Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Laïcité, laïcités

 | 
Jean Baubérot
, 
Micheline Milot
, 
Philippe Portier

Héritages et actualités

Chapitre 1. La Ligue de l’enseignement et la laïcité : un même chemin

Pierre Tournemire

Texte intégral

  • 1 La Ligue est née à l’automne 1866, sous le Second Empire, suite à l’appel lancé par Jean Macé pour (...)

1Si, depuis sa création en 1866, la Ligue de l’enseignement1 a toujours placé la laïcité au centre de son socle idéologique, elle occupe dans l’espace social et politique une place originale. Elle est à la fois un mouvement d’éducation populaire fédérant des initiatives locales, un mouvement idéologique pour la promotion des valeurs républicaines, au premier rang desquelles la laïcité, et une organisation gérant un grand nombre d’activités sociales, éducatives, culturelles et de loisirs pour ses adhérents ou mettant en œuvre des missions de service public pour l’État et les collectivités locales, jouant ainsi un rôle non négligeable dans le champ de l’économie sociale.

2Si l’on se concentrera sur les actions de la Ligue en faveur de la laïcité, il faut néanmoins avoir présents à l’esprit cette dimension gestionnaire et les partenariats avec les pouvoirs publics, car ils sont une caractéristique fondamentale pour comprendre ses capacités d’action mais aussi les contraintes qui pèsent, consciemment ou non, sur ses prises de position. Il faut également prendre en compte le fait que la Ligue est très diverse dans sa composition.

3Cette contribution ayant valeur de témoignage, nous commencerons notre récit depuis la fin des années 1960, au moment où, avec d’autres jeunes militants influencés par les sociologues qui mettaient en cause le statut du savoir ainsi que la relation maître-élève et qui soulignaient la reproduction des inégalités par l’éducation, nous prenions des responsabilités à la Ligue. Avec Mai 68, les rapports traditionnels de la Ligue avec l’école et les enseigants ne nous satisfaisaient plus. Nous étions soucieux d’affirmer une nouvelle indépendance vis-à-vis des syndicats d’enseignants, motivés par l’action dans la cité plutôt qu’autour de l’école. Nous considérions enfin que l’école, reproductrice d’inégalités, devait être plus transformée que défendue. Aussi, tout en participant aux réflexions du Comité national d’action laïque (CNAL) sur le service public de l’éducation nationale à gestion tripartite, nous laissions volontiers la question scolaire à la Fédération de l’Éducation nationale (FEN), au Syndicat national des instituteurs (SNI) ou à la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), pour nous consacrer à la transformation sociale.

4En engageant à partir de 1972 une campagne sur le thème « Vivre en Ville », la Ligue va abandonner, dans une perspective autogestionnaire, la référence à l’éducation populaire, trop liée à la transmission des savoirs, pour lui préférer l’animation socioculturelle. Il ne s’agit plus d’éduquer mais d’animer, de permettre aux habitants de s’organiser eux-mêmes pour prendre en charge l’analyse des besoins de leur milieu de vie et la mise en œuvre de réponses adéquates. L’animation socioculturelle devient alors le moyen de la transformation sociale en débusquant dans les activités éducatives et culturelles tout ce qui rend supportable l’insupportable d’une société foncièrement inégalitaire avec la conviction que la prise de conscience des aliénations permettra de s’en libérer.

  • 2 Compte rendu de l’assemblée générale de Montpellier, 1982, archives de la Ligue de l’enseignement.

