Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

II. Professions et carégories socioprofessionnelles

7. Les représentations ordinaires de la division du travail : une étude fondée sur les déclarations de profession

Guillaume Burnod et Alain Chenu

Texte intégral

... Jamais les hommes ne sont entrés en rapport les uns avec les autres qu’au sein de groupes définis et organisés et, par conséquent, il est tout à fait arbitraire d’imaginer une vie mentale indépendante de toute organisation. Marcel Mauss

1Les questionnaires de l’INSEE comportent généralement une question ouverte sur la profession des personnes interrogées. Les réponses fournies sont enregistrées en clair. Habituellement désignées comme des « libellés de profession », elles servent avant tout au chiffrage semi-automatique de la catégorie socioprofessionnelle. Elles ne figurent plus dans les fichiers diffusés à l’extérieur de l’institut statistique. Mais au-delà de leur utilisation première, elles donnent des indications sur la manière dont les individus se représentent leur place au sein de la division du travail : en déclarant leur profession, les individus choisissent de privilégier telle ou telle ressource identitaire – l’entreprise ou l’administration à laquelle ils appartiennent, leur métier, leur grade, etc. (Thévenot 1983 ; Desrosières et Thévenot 1991 ; Kramarz 1991). La comparaison de corpus de libellés constitués à différentes dates dans le cadre d’un même dispositif d’investigation permet d’étudier les changements dans la terminologie et dans les points de vue adoptés par les personnes interrogées. Une analyse exploratoire de ces changements est proposée ici sur la base des enquêtes Emploi de 1991 et de 1998.

  • 1 On se limite à des évaluations; un chiffrage plus précis nécessiterait une standardisation orihogr (...)

2Le corpus des libellés de profession est d’une grande diversité : à une enquête Emploi, sur un peu plus de 65 000 réponses à la question ouverte sur la profession principale, on décompte environ 15 000 libellés différents, parmi lesquels 10 000 hapax (occurrences uniques)1. Une telle masse d’informations se prête à de multiples approches. Après une description sommaire des caractéristiques générales du corpus des libellés, on focalise l’étude sur l’un des principes majeurs de structuration et d’unification du vocabulaire des professions, les classifications issues des conventions collectives. Au fil des années 1990, l’usage des termes clés correspondant aux grandes catégories des grilles Parodi-Croizat, vieilles de plus d’un demi-siècle, est en déclin. On tentera de cerner quelques-uns des principes structurants qui sous-tendent l’expansion d’un vocabulaire altematif.

Les libellés de profession : conditions de collecte, caractéristiques formelles

  • 2 Aux enquêtes Emploi des années 1990-1998, les salariés ont à se situer, à la question AS, dans l’u (...)

3Les libellés figurant dans les fichiers de travail de l’INSEE ne sont pas la transcription verbatim des énoncés produits par les personnes interrogées lors de l’enquête Emploi : les enquêteurs ont pour consigne d’inscrire « un intitulé précis, mais concis, sans mots inutiles » ; ils écartent éventuellement des détails qui leur paraissent peu pertinents ; ils peuvent aussi anticiper sur le déroulement ultérieur du questionnaire et garder en mémoire certaines informations faisant l’objet de questions à venir, notamment celle sur la classification ou « position professionnelle ». La question ouverte sur la profession principale est la première du questionnaire individuel de l’enquête Emploi. Celle, fermée, sur la « position professionnelle de l’emploi actuel » vient en cinquième position. Elle est posée seulement aux salariés en emploi et comporte des rubriques qui correspondent en partie aux grands domaines d’application des grilles Parodi-Croizat2.

  • 3 La computer assisted persona! interview (CAPO a été introduite de 1992 à 1994, tiers par tiers, da (...)

4Entre 1991 et 1998, un changement est intervenu dans le mode de collecte : l’enquête Emploi a été capisée3, c’est-à-dire que les enquêteurs ont été équipés d’un ordinateur portable ; ils posent les questions qu’ils voient défiler sur leur écran et saisissent directement les réponses des personnes interrogées. Un manque de familiarité avec le clavier d’ordinateur a pu, à tout le moins dans les débuts de la mise en œuvre de cette procédure, jouer dans le sens d’une plus grande concision des réponses aux questions ouvertes. Ainsi les changements dans le contenu des libellés de profession peuvent être pour partie le résultat de modifications dans les modalités de collecte et non dans les caractéristiques des personnes interrogées.

