Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les professions et leurs sociologies

 | 
Pierre-Michel Menger

Introduction

Pierre-Michel Menger

Texte intégral

1L’analyse sociologique des professions a longtemps formé un domaine de recherche de visibilité moindre en France que dans le monde anglo-saxon. Ce constat est aujourd’hui dépassé. À l’initiative de la Société française de sociologie, un colloque s’est tenu les 7 et 8 octobre 1999, qui se proposait de prendre la mesure des évolutions de la recherche et des acquis de connaissance. L’objectif était quadruple : dresser un bilan critique des différents courants théoriques qui ont alimenté le développement de ce domaine de recherche ; évaluer la robustesse de l’outil qu’a constitué la nomenclature française des professions et catégories socioprofessionnelles mise en ouvre par l’INSEE en 1982 et caractériser les évolutions dans l’identification et la dénomination des professions qui appellent l’ajustement périodique des taxinomies ; confronter différentes analyses de cas issues d’enquêtes sur des ensembles professionnels ; cerner les défis que doit relever l’analyse sociologique des professions face aux transformations du travail, de son organisation et de ses marchés. Ce sont les contributions issues de ce colloque qui figurent dans le présent volume.

  • 1 Nous notons entre guillemets « professions » pour désigner le concept anglo-saxon, alors que nous c (...)
  • 2 Voir, parmi d’innombrables références, l’ouvrage collectif dirigé par R. Dingwall et P. Lewis (1983 (...)

2La sociologie des « professions »1 a connu, aux États-Unis, depuis les années 1930, des développements rapides et des débats théoriques intenses, abondamment nourris par la concurrence entre les approches fonctionnaliste et interactionniste des « professions », par les théories qui ont enrichi ou critiqué ces deux courants2, et par les tentatives plus récentes d’intégration des approches sociologiques et économiques.

3Le transport de la notion anglo-saxonne de « profession » vers les pays qui, comme la France, ne connaissent pas de distinction équivalente à celle qui sépare, dans le lexique anglo-saxon, les professions et les occupations, a toujours été problématique. Le casse-tête sémantique provoqué par la traduction de tels concepts est un indice immédiatement tangible de la profondeur des différences nationales dans l’organisation du travail et dans la part qu’y revendiquent respectivement les entreprises, l’État, les groupes professionnels et les structures syndicales, corporatives, associatives.

4Quel contenu fixer à cette distinction ? Les « professions » constituent un segment particulier, au sommet de la hiérarchie des professions, une élite de travailleurs dotés de compétences élevées, d’une forte autonomie pour exercer leur activité, en indépendants ou au sein d’une organisation. Elles recourent à un ensemble de règles et de mécanismes de contrôle pour garantir le contenu et la valeur des compétences revendiquées, leur transmission, leur cotation économique, leur prestige social, et la rigueur éthique de leur mise en œuvre. Elles protègent ainsi le monopole d’expertise dont elles se prévalent, et l’autonomie des groupes professionnels qui les constituent. Les professions libérales telles que les définit le droit français forment, de fait, un sous-ensemble du monde des « professions », celui où les conditions d’organisation, d’exercice de la pratique et de protection monopolistique du titre professionnel sont les plus formalisées. Mais le statut d’indépendant, qui, dans les professions à forte expertise, peut donner lieu à une assimilation à l’exercice professionnel libéral, ne constitue pas une condition suffisante : une majorité d’indépendants, tels les agriculteurs, les commerçants, les artisans et les dirigeants d’entreprise non salariés, n’appartiennent pas au groupe des professions libérales. Le statut d’indépendant ne constitue pas non plus une condition nécessaire puisque des professions réglementées et à ordre voient le salariat s’implanter en leur sein, depuis longtemps (les médecins hospitaliers) ou plus récemment (les avocats).

5La profession a acquis, dans le vocabulaire du travail et de l’organisation sociale, quatre valeurs complémentaires : elle constitue l’unité élémentaire de la spécialisation des métiers ; elle doit être appréhendée comme une fonction distincte dans l’architecture d’une organisation – entreprise, bureau, administration ; elle est inscrite dans un ensemble classificatoire qui catégorise l’ensemble des activités de travail ; elle est un marqueur identitaire, qui renseigne, avec précision et parcimonie, sur la position individuelle dans le monde des actifs, et elle se déclare comme un trait constitutif de l’identification sociale (Dubar et Tripier 1998).

6C’est, dès lors, par sa position charnière que la profession est un domaine fécond d’analyse sociologique. L’objet profession s’établit au croisement de quatre dimensions d’investigation et de théorisation : une analyse microsociologique de l’activité productive individuelle telle qu’elle est enveloppée dans un profil identifiable ; une analyse structurale ou interactionniste des relations qu’entretient le membre d’un groupe professionnel avec ses pairs et avec ses concurrents, dans la profession et dans les professions voisines ; une analyse socioéconomique des caractéristiques du travail, qui dote celui-ci de contenus fonctionnels, issus de la segmentation spécialisante des tâches et des savoirs requis pour les réaliser, et d’un système de cotation ancré dans les conventions taxinomiques d’un répertoire classificatoire, et dont les termes varient dans le temps et dans l’espace ; une analyse institutionnaliste, et systémique, de la contribution de l’organisation des rapports de travail à la structuration de la totalité sociale.

7Si donc l’étude des professions est devenue un champ de recherche spécifique, et non pas une zone parmi d’autres de l’application des outils de la sociologie du travail, c’est bien qu’il y est question de plus et d’autre chose que d’une grille d’identification et de classification des tâches requises par telle ou telle place dans la division sociale du travail.

8Il y est question de concurrence entre des acteurs engagés à faire reconnaître la valeur économique et le prix social de leurs compétences. Il y est question aussi d’aires de monopolisation des actes de travail et des prestations de services qui sont liés de manière plus ou moins exclusive à telle profession ou à tel métier. Question encore de dynamiques de professionnalisation ou de déprofessionnalisation, qui signalent comment la concurrence s’organise pour soutenir la revendication de droits propres à l’exercice d’un métier, ou pour différencier les identités professionnelles, et tout l’appareil juridico-administratif qui en stabilise et en officialise l’existence, au rythme des spécialisations techniquement, économiquement et/ou socialement innovantes.

9Dans le répertoire des questions accessibles à travers la thématique des professions, figure également l’articulation entre le destin individuel et le destin collectif des travailleurs. Entrent ici en jeu les mécanismes institutionnels de contrôle qui peuvent définir les conditions d’accès à une profession, les codes déontologiques qui s’imposent à chacun et les formes de responsabilité collective et solidaire à l’égard des comportements des membres du groupe, les modalités et les limites de la concurrence interindividuelle au sein de la profession. Agissent, dans le même sens, les dispositifs conventionnels de négociation collective qui s’appliquent par-delà les frontières de chaque entreprise, pour préciser ce qu’est sa situation dans l’espace des activités requises par une organisation, quel est le principe de sa cotation par une critériologie des qualifications ou des compétences, comment s’établissent les conditions collectives de la détermination ou de la réestimation de sa valeur économique relative, dans l’architecture des emplois et dans la hiérarchie des qualités du travail.

10Il y est question, enfin, des identités sociales : identité de l’individu au travail, identité de l’activité comme source de prestige, de revenus monétaires et non monétaires, de flux de gratifications ou de désagréments et pénibilités, identité du groupe auquel l’actif se relie conventionnellement.

11L’analyse sociologique des professions opère autrement que les recherches consacrées aux comportements des individus et des groupes sur les marchés du travail. Alors que la grandeur « travail » peut être analysée selon des échelles différentes, tant quantitatives que qualitatives, et être ainsi décomposée en une somme de caractéristiques élémentaires dont la cotation fournit la métrique élémentaire de l’évaluation des actes productifs, les professions sont insécables et définitoires d’un point de vue taxinomique. D’une part, à chaque profession correspond un ensemble de savoirs appariés précisément à un ensemble de tâches à accomplir ; d’autre part, les membres d’une profession sont les éléments statistiquement substituables d’un groupe exerçant une classe donnée d’activités.

12L’approche par les professions se relie, sur l’autre versant de l’analyse, à la macrosociologie des institutions et des structures sociales. Au sein de cette dernière, la profession joue, avec d’autres caractéristiques de segmentation sociodémographiques, le rôle de variable indépendante pour les analyses centrées sur les relations entre formation, activités rémunérées en emploi, loisirs et activités hors travail rémunéré des individus et des ménages. Variable classificatoire, elle fournit une graduation sur une échelle des ressources et des contraintes qui structurent le comportement des agents, et qui orientent les chances de mobilité intergénérationnelle. Elle livre ainsi une information cardinale sur la trajectoire et sur la valeur sociale de l’individu, en permettant de le situer dans un espace social stratifié, selon les coordonnées de sa position et de son ascendance. La profession constitue ici la variable principale des recherches sur les transformations de la structure sociale qui émergent de l’agrégation des mobilités et des inerties des trajectoires, et des comparaisons intergénérationnelles.

13Par là, l’analyse sociologique des professions équipe les lectures identitaires de l’activité et du travail. L’identité professionnelle déclarée exprime un ensemble de compétences attribuables à un individu en activité, et, au-delà, renvoie à la constellation probable des caractéristiques sociales, éthiques, culturelles, politiques, auxquelles l’étude des comportements individuels, largement banalisée par les sondages, relie l’identité professionnelle. Celle-ci est, en effet, avec le sexe et l’âge, l’une des trois variables cardinales qui établissent la grille standardisée de déchiffrement du monde social.

