Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Deuxième partie. Guerres, révolutions, dictatures : des citoyens d’entre-pouvoirs

10. Le syndrome de Ye Gong 

Le Parti communiste chinois et les ouvriers à la veille de la prise de Shanghai

Alain Roux

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend divers éléments du chapitre XII, " D’un contrôle à l’autre février 1947mai 194 (...)

1La prise de Shanghai par l’Armée populaire de libération (APL) le 26 mai 1949 conclut une débâcle du régime du Guomindang (GMD) commencée le 31 octobre 1948 quand l’ultime tentative (19 août-31 octobre 1948) de reprise en main de Shanghai par Jiang Jingguo 蔣經國, connue sous le nom de " crise du yuan-or ", s’est achevée sur un bilan d’échec total1.

2Divers auteurs ont souligné le contraste entre cette victoire militaire des communistes, qui se rendent maîtres presque sans combat d’une ville où les activités économiques se poursuivaient comme si de rien n’était, et la situation qui avait prévalu le 23 mars 1927 lors de l’arrivée à Shanghai de l’avant-garde des armées de la Beifa (Expédition du Nord), quand on avait entendu le bruit du canon à la gare du Nord, à Zhabei 閘北, banlieue bientôt ravagée par les incendies, tandis qu’une grève insurrectionnelle massive animée par les ouvriers communistes paralysait les quartiers sous administration chinoise de la métropole du Jiangnan. La conclusion qui semble s’imposer avec évidence à partir de ces images qui s’opposent est que l’influence des communistes sur le monde ouvrier, forte entre 1925 et 1927, avait été extirpée durant les deux décennies suivantes et que la victoire communiste était celle des armées de la révolution paysanne que Mao Zedong avait su conduire au succès.

  • 2 Bianco, Peasants without the Party : Grass-roots Movements in Twentieth-Century China (2001).
  • 3 Dans deux ouvrages récents qui font suite à une abondante littérature critique de la thèse classiq (...)

3Je ne dirai rien ici ni de cette " révolution paysanne " supposée2 ni de la profondeur de la pénétration des communistes dans le monde ouvrier de Shanghai entre 1921 et 19273. Mon propos est plus limité : après avoir rappelé le contexte de la perte de contrôle du GMD sur le monde du travail à Shanghai durant l’hiver 1948-1949, je chercherai à analyser, à partir de la présentation des grèves ouvrières des derniers mois du GMD, le changement de la stratégie ouvrière des communistes durant cet hiver, ses conséquences et, surtout, sa signification.

Le contexte : la débâcle du Guomindang

4Cette débâcle se déroule en quatre saisons : le passage à la répression systématique du mouvement ouvrier à la fin de l’été 1947, l’explosion inflationniste de l’automne 1948, la désagrégation du contrôle par le régime durant l’hiver suivant et le sauve-qui-peut du printemps 1949.

La répression systématique

  • 4 Roux, " La tragédie du 2 février 1948 à la Shenxin n° 9 : une grève de femmes ? " (2002), in Bergè (...)
  • 5 Roux thèse, p. 1676-1688 (1991). Il s’agit notamment des syndicats de la Shanghai Power (Dianli), (...)
  • 6 Sur la rupture entre Du Yuesheng et le GMD à l’automne 1948, Brian Martin a présenté une communica (...)
  • 7 Roux thèse, p. 1729-1764. La présentation de cette affaire par S. Pepper, Civil War in China : The (...)
  • 8 " On constate une certaine tension dans le monde ouvrier de Shanghai après l’arrestation le 24 mar (...)
  • 9 Le 1er octobre 1948, un certain Fan Xipin avait publié dans le Zhengyanbao 正言報 (La Juste Parole) d (...)

5Le succès relatif du GMD auprès des ouvriers de Shanghai, après la victoire sur le Japon qui voit culminer la popularité de Chiang Kai-shek, s’était traduit par la mise en place, entre 1946 et 1947, d’un syndicalisme officiel non dépourvu d’assise et plus solide que celui de la décennie 1927-1937, qui reposait surtout sur les réseaux de la Bande verte (Qing Bang 青幫), les fraternités régionalistes ou mafieuses et les polices secrètes. Engagé à partir de l’été 1945 dans une lutte sans merci au sein même du GMD contre Wu Shaoshu 吳紹澍 et les gens de la Ligue de la jeunesse des trois principes du peuple (Sanminzhuyi qingniantuan 三民主義青年團), Lu Jingshi* 陸京士 et ses amis de la clique CC favorisent et même parfois suscitent des grèves pour mettre en difficulté le Bureau des affaires sociales (BAS) du Guomindang, dont ils s’emparent dès le 29 janvier 1946, avec la nomination de l’un des leurs, Wu Kaixian* 吴开先, au poste de commissaire. La bataille interne au GMD pour le contrôle du mouvement ouvrier se poursuit désormais à front inversé, comme on le voit lors de la grève de la cotonnière Shenxin 申新 n° 9, achevée tragiquement le 2 février 1948 : elle avait été animée par des militants de la Ligue de la jeunesse des trois principes du peuple qui, assoiffés de revanche, s’étaient rapprochés des communistes clandestins4. À partir du BAS, du Syndicat général ouvrier (General Labour Union, GLU) de Shanghai, et des rouages du pouvoir, les gens de la clique CC contrôlent désormais le monde du travail avec une tendance à la répression systématique, alors que, lors de la crise du gel de l’indexation des salaires sur le coût de la vie au printemps 1947, ils avaient encore participé aux manifestations pour le rétablissement de l’indexation, obtenue au début mai. À la fin septembre 1947, la clique CC a inspiré une remise au pas des syndicats officiels et les communistes infiltrés à la tête d’une quinzaine des plus importants d’entre eux, notamment dans les secteurs stratégiques de l’énergie et des transports urbains, ont été arrêtés ou contraints à la clandestinité5. Toutefois, en août 1948, les membres de cette clique, aveuglés par leur sectarisme, n’ont pas soutenu Jiang Jingguo – pourtant investi par son père, Chiang Kai-shek, dont ils se réclamaient – quand il lance le yuan-or pour mettre un terme à une inflation devenue mortelle pour le régime. Il est vrai que Jiang Jingguo avait fait de leur ennemi Wu Shaoshu, un de ses principaux conseillers, et avait emprisonné et fait condamner Du Weiping 杜維屏, le fils aîné d’un de leurs principaux soutiens, Du Yuesheng 杜月笙, à huit mois de prison pour corruption et trafic d’influence. Cette lutte interne au GMD avait dégagé pendant quelque temps un espace de liberté dont les ouvriers s’étaient emparés pour avancer leurs revendications avec un certain succès6. Mais quand, le 27 septembre 1948, le populaire président du syndicat de la Shanghai Power, Wang Xiaohe 王孝和, un communiste clandestin, est fusillé après avoir été jugé pour un très improbable sabotage le 19 juillet7, quelque chose est définitivement rompu entre les ouvriers et l’appareil de contrôle mis en place par le réseau de la clique CC. Déjà, en février 1948, la police, appelée par Lu Jingshi et son réseau de commissaires aux affaires sociales, avait arrêté près de 300 grévistes quand elle avait brisé avec plusieurs centaines de gendarmes appuyés par un blindé léger le piquet de grève de la Shenxin n° 9. Trois ouvrières étaient mortes, écrasées par l’automitrailleuse ou tuées par balles et les arrestations s’étaient poursuivies dans les milieux syndicaux durant tout le mois de mars, ce qui avait inquiété le consul américain Cabot8. Les diverses résistances ouvrières à cette répression sont ignorées par les gens de la clique CC à partir de l’exécution de Wang Xiaohe, qui marque le passage définitif des autorités sous son contrôle à la répression systématique9. Il est vrai que les troupes de l’APL sont à cette époque passées partout à l’offensive et que la chute militaire du GMD, impensable en 1947, est devenue vraisemblable après la défaite de Shenyang en novembre, puis quasi certaine après la déroute de la Huaihai, au nord du Jiangsu, consommée le 1er janvier 1949. Parallèlement l’inflation qui, dès le lendemain de la victoire de 1945 minait sourdement le régime, explosait.

