Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

I. Sociologie des professions : bilan critique

3. Les professions et la sociologie historique

Lucien Karpik

Texte intégral

1L’intérêt porté à la sociologie historique des professions ne tient pas à une prolifération de conceptualisations, de théories ou de méthodes qui appellerait la comparaison critique mais, à l’inverse, à la relative rareté des écrits qui se rattachent à cette perspective. Comment se fait-il qu’une tradition sociologique majeure ne se retrouve guère dans ce domaine de connaissance ? Faut-il expliquer la discrétion de cette démarche par les contraintes qu’elle rencontre et les investissements qu’elle réclame ? Ou faut-il considérer que les schémas historiques globaux se révèlent inadaptés à ces réalités intermédiaires que sont les professions ? Ou encore, et plus généralement, faut-il admettre que la sociologie systématique présenterait des avantages décisifs sur la sociologie historique ?

2Pour rendre compte de ce déséquilibre, on entend proposer des éléments de réponse à deux interrogations : est-ce que la faible référence à l’histoire ne serait pas inscrite dans le mode de constitution de la discipline ? Ne serait-il pas possible de montrer, sans poser la question de la validité relative des types de connaissance, qui serait ici hors de propos, la fécondité de la sociologie historique ? On examine donc successivement les contraintes inscrites dans la tradition de cette discipline et, sous les deux formes différentes de la fonction critique et de la portée théorético-pratique, l’utilité de la perspective socio-historique avant d’identifier les conditions d’un savoir vraiment général.

Les contraintes théoriques inscrites dans l’histoire de la discipline

3La sociologie des professions des années 1970-1990 est marquée par des conflits théoriques aigus et des changements majeurs. Vers la fin de cette période, une sociologie fonctionnaliste subsiste, modeste mais bien réelle, tandis que la théorie du contrôle du marché occupe, tout au moins pour les avocats, la position dominante. Bien entendu la scène théorique est plus diversifiée – il faudrait mentionner l’école de Chicago, l’interactionnisme, les œuvres de Freidson, d’Abbott et de quelques autres – mais l’examen de ces deux corps théoriques suffit à montrer que sur cette longue période, et au-delà des bouleversements, un soubassement commun, resté inchangé, aurait orienté le développement de la théorie.

Le fonctionnalisme

4On ne peut comprendre la position stratégique du fonctionnalisme, dans les années 1950-1960, et la violence corrélative de la critique qu’elle devait susciter dans les années 1970, sans mettre en évidence son projet et le lien qu’elle a su construire avec les professions. Le terme désigne une théorie générale qui aurait pour vocation d’intégrer tous les domaines spécialisés et quelques-unes des figures les plus importantes – Barber, Goode, Merton, Parsons et d’autres – ont apporté leurs contributions à une sociologie des professions qui en a retiré un grand prestige.

5Pour construire la profession comme objet de recherche, le fonctionnalisme était confronté, à l’époque, à deux arguments généraux contradictoires : d’une part, la connaissance était considérée comme une réalité précieuse et fragile qui ne pouvait être que désorganisée voire détruite par le contrôle démocratique et, d’autre part, ceux qui disposaient de la compétence pour prendre en charge la connaissance – les experts –, loin d’être définis par leur disposition à satisfaire les « besoins » des systèmes sociaux, étaient considérés comme des acteurs égoïstes fondamentalement mus par leurs intérêts matériels.

  • 1 Cf Barber 1963; Goode 1957; Merlon et al. 1985.

6La méta-théorie des professions a représenté la solution de conciliation. Pour éviter que, dans la relation de service, les experts ne soient portés à abuser de leur position de pouvoir, et puisque le contrôle instauré par les profanes sur les usages d’un savoir ésotérique ne peut que se révéler inefficace et dangereux, le pouvoir doit être exercé non par la « société » mais par la « communauté ». Par ce retournement paradoxal – l’autocontrôle de ceux qui ne peuvent être contrôlés – la profession fonde l’accomplissement de sa tâche sur un équilibre quasi contractuel : les avantages symboliques et matériels – monopole, auto-gouvernement, prestige et revenus élevés – ne lui sont concédés qu’en contrepartie de la surveillance éthique qu’elle exerce sur ses membres1.

