Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les débris épars du progrès

 | 
Jean-François Gossiaux

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’anthropologie, par vocation ou par nécessité (c’est-à-dire pour les besoins de la comparaison dont elle fait profession), prend pour objets des entités collectives, des ensembles humains nommés chacun dans leur singularité et renvoyés globalement à des concepts divers, parfois concurrents, parfois confondus. Elle parle de cultures, de communautés, d’ethnies, de sociétés…, s’exposant ainsi aux accusations de réification et de relativisme. Nommer, c’est déjà réifier. Comparer, c’est forcément relativiser. Mais c’est aussi se soumettre à la tentation, inverse, d’évaluer.

Considérer les sociétés – au sens à la fois de les appréhender et de les prendre au sérieux – implique de se départir de cette tentation et de l’illusion évolutionniste qui fonde les typologies sur la linéarité du temps et, nolens volens, sur son sens hiérarchisant. Nous avons dans ces chapitres convoqué différents exemples allant à l’encontre des théories qui font de la séparation du politique et du religieux l’alpha...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540