5En 1981, la victoire de la gauche avec François Mitterrand annonce, pour la Ligue comme pour tous les militants laïques, l’espoir de régler définitivement la question avec l’avènement d’un grand service public unifié et laïque de l’Éducation nationale (dit « SPULEN »), que souhaitait depuis 1972 le CNAL. Le candidat victorieux s’y était engagé, même si l’ajout de la formule « sans contrainte ni spoliation » laissait la porte ouverte à toutes les ambiguïtés. À la Ligue, le débat interne va commencer à changer de cap, d’abord timidement et en restant dans le cadre du CNAL, puis avec quelque distance, voire rupture – on a même parlé d’aggiornamento – avec les thèmes et les contenus qui avaient jusqu’alors caractérisé ses discours. En juillet 1982, lors de son assemblée générale, elle présente, devant Alain Savary, le ministre de l’­Éducation ­nationale, son projet d’une « école de l’éducation permanente plus ouverte ». La résolution ose deux propositions alors iconoclastes, même en ces temps d’espoir de « changer la vie » : d’une part « l’élargissement du champ des connaissances dispensées par l’École, sans exclusive aux philosophies, aux idéologies et aux religions2… » et d’autre part une proposition qui ouvre la possibilité aux parents d’élèves d’organiser des activités cultuelles. Ces propositions constituaient en quelque sorte un gage de bonne volonté en contrepartie de la « nationalisation » pour rassurer les parents du privé sur le degré de liberté dont ils disposeraient dans l’enseignement public pour continuer à élever leurs enfants dans le choix de leur religion.

6Si ces propositions n’ont aucun écho à l’extérieur de la Ligue, elles provoquent une relance du débat interne car elles heurtent une partie de ses militants, dont la pluralité couvre largement le champ des diverses positions sur la mise en œuvre de la laïcité. Comme il convient, par tradition à la Ligue, de chercher un consensus interne, il est décidé en 1983 que la laïcité ferait l’objet de la question à l’étude du prochain congrès prévu en 1986. L’année 1984 va rendre cette réflexion essentielle. Devant une opinion publique qui ressent la réussite scolaire comme essentielle et analyse le dualisme scolaire comme une possibilité de recours pour cette réussite, les médias vont stigmatiser les positions du CNAL comme étant corporatistes et sectaires. Pire, les militants laïques vont être décrits comme ringards, dépassés, « liberticides » et incapables de se soumettre à la déesse Modernité. Les grands universitaires réputés de gauche rasaient les murs. Plus tard, une autre vision de la laïcité les rendra plus loquaces. Dans ce contexte, le pouvoir recule. Le projet d’Alain Savary, amendé et adopté par l’Assemblée nationale, est retiré par le président de la République.

7La Ligue va canaliser son amertume, mêlée de colère, dans une large réflexion sur la laïcité, en commençant par écouter, de préférence, des voix venues d’ailleurs, en consultant des historiens engagés dans la vie contemporaine, en confrontant la laïcité avec la religion, avec l’éducation, avec la pensée scientifique, avec le marxisme, avec les défenseurs des droits de l’homme, avec les représentants des institutions républicaines. Deux livres, La Laïcité en miroir (Gauthier dir., 1985) et La Laïcité en mémoire (Gauthier et Nicolet, 1987), les articles de Pourquoi ?, la revue de la Ligue de cette époque, les documents internes qui circulaient dans le mouvement suscitèrent de multiples débats autour de ces questions, en interne comme en externe. Les détracteurs – ils furent nombreux au début – prétendirent qu’il n’y avait là qu’agitation des élites – forcément parisiennes – et que les associations constituant la base de la Ligue, la plupart spécialisées dans des activités culturelles ou sportives, étaient indifférentes à ces débats. Même si l’implication fut très variable sur le territoire, la majorité approuvait la détermination de la démarche en cours, la volonté de se remettre en cause et de dépoussiérer quelque peu un concept qui avait été occulté au cours du xxe siècle. À tort ou à raison, les militants de la Ligue avaient l’impression d’être à la pointe d’une réflexion nouvelle sur la laïcité.

8Ce n’était pas ce que pensaient les autres composantes laïques, cependant divisées. On nous reprocha de pratiquer une fuite en avant, de faire le jeu de l’adversaire, de nous compromettre en discutant publiquement avec des religieux et des responsables de l’enseignement privé. Cette impression sera confortée par le colloque « Laïcité 2000 » qui se tint au printemps 1986 au centre de conférence du Panthéon. Il eut l’avantage de porter notre démarche sur la place publique et de confronter la curiosité des participants à la parole de personnalités de renom. Mais il marqua surtout, par l’invitation faite, probablement pour la première fois dans une instance laïque importante, à un évêque, un jésuite et un musulman de s’exprimer sur la laïcité. Cette initiative, à une époque où serrer la main d’un évêque valait soupçon de trahison, a suscité interrogations et polémiques. Dans la foulée, Michel Morineau (1986) présentera en juillet au congrès de Lille un rapport d’étape qui s’affirmera assez ostensiblement provisoire pour ne pas trop heurter les résistances.

9À l’issue du congrès naissent les cercles Condorcet, d’abord à Paris, puis dans plusieurs départements, et la démarche commençant à susciter intérêt et curiosité, les responsables de la Ligue vont répondre à de nombreuses invitations de partis politiques et d’autorités religieuses, essentiellement catholiques. La prestation de Michel Morineau devant mille cinq cents aumôniers catholiques en novembre 1988 sera saluée par La Croix. Un compte rendu annoncé à la une du journal Le Monde fera beaucoup parler et suscitera de nombreuses réactions dans les milieux laïques.

  • 3 N. Gauthier, « Les enfants de Jules Ferry et du bon dieu », Libération, le 16 février 1989.

10Les contacts avec les représentants de l’épiscopat conduisirent à l’orga­nisation début 1989 de quelques colloques décentralisés sur les rythmes scolaires. La proposition de reporter les cours du samedi au mercredi inquiétait l’épiscopat, qui savait bien que, s’il était déplacé au samedi, le catéchisme ne ferait pas le poids face au week-end familial. Pour la Ligue, un problème identique se posait pour l’organisation des loisirs postscolaires. Cette initiative provoqua la une de Libération : « Les enfants de Jules Ferry et du bon dieu »3.

11Plusieurs années de réflexions donnèrent lieu, lors du congrès de Toulouse en 1989, à l’adoption d’une résolution dans laquelle la Ligue se prononça pour une laïcité qui, assurant à chacun les garanties institutionnelles du droit à la liberté de conscience, conjugue citoyenneté et solidarité dans une véritable démocratie sociale. Le néolibéralisme se substituait à l’Église catholique comme adversaire principal : « Les sermons de carême sont moins dangereux que les cours de la Bourse ou les décisions du FMI. » Jean-Louis Rollot, le secrétaire général, indiqua dans l’allocution finale :

  • 4 Compte rendu du congrès de Toulouse, 1989, archives de la Ligue de l’enseignement.

Alors que les séparations d’hier étaient fondées sur des lignes de partage entre ceux qui croyaient et ceux qui ne croyaient pas, il y a d’autres lignes de partage, aujourd’hui, plus graves. Croyants et incroyants, réunis dans une laïcité fondée sur cette double quête de la démocratie et de la solidarité, nous devons être au coude-à-coude, actifs, pour refuser les exclusions intolérables, et pour relever, ensemble, le défi. Ensemble, nous entendons poursuivre les dialogues engagés, et je souhaite que nous traitions tous nos partenaires des différentes religions avec la même dignité et la même reconnaissance4.

12Lorsque surgit fin 1989 l’affaire très médiatisée de Creil où trois jeunes filles refusent d’enlever leur foulard au collège, la Ligue se reconnaît pleinement dans l’avis du Conseil d’État et dans la circulaire de Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale. Cette expression, à peu près constante jusqu’à nos jours, même si parfois les responsables locaux de la Ligue confrontés au port du voile ont pris des positions différentes, s’explique certes par les résultats de la réflexion conduite pour le congrès de Toulouse, mais elle prend plus largement racine dans les actions conduites au quotidien depuis vingt ans pour améliorer son implantation urbaine (jusqu’au début des années 1970, les associations de la Ligue sont essentiellement constituées autour de l’école rurale), qui l’amènent à s’employer à résoudre concrètement les problèmes sociaux, notamment la lutte contre l’exclusion – avant que le mot ne fasse florès dans les discours sur la fracture sociale – et contre les inégalités.

13Dans le même temps, elle investit autrement le champ de la culture. Partant des arts et traditions populaires, elle progresse vers une réflexion sur les cultures régionales à partir de 1975, puis sur les cultures minoritaires, les cultures de la migration… ce qui l’amène très naturellement à la question identitaire, à la place des minorités dans la république et au-delà à une réflexion sur la nation, l’État, le pluralisme et le multiculturalisme. Parallèlement, ses rapports avec les associations confessionnelles évoluent : de la concurrence dans chaque village entre les partisans des deux écoles, elle développe, d’abord nationalement, des dialogues, puis participe sur l’ensemble du territoire à des structures permettant de larges regroupements pour représenter la vie associative et promouvoir des actions communes. Bref, même si localement les pratiques sont très diverses, la Ligue a profondément intégré le respect du pluralisme culturel comme une donnée de la dignité des hommes et comme un élément constitutif du développement à venir de la démocratie.

14L’année 1990 est marquée par diverses initiatives visant « à garder la laïcité dans sa pureté », en particulier celle du Grand Orient de France qui tient fin octobre les « Assises internationales de la laïcité ». En réaction, la Ligue décide d’organiser en décembre, à la Grande Arche de la Défense, symbole de la fraternité – le choix du lieu ne tenait naturellement rien du hasard –, les « Assises de la laïcité plurielle ». L’adjonction par la Ligue de l’adjectif « pluriel » à laïcité, pour signifier les divergences entre les militants laïques, allait susciter de vives réactions à l’extérieur de la Ligue et de nombreux débats en interne. Après quelques années, la Ligue admet que la formule « laïcité plurielle » présentait plus d’inconvénients que d’avantages, en particulier celui de mélanger débat politique, juridique, philosophique et culturel. Mais, si elle était inappropriée, elle visait à mettre en évidence la volonté de garantir le pluralisme contre certaines prétentions hégémoniques d’une culture dont l’universalité proclamée est travaillée par des tentations uniformisantes. Elle indiquait aussi l’ambition que doivent avoir tous les démocrates de favoriser l’intégration dans la République des personnes issues de l’immigration. Bref, si la formulation ne l’était pas, l’idée était juste. Aussi, sans parler de laïcité plurielle, la Ligue a gardé sa volonté d’agir contre toutes les prétentions cléricales, dogmatiques ou uniformisantes d’où qu’elles viennent, pour l’expression de la diversité des opinions et du pluralisme des cultures.

15Dans cet esprit, la Ligue coorganise en novembre 1991 avec le Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) de Franche-Comté et l’appui du recteur de l’époque, Philippe Joutard, un colloque intitulé « Enseigner l’histoire des religions dans une démarche laïque », qui fera l’objet de diverses publications par le CRDP, notamment une Histoire de la laïcité (Baubérot et al., 1994). De même, en 1992, au lieu de participer, dans l’atmosphère ambiante, à la commémoration de la découverte de l’Amérique, la Ligue va inscrire une action très importante dans le rappel d’un événement majeur quoiqu’oublié qui avait favorisé l’expédition de Christophe Colomb : la chute du royaume musulman de Grenade.

16Tout en s’investissant fortement dans l’organisation de la grande manifestation laïque du 16 janvier 1994, qui, mobilisant les défenseurs de l’enseignement public, allait faire contrepoids à celle des partisans de l’enseignement privé en 1984, la Ligue tenait la veille un colloque intitulé « Quelle place pour la morale ? » en association – inattendue à l’époque – avec La Vie (anciennement catholique), permettant ainsi la rencontre de la bonne vieille morale laïque avec les morales religieuses. Ce colloque faisait suite à un séminaire interne tenu les années précédentes sur le thème « Morale pour une société laïque ».

17Dans le même temps, en lien avec le cercle Condorcet de Paris, étaient publiés, sous le titre Religions et laïcité dans l’Europe des Douze, les résultats d’un groupe de travail animé par Jean Baubérot chargé de mener une étude comparative entre les douze pays de l’Union européenne de l’époque (Baubérot dir., 1994) – une manière de mieux situer la spécificité française et surtout de préparer l’avenir dans la mesure où, malgré le principe de subsidiarité qui venait d’être voté, on sentait bien que les institutions européennes allaient avoir un poids grandi.

18Par ailleurs, la Ligue décide en 1997 d’inscrire la réflexion sur la place de l’islam et des citoyens de culture musulmane dans la République en créant la commission Islam et Laïcité. La Ligue est en effet convaincue que les institutions laïques sont doublement mises à l’épreuve : dans leur capacité à prendre en compte l’islam réellement à égalité de droits et de devoirs avec les autres religions dans le respect de la dignité de la pratique d’un culte d’une part et dans leur capacité à se faire reconnaître et accepter par les musulmans concernés d’autre part.

19Pour la Ligue, sur cet enjeu, la seule issue réside dans le dialogue. Il ne s’agissait en aucun cas de s’inscrire dans un processus de négociation, la Ligue n’ayant aucune légitimité pour cela, ni à plus forte raison dans un processus de constitution d’une institution représentative, même si elle avait envie de mettre son grain de sel dans une question qui arrivait à l’ordre du jour. Il s’agissait tout simplement de réfléchir sur les problèmes politiques et sociaux posés par l’intégration de l’islam de France dans le cadre légal de la laïcité républicaine, pour comprendre où sont les difficultés réelles, pour donner à connaître la laïcité, pour essayer de faire évoluer les mentalités de part et d’autre et l’opinion publique en général.

  • 5 « L’islam dans la Cité », colloque organisé par Confluences Méditerranée, la Ligue de l’enseignemen (...)

20La composition du groupe de réflexion se voulait le reflet de cette volonté en comprenant, outre des représentants de la Ligue, des universitaires, des chercheurs de grandes institutions comme le CNRS, l’EPHE, l’EHESS ou Sciences Po, mais aussi des personnalités issues des différentes sensibilités musulmanes, catholiques, protestantes, juives ou agnostiques. Mais la présence de Tariq Ramadan allait la rendre suspecte. Il faut dire qu’à cette époque le souvenir des attentats de l’été 1995 et la guerre civile en Algérie rendaient suspects de complicité avec les terroristes islamiques ceux qui revendiquaient la visibilité de la pratique de l’islam. Tariq Ramadan eut beau, dans un article des Idées en mouvement, le mensuel de la Ligue, condamner le Front islamique du salut, il restait soupçonné de double langage. De même, Ahmed Jaballah pouvait-il condamner dans le même journal les talibans et réclamer que les musulmans de France soient traités comme des citoyens à part entière et non comme devant assumer les crimes commis au nom de l’islam dans le monde, il ne paraissait pas possible que le directeur des études du centre de formation des imans de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) ne soit pas porteur de thèses menaçant les institutions républicaines. Parallèlement aux travaux de la commission, la Ligue a organisé des journées d’information sur le thème « Laïcité et islam » dans des fédérations départementales ou des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) et des responsables de la Ligue ont répondu à diverses sollicitations d’associations musulmanes, notamment, ce qui paraissait surprenant en 1997, en participant régulièrement au rassemblement annuel de l’UOIF au Bourget. Pour rendre compte de ces travaux, elle organisa en décembre 2000 à l’Unesco un colloque en collaboration avec le Monde diplomatique et la revue Confluences Méditerranée5. Mais, en mettant un terme, dans un contexte difficile, à l’existence de cette commission, la Ligue a sous-estimé le plaisir que des gens très différents avaient de dialoguer régulièrement, et les membres décidèrent de poursuivre leurs travaux, d’abord sous les auspices de la Ligue des droits de l’homme avec l’appui du Monde diplomatique, puis en créant une association autonome.

21La Ligue n’a naturellement pas pu rester en dehors du vif débat sur la question du port de signes religieux à l’école publique. « Une loi qui serait inopportune » fit l’objet d’une résolution adoptée largement par l’assemblée générale qui se tint à Troyes à la fin de l’année scolaire 2003. Telle fut la position que nous avons développée avec Jean-Michel Ducomte, le président de la Ligue, lors de l’audition publique organisée par la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, dite commission Stasi. Un document intitulé « Liberté-égalité-fraternité. La laïcité, un bien commun, une démarche, une construction permanente » a été remis à cette occasion et reste pour nous une référence malgré l’adoption de la loi de mars 2004 (Ducomte et Tournemire, 2003).

  • 6 Les Idées en mouvement, hors-série no 6, « Laïcité, nous écrivons ton nom », 2005.
  • 7 J.-M. Ducomte, La laïcité, Paris, Milan, coll. « Les essentiels Milan », 2001 ; Id., La loi 1905. Q (...)
  • 8 « La laïcité 1905-2005 », TDC – Textes et documents pour la classe, no 903, novembre 2005.
  • 9 « De la séparation des Églises et de l’État à l’avenir de la laïcité », colloque organisé en collab (...)
  • 10 Il s’agit des contributions de C. Conte, « Peut-on donner une définition positive à la laïcité ? », (...)

22En 2005, la Ligue fut au premier rang de la commémoration du centenaire de la loi de 1905 avec une exposition nationale, deux DVD, dont l’un coproduit avec la chaîne parlementaire, un site Internet dédié, une série d’articles dans Les Idées en mouvement, en particulier un hors-série : « Laïcité, nous écrivons ton nom »6, deux livres aux éditions Milan sur la laïcité et sur la loi de 1905 par J.-M. Ducomte7, de nombreuses contributions à diverses publications, en particulier Textes et documents pour la classe8, l’organisation de nombreux colloques nationaux décentralisés, dont certains très importants, en particulier celui d’Auxerre9, la participation à des colloques organisés par d’autres structures, notamment deux contributions à l’Académie des sciences morales et politiques, qui était en charge de la commémoration officielle10. Ces actions nationales ont été complétées par de multiples initiatives dans les fédérations départementales. La Ligue a par ailleurs soutenu la présentation le 9 décembre au Sénat de la Déclaration universelle sur la laïcité au xxie siècle, rédigée à l’initiative de Jean Baubérot, Micheline Milot et Roberto Blancarte, et signée par plus de deux cent cinquante universitaires de différents pays. Elle a également joué un rôle moteur dans l’initiative du colloque international « Pour une laïcité à l’échelle du monde au xxie siècle » qui s’est tenu le 10 décembre à la Bourse du travail de Paris, avec vingt-sept grandes organisations laïques françaises et la Fédération humaniste européenne.

23En conclusion, nous dirons que la Ligue a le souci d’inscrire son action pour la laïcité dans le contexte d’une société où, en France comme dans le monde, la misère croît au sein de l’opulence et où les inégalités s’aggravent. Elle a toujours cherché à concilier ses prises de position avec sa volonté de rassembler ceux qui se reconnaissent dans le constat de l’égale dignité de tous les êtres humains. Elle a cherché à imprégner davantage l’ensemble de ses actions éducatives, culturelles, sportives et de loisirs d’une démarche qui conjugue fermeté sur les principes, rigueur exemplaire à l’égard de comportements inacceptables et ouverture généreuse à tous ceux qui veulent agir dans le respect des lois de la République. Fermement convaincue que notre société multiculturelle est une chance pour un avenir commun, que la diversité est un capital formidable dans un monde en mutation, elle agit pour une laïcité qui ne se cantonne pas au ciel des idées ou au rappel incantatoire de grands principes.

24Toutes ces actions s’inscrivent dans une volonté de remobilisation associative et militante pour faire vivre une république réellement « laïque, démocratique et sociale ». À cet effet, elle a adopté en 2010 à son congrès de Toulouse un manifeste, « Faire société », dans lequel elle affirme :

  • 11 Ligue de l’enseignement, « Faire société », manifeste public, disponible en ligne sur <http://www.f (...)

Faire société est devenu une nécessité impérieuse. Cet engagement appelle l’examen critique, la réaffirmation et l’invention citoyennes des principes qui peuvent et qui doivent fonder notre « vivre ensemble ». Vivre les uns avec les autres suppose de redonner à chacun confiance en lui-même, confiance en l’autre et confiance dans les cadres collectifs qui protègent et émancipent tout à la fois11.

25Certes, la réalité est complexe, mais la prise en compte de cette complexité ne conduit pas la Ligue à la nostalgie ou à une tiédeur dans la défense de la laïcité. Comme le disait Jean Jaurès, « la laïcité peureuse ne pose aucun problème, l’esprit de la laïcité, c’est de les poser tous ». La Ligue veut donc conjuguer la laïcité avec la justice sociale et le pluralisme des cultures et des opinions.

Bibliographie

Baubérot, Jean (dir.) (1994), Religions et laïcité dans l’Europe des Douze, Paris, Syros.

Baubérot, Jean, Gauthier, Guy, Legrand, Louis, Ognier, Pierre (1994), Histoire de la laïcité, Besançon, CRDP de Franche-Comté.

Ducomte, Jean-Michel, Tournemire, Pierre (2003), « Liberté-égalité-fraternité. La laïcité, un bien commun, une démarche, une construction permanente », document remis à la Commission sur l’application du principe de laïcité dans la République, novembre. Disponible en ligne sur <http://www.islamlaicite.org/IMG/pdf/AuditionStasi-tournelire.pdf>.

Gauthier, Guy (dir.) (1985), La Laïcité en miroir, Paris, Édilig.

Gauthier, Guy, Nicolet, Claude (1987), La Laïcité en mémoire (textes réunis et présentés par), Paris, Édilig.

Morineau, Michel (1986), « Laïcité en débat – Introduction à 1989 », rapport au congrès de Lille, juillet 1986, Ligue française de l’enseignement et de l’éducation permanente.

Tournemire, Pierre (2000), La Ligue de l’enseignement, Évreux, Milan.

Notes

1 La Ligue est née à l’automne 1866, sous le Second Empire, suite à l’appel lancé par Jean Macé pour le rassemblement de tous ceux qui souhaitaient contribuer à l’enseignement du peuple. Elle a accompagné, en particulier dans le domaine de l’éducation, les profondes réformes de la IIIe République. Elle a été dissoute par le maréchal Pétain puis a retrouvé force et vigueur à la Libération pour s’enraciner, avec des fortunes diverses, dans la IVe et la Ve République.

2 Compte rendu de l’assemblée générale de Montpellier, 1982, archives de la Ligue de l’enseignement.

3 N. Gauthier, « Les enfants de Jules Ferry et du bon dieu », Libération, le 16 février 1989.

4 Compte rendu du congrès de Toulouse, 1989, archives de la Ligue de l’enseignement.

5 « L’islam dans la Cité », colloque organisé par Confluences Méditerranée, la Ligue de l’enseignement et le Monde diplomatique à l’Unesco, Paris, les 14-15 décembre 2000.

6 Les Idées en mouvement, hors-série no 6, « Laïcité, nous écrivons ton nom », 2005.

7 J.-M. Ducomte, La laïcité, Paris, Milan, coll. « Les essentiels Milan », 2001 ; Id., La loi 1905. Quand l’État se séparait des Églises, Paris, Milan, coll. « Les essentiels Milan », 2004.

8 « La laïcité 1905-2005 », TDC – Textes et documents pour la classe, no 903, novembre 2005.

9 « De la séparation des Églises et de l’État à l’avenir de la laïcité », colloque organisé en collaboration avec le cercle Condorcet d’Auxerre, Auxerre, les 10-13 novembre 2004.

10 Il s’agit des contributions de C. Conte, « Peut-on donner une définition positive à la laïcité ? », le 28 novembre 2005, et de J.-M. Ducomte, « La Ligue de l’enseignement : les grandes étapes de son combat d’hier et d’aujourd’hui », le 30 novembre 2005.

11 Ligue de l’enseignement, « Faire société », manifeste public, disponible en ligne sur <http://www.fail13.org/fede/IMG/File/vie assos/Manifeste.pdf>, p. 1.

Auteur

Ligue française de l’enseignement

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540