Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Laïcité, laïcités

 | 
Jean Baubérot
, 
Micheline Milot
, 
Philippe Portier

Héritages et actualités

Chapitre 2. Pour la défense de la laïcité en Belgique et en Europe

Pierre Galand

Texte intégral

1Les valeurs défendues par les laïques semblent curieusement être menacées dans des pays où la sécularisation ne cesse de croître, où les pratiques religieuses traditionnelles s’amenuisent au fil du temps.

2Dans des pays connaissant soit une laïcité constitutionnelle, soit une activité associative non confessionnelle bien structurée qui assure la défense de la laïcité politique et philosophique, la question est posée.

3Que Dieu sauve un certain nombre de citoyens et les aide à donner un sens à leur vie est une chose.

4Que l’Église prenne ou reprenne en main l’avenir commun en est une autre.

De la laïcité en Belgique

5Sans remonter aux apports des présocratiques, ni même aux beaux esprits des Lumières, nous allons rapidement retracer le parcours de la laïcité en Belgique.

6La Constitution belge, adoptée le 7 février 1831, fut à son époque une des plus progressistes d’Europe et a instauré une relation juridique originale entre l’État et les Églises. Elle est avant tout le résultat d’un compromis historique conclu entre les libéraux et les catholiques.

7De nombreux catholiques ont en effet compris qu’un retour aux traditions de l’Ancien Régime, voire à un État théocratique, était inconcevable et qu’il convenait d’opter pour un État démocratique où les libertés publiques de religion, de conscience, d’enseignement, de presse et d’asso­ciation seraient constitutionnellement garanties.

8Le régime adopté par le constituant se caractérise par une séparation fictive et une indépendance mutuelle entre l’État et les Églises.

9Trois articles de la Constitution belge consacrent les principes fondamentaux qui régissent ces rapports :

  • l’article 19 de la Constitution garantit la liberté des cultes, leur exercice public et la liberté de manifester ses opinions en toute matière ;
  • l’article 20 prévoit que « nul ne peut être contraint de concourir d’une manière quelconque aux actes et aux cérémonies d’un culte, ni d’en observer les jours de repos » ;
  • l’article 21 stipule que l’État n’a le droit d’intervenir ni dans la nomination, ni dans l’installation des ministres d’un culte quelconque. Il prévoit également que le mariage civil devra en principe toujours précéder la bénédiction nuptiale.

10La concrétisation de ces articles implique qu’un État démocratique se caractérise par la reconnaissance pour chaque individu d’une sphère d’autonomie que l’État doit respecter et garantir, par tout moyen, et notamment en assurant une égalité de traitement à l’égard de chaque individu et de chaque groupe particulier.

11L’adhésion ou non à une religion relève de la sphère privée de chaque citoyen.

12Les libertés publiques s’exercent toutefois dans le cadre de la souveraineté de l’État qui déterminera les limites de l’exercice de ces libertés et le caractère délictueux ou non de certains actes commis à l’occasion de l’usage de ces libertés.

13Malgré ces préceptes constitutionnels, la religion catholique a continué et continue à bénéficier d’une situation privilégiée.

14Ce qui a amené, dès 2008, une nouvelle initiative parlementaire, par le biais d’une proposition de loi, destinée à préciser les principes constitutionnels et à exiger la séparation effective des Églises et de l’État.

15Au départ de ce contexte constitutionnel et au fil du temps, des associations laïques belges ont vu le jour. La plus ancienne, qui a plus de 150 ans, est la Ligue de l’enseignement et de l’éducation permanente.

16La question de l’école a bien sûr mobilisé les libres-penseurs dans un combat pour l’école publique.

17Outre les avancées obtenues en matière d’école et d’émancipation des femmes, les victoires des associations laïques et plus tard du mouvement laïque ont été particulièrement exemplaires dans le domaine éthique : avortement, contraception, euthanasie, mariage homosexuel.

18En ces matières, la législation belge respecte, bien plus que dans l’écrasante majorité des autres pays, le principe du libre choix des individus.

19Le Centre d’action laïque belge a réalisé, en 1969, le rassemblement d’une dizaine d’associations existantes et impliquées dans divers secteurs tels que l’enseignement, l’audiovisuel, la libre-pensée en général.

20Le facteur historiquement identifié comme le déclencheur de cette cristallisation associative est l’incendie à Bruxelles en 1967 des grands magasins de « l’Innovation ».

21Actuellement, le Centre d’action laïque belge regroupe vingt-sept associations communautaires et sept régionales membres du Centre d’action laïque ainsi que trois cent cinq associations régionales et locales affiliées aux régionales.