Sociologie des professions : un bilan critique

14Les professions constituent l’un des meilleurs repères pour établir les mérites respectifs des divers paradigmes de la sociologie. Les trois contributions présentées dans la première partie du présent volume proposent, de différentes manières, d’éclairer et d’expliquer cette position focale, en montrant qu’il existe une tradition vivante de la sociologie américaine des « professions », et par quelles proximités et quelles différences avec celle-ci la sociologie française des professions construit son domaine.

15La conception la plus élémentaire de l’allocation des positions professionnelles dans une société se fonde sur une relation isomorphique entre la carte des fonctions spécialisées et celle des compétences détenues par les individus, et, partant, sur une description statique des professions. C’est ce modèle qui est au principe de l’analyse fonctionnelle de la division du travail, telle qu’on la trouve couramment dans l’analyse économique, mais aussi, telle qu’elle figure, selon une perspective diamétralement opposée, puisque holiste et non individualiste, dans la conception durkheimienne de l’organisation optimale du travail dans les sociétés contemporaines. L’optimum, selon l’analyse économique, résulterait d’un équilibre des appariements entre les individus dotés de préférences diverses et la variété des emplois. Il faut que la gamme des activités soit suffisamment différenciée pour que les individus aient les meilleures chances de trouver l’emploi auquel ils se considèrent le mieux assortis. Mais il faut aussi que l’éventail des spécialisations soit suffisamment délimité pour que les manières d’accomplir une même famille de tâches ne varient pas à l’excès, et que les coûts d’organisation du travail et des relations de travail soient ainsi contenus dans des limites de viabilité économique (Lancaster 1979). Et pour Durkheim, la division du travail, loin d’être une source d’aliénation, conditionne l’épanouissement des individus, en contraignant leurs désirs, porteurs d’anarchie, à se soumettre à la discipline collective de la coopération interindividuelle. Pour remplir une telle fonction, la division du travail doit, dans l’idéal, se modeler « spontanément » sur les capacités différentes et particulières de chacun, de sorte que les inégalités sociales de rôle professionnel et de statut expriment exactement les inégalités naturelles (Durkheim [1893] 1973 ; Besnard 1987).

16L’une des limites les plus évidentes de cette famille de conceptions de l’organisation optimale du travail, son caractère statique et segmenté, apparaît bien lorsque le raisonnement opère de manière ensembliste, comme dans l’ouvrage d’Andrew Abbott, The System of Professions (1988). Le maître mot de l’analyse y est la concurrence que se livrent les professions pour établir et défendre des zones de contrôle ou, pour parler comme l’auteur, des aires de juridiction sur des activités. Les relations entre les professions définissent un système d’interaction, une « écologie des professions » : l’argument vise à souligner que les tâches qu’une profession entend se réserver « juridictionnellement » ne lui sont attachées par aucun lien absolu et permanent de nécessité. Deux jeux de forces provoquent la variabilité de ce lien, ceux de la concurrence interne entre les professions, et ceux d’influences sociales externes, qui, en suscitant l’apparition de nouvelles tâches et activités, forcent les professions à réajuster leurs relations, selon un schéma d’action causale indirecte sur la structuration du système.

17Dans sa contribution, Abbott revient sur son ouvrage de 1988, pour en corriger certaines hypothèses. Il s’agit d’accentuer vigoureusement la dimension processuelle des transformations de la structure des professions, et de proposer une élaboration plus complexe des environnements dans lesquels évoluent les professions. À partir de quoi peut être obtenue une reconfiguration des relations d’interdépendance entre l’évolution d’une profession et les jeux de conflits, d’alliance et de coalition des acteurs « externes » (état, bureaucratie, gouvernement local, association). La proposition la plus radicale pour opérer une telle reconfiguration consiste à généraliser la conceptualisation en termes d’écologie. Cette notion a pour vocation de formaliser une analyse théorique de niveau intermédiaire, prenant ses distances aussi bien avec les conceptions individualistes des agencements sociaux qu’avec l’enchâssement structuro-fonctionnaliste des situations individuelles et des grandeurs collectives dans un système étroitement déterminant de contraintes, telles qu’elles sont fixées par des institutions et par des normes, et telles qu’elles sont cristallisées dans des « rôles » sociaux et professionnels dont l’évolution ou les bouleversements ne peuvent être compris que dans la dialectique des crises. Le pouvoir heuristique de cette conceptualisation est mis à l’épreuve dans une analyse de cas, celui de la professionnalisation de la médecine, dans l’État de New York entre 1840 et 1910, et des conflits, négociations et alliances entre deux écologies, l’écologie de la profession médicale et l’écologie des acteurs politiques.

18La contribution de Claude Dubar prolonge, en l’enrichissant d’un chapitre complémentaire, l’analyse que, dans l’ouvrage écrit avec P. Tripier (1998), il a donnée des principales théories sociologiques des professions qui se sont succédé et concurrencées, depuis un siècle, dans la recherche européenne et nord-américaine. Claude Dubar retrace le développement de la sociologie française des professions dans le demi-siècle écoulé, à partir d’un double point de vue. Dans une perspective conceptuelle, il substitue à l’objet profession la notion de groupe professionnel, dans laquelle il disceme le foyer véritable de l’expansion des recherches dans le domaine ; d’un point de vue institutionnel, il relie la dynamique des recherches sur les professions à l’évolution de la sociologie du travail. La différence lui apparaît notable avec la recherche outre-Atlantique où la distinction occupation/profession a toujours réservé au second terme une place centrale dans la sociologie générale des formes de pouvoir, d’autorité et de contrôle auxquelles la détention et l’exercice légal d’une expertise sont associés. L’organisation française du système des emplois et des relations de travail est largement institutionnelle et ensembliste : des taxinomies publiques catégorisantes, des grilles de qualification, des accords conventionnels de branche, des organisations de métiers, et une forte dynamique associative dans le monde des métiers ont façonné la constitution des groupes professionnels, et leurs fines segmentations. D’où l’un des traits saillants de l’architecture française des professions : celles-ci sont des formes historiques d’organisation et de catégorisation des activités de travail, qui constituent des enjeux politiques fortement mobilisateurs dans la gestion des relations entre les acteurs du monde du travail, ceux du système de formation, et l’État législateur et protecteur.

19La contribution de Lucien Karpik prolonge les recherches qui avaient conduit à la publication de son ouvrage Les avocats (1995). Le domaine exploré correspond très exactement à ce que le monde anglo-saxon dénomme « profession », et à l’incarnation longtemps idéal-typique de la profession libérale à la française. D’où l’intérêt de rappeler ce que furent les contributions et les écueils des théories fonctionnalistes, qui s’employaient, pour expliquer les privilèges et les obligations particulières des « professions », à rappeler les liens intrinsèques entre la complexité des savoirs mobilisés et des tâches exercées, et le service de l’intérêt général. Sont aussi remises en situation les critiques néo-weberiennes ou néo-marxistes qui, toutes, mais à des fins différentes, caractérisent les professions comme l’appropriation monopolistique de segments d’activité sur le marché du travail, moyennant la légitimation de l’autorité reconnue à une expertise collégialement contrôlée. Pour sortir de la querelle des définitions et des théorisations de la « profession », Freidson ([1983] 1994) avait proposé de traiter la notion comme une construction historique propre à un nombre limité de sociétés, et de tourner ainsi le dos aux constructions typologiques, positives ou critiques. L’approche socio-historique de la profession d’avocat avancée ici part de la même critique du déficit de profondeur temporelle de l’approche anglo-saxonne longtemps dominante des professions. Trois configurations différentes ont prévalu. Dans chacune, une relation duelle s’est imposée : entre l’État et le groupe professionnel, entre le public et le groupe, entre les forces du marché et la profession. Mais ce rappel doit conduire à récuser les schèmes évolutionnistes linéaires dont une chronique historique superficiellement et faussement wébérienne de la rationalisation des professions est friande.

20La période la plus récente voit triompher le barreau d’affaires, s’intensifier la concurrence et s’internationaliser le marché des services juridiques. Apparaît alors en pleine lumière l’inadéquation croissante d’un mode d’organisation qui avait trouvé, jusqu’alors, son équilibre soit dans des relations privilégiées de coopération avec l’État, soit dans des rapports de délégation confiante noués avec une clientèle pourtant sous-informée, du fait de l’individualisation et de la non-publicité de la prestation, et d’une gestion prudemment cloisonnée de la demande de marché. Le retournement est spectaculaire. Fictive ou non, c’est la rhétorique anti-mercantiliste qui avait dominé la construction de l’identité sociale et politique des « professions ». Mais la force d’une organisation professionnelle si longtemps experte en jeu politique, en autocontrôle collégial, et en déni d’activisme entrepreneurial, devient sa faiblesse, quand la production des services juridiques se constitue ouvertement en marché, sous l’effet de l’intermédiation juridique croissante de toutes les sphères de l’économie.