7Alors que la sociologie des pays européens, largement influencée par le marxisme et le wébérianisme, était plus orientée vers l’étude des réalités globales comme le capitalisme, les classes sociales ou l’État, la perspective fonctionnaliste offrait des outils pour traiter des groupes intermédiaires en général et des professions en particulier, délimitait un ensemble de problèmes autour de la thématique de la conformité/déviance (socialisation, contrôle social, rétributions), et corrélativement, présentait des limitations systématiques : absence du marché, du politique, et une histoire assimilée à un évolutionnisme simpliste en vertu duquel le mouvement des professions se trouvait projeté sur la dimension qui va de l’imperfection à la perfection du modèle idéal incarné par les médecins ou les avocats.

  • 2 Cf. Klegon 1978; McKinley 1973; Roth 1974.

8Dans les années 1970, la sociologie critique, poursuivant et élargissant une ancienne querelle taxinomique, s’engageait dans une triple dénonciation du fonctionnalisme : il ne ferait rien d’autre que reproduire les idéologies professionnelles, il représenterait une mystification ou une illusion permettant aux professions de maintenir ou de renforcer leurs rétributions symboliques et matérielles ; enfin, les sociologues, vendus ou manipulés, lucides ou aveugles, ne seraient que les « serviteurs du pouvoir »2. Cette triple critique débouchait sur une revendication centrale : seule l’histoire pouvait écarter la représentation de la profession comme un « donné », rendre intelligible la dynamique interne et externe de la collectivité et les moyens employés pour acquérir pouvoir et privilèges.

La théorie du contrôle du marché

9Dans ce contexte, le livre de Magali Larson aurait pu servir de nouveau programme de recherches (Larson Sarfatti 1977). Cette étude socio-historique fondée sur la comparaison de plusieurs professions aux USA et en Angleterre, aux xixe et xxe siècles, combinait la tradition européenne, avec Marx, Weber et Polanyi, et la tradition américaine, associait cadre historique et action collective, intégrait les transformations du marché et les changements des systèmes symboliques, en particulier l’influence exercée par l’Université. Quoiqu’elle eût tout pour fonder une nouvelle perspective – l’ampleur, l’érudition et même une certaine obscurité –, peut-être parce qu’elle était trop complexe, peut-être pour d’autres raisons, c’est une version rustique de cette analyse subtile qui devait s’imposer en particulier pour les avocats.

  • 3 « Because most lawyers in the common law worid are private practitioners, the market for their ser (...)

10Le nouveau point de vue repose sur le postulat que le secret de la profession, masqué par l’idéologie, n’est rien d’autre que la primauté assignée au marché3. La sociologie doit dès lors s’attacher à étudier toutes les techniques et toutes les ruses monopolistiques employées par les avocats orientés vers la recherche du profit maximal afin de « contrôler » le marché, soit par la réduction de l’offre soit par l’accroissement de la demande (Abel 1988, 1989 ; Abel et Lewis 1988, 1989). Cette perspective permet de considérer les caractéristiques de la profession – auto-gouvernement, moralité professionnelle, indépendance, contrôle à l’entrée, concurrence interne modérée, etc. – comme autant d’instruments délibérément employés pour créer et s’approprier la rente économique et, par là, renforcer durablement les privilèges matériels et symboliques.

11L’universalisme de l’intérêt matériel dissipe certes toute « illusion » et permet d’appliquer ce schéma à toutes les professions quels que soient le pays ou la période historique, mais le coût de ce choix est élevé : non seulement rien ne reste pour distinguer la profession d’un agent économique quelconque, mais de plus, cette théorie ignore non seulement le politique mais aussi l’histoire puisque la stratégie monopolistique n’est que l’éternelle répétition, dans des contextes différents, de la quête égoïste des intérêts matériels.