L’explosion inflationniste

  • 10 Archives de la BAT, p. 1090-1095.
  • 11 Picul (tan) : mesure de poids traditionnelle de 59,65 grammes.

6La création du yuan-or, le 19 août 1948, accompagnée des pleins pouvoirs accordés à Jiang Jingguo pour rétablir la situation économique dans la région de Shanghai, était déjà un terrible aveu d’échec économique : à cette date, l’indice officiel des prix établi par le BAS sur la base d’un indice 100 pour 1936 était passé de 90 260 à la fin janvier 1948, à 1 860 000 fin juillet de la même année et à 3 630 000 moins d’un mois plus tard. Cet indice avait donc été multiplié par 2 en moins d’un mois et par 40 en huit mois ! Le 13 juillet 194810, devant la 17e conférence d’entreprise, le président du très officiel syndicat de l’usine de cigarettes Yizhong 益中 n° 3 (ex-BAT Yangshupu 楊樹浦) calcule que le salaire moyen ouvrier de 30 yuans fabi en 1936 permettait d’acheter un peu plus de 3 piculs11 de riz, alors que l’indice du moment, notoirement sous-évalué, de 337 000 ne permet plus d’acheter que 0,69 picul. Dès juin 1948, les autorités elles-mêmes reconnaissaient qu’à l’indice officiel le salaire moyen ne pouvait financer que l’achat de 2 piculs de riz, contre 5 en mai 1947, lors du précédent dégel de l’indice. Le 18 août 1948, le riz valait dix fois plus cher que le 26 mai. Nulle indexation des salaires ne peut suivre une telle dégringolade du pouvoir d’achat. Le même responsable du syndicat ouvrier officiel de la Yizhong réclame donc une prime de vie chère d’au moins un mois de salaire et la fourniture gratuite à chaque paie de 10 paquets de cigarettes par ouvrier. La publication de l’indice deux fois par mois, obtenue par le GLU en juillet, vient trop tard et le rationnement des produits de première nécessité est paralysé par la montée vertigineuse du nombre des ayants droit avec la poussée du chômage et l’afflux incontrôlable des réfugiés de la guerre civile : on passe de 4 606 582 cartes de rationnement début mars 1948 à 5 049 756 fin juin.

7La réforme de Jiang Jingguo, lancée le 19 août, fit illusion pendant cinq semaines : elle consistait à remplacer la monnaie dépréciée, le fabi 法幣, par une monnaie nouvelle, le jinyuan 金圓 (yuan-or) et à nationaliser métaux précieux et devises, dont on interdisait la sortie du pays, pour gager la nouvelle monnaie non convertible fixée avec un plafond maximum d’émission. Un yuan-or valait 3 millions de fabi, le quart de 1 dollar américain ou 0,3125 gramme d’or. On gelait ainsi les salaires et les prix pour la seconde fois depuis le printemps 1947, mais, cette fois-ci, en prenant des mesures draconiennes contre les spéculateurs : 3 000 " richards " furent arrêtés, dont le très impopulaire patron de la cotonnière Shenxin n° 9, Rong Hongyuan 榮鴻元 et Du Weiping. Il y eut quelques dizaines d’exécutions de petits trafiquants. Une parade de chars de carnaval célébra le 9 septembre sur Nanking Road cette victoire de la " justice " sur l’" immoralité ", devant une foule immense.

8Mais, déjà, les prix avaient repris leur poussée, tandis que le marché noir sévissait d’autant plus que l’on n’étendit la réforme à la totalité du Jiangnan que le 1er octobre : ainsi, alors que la récolte était bonne, Shanghai était privé de céréales, car les marchands de grains les vendaient dans les villes avoisinantes, où les prix n’étaient pas encore bloqués. D’autre part, la planche à billets avait repris de plus belle pour financer la machine de guerre et le plafond d’émission du yuan-or était déjà crevé. À la fin septembre, le dollar US s’échangeait contre 4 yuans-or et la hausse des prix était de 300 %, d’après notre syndicaliste de la Yizhong n° 3. Le 31 octobre 1948, le yuan-or était abandonné à son sort ; la course à l’abîme du défunt fabi reprenait.

9L’inflation repart au galop : pour un indice des prix de 100 au 19 août 1948, on a 810 dès le début novembre, 1 540 à la fin du mois, 4 804 début janvier 1949, 8 847 fin janvier, 64 300 fin février, 340 264 fin mars, 1 514 000 début avril et 23 584 600 fin avril. Les ouvriers se font payer à la mi-journée et leurs femmes se pressent devant les grilles des usines pour aller faire leurs courses sitôt l’argent versé. Dans diverses entreprises, le personnel exige d’être payé en partie en nature : les ateliers sont encombrés de choux, de sacs de riz, de paquets de sucre, de boîtes de lait en conserve ou de corned-beef. Le régime s’écroule au rythme de sa monnaie.

La désagrégation du contrôle GMD sur le monde du travail

10Une telle catastrophe a des conséquences d’autant plus rapides sur le plan politique qu’elle va de pair avec l’effondrement militaire accéléré en Chine centrale : l’APL est arrivée sur la rive gauche du fleuve Yangzi, à quelques dizaines de kilomètres de Shanghai. Entre décembre 1948 et mars 1949, l’édifice bâti par Lu Jingshi et ses hommes de confiance de la clique CC, tombe pan après pan. Certes le GLU avait tenu son 6e Congrès le 21 novembre 1948 avec 700 délégués, sous la présidence de Zhou Xuexiang* 周學湘. Mais on remarquait déjà que de nombreux responsables s’étaient fait porter malades ou se trouvaient en congés, qui à Fuzhou, qui à Taiwan, qui à Canton, qui à Hongkong, et qu’ils ne mettaient guère de zèle pour regagner leurs postes. C’était notamment le cas de son président en titre, le postier Shui Xiangyun 水祥雲.

  • 12 Roux thèse, p. 1774-1775, à partir de divers recueils de télégrammes conservés aux Archives munici (...)