Professions et catégories socioprofessionnelles

21Si les recherches sociologiques sur les professions ont été une pierre angulaire de la construction et du déploiement des paradigmes fonctionnaliste et interactionniste dans la sociologie américaine, le développement et les transformations de l’approche sociologique des professions sont, en France, en interaction étroite avec la construction et l’évolution de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles de la statistique publique. L’analyse sociologique des opérations de catégorisation et de classification est devenue, depuis un quart de siècle, un des foyers du développement de la sociologie constructiviste française. Le tournant majeur a été la refonte des nomenclatures à la fin des années 1970 : un important chantier de recherche fut ouvert alors, qui a été rouvert à la fin des années 1990, à l’occasion de l’aménagement par l’INSEE de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles en vigueur depuis 1982. D’ampleur limitée, cet ajustement précède une autre opération, beaucoup plus ample, qui, au long de la présente décennie, a pour but de produire une nomenclature européenne.

22Trois ordres de questionnement prennent généralement pour objet l’instrumentation, à vocation scientifique, technique et politico-administrative, que constitue la nomenclature socioprofessionnelle. L’enquête historique sur la construction et les transformations de l’outillage taxinomique est un premier registre, qui n’apparaît qu’en filigrane dans les contributions rassemblées ici ; des travaux comme ceux d’Alain Desrosières (1993) ont permis, dans un passé assez récent, de circonscrire et d’explorer ce champ de questionnement. Une deuxième ligne de recherche porte directement sur les opérations de production et d’homologation d’une nomenclature. La refonte, même partielle, d’un outil existant, ou la production d’une nouvelle nomenclature, concernant un secteur professionnel particulier, invitent à ouvrir le contenu de ce qui, de loin, aurait la qualité discrètement neutre d’un appareil inventé grâce à la mobilisation des compétences les plus étendues d’experts taxinomistes professionnels, ou, au contraire, la valeur mystérieuse et dérangeante d’une boîte noire. Il est tentant, enfin, d’étudier la qualité et les performances d’une nomenclature, et, s’agissant de la nomenclature des professions de l’INSEE, d’établir un bilan après vingt ans d’usage. Que vaut l’outil ? Le classement socioprofessionnel des individus a-t-il conservé toute sa portée descriptive et explicative ? Que peuvent nous apprendre les matériaux considérables qui ont été recueillis sur les appellations professionnelles, leur codification et leur classement ? Comment s’opèrent les transactions entre dimensions subjectives et catégorisations objectives des identifications professionnelles ? Quelles limites sont imposées par l’outil de statistique publique à l’enregistrement des évolutions et des transformations des professions ? Pour procéder à un tel bilan, plusieurs voies sont praticables, comme on le verra ici. On peut recourir, par exemple, à une analyse contrefactuelle et rechercher quelle représentation de la société, de ses catégories sociales et de ses professions on obtiendrait avec d’autres principes classificatoires. L’examen des évaluations subjectives des professions offre une base possible de raisonnement comparatif, et permet d’apprécier les convergences et les divergences entre plusieurs types de représentations de l’ensemble ordonné et hiérarchisé des professions. On peut aussi examiner directement un matériau de déclarations individuelles d’appellations de métiers et de professions, avant que ce matériau ait été soumis à la réduction classificatoire par application de la grille des PCS, afin de cerner ce que font les agents sociaux pour s’identifier professionnellement, quand ils ne sont pas tenus de se référer à un répertoire taxinomique établi.

23Ces approches ont entre elles des liens évidents. Les textes rassemblés dans la deuxième partie de l’ouvrage font clairement ressortir la contribution qu’une sociologie des catégories, envisagée ici dans sa forme la plus concrète et la plus illustrative, offre à l’intelligence du monde social, dès lors que la profession devient le foyer de multiples perspectives donatrices de sens, celle du chercheur, celle de l’ingénieur, celle des opérateurs de l’atelier de transformation de la matière déclaratoire en identifiants PCS, celle de l’usager ordinaire, celle du représentant d’une profession, etc. L’analyse réflexive des principes, des méthodes et des pratiques de catégorisation invite aussi à se demander jusqu’où il est légitime de pousser le raisonnement : dans son extension la plus relativiste, le raisonnement constructionniste pourrait conduire à concevoir la profession comme un objet purement dépendant de ses descripteurs taxinomiques, variables et arbitraires.

24La nomenclature socioprofessionnelle forgée par l’INSEE, dans ses versions successives (de 1954, puis de 1982), détient un monopole de fait dans l’identification classificatoire des actifs en France. Les formes complètes, ou simplifiées, de cette nomenclature organisent le travail d’enquête, d’enregistrement et de mesure instantanée et sérielle, dans l’ensemble de la recherche publique et privée. Elles organisent, de même, l’activité de déclaration et d’enregistrement de l’information clé sur la position sociale de l’individu pour les multiples organisations utilisatrices de catégorisations à des fins administratives, gestionnaires, judiciaires, éducatives, sanitaires, assurantielles, policières. Il existe, certes, d’autres outils, tel le Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME), qui définit les métiers en termes de compétences et que les services de l’ANPE utilisent pour classer les offres et les demandes d’emploi. Et il se construit, de temps à autre, de nouveaux instruments, tel le répertoire des familles professionnelles, élaboré par la DARES du ministère du Travail, une nomenclature passerelle entre PCS et ROME destinée à analyser conjointement la situation de l’emploi et celle du marché du travail par métier. Mais c’est bien la nomenclature des CSP, puis sa refonte en une nomenclature des PCS en 1982, qui constitue l’instrument pivot. Alain Desrosières et Laurent Thévenot (1988) ont fait remarquer que cette situation monopolistique particulière a peu d’équivalent dans les autres pays industrialisés, ce qu’a confirmé une analyse comparative des nomenclatures socioprofessionnelles de divers pays européens conduite au début des années 1990 (Duriez et al. 1991).

25Dans son examen des aménagements de la nomenclature des PCS pratiqués par l’INSEE à la fin des années 1990, Jean-David Fermanian étudie la chaîne d’opérations qui va du diagnostic des insuffisances ou des motifs d’obsolescence de la taxinomie en usage, à la production ou à la mobilisation des connaissances requises pour remédier au problème, puis aux négociations destinées à évaluer la portée scientifique et sociale et la faisabilité des changements proposés, et à l’homologation des modifications demandées. On voit bien ici comment la construction d’un outil de schématisation classificatoire multidimensionnelle de l’univers des activités professionnelles obéit à des enjeux scientifiques, techniques et sociopolitiques. Enjeux scientifiques, car il y va de l’adéquation entre la réalité descriptible des pratiques de travail et des qualités (notamment exprimées par le niveau de formation) des individus identifiés à une profession, d’un côté, et la précision des dénominations, des étiquetages et des déclinaisons intemes de chaque catégorie, de l’autre, sans que soit mis à mal l’emboîtement général des réalités professionnelles dans une représentation cohérente de la société des actifs. Enjeux techniques, liés à la dialectique de conservation et de transformation qui s’impose à l’instrumentation statistique, pour maintenir, en pratique, la viabilité de toutes les opérations et de tous les usages qui se réfèrent à la taxinomie. Enjeux sociopolitiques, enfin : les corps professionnels, à travers leurs représentants, les entreprises, via leurs affiliations sectorielles, et les salariés, à travers leurs syndicats, sont intéressés à la production des descriptions identificatoires de leurs mondes respectifs, à la fois pour les comparer et les relier à leurs propres instruments de classement et de hiérarchisation, et pour évaluer et contrôler les effets socioéconomiques de classement ou de reclassement des professions. C’est que la catégorisation taxinomique impose, par le monopole de la représentation homologuée des mondes sociaux de l’activité, les outils de lecture qui fixent la position absolue, et la position relative, de chaque profession.

  • 3 Voir sur ce point Y. Lemel (1991) et J. Goldthorpe et K. Hope (1974).

26La profession est analysée par Yannick Lemel comme l’une des dimensions clés de la perception et de la mesure du statut social, ou du prestige social, selon une démarche de cotation de la valeur sociale des métiers qui est d’usage plus courant dans le monde anglo-saxon3. Si la nomenclature officielle passe pour une construction objectivante de cette valeur, par différenciation et hiérarchisation normées, qu’en est-il de l’appréciation subjective de la valeur et du statut social de chaque profession ? Les deux représentations, normée et subjective, convergent-elles ? Et la sommation des appréciations subjectives peut-elle passer pour une forme d’objectivation de la hiérarchie sociale des professions susceptible de concurrencer la construction institutionnelle des nomenclatures ? Yannick Lemel expose les résultats d’une recherche par enquête auprès d’un échantillon représentatif d’individus : des notes sont émises par chaque enquêté sur chacune des professions figurant sur une liste, puis sont analysées statistiquement, rapprochées de l’architecture de la nomenclature étalon, et passées au crible des hypothèses interprétatives. Le degré de congruence entre les classifications taxinomiques du monde socioprofessionnel et la cotation individuelle des professions est élevé, ce qui est un enseignement de poids. Apparaissent cependant des zones de l’espace socioprofessionnel où la taxinomie publique a été elle-même hésitante, comme c’est le cas pour la position des professions des arts et des spectacles (Menger 1989), pour l’ensemble très hétérogène des employés (Burnod et Chenu 2001) et pour celui des artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Et le principe, adopté dans la nouvelle nomenclature de 1982, de la catégorisation socioprofessionnelle selon une double dimension, par le métier et par le statut (salarié vs indépendant), apparaît moins structurant dans les jugements qu’une hiérarchisation monodimensionnelle de grandeur sociale et économique.

