisation administrative, à l’animation culturelle et à l’activité commerciale (Octobre 1999).

Liberté de l’artiste
et protection sociale

27L’effet de l’État providence culturel « à la française » sur les expériences professionnelles peut être illustré par l’exemple des artistes plasticiens. Ces derniers oscillent entre le marché et la protection directe ou indirecte de l’État. Plus que les autres ils proclament leur vocation. Ils se réclament d’une originalité absolue qui fonde leur idéologie de rupture avec toute forme de tradition. Parmi toutes les professions intellectuelles, ce sont eux qui formulent l’idéologie de la vocation la plus pure. Le « caractère impératif et précoce » de leur vocation est un de leurs topos. Selon eux, l’art ne s’apprend pas et le talent n’est qu’un don inné : ils adhèrent à une « idéologie charismatique qui ne reconnaît d’autre tribunal que leur conscience d’artiste » (Moulin 1992 : 249). Ils définissent l’art comme liberté absolue et autoproduction, sans référence à aucun autre critère que l’autodéfinition. Dans leurs discours ils refusent avec éclat la légitimité des consécrations académiques ainsi que celle du marché. Ils rejettent comme illégitime tout jugement extérieur.

28Pourtant, autant ou mieux que d’autres, ils ont su exploiter les bénéfices de l’État d’intervention culturelle. Ils ont réclamé et obtenu en 1975 la Sécurité sociale, symbole premier des droits liés au salariat, ainsi que des privilèges en matière de droit social et fiscal. Depuis les années 1980, l’État leur a accordé des emplois, des ressources et un capital de réputation. Au cours de la décennie, « le délégué aux arts plastiques a organisé une série de réunions avec l’intersyndicale des artistes. Ces réunions ont traité de la protection sociale des artistes, des ateliers, de la propriété artistique, de la procédure du 1 %, des achats et commandes et du statut professionnel » (ibid. : 117). Faute de pouvoir être inscrits à l’ANPE « pour pallier la défaillance du marché », « l’arsenal de moyens mis en œuvre pour soutenir le travail artistique (est) ample et diversifié : indemnités d’installation ; allocations d’urgence ; aides individuelles à la création ; bourses de recherche et/ou de voyage ; développement, à côté du marché des œuvres, d’un marché des services et de l’emploi » (ibid. : 119).

29Ce double pôle – celui d’une vocation absolue et celui d’une protection au moins comparable à celle des salariés obtenue grâce à l’activité syndicale – peut être analysé, comme l’a fait Raymonde Moulin, en comparant de manière objective l’idéologie charismatique que formulent les artistes et leurs comportements organisés pour obtenir l’intervention protectrice de l’État. Elle constate ainsi qu’ils veulent « obtenir une définition de la professionnalité aussi proche que possible de l’autodéfinition et entrer dans le secteur protégé sans payer le prix supporté par d’autres catégories professionnelles » (ibid.: 119), à savoir les obligations des salariés dans les entreprises et les administrations. On pourrait compléter et éclairer cette analyse à partir d’une enquête directe sur les manières dont les artistes formulent leur rapport à leur pratique et à leur art, et montrer comment les conduites, les stratégies et les discours des uns et des autres – en fonction de leurs origines sociales, de leur formation et du succès de leur carrière – se réfèrent à l’un et l’autre pôle.

30Les expériences vécues des comédiens sont également conditionnées par l’intervention étatique, même si, cela va de soi, le marché du travail joue un rôle essentiel dans leur carrière (Menger 1997 ; Paradeise 1998). Ils connaissent la même oscillation entre l’invocation de leur vocation d’hommes libres, plus libres que tous les autres, et le rêve d’appartenir à la fonction publique et de voir respecter les règles de la méritocratie. D’un côté, ils évoquent leur autonomie, la nécessité de se dépasser soi-même, d’être remis en question lors de chaque engagement et de chaque représentation, d’être pleinement responsables de leur destin, d’être tout à la fois soi-même et un autre, de connaître, grâce à un métier qui, cette fois encore, n’est pas « comme un autre », l’épanouissement personnel et la liberté du créateur. Mais, en même temps, subissant la « dureté d’un milieu oû la vie est largement à reconstruire chaque jour » (Paradeise 1998 : 209), ils aspirent à la sécurité que donnent les professions institutionnalisées, dont le recrutement et le monopole d’intervention reposent sur le diplôme et le titre. Ils évoquent sur le mode imaginaire une organisation de la profession qui assurerait le plein emploi.