11Des rumeurs fantastiques12 circulent en décembre : Shanghai deviendrait " ville libre ", un gouvernement de coalition avec les communistes ferait de Zhu Xuefan* 朱學範 le nouveau président du GLU… Gu Zhenggan 谷正綱, le ministre des Affaires sociales et mentor de Lu Jingshi, démissionne et part pour Canton, mais Wu Kaixian refuse ce poste, démissionne du BAS et se retire à Taiwan, ce qui oblige Lu Jingshi à reprendre le poste de commissaire du BAS. Ce dernier met en place un Corps de protection des usines devant enrôler 20 000 ouvriers. Mais son plan de destruction des usines et de sabotage à l’arrivée de l’APL est refusé par une réunion de 720 commissaires au début janvier : les ouvriers n’ont nulle envie de participer à leur mise au chômage.

12En février, Lu Jingshi démissionne à son tour et part… se reposer à Taiwan, laissant le BAS à un total inconnu venu de Qingdao, Shan Zhipei. Dans sa dernière lettre au maire, Wu Guozhen 吳國楨, le 15 mars 1949, Zhou Xuexiang juge " non équitable " (bu gongyun) l’attitude de la garnison en ce qui concerne la gestion des grèves, car les militaires prennent constamment position lors des conflits pour les patrons contre les ouvriers, ce " qui place les syndicats ouvriers en porte-à-faux, car les syndicalistes sont eux aussi des ouvriers ". Cette belle lucidité sert de prétexte à une démission tardive. Le 17 mai 1949, l’exécutif du GLU tient son ultime réunion. Zhou Xuexiang se trouve déjà en cure à Taiwan. Shui Xiangyun, Liang Yongzhang 梁永章 et Lu Jingshi sont à New Delhi pour la Conférence mondiale asiatique tenue sous l’égide du Bureau international du travail (BIT). On organise le passage à la clandestinité des responsables qui n’ont pas pu fuir la ville, sous la responsabilité d’un ultime président, Huang Yuexiang 黃悅祥, un homme de vingt-sept ans, natif de Baoshan 寶山 et parlant le dialecte local, ami de Lu Jingshi et membre des services secrets du GMD. C’est bien fini.

Le sauve-qui-peut

  • 13 Dou : il s’agit du boisseau chinois, qui contient 10,3555 litres.

13La publication des huit propositions adressées le 8 janvier 1949 par le PCC au GMD pour mettre fin à la guerre civile, qui constituent une demande de capitulation sans condition à peine déguisée, avait entraîné la démission de Chiang Kai-shek le 21 janvier en faveur de Li Zongren : la déroute politique complète alors la débâcle économique et la déroute militaire. Le 21 avril, l’APL franchit le fleuve Yangzi et prend Nankin sans coup férir. À Shanghai et dans les campagnes avoisinantes, 500 000 soldats GMD débandés errent en quête d’habits civils et empêchent toute résistance organisée. La pénurie dans la ville surpeuplée est extrême, aggravée par un hiver qui a été très rude. L’organisation charitable bouddhiste Pushantang 普善堂 a ramassé dans les rues, entre le début novembre 1948 et le 3 janvier 1949, 4 727 cadavres de gens morts de faim et de froid, dont ceux de 3 879 enfants. Le 12 janvier 1949, les services municipaux de statistique arrêtent de publier leur indice des prix. Le dou13 de riz passe de 63 à 140 yuans-or dans la seule nuit du 19 au 20 janvier. Il est à 1 060 yuans-or le 15 février. Seule la moitié des ayants droit peuvent obtenir du riz avec une carte d’alimentation pour le prix bloqué de 480 yuans-or. La mairie reconnaît ne plus pouvoir honorer ce rationnement pour le Nouvel An lunaire proche, " à cause de la cupidité des spéculateurs ". Il y a des émeutes de riz dans toute la ville et la seule structure encore debout est la garnison de Shanghai-Wusong, qui menace de fusiller les ouvriers en grève.

  • 14 Les archives municipales de Shanghai conservent (cote 1.5.50) un rapport daté du 1/4/1949 " Enquêt (...)

14Dans cette ambiance de fin du monde, les grèves, en effet, se multiplient : 11 pour le seul mois de janvier 1949, avec 30 000 ouvriers, ce qui est plus que la moyenne. Elles sont courtes (de quelques heures à deux jours maximum), brutales (il y a deux cas de séquestration de cadres, qui sont sévèrement battus, une destruction de boutique, avec passage à tabac de non grévistes) et presque toujours victorieuses. Le BAS n’est cité qu’une fois comme médiateur, le GLU n’apparaît plus jamais, tandis que le syndicat officiel de l’entreprise concernée est par contre presque toujours présent. Souvent ce syndicat a été pris en main par des militants communistes qui étaient restés en deuxième ou troisième ligne pour éviter la répression et remplaçaient tout naturellement les dirigeants officiels en fuite14. Les ouvriers obtiennent par la grève ou toute autre forme de pression le paiement anticipé du salaire, diverses primes en nature, l’établissement d’indices des prix par entreprise. Dans de nombreuses usines, les ouvriers demandent d’ailleurs que la direction constitue des stocks en prévision de la " bataille de Shanghai " pour qu’eux et leurs familles soient nourris. L’entrée de l’APL dans Shanghai n’était plus qu’une question de jours.

  • 15 D’après les souvenirs du maître d’hôtel de Du Yuesheng, Du lui aurait déclaré après le banquet d’a (...)

15Tout cela, Du Yuesheng l’avait bien compris. En avril, il avait invité à un banquet dans sa demeure de la rue Donghu (ex-Paul-Doumer) Sheng Pihua* 盛丕華, Huang Yanpei* 黃炎培, Sha Qianli* 沙千里 et Shi Liang* 史良, piliers du Front uni devenus compagnons de route du PCC15. Avant de quitter Shanghai pour Hongkong à la fin du mois, il avait transmis des lettres aux responsables du PCC pour le Jiangnan, Pan Hannian 潘漢年, Liao Chengzhi 廖承志 et Sheng Pihua. De fait, les membres de la Bande verte ne gêneront en rien les communistes, qui commencent alors à investir Shanghai, ce qui ôte un des derniers obstacles devant l’APL : Du Yuesheng payait son tribut aux nouveaux maîtres. Tout semblait donc prêt pour un soulèvement ouvrier afin d’accueillir les soldats " libérateurs ", comme cela avait été le cas en mars 1927 et comme divers communistes shanghaiens l’avaient déjà envisagé en août 1945. Mais les communistes avaient changé de stratégie.

La nouvelle stratégie ouvrière des communistes

16Entre septembre 1947 et septembre 1948, la répression policière a détruit une nouvelle fois les organisations communistes de Shanghai. Ce n’est qu’après le Nouvel An lunaire de 1949 (qui débute le 29 janvier en cette année du buffle) que le parti, profitant des déplacements massifs qui ont lieu malgré la guerre civile, a pu faire passer en ville ou regrouper entre 6 000 et 8 000 militants, dont un tiers d’ouvriers. Il retrouve ainsi les effectifs militants dont il disposait en mars-avril 1927. La plupart de ses adhérents sont des " taupes ", qui demeurent dans l’ombre à attendre le signal qui les mettra en activité, comme 500 d’entre eux infiltrés dans la police ou quelques dizaines d’officiers de la garnison. Ce redéploiement militant s’inscrit en effet dans une stratégie clairement militaire, qui repose sur la force des armes, à l’opposé de la stratégie politique, qui reposait sur la mobilisation populaire mise en œuvre lors de l’Expédition du Nord.