5Non compris les articles et conjonctions, les libellés se composent de deux mots dans 54 % des cas en 1998 comme en 1991. La part des mots uniques augmente (de 29 % à 34 %), celle des libellés de trois mots ou plus passe de 17 % à 12 %. Donc une fois sur trois environ l’analyse des libellés se confond avec celle de mots uniques, et dans un peu plus de la moitié des cas elle porte sur une séquence de deux mots. La longueur de l’enregistrement du libellé de profession étant de cinquante caractères, les descriptions les plus complexes comportent une dizaine de mots.

Les principales transformations du corpus des libellés

  • 4 Le taux de prévalence du libellé « secrétaire » passe de 2,2 % en 1991 2,6 % en 1998 ; « femme de (...)

6En 1991 comme en 1998, les trois mots les plus fréquents sont « agent » (dont la prévalence au sein de la population active occupée passe de 7,7 à 8,6 %), « secrétaire » (stable, 5,0 et 4,8 %) et « aide » (3,3 % en 1991, 3,2 % en 1998). En 1991, les trois libellés les plus fréquents sont « secrétaire », « femme de ménage » et « agriculteur » ; en 1998, « comptable » devance « agriculteur »4. Parmi les mots présents au moins cent fois en 1998, ceux qui ont connu les diffusions les plus rapides sont : propreté, écoles, clientèle, maintenance, qualité, facteur, chargée, formateur, territorial, accueil, surface, assistant, conseillère, assistante, gestionnaire, domicile, poste, maternelle, production, technicienne, chargé, hôtesse, paysagiste, commerciale, responsable.

7Certaines évolutions sont le produit manifeste de réformes décidées par de grandes institutions. Par exemple, les « professeurs des écoles » succèdent aux « instituteurs » et « institutrices », les « commis » font place aux « adjoints administratifs », les « préposés des PTT » aux « facteurs ». Sur un mode moins fortement réglementé, on relève un glissement partiel de « caissière » à « hôtesse de caisse », qui témoigne de l’intériorisation par les salariées d’un changement de terminologie décidé par un grand groupe de la distribution. Parmi les non salariés, les « conjoints collaborateurs » ou « conjointes collaboratrices » (les femmes hésitent entre ces deux formulations) remplacent les « aides familiales ». Le libellé « auxiliaire de vie », presque inexistant en 1991, tend à se substituer à « travailleuse familiale ».

8D’autres changements sont l’ombre portée d’évolutions socioéconomiques bien connues. Ainsi les libellés « agriculteur » et « agricultrice », « exploitant agricole » et « exploitante agricole » déclinent à un rythme qui est à peu près celui de la catégorie socioprofessionnelle des agriculteurs telle qu’elle est définie par l’INSEE ; ils regroupent régulièrement environ 70 % des appellations d’emplois en usage dans cette catégorie – le monde agricole, facile à identifier dans les enquêtes, est celui où la concentration des libellés est la plus forte.

9Enfin d’autres changements ne résultent ni de réformes institutionnalisées, ni de grandes tendances sociodémographiques. Dans l’ensemble, des appellations concises, générales, tendent à remplacer des formules comportant la mention d’un domaine de spécialisation ; la fréquence des libellés « secrétaire », « professeur », « enseignant », « enseignante », « ingénieur », « technicien », « commerçant » progresse davantage que celle des mots correspondants éventuellement employés dans un libellé plus long (« professeur d’anglais », etc.). Cette évolution peut avoir plusieurs origines, les unes tenant aux méthodes d’observation – la capisation conduirait à un raccourcissement des libellés –, les autres correspondant à des transformations du monde observé : la mobilité des fonctions et la polyvalence s’accroîtraient, le nombre des niveaux hiérarchiques diminuerait, ces tendances favorisant là encore une simplification des libellés.

