Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

I. Sociologie des professions : bilan critique

2. Sociologie des groupes professionnels en france : un bilan prospectif

Claude Dubar

Texte intégral

  • 1 C’est le titre fiançais (en anglais Sociology of Professional Groups) du RC 52 de l’AIS (Associatio (...)

1Je voudrais préciser les limites de mon propos et, peut-être, l’ambiguïté de son titre : il ne s’agit pas, dans cet article, de faire l’inventaire de tous les travaux sociologiques qui, en France, ont porté sur les « groupes professionnels » ni même de sélectionner ceux qui ont eu une postérité plus ou moins importante. Il s’agit, pour moi, d’essayer d’argumenter deux thèses : celle de la forte expansion, en France, depuis les années 1980, de travaux portant sur les groupes professionnels considérés comme des processus dynamiques et celle d’un début de structuration, récente mais visible, de ces recherches au sein d’un réseau qu’on pourrait appeler « sociologie des groupes professionnels »1.

Pourquoi l’expression « groupe professionnel » ?

2J’appelle « groupe professionnel » un ensemble flou, segmenté, en constante évolution, regroupant des personnes exerçant une activité ayant le même nom doté d’une visibilité sociale et d’une légitimité politique suffisantes, sur une période significative. Le terme vient de Durkheim qui, dans la préface de la seconde édition de sa thèse De la division du travail social (1902), appelait de ses vœux la renaissance des groupes professionnels comme instances de régulation de la vie économique et sociale. En France, depuis plus d’un demi-siècle, parfois beaucoup plus, les ingénieurs, les médecins, les avocats, les enseignants mais aussi les chauffeurs routiers, les pilotes, les mineurs, les cheminots, etc. constituent des groupes professionnels à la fois visibles et légitimes, même s’ils ont beaucoup changé.

3L’expression diffère de celle de « catégorie socioprofessionnelle » par le fait qu’il ne s’agit pas seulement ni d’abord de produits d’un classement administratif, mais de résultats de processus historiques souvent complexes, de longue durée, qui touchent à la fois 1) à l’organisation sociale ; 2) au fonctionnement économique du marché du travail ; 3) aux significations subjectives du travail). Ce sont à la fois des « manières de se définir » et des « processus sociaux », des « identités collectives » et des « groupes intermédiaires » (Dubar et Tripier 1998). Même dans une perspective nominaliste, ces « noms » ne sont pas simplement des « catégories officielles », ce sont aussi des « désignations indigènes » et des « appellations sténographiques » (Passeron 1991) au même titre que d’autres « concepts » de la sociologie (classe sociale, statut, rôle, etc.).

4L’expression est préférable, en français, à celle de « profession » étant donné l’extrême polysémie de ce terme qui désigne aussi bien n’importe quelle activité rémunératrice (cf le sens de « vie professionnelle »), que « branche économique organisée » (cf le terme « syndicat professionnel »), que « déclaration d’une croyance » (cf l’expression « profession de foi ») ou que « groupe de personnes faisant le même métier » (synonyme alors de « corporation »). C’est ce dernier sens que spécifie l’expression « groupe professionnel » qui suppose l’existence d’un nom de métier reconnu, partagé, ayant une valeur symbolique forte.

  • 2 Les premiers manuels intitulés Sociology of the professions dateni des années 1930 en Grande-Bretag (...)

5En ce sens, il rejoint, mais seulement partiellement, le terme anglais profession qui a donné lieu, en Angleterre et aux États-Unis (pour ne prendre que les deux pays majeurs), à la constitution, dès les années 1950-1960, d’une « sous-discipline » appelée Sociology of the professions2, ce qui n’a pas été le cas en France. Cette « sous-discipline », dotée de revues, de colloques et de références obligées (Parsons, Hughes, Freidson...) a parfois été désignée, en France, sous le terme maladroit de « sociologie anglo-saxonne des professions ». Comme si, dans l’univers francophone, un tel découpage était impensable, sinon impossible. Nous essayerons de comprendre pourquoi.