  • 4 Une autre recherche sur données françaises a été effectuée par C. Chambaz, E. Maurin et C. Torelli (...)

27Quels sont alors les fondements de la considération sociale des professions ? Les individus notateurs évaluent-ils d’après des caractéristiques communément associées à la valeur de chaque profession, comme le niveau de diplôme requis des postulants ou détenu par les occupants, et le revenu espéré ? Ou bien l’intitulé professionnel lui-même agit-il comme un signal propre, indépendamment de ces « fondamentaux », pour orienter l’évaluation ? La sensibilité des représentations à l’effet propre des catégorisations taxinomiques apparaît plus forte aux deux extrémités de la hiérarchie sociale4.

28L’identification d’une occupation avec un intitulé catégorisable ne varie pas seulement selon les individus et les groupes, elle évolue dans le temps. Guillaume Bumod et Alain Chenu examinent, dans leur contribution, quels sont les effets de la classification sur la manière de s’identifier professionnellement, à partir de données issues de deux enquêtes Emploi de l’INSEE de 1991 et 1998, et constituées par les déclarations des individus en réponse à une question ouverte les sollicitant de déclarer « en clair » leur profession. Une hypothèse de type adéquationniste postulerait que les variations déclaratives, d’une enquête à l’autre, expriment les transformations de la structure sociale, avec le déclin des secteurs primaire et secondaire et l’expansion du secteur tertiaire, avec la destruction ou l’effacement de certains métiers, et avec la croissance ou la création permanente de nouveaux métiers, tels qu’ils sont qualifiés par le jeu de l’offre et de la demande d’emploi et par les pratiques organisationnelles de gestion de la main-d’œuvre. Une partie des changements observés dans la dénomination spontanée des professions sont explicables de la sorte. Avec l’acquisition de compétences et l’obtention d’un emploi, l’individu au travail acquiert une connaissance plus ou moins étendue des identités professionnelles attachées aux occupations rémunératrices et aux emplois salariés, et se familiarise avec les catégories utilisées dans les négociations conventionnelles.

    

29La plus importante des classifications diffusées dans le monde du salariat, la classification Parodi-Croizat, a imposé, pendant près d’un demi-siècle, une vision rationnelle de la hiérarchie des emplois selon les niveaux des qualifications exigées par les postes de travail. Les pratiques de management inventées dans les années 1980, et diffusées dans les années 1990, substituent à cet ordonnancement catégoriel simplement hiérarchisé une autre cotation des qualités de l’individu au travail, et, par suite, un autre répertoire sémantique de dénomination des positions professionnelles. À la cotation plus individualisée des compétences fait écho le recul des autodésignations hiérarchisantes, notamment à mesure qu’on descend dans l’échelle des emplois. Aux désignateurs professionnels rigides issus du langage du commandement se substituent ceux, plus mouvants et flous, de la responsabilité, de l’initiative et de l’action individuelles (« agent », « opérateur », « responsable »). Mais l’hypothèse adéquationniste ne rend pas compte de la résistance des auto-identifications génériques telles que « cadre » ou « ingénieur ». On peut y voir l’indice de la diffusion d’une double représentation du monde socioprofessionnel : en valeurs continues, modelées sur des caractéristiques individuelles, aux niveaux faibles de qualification ; séparatrice et ensembliste, là où la valeur sociale des compétences les mieux cotées conforte un modèle homogène de l’expertise.

30La production d’une nouvelle nomenclature montre avec précision comment l’identification de la profession, au sein d’un système classificatoire, résulte de négociations et d’expérimentations. Janine Rannou relate, dans sa contribution, les attendus et les résultats d’une opération de recherche menée au sein du Centre de sociologie du travail et des arts, en liaison avec les représentants des milieux professionnels, pour proposer une architecture raisonnée d’intitulés professionnels dans le secteur des arts du spectacle vivant. Ce secteur est, certes, de dimension étroite, mais foisonne en dénominations, en appellations maison, en autodéclarations diversement stabilisées, en classifications conventionnelles, et en indices de particularisation des métiers à fort prestige symbolique. Réputé plus rebelle que d’autres à la catégorisation objectivante de ses singularités, le monde des arts déploie, dans toute leur extension, les diverses dimensions que sollicite la production d’une taxinomie socioprofessionnelle : le découpage en métiers ; la valeur des formations diplômantes pour l’accès à l’emploi ; la hiérarchie des compétences et des aptitudes associées à l’exercice talentueux du métier ; l’échelle de prestige social des activités selon le profil de la réussite espérée et selon le degré d’imputation de celle-ci à l’individu ; l’identification des caractéristiques sociales héritées et acquises qui façonnent les affinités comportementales et la communauté d’intérêt entre les membres d’un même groupe professionnel ; la situation de ce groupe professionnel dans l’univers des classes sociales.

31Les différents types existants de classement, d’où il s’est agi d’extraire une nouvelle nomenclature, d’ambition rationnelle, au terme d’arbitrages constamment justifiables, situent l’objet « profession » au foyer de quatre constructions – celle des conventions collectives, produites par négociations de branche ou d’entreprise, celle des classifications de leurs emplois par les entreprises, celle des organismes administrant les droits sociaux des actifs, celle des taxinomies publiques. Les différences et les similitudes entre les sources renseignent tout à la fois sur les conditions dans lesquelles est représentée et homologuée une identité occupationnelle, et sur les degrés de cristallisation des identifiants que constituent les noms des professions : cristallisation forte si l’appellation a peu de déclinaisons particularisantes, cristallisation faible lorsque l’appellation noyau est entourée d’un halo de dénominations approchées et variables d’un site à l’autre ou d’une source à l’autre, ou lorsque les changements organisationnels ou techniques affectent le contenu ou la position de l’occupation dénommée. On retiendra une autre leçon de l’expérimentation sociologique ici pratiquée : c’est toujours dans un rapport de négociation, mais dont les partenaires différent, que s’établit chaque construction, et c’est donc, logiquement, par une argumentation négociée de degré deux, que peut être construite une nomenclature harmonisée.

Études de cas

32Parmi les contributions essentielles de la sociologie des professions à l’intelligence du monde social figurent l’analyse de la détention et de la protection d’un savoir ou d’une expertise socialement valorisés, et celle de la position des détenteurs de tels savoirs dans les organisations. En se situant sur le premier axe, on se demandera si, lorsque les caractéristiques d’un savoir professionnel sont graduées selon leur valeur productive, l’univers des professions se déforme à mesure que l’on s’approche de ses deux limites. À la limite supérieure, le savoir ne serait plus définissable comme une expertise, notamment parce qu’il se prendrait lui-même pour objet d’analyse ; à la limite inférieure, celle du travail simple, pour rappeler la vieille catégorie marxiste, l’activité rémunérée ne mobilise et ne permet de développer que trop peu de compétences valorisables pour faire l’objet d’une catégorisation formelle en termes de métier, avec ses conditions d’accès et d’exercice.

33Sur le second axe, les professions sont approchées par les changements qui, continuellement, relient le contenu du travail et la division fonctionnellement spécialisante des tâches aux transformations des organisations : ici, c’est notamment en comparant deux ou plusieurs états donnés d’un type d’organisation, deux ou plusieurs modes d’exercice de la profession dans des organisations situées dans des environnements notablement différents, ou encore deux ou plusieurs générations d’occupants d’une même profession, que peuvent être évaluées la plasticité des professions et les transformations des formes de concurrence et de coopération au sein des organisations.

34L’article de Jean-Louis Fabiani réévalue la portée du concept de professionnalisation tel qu’il peut être appliqué à la pratique professionnelle de la philosophie et à ses évolutions discordantes. S’assurer un monopole dans la détention, la mise en œuvre, l’homologation, et la transmission d’un corps de savoirs fait partie des ressorts canoniques de la professionnalisation. La description convient de fait quand il s’agit de retracer les étapes de l’institutionnalisation de l’enseignement et de la recherche philosophiques, mais ne convient plus quand il faut délimiter le périmètre et la force exacte de ce monopole. Lorsque certaines des figures les plus glorieuses d’une profession encouragent à contester le savoir détenu et sa définition même, c’est l’édifice tout entier qui peut en être ébranlé. Si la dynamique de professionnalisation a souvent vu agir une élite décidée à s’approprier et à protéger la partie la plus noble de la pratique, celle où la revendication d’expertise s’appuie sur la distance la plus grande avec d’autres professions et avec les connaissances profanes (Hughes [1971] 1996), le schéma est ici partiellement inversé.

35Trois facteurs au moins ont agi pour faire dévier le cours habituel du processus de professionnalisation, tel du moins que le figurent les modèles théoriques insistant sur la formation et la défense d’un pouvoir de monopole. Si l’institutionnalisation de la philosophie, à travers son inscription dans le système d’enseignement secondaire et supérieur, a agi dans le sens de la consolidation d’un monopole revendiqué, elle a enclenché aussi la formation d’une demande, avec la création d’un marché éditorial de type concurrentiel. Le discours ou le savoir philosophiques, en revendiquant la position dominante dans la hiérarchie des disciplines humanistes, s’octroie aussi la prétention juridictionnelle la plus élevée ; pourtant, le contenu du savoir philosophique entretient, progressivement, avec les autres disciplines, des rapports de plus en plus ambivalents, quand la prétention à l’hégémonie est sapée par la critique antirationaliste et antiscientiste qui accompagne le développement de certains courants majeurs de la philosophie contemporaine, dans le sillage du nietzschéisme et du heideggérianisme. Enfin, la position longtemps revendiquée par la philosophie, au centre du quadrilatère art-science-morale-politique, multiplie les chances de contestation et les formes hybrides, quand s’introduit dans la pratique philosophique le ferment politique et artistique de l’avant-gardisme, et la course à l’originalité qui en règle les incarnations concurrentes.

