Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

II. Professions et carégories socioprofessionnelles

6. L’architecture des pcs et les évaluations des professions

Yannick Lemel

Texte intégral

1Le système des PCS, rassemblant les professions en catégories socioprofessionnelles elles-mêmes regroupées en grands Groupes, est souvent critiqué. Les critères de regroupements ne seraient plus les bons, la « CS ne marcherait plus », les différenciations sociales s’appuieraient sur d’autres éléments que la profession.

2On va donner dans cet article quelques éléments d’appréciation sur le degré auquel ce système paraît (ou non) en congruence avec les évaluations que font eux-mêmes les Français.

3On utilisera pour cela quelques résultats d’une recherche en cours sur les perceptions et représentations du statut social. Comment organise-t-on les différentes informations que l’on a sur quelqu’un – le genre, information la plus immédiate à obtenir ; l’âge ; la profession ; le niveau de ressources ; le niveau d’éducation ; etc. - pour se faire une idée de son statut social ? L’enquête que l’on utilisera traite de tous ces ingrédients et de la manière dont on les combine. Chaque personne enquêtée devait y évaluer un lot de 26 situations définies par une combinaison de 3, 4, voire plus, des ingrédients élémentaires précédents. Toutes les situations étaient « réelles », chacune d’entre elles (ou presque) ayant été observée dans une enquête. Elles étaient différentes d’une personne à l’autre (il n’y a donc pas deux questionnaires semblables). Dans chaque cas, les personnes devaient attribuer une note, traduisant leur jugement sur le statut social d’un titulaire d’une telle situation (voir Annexe I pour plus de détails). Est-ce que les similitudes et différences entre notes évaluant des situations impliquant des professions paraissent ou non congruentes avec l’architecture des PCS ? Telle sera la question qu’on va examiner.

4Rappelons sommairement l’architecture des PCS. Le point de départ est celui dit des professions, le niveau le plus détaillé correspondant au codage à 4 chiffres. Ces professions sont regroupées ensuite en catégories socioprofessionnelles ; c’est le niveau de codage à 2 chiffres comprenant 42 postes dont 32 concernent les personnes actives. Le niveau suivant, le plus agrégé, est celui des groupes, au nombre de 8 dont 6 concernent les actifs : il regroupe les catégories socioprofessionnelles. Les modalités de ces regroupements cherchent à respecter les principes de classement en usage dans les univers professionnels correspondants. Une place importante est accordée à la distinction entre salariés et indépendants (au sein desquels les agriculteurs sont isolés). Les deux derniers niveaux de cette architecture sont présentés au tableau 1. Pour une présentation détaillée du code, on consultera Desrosières et Thévenot (1992).

Les professions

  • 1 En fait, le nombre de libellés effectivement utilisés est bien plus important car les intitulés ont (...)

5On examine au travers de l’enquête 493 professions différentes, correspondant à 493 libellés différents1 repris (avec quelques aménagements) des déclarations observées dans une enquête de l’INSEE.

6Ce ne sont certainement pas des libellés techniques tels qu’un nomenclaturiste pourrait les formuler mais quelque chose de sans doute plus proche des déclarations qui seraient utilisées pour se présenter dans la vie de tous les jours. La situation d’enquête n’est cependant pas celles des interactions quotidiennes. De plus, les intitulés retenus ont été sélectionnés par choix raisonné dans les 20 à 30 000 intitulés disponibles et non par choix aléatoire, de sorte qu’une intervention supplémentaire – oelle des auteurs de cette recherche – aura aussi contribué à les définir. La question de savoir si les intitulés finalement retenus et proposés à évaluation sont bien « représentatifs » de l’univers des professions est bien naturelle mais aussi bien difficile à résoudre pour toutes sortes de raisons, la plus fondamentale et la plus importante du point de vue qui nous intéresse ici étant qu’on peut se demander ce qui définit « vraiment » une « occupation professionnelle » dans l’esprit des Français. Quelles différenciations font-ils et quel niveau de détail leur paraît pertinents à cet égard ? À quel degré faut-il rentrer dans la description du poste de travail, de l’environnement de l’entreprise, de l’environnement plus général pour les satisfaire ? Pratiquement, on n’en sait trop rien. L’ensemble couvre cependant à peu près tout le champ des catégories socioprofessionnelles à un niveau de détail pas loin de celui du codage à 4 chiffres.

7Une remarque terminologique est nécessaire. Les items du codage à 4 chiffres de la PCS sont appelés « profession » dans le cadre de cette nomenclature. Il s’agit pourtant de quelque chose de moins détaillé et déjà regroupé par rapport à ce que l’on entend ici par profession. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas de correspondance une pour une entre la liste des « professions » au sens de la nomenclature des PCS et celle des « professions » au sens de l’enquête. On utilisera donc, pour souligner le point, des caractères italiques chaque fois que des termes renvoient explicitement aux regroupements de la nomenclature : profession, catégorie socioprofessionnelle, groupe.