Les découpages de la sociologie en France

6Je ne remonterai pas à Durkheim et à ses rubriques de l’Année sociologique et pourtant il y aurait beaucoup à dire (il n’y a pas de « sociologie des professions »). Je m’intéresserai plutôt à ce qu’on appelle parfois la « refondation » de la sociologie française, après la dernière guerre, autour du Centre d’études sociologiques créé par le CNRS en 1946. On sait bien aujourd’hui grâce à de multiples études et témoignages publiés (Mendras 1995) que c’est Georges Friedmann qui a joué le rôle le plus déterminant dans le nouveau découpage de ce qui n’est au départ que des « champs de recherche » très liés à la personnalité des chercheurs et aux intérêts intellectuels de leur directeur. Dans ses Souvenirs d’un vieux mandarin, Henri Mendras brosse une sorte de scène de distribution des domaines de recherche par Friedmann entre la quinzaine de sociologues présents au CES à la fin des années 1940 : outre les « domaines déjà constitués » comme « la religion » grâce à Gabriel Le Bras ou « la connaissance » appropriée par Gurvitch, on trouve évoqués trois groupes professionnels qui sont aussi souvent considérés comme des classes sociales : les ouvriers (attribués à Touraine), les paysans (Mendras) et les fonctionnaires (Crozier). Les autres domaines évoqués sont : la ville (Tréanton), les syndicats (Reynaud), l’école (Viviane Isambert), les loisirs (Dumazedier), la littérature (Barthes) et le cinéma (Morin).

7Il semble bien que le champ « travail » ne se structure que plus tard, avec l’arrivée de Naville puis la mise en œuvre, avec Friedmann, du Traité de sociologie du travail (1961-2) précédée par la création de la revue Sociologie du travail (1959). C’est donc au tournant des années 1950 et 1960 que l’expression « sociologie du travail » acquiert, semble-t-il, une forte visibilité et une dénomination stable, en France. Il est intéressant de regarder quelles sont les expressions qui émergent de ce processus de découpage « à la française » privilégiant le terme travail. On y trouve pêle-mêle « industrie » et « société industrielle » (expression popularisée par Aron), rationalisation technique et « civilisation technicienne » (expression favorite de Friedmann), division du travail et automatisation (termes liés à Naville), mouvement ouvrier et syndicalisme (Crozier et Touraine), politiques de l’État et système de « relations professionnelles » (Reynaud), entreprises et organisation, etc. Les termes « professions » ou « groupes professionnels » sont très peu présents : un chapitre du Traité aborde bien « l’évolution sociale des professions » (Roger Girod) mais on y parle surtout des catégories salariées : ouvriers, techniciens, ingénieurs, cadres, etc. Ce sont ces appellations, reprises dans le Code des catégories socioprofessionnelles, mais aussi dans les classifications des conventions collectives qui vont s’imposer, presque « naturellement », aux sociologues du travail français, pour longtemps (Desrosières et Thévenot 1988).

8C’est d’ailleurs ce sens de « groupes professionnels » qu’on retrouve dans les quelques articles de la revue Sociologie du travail qui, au cours des années 1960, utilisent cette expression. Par exemple dans l’article d’Odile Benoît et Marc Maurice (1960) qui identifie « groupes professionnels » et « catégories de travailleurs » (des ouvriers aux ingénieurs et cadres). Alors que l’expression « relations professionnelles » (pour traduire Industrial Relations) est très présente dans les titres d’articles, les termes de « profession » ou « groupes professionnels » sont très rares. En fait, on le sait bien aujourd’hui, grâce à des travaux collectifs (C. Durand et al. 1985), ce que la grande majorité des sociologues privilégient, à cette époque, c’est le travail ouvrier, masculin, dans la grande entreprise industrielle. Les articles consacrés aux médecins, avocats, artisans, enseignants et même aux employés de bureau sont très rares, quasi absents de la revue.

  • 3 Un colloque consacré à l’École de Chicago, hier et aujourd’hui, a eu lieu à Saint-Quentin-en-Yvelin (...)