Le malaise des Shanghaiens à Harbin

  • 16 Changement de stratégie présenté in Mao Zedong, Œuvres choisies, " Manifeste de l’APL " (oct. 1947 (...)
  • 17 Textes in Zhongguo lici laogong dahui wenxian (" Documents adoptés lors des congrès du travail suc (...)
  • 18 Sur un total de 518 délégués supposés représenter 2 855 000 ouvriers, soit à peine 3,47 % du total (...)

17Cette nouvelle stratégie s’est mise en place par touches successives à partir d’octobre 1947, quand l’APL a commencé sa contre-offensive inexorable16. Pour sa partie ouvrière, la nouvelle ligne, apparue dès l’hiver 1947-1948, notamment à l’occasion de la dure grève survenue à la Shenxin n° 9 à Shanghai, a été explicitée et généralisée lors du 6e Congrès panchinois du travail à Harbin réuni du 1er au 22 août 194817. Le vétéran Zhang Qi 張祺 nous dit d’ailleurs dans ses Chroniques que ce congrès avait été l’occasion d’une importante réunion de travail entre des responsables de l’APL et les 18 délégués de Shanghai18. À son issue, 7 délégués de Shanghai seulement (Tang Guifen* 湯桂芬, Zhu Junxin 朱俊欣, Gu Liang 顧亮 comme titulaires et Ouyang Zurun 歐陽祖潤, Li Jiaqi 李家齊, Han Wucheng 韓武城 et Zhang Qi comme suppléants) sont élus à la direction du Syndicat général panchinois, sur un total de 73. Même en ajoutant les 4 cadres nationaux, hors délégation, qui ont exercé à un moment ou à un autre des responsabilités syndicales à Shanghai (Zhu Xuefan, Liu Ningyi劉寧一,Liu Changcheng 劉長勝 et Ma Chungu* 馬純古), cela ne donne qu’un responsable sur six, alors qu’un ouvrier d’usine chinois sur trois travaillait alors à Shanghai : le bouillant mouvement ouvrier shanghaien est comme noyé sous les flots des douteux syndicalistes des zones rouges et des membres des services politiques de l’APL.

18Certes, Zhu Xuefan, qui devient un des trois vice-présidents du Syndicat général, présente dans son discours au congrès une histoire magnifiée du mouvement ouvrier dans les " zones blanches ". Mais quelle est l’autorité morale de cet ancien mafieux converti ou retourné ? D’ailleurs, la résolution votée par les délégués unanimes fixait comme tâche aux travailleurs et aux organisations ouvrières révolutionnaires dans les zones encore sous contrôle du GMD :

de se lier encore plus aux masses, d’accumuler des forces, d’élargir leurs effectifs et de se préparer à accueillir l’APL. […] Elles doivent protéger le matériel et les équipements des usines publiques et privées. […] Surveiller les activités des contre-révolutionnaires, maintenir l’ordre social, et attendre l’établissement d’un nouvel ordre social.

19En somme, un attentisme vigilant. Pas question donc d’une quatrième grève générale insurrectionnelle (après celles d’octobre 1926, de février 1927 et de mars 1927) !

  • 19 Voir Annexe 2, p. 488.

20On sent alors comme un flottement dans la délégation de Shanghai19, au moins à deux occasions : l’une publique, l’autre plus discrète. La délégation fit deux interventions durant les débats. La première, assurée par Tang Guifen, présenta un rapport assez plat sur le mouvement ouvrier de Shanghai depuis le 15 août 1945 qui, suivant la ligne officielle, distinguait une première étape qui se terminait avec la manifestation du 23 juin 1946 contre la guerre civile, puis une deuxième étape qui s’achevait avec la vague répressive de septembre 1947. Les ouvriers, selon " tante Tang ", auraient dit aux militants obligés de passer à la clandestinité : " Vous partez, mais le jour viendra bientôt où vous reviendrez avec l’APL ". Enfin, la troisième étape était une étape de " résistance contre le massacre et la répression, où les masses attendent la venue de l’APL ". La seconde intervention a de quoi surprendre. Ouyang Zurun y donnait une vision beaucoup moins révolutionnaire du monde ouvrier de Shanghai, ce qui explique sans doute que son texte n’apparaisse pas dans les documents officiels publiés après le congrès.

  • 20 Eu Yang Tsujen, " Shanghai workers : a Sketch oftheir struggles since V Day to summer 1948 ", Chin (...)

La capacité du travail organisé dans les villes contrôlées par le GMD à défendre ses intérêts économiques a été une caractéristique frappante de la complexe équation urbaine à cette époque, surtout à Shanghai. Le mouvement ouvrier dans la zone GMD s’est affirmé dans les faits comme un puissant groupe d’intérêts capable de mettre en échec l’autorité gouvernementale, en même temps qu’il opérait dans le cadre de cette même autorité20.

21Cette lucide analyse faisait planer un doute sur le comportement supposé révolutionnaire de cette classe ouvrière au nom de laquelle les communistes s’apprêtaient à instaurer leur dictature démocratique !

  • 21 Zhang Qi, op. cit., p. 248-249.
  • 22 J’interprète un peu un texte assez embarrassé dans sa rédaction.

22Une seconde source de malaise, plus masquée, renvoie au comportement des cadres communistes lors de la crise ouvrière la plus récente, l’affaire de la Shenxin n° 9. Zhang Qi nous apprend en effet que la désignation de Tang Guifen comme chef de la délégation de Shanghai au congrès, suivie de son élection à l’exécutif du nouveau Syndicat général, avait fait l’objet d’un âpre débat au sein de la délégation21. Divers délégués de Shanghai lui auraient en effet reproché deux choses. La première, de ne pas avoir organisé une réplique de masse par la grève ouvrière généralisée à la sauvage agression policière contre les piquets de grève de la Shenxin n° 9 et aux arrestations massives opérées le 2 février 1948. Cela d’autant plus qu’elle était la présidente du syndicat de la cotonnière Tongyi, qui n’était séparée que par un mur de la Shenxin n° 9. L’aide aux victimes qu’elle avait su mettre en place avait certes été importante, mais il ne s’était agi que d’une aide matérielle, entreprise notamment dans le cadre de la Youg Women’s Christian Association (YWCA). Aucun effort n’avait été tenté par elle pour développer à partir de la " tragédie " une " vague ouvrière " (gongchao 工潮) susceptible de déboucher sur un " mouvement " : la nostalgie d’un Mouvement du 30 mai 1925 était forte parmi les révolutionnaires de Shanghai. Le second reproche portait sur un fait très concret : début mars 1948, Tang Guifen et Fan Xiaofeng* 范小鳳, après de longues et difficiles négociations, s’étaient rendues au commissariat de police où étaient détenues les 230 grévistes de la Shenxin n° 9 arrêtées lors de l’intervention policière pour obtenir leur libération, promise par les autorités. Mais, sur place, le commissaire GMD à la Sécurité publique avait exigé au préalable que Tang Guifen lui présente avec respect un fanion sur lequel avaient été brodés quatre caractères : de wei hua min 德威化民 (" L’autorité de la vertu transforme le peuple "). En clair, la répression légitimement conduite par les autorités GMD avait amené les ouvrières rebelles de la Shenxin n° 9 à se soumettre. Des reportages avec photos avaient été publiés dans le Libao 立報 et le Zhongyang ribao 中央日報, organe central du GMD, de cette cérémonie humiliante de " respect du drapeau ". Tang Guifen, prise au dépourvu par cette exigence de dernière minute, qui était un piège habile, avait pensé que sa priorité devait rester de faire libérer ses camarades de travail, tout en évitant de démasquer par un refus la militante clandestine qu’elle était. Cette activiste populaire avait été ainsi conduite à cautionner la répression exercée par le GMD contre des ouvrières du coton22. Une telle situation avait créé, sans nul doute, un malaise. Aussi, le Comité ouvrier clandestin de Shanghai avait-il soumis l’affaire à Liu Changsheng, qui l’avait répercutée auprès de Li Lisan 李立三. Ce dernier convoqua spécialement Tang Guifen en plein congrès de Harbin, eut une discussion avec elle et la critiqua pour son comportement. Tout en n’empêchant pas son élection dans les instances dirigeantes du Syndicat général, ce qui signifiait qu’il excusait son attitude.