  • 4 Burrage 1989; Halliday 1987; Karpik 1988; Rueschemeyer 1989; Siegrist 1986.

12Bien qu’il soit schématique, cet examen montre, au-delà de la diversité des démarches théoriques, que l’absence de la dimension historique (et avec elle, celle du politique) est constitutive du modèle anglo-saxon de la profession. Cette exclusion, qui a si largement orienté l’évolution de la discipline, s’enracine de fait dans une conscience commune de la réalité américaine dominée par la question de l’intégration sociale et la question du marché qui se retrouvent, respectivement, au fondement du fonctionnalisme et de la théorie du contrôle du marché. On peut dès lors comprendre que ceux qui ont voulu coucher la réalité européenne sur ce lit de Procuste aient rencontré quelques difficultés et qu’en somme la remise en cause de l’ethnocentrisme était bien la condition première d’un enracinement de la sociologie des professions en Europe4.

La force critique de la sociologie historique

13Plutôt que de comparer quelques interprétations socio-historiques, il a semblé plus utile, en s’appuyant sur un travail personnel consacré à une profession – les avocats (Karpik 1995) – de rendre manifeste la force critique que ce genre de démarche contient en ce qu’étendant largement les conditions de la comparaison dans le temps, elle peut s’appuyer sur une diversité qui reste l’un des moyens les plus efficaces pour fixer les conditions de pertinence d’un concept et les limites de vérité d’une interprétation.

Critique de l’ethnocentrisme

  • 5 L’avocat est défini « par la consultation juridique, la rédaction d’actes et la défense judiciaire (...)

14Une tâche a longtemps rassemblé les auteurs qui se sont consacrés à l’étude des professions : la construction d’une définition unitaire de l’objet d’étude. C’est autour de cet accord intersubjectif que les sociologies ont cru pouvoir fonder l’existence et la singularité de leur discipline ce qui explique la violence et la durée d’une polémique – la querelle taxinomique des années 1960 - dont il n’est pas certain que, sous une forme certes apaisée, elle ne continue de conserver quelque actualité. Or dans l’étude sur les avocats, c’est le refus de toute définition préalable de la profession (sauf sous la forme la plus générale possibles5) qui a fondé les conditions de l’enquête pour la seule raison que l’historicité ouvre des possibilités multiples. L’indétermination première de la notion est donc la condition logique pour pouvoir construire le système de désignations qui correspond à la diversité de la réalité concrète. C’est elle qui a permis, en s’appuyant sur une analyse poursuivie sur une période de sept siècles, de mettre en évidence trois formes historiques de la profession d’avocat : le barreau d’État, le barreau classique et le barreau composite.

15On n’entre pas ici dans l’argumentation qui fonde cette interprétation mais on voudrait en tirer trois conséquence. Tout d’abord, le concept de profession, loin d’être unitaire, prend trois significations différentes : le barreau d’État représente une réalité analogue à celle d’un grand corps de l’État, le barreau classique se trouve défini par l’auto-gouvemement, l’indépendance collective et l’engagement politique tandis que le barreau composite, marqué par le développement du barreau d’affaires, se trouve soumis à des forces et des tensions contradictoires qui sont en voie de conduire à une redéfinition de la collectivité. Les trois formes historiques sont qualifiées par autant de formes d’organisation différentes de la profession. Ainsi la définition anglo-saxonne de la profession contemporaine – la maîtrise d’une théorie systématique, l’auto-gouvernement, le code éthique, la relation de service –, qui domine la sociologie actuelle, non seulement ne se distingue par aucune généralité, mais de plus, pour la France, vaut surtout pour le passé, pour le barreau classique qui s’étend de la fin du xviie siècle jusqu’au milieu du xxe siècle.

16Ensuite, chacune des formes historiques de la profession combine l’ensemble des réalités constitutives de la collectivité – culturelles, politiques, sociales, économiques – selon un principe d’organisation dominant : le rapport à l’État, le rapport au « public » et le dualisme conflictuel impulsé parle développement du barreau d’affaires et qui trouve son expression dans le dualisme du rapport au public et du rapport au marché. L’existence de trois principes de cohérence manifeste une histoire fondée sur la discontinuité et congédie l’évolutionnisme.