36Dans quelles limites l’activité philosophique peut-elle s’exercer sans perdre les bénéfices de son ésotérisme et de son abstraction, mais sans exténuer, symétriquement, la demande sociale de discours et d’ouvrages, voire de services philosophiques exotériques ? Wilensky (1964) distingue une science d’une « profession » en ce que la première n’a pas directement de clients, mais s’organise dans une concurrence arbitrée par les pairs, et non selon les lois d’un marché de biens et de services. Encore suppose-t-il que cette distinction ira en s’affaiblissant, et que les activités de connaissance scientifique et d’expertise professionnelle se situeront sur un continuum. Le cas de la philosophie est un bon exemple de différenciation interne, par disjonction entre une pratique d’ordre scientifique et une pratique à vocation exotérique s’adressant à des clientèles qui assimilent la philosophie à un service expert, c’est-à-dire à une prestation de conseils, de divertissements savants, de délectations esthétiques, de substituts de croyances ou de psychothérapies, etc. Le fait remarquable est que cette différenciation ne redouble pas simplement une opposition entre la valeur éminente de l’abstraction ésotérique produite par une élite scientifique et le recyclage abâtardi du savoir abstrait en biens de consommation aisément accessibles, mis sur le marché par des essayistes de second plan et de petite vertu. Sartre et ceux qui, après lui, ont fait carrière et ont acquis une réputation dans plusieurs mondes (philosophie, littérature, avant-gardes artistiques, journalisme, politique) ont forgé une identité professionnelle déviante ou contestataire de l’activité philosophique, mêlant anti-institutionnalisme, anti-académisme et antirationalisme.

37Déplaçons-nous à l’autre extrémité de la relation entre la profession et la détention de savoirs et compétences. À partir d’un bilan de plusieurs recherches récentes menées par le CEREQ sur un ensemble diversifié d’activités tertiaires, dans les secteurs de la restauration collective, du nettoyage industriel, des services à domicile, Jean-Marc Grando et Emmanuel Sulzer examinent comment des activités peu qualifiées, mais dont l’exercice appelle une certaine maîtrise technique et procure des compétences, peuvent connaître un processus de professionnalisation. La cotation sociale de la professionnalité concerne, ordinairement, les métiers qualifiés ; et la dynamique de professionnalisation s’enclenche, habituellement, avec l’élévation du niveau de savoir et d’expertise, dans une situation de concurrence pour la reconnaissance d’une qualité et d’une technicité spécifiques du travail effectué, et pour le contrôle de niches de spécialité dans la division du travail. Qu’arrive-t-il quand le curseur des compétences revendiquées est fortement abaissé ? Existe-t-il un seuil au-dessous duquel la dynamique de professionnalisation n’a que de faibles chances de réussir ? Les enquêtes mobilisées proposent des éléments de graduation, sur les quatre échelles de technicité qui sont distinguées. La nature propre des compétences et des techniques engagées ne constitue, il est vrai, qu’un des facteurs de la constitution d’une identité professionnelle. Les formes d’emploi, et la gestion des personnels par les organisations, ont leur effet propre, qui est négatif si les compétences sont trop peu valorisées pour extraire les travailleurs concernés de la précarité des emplois du marché secondaire, si la valeur ajoutée d’un différentiel de qualité du travail est jugée trop faible pour justifier une grille motivante de salaire, et si l’apprentissage des tâches est, par conséquent, trop peu valorisé pour faire l’objet d’investissements en formation de la part de l’employé comme de l’employeur. À l’inverse, quand la relation de service est plus complètement organisée, et donc formalisée, les dimensions de technicité de l’acte de travail peuvent constituer un levier de négociation d’une identité et d’une qualité sociales reconnues.

38Deux formes de dépendance sont habituellement opposées à la revendication d’autonomie que font valoir les professions détentrices de savoirs certifiés et de titres protégés : la dépendance à l’égard d’un marché dans lequel la production des biens et des services considérés pourrait être organisée selon d’autres moyens, et entraîner une concurrence et un contrôle par les prix et par les arbitrages coûts-qualités ; la dépendance à l’égard d’une organisation dans laquelle le professionnel doit définir son travail et son champ d’expertise selon des critères collectifs – une division du travail, une distribution hiérarchisée des responsabilités, une prescription des tâches à accomplir, une évaluation de la performance au regard des impératifs de l’organisation. Dans le premier cas, la marchandisation de l’expertise ou du savoir professionnel passe par la concurrence éditoriale, et par la formation d’un marché de publications à audience élargie, comme ce peut être le cas pour la philosophie, ou par l’emploi de technologies (systèmes experts, logiciels pédagogiques, banques de données, etc.) qui étendent et qui standardisent la communication des savoirs, comme on le voit avec le développement de l’enseignement en ligne, ou avec les nouvelles formes d’information et de décision médicales (C. Le Pen 1999). Mais c’est le second cas qui a jusqu’ici retenu surtout l’attention en sociologie des professions, et qui a suscité quantité de thèses sur la prolétarisation des professionnels, sur la bureaucratisation et la routinisation des fonctions et des connaissances, ou, à l’inverse, sur les caractéristiques originales des organisations formées principalement ou exclusivement de professionnels, telles que les cabinets d’avocats ou d’experts-comptables (Lazega 2001).

  • 5 Citons notamment les ouvrages de .1.-L. Derouet (1992), F. Dubet et D. Martucelli (1996), M. Duru-B (...)

39Le système d’enseignement est l’un des bons objets possibles de la recherche sur les transformations de l’exercice de métiers qualifiés dans des environnements organisationnels tout à la fois plus normés et plus différenciés. De nombreux travaux de sociologie de l’éducation5 ont analysé les évolutions récentes du monde scolaire. Quatre dimensions de la reconfiguration de l’organisation scolaire sont au premier plan : une politique publique dotée d’objectifs quantitatifs fortement symboliques, tels que la scolarisation massive, avec des taux élevés de lycéens effectuant un second cycle complet, et la progression continue des taux de bacheliers ; la force persistante des inégalités sociales de parcours et de réussite scolaire, avec son effet sur les parcours professionnels ; la désanctuarisation des établissements scolaires, à mesure que les élèves font entrer, dans l’enceinte des collèges et lycées, leurs revendications, les transformations et les problèmes de leur environnement familial et amical, et les quêtes identitaires qui en résultent ; la transformation de la production scolaire dans des établissements à fonctionnement plus complexe et plus différencié.

40L’offre scolaire des établissements rencontre des demandes toujours plus précises de performance, et s’établit ainsi dans un espace de plus en plus ouvertement concurrentiel. Dans le même temps, la diversité des situations locales est très forte, tant pour le profil de recrutement des populations scolaires qu’en termes d’offre pédagogique (filières, nombre et degré d’homogénéité des classes, etc.) et de résultats. Le fonctionnement du système scolaire fait ainsi l’objet d’une gestion macrosociale, à l’aide d’une batterie d’indicateurs statistiques qui constituent de véritables tableaux de bord de la production d’élèves. La gestion des établissements a été progressivement indexée sur la qualité de leur environnement, dans une politique redistributrice d’allocation des moyens, par exemple à travers le classement d’établissements en zones d’éducation prioritaires. Toute une technologie d’indices normés guide l’action publique, et alimente un système d’information qui oriente la consommation d’éducation des familles, à travers les indicateurs de performance des établissements sur une variété croissante de dimensions qualitatives, et, sous forme synthétique, à travers les palmarès des collèges et lycées diffusés par la presse.

41Il en résulte que la production scolaire est une action collective fortement normée, mais aussi de plus en plus profondément négociée. Recrutement des élèves, détermination des seuils quantitatifs et qualitatifs de passage et d’orientation, déploiement de filières de formation différenciées capables d’attirer des élèves en nombre suffisant (ce qui est la clé de la viabilité de l’établissement et d’un niveau satisfaisant de dotation publique), tous ces facteurs concourent à la production des taux de bacheliers, des taux de redoublants aux différents paliers, des inégalités cumulatives par tris séquentiels, des rhétoriques argumentatives du projet personnel et des indices de performances locaux et supralocaux. Ce sont des constructions sociales complexes, opérant de façon variable d’un établissement à l’autre, et destinées à accommoder des objectifs possiblement contradictoires – maintenir le plus d’élèves possible en formation jusqu’au bac tout en opérant des évaluations, des classements et des orientations, et en affichant des performances plus ou moins acceptables, selon une équation « équité/efficacité » en laquelle s’incame la gestion contextualisée des inégalités. Le retentissement sur le fonctionnement des établissements et l’exercice des professions est particulièrement lisible.