Peut-on repérer le statut social de chaque profession ?

8La réponse est plutôt oui. Les personnes interrogées proposent des évaluations pour toutes les professions, quelles qu’elles soient, et ces évaluations sont assez semblables d’une personne à l’autre.

  • 2 Age et sexe étaient tirés au sort de manière à assurer égale probabilité pour les deux sexes et tou (...)
  • 3 On peut imaginer diverses raisons pour lesquelles une évaluation ne serait pas faite : I) on ne con (...)

9Parmi les situations soumises à évaluation, certaines étaient constituées en combinant des professions avec le genre et l’âge du titulaire2. Au total 45 936 évaluations de ce type sont disponibles dans l’enquête, chacune des 493 professions ayant donc été évaluée environ une centaine de fois (93,4 fois en moyenne), dans des conditions à chaque fois différentes : du fait d’un changement d’évaluateur, du fait d’un changement dans le contexte général de l’évaluation (les autres questions du questionnaire varient à chaque fois), ou du fait d’un changement dans les caractéristiques d’âge et de sexe qui accompagnaient la profession soumise à évaluation. A peu près tout le monde se sent une connaissance suffisante pour donner son avis sur à peu près n’importe quelle profession. Ce résultat est vrai quelque soit le sexe (ou l’âge) supposé du titulaire de la profession évaluée. Si on laisse de côté les refus plus ou moins complets de l’enquête, les cas où la personne n’a pas donné son sentiment sur une profession sont en effet rares3 : moins de 2 % (1,8 très exactement) et la variabilité est faible d’une profession à l’autre. Il y a certes quelques cas difficiles : le taux le plus élevé est de 6 % pour le « Tréfileur » mais ce taux tombe rapidement. Cela étant, on notera aussi que ce n’est pas la profession qui suscite le moins de non-évaluation et donc de doute, c’est le revenu, en dernier le diplôme.

10Les notes varient considérablement au sein de 45 936 évaluations. Elles peuvent dépendre de la profession considérée, des caractéristiques d’âge et de sexe associées à la profession, de l’évaluateur lui-même, etc. On peut montrer que les évaluations dépendent en fait très peu de ces caractéristiques d’âge et de sexe (Lemel et Rainwater 1999). De même, les caractéristiques sociodémographiques de l’évaluateur n’influent, elles aussi, que très faiblement sur les résultats. On peut donc laisser en première approximation ces éléments de côté.

11Bien entendu, pour une profession donnée et pour chacune d’entre elles, les évaluations disponibles diffèrent et ne sont pas toutes précisément égales à leur moyenne car les notateurs n’ont pas tous le même jugement. L’écart-type de l’évaluation d’une profession est précisément un indicateur du consensus existant dans la population sur la situation exacte d’une profession. Si la centaine de notateurs d’une profession donnée avaient tous donné la même note, il n’y aurait aucune ambiguïté. Cette variabilité interprofessionnelle, sans être négligeable, est sans commune mesure avec la variabilité interprofessionnelle des évaluations moyennes des différentes professions. La variabilité de l’écart-type des évaluations est bien plus faible que ne l’est la variabilité des évaluations elles-mêmes et le coefficient de variance standardisé des écarts-types moyens est dix fois plus petit que celui des notes moyennes (voir graphique 1 où chaque point correspond à une occupation, les coordonnées mesurant la note moyenne et l’écart-type des évaluations individuelles) : les différences de notes traduisent donc bien (en moyenne) des différences assez unanimement ressenties par la population dans l’appréciation des situations professionnelles.

12On peut se demander si certaines professions suscitent plus de perplexités que d’autres. Il en existe une qui, manifestement, en suscite beaucoup. La cote moyenne en est assez moyenne mais la plage des cotes qui lui sont attribuées varie sans commune mesure avec ce qu’on observe par ailleurs. C’est le « prêtre ». Ces résultats, qui n’étaient pas anticipés, paraissent rétrospectivement assez vraisemblables. Ils contribuent eux aussi à valider les résultats de l’enquête. Une conséquence en est que la catégorie socioprofessionnelle correspondante (la catégorie socioprofessionnelle 44) est donc très différemment évaluée des autres catégories intermédiaires et, à l’aune des évaluations, ne devrait pas être incluse dans ce même groupe 4 des professions intermédiaires.

  • 4 On peut noter qu’il s’agit des variabilités de notes, les variabilités de rang étant certainement e (...)