17Enfin la conception anglo-saxonne de la profession désigne l’organisation sociale d’un métier. Or cette perspective, qui n’a jamais été remise en cause tant elle semble aller de soi, se révèle, au moins pour la France, particulièrement réductrice puisqu’en particulier le barreau classique a été à la fois un métier et un mouvement politique : les avocats ont pratiqué la défense et ont fait partie des bâtisseurs de la société libérale.

18La perspective socio-historique permet donc d’évacuer une définition unitaire de la profession et une conception unitaire du mode d’engagement du métier dans la société.

Critique des évidences théoriques

19La sociologie historique peut aussi, parce que la diversité est son domaine, conduire à remettre en cause des interprétations qui ont accédé au statut d’évidences théoriques ; on le montre pour les relations, en France, entre l’État et les groupes intermédiaires et pour la position théorique assignée au marché.

20Depuis Tocqueville, la lutte de l’État contre les groupes intermédiaires fait partie de « l’exception française » : elle participerait de la formation d’un État centralisé acharné à concentrer les pouvoirs. Cette thèse, largement reprise par les analystes anglo-saxons, ne saurait semble-t-il être mise en cause même lorsque les faits, qui devraient la confirmer, semblent se dérober. Ainsi, lorsque Suleiman explique que l’État n’a pu obliger les notaires à se réformer parce que, cette fois-ci, l’État serait faible et la profession puissante, il ne fait ainsi que maintenir le schéma traditionnel tout en inversant les signes (Suleiman 1987). En somme, les rapports entre l’État et les groupes intermédiaires, nécessairement conflictuels, seraient régis par la théorie de la somme zéro : l’un gagne ce que l’autre perd. Si tel est le cas, on peut s’interroger sur les causes pour lesquelles une profession aussi remuante, aussi dangereuse pour le pouvoir que les avocats ont pu l’être au xviie et plus encore au xixe siècles, non seulement a pu subsister mais, plus encore, est devenue de plus en plus puissante, tout au moins jusqu’à la IIIe République.

  • 6 Ce qui explique aussi bien l’absence de réforme pendant la première moitié du xxe siècle que les l (...)

21En fait, l’examen des rapports entre l’État et les avocats montre que sur la longue période, la coopération l’a largement emporté sur le conflit et que, dans ce dernier cas de figure, l’État n’a pas manqué de ressources d’action mais a systématiquement limité leur usage. Pourquoi ? Depuis le début de la monarchie, l’État a considéré que l’indépendance de la justice (ou la représentation publique de cette indépendance) était une exigence primordiale de sa légitimité et de sa continuité. Et progressivement, l’indépendance individuelle et collective des acteurs de la défense est devenue le signe de cet accomplissement. Cette référence commune explique une forme de coopération durable et, plus précisément, que l’État, par une délégation de pouvoir, ait concédé à l’Ordre des avocats la capacité de se gouverner ; que l’activité législative concernant les avocats ait été, le plus souvent, une production conjointe et que, pour toute réorganisation d’ensemble, l’Ordre ait bénéficié jusqu’aujourd’hui d’un véritable pouvoir de veto6. En fait, en dehors de la période révolutionnaire, ni la monarchie, ni l’Empire ni la République n’ont véritablement tenté de faire disparaître, malgré des restrictions pendant quelques périodes exceptionnelles, les libertés de la profession. Exception donc ? Peut-être. Mais elle ne semble pas être la seule et du coup elle conduit à s’interroger sur les conditions de validité de l’interprétation tocquevilienne.

22Une critique analogue peut être formulée pour le rapport entre la profession et le marché. Dans la France actuelle, le marché occupe un rôle central dans les préoccupations, les pratiques et l’organisation des avocats, la concurrence domine et les types de clientèle représentent le principe central de structuration de la profession. Ne rejoint-on pas ainsi la théorie du contrôle du marché et les postulats qui la fondent ?