Reprise en main à Hongkong

  • 23 Ce mouvement de rectification du style de travail du parti, simplifié en " mouvement zhengfeng " f (...)
  • 24 Zhang Qi, op. cit., chap. XV, p. 251-260.
  • 25 Ce mécanicien populaire avait été exclu du PCC en juin 1930 par les lilisanistes pour n’avoir pas (...)

23Confrontée à ces difficultés dues à une révision stratégique mal acceptée, la direction du Parti communiste avait eu très tôt recours à la solution classique depuis le mouvement de " rectification du style du parti " de 194223 : elle avait organisé des sessions d’études en mettant en place, à l’initiative de Liu Changsheng, une " école des cadres de deux mois ", appelée Xueshi Terrace, établie à Hongkong, sur l’île Victoria, dans une maison de brique avec un étage en bois à deux ailes, située à mi-pente. Cette institution ne nous est connue que par le témoignage de Zhang Qi24. Les locaux avaient été choisis et organisés par Ma Chungu à partir du Nouvel An lunaire 1948 et le premier stage avait duré deux mois, entre la mi-février et la mi-avril 1948. Un autre allait suivre, de la mi-novembre à la veille du nouvel an lunaire 1949. C’est celui auquel participa Zhang Qi. Il est possible qu’il y eût un stage intermédiaire. Le contrôle politique fut placé sous l’autorité de quelques cadres centraux qui connaissaient bien Shanghai, comme Liu Xiao 劉曉 et Liu Changsheng, mais aussi du dirigeant local Fang Fang 方方, de l’économiste Xu Dixin 許滌新 et d’une femme, Qian Ying 錢瑛, spécialiste des questions de discipline dans le parti, ce qui constitue une indication assez surprenante. Ces dirigeants présentent aussi, à l’occasion, des rapports. On peut identifier une vingtaine de personnes qui y ont participé. Les deux promotions connues étaient de 9 membres, dont 7 Shanghaiens, avec dans la première 3 ouvriers de Shanghai, Shen Mo, Shen Han 沈涵 et Qi Huaiqiong 戚懷瓊 et dans la dernière 2 ouvriers, Zhang Qi et Cheng Gongqi 陳公琪, ainsi que 2 employés du commerce, Lu Zhiren 陸志仁 et Zhou Bingkun 周炳坤. Par ailleurs, Zhang Qi nous signale la présence occasionnelle de divers militants ouvriers qui intervenaient sur des questions très techniques : Shen Mo, " responsable aux piquets ouvriers de surveillance ", c’est-à-dire membre des services de sécurité, qui était par ailleurs un des stagiaires, ou Lu Wencai 陸文才, ouvrier à la cotonnière nationalisée n° 12, qui s’occupera des " planques " lors du retour des clandestins à Shanghai. C’est sans doute aussi le cas de membres de l’appareil clandestin comme Gu Kaiji 顧開极 et de Xia Mingfang 夏明芳 (une femme). Ji Kang 紀康 était lui aussi un politique plutôt qu’un militant syndical : il avait " suivi " la cellule de la Compagnie française des tramways, puis de la Shanghai Power. Militant aux côtés de Zhu Xuefan à l’Association chinoise du travail, il avait rencontré à ce titre le vice-consul américain Etter le 23 juin 1947, auquel il avait expliqué les mérites de la Fédération syndicale mondiale. On remarque surtout parmi les stagiaires 10 militants qui sont apparus au grand jour lors des luttes ouvrières et ont dû passer ensuite à la clandestinité : Zhu Junxin et Wu Liangjie de la Compagnie française des tramways, Ouyang Zurun et Shen Xiangsheng 沈翔聲 de la Shanghai Power, Han Wucheng du syndicat des employés des grands magasins, ainsi que le mécanicien Ma Xiaodi 馬小弟, le responsable du syndicat des tisseurs de soie du 3e arrondissement Su Po et le traminot de la Compagnie anglaise Chen Chunbao 陳春寶, membre de la Ligue démocratique. Wu Liangjie 吳良傑, un vétéran, avait été membre en 1929 de la fraternité de 40 membres mise en place aux ateliers de réparation de la Compagnie française des tramways par le célèbre militant communiste Xu Amei 徐阿梅25 avant d’entrer à la direction du syndicat officiel en avril 1932, où il était resté jusqu’à ce que la police le recherche en septembre 1947. À cette date, il était le secrétaire de la cellule.

  • 26 Roux (2002), art. cit., p. 47-82.

24Deux de ces militants de terrain, ainsi recyclés par un stage politique, sont particulièrement intéressants. Wang Zhongyi 王中一 tout d’abord. Employé de bureau à la Compagnie française des tramways, il avait adhéré au PCC en août 1937 et y animait la cellule. En 1945, il était membre du gongwei 工委 (comité ouvrier) sous Liu Changsheng et coordonnait avec son ami Zhang Qi les diverses activités communistes à Yangshupu. Arrêté en mars 1948, il avait conservé chez lui, au mépris des règles élémentaires de la clandestinité, une liste de 30 membres du Parti communiste, dont quatorze furent arrêtés. C’est l’origine de la chute de Wang Xiaohe à la Shanghai Power et de l’arrestation ultérieure de 182 autres syndicalistes avec lesquels il était en relation. Beau cas d’école d’étude d’une imprudence ! Le cas de Qi Huaiqiong 戚懷瓊 est différent. Cette jeune femme est cette " femme en rouge " qui débordait d’activité pendant la grève de la Shenxin n° 9, mais qui avait été violemment mise sur la touche et écartée de la direction du mouvement par un groupe de militants masculins de la Jeunesse communiste de cet établissement, sous prétexte qu’elle aurait noué de trop bonnes relations avec les autorités de l’usine. Si elle était en effet membre de l’exécutif du syndicat officiel, c’était sur ordre du parti, tout comme Tang Guifen à la cotonnière Tongyi 統益. Sa ligne était sans aucun doute d’étendre la grève à toutes les usines des alentours26, comme l’indique son comportement, ce que la direction du parti sur Shanghai refusa, entraînant sa mise à l’écart. La police, qui la recherchait, n’était pas parvenue à l’arrêter. Elle était en stage " pour comprendre ses erreurs " et rectifier son attitude. On comprend mieux avec ces deux exemples la présence à cette école du parti d’une responsable de la discipline.