9Autre particularité intéressante : jusqu’au numéro spécial de la revue sur les cadres, et notamment à l’article de G. Benguigui et D. Monjardet (1968), il n’est pratiquement jamais fait mention de la Sociology of the professions et des débats qui, aux États-Unis, font s’affronter les « fonctionnalistes » qui se référent à Talcott Parsons et les « interactionnistes » mettant, peu ou prou, en œuvre les orientations d’Everett C. Hughes. Les deux mondes ne communiquent guère, malgré les voyages aux États-Unis, et même à Chicago, de sociologues français de cette génération comme Mendras (qui assiste même à des séminaires de Hughes), Crozier ou Tréanton (qui publie un article sur « le concept de carrière » dans le premier numéro de la Revue française de sociologie (1960), qui n’aura longtemps aucun prolongement). Il faudra attendre le début des années 1970 pour que les articles de Benguigui (1972), Marc Maurice (1972) et Jean-Michel Chapoulie (1973) fassent connaître aux jeunes sociologues aussi bien « la théorie fonctionnaliste des professions » que sa critique par quelques « grandes figures » de ce qu’on n’appelle pas encore « l’école de Chicago »3 et spécialement Everett Hughes et ses collaborateurs (parfois anciens étudiants), Anselm Strauss, Howard Becker et Elliot Freidson.

10Pour conclure cette première partie, je dirais que si les découpages en sous-disciplines sont complètement contingents, liés à des contextes, des périodes et des hommes, ils ont une incidence, parfois très forte, sur les points de vue, les théories et les objets de recherche qui se construisent dans un cadre national. En France, le découpage issu de l’après-guerre a conduit à éloigner les sociologues de terrain de l’étude des « groupes professionnels » non industriels, contrairement à ce qui se passait, à la même époque, aux États-Unis, dans la sociologie quelle que soit son appellation (Desmarez 1986). J’ai effectué un comptage rapide : sur les 600 articles de la Revue française de sociologie répertoriés par Sylvie Engrand entre 1960 et 1980, seule une quinzaine, soit 2,5 %, concernent les enseignants, les formateurs, les architectes, les médecins (3 articles en 20 ans), les artisans et commerçants, les infirmières ou les chercheurs, etc. On n’en trouverait guère beaucoup plus dans Sociologie du travail qui, pourtant, concerne un domaine (le « travail ») lié à l’activité professionnelle. L’explication de ce fait ne réside que partiellement dans la relative hégémonie du « paradigme du travail ouvrier » évoqué tout à l’heure : il faut aussi tenir compte des critères de sélection des revues (il faudrait raisonner sur les articles proposés) et, surtout, de la relative faiblesse de la sociologie empirique, à cette époque, dans les universités françaises. L’inventaire des titres d’articles montre que la sociologie reste souvent proche de la philosophie sociale.

L’expansion des recherches sociologiques françaises sur les « groupes professionnels »

11C’est à partir de la fin des années 1970 et surtout du début des années 1980 que se publient, en grand nombre, des recherches portant sur des « groupes professionnels » non industriels, c’est-à-dire échappant aux « classifications Parodi » issues elles-mêmes des « grilles de qualification de la métallurgie » (Naville 1956). J’évoquerai quelques repères, très brièvement : l’enquête par entretiens biographiques de Daniel Bertaux et Isabelle Bertaux-Wiame sur les boulangers (1981), la thèse sur les enseignants du secondaire de Jean-Michel Chapoulie (1984), les travaux d’Isabelle Baszanger sur les médecins et leur socialisation professionnelle (1983), l’ouvrage de Boltanski sur les cadres (1982), le numéro spécial de la Revue française de sociologie, ooordonné par Raymonde Moulin, sur les professions artistiques (1986), les publications issues du programme Travailler dans les transports (1983) ou Travail et travailleurs au me et xxe siècle, la thèse de Catherine Paradeise sur les marins de commerce (1985), l’ouvrage de Denis Segrestin sur le phénomène corporatiste (1985), etc. Toutes ces recherches publiées au cours des années 1980 (et celles que j’oublie) renouent avec des problématiques fonctionnalistes, interactionnistes ou néo-wébériennes (Dubay et Tripier 1998), largement absentes des travaux de la période précédente. Pour la première fois, je pense, un numéro spécial de la revue francophone Sociologie et Sociétés s’intitule, en 1988, Sociologie des professions et confronte des approches venues de France, des États-Unis et du Canada, anglophone et francophone.

  • 4 Les premières Journées de Sociologie du travail, impulsées et financées par le Programme interdisci (...)
  • 5 Rappelons que l’enseignemeni supérieur en général et la sociologie en particulier a peu recruté d’e (...)