23Mais, pour la France, cette situation ne vaut que pour les deux ou trois dernières décennies. Jusque-là, ni la concurrence intense ni la recherche du profit maximal n’ont qualifié la profession. Le choix fondamental, fait au début du xviiie siècle, de la primauté du politique au travers de l’engagement libéral, s’est trouvé consacré par la construction d’une économie de la modération refoulant la dynamique capitaliste que consacre, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’interdiction de pénétrer sur le marché des affaires. Ce n’est pas le marché mais le politique qui a orienté les esprits et l’action, l’imaginaire et les ambitions et qui explique, entre autres, l’influence croissante des avocats au xixe siècle jusqu’à devenir une élite gouvernementale sous la iiie République.

24II faudra une longue histoire du déclin et de la crise pour que le politique cède devant le marché : la lenteur même de cette évolution, alors que la concurrence étrangère était déjà bien présente en France, montre clairement les limites d’une interprétation fondée sur l’universalité de l’intérêt matériel. Là comme ailleurs, la logique dominante du marché n’existe pas une fois pour toute : elle ne vaut que sous certaines conditions, qui n’ont été réunies en France, à la différence des USA, que fort récemment.

La portée de la sociologie historique

25Quelle peut être la portée d’une interprétation socio-historique des avocats français ? Peut-on l’appliquer aux avocats étrangers voire aux autres professions ? Peut-elle rejoindre la théorie systématique ? Peut elle apporter une aide à l’action contemporaine ? Ces interrogations sont évidemment vastes et les réponses ne peuvent être que rapides et problématiques.

Généralisation du modèle socio-historique

26N’existe t-il pas, en France, une radicale singularité qui trouverait son expression majeure dans l’engagement politique durable des avocats ? Cette question ne doit pas être négligée puisqu’elle permet d’en finir avec une situation qui, entérinant le modèle anglo-saxon, ne pouvait traiter les singularités historiques et/ou nationales que comme des écarts à un unique type-idéal. Mais ce dualisme, qui représente une avancée, ne suffit pas comme le montre une étude socio-historique portant sur la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne, les USA autour de l’interrogation : est-ce qu’il existerait dans les sociétés occidentales un rapport privilégié entre les avocats et le libéralisme politique ? (Halliday et Karpik 1996)

27La comparaison montre qu’aux xixe et dans la première moitié du xxe siècles, dans les quatre pays, le libéralisme politique est un principe d’orientation de l’action collective (alors même que le marché occupe des positions très variées) et les formes de mobilisation sont très différentes. En allant vite, la profession en France a manifesté un engagement sur la longue période autour de la création et de la défense de droits politiques substantiels, en Allemagne, et secondairement, aux USA, l’engagement a été plus contingent et surtout plus ordonné autour de l’instauration et de la défense du procéduralisme tandis que l’Angleterre représente une réalité suffisamment ambiguë pour pouvoir se prêter à deux interprétations contradictoires. Ainsi, au-delà d’un dualisme simplificateur, une analyse précise fait apparaître que dans ces quatre pays, pendant la même période, le rapport au politique et, plus précisément, au libéralisme politique, a bel et bien existé mais qu’il a pris des expressions concrètes variées.

Sociologie historique et sociologie systématique

28Dans les présentations des théories sociologiques, la distinction entre sociologie historique et sociologie systématique prend souvent la forme d’une opposition accompagnée de commentaires plus ou moins sévères sur la fécondité et/ou la rigueur de la première comparée à la seconde. Or, ce dualisme paraît non seulement fécond, mais il représente probablement la seule véritable épreuve des limites réciproques du savoir. Comme la possibilité d’utiliser des outils généraux pour rendre compte des singularités historiques n’est guère contestée, mais que l’inverse l’est, on se limite à un exemple consacré au marché des avocats.