42Agnès van Zanten montre comment les transformations de la division du travail dans l’organisation scolaire agissent sur l’exercice du métier d’enseignant. Le travail enseignant opère par l’ajustement continu entre un nombre croissant de dimensions : transmission des connaissances, gestion des motivations et de la discipline, définition négociée de normes acceptables de comportement, traitement différencié des cas individuels, interaction avec les familles, etc. Les relations entre les différentes catégories d’acteurs – professeurs, chefs d’établissement et personnels administratifs, conseillers d’éducation, conseillers d’orientation, surveillants, aides-éducateurs, infirmières, assistantes sociales, élèves et parents – sont d’autant plus instables, et donc d’autant plus négociées au quotidien, que la population scolaire de l’établissement considéré est plus hétérogène. Dans ce cadre organisationnel plus complexe, les enseignants peuvent mobiliser les ressources de la collégialité pour s’organiser en une communauté d’égaux, et pour chercher à contrôler leur aire d’expertise, faire évoluer la définition de leur rôle, et se protéger des stigmatisations internes et externes. La collégialité constitue un instrument original de régulation autonome, dont l’efficacité varie avec la composition et la stabilité du groupe enseignant, et avec les caractéristiques de l’environnement. Elle désigne les ressources informelles de contrôle de l’autonomie professionnelle dans une architecture organisationnelle tout à la fois considérablement normée et fortement évolutive.

La sociologie des professions et les évolutions du travail et de l’emploi

43Les modes d’exercice de l’activité professionnelle sont sensibles aux évolutions des organisations, et des technologies qu’elles emploient, aux transformations du marché du travail et de la structure des emplois. Parmi les facteurs de changement qui s’imposent dans les analyses contemporaines des professions, apparaissent notamment : la diversification des formes d’emploi et la fragmentation du salariat ; le risque accru de chômage ; la concurrence entre les évaluations du travail et des travailleurs par la grille des qualifications et par la cotation des compétences ; la diffusion des méthodes et des boîtes à outils du néo-management ; l’employabilité différentielle des travailleurs selon la position dans le cycle de vie ; les investissements récurrents en formation qui tendent à être demandés au long de la vie professionnelle ; les effets du recours massif à l’informatisation et aux systèmes avancés de communication dans l’organisation et la gestion des activités productives ; l’évolution du travail indépendant ou autonome, selon des modalités qui empruntent autant à la logique de l’externalisation des fonctions et des personnels d’entreprise et à la mise en place de réseaux de sous-traitance qu’à l’héritage du modèle professionnel et entrepreneurial des professions libérales et des activités artisanales et commerçantes. Et nul chercheur n’ignore plus l’interaction entre ces variables et les évolutions structurelles du marché du travail que provoquent l’élévation des niveaux de qualification, la forte croissance du taux de participation des femmes à l’emploi, la composition sectorielle de l’économie et la variabilité du prix des différentes qualités du travail selon les secteurs, et selon leur intensité capitalistique (Marchand 2002).

44L’étude de l’impact de l’informatisation sur l’exercice professionnel, proposée par Michel Gollac, conduit à contester une vision techniciste des professions, et à montrer, contre le déterminisme technologique, que l’adoption et les usages de l’informatique constituent un révélateur autant qu’un accélérateur des transformations de la division du travail. L’étude des professions, une fois encore, n’est pas séparable de celle des organisations. Selon la thèse centrale de M. Gollac, en effet, l’informatisation du travail a surtout des effets médiats, modulés par l’architecture de la division du travail et des relations de travail, au sein de l’entreprise. L’analyse destinée à mettre en évidence cette cause indirecte de changement doit procéder par étapes. Il s’agit de récuser d’abord la force absolue du lien de causalité entre l’informatisation et la composition changeante du capital et du travail de l’organisation : face au déclin des professions qu’affectent les gains de productivité obtenus par l’informatisation, de nouveaux métiers apparaissent et recrutent, et des activités se transforment. Il faut ensuite vérifier que la diffusion de la technologie informatique n’a pas d’action propre de grande ampleur sur la transformation de la structure des professions, vue en perspective macrosociale. Il faut enfin décomposer l’analyse de l’impact de l’informatisation sur l’exercice professionnel, dans une activité donnée, à l’aide de variables individuelles : les techniques informatiques sont accommodées différemment par les utilisateurs, selon leurs ressources culturelles et cognitives, qui varient elles-mêmes avec les trajectoires individuelles.

45Une fois récusé le lien simplement déterministe de causalité technologique, une pesée plus différenciée des effets de l’informatisation peut intervenir. L’informatisation accélère des transformations organisationnelles, en renforçant les tendances à l’individualisation du travail, à l’autonomie et à l’initiative individuelles. Mais elle procure aussi de nouveaux instruments et techniques de contrôle et d’encadrement de l’autonomie ainsi élargie. Elle accélère donc la mise en place de nouvelles pratiques de management et de nouvelles normes d’évaluation des compétences, dans une gestion différenciée des situations individuelles d’emploi et des carrières. La pesée est ambivalente : des compétences non reconnues sont rendues visibles par de tels modes de gestion, le contrôle taylorien se réduit, mais l’injonction d’auto-contrôle personnel s’y substitue ; les avantages liés à la bonne maîtrise de l’outil informatique (avantages salariaux, protection contre le chômage, gains d’employabilité) ont leur contrepartie dans de nouvelles segmentations, plus raffinées, de la main-d’œuvre ; les gains d’autonomie sont démultipliés dans les groupes professionnels qui étaient déjà avantagés par leur haut niveau de diplôme. Il reste, et c’est une conclusion qui entre en résonance avec celles d’autres contributions, que les nouvelles technologies de travail et les nouvelles architectures organisationnelles forment, ensemble, un couple de facteurs dont l’action réduit l’influence de l’appartenance professionnelle sur les situations et sur les comportements individuels, parce qu’elles accroissent la diversité des modes d’exercice et de rémunération des différentes professions.

46La nomenclature socioprofessionnelle d’activité est l’instrument le plus communément utilisé pour étalonner, dans une perspective macrosociale, les transformations de la société des actifs et les mobilités sociales. Elle pousse à indexer les changements dans le travail et les risques d’emploi sur le niveau de qualification, selon une lecture verticale des mondes professionnels. Au contraire, l’analyse des mutations de la gestion des emplois selon la composition des paramètres de l’âge, des caractéristiques des entreprises et des bassins d’emploi, des formules contractuelles d’activité et de l’allocation sexuée des qualités du travail, déploie le monde des professions sur l’axe horizontal de la différenciation des statuts et des formes d’emploi, et des gains et des risques attachés à la gestion évolutive des compétences professionnelles. Les trois autres contributions présentées dans la dernière partie de cet ouvrage offrent une illustration de ce double principe de différenciation des activités professionnelles.

47L’intervention publique, qui s’est incarnée dans la constitution et l’expansion de l’État providence, agit, dans l’évolution des professions, par la régulation institutionnelle, quand elle organise juridiquement le salariat et ses dispositions conventionnelles. Dans sa forme typique, celle du contrat d’emploi à durée indéterminée, le statut de salarié procure, en contrepartie de la relation de subordination à l’employeur, un ensemble de garanties sociales et économiques qui matérialisent la profondeur de la construction juridique et sociopolitique des régulations protectrices dans l’univers professionnel : assurance contre l’aléa économique, octroi de droits sociaux protecteurs couvrant les différents risques (maladie, accident du travail, chômage) et organisant les relations du travail avec les autres sphères de l’action individuelle (vie familiale, formation, loisir, retraite). Mais l’intervention publique est directe, quand les professions concernées sont fonctionnarisées, ou dépendantes d’une économie administrée ou fortement subventionnée. Moyennant un ensemble d’obligations supplémentaires, l’emploi public des fonctionnaires élève systématiquement le niveau des garanties protectrices, tout particulièrement en fournissant le modèle le plus achevé de la carrière à horizon long, complètement abrité du risque majeur d’éviction du marché du travail en cas de cessation d’activité ou de restructuration économique, défensive ou offensive, de l’organisation employeuse.

48Comment la sphère des emplois publics s’expose-t-elle et participe-t-elle aux transformations des professions ? Dominique Schnapper sélectionne, au sein de la sphère des emplois publics et parapublics, un ensemble de professions qui, dans le giron de l’État providence employeur ou subventionneur, se sont développées et sécularisées différemment, mais qui rencontrent aujourd’hui des dilemmes semblables. Travail social, métiers de la santé, professions de l’éducation, de l’enseignement et de la recherche, et professions de la culture forment le quadrilatère où sont identifiées, selon le vocabulaire wébérien, les tensions entre vocation et profession. Peut-on conserver son caractère de vocation à l’exercice de professions qui ont été organisées pour produire et pour diffuser, hors des principes de marché, les biens et les services les plus typiquement associés à la gestion du bien public ?

49Les antinomies des métiers de mission à forte implication personnelle apparaissent aujourd’hui au grand jour : militantisme prophétique, bénévolat inspiré, motivation intrinsèque, autonomie d’auto-organisation, exercice charismatique du travail expressif, du côté de la vocation ; défense de droits matériels et statutaires, dynamique de concurrence par spécialisation, dilemmes de l’intégration croissante au marché et de la régulation par objectifs de l’action publique, du côté de la profession. L’expansion démographique et la différenciation interne de ces professions, tout comme la transformation des modes de gestion et de mesure des performances de l’État providence, banalisent progressivement l’exercice professionnel et poussent à lever ses particularismes identitaires, selon une analyse que Dominique Schnapper a prolongée dans un récent ouvrage (2002).