13Au-delà, si on considère les occupations dont la variance de cote dépasse d’un certain seuil ce que la liaison directe moyenne-variance permettrait de prévoir (comme il existe un lien, faible mais non totalement négligeable, entre la valeur moyenne d’une cote évaluant pour une occupation donnée et la variance de cette évaluation au sein de la population enquêtée, il vaut mieux faire une telle transformation), l’impression qui résulte alors de l’examen des listes ainsi constituées est que ce seraient les professions salariées supérieures et indépendantes (agriculteurs exclus) qui susciteraient le plus faible consensus. Mais la variabilité reste néanmoins faible4.

1411 existe donc bien un certain consensus sur la situation relative de chaque profession. Le contraire eût été fort perturbant pour l’idée même que l’on puisse considérer les professions comme un indicateur pertinent (au moins aux yeux des Français) de la position sociale. Il n’en est rien. Nos résultats confortent bien la pertinence de cette idée et justifient l’usage assez général de la profession comme brique élémentaire de construction de nomenclature de statut ou de classe sociale (Hauser et Warren 1997 ; Lemel 1997), usage retenu aussi par le code des PCS.

15Si le consensus est grand, il ne parait pas cependant total. Pour la suite, il importe donc certainement de tenir compte de la situation moyenne mais il ne faudrait pas oublier que le consensus autour de cette situation moyenne peut varier. On utilisera donc ces deux types d’informations, moyenne et écart-type, parla suite.

Le code des PCS et les regroupements de professions

Le code des PCS

16Il propose des principes pour regrouper en profession, catégorie socioprofessionnelle, groupe les 493 professions étudiées dans l’enquête. Du point de vue qui nous intéresse ici, celui de l’adéquation des regroupements proposés par ce code des PCS aux jugements obtenus dans l’enquête, mieux un regroupement respecte la hiérarchie des évaluations, moins il explique statistiquement la variabilité des réponses car il aura regroupé des occupations ayant reçu les mêmes évaluations et sera donc homogène à cet égard.

17Sous cet angle, le regroupement en professions paraît très satisfaisant. Si les 493 intitulés de profession sont regroupés en 283 professions, la variance expliquée passe de 23 % à 22 % de sorte que pratiquement rien n’a été perdu de la variabilité. En d’autres termes, les occupations que les nomenclaturistes regroupent sous la même occupation du niveau 455 étaient bien jugées de niveau social similaire par les Français. Le passage à des niveaux de regroupements supplémentaires est évidemment plus réducteur mais, là aussi, moins peut-être qu’on n’aurait pu l’imaginer : de 22 % à 17 % pour une réduction de 283 items à 32, puis à 13 % pour un passage à 6 items. Cela étant, il s’agit là de critères très synthétiques, qui, de plus, traitent surtout de moyenne alors que les différences entre professions tiennent aussi, comme on l’a vu, au consensus plus ou moins grand qui les accompagne. C’est aussi (et surtout) aux modalités précises des regroupements qu’il faut s’intéresser et en tenant compte tant des situations moyennes que des variabilités autour de celles-ci. Des éléments de divergence apparaissent alors.

La classification

18Chaque catégorie socioprofessionnelle peut être caractérisée par une plage des notes élémentaires qui sont attribuées aux professions qui peuvent s’y classer. L’utilisation d’une plage de valeurs, non d’une valeur moyenne, permet de tenir compte de cette valeur moyenne mais aussi de la dispersion autour d’elle. Quels sont les regroupements de catégorie qui se feraient sur la base de la similitude de ces plages et sont-ils ceux proposés par la nomenclature des PCS ? Les résultats d’une analyse clustérienne présentée au graphique 2 permettent de le savoir. La méthode utilisée ici est celle de Ward. Elle est présentée à titre illustratif. Les analyses clustériennes peuvent être assez sensibles aux techniques précises utilisées. On a vérifié que dans le cas présent les conclusions étaient assez robustes.

  • 5 31 et non 32, car la catégorie socioprofessionnelle 44 a été exclue de l’analyse compte tenu de ses (...)

19La classification en 6 groupes des 31 catégories socioprofessionnelles5, uniquement opérée sur la base des similitudes dans les plages des cotes des professions relatives à une même catégorie, conduit alors aux regroupements suivants (voir le dendogramme détaillé au graphique 3) :

20Employeurs et indépendants de très haut niveau social sont regroupés ensemble : Chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus (23), Professions libérales (31) ;

21Une partie des cadres supérieurs : Cadres de la fonction publique, Professeurs (34), Ingénieurs (38) ;

22Les professions intermédiaires (42 48, rappelons que 44 a été exclu) complétées d’une autre partie des cadres supérieurs, Professions de l’information, des arts et des spectacles (35) et Cadres administratifs et commerciaux d’entreprise (37) et aussi des « gros » agriculteurs (13) ;

23Une partie des catégories d’employés – Employés de la fonction publique (52), Policiers (53) et Employés administratifs d’entreprise (54) – auxquels s’ajoutent une partie des indépendants, agriculteurs, artisans, commerçants – ceux qui ne sont ni chefs d’entreprise importante, ni ne disposent d’une grande exploitation ;

24Un groupe rassemblant les Employés de commerce (55), et des catégories ouvrières plutôt, mais pas exclusivement, qualifiées (62, 63, 64, 67).