Les classifications Parodi-Croizat : une construction plus que cinquantenaire

10L’adoption en 1946 des arrêtés Parodi tendant à généraliser les conventions conclues dans l’entre-deux-guerres dans la métallurgie apparaissait comme le temps fort par excellence de la construction d’un « espace national des qualifications » (Silvestre 1990 : 900) et de la cristallisation d’une représentation commune de la structure de cet espace. Ces textes et leurs prolongements des années ultérieures unifiaient le vocabulaire en usage en distinguant cinq catégories fondamentales au sein du salariat, les cadres et ingénieurs, les techniciens, les agents de maîtrise, les employés et les ouvriers, séparées les unes des autres par un faisceau de différences dans les modes de calcul du salaire, les durées de préavis, les réquisits en matière d’expérience ou de diplôme, etc. Les conventions collectives situent les emplois dans des grilles couvrant ces grandes catégories. Au début des années 1950, l’INSEE prenait acte de la force de ces distinctions et de leur emprise interprofessionnelle en leur donnant un rôle déterminant dans la structuration de sa nomenclature des catégories socioprofessionnelles. Le repérage de la classification professionnelle, souvent plus aisé que celui du revenu ou du diplôme, devenait un automatisme dans des enquêtes de toutes sortes. Questionnées sur leur profession, beaucoup de personnes reprenaient spontanément un des termes clés des grilles Parodi-Croizat, en spécifiant en outre leur métier et/ou leur appartenance à une branche ou une organisation (« maçon P2 », « ouvrier de scierie », « employée sécurité sociale »).

11Au fil des décennies, la part des salariés bénéficiant d’une couverture conventionnelle a progressé. « A la fin 1997, 96,7 % des salariés des établissements de dix salariés et plus et 83,9 % de ceux de moins de dix étaient couverts par une convention de branche, une convention d’entreprise ou un statut d’entreprise publique » (Combault 1999 : 1). Mais la nature des cadres de référence privilégiés dans les accords a évolué. A partir de 1975, l’introduction de « critères classants » (Denimal 1996 : 60 ; Fermanian et Lantin 1999) marquait une évolution vers une représentation plus continue, plus mouvante, moins catégorielle, de l’univers des emplois. L’accord Cap 2000 (sidérurgie 1980) subordonnait la détermination du niveau de classification à une évaluation personnalisée des « compétences » du salarié, et non plus à une cotation du poste occupé. La tendance à l’individualisation des contrats de travail s’amplifiait.

12Comment évolue, dans les années 1990, la fréquence des mots clés les plus caractéristiques des grilles Parodi-Croizat ? Pour répondre à cette question, on se limite au champ des salariés du secteur privé ou semi-public, domaine privilégié d’application des conventions collectives ; la fonction publique nécessiterait une étude spécifique qui ne sera pas entreprise ici.

13La part des salariés qui déclarent leur profession en employant un des mots Ingénieur, cadre, agent de maîtrise, contremaître, technicien, employé, ouvrier, manœuvre, OS, OP, P1, P2, P3, OQ, OHQ était de 21,5 % en 1991, elle n’est plus que de 18,4 % en 1998 (tableau 1).

Tableau I – Termes caractéristiques des grilles parodi-croizat employés dans la réponse à la question ouverte sur la profession, selon la position professionnelle déclarée (%) champ : salariés en emploi dans le secteur privé ou semi-public.

Salariés ayant employé l’un des termes au moins (%)
Q5. Position professionnelle Q1. Termes employés dans le libellé de profession 1991 1998 Indice d’évolution
Cadre, ingénieur « Cadre » ou « ingénieur » 27,2 27,3 100
Agent de maîtrise, technicien « Agent de maîtrise » ou « contremaître » ou « technicien » 28,6 34,5 120
Employé... « Employé » 17,2 12,9 75
Ouvrier a « Ouvrier » 16,6 13,1 78
b « Ouvrier » ou « manœuvre » ou « OS » ou un terme de classifies- b Lion ouvrière (Pl, OHQ, OQ2...) 19,1 13,9 72
Ensemble des salariés du secteur privé et semi-public L’un au moins des termes caractéristiques de la grille énumérés ci-dessus 21,5 18,4 85

Source : INSEE, enquêtes Emploi.

Lecture : en 1991, parmi les personnes qui ont indiqué avoir une position professionnelle de cadre ou d’ingénieur, 27,2 % ont employé le mot « cadre » ou le mot « ingénieur » dans leur réponse à la question ouverte sur leur profession principale.

    

14Pour autant les personnes interrogées se situent sans difficulté sur les grilles de classifications : le taux de non réponses et de réponses « autre » à la question sur la position professionnelle est faible et diminue (6,5 % en 1991, 6,0 % en 1998).