25Chaque " école de deux mois " comprenait trois étapes. La première consistait en une étude collective des directives du comité central et de Mao Zedong. Les stagiaires travaillaient notamment sur son texte " La situation actuelle et nos tâches ", écrit en octobre 1948. La deuxième étape portait sur l’expérience de la gestion des villes libérées par l’APL et la troisième consistait à discuter sur comment accueillir l’APL à Shanghai. Au passage, on revenait sur les principales luttes ouvrières depuis 1945 et les expériences que l’on devait en tirer. Zhang Qi précise que, à cette occasion, " on avait procédé à la critique de certains camarades du gongwei (comité ouvrier) de Shanghai pour avoir fait preuve d’impatience (jizao qingxu 急燥情緒) durant les six premiers mois de 1948 " : ainsi est confirmée mon hypothèse sur la raison de la présence, parmi les stagiaires, de Wang Zhongyi et de Qiu Huaiqiong, qui avaient dû être mis sur la sellette comme " exemples négatifs " jusqu’à ce qu’ils présentent une autocritique acceptable !

Un journal communiste pour les ouvriers de Shanghai

26De retour à Shanghai fin janvier 1949, les militants remis au pas ajustent les structures du parti à ces nouvelles tâches. On passe d’une organisation verticale (tiao條) adaptée à une stratégie insurrectionnelle à une organisation territoriale (kuai 塊) qui correspond mieux à l’organisation d’actions limitées aux quartiers ou aux entreprises. On trouve la plupart de nos stagiaires de Hongkong à la tête des 5 arrondissements mis alors en place. Zhang Qi nous décrit ainsi l’installation, au début février, sous couvert d’une fête familiale chez Lu Wencai, du nouveau comité de parti pour Yangshupu. Il y avait présenté à une demi-douzaine d’adhérents entassés dans une soupente un exposé sur ce que le parti attendait d’eux dans les prochaines semaines. Son auditoire de jeunes ouvriers fut déçu car il regrettait l’abandon de toute grève générale insurrectionnelle. Il aurait voulu que la ville libérée par son peuple en armes accueillît l’APL comme jadis elle avait accueilli les avant-gardes de l’Expédition du Nord. Zhang Qi dut évoquer le sort de Varsovie détruite pour s’être insurgée trop tôt et insister sur le fait que les 1 200 adhérents du parti à Yangshupu seraient mieux employés à protéger les usines qu’à exposer leur vie inutilement.

  • 27 Archives de Shanghai, cote 2 159, nos 23 (1/3/1949), 24 (15/3/1949), 26 (31/3/1949) : quatre pages (...)

27Une des activités de ces militants fut de diffuser un journal intitulé Laodong tongxun 勞動通訊 (Informations ouvrières), publié sous les auspices de l’Association ouvrière de Shanghai, affiliée au nouveau Syndicat général panchinois qui venait de tenir son congrès à Harbin. Ce bulletin reprenait une publication antérieure interrompue par la répression. Les trois numéros de 1949 que j’ai pu consulter aux Archives de Shanghai27 forment donc un quatrième volume du journal, après ceux de 1946, 1947 et 1948. Le contenu de ces " petits journaux ", qui se situent dans la tradition des " journaux moustiques " shanghaiens, est, pour l’essentiel, un montage sans grande originalité fait à partir des dépêches de l’agence Chine nouvelle. Le but était d’isoler, sur le plan politique, le GMD et de montrer la victoire des communistes comme inéluctable. On y parlait du refus des propositions de paix de Mao Zedong, de la tenue prochaine à Pékin, redevenue la capitale, d’une conférence asiatique de la Fédération syndicale mondiale (FSM), du complot du GMD pour détruire l’équipement industriel de Shanghai, du bonheur, dans Fushun libérée, des ouvriers qui bénéficiaient désormais d’un sanatorium et des projets d’hégémonie mondiale de l’impérialisme américain. Seules deux séries d’articles présentent un contenu original.

  • 28 Membre de l’équipe dirigeante du syndicat réorganisé de la Shanghai Power en septembre 1947.
  • 29 Compromis l’un et l’autre lors de l’affaire de la Shenxin n° 9.
  • 30 Un des trois employés de la Compagnie municipale des autobus fusillés le 17 févier 1949, voir ci-d (...)
  • 31 Il est assez piquant de voir les communistes de Shanghai situer parmi les voyous qu’ils dénoncent (...)

28La première est un ensemble de violentes attaques contre les cadres locaux du mouvement ouvrier GMD. Elles occupent la moitié du n° 26. En page 3 on peut lire : " Nouvelles des coulisses : regardez comment les syndicalistes véreux et les flics du GMD (gonggun tewu 工棍特務) prennent la fuite ". Wu Kaixian et Zhao Banfu 趙班斧 (du BAS) sont déjà partis à Taiwan. Lu Jingshi a envoyé à Hongkong dès le 7 février femme et enfants et a laissé en dépôt dans son luxueux appartement de Nanshi ses meubles d’acajou. Shui Xiangyun cherche à se faire muter dans les Postes à Kunming. Liang Yongzhang a cédé son appartement contre un pas-de-porte de 24 onces d’or et envoyé sa famille à Fuzhou. Zhu Weixin28 a vendu son fonds de boutique et vient d’acheter une entreprise du bâtiment à Taiwan. Huang Yuexiang 黃悅祥 et Lin Chunting 林春廷, " hommes de main de Lu Jingshi au syndicat du coton de Shanghai ouest "29, ont vendu leur tannerie de Shanghai et viennent d’en acheter une autre à Taipei. " Tous ces froussards se sont fait escorter jusqu’à l’embarcadère par des détachements armés des équipes de protection du travail de Lu Jingshi ". Un autre article du même numéro s’en prend précisément (p. 4) à Lu Jingshi " traître au mouvement ouvrier ". On y explique comment il a perdu son poste de vice-ministre des Affaires sociales par suite des intrigues du général He Yingqin 何應欽, qui déteste la clique CC, et comment, avec ses complices Shui Xiangyun et Zhou Xuexiang, il cherchait à devenir ministre du Travail. En fait, ajoute l’article, " on voit mal comment le gouvernement GMD en pleine déroute donnerait un ministère à quelqu’un qui a le sang de Wang Xiaohe et de Zhong Quanzhou*30 sur les mains ". Suit un portrait de Lu Jingshi, lié au " voyou " (liumang 流氓) Du Yuesheng et frère juré d’une fraternité de 50personnes, dont Zhu Xuefan, Zhou Xuexiang et Shui Xiangyun31. Enfin l’article s’indigne de son plan qui vise à détruire les usines et on annonce sa fin imminente.