31L’État providence et la réglementation contribuent à la reconnaissance symbolique de leur identité professionnelle. L’État intervient, dans ce cas, par l’indemnisation du chômage propre aux comédiens. La gestion des contrats de travail des comédiens se fonde sur la réglementation des ASSEDIC, qui, selon un régime particulier appliqué par une Caisse particulière, accorde des indemnités aux comédiens lorsqu’ils ont travaillé 507 heures au cours des douze mois précédant la période du chômage. Obtenir les « 507 heures » dans un contrat de travail est donc devenu une forme de reconnaissance, à la fois financière et symbolique, du métier ; en d’autres termes, c’est « le signal premier de la professionnalité, aux yeux des artistes comme des personnels techniques » (Menger 1997 : 310). De la même façon, les enquêtes sur les jeunes chômeurs ont souvent montré que l’inscription à l’ANPE avait un sens positif, dans la mesure oû elle signifiait l’obtention d’un statut social lié à l’emploi, fût-ce de manière négative : ils se définissaient par rapport au marché de l’emploi. La réglementation des « 507 heures » garantit un minimum de sécurité aux comédiens, partagés entre la vocation inspirée et la nécessité où ils se trouvent de limiter les risques liés à un métier, inévitablement intermittent. Cette législation peut être objectivement analysée comme une subvention indirecte au monde du spectacle, un moyen de compléter les financements accordés directement par les pouvoirs locaux et nationaux aux troupes théâtrales : c’est l’un des instrument de l’État d’intervention culturelle dans la vie du théâtre. Mais, en même temps, elle donne un sens aux expériences vécues des comédiens, à leurs pratiques, à leur identité de métier et au rapport qu’ils entretiennent avec leur activité professionnelle.

Tensions objectives

32Dans les métiers les plus directement liés à l’État d’intervention – qu’il s’agisse de nouveaux métiers ou de métiers anciens –, le rapport au travail prend son sens à partir de deux données structurelles. D’abord, ceux qui exercent ces métiers se référent, par la nature même de leur activité, à des valeurs humanistes, morales, culturelles ou politiques (la solidarité entre les hommes, la création intellectuelle ou artistique, la transmission du beau et du vrai, etc.) et pas seulement à des compétences et des valeurs techniques, moins encore à celles de la concurrence. L’adoption du métier, dans leur cas, ne se réduit pas seulement au désir ou au besoin d’un gain matériel. Si l’on adopte l’opposition de Hannah Arendt entre le travail (labor) et l’œuvre (work), ils se trouvent du côté de l’œuvre. Ils appartiennent, dans un autre vocabulaire, au « monde de l’inspiration » (Boltanski et Thévenot 1991).

33Mais, en même temps, ils participent de l’extension du salariat et de la bureaucratie caractéristiques de l’État d’intervention, avec un double effet : leur métier doit s’exercer selon la réglementation, leur profession doit être maintenue et défendue, comme toutes les autres, par l’ensemble des droits sociaux liés au salariat. Comme tout exercice d’une activité professionnelle, elle exige une qualification et une compétence, reconnue par un diplôme, un contrôle de l’accès à l’emploi. Elle s’exerce selon un ensemble de droits et devoirs définis et garantis par le droit du travail, en particulier par les conventions collectives, et l’action syndicale. En France, la formation, les titres, les mandats et les emplois sont définis pas l’État. Dans un pays de forte tradition étatique, ils appartiennent souvent au secteur public.

34D’un côté, donc, ils invoquent les valeurs humanistes. Mais, d’un autre côté, ils sont soumis à la logique de la carrière ou la profession, au sens de Beruf que Weber donne à ce terme, lorsqu’il écrit à propos du métier du « savant », qui exerce aussi la profession de « professeur » : « Comment se présente la situation d’un étudiant qui a terminé ses études et qui est décidé à faire de la science son métier, dans le cadre de la vie universitaire » (Weber 1963 : 53). L’existence de ces deux pôles, celui de la vocation et celui de la profession, qui se révèlent souvent être en tension, sinon en contradiction, est l’une des sources du « malaise » ou de la « crise », uniformément observés par les sociologues dans les professions de l’État d’intervention. Comme l’a justement fait remarquer Dominique Monjardet, elle se traduit, en particulier, par l’unanime et constante plainte sur « l’absence de moyens », qui empêche de remplir la véritable mission (Monjardet 1988).