50Dans notre propre contribution à ce volume, nous avons exploré la sémantique sociale de la qualité de « professionnel » telle qu’elle a cours désormais dans les entreprises et dans la recherche sur les nouvelles configurations de l’État providence. Cette sémantique désigne, dans certains cas, la figure de proue du travailleur expert, mobile, autonome, mû par les valeurs d’engagement, d’inventivité et de responsabilité individuelle et collégiale, qui paraissent constituer le ressort de la créativité au travail. Elle peut désigner aussi les contours d’une nouvelle définition, unitaire, des qualités du travail, à partir de la cotation conjointe des qualités de l’individu et des activités qui définissent ses missions dans l’organisation ; le « professionnalisme » devient alors une nouvelle norme organisationnelle. Elle désigne, enfin, un modèle, « l’état professionnel des personnes », forgé à partir de la réinvention des protections et garanties procurées par l’État providence en fonction des nouvelles formes d’organisation du travail et de la gestion dynamique des employabilités individuelles.

51Nous mettons en évidence deux physiques sociales possibles du travail. Jamais le tableau des qualités individuelles requises parle travail, mais aussi celui des arguments de la satisfaction attendue du travail (l’équation de la sécurité sans la routine, de la variété épanouissante sans la subordination, et de l’individualisation du développement continu de soi en serait la formule idéalisée) n’ont paru aussi précisément ordonnés à des valeurs qui, loin de renvoyer à un espace segmenté des qualifications acquises à l’origine de la formation, et statiquement appariés à des postes découpés dans des grilles stables, dessinent bien plutôt un espace continu de définition, de mesure et de différenciation des capacités individuelles. C’est que les savoirs, les comportements au travail et les qualités à engager dans l’acte de travail sont désormais conçus comme des grandeurs évolutives, qu’ils sont tout à la fois la clé des ressources d’individualisation de l’activité et un instrument plus subtilement classant de hiérarchisation des chances d’atteindre à l’état de « professionnel ».

  • 6 Selon une synthèse des évolutions de la mobilité sur le marché du travail (Amossé 2002), les mouvem (...)

52Ainsi se font concurrence deux conceptions, deux modèles de l’activité productive. Dans une physique sociale discontinuiste, l’espace du travail se découpe en professions ; les emplois sont stratifiés ; une nomenclature peut être conventionnellement établie pour fixer les qualifications requises par les postes de travail ; les situations d’activité, de chômage, d’inactivité, de formation, de loisir, et de travail domestique, forment autant d’états discrets. La physique continuiste, pour sa part, caractérise le travailleur par ses compétences, et par son potentiel de développement et tend à aligner sur un double idéal de flexibilité et de mobilité la trajectoire des individus en activité, l’architecture des organisations productives, et l’équipement juridico-institutionnel de l’État providence rénové. Mais les impératifs de mobilité et flexibilité, en enjoignant aux individus de se comporter en concurrents monopolistiques sur un marché du travail où les qualités du travail seraient infiniment différentiables, agissent aussi comme des mécanismes sélectifs6.

53Les gains d’une fécondation réciproque de la sociologie des professions et de la sociologie des marchés du travail sont visés explicitement par Benoît Laplante dans ses propositions d’analyse théorique de l’allocation des emplois de comédien. Il faut, pour comprendre les complexités de ce marché particulier, s’écarter des deux paradigmes classiques de l’étude des carrières : le paradigme du status attainment, qui est le creuset des lectures déterministes des trajectoires individuelles, et le paradigme institutionnel, qui fait dépendre la dynamique des carrières individuelles de la structure de l’organisation et de la mécanique des vacances de postes. Dans le cas des comédiens, plusieurs variables directes de segmentation des emplois accessibles agissent, avec une force inhabituelle, pour imposer la force des conventions naturalistes : l’âge, le sexe, l’origine ethnique, auxquels peuvent s’ajouter, avec un pouvoir de détermination moindre, l’accent linguistique, la taille et l’apparence physique, et diverses autres caractéristiques qui peuvent être rassemblées en un index de beauté ou d’originalité. Alors que la discrimination à l’embauche est légalement interdite, il apparaît que ce marché de l’emploi structure les chances de carrière professionnelle, pour partie selon ces variables discriminantes.

54Comment opèrent les filtres de sélection, dans les appariements entre les comédiens et les emplois ? Les propositions de modélisation insistent notamment sur le rôle essentiel de l’information, sur la dynamique d’acquisition d’information qui oriente le comportement de recherche d’emploi, et sur les inégalités d’information des acteurs en compétition pour les emplois. Ce point mérite une attention particulière. Un marché de l’emploi où les transactions sont extrêmement nombreuses, où les relations se nouent pour des durées extrêmement variables, mais le plus souvent brèves et où les conditions d’emploi sont éminemment variables est un marché qui doit être alimenté par un flux considérable d’informations sur les projets, les rôles, les talents, les caractères, les idiosyncrasies personnelles. Les informations sont notamment transportées et délivrées dans les réseaux : ces mécanismes de structuration des relations interindividuelles opèrent à la croisée de ce que serait un monde de relations ponctuelles, sans mémoire et sans cesse changeantes, et de ce que peut être l’organisation des transactions au sein d’une entreprise, ou d’un groupe professionnel formellement clos sur lui-même. Ces réseaux organisent les échanges selon des procédures qui n’ont rien d’anarchique ni de perpétuellement instable : c’est ce qui les rend efficaces, mais qui les transforme aussi en obstacles à la fluidité des déplacements individuels sur le marché. Car les réseaux sont dotés de règles informelles d’inclusion et d’exclusion, et ils ne procurent à leurs membres qu’une partie de toutes les informations disponibles.

  • 7 Interrogés sur l’information concernant les emplois qui peuvent s’offrir à eux, les comédiens font (...)

55L’individualisation et la dispersion des relations d’emploi engendrent ainsi des inégalités considérables entre ceux qui sont au cœur des réseaux les plus denses d’interconnaissance, et qui se procurent au mieux l’information utile, et ceux qui sont situés dans les zones plus périphériques de ce système réticulaire de production et d’échange incessant d’informations, d’évaluations et d’engagements, parce qu’ils sont moins réputés, jeunes et en voie d’insertion, trop peu mobiles ou trop indifférents aux jeux sociaux qui supportent et orchestrent ces échanges d’informations et de promesses d’embauche7.

56Les inégalités d’information sur les emplois auxquels postuler sont une variable de stratification ; elles doivent être distinguées de la variable de structure qu’est l’allocation des emplois selon l’âge, le sexe et plusieurs autres caractéristiques indépendantes. Cette variable structurale segmente l’espace de probabilité où se déploient concurremment les espérances subjectives d’accomplissement professionnel.

Conclusion

57Sociologie des professions, sociologie du travail : comment nous apparaissent les liens entre ces deux domaines de recherche, au vu de l’ensemble des contributions ici réunies ?

58Le thème des professions s’est imposé dans l’agenda de la recherche sociologique française quand la sociologie du travail a cessé de s’intéresser principalement, comme elle l’avait fait dans les années 1950 et 1960, au travail ouvrier en atelier d’usine, et quand les situations et les actes de travail pouvaient être compris autrement que comme l’expression directe de purs rapports conflictuels de classe. Il est aisé d’apercevoir comment ce décentrement est imputable à l’évolution même du travail dans nos sociétés, avec les transformations des organisations et la diversification des formes d’emploi, avec la tertiarisation de l’économie, avec le recul de l’emploi ouvrier, avec l’entrée massive des femmes dans l’emploi, avec la réévaluation des relations entre travail et hors-travail. Ces changements ont modifié le périmètre de la sociologie du travail, et la hiérarchie de ses thèmes mobilisateurs. Ont été ainsi promues au premier plan la relation entre formation et emploi, les inégalités sexuées sur le marché du travail, les asymétries croissantes de la gestion des carrières et des flux de main-d’œuvre selon la position dans le cycle de vie, les complexités nouvelles de la distinction entre emploi, chômage et inactivité, la position du travail au regard des différents temps sociaux et les formes non monétarisées du travail.

59Quelles ont été les conséquences pour la sociologie des professions ? D’autres paradigmes entrent en jeu à mesure que la gamme des activités et des situations étudiées se diversifie : au côté des paradigmes issus de la sociologie wébérienne de la rationalisation spécialisante des activités économiques et des systèmes de travail qui l’instrumentent, et des différents paradigmes de la sociologie anglo-saxonne des « professions », figurent les modèles théoriques issus de la sociologic de l’action organisée, qui mettent largement en avant la rationalité stratégique des comportements en interaction, et qui ne dissocient pas les relations de pouvoir des marges d’autonomie des acteurs, dans le fonctionnement du système, ainsi que les analyses des constructions identitaires, à leurs différentes échelles (individu, groupe, catégorie, classe).