29Depuis que l’on dispose d’informations sur le marché des avocats, on constate que celui-ci se caractérise par trois traits : le service judiciaire est et doit être individualisé, les qualités des avocats sont considérées comme importantes pour l’emporter dans le procès, mais ces qualités, de même que les honoraires, sont invisibles par les clients avant le choix de l’avocat ; enfin, l’avocat ne peut se faire connaître du public, sauf pour ceux qui font les beaux procès. En fait, il n’existe aucun système d’information publique sur les qualités et les prix et, par voie de conséquence, selon l’économie néoclassique, l’ajustement de l’offre et de la demande ne devrait pas pouvoir se réaliser. Or, le marché des avocats fonctionne depuis des siècles.

30Pour en rendre compte, là aussi, il a fallu rompre avec une économie néoclassique (ou un néo-wéberianisme) qui qualifiait ce marché par un degré d’imperfection qui aurait été produit par l’action collective des avocats, considérer comme nécessaires les traits spécifiques de cette forme d’échange et, par voie de conséquence, employer de nouveaux outils d’analyse, en particulier le réseau et la confiance, pour rendre compte de son fonctionnement et de son évolution. Une fois qualifié, le marché des avocats apparaît comme l’une des expressions concrètes des multiples marchés dominés par la qualité : elle peut, dès lors, faire l’objet d’une analyse systématique qui s’inscrit directement dans la sociologie économique.

Sociologie historique et réforme

31Parce qu’ils sont entrés tardivement sur le marché des affaires, les avocats français rencontrent des difficultés croissantes qui tiennent à la conjonction de causes internes (structures juridiques inadaptées, tendance à la scission répétée des cabinets, faiblesse des capitaux disponibles, etc.) et de causes externes principalement sous la forme d’une intensification de la concurrence par les cabinets américains, anglais ainsi que par les Big Five. Désormais l’indépendance du barreau d’affaire français se trouve menacée et, avec elle, l’existence du droit des affaires français.

32Allons à l’extrême : est-ce que la perspective socio-historique peut apporter une aide à la compréhension de la situation actuelle et, plus encore, peut-elle indiquer certaines voies d’action pertinentes ? Pour expliquer cette crise, les acteurs invoquent de multiples raisons dont beaucoup comme les relations difficiles à l’argent, la défense intransigeante de l’indépendance, le culte de l’individualisme, etc. s’inscrivent aisément dans une interprétation culturelle analogue à celle développée dans les années 1950 par les sociologues américains pour rendre compte du retard industriel français.

33C’est par là ne pas vouloir reconnaître, que pour une profession désormais différenciée et intervenant sur un marché concurrentiel, la forme de pouvoir qui a si longtemps structuré la collectivité et qui, au delà des réformes partielles, subsiste fondamentalement, – cette collégialité qui a protégé l’indépendance individuelle et, dans un contexte radicalement différent, favorisé l’action collective –, est devenue source d’impuissance. Il faut donc mettre en évidence tous les effets d’un pouvoir – le « moindre pouvoir » – d’autant plus difficile à identifier qu’il se présente sous les formes dissimulées du contrôle social, d’autant plus sacralisé qu’il remonte loin dans le temps, d’autant plus valorisé qu’il est constitutif de l’identité professionnelle, pour pouvoir poser que, dans les conditions actuelles, le gouvernement de l’Ordre est devenu le principal obstacle aux transformations de la profession.

Conclusion

34Pour présenter les relations entre la sociologie historique et les professions plusieurs voies pouvaient être empruntées : organiser une confrontation des démarches par exemple selon la trilogie – le modèle historique général, l’interprétation significative et les régularités causales – suggérée par Théda Skocpol (1984) ou présenter et évaluer les types de connaissance. Mais les conditions d’un tel exercice ne sont actuellement guère réunies. On a choisi d’examiner les conditions qui ont défavorisé le développement de cette démarche et la position stratégique qu’elle devrait occuper dans le développement de la discipline.