12Pourquoi cette expansion, à cette époque, de travaux sur des « groupes professionnels » sortant du cadre de la grande entreprise industrielle ? On peut trouver un faisceau de raisons dont aucune n’apparaît, a posteriori, déterminante : la croissance démographique des « professions intermédiaires », en particulier des activités de service, au cours de la période 1968-1982, dans la population active française ; l’incitation de grands programmes publics de recherche qui facilitent l’accès à des terrains autrefois inaccessibles ; l’arrivée d’une nouvelle génération de sociologues diversifiant ses champs d’intérêt et rompant avec l’imposition de certains objets privilégiés (la classe ouvrière, la grande industrie, les mouvements sociaux, etc.) ; les transformations des modèles d’organisation valorisant les petites structures innovantes (« Small is beautiful ») ; le déclin du syndicalisme « ouvrier » traditionnel ; la féminisation de la population active et le développement de nouveaux thèmes et courants de recherche (division sexuelle du travail, rapports sociaux de sexe, etc.) au sein même de la sociologie du travail. La diversification des « objets » de recherche au sein de la sociologie du travail, des organisations et des relations professionnelles dont les chercheurs se retrouvent, depuis 1986, régulièrement, dans des Journées4 organisées, au départ, sur le modèle des Journées d’Économie du travail ne fait aucun doute. On pourrait même parler d’éclatement des objets, des méthodes et des courants de recherche, par rapport à la période précédente. Outre l’aspect quantitatif dont il faut tenir le plus grand compte5, il n’est pas contestable que l’ancienne structuration en « courants » autour de quelques grandes figures et de quelques centres de recherche anciens et puissants a cédé la place, durant les années 1980, à une sorte sinon de balkanisation du moins de forte diversification.

D’une macro-sociologie du conflit à une méso-sociologie des compétitions et segmentations

  • 6 Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer les contenus et rubriques du Traité de Friedmann et Na (...)
  • 7 Il n’est pas sûr, comme l’affirme Main Touraine (1994), que cette prise en compte suffise à mainten (...)

13Au-delà de cet éclatement, je voudrais proposer une hypothèse pour rendre compte de la multiplication des recherches sur les « groupes professionnels », à partir des années 1980. Il s’agit d’un facteur interne à la discipline sociologique et, peut-être, en partie au moins, spécifique à la France. Je l’appellerai le renouvellement, en profondeur, des paradigmes du social, c’est-à-dire à la fois des « représentations » et des « conceptualisations » sociologiques qui deviennent dominantes sinon normatives dans le travail de recherche d’une communauté scientifique et dans l’enseignement de la discipline. Ce renouvellement6 fait passer d’une priorité accordée au point de vue macro-sociologique sur les conflits sociaux (de classe, notamment) à une perspective méso-sociologique portant sur les organisations (entreprises, etc.), les territoires (districts industriels, etc.) et les groupes que j’appelle « professionnels » dans un sens plus large que le sens initial (ensemble de salariés ou de non-salariés confrontés à une même politique, à un même dispositif ou à un même événement, etc.). Si la prise en compte de rapports sociaux demeure7, ceux-ci ne sont plus uniquement (ni d’abord) considérés comme conflictuels.

14La première période (des années 1950 au milieu des années 1970) a été dominée, dans la sociologie française du travail, par la centralité du conflit de classe, quelle que soit la manière dont celui-ci est théorisé, analysé, traduit en opérations de recherche. Le privilège accordé à la classe ouvrière et au patronat, ainsi qu’à leur conflit, négocié ou non, apparaît clairement dans les articles de Sociologie du travail comme dans les grands débats sociaux et sociologiques de l’époque. Les affrontements entre syndicats et dirigeants d’entreprises, plus ou moins médiatisés par l’État, sont au cœur des approches que font, à l’époque, les sociologues français des situations de travail. Car, comme l’écrivait Touraine dans son compte rendu critique du Traité (1961-62), « le travail est d’abord une situation » et cette situation est potentiellement « conflictuelle ». Rechercher dans les caractéristiques de la situation de travail les facteurs explicatifs des « structures » et « organisations » d’une part, des « attitudes » et « revendications » d’autre part, constitue un véritable paradigme dont le « référent » est la condition ouvrière dans la grande entreprise industrielle, capitaliste et bureaucratique. L’inflation des études sur la « satisfaction » au travail, l’état des « relations professionnelles » ou les conflits sociaux ne s’explique pas autrement.