25Un dernier groupe rassemblant les Personnels de service aux particuliers (56) et les autres catégories ouvrières plutôt, mais pas exclusivement, peu qualifiées (65, 68, 69).

26Cette classification n’est évidemment pas pour totalement surprendre (trouver des regroupements complètement orthogonaux à ce que l’on peut savoir par ailleurs des structures inégalitaires en France conduirait, ici encore, à s’interroger sur les résultats de l’enquête). Elle apporte toutefois des éléments d’interrogation de l’architecture des PCS sur certains points :

  • 6 On sait qu’il s’agit d’une distinction en « grandes masses », certaines professions exercées comme (...)

27a. La distinction « salariés-non salariés »6 est un élément assez important pour définir l’architecture des PCS. À l’aune des jugements évaluatifs que nous traitons ici, ce n’est pas le cas. Ces catégories « non salariées » se retrouvent avec d’autres catégories « salariées » dans nombre de cas. Dans le seul cas où se constitue un regroupement homogène de non salariés, il agrège précisément deux catégories socioprofessionnelles séparées dans le code des PCS : Chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus d’une part et Professions libérales de l’autre ;

28Pour ce qui est des catégories non-salariés, une structuration en gros, moyen et petit paraît tout à fait l’emporter sur l’opposition retenue par le code des PCS entre agriculteurs et non-agriculteurs. La catégorie des chefs d’entreprise est nettement à part, puis viennent les Agriculteurs sur grande exploitation, toutes les autres catégories indépendantes enfin ;

29Pour ce qui est des catégories salariées enfin, le groupe des Employés paraît particulièrement peu homogène, de même que le groupe des Cadres, Professions intellectuelles supérieures. Mais on va approfondir ces points, en examinant les résultats d’une analyse limitée aux seuls salariés.

30Le même exercice de classification, réalisé en excluant donc cette fois les catégories « non salariées » (à savoir les Agriculteurs exploitants et les Artisans, commerçants, chefs d’entreprise) et en ne gardant donc que les catégories socioprofessionnelles appartenant aux groupes 3 à 6 (la catégorie 44 étant toujours exclue), conduit aux résultats suivants (que l’on voit d’ailleurs bien sur le seul graphique 2).

31Deux ensembles s’assimilent aux groupes 2 et 3 respectivement, à l’anomalie près que la catégorie socioprofessionnelle des Professions de l’information, des arts et des spectacles (35) est plutôt à assimiler au groupe des Professions intermédiaires qu’à celui des cadres supérieurs. Un autre ensemble groupe une partie des Employés (52, 53, 54). Un dernier regroupe toutes les catégories ouvrières et le reste des Employés (56, 57). Si une division supplémentaire devait être faite, c’est ce groupe qui éclaterait mais on notera (voir le dendogramme au graphique 4) que chacun des deux sous-groupes résultant comprendrait à la fois des employés et des ouvriers (on retrouve exactement les deux derniers regroupements présentés ci-dessus lors de l’analyse d’ensemble).

Que conclure de l’exercice ?

32Premier point. L’opposition salariés-indépendants ne paraît pas jouer, dans les évaluations directes données par les personnes, un rôle aussi structurant que celui qui lui est donné dans l’architecture de codes des catégories socioprofessionnelles. De ce point de vue, les propositions de Pierre Bourdieu paraissent plus proches de ces représentations puisqu’on retrouve dans La Distinction des indépendants dans chacun des trois grands ensembles « Classes populaires », « Petite bourgeoisie », « Classes dominantes » et que, de plus, l’importante différence au sein de la classe dominante entre la fraction de classe possédant un fort capital économique et celle qui ne le possède pas se retrouve très exactement au travers du regroupement des Chefs d’entreprise (23) avec les Professions libérales (31). Le classement des artisans, des commerçants dans la « Petite bourgeoisie », des agriculteurs dans les « Classes populaires » ne paraît pas par contre se retrouver aussi nettement (mais leur hétérogénéité est marquée et bien entendu les jugements ont pu se modifier considérablement depuis les années 1960).