15La tendance au recul de l’usage de ces mots clés n’est pas uniforme. Elle n’affecte que les salariés subalternes, de niveau employé ou ouvrier (indices d’évolution 75 et 72 respectivement). Les réponses en clair seraient plus souvent débarrassées de toute référence à des ensembles plus vastes que la profession – classes ou catégories socioprofessionnelles nommées comme telles. Ainsi « ouvrier maçon » voit sa part reculer de 62 %, tandis que « maçon » tout court progresse de 22 %. Les déclarations de type strictement professionnel prennent le pas sur celles que l’on pourrait appeler, littéralement, « socioprofessionnelles ». Un croisement avec la catégorie socioprofessionnelle telle qu’elle est codée par l’INSEE permet de préciser ces évolutions. Le terme « employé » est en recul chez les employés administratifs d’entreprise (indice 78), en progrès chez les employés de commerce (indice 127). Le recul des références au mot « ouvrier » ou à un terme de classification ouvrière est fort chez les ouvriers de type artisanal (indice 39 chez les qualifiés, 57 chez les non qualifiés) ; il est particulièrement rapide dans les petites entreprises, les communes rurales et les petites villes ; en revanche toutes les tranches d’âge et les deux sexes sont à peu près également concemés.

16À l’opposé, l’usage se maintient de termes valorisants et typiquement « socioprofessionnels » tels que « cadre » ou « ingénieur ». « Ingénieur » est de plus en plus souvent employé seul, sans mention de spécialité.

Le vocabulaire émergent

17« Agent » est en recul parmi les cadres et membres des professions intermédiaires, à peu près stable chez les employés, et en progrès parmi les ouvriers – notamment parmi les ouvriers non qualifiés de type industriel, où sa prévalence atteint 11,2 % en 1998 (figure 1). Le terme « opérateur », moins usuel, connaît le même type d’évolution : recul dans le salariat intermédiaire et progression chez les ouvriers, notamment chez les ouvriers non qualifiés de type industriel. Susceptibles de désigner des emplois tertiaires comme des emplois industriels, des emplois féminins comme des emplois masculins, ces deux mots, souvent présents dans les conventions collectives récentes, évoquent une définition bureaucratique du travail d’exécution. L’apparition de l’expression « agent de propreté » fait immédiatement suite à l’introduction de cette formule, en 1994, dans le texte révisé de la convention collective des entreprises de propreté. Les expressions « agent de fabrication », « agent de production », « agent d’entretien » font partie de celles qui se répandent le plus parmi les ouvriers non qualifiés, en remplacement de termes tels que « O.S. » – composante type du vocabulaire Parodi – ou « femme de ménage » – qui appartient au registre domestique. « Agent de maintenance » progresse chez les ouvriers qualifiés de type industriel, à la place d’» ouvrier d’entretien », qui tend de manière de plus en plus univoque à désigner un nettoyeur ; les « agents administratifs » font suite aux « employés de bureau », ceux de « sécurité » aux « gardiens » et « vigiles ».

Figure 1 – le mot « agent » : un exemple de diffusion descendante

Figure 1 – le mot « agent » : un exemple de diffusion descendante

Champ : salariés du secteur privé et semi-public.

Source : INSEE, enquêtes Emploi.

18Parmi les employés administratifs d’entreprise, « secrétaire » et « comptable » progressent sensiblement, tandis que le mot « employé » (de bureau, de banque, etc.) qui en 1991 était utilisé plus d’une fois sur quatre ne l’est plus qu’une sur cinq en 1998 : un terme « socioprofessionnel » désignant un assez vaste ensemble d’emplois et de professions cède la place à des termes au caractère « professionnel » plus affirmé. Comme « agent », « secrétaire » se diffuse vers le « bas » : le terme (sous la forme principale de « secrétaire de direction ») se raréfie chez les membres des professions intermédiaires, qui préfèrent se déclarer « assistantes de direction ». Comparées aux « secrétaires de direction », les « assistantes de direction » sont plus jeunes, plus diplômées, un peu mieux payées. « Secrétaire » est en 1998 présent de la même manière dans toutes les tranches d’âge, alors que le mot était sur-représenté chez les jeunes en 1991.