22Son objet social est la défense et la promotion de la laïcité en Belgique francophone, et dans ses statuts, il est précisé que « par laïcité, il faut entendre :

  • d’une part, la volonté de construire une société juste, progressiste et fraternelle, dotée d’institutions publiques impartiales, garante de la dignité de la personne et des droits humains, assurant à chacun la liberté de pensée et d’expression, ainsi que l’égalité de tous devant la loi sans distinction de sexe, d’origine, de culture ou de conviction et considérant que les options confessionnelles ou non confessionnelles relèvent exclusivement de la sphère privée des personnes ;
  • d’autre part, l’élaboration personnelle d’une conception de vie qui se fonde sur l’expérience humaine, à l’exclusion de toute référence confessionnelle, dogmatique ou surnaturelle, qui implique l’adhésion aux valeurs du libre examen, d’émancipation à l’égard de toute forme de conditionnement et aux impératifs de citoyenneté et de justice » (art. 4).

23C’est en cette dernière part de la conception de la laïcité que se situe la particularité de la Belgique. De là peut déboucher une dimension européenne de la laïcité qui place les valeurs de la laïcité politique comme références communes au sein de la diversité européenne en laissant les héritages confessionnels de l’Europe à leur juste place.

24Mais imposer à tous de nouvelles conceptions morales telle une croisade en terre européenne prépare des dangers certains.

25Le brassage des cultures qui a fait l’identité européenne et sa richesse impose aux gouvernements et aux citoyens d’Europe un devoir d’ouverture et d’acceptation de la diversité.

26Les valeurs de tolérance et d’humanisme qui constituent le patrimoine commun et le ciment de l’Europe moderne, au-delà des différences nationales, régionales ou traditionnelles, impliquent dans le chef de toute autorité publique une rigoureuse impartialité à l’égard de toutes les conceptions philosophiques ou religieuses et la garantie de l’indépendance de la sphère privée des citoyens en matière d’option confessionnelle ou non confessionnelle.

27Le dialogue privilégié, très régulier et moyennement transparent des hauts responsables européens avec les Églises indique l’ampleur de la tâche.

28Les principes de liberté d’expression, de libre choix des personnes, de respect des différences, de distinction entre la sphère publique et la sphère privée, d’impartialité des pouvoirs publics, ainsi que l’attitude qui consiste à privilégier les démarches d’appréhension et d’investigation des faits et des comportements en s’appuyant prioritairement sur la raison, sont des notions, des concepts, des valeurs intimement liés aux combats menés en Belgique pour la laïcité politique. Ce combat est mené au niveau du mouvement laïque par des femmes et des hommes qui se retrouvent au niveau de la laïcité philosophique.

29Ces athées n’ont pas bien sûr l’exclusivité de la défense de la laïcité politique mais il s’agit pour eux d’une démarche libre-exaministe naturelle.

30Mais aujourd’hui, nous ne pouvons nous contenter de gérer une rente de situation. Il faut faire preuve de vigilance et de détermination pour assurer avec tous les défenseurs d’une démocratie éclairée que les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité restent les facteurs centraux de la cohésion sociale en Belgique et en Europe.

De la nécessité d’un réseau laïque en Europe

31Qu’il soit une nécessité de constituer un réseau laïque en Europe est une réalité déconcertante dans la mesure où la laïcité n’a eu droit de cité dans les instances européennes que pour mieux donner voix aux chrétiens (les catholiques de la COMECE, de l’Opus Dei, du mouvement Civitas ; les protestants de la Conférence des Églises européennes et les lobbies évangéliques ; les orthodoxes dans les nouveaux pays de l’Europe de l’Est ; la scientologie).

32Mais aussi dans la mesure où beaucoup de laïques rejettent l’Union européenne comme entité au service du grand capital ou comme source de leurs difficultés économiques et sociales. Nombre de laïques et de mouvements laïques veulent défendre une autre conception de l’Europe, estimant que Bruxelles est irrecevable et sans perspective humaniste.

  • 1 Il s’agit non seulement du conseil de la Commission et du Parlement européens, mais aussi de la Co (...)

33Cela dit, des combats importants ont été menés par les laïques au sein des institutions européennes1 et doivent encore être menés étant donné qu’il s’agit d’un important centre décisionnel.

34Des parlementaires courageux sont en alerte et mènent le combat, Véronique De Keyser et sa collègue Sophie In’t Velde en font partie.