29La seconde série d’articles originaux nous renvoie aux ultimes conflits du travail à Shanghai avant l’arrivée de l’APL et confirme les difficultés rencontrées par les communistes dans le monde ouvrier quand ils veulent mettre en œuvre leur nouvelle stratégie.

Les grèves inopportunes de février 1949

30Ce dossier comporte trois pièces qui toutes confirment combien était encore fort le modèle du 30 mai 1925 parmi les ouvriers de Shanghai : il est vrai que l’on retrouvait le même contexte qu’alors, avec la rencontre entre une forte tension sociale et l’approche d’une armée libératrice porteuse d’espérances politiques de changement.

Deux grèves durement réprimées

31La première grève concerne les cheminots, secteur particulièrement sensible en ce mois de février. La confusion générale régnait en effet dans les chemins de fer, avec les convois de réfugiés, la débâcle militaire… et les mouvements familiaux traditionnels des lendemains du Nouvel An lunaire ! Sans oublier que l’on venait de célébrer avec éclat dans les régions libérées par l’APL l’anniversaire de la célèbre grève des cheminots du 7 février 1923, dont la commémoration faisait aussi partie de la tradition des syndicats anticommunistes de Shanghai car ce n’était pas un anniversaire constitutif de l’identité des seuls communistes mais du mouvement ouvrier chinois dans son ensemble.

32Le 7 février 1949, la grève éclate parmi le millier d’ouvriers des ateliers de réparations ferroviaires du dépôt de Qishuyan 戚墅堰, entre Wuxi et Changzhou, sur le Shanghai-Nankin. Ces travailleurs recevaient 5 390 yuans-or par mois qui leur permettaient l’achat de plus en plus théorique de 1 picul et 1/3 de riz au prix de ration de 3 800 yuans-or (en fait, presque deux fois moins que sur le marché libre, où il fallait payer entre 9 000 et 10 000 yuan-or le picul). Le 8, les grévistes forment un train spécial pour aller revendiquer des primes en se rendant à la Maison rouge, où se trouvait la direction du réseau, gare du Nord à Zhabei. Prévenus par télégraphe, les 5 000 cheminots de la ligne se rassemblent pour les accueillir vers 15 heures. Ils occupent les postes d’aiguillage et s’assoient sur les rails. Le trafic est interrompu. Mais, entre-temps, les grévistes de Qishuyan ont repris le travail sous la pression des autorités et renoncé à leur expédition, tandis que Chen Fengke, le directeur adjoint des chemins de fer, a réussi à attirer dans son bureau vers 16 heures Wang Zhongqing 王忠卿, un cheminot communiste qui anime le mouvement. Arrêté aussitôt par la police du rail, ce dernier est sévèrement battu. Furieux, les cheminots s’emparent du poste de police de la gare, libèrent leur camarade et rouent de coups Chen Fengke, qu’ils retiennent dans leur club. Il faut 6 camions de soldats pour le faire relâcher vers 18 heures. La police fut particulièrement discrète durant ce long incident. Le 9 au matin, les cheminots tiennent un meeting à leur club, en l’absence de tout représentant de leur syndicat. Ils exigent 100 piculs de riz (8 tonnes…) pour permettre à Wang Zhongqing de se faire soigner. La négociation qui se déroule parallèlement entre le syndicat officiel et la direction aboutit à un accord provisoire qui permet la reprise du travail le 10 : les cheminots vont recevoir le 14 une avance de salaire de 5 000 yuans-or et 2 dou 1/2 de riz gratuit. Ce jour-là, une proposition de la direction sur les salaires est rendue publique : le salaire proposé permettrait l’achat mensuel de 1 picul et 2 dou 1/2 de riz sur le marché, soit le double de la situation à la veille de la grève. Mais le salaire avant le lancement du yuan-or en août 1948 permettait d’acheter 2 piculs de riz. Il manque donc 7 tou 1/2 de riz ou, au prix du marché arrondi, 5 000 yuans-or. Les cheminots lancent donc une seconde grève le 15 pour obtenir ce supplément. Le 16, un train spécial quitte Qishuyan, chargé des grévistes et de leurs femmes qui brandissent bruyamment leurs marmites de riz. À 15 heures, les cheminots de Zhabei occupent à nouveau les aiguillages et les voies à la gare du Nord. Mais la troupe a coupé les rails sur une centaine de mètres à Zhenru, à 10 kilomètres de Shanghai. Le convoi venu du dépôt est donc bloqué. Ce que sachant, les cheminots de Zhabei forment de leur côté un train de 9 wagons que la troupe arrête aussi à 2 kilomètres du premier, en enlevant une centaine de mètres de rail. Des négociations semblent aboutir vers 22 heures à un accord sur les 5 000 yuans-or et une prime de Nouvel An d’un demi-picul de riz. Les deux trains spéciaux font donc demi-tour dans la nuit. Mais, le 1er mars, 10 dirigeants de la grève sont arrêtés chez eux et 2 d’entre eux, dont Wang Zhongqing, sont condamnés à mort par la garnison de Shanghai-Wusong pour actes subversifs. Le Shenbao du 3 mars annonce d’ailleurs avec satisfaction leur exécution. En fait celle-ci avait été transformée en prison à vie, ce qui ne fut connu que le 29 mars.

33Cette action dramatique est relatée avec détail dans le Laodong Tongxun, qui a fourni la base de notre récit, sans que l’on puisse noter de distorsion majeure avec la vérité, si l’on confronte les faits avec la description qu’en donne le " Labour attaché " britannique Hunt ou les dépêches du North China Daily News (NCDN). Les leçons du mouvement sont analysées par la publication communiste, avec sa force : détermination des grévistes, refus de laisser arrêter leur délégué, effort de conviction déployé auprès des policiers, et ses faiblesses : revendications confuses ou irréalistes, aucun effort de conviction auprès des employés ni des soldats. Le bilan est jugé positif, car " on a démasqué la nature brutale et répressive du Guomindang ". Toutefois, on abandonne les deux condamnés à leur prison et on n’envisage pas d’appel à une grève générale des cheminots. On rejoue un peu la même pièce qu’à l’issue de l’affaire de la Shenxin n° 9. C’est de la guérilla sociale et on n’envisage pas de livrer sur ce terrain la bataille décisive.

34La seconde grève est plus tragique. Il s’agit de celle de la Compagnie municipale des autobus de Shanghai. En janvier 1949, les trois compagnies de transport en commun de la ville, l’anglaise, la française et la chinoise, avaient fait une grève courte et non coordonnée sur les primes et pour un prêt. Cette action avait été victorieuse. Leurs employés estimaient en effet être défavorisés par rapport à d’autres entreprises d’utilité publique qui avaient obtenu une indemnité de 0,75 yuan-or par jour pour compenser divers avantages en nature (riz, tissus, pétrole) dont ils ne bénéficiaient pas à la différence des ouvriers des usines nationalisées. C’est précisément cette indemnité qu’ils avaient obtenue par cette grève : les dirigeants d’un tel mouvement étaient populaires.

  • 32 NCDN, 19/02/1949 et 10 au 24/02/1949. Laogong tongxun n° 23 du 1/3/1949, p. 3. Archives municipale (...)