19Au sein de la catégorie des contremaîtres et agents de maîtrise, l’usage de la formule « agent de maîtrise » est stable, celui du mot « chef » – presque exclusivement masculin – régresse (d’un tiers à un quart), tandis que « responsable » – plus souvent féminin – progresse de 8,6 % à 15 %. Les termes plus rares d’» animateur (-trice) » et de « gestionnaire » se diffusent au sein des professions intermédiaires. Le vocabulaire du commandement fait place à celui du management, à la logique de la « cité par projets » caractéristique, pour L. Boltanski et E. Chiapello, du « nouvel esprit du capitalisme » (1999 : 154 sq.). On évolue à la fois vers plus d’universalisme – les libellés sont de moins en moins souvent indexés sur des catégories de genre et de secteur et vers une définition du travail faisant plus fortement référence à l’engagement de la personne en tant que telle : plus libre de s’organiser à sa manière, elle est essentiellement confrontée à une obligation de résultat.

  • 5 Les termes dont la fréquence pondérée est aux deux dates inférieure à l/10 000 sont écartés.

20À la différence du langage institutionnalisé et unifié des grilles ParodiCroizat, le vocabulaire managérial est mouvant et flou dans ses contours. Pour réduire l’arbitraire dans sa délimitation, on s’appuie sur l’analyse lexicométrique réalisée par Boltanski et Chiapello de deux corpus de textes sur le management produits les uns dans les années 1959-1969, les autres en 1989-1994 (Boltanski et Chiapello 1999 : 646-650 pour la liste des textes ; p. 653 pour le tableau des termes les plus usuels). Les contextes d’une réponse à une question posée par l’INSEE et d’un livre ou article sur le management étant fort différents, bien des termes fréquents dans le corpus Boltanski-Chiapello sont absents ou quasiment absents dans les libellés de profession (autorité, objectifs, fonction, action, résultats, problèmes, responsabilités, temps, rôle, travail, fournisseur, subordonné, processus, pouvoir, changement, compétences, liberté)5 ; d’autres termes ont déjà été étudiés plus haut (cadre, chef) ; d’autres mots encore sont utilisés dans le corpus des libellés de profession avec un sens assez différent de celui qu’ils revêtent dans la littérature managériale (salarié, surtout utilisé par opposition à indépendant, comme dans « maçon salarié », homme, société, équipe qui apparaît surtout dans « chef d’équipe »). La fréquence des termes restants apparaît au tableau 2.

Tableau 2 - Le vocabulaire du management champ : salariés en emploi dans le secteur privé ou semi-public.

Prévalence (dix-millièmes) Variation Libellé le plus fréquent en 1998 (parmi les libellés comportant le mot clé)
1991 1998
Mots clés des années 1960 351 436 124
Direction 109 97 89 Secrétaire de direction
Organisation 2 4 200 Ingénieur en organisation
Formation 13 17 131 Responsable de formation
Formation 13 17 131 Responsable de formation
Responsable 209 306 146 Responsable de magasin
Groupe 13 9 69 Chef de groupe
Mots clés des années 1960 et 1990 80 126 158
Entreprise 13 16 123 Chef d’entreprise
Système 2 5 250 Ingénieur système
Gestion, gestionnaire 65 105 162 Gestionnaire
Mots clés des années 1990 75 163 217
Réseau 4 11 275 Responsable de réseau
Projet 23 42 183 Chef de projet
Clients, clientèle 15 31 207 Chargé de clientèle
Manager 1 5 500 Manager
Développement 5 l 1 220 Directeur du développement
Vie 3 19 633 Auxiliaire de vie
Qualité 19 40 211 Responsable qualité
Relations 5 4 80 Responsable relations humaines
Ensemble des mots clés du management 506 725 143

Source : INSEE, enquêtes Emploi.

21Cette liste comporte des termes qui, pour être fréquents dans la littérature sur le management, prennent dans le corpus des libellés une signification sans grand rapport avec le management – ainsi le terme « vie », lorsqu’il apparaît dans « auxiliaire de vie ». Le mot « responsable » vient largement en tête, par sa fréquence, dans cette liste de seize termes, et il peut, lui, être considéré comme très représentatif du discours managérial. Il se diffuse massivement aussi bien parmi les cadres que parmi les membres des professions intermédiaires ; son usage est très rare chez les autres salariés (figure 2).