60Plus généralement, les contributions rassemblées dans ce volume montrent, par la diversité de leurs approches et de leurs objets, comment la sociologie des professions a pu tirer parti de trois changements de perspective. La classification des métiers, l’identification de leurs formes d’organisation et les auto-identifications des individus au sein de catégories socioprofessionnelles sont le produit composé de multiples niveaux de négociation sociale et de mise en forme institutionnelle. L’individu au travail dispose de compétences, et de ressources cognitives et culturelles, qui sont engagées dans l’acte de travail, au-delà du simple accomplissement des tâches prescrites par la place occupée dans la division spécialisante du travail. Si l’évolution sociale et économique des professions enregistre les tensions aujourd’hui plus fortes entre logique de l’action publique et logique de marché, et si la configuration des savoirs engagés dans le travail, et des protections et des solidarités négociées autour de l’emploi, entre plus ouvertement dans la turbulence des concurrences, des risques et des individualisations différenciatrices et inégalitaires, l’analyse des professions a, plus que jamais, vocation à faire dialoguer systématiquement les approches sociologique, juridique, politique et économique.

Bibliographie

Abbott, A., 1988, The System of Professions, Chicago, University of Chicago Press.

Amossé, T., 2002, « Vingt-cinq ans de transformation des mobilités sur le marché du travail », in Données Sociales 2002-2003,Paris, Éditions de l’INSEE : 235-242.

Besnard, P., 1987, L’anomie, Paris, PUF.

Burnod, G. ; Chenu, A., 2001, « Employés qualifiés et non qualifiés : une proposition d’aménagement de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles », Travail et Emploi, 86 : 87-105.

Chambaz, C. ; Maurin, E. ; Torelli, C., 1998, « L’évaluation sociale des professions en France », Revue française de sociologie, 39 : 177-206.

Chenu, A., 1997, « La descriptibilité statistique des professions », Sociétés Contemporaines, 6 : 109-136.

Derouet, J.-L., 1992, Ecole et justice. Sociologie de l’effet établissement, Paris, Métailié.

Desrosières, A., 1993, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières, A. ; Thévenot, L., 1988, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Durkheim, E., [1893] 1973, De la division du travail social, Paris, PUF.

Dingwall, R. ; Lewis, P., (éds), 1983, The Sociology of the Professions, Londres, MacMillan Press.

Dubar, C. ; Tripier, P., 1998, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

Dubet, F. ; Martucelli, D., 1996, À l’école. Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil.

Duriez, B. ; Ion, J. ; Pinçon, M. ; Pinçon-Charlot, M., 1991, « Institutions statistiques et nomenclatures socioprofessionnelles », Revue française de sociologie, 32 : 29-59.

Duru-Bellat, M., 2002, Les inégalités sociales à l’école, Paris, PUF. « Familles professionnelles : données de cadrage », 1996, Dossiers de la DARES, 5-6.

Freidson, E,. 1983, « The Theory of Professions : State of the Art », repris in Eliot Freidson, 1994, Professionalism Reborn, Cambridge, Polity Press : 13-29.

Goldthorpe, .1 ; Hope, K., 1974,The Social Grading of Occupations, Oxford, Clarendon Press.

Hughes, E. C., [1971] 1996, Le regard sociologique, traduit de l’américain, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lancaster, K., 1979, Variety, Equity and Efficiency, New York, Columbia University Press.

Karpik, L., 1995, Les avocats, Paris, Gallimard.

Lazega, E., 2001, The Collegial Phenomenon. The Social Mechanisms of Cooperation among Peers in a Corporate Law Partnership, Oxford, Oxford University Press.

Leicht, K. T. ; Fennell, M.L., 2001, Professional Work. A Sociological Approach, Oxford, Blackwell.

Lemel, Y., 1991, Stratification et mobilité, Paris, A. Colin.

Le Pen, C., 1999, Les habits neufs d’Hippocrate. Du médecin artisan au médecin ingénieur, Paris, Calmann-Lévy.

Marchand, 0., 2002, Plein emploi, l’improbable retour, Paris, Gallimard.

Marchand, O. ; Thélot, C., 1997, Le travail en France (1800-2000), Paris, Nathan.

Masson, P., 1999, Les coulisses d’un lycée ordinaire, Paris, PUF.

Menger, P.-M., 1989, « Rationalité et incertitude de la vie d’artiste », L’Année sociologique, 39 : 111-151.

— 1997, La profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la démultiplication de soi, Paris, La Documentation française.

Pauron, A. ; Quarré, D., 2002, « Les agents de l’État », INSEE Première, 865.

Schnapper, D., 2002, La démocratie providentielle, Paris, Gallimard.

Supiot, A., 1994, Critique du droit du travail, Paris, PUF.

Van Zanten, A., 2000, L’école, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

— 2001, L’école de la périphérie, Paris, PUF.

Wilensky, H. L., 1964, « The Professionalization of Everyone ? », American Journal of Sociology, 70 : 137-158.

Notes

1 Nous notons entre guillemets « professions » pour désigner le concept anglo-saxon, alors que nous conservons au terme générique français profession sa graphie nue.

2 Voir, parmi d’innombrables références, l’ouvrage collectif dirigé par R. Dingwall et P. Lewis (1983) et celui de K. Leicht et M. Fennell (2001).

3 Voir sur ce point Y. Lemel (1991) et J. Goldthorpe et K. Hope (1974).

4 Une autre recherche sur données françaises a été effectuée par C. Chambaz, E. Maurin et C. Torelli (1998). 11 s’agissait de procéder à une hiérarchisation linéaire des professions, et donc de demander aux individus enquêtés de les coter chacune selon une échelle de notes. Le résultat recherché était la construction d’une échelle de prestige social et de désirabilité des différentes professions. Pour interpréter les classements, les auteurs de la recherche relient ensuite chaque profession aux caractéristiques principales de son mode d’exercice et de ses occupants – niveau de qualification, degré d’autonomie et d’indépendance, exercice d’une autorité hiérarchique, revenu, ancienneté dans le poste, part de l’emploi située dans le secteur public, toutes variables renseignées par les enquêtes Emploi de l’INSEE. Le présupposé de la démarche interprétative est, notons-le, que l’information détenue par chaque enquêté notateur sur ces caractéristiques objectives serait peu ou prou de connaissance commune, et qu’elle orienterait donc le jugement évaluatif de l’ensemble des enquêtés. L’hypothèse est exigeante si elle suppose que l’évaluation ne serait pas fortement biaisée, du côté des enquêtés notateurs, par des inégalités de connaissance du monde des professions. À moins qu’il ne s’agisse plus simplement de postuler que le prestige social et la désirabilité des différentes professions sont le produit de connaissances parcellaires, approximatives et typifiantes du monde des métiers, et que les préférences des individus s’orientent selon des représentations qui n’ont pas besoin d’être adéquates aux valeurs objectives pour guider efficacement le jugement et le choix.

5 Citons notamment les ouvrages de .1.-L. Derouet (1992), F. Dubet et D. Martucelli (1996), M. Duru-Bellat (2002), Ph. Masson (1999), A. Van Zanten (2000 et 2001).

6 Selon une synthèse des évolutions de la mobilité sur le marché du travail (Amossé 2002), les mouvements, par changement d’employeur et par changement d’état (inactivité, chômage, emploi), se sont accrues en France depuis vingt-cinq ans, mais de façon fort sélective. Sélective selon la sphère d’emploi et la taille d’entreprise : l’emploi dans des secteurs comme la banque et l’assurance, l’emploi en grande entreprise, et l’emploi dans la fonction publique, qui est en expansion importante (+10% pour la fonction publique d’État entre 1990 et 2000 ; voir Pauron et Quarré 2002), offrent les meilleures garanties de la stabilité d’emploi. Sélective encore selon le niveau des compétences et des qualifications : la polarisation des mobilités s’accentue, et réserve principalement aux cadres (proportionnellement plus nombreux dans la sphère publique) l’abri des emplois sécurisés, le bénéfice des arbitrages de la mobilité élective, et, dans les conjonctures économiques défavorables, une moindre exposition au risque de chômage; les actifs peu ou pas qualifiés sont, eux, plus systématiquement et massivement confrontés aux chocs des mobilités subies. Sélective, encore, selon le cycle de vie : la gestion différenciée des qualités d’emploi opère différemment dans les deux phases clés de l’insertion (où l’emploi est d’autant plus souvent probatoire et discontinu qu’il est peu qualifié), et de la maturité des quinquagénaires, dont le vieillissement en emploi est d’autant moins synonyme d’accumulation sécurisée d’un capital d’expérience et d’ancienneté, et d’autant plus générateur d’éviction vers le chômage ou la préretraite, ou d’alternance entre ces états et des périodes instables d’activité, que la qualification initialement détenue est faible et le parcours professionnel faiblement ascendant. Mobilité, au sens évoqué, et flexibilité, telle qu’elle s’exprime dans le recours aux CDD, à l’intérim, aux contrats aidés, au temps partiel, composent leurs effets pour modifier l’exercice de l’activité selon un ensemble de paramètres beaucoup plus nombreux que ceux qui régissaient l’organisation des carrières professionnelles dans l’emploi salarié typique.

7 Interrogés sur l’information concernant les emplois qui peuvent s’offrir à eux, les comédiens font souvent état de ces barrières invisibles élevées par le pouvoir occulte de cooptation des réseaux, avec ce qu’ils ont d’impénétrable, parce qu’ils structurent un univers d’activité où les règles sont non-écrites, arbitraires, malaisément déchiffrables. C’est du reste ce qui peut expliquer la quête permanente de visibilité, par la célébration publicitaire et par la mise en spectacle de soi : c’est l’un des prix à payer pour espérer être repéré et sollicité dans un monde de forte concurrence interindividuelle. Voir P.-M. Menger 1997.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540