33Second point : il est souvent débattu de la moyennisation, de la montée des classes moyennes. Bien entendu, les classements ici effectués n’épuisent certainement pas la question mais un point au moins est clair : il ne semble pas se dégager dans les représentations une vaste nébuleuse qui unirait dans un même continuum une large part des Cadres supérieurs, des Professions intermédiaires, des Employés, des Indépendants, voire une partie des Ouvriers. Si le groupe des Professions intermédiaires peut être vu comme le noyau d’un ensemble plus large, le monde ouvrier y reste étranger ainsi que la quasi-totalité des cadres supérieurs. De plus, les historiques des analyses clustériennes suggèrent qu’il faut garder au moins 5 ou 6 groupes pour raisonnablement rendre compte de la diversité des évaluations (voir l’indicateur résumé indiquant pour chaque dendogramme l’évolution du pouvoir explicatif des regroupements). Sous cet angle (et toujours à l’aune du critère d’appréciation utilisé ici), la nomenclature des catégories socioprofessionnelles ne paraît pas particulièrement dépassée.

34Troisième point enfin. Deux groupes paraissent particulièrement hétérogènes : Le groupe 2, celui des Artisans, commerçants, chefs d’entreprise d’abord : on a vu ci-dessus que les chefs d’entreprise étaient évalués très différemment des artisans et commerçants. Celui des Employés (5) ensuite qui contient deux sous-ensembles nettement différenciés : les jugements portés par les Français sur le statut social de ces catégories confortent tout à fait les analyses de Bumod et Chenu (2001) sur le même sujet.

Du rôle propre des catégories socioprofessionnelles. Les professions, moyen ou fin ?

35Une proposition assez récente en matière d’échelle de statut social fondé sur la profession, l’ISEI, calcule (avec des modalités techniques assez complexes) la cote de chaque profession de manière à ce qu’elle mesure au mieux le revenu qu’elle procure compte tenu du diplôme nécessaire pour l’occuper (Ganzeboom et al. 1992). Le système des professions est vu comme un opérateur permettant de répartir les individus dans des positions d’inégal accès aux ressources économiques en fonction de leur réussite scolaire. À nombre d’égards, la profession apparaît dans ces analyses moins comme une composante intrinsèque du statut social que comme une donnée intermédiaire et utilitaire.

36On peut tout à fait critiquer la position adoptée par les auteurs de l’ISEI tant pour des raisons pratiques que théoriques. Le système de stratification sociale semble, en particulier, un peu trop réduit par une telle démarche à ses seules dimensions économiques. II n’en reste pas moins que se pose une question à laquelle seules les observations permettent de répondre : qu’est-ce qui compte aux yeux des personnes dans leur appréciation du statut social d’une position parmi ces trois éléments : l’éducation, le revenu, la profession ? La profession, l’appartenance à un ensemble professionnel confèrent-elles par elles-mêmes un surcroît de considération sociale ? Ou bien, n’est-il qu’un intermédiaire ? Or, parmi les situations proposées à évaluation, un certain nombre était précisément constitué par combinaison de ces trois ingrédients. On est donc en mesure de voir ce qui, aux yeux des évaluateurs, apparaissait important.

  • 7 De plus, d’autres éléments intervenaient pour caractériser la situation, mais leur effet est de sec (...)

37On trouvera au graphique 5 les comparaisons entre la note moyenne attribuée à une situation comprenant les trois informations - diplôme, revenu, profession - et ce qu’aurait été cette note moyenne dans les hypothèses où seul le diplôme est important aux yeux de l’évaluateur, seul le revenu l’est, seuls diplôme et revenu ensemble le sont. La comparaison de ces notes avec la note moyenne observée donne une indication sur l’importance propre effectivement accordée à la profession. Il ne faut pas prendre les résultats trop au pied de la lettre car ils reposent sur des hypothèses particulières sur la manière dont les éléments sont de fait combinés, ici effet additif, avec fonction quadratique du log du revenu7. Ils permettent cependant d’obtenir des indications sur les ordres de grandeur en cause.

38Ces réserves faites, il apparaît que la note est assez bien prédictible avec la seule connaissance du revenu et du niveau d’éducation pour beaucoup de catégories socioprofessionnelles. Dans certains cas, on observe au contraire un effet propre de la catégorie socioprofessionnelle.

39Dans le premier cas - la note attribuée ne dépend essentiellement que du niveau d’éducation et du revenu, mais pas de la profession - se trouvent toutes les catégories indépendantes, agriculteurs, commerçants et patrons. En particulier, de manière nette, la cote très élevée des patrons ne paraît pas être la conséquence d’une surévaluation inirinsèque de ces occupations pour elles-mêmes.

40De même, la seule connaissance du revenu et du diplôme suffit pour prévoir le statut social attribué aux catégories intermédiaires.

41Par contre, - c’est le second cas -, une légère sur-appréciation (à diplôme et revenu fixés donc) de certaines catégories de cadres supérieurs - ceux qui se regroupaient ensemble lors de la première analyse présentée plus haut - existe de même qu’une légère sous-appréciation des catégories ouvrières et aussi des Personnels de services directs aux particuliers (regroupé, comme on l’a vu plus haut, avec des catégories ouvrières).