Figure 2 – Le mot « responsable » : un exemple de diffusion horizontale

Figure 2 – Le mot « responsable » : un exemple de diffusion horizontale

Champ : salariés du secteur privé et semi-public.

Source : INSEE, enquêtes Emploi

Conclusion

  • 6 « Les segments [d’une profession] ne sont pas des parties absolument stables, définies pour l’éter (...)

22En dépit de leur foisonnante diversité, les libellés de profession forment des ensembles organisés qui témoignent du grand pouvoir de structuration d’un nombre limité d’institutions – corps de métiers, grandes entreprises, fonction publique – qui financent ou régulent les emplois et leur donnent des noms. L’irruption de termes nouveaux est souvent la conséquence de réformes adoptées par ces institutions. Celles-ci toutefois ne sont pas toutes-puissantes, les PTT par exemple ont échoué à faire passer dans l’usage le terme de « préposé » et La Poste est revenue au simple « facteur ». Derrière le choix d’un mot peut ainsi se profiler un conflit entre une légitimité bureaucratique et une légitimité traditionnelle. Le constant renouvellement des libellés de profession fournit des indicateurs quant aux succès et défaites enregistrés par les professions considérées, dans la perspective de Bucher et Strauss, comme des « mouvements sociaux » (Bucher et Strauss 1992 : 82)6.

23Derrière les mots « ouvrier » et « employé » se dessine une représentation « classiste » de l’univers des emplois qui semble être en recul parmi les salariés peu qualifiés. Les mots « agent » et « secrétaire », tout en se diffusant, sont délaissés par les catégories intermédiaires et supérieures, tandis qu’» ingénieur » ou « cadre » – qui renvoient, comme « ouvrier » ou « employé », à des identités collectives plus vastes qu’une profession – demeurent des valeurs sûres, des « classiques ». Le champ des déclarations de profession présente ainsi une homologie structurale avec celui de la prénomination, où une partie du stock se renouvelle par diffusion du « haut » vers le « bas » tandis que les prénoms « classiques » préservent leur valeur distinctive (Besnard 1979 ; Desplanques 1986 ; Besnard et Grange 1993).

Bibliographie

Besnard, P., 1979, « Pour une étude empirique du phénomène de mode dans la consommation des biens symboliques », Archives européennes de sociologie, 20 : 343-361.

Besnard, P. ; Grange, C., 1993, « La fin de la diffusion verticale des goûts ? Prénoms de l’élite et du vulgum », L’Année sociologique : 269-294.

Boltanski, L. ; Chiapello, E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bucher, R. ; Strauss, A., 1992, « La dynamique des professions », in A. Strauss, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan (traduit par J.-M. Chapoulie d’un article de 1961) : 67-86.

Combault, P., 1999, « La couverture conventionnelle à la fin 1997 », DARES, Premières informations et premières synthèses : 99-07.

Denimal, P., 1996, Les classifications professionnelles, Paris, PUF.

Desplanques, G., 1986, « Les enfants de Michel et Martine Dupont s’appellent Nicolas et Céline », Économie et statistique, 184 : 63-83.

Desrosières, A. ; Thévenot, L., 1991, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Fermanian, J.-D. ; Lantin, J., 1999, Conventions collectives et PCS, Paris, INSEE, Division Emploi, note n° 64/F233.

INSEE, 1983a , Guide des catégories socioprofessionnelles. Nomenclature PCS des professions et catégories socioprofessionnelles, Paris, INSEE.

– 1983b, Index alphabétique pour le chiffrement des catégories socioprofessionnelles,Paris, INSEE.

Kramarz, F., 1991, « Déclarer sa profession », Revue française de sociologie, 32-1.

Thévenot, L., 1983, « L’économie du codage social », Critique de l’économie politique, 23-24: 188-222.

Silvestre, J.-J., 1990, « Formation et qualification », in X. Greffe, J. Mairesse et J. L. Reiffers (éds), Encyclopédie économique, Paris, Economica, t. I : 885-991.

Notes

1 On se limite à des évaluations; un chiffrage plus précis nécessiterait une standardisation orihographique des libellés qui dans le cadre de cette étude n’a été que partiellement menée à bien, de sorte que le nombre des hapax est surestimé.