15La seconde période (fin des années 1970, début des années 1980) correspond à une crise de ce paradigme. Non pas qu’il disparaisse des travaux des sociologues, mais il est concurrencé par d’autres, issus de l’analyse d’autres types de situation de travail, qui deviennent plus visibles et donc prises en compte par la communauté des sociologues qui s’intéressent au travail. Je pense ici aux travaux sur les PME et les « districts industriels », sur les artisans et leur « trajectoires professionnelles », sur les administrations et leurs « employé(e)s de bureau », sur les entreprises et leur « nouveau mode de gestion », sur les professions libérales et les « relations de clientèle », sur les marchés fermés du travail et leurs « super-règles », etc. Tous ces travaux contribuent à relativiser, voire à invalider, le paradigme de la situation de travail et du conflit de classe comme perspective privilégiée, voire exclusive, d’approche sociologique du travail. On voit, au cours de la décennie 80, se multiplier des « nouvelles approches » qui privilégient le niveau « intermédiaire » (« méso ») entre l’approche « macro » du conflit de classe enraciné dans la « situation de travail » et le niveau « micro » de la subjectivité au travail. Ces approches centrées sur l’entreprise, le local, le système d’action, les types de mobilité, les régulations, etc., n’ont pas d’unité de perspective ni de « théorie » privilégiée, même si la référence à la segmentation du marché du travail y est fréquente (Michon et Segrestin 1990). Elles participent à ce qu’on appelle parfois « la crise de la sociologie du travail » et qui est, en partie, la résultante de la « mutation du travail industriel » et de la mise en question du monopole du paradigme antérieur.

  • 8 Cette opposition fut particulièrement nette lors des Journées de Blankenbergue en novembre 1997 : l (...)
  • 9 La création du Groupe d’études sur la division sociale et sexuée du travail (GEDISST) date du milie (...)

16La troisième période (la fin des années 1980 et les années 1990) correspond, me semble-t-il, à des tentatives de recomposition de la sociologie française du travail, très éclatée, autour de nouveaux paradigmes concurrents. Celui de l’entreprise en est un (un nombre impressionnant d’ouvrages intitulés Sociologie de l’entreprise sont parus, en français, depuis 1990, cf. Dubar et Tripier 1998, ch. 12). Celui de la rationalisation du travail en est un autre qui semble en plus grande continuité avec le paradigme antérieur et qui s’oppose fortement au précédente8. Celui des groupes professionnels en est un troisième qui me semble avoir pris de l’amplitude au cours des années 1990, au point qu’on peut parler aujourd’hui d’une sociologie française des groupes professionnels. Enfin, et peut-être surtout, la division sexuée du travail connaît un essor important, parallèlement à la sociologie de l’emploi qui met au centre de ses préoccupations le caractère sexué du marché du travail en relation étroite avec la division sexuée des rôles familiaux9.

Sociologie des groupes professionnels : bilan prospectif

17J’ai tenté de résumer, dans la conclusion de l’ouvrage Sociologie des professions (Dubar et Tripier 1998), un ensemble de principes sur lesquels les sociologues précédents étaient parvenus à se mettre d’accord et qu’Abbott (1988) avait largement « découverts » au terme de son inventaire portant sur les professions de l’expertise. Je les résume brièvement. Les groupes professionnels ne sont pas des « professions » séparées, unifiées, établies ou objectives comme risquerait de le laisser penser la tradition « fonctionnaliste » issue de Durkheim ou de Parsons. Comme Bucher et Strauss (1961) l’avaient bien vu, ce sont des processus historiques de segmentation incessante, de compétition entre segments, de « professionnalisation » de certains segments et de « déprofessionnalisation » d’autres segments, de restructuration périodique sous l’effet des mouvements du capital, des politiques des États et des actions collectives de ses membres. Aucun groupe n’est à l’abri de ces processus historiques : Karpik (1995) l’a bien montré à partir du cas des avocats français sur longue durée. Et si des « modèles professionnels » privilégient certains groupes au sein de certaines configurations culturelles (cf les grands corps d’État en France), ceux-ci sont toujours vulnérables à des transformations structurelles de grande ampleur.