Expériences vécues

35Les analyses des expériences vécues montrent qu’effectivement les individus oscillent entre l’interprétation de leur activité en terme de vocation et l’interprétation en terme de profession. Ils sont partagés entre l’invocation de la « charité », du « dialogue singulier » entre le médecin et le malade et du caractère « ineffable » de cette relation, de la « solidarité », de la « mission » culturelle ou politique ou de l’» œuvre » – bref de la spécificité du lien qui s’établit entre le médecin et le malade, entre l’enseignant et l’élève, entre le travailleur social et l’assisté, entre l’artiste et son public –, d’un côté, et, de l’autre, les réalités d’une profession, qui s’exerce dans le cadre de la législation du travail, au même titre que celle de n’importe quelle autre profession de salarié du secteur public ou privé.

36La « crise » du métier et les réinterprétations des identités professionnelles prennent des formes différentes suivant les relations que les professions entretiennent avec l’État. Les professeurs et de nombreux médecins sont fonctionnaires, les artistes bénéficient en France de l’intervention culturelle, alors qu’ils sont exclusivement soumis aux lois du marché dans d’autres pays. Il faut donc tenir compte de l’histoire institutionnelle de la profession, qui peut appartenir au secteur public ou dépendre, partiellement ou totalement, du marché. Il faut également tenir compte de la spécificité du contenu de chaque profession, soigner n’est pas enseigner, assister les marginaux n’est pas créer une œuvre d’art. La demande de soins médicaux est plus facilement suscitée que la demande culturelle, plus étroitement liée à un apprentissage et à une culture.

37On retrouve pourtant dans toutes les professions plus ou moins directement dépendantes de l’État d’intervention des formes parallèles d’une crise d’identité professionnelle. Dans tous les cas, il existe des interrogations sur l’évolution de la profession et le sens de l’exercice d’un métier destiné aux personnes dans une société où se conjuguent les effets de la démocratisation assurée par le welfare state et, dans l’ensemble de la société, de la logique prééminente de l’efficacité technique, de la concurrence et des relations marchandes.

38Les travailleurs sociaux, par exemple, répondent par deux types d’attitudes et de conduites, que révèlent les analyses de leurs expériences vécues. Les uns se réfugient dans la stricte et scrupuleuse application de la législation, en limitant leur rôle à l’exercice d’une profession de type bureaucratique. Ils se donnent pour règle de respecter tous les règlements et cèdent à « la tentation de s’en tenir aux dossiers » (Ion et Tricart 1992 : 72). Ils se replient sur les normes statutaires. Dans la mesure oû ils ont le sentiment que leur vocation initiale n’a pas pu se déployer à l’intérieur des contraintes bureaucratiques dans lesquelles ils sont contraints d’agir, le repli sur la lettre du règlement constitue une stratégie de défense. Ceux qui se conforment à la seconde attitude, au contraire, continuent à se référer à leur « mission » et invoquent la « présence et l’ineffable de la relation vécue avec autrui » (ibid. : 58). Ils adoptent des comportements qui rompent, plus ou moins symboliquement, plus ou moins agressivement, avec les règles bureaucratiques. C’est de manière ostentatoire, par exemple, qu’un « éducateur de rue » décrit ses pratiques non bureaucratiques et les légitimes en termes théoriques (Bourdieu 1993 : 256).

39Corinne Rostaing propose la même analyse à propos des gardiennes de prison qui privilégient soit le pôle de la profession (réinterprétation « statutaire » de leur métier), soit celui de la vocation (réinterprétation « missionnaire ») (Rostaing 1997). Celles qui se conforment à la réinterprétation « statutaire » privilégient la fonction de sécurité et la garde des « détenues » (leur expression), elles jugent la fonction de réinsertion secondaire, sinon vaine. Elles appliquent strictement la discipline et sanctionnent toute désobéissance. Les relations avec les détenues sont distantes et les rapports avec la hiérarchie formels. L’application stricte du règlement constitue un refuge, elle permet de se protéger contre l’image socialement dévalorisée de la gardienne de prison : « Mon rôle consiste à surveiller les détenues » (ibid.: 174-175). Les autres, dont les comportements empruntent à la réinterprétation « missionnaire », s’efforcent au contraire de redéfinir leur métier dans les termes d’une mission, d’un travail d’aide et de service aux « filles » (leur expression), elles continuent à nourrir le projet plus général et plus valorisant de leur donner les moyens de se réinsérer dans la société quand elles sortiront de prison. Elles respectent le règlement mais en l’adaptant aux conditions du dialogue qu’elles établissent avec les détenues. Leurs relations sont plus réservées avec la hiérarchie. Elles réinterprètent leur métier dans le sens du travail social, considéré comme plus noble que celui du gardiennage, et se déclarent heureuses de l’exercer : « J’ai pas l’impression d’aller bosser » (Voir aussi Chauvenet et al. 1992 ; 1993).