35Si le développement de la sociologie des professions a rencontré des difficultés, tout particulièrement en France, c’est qu’elle s’est heurtée à une définition unitaire de son objet et à des constructions théoriques corrélatives, largement enracinées dans l’expérience anglo-saxonne ou plutôt dans une certaine interprétation de cette expérience, qui excluaient radicalement certains des traits constitutifs de la réalité française voire européenne. La sociologie historique est l’un des moyens les plus sûrs de rompre avec cet ethnocentrisme et de construire le cadre théorique de la diversité. Cette exigence, qui commence à être explicitement reconnue, crée les conditions d’une validité générale de la discipline.

Bibliographie

Abel, R. L., 1988, The Legal Profession in England and Wales, Oxford, Basil Blackwell.

— 1989, American Lawyers, New York, Oxford University Press.

Abel, R. L. ; Lewis P. S. C. éds., 1988, 1989, Lawyers in Society. 3 volumes, Berkeley, University of California Press.

Barber, B., 1963, « Some Problems in the Sociology of the Professions », Daedalus : 669-88.

Burrage, M., 1989, « Revolution as a starting point for the comparativer analysis of the legal profession », in R. L. Abel et P. S. C. Lewis (eds.), Lawyers in Society. Volume Three Comparative Theories, Berkeley, University of California Press.

Dubar, C. ; Tripier, P., 1998, Sociologie des professions, Paris, A. Colin.

Goode, W. J., 1957, « Community within a Community : the Professions », American Sociological Review, april : 195-200.

Halliday, T. C., 1987, Beyond Monopoly. Lawyers, State crises, and professional Empowerment, Chicago, University of Chicago Press.

Halliday, T. C ; Karpik, L., (éds), 1996, Lawyers and the Rise of Western Political Liberalism. Europe and North America from the 18" to 20th Centuries, Oxford, Oxford University Press.

Karpik, L., 1988, « Lawyers and Politics in France, 1814-1950 : the State, the Market, and the Public », Law and Social Inquiry, 13, 4 : 707-36. – 1995, Les avocats. Entre I’Etat, le public et le marché. xiiie-xxe siècle, Paris, Bibliothèque des Sciences Humaines, Gallimard.

Klegon, D., 1978, « The Sociology of Professions : An Emergent Perspective », Sociology of Work & Occupations, vol. 5, n°3 : 259-83.

Larson Sarfatti, M., 1977, The Rise of Professionalism, Berkeley, University

of California

Merton, R. K. et al. (éds), 1985, The Student Physician, Cambridge, MA, Harvard University Press.

McKinlay, J. B., 1973, « On the Professional Regulation of Change » in P. Halmos (éd.), « Professionalization and Social Change », Sociological Review Monograph, n°20, Keele, University of Keele.

Roth, J., 1974, « Professionalism : The Sociologist’s Decoy », Sociology of Work & Occupations, vol. 1, n°1 : 17.

Rueschemeyer, D., 1989, « Comparing Legal Professions cross-nationally : from a Profession-Centered to a State-Centered Approach » in Lawyers in Society, Volume Three Comparative Theories, Berkeley, University of California Press : 289-321.

Siegrist, H., 1986, « Professionalization with the brakes on : the legal profession in Switzerland, France and Germany in the nineteenth and early twentieth centuries », Comparative Social Research, 9 : 267-98.

Skocpol, T,. (éd.), 1984, Visions and Methods in Historical Sociology, Cambridge, Cambridge University Press.

Suleiman, E. N., 1987, Les notaires. Les pouvoirs d’une corporation, Paris, Le Seuil.

Notes

1 Cf Barber 1963; Goode 1957; Merlon et al. 1985.

2 Cf. Klegon 1978; McKinley 1973; Roth 1974.

3 « Because most lawyers in the common law worid are private practitioners, the market for their services is, and must be, their central concern » (Abel 1988 : 7).

4 Burrage 1989; Halliday 1987; Karpik 1988; Rueschemeyer 1989; Siegrist 1986.

5 L’avocat est défini « par la consultation juridique, la rédaction d’actes et la défense judiciaires qui lui permettent d’assurer son existence matérielle ».

6 Ce qui explique aussi bien l’absence de réforme pendant la première moitié du xxe siècle que les limites des réformes de 1971 et de 1990.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540