18La croissance des recherches portant sur les groupes professionnels peut, en définitive, s’expliquer par trois types de raisons liées aux dynamiques précédentes : 1) des membres de nombreux groupes professionnels se sentent de plus en plus menacés par les mouvements du capitalisme international, les politiques rationalisatrices des États, la mobilisation de groupes concurrents ; 2) des experts de politiques publiques, au niveau fiançais, européen voire mondial, mettent en place des dispositifs de gestion qui modifient les conditions concrètes du travail, les relations entre travailleurs, les appellations et les frontières des anciens groupes ; 3) les sociologues s’approprient de nouvelles méthodes – notamment longitudinales et biographiques – qui leur permettent d’introduire de nouvelles dimensions d’analyse : dimensions temporelles permettant de « suivre » des individus et des groupes sur des périodes de plus en plus longues, dimensions subjectives permettant de mieux comprendre les stratégies et identités professionnelles, les segmentations internes aux groupes et les phénomènes de mobilisation au travail.

19L’hypothèse d’un début de structuration, encore très informelle, des chercheurs, équipes et laboratoires qui se préoccupent des dynamiques professionnelles peut être avancée à la fois pour des raisons de meilleure insertion dans les réseaux internationaux (cf le RC 52 de l’AIS) et du développement d’appels d’offres, en France, émanant des financeurs publics de recherche. Ces dynamiques sont, de plus en plus souvent, étudiées du triple point de vue rappelé en introduction : organisation sociale, fonctionnement des marchés du travail et significations subjectives du travail. Les problèmes d’emploi, de travail, de formation continue et de trajectoires professionnelles mettent, en effet, en jeu le lien social et l’efficacité économique autant que l’identité des personnes (Touraine 1994 ; Dubar 2000). C’est la raison principale qui me fait croire qu’ils seront, dans l’avenir, de plus en plus étudiés.

20Pour conclure, je pense que la sociologie des groupes professionnels a, en France comme ailleurs, un bel avenir, surtout si elle parvient à gérer sa diversité, à maintenir sa pluralité et à multiplier les confrontations notamment entre les sociologues francophones et anglophones. Celles-ci permettraient de mieux relier les « courants » issus de la diversification de la sociologie du travail en France et de ceux issus des renouvellements (néo-marxistes et néowébériens) de la Sociology of the professions en Grande-Bretagne ou aux États-Unis (MacDonald 1995). La fécondation de ces deux dynamiques de recherche ne peut être que bénéfique pour tous.

Bibliographie

Abbott, A., 1988, The System of the Professions. An essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Benguigui, G., 1972, « La définition des professions », Épistémologie sociologique, 13 : 99-113.

Benguigui, G. ; Monjardet, D., 1968, « Profession ou corporation : le cas d’une association d’ingénieurs », Sociologie du travail, 3 : 275-290.

Benoît, O. ; Maurice, M., 1960, « Groupes professionnels et relations collectives de travail dans une entreprise », Sociologie du travail, 2 : 151-169.

Bucher, R. ; Strauss, A., [196111992, « Profession in process », traduit in A. Strauss, La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan : 67-86.

Carr-Saunders, A. M. ; Wilson, P. A., 1933, The Professions, Oxford, Clarendon Press.

Chapoulie, J.-M., 1973, « Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels », Revue française de sociologie, 14 : 86-114.

Coster M. de ; Pichault, F. (éds), 1994, Traité de sociologie du travail, Bruxelles, De Boeck.

Desmarez, P., 1986, La sociologie industrielle aux États-Unis, Paris, A. Colin.

Desrosières, A. ; Thévenot, L., 1988, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte (Repères).

Dubar, Cl., 1994, « Identités individuelles et collectives dans le champ professionnel », in Coster et Pichault 1994 : 363-380.

— 2000, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF.

Dubar, Cl. ; Chapoulie, J.-M., 1992, « La recherche en sociologie dans les universités françaises », Rapport pour la DRED, ronéoté.