42On notera, par ailleurs, que le niveau de ressources a manifestement un poids plus important que le niveau d’éducation, avec peut-être une exception pour ce qui est des professions salariées supérieures.

43Si on retourne maintenant aux conclusions générales précédemment évoquées à propos de l’architecture du code des PCS, il se confirme bien qu’il n’y a pas dans les représentations des statuts sociaux des différentes professions de traitement particulier des catégories indépendantes : elles ne sont ni plus (ni moins) valorisées du fait de leur statut d’indépendants et l’hétérogénéité de leur ensemble s’explique par l’hétérogénéité de leurs situations économiques. Les spécificités d’une partie des cadres supérieurs, de l’ensemble des catégories ouvrières (auxquelles il faut certainement associer les personnels de service) paraissent, elles aussi, attestées.

Conclusion

44Il va de soi qu’il existe bien des critères d’appréciation et qu’il peut être tout à fait fondé, sociologiquement parlant, de regrouper des occupations dont les évaluations sont fortement différentes ou d’en éclater qui seraient très semblables. Un regroupement mécanique fondé sur la seule appréciation conduit, on l’a vu, à ne pas faire de distinction entre salariat et non-salariat, distinction certainement fort pertinente par ailleurs. La structuration « objective » d’une nomenclature établie par des professionnels doit-elle correspondre à la hiérarchie « subjective » des appréciations individuelles ? Certainement pas, mais, même si l’homologie parfaite ne peut être imposée, il serait quand même fâcheux de constater un divorce complet entre les deux : la structuration objective se doit un minimum de rendre compte de l’organisation des représentations subjectives. Réciproquement, les décalages éventuels sont un élément de questionnement : quelle raison profonde justifie de s’écarter de ce qui apparaît comme l’opinion générale ?

45De fait, si les très grandes lignes de l’architecture de la nomenclature des PCS se retrouvent au travers des évaluations de prestige que les individus portent sur diverses professions, il n’en est pas de même de ses détails et de certains détails importants. L’ancrage de la PCS dans les professions, les grandes distinctions qu’elle sous-tend ne paraissent pas, contrairement à des critiques qui lui sont parfois faites « de ne plus rien signifier », être en complet décalage avec les représentations ordinaires des statut sociaux. L’importance accordée dans la construction du code des PCS à certains éléments objectifs des positions professionnelles paraît plus questionnable, ces éléments semblant en avoir beaucoup moins aux yeux des Français eux-mêmes. Le statut d’indépendance, la distinction cols bleus-cols blancs, la place particulière des agriculteurs en sont de bons exemples. Et au-delà, il y a le fait que les professions semblent surtout constituer pour les Français une information bien identifiable et pertinente pour « situer » socialement quelqu’un plutôt qu’une information irréductible à d’autres.

    

Annexe I. La question posée et les indicateurs utilisés.

L’enquête

L’enquête a été réalisée en 1998 sur un échantillon représentatif de la population française en combinant face à face et voie postale. On dispose in fine de 3000 questionnaires renseignés environ.

Chaque personne enquêtée recevait un lot de 26 situations à évaluer, les situations étant définies par une combinaison de 3, 4, voire plus, informations élémentaires. Les lots et combinaisons étaient constitués par tirage au sort, c’est-à-dire que chacun des 3000 questionnaires est une pièce originale. Les modalités pratiques et techniques ne seront pas détaillées ici, on indiquera simplement que le tirage est fait de manière à ce que chaque lot comprenne un tiers de situation plutôt en haut de la hiérarchie sociale, un tiers en bas, un tiers au milieu. Dernier point important : toutes les situations sont « réelles », chacune d’entre elles (ou presque) ayant été observée dans une enquête.

À chacune des 26 situations, les personnes devaient attribuer une note, traduisant leur jugement sur le statut social d’un titulaire d’une telle situation.

La question

L’enquêté devait donner son appréciation de la situation décrite dans le corps des questions en utilisant une même échelle qui est explicitement présentée comme pouvant dépasser 100 mais doit pouvoir s’inscrire dans un bac à 4 chiffres (plus grande valeur a priori donc 9999).

La question posée est la suivante :

« Le respect, le prestige, la considération, la notoriété dépendent de nombreux éléments : niveau d’éducation, métier (actuel ou passé), ce qu’on a gagné, la manière dont on se comporte, le lieu où on réside, etc. Indiquez-nous comment, à votre avis, les Français jugent en général tel ou tel cas que nous allons vous présenter. »

C’est volontairement que le libellé est le plus large possible. Ceci évitait des perplexités éventuelles et on sait, par ailleurs, que la réponse exacte est peu sensible aux libellés employés dans ce type d’enquête. La corrélation avec l’échelle française évaluée par Chambaz et al. (1998) est ainsi très forte.