40Une analyse des expériences vécues des enseignants du primaire et du secondaire les montrerait sans doute également partagés entre la réinterprétation de leur métier en termes de profession – avec des revendications de salaires, de temps et de conditions de travail portées par les syndicats – et en termes de Mission, celle de transmettre le savoir acquis à l’université et, par cette transmission, de participer au projet directement politique d’entretenir la « mystique républicaine » héritée de l’âge d’or des instituteurs de la IIIe République (au moins tel qu’il est rêvé) : « instituer la nation », assurer l’» intégration républicaine », « éduquer les enfants du peuple », « intégrer les enfants d’immigrés ». On a une indication dans le sens de cette analyse, lorsque Lise Demailly évoque ce « travail de deuil » par lequel l’enseignant du secondaire renonce progressivement à transmettre un savoir acquis à l’université pour simplement « tenir » sa classe. Il se voit ainsi « réduit » à un rôle de travailleur social ou d’animateur culturel (Demailly 1991). Dans cette logique, il est compréhensible qu’un professeur de collège, statutairement fonctionnaire, définisse son métier avant tout par le refus d’être fonctionnaire : « Je ne veux pas être fonctionnaire, alors je ne veux pas compter toutes les heures que je passe... » (Bourdieu 1993 : 659 et 656).

41Les métiers de la connaissance sont plus valorisés que ceux du travail social et ceux-ci sont plus considérés que ceux qui ont pour fonction le maintien de l’ordre. La hiérarchie vécue des métiers du welfare state, entre les pôles de la profession et de la mission, du contrôle social et de l’inspiration morale, conditionne le sens des expériences professionnelles, selon une hiérarchie informulée mais intensément vécue. Dans l’ensemble des métiers directement liés à l’État d’intervention, la « misère » la plus grande est ressentie par ceux qui se sentent « réduits » à une fonction inférieure à celle dont ils rêvaient : lorsque le professeur d’université se juge quotidiennement « réduit » à n’être qu’un enseignant et non plus le créateur d’un savoir nouveau se consacrant à la science « pure » ; lorsque le professeur de collège constate qu’il n’a plus pour fonction de transmettre des connaissances, mais qu’il est « réduit » à jouer le rôle du travailleur social ou du moniteur (Bourdieu 1993 : 654) ; lorsque le travailleur social ne peut plus secourir les personnes en situation de marginalité et de misère, mais qu’il est « réduit » à n’être qu’un gestionnaire de dossiers administratifs ou le collaborateur involontaire (ou, en termes sociologiques, « objectif ») des forces de l’ordre ; lorsque le gardien de prison juge impossible d’exercer ses missions de protection de la société et de réinsertion sociale des détenus, associées au travail plus valorisé des travailleurs sociaux, et qu’il est « réduit » à la seule fonction d’assurer l’ordre à l’intérieur de la prison (Monjardet 1988).

42Dans tous les métiers de l’État d’intervention, qu’ils soient directement nés de cette intervention ou que leur exercice soit remis en cause par le développement de l’État providence, les individus donnent un sens à leurs conduites professionnelles, en oscillant, dans leur relation à leur métier, entre mission humaniste ou politique et rendement ou efficacité. Ils élaborent, dans ce champ de tensions, dans cette double référence, des identités professionnelles chaque fois singulières selon la nature du métier et selon leurs caractéristiques sociales et individuelles et le style de leur carrière. Mais, dans tous les cas, les expériences vécues de la profession peuvent être analysées dans les termes de la tension ou de la contradiction entre la « vocation » et la « profession ». C’est ce qui explique le malaise qui règne dans ces professions, souvent invoqué par les acteurs et analysé par les sociologues. Personne ne souhaite renoncer à la sécurité matérielle et à la consécration sociale induites par l’État d’intervention, mais en même temps tous déplorent dans leurs discours la bureaucratisation d’un monde qui reconnaît mal l’originalité absolue de leur vocation.