35Parmi les combats, soulignons :

  • celui mené sous la houlette de Georges Liénard, à l’époque secrétaire général de la Fédération humaniste européenne, contre la Constitution et son article 512 ;
  • celui pour intégrer les conceptions philosophiques, faute d’avoir pu supprimer les contacts privilégiés avec les Églises dans l’article 17 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne3 ;
  • celui pour une conception laïque de la solidarité dans le monde des ONG, trop exclusivement religieux et caritatif, voire purement missionnaire ;
  • celui pour le financement de la recherche sur les cellules souches reproductives ;
  • celui pour les droits des femmes à l’égalité et à la santé sexuelle et reproductive ;
  • celui pour les lois antidiscriminations ;
  • celui pour les droits humains et l’adoption de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne ;
  • celui contre les lois qui pénalisent le blasphème ;
  • et quelques autres…

36Toutefois, de l’Europe du charbon et de l’acier aux accents d’humanisme chrétien des fondateurs, Spinelli, Monnet, Schuman puis des Delors ou Prodi, on est passé à l’Europe du libre marché puis à l’Europe du capital financier. Une nouvelle orthodoxie est née, celle de l’orthodoxie financière et des équilibres budgétaires.

37Et comme toute orthodoxie, c’est l’instrument le plus destructeur – d’une pensée libre en Europe et d’un imaginaire politique – auquel puissent s’associer les citoyens.

38Pris à la gorge, les gouvernements, les responsables politiques, avec ou sans conviction, limitent leur gestion aux arbitrages dans le gel des dépenses.

39Les conséquences de ces politiques restrictives s’apparentent à celles provoquées par les ajustements structurels appliqués par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale aux pays d’Afrique et d’Amérique latine durant les années 1980 et 1990. On assiste, affolés ou scandalisés, aux effets destructeurs pour nos démocraties sociales avancées et pour les valeurs qui les sous-tendaient. Les alternatives soit en sont à leurs balbutiements, soit font l’objet d’attaques visant à leur marginalisation.

40Entre-temps, le poids de cette crise retombe sur les épaules des maillons faibles dans nos différents pays, généralement les services publics, ainsi que sur les allocataires sociaux. Les fondements de nos sociétés sont fragilisés à l’extrême, ouvrant le champ libre à toutes sortes de réponses alarmantes. Le populisme gangrène l’espace politique, l’intégrisme celui du religieux. Le retour à la soupe populaire et à l’action caritative dans le domaine social contribue à la destruction des acquis sociaux. L’estompement de la norme devient pratique courante s’agissant de la protection des libertés et des droits fondamentaux des citoyens.

41L’impuissance involontaire ou organisée des institutions, des États, et la complicité des cercles très concentrés des détenteurs du pouvoir économique assurent l’impunité tant de l’évasion fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes vers les paradis fiscaux, que des crimes que sont les enrichissements illégaux résultant des trafics d’envergure des drogues, des armes, du sexe, qui font de l’Union européenne une vraie passoire du blanchiment de l’argent sale.

42Exploitant la base de données Orbis 2007, qui enregistre 37 millions d’entreprises et d’investisseurs à travers le monde, une équipe de chercheurs zurichois en ont extrait 43 060 multinationales et, parmi elles, un noyau de 1 318 entreprises liées par des participations croisées. Chacune a des liens avec deux autres ou plus, avec une moyenne de vingt connexions. De surcroît, ces 1 318 sociétés, qui représentent 20 % du chiffre d’affaires mondial, possèdent collectivement la majorité des plus grandes entreprises et sociétés de production du monde – celles qui constituent l’« économie réelle ».

43Mieux, 147 sociétés encore plus interconnectées entre elles contrôlent 40 % de la richesse totale du réseau.

  • 4 « Ces 147 sociétés qui dominent le monde », Courrier international, le 1er décembre 2011 (article (...)

44Cerise sur le gâteau, moins de 1 % des sociétés contrôlent 40 % du réseau et la plupart sont des institutions financières. Parmi les vingt premières figurent Barclays, JP Morgan Chase et Goldman Sachs4.

45Mais lorsqu’il s’agit de la « fraude sociale », alors oui, le couperet tombe :

  • sur les maillons faibles engagés « au noir » dans nos entreprises de construction ou de l’Horeca5 ;
  • sur les allocataires sociaux survivant déjà souvent au seuil du minimum vital ;
  • sur l’immigration dite clandestine.

46Arrêtons de dire de quelqu’un qu’il est un chômeur alors qu’en fait il est quelqu’un privé de travail. Pire, aujourd’hui un chômeur en fin de droits est mis, le plus souvent, sous la pression de n’avoir plus le choix que d’un sous-travail, qui lui est proposé avec l’arrogance de l’employeur : « Vous avez le choix de signer ou de refuser. »

47Drôle de conception de la liberté que celle du « capitalisme décomplexé » qui a remplacé le capitalisme social (drôle de système qui produit de la richesse et amplifie la misère).