La question est posée en différentiel : il est demandé à la personne de donner un score de 200 si la situation est deux fois meilleure que la situation moyenne, plus ou moins explicitement cotée à 100. La gamme d’évaluation proposée n’est pas finie (de 0 à 20 par exemple) mais infinie, dans une logique de rapport d’échelle. Ce n’est pas l’écart qui compte (de 200 100, il y a 100) mais le rapport (200 signifie 200/100 = 2 fois meilleure).

L’indicateur

Dans le paragraphe précédent, le point de référence pour les jugements est supposé être le même pour tous : de 100. On peut se demander si c’est bien le cas. Tout le monde devrait donner la même note moyenne, aux aléas d’échantillonnage des questions près, aux questions d’évaluation ou au sous-ensemble de ces questions qui traitent des situations présentées dans le questionnaire comme « moyenne » (« le travail d’une secrétaire, d’un plombier ou d’un employé dans une banque »). Or, il existe des variations. Par contre, la moyenne des évaluations de sa situation personnelle diffère peu de la moyenne des évaluations que l’on donne sur le panel des autres situations.

Tout cela conduit à prendre une échelle reflétant cet aspect différentiel mais par référence à un point d’ancrage qui peut différer d’un individu à l’autre et dont la moyenne des notes attribuées fournit une estimation. On peut vérifier alors qu’un tel indicateur présente bien statistiquement les propriétés d’une échelle différentielle. La distribution logarithmique, en particulier, en est à peu près normale.

1 – Variabilité des notes en fonction de la note moyenne, par profession.

1 – Variabilité des notes en fonction de la note moyenne, par profession.

2 – Les plages des appreciations individuelles pour les professions relatives à une même catégorie socioprofessionnelle.

2 – Les plages des appreciations individuelles pour les professions relatives à une même catégorie socioprofessionnelle.

Note : Chaque catégorie socioprofessionnelle correspond à une colonne. La plage des valeurs des cotes données par les évaluateurs à des professions classables dans la catégorie socioprofessionnelle est indiquée par le rectangle allongé (couvrant 50% des réponses observées) et les 2 limites inférieure et supérieure en tirets (couvrant 80%). Si les distributions étaient normales (ce qu'elles sont très approximativement), l'intervalle [m-s, m+s] couvrirait environ 70 % des cas, l'intervalle [m-2s, m+2s], 95%.

3 – Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, « clergé exclu ».

3 – Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, « clergé exclu ».

Note : Le dendogramme se lit comme suit. Chaque ligne correspond à une catégorie socioprofessionnelle. Celles-ci sont progressivement regroupées suivant le degré auquel la plage des notes qui ont été attribuées à des professions classables en leur sein est ou non similaire. Au départ, toutes les catégories socioprofessionnelles sont séparées, elles sont toutes agrégées in fine. L’indicateur en dessous du dendogramme mesure l’apport de chaque nouveau regroupement par rapport aux regroupements antérieurs.

4– Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, catégories « Salariée » seulement, « clergé » exclu.

4– Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, catégories « Salariée » seulement, « clergé » exclu.

Note : Le dendogramme se lit comme suit. Chaque ligne correspond à une catégorie socioprofessionnelle. Celles-ci sont progressivement regroupées suivant le degré auquel la plage des notes qui ont été auribuées à des professions classables en leur sein est ou non similaire. Au départ, toutes les catégories socioprofessionnelles sont séparées, elles sont toutes agrégées in fine. L’indicateur en dessous du dendogramme mesure l’apport de chaque nouveau regroupement par rapport aux regroupements antérieurs.

5 – Évaluation moyenne de chaque catégorie socioprofessionnelle et valeur de ce qu'aurait été l'évaluation en fonction des seuls diplôme et revenu.

5 – Évaluation moyenne de chaque catégorie socioprofessionnelle et valeur de ce qu'aurait été l'évaluation en fonction des seuls diplôme et revenu.

Bibliographie

Bourdieu, P., 1979, La Distinction, Paris, Éditions de Minuit.

Burnod, G. ; Chenu, A., 2001, « Employés qualifiés et non qualifiés. Une proposition d’aménagement de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles », Travail et Emploi, 86 : 87-105.

Chambaz, C. ; Maurin, E. ; Torelli, C., 1998, « L’évaluation sociale des professions en France. Construction et analyse d’une échelle des professions », Revue française de sociologie, XXXIX-1.

Desrosières, A. ; Thévenot, L., 1992, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Ganzeboom, H. ; Graaf (de), P. ; Treiman, D., 1992, « A Standard International Socio-economic index of Occupational Status », Social Science Research, 21 : 1-56.

Hauser, R. M. ; Warren, J.-R., 1997, « Socio-economic Indexes for Occupations : A Review, Update and Critique », Sociological Methodology, vol. 27.

Lemel, Y., 1997, « Le repérage des positions sociales dans les travaux comparatifs internationaux », in E. Dupoirier et J.-L. Parodi, Les indicateurs sociopolitiques aujourd’hui, Paris, L’Harmattan : 69-96.

Lemel, Y. ; Rainwater, L., 1999, « The Age and Gender Components of Perceived Social Status in France. First Results », Communication au Meeting du RC28, ISA, Varsovie, May.

Notes

1 En fait, le nombre de libellés effectivement utilisés est bien plus important car les intitulés ont été féminisés si nécessaire et quelques petites variantes orthographiques ont parfois été introduites : toutes ces variations seront laissées de côté ici.

2 Age et sexe étaient tirés au sort de manière à assurer égale probabilité pour les deux sexes et toutes les tranches d’âge. L’évaluation faite est donc en moyenne corrigée de tout halo imputable aux idées que les évaluateurs auraient pu avoir sur l’âge et le sexe supposé d’un titulaire d’une telle profession.

3 On peut imaginer diverses raisons pour lesquelles une évaluation ne serait pas faite : I) on ne connaît pas la profession, 2) on la connaît, mais il y a perplexité sur son évaluation, 3) c’est le hasard pur qui joue et a conduit à ne pas répondre : fatigue, aléas divers, ras le bol. La variabilité des évaluations (quand elle est donnée) peut être considérée comme un indicateur du degré d’incertitude existant dans la population sur une profession (cas 2). Or, il n’y a pas de lien statistique de cette variable avec le taux de non-évaluation : celui-ci reflète donc sans doute plutôt le cas I et peut être considéré comme un indicateur de non-connaissance. Ce n’est sans doute pas le doute sur la cote mais bien la connaissance qui est en cause derrière le taux de non déclaration. Cette non-connaissance (ressentie, bien sûr) parait faible.

4 On peut noter qu’il s’agit des variabilités de notes, les variabilités de rang étant certainement encore beaucoup plus faibles.

5 31 et non 32, car la catégorie socioprofessionnelle 44 a été exclue de l’analyse compte tenu de ses particularités.

6 On sait qu’il s’agit d’une distinction en « grandes masses », certaines professions exercées comme indépendant pouvant étre classées par la nomenclature des PCS comme leur équivalent exercé comme salarié mais il s’agit plutôt d’exceptions.

7 De plus, d’autres éléments intervenaient pour caractériser la situation, mais leur effet est de second ordre.

Table des illustrations

Titre 1 – Variabilité des notes en fonction de la note moyenne, par profession.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 2 – Les plages des appreciations individuelles pour les professions relatives à une même catégorie socioprofessionnelle.
Légende Note : Chaque catégorie socioprofessionnelle correspond à une colonne. La plage des valeurs des cotes données par les évaluateurs à des professions classables dans la catégorie socioprofessionnelle est indiquée par le rectangle allongé (couvrant 50% des réponses observées) et les 2 limites inférieure et supérieure en tirets (couvrant 80%). Si les distributions étaient normales (ce qu'elles sont très approximativement), l'intervalle [m-s, m+s] couvrirait environ 70 % des cas, l'intervalle [m-2s, m+2s], 95%.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre 3 – Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, « clergé exclu ».
Légende Note : Le dendogramme se lit comme suit. Chaque ligne correspond à une catégorie socioprofessionnelle. Celles-ci sont progressivement regroupées suivant le degré auquel la plage des notes qui ont été attribuées à des professions classables en leur sein est ou non similaire. Au départ, toutes les catégories socioprofessionnelles sont séparées, elles sont toutes agrégées in fine. L’indicateur en dessous du dendogramme mesure l’apport de chaque nouveau regroupement par rapport aux regroupements antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre 4– Analyse clustérienne fondée sur les évaluations des professions regroupées dans une même catégorie socioprofessionnelle, catégories « Salariée » seulement, « clergé » exclu.
Légende Note : Le dendogramme se lit comme suit. Chaque ligne correspond à une catégorie socioprofessionnelle. Celles-ci sont progressivement regroupées suivant le degré auquel la plage des notes qui ont été auribuées à des professions classables en leur sein est ou non similaire. Au départ, toutes les catégories socioprofessionnelles sont séparées, elles sont toutes agrégées in fine. L’indicateur en dessous du dendogramme mesure l’apport de chaque nouveau regroupement par rapport aux regroupements antérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre 5 – Évaluation moyenne de chaque catégorie socioprofessionnelle et valeur de ce qu'aurait été l'évaluation en fonction des seuls diplôme et revenu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540