2 Aux enquêtes Emploi des années 1990-1998, les salariés ont à se situer, à la question AS, dans l’une des dix rubriques suivantes :

  • Manœuvre ou ouvrier spécialisé (OS I, OS2, 0S3, etc.) —Ouvrier qualifié ou hautement qualifié (Pl, P2, P3, TA, OQ, etc.)

  • Agent de maîtrise dirigeant des ouvriers, maîtrise administrative ou commerciale

  • Agent de maîtrise dirigeant des techniciens ou d’autres agents de maîtrise – Technicien, dessinateur, VRP (non cadre)

  • Instituteur, assistant(e) social(e), infirmier(e) et autre personnel de catégorie B de L. fonction publique

  • Ingénieur ou cadre [...]

  • Professeur et personnel de catégorie A de la fonction publique

— Employé de bureau, employé de commerce, agent de service, aide soignant(e), gardienne d’enfants, personnel de catégorie C ou D de la fonction publique

  • Autre cas : préciser [...].

La question Al est posée à toutes les personnes en emploi. Elle porte, de manière ouverte, sur la « profession principale. Intitulé précis de profession ».

Le chiffrage selon la nomenclature des PCS (professions et catégories socioprofessionnelles, le code de la profession comporte quatre chiffres, dont les deux premiers sont ceux de la catégorie socioprofessionnelle) nécessite en outre des informations issues d’autres questions – sur le statut, la distinction public/privé, l’activité de l’établissement, la fonction, la taille de l’entreprise, etc. La hiérarchie des critères de chiffrage n’est pas systématique (INSEE, 1983a et I 983b) ; par exemple un salarié soudeur sera considéré comme un ouvrier qualifié de type industriel s’il déclare une position professionnelle d’ouvrier qualifié, et comme non qualifié s’il déclare une position professionnelle d’OS ou de manœuvre, mais un salarié jardinier sera classé comme ouvrier qualifié, un éboueur comme non qualifié, quelle que soit la position professionnelle déclarée. Les libellés absents du document INSEE 1983b sont traités en fonction de règles qui sont à l’œuvre dans les programmes de chiffrage de la PCS (Colibri, Quid, Sicore) mais qui n’apparaissent dans aucune publication de l’INSEE.

3 La computer assisted persona! interview (CAPO a été introduite de 1992 à 1994, tiers par tiers, dans la collecte de l’enquête Emploi.

4 Le taux de prévalence du libellé « secrétaire » passe de 2,2 % en 1991 2,6 % en 1998 ; « femme de ménage », de 1,3 à 1,2 %; agriculteur, de 1,3 1,1 %; et « comptable » de 1,1 à 1,2 %.

5 Les termes dont la fréquence pondérée est aux deux dates inférieure à l/10 000 sont écartés.

6 « Les segments [d’une profession] ne sont pas des parties absolument stables, définies pour l’éternité, du corps professionnel. Ils sont soumis plus ou moins continuellement à des changements. Ils prennent forme et se développent, se modifient et disparaissent. Ces changements sont imposés par des transformations de leur appareil conceptuel et technique, de leurs conditions institutionnelles de travail, et par des transformations de leurs relations avec d’autres segments et d’autres métiers. Chaque génération entreprend de déchiffrer à nouveau sa raison d’être et son avenir. Au cours de ce processus, les limites se brouillent avec le chevauchement des générations, et la diversité des lieux d’activité professionnelle implique des définitions quelque peu différentes de la situation de travail. Cette fluidité est suscepttble d’entraîner l’émergence de nouveaux groupements.

« Si cette représentation de la diversité et du changement constitue une description réaliste de ce qui se passe à l’intérieur des professions, comment peut-on l’analyser? Tout d’abord, l’effervescence des segments peut être analysée avec profit par analogie avec les mouvements sociaux. Jusqu’ici l’analyse en termes de mouvement social a été limitée aux mouvements religieux, politiques ou de réforme, et à des problèmes tels que les conditions qui déterminent leur apparition, leur recrutement, leurs dirigeants, le développement d’une organisation, les idéologies et les tactiques. On peut se poser les mêmes questions à propos des mouvements qui se développent à l’intérieur des professions » (Bucher et Strauss 1992 : 82-83).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – le mot « agent » : un exemple de diffusion descendante
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 2 – Le mot « responsable » : un exemple de diffusion horizontale
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540