43Menger, P.-M.,1997, La profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la multiplication de soi, Paris, La Documentation française.

Bibliographie

Boltanski, L. ; Thévenot, L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, « NRF/essais ».

Bourdieu, P. (éd.), 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, « L’Espace du politique ».

Chauvenet, A. ; Benguigui, G. ; Orlic, F., 1992, Le personnel de surveillance des prisons. Essai de sociologie du travail, Paris, Centre d’études des mouvements sociaux.

— 1993, « Les surveillants de prison : le prix de la sécurité », Revue française de sociologie, xxxiv, 3 : 345-366.

Demailly, L., 1991, Le collège. Crise, mythes et métiers, Presses universitaires de Lille.

Dubar, C. ; Tripier, P., 1998, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, « collection U ».

Esping-Andersen, C., [1990] 1999, Les trois mondes de l'État providence. Essai sur le capitalisme moderne. Paris, PUF, « Le lien social ».

Freidson, E., 1986, « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue française de sociologie, 27 : 431-443.

Hassenteufel, P., 1997, Les médecins face à l’État. Une comparaison européenne, Paris, Presses de Sciences Po.

Herzlich, C. et al., 1993, Cinquante ans d’exercice de la médecine en France. Carrières et pratiques des médecins français 1930-1980, Paris, INSERM/Doin.

Inglehart, R., 1997, Modernization and Postmodernization. Cultural, Economic and Political Change in 43 Societies, Princeton University Press.

Ion, J. ; Tricart, J.-P., 1992, Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte.

Monjardet, D., 1988, « Le maintien de l’ordre : technique et idéologie professionnelles des CRS », Déviance et Société :101-126.

Moulin, R., 1992, L’artiste, l’institution et le marché, Paris, Flammarion, « Art, histoire, société ».

Octobre, S., 1999, « Profession, segments professionnels et identité. L’évolution des conservateurs de musée », Revue française de sociologie, 40 : 357-383.

Paradeise, C., 1998, Les comédiens. Profession et marchés du travail, Paris, PUF.

Renaut, A., 1995, Les révolutions de l’université. Essai sur la modernisation de la culture, Paris, Calmann-Lévy, « Liberté de l’esprit ».

Rosanvallon, P., 1981, La crise de l’État providence, Paris, Seuil.

Rostaing, C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femme, Paris, PUF, « Le lien social ».

Saint-Pulgent, M. de, 1999, Le gouvernement de la culture, Paris, Gallimard, « Le débat ».

Schnapper, D., 1989, « Rapport à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », Revue française de sociologie, 30-1 : 3-29.

Schnapper, D., hiver 1994/95, « De l’État-providence à la démocratie culturelle », Commentaire, n° 68 : 889-895.

Urfalino, P., 1996, L’invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française.

Weber, M., 1963 [ 1919], Le savant et le politique, Paris, Plon, « 10/18 »

Notes

1 Il ne s’agit pas d’un simple a priori, né d’une réflexion purement historique ou philosophique. On peut témoigner de l’importance sociale de l’État providence en invoquant des indicateurs aussi divers que l’importance du budget social, supérieur en France au budget de l’État, la part de la population active qui y participe, l’attachement massif et constant que la population manifeste à l’égard de la Sécurité sociale, les protestations unanimes contre tout projet de réforme, etc.

2 En Australie et au Canada, l’État prend des mesures pour qu’une partie des ressources collectives soient consacrées à ce que se perpétuent les spécificités culturelles des diverses populations, en entretenant des professionnels et des institutions « ethniques » meilleur moyen, selon ses partisans, de renforcer le lien social : c’est ce qu’on peut appeler un État d’intervention ethnique.

3 Une analyse plus complète devrait prendre en compte la modification de la « demande » sociale. Les programmes informatiques et les ressources d’Intemet permettent au médecin d’être informé sur les progrès de la médecine dans le monde entier, mais, en même temps, ils limitent son autonomie et son charisme, puisque le malade peut accéder aux mêmes informations. La multiplication des revues consacrées à la santé donne aux malades des exigences particulières – la santé n’est-elle pas la valeur première de la société démocratique? – et une sorte de familiarité, sinon de compétence avec le monde de la santé.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540