Dubar, Cl. ; Tripier, P., 1998, Sociologie des professions, Paris, A. Colin.

Durand, Cl. et al., 1986, Le travail et sa sociologie : Essais critiques, Paris, L’ Harmattan.

Durkheim, E., 1902, Préface à De la division du travail social, Paris, PUF.

Friedmann, G. ; Naville, P. (éds), 1960-1961, Traité de sociologie du travail, Paris, A. Colin, 2 tomes.

Karpik, L., 1995, Les avocats entre l’État, le public et le marché, xiiie-xxe, Paris, Gallimard.

Lucas, Y. ; Dubar, Cl. (éds), 1994, Genèse et dynamique des groupes professionnels, Lille, Presses Universitaires.

MacDonald, K., 1995, Sociology of the Professions, London - New-York, Sage.

Maurice, M., 1972, « Propos sur la sociologie des professions », Sociologie du travail, 2 : 213-225.

Mendras, H., 1995, Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Paris, Actes Sud : 53 et 56-57.

Michon, F. ; Segrestin, D., (éds), 1990, L’emploi, l’entreprise et la société, Paris, Economica.

Moore, W. E., 1969, Sociology of the Professions, Glencoe, The Free Press.

Naville, P., 1956, Essai sur la qualification du travail, Paris, Marcel Rivière.

Passeron, J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan.

Segrestin, D., 1984, Le phénomène corporatiste, Paris, Fayard.

Touraine, A., 1994, Préface à Coster et Pichault 1994 : 8.

— 1962, « Bilan de la sociologie du travail », Sociologie du travail, 3 : 278-284.

Tréanton, J.-R, 1960, « Le concept de carrière », Revue française de sociologie, 1 : 54-69.

Notes

1 C’est le titre fiançais (en anglais Sociology of Professional Groups) du RC 52 de l’AIS (Association Internationale de Sociologie) dont les premiers jalons ont été posés au congrès de Madrid de 1990 et qui, après un ouvrage collectif (Lucas et Dubar 1994) a été pleinement reconnu à Montréal, en 1998.

2 Les premiers manuels intitulés Sociology of the professions dateni des années 1930 en Grande-Bretagne (Carr-Saunders et Wilson 1993) et des années 1960 aux États-Unis (Moore 1969).

3 Un colloque consacré à l’École de Chicago, hier et aujourd’hui, a eu lieu à Saint-Quentin-en-Yvelines en mars 1998, co-organisé par Pierre Tripier et Jean-Michel Chapoulie. Ce dernier est l’auteur d’une histoire des sociologues formés à Chicago, entre les années 1930 et 1960 (La tradition sociologique de Chicago, Paris, Seuil, 2001).

4 Les premières Journées de Sociologie du travail, impulsées et financées par le Programme interdisciplinaire du CNRS intitulé Technologies, Travail, Emploi, Modes de vie (PIRTTEM) ont eu lieu à Nantes en janvier 1986, les deuxièmes à Lille en février 1987, les iroisièmes au CNAM à Paris, en novembre 1988, les quatrièmes à Toulouse en juin 1990, les cinquièmes à Lyon en octobre 1991 et les trois dernières, malgré la suppression du PIRTTEM, à Blankenbergue en 1997, Bologne en 1999 et à Aix en 2001.

5 Rappelons que l’enseignemeni supérieur en général et la sociologie en particulier a peu recruté d’enseignants-chercheurs entre 1974 et 1988 et que le nombre de chercheurs CNRS en sociologie a doublé entre 1978 et 1988 (Dubay et Chapoulie 1992).

6 Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer les contenus et rubriques du Traité de Friedmann et Naville (1960-61) avec celui coordonné par de Coster et Pichault (1994).

7 Il n’est pas sûr, comme l’affirme Main Touraine (1994), que cette prise en compte suffise à maintenir l’unité de la sociologie du travail.

8 Cette opposition fut particulièrement nette lors des Journées de Blankenbergue en novembre 1997 : le rappori de synihèse de Françoise Piotet insiste sur cette « coupure ».

9 La création du Groupe d’études sur la division sociale et sexuée du travail (GEDISST) date du milieu des années 1980 et celle du GDR MAGE (Marché du travail et genre) du début des années 1990.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540