48Alors oui, la machine européenne, l’Europe forteresse, réagit à ses frontières communes, forçant les pays de son pourtour à organiser la police et les prisons, voire même à construire des murs comme à Ceuta et Melilla au Maroc, les finançant pour ce faire.

49Croissance nulle ne veut pas dire appauvrissement pour tous, mais augmentation scandaleuse de la richesse accaparée par quelques-uns.

50Pour tout laïque européen, il importe donc d’apprendre que la crise de nos sociétés est une crise de nos valeurs :

  • celle de l'éducation de qualité pour toutes et tous ;
  • celle de l'égalité des genres et de la dignité ;
  • celle de la qualité de vie au travers :
    • d'un revenu décent ;
    • d'un travail décent ;
    • d'une santé décente ;
    • d'une culture émancipatrice.

51Nous ne pouvons plus poursuivre notre action laïque comme si toutes les valeurs s’avéraient égales.

52Comme si notre seul combat était de contenir le religieux, trop souvent confondu avec la séparation des Églises et de l’État ou la promotion de l’athéisme.

53Comme si – et cela est le cas partout en Europe – les laïques n’étaient qu’une composante souvent marginale de nos sociétés.

54Nous faisons certes face à des difficultés :

  1. Vu que nous sommes d’essence libertaire et donc méfiants, à juste titre, vis-à-vis de l’embrigadement et de l’autorité (« Ni dieu ni maître! ») ;
  2. Vu que la laïcité est une histoire relativement récente qui s’exprime de manière historiquement différente d’un pays européen à l’autre6 ;
  3. Pour nos partenaires des pays de l’Est européen, la laïcité se confond avec athéisme d’État ou communisme. Pour nos concitoyens du pourtour méditerranéen, elle se confond parfois encore avec les conceptions du colonialisme ;
  4. Et enfin, parce que nous sommes des nains à côté des divisions « vaticanesques » et de leurs moyens tant organisationnels que financiers (force médiatique, etc.). Les mêmes remarques valent pour les nouveaux courants du protestantisme et évidemment pour les courants islamiques intégristes.

55Cependant, ce constat ne doit pas nous empêcher de :

  • prendre une part active aux grands débats de nos sociétés européennes ;
  • de partager les expériences acquises par les multiples initiatives prises par les cinquante-deux organisations membres de notre réseau en ce qui concerne :
    • la séparation des Églises et de l’État,
    • la défense de nos valeurs et notre conception de la vie tant individuelle que collective,
    • la conception philosophique que nous entendons promouvoir, fondée sur la Déclaration universelle des droits de l’homme et ce par des actes concrets en matière :
      • d’instruction, d’éducation et d’enseignement,
      • d’assistance morale,
      • d’actions de solidarité,
      • de culture de la liberté.

56Car, c’est à partir de ces actes que nous crédibilisons nos revendications pour un retour à des politiques de progrès concernant la justice sociale et la construction de mécanismes européens de solidarité.

57Des revendications que nous voulons porter au sein des institutions européennes pour la construction d’une Europe humaniste et citoyenne à même d’endiguer la montée des populismes de tous bords.

58« La laïcité est indissociable de la justice sociale », disait Jean Jaurès.

59S’il avait dû tenir compte des rapports de force, jamais Gandhi n’aurait entrepris la « marche du sel ».

Notes

1 Il s’agit non seulement du conseil de la Commission et du Parlement européens, mais aussi de la Cour de justice européenne, du Conseil de l’Europe, etc.

2 Le projet de Constitution européenne prévoyait que l’Europe était fondée sur l’héritage chrétien et son article 51 prévoyait un contact régulier avec les Églises.

3 L’article 17 stipule : « 1. L’Union respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les églises et les associations ou communautés religieuses dans les États membres. 2. L’Union respecte également le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les organisations philosophiques et non confessionnelles. 3. Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises et organisations. »

4 « Ces 147 sociétés qui dominent le monde », Courrier international, le 1er décembre 2011 (article original : A. Coghlan et D. Mackenzie, « Revealed – the capitalist network that runs the world », New Scientist, le 24 octobre 2011).

5 Horeca est l’acronyme belge désignant le secteur d’activités de l’Hôtellerie, de la Restauration et des Cafés.

6 Le mot laïcité ne se traduit pas dans la plupart des langues européennes non latines.

Auteur

Président du Centre d’action laïque (CAL)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable