Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Individu, personne et parenté en Europe

 | 
Enric Porqueres i Gené

3. Ordre généalogique et actes matrimoniaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La montée en force des liens du sang dans la construction des appartenances civiques à la fin du Moyen Âge renvoie à la capacité qu’ont les liens électifs d’évoluer en liens d’appartenance. En ce sens, le parallélisme entre l’ordre de la parenté et celui du lien social est patent. Tout comme le mariage et la sexualité s’érigent en sources de l’amour de la parenté, naturellement transmis à la descendance, de même le choix d’une nouvelle patrie se mue, en principe, en un attachement amoureux qui détermine que les propres enfants des nouveaux citoyens sont considérés, non plus comme des membres naturalisés de la communauté politique, mais comme ses membres natifs, naturales. Néanmoins, le discours prônant le primat de l’amour issu du libre choix propre à l’homme en tant qu’image de Dieu, clair dans les théories parentales et civiques de l’époque, se heurte au poids croissant de la raison généa­logique. En fait, un des traits définissant la modernité qui s’amorce depuis le bas Moyen Âge...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540