35Or, la Compagnie municipale des autobus, avec ses 3 000 employés sur 14 lignes où roulaient 180 véhicules peints en vert sur un parc de 223, est à nouveau paralysée le 9 février par une grève de quelques heures du personnel roulant qui obtient une avance de quinze jours de salaire. C’était un nouveau succès pour l’Association pour le bien-être (Fulihui 褔利會) des employés de l’entreprise, que dirigeait depuis les élections de décembre 1948 Zhong Quanzhou 鐘泉周. Ce dernier, né en 1919 à Zhenhai 鎮海 au Zhejiang, avait suivi des cours de génie mécanique à Kunming dans le cadre des universités repliées dans le Sud-Ouest pendant la guerre de résistance au Japon. Il avait alors adhéré à la Ligue des jeunesses communistes. En 1945, il avait été embauché à la Compagnie des autobus comme technicien et s’était distingué lors des diverses actions de grève durant l’été 1948. La compagnie l’avait placé sur sa liste noire32. Le 16 février au matin, il semble que l’on va vers une grève générale des transports en commun de la ville, quand on apprend une demande de primes en nature et d’avances sur les salaires de la part des employés des compagnies de tramways anglaise et française, de la compagnie des autobus anglaise et chinoise et des travailleurs du bac qui joint le Bund à Lujiazui 陸家嘴 (Pudong). L’entrepôt de la Compagnie municipale des autobus de Fenglinqiao 楓林橋 à Xujiahui 徐家匯 est occupé par les grévistes, qui éprouvent de grandes difficultés à se coordonner, et ont fini par s’entendre sur l’exigence d’une " prime de détresse " de 6 dou de riz, pour faire face à l’imminente bataille de Shanghai.

36Mais le général Tang Enbo pour la garnison, le maire Wu Guozheng, le chef de la police Chen Daqing, Lu Jingshi pour l’Association pour le bien-être des ouvriers, Zhao Banfu, commissaire du BAS, et Zhao Zengyu, chef du bureau municipal d’utilité publique, font taire leurs conflits internes et publient à tour de rôle, durant la matinée, des déclarations de plus en plus menaçantes : les demandes ouvrières étant " exorbitantes ", la grève est illégale. En conséquence de quoi, la loi martiale est instaurée. Des unités spéciales de la police (les " forteresses volantes ") appuyées par l’armée prennent d’assaut dans l’après-midi le club ouvrier des employés des autobus et arrêtent 30 grévistes et dirigeants de la grève qui s’y sont retranchés derrière des barricades de fortune. Après confrontation avec la liste noire de la direction, 3 employés sont condamnés à mort après un simulacre de procès le 17 au matin et fusillés le jour même à 18 heures, 6 autres employés se voyant infliger des peines de trois à cinq ans de prison. Avec Zhong Quanzhou, on fusille aussi Wang Yuan* 王元 et Gu Baikang* 顧伯康, qui avaient à peu près le même profil que lui.

37Cette triple exécution brisa la grève mais créa un profond malaise dans la population. Hunt rappelle que jamais on n’avait réprimé à Shanghai une grève de cette façon : c’était digne des seigneurs de la guerre du passé. Il ajoute que ce drame confirmait le discrédit total des syndicats officiels.

Le refus d’une insurrection ouvrière

38La réaction du Parti communiste a été une proclamation en date du 22 février par l’Association des travailleurs. Ce texte de deux pages dénonçait l’assassinat de trois ouvriers " armés de simples bouts de ferraille " par la soldatesque et stigmatisait comme criminels les instigateurs de ces meurtres, dont Lu Jingshi, Wu Guozhen et Zhao Banfu, " qui songeaient uniquement à faire passer leurs lingots d’or à Taiwan pour y couler une vie douce avec leurs concubines ". Il rappelle les 5 propositions récentes de Mao Zedong pour la paix civile et la nécessité de châtier les criminels de guerre, exige la libération des syndicalistes emprisonnés et le versement d’indemnités aux familles des victimes. Mais rien n’est dit d’une réplique possible par une action collective des employés des transports en commun. L’article du 1er mars dans le n° 23 du Laogong tongxun est d’autant plus lyrique qu’il n’appelle à aucune riposte précise. Il y montre l’affolement du directeur, Zhao Zengyu, à la lecture de la proclamation du 22 février publiée par l’Association des travailleurs, puis le défilé, qui dura toute la journée du 18, de la foule, dont une très importante délégation des compagnies française et anglaise des tramways, devant les trois cercueils des " martyrs " exposés aux pompes funèbres de Xieqiao 斜橋, à Nanshi 南市. On parle de collectes populaires et on nous dit que la veuve de Gu Baikang en larmes exhibait dans les autobus les vêtements tachés de sang de son mari. On nous restitue même en dialecte de Shanghai les réactions du public : " Ceux qui tuent seront tués ! C’est avec ce sang que l’on a obtenu 0,75 yuan par jour : quelle pitié ! Vite, que le PCC arrive ! " Ce pathos reste sur le seul registre de la déploration et de la dénonciation politique, sans passer à des propositions d’action concrètes.

  • 33 Cette forme d’expression du parti (lettre ouverte d’un dirigeant syndical populaire passé à la cla (...)

39C’est la troisième intervention du PCC dans le Laogong tongxun qui illustre le mieux son attitude nouvelle. Elle prend la forme d’une lettre ouverte datée du 15 mars écrite par Zhu Junxin 朱俊欣33, l’ancien président du syndicat des travailleurs de la Compagnie française des tramways, adressée à ses anciens camarades depuis Shijiazhuang au Hebei " libéré " :

  • 34 " Comment les ouvriers de Shanghai vont-ils accueillir l’APL ? ", Laogong tongxun n° 24, 15/03/194 (...)

Frères !
Le jour de la libération de la classe ouvrière est arrivé. L’APL va bientôt franchir le fleuve Yangzi. Shanghai sera bientôt libéré. Nous qui sommes en exil, nous suivrons l’APL pour retourner chez nous. Comme les réactionnaires du GMD voient bien qu’ils ne peuvent plus résister, d’un côté ils cherchent à gagner du temps pour couvrir leur retraite, par de prétendus pourparlers de paix et en acheminant de grandes quantités de matériel vers la Chine du Sud et à Taiwan où ils installent des ouvrages de défense afin d’y poursuivre la guerre. De l’autre, ils ont pris leurs dispositions pour détruire lors de leur retraite finale toutes les usines, les machines et les stocks qu’ils ne peuvent pas transporter.
Frères !
Ces équipements et ces machines sont des ressources vitales pour notre État ! Ils sont notre bol de riz ! C’est pourquoi nous devons prendre les mesures suivantes pour prévenir ce sabotage et accueillir l’APL :
Créer sur-le-champ des piquets pour garder à tour de rôle les ateliers principaux, surveiller les agents secrets et éviter qu’ils n’y disposent d’explosifs ou de dynamite.
Assurer l’approvisionnement continu de la ville en eau et en électricité. S’assurer que le matériel roulant n’est pas endommagé au moment de l’offensive de l’APL. S’assurer quand la guerre aura pris fin que les wagons sortent immédiatement des dépôts pour maintenir les transports publics. Sur ce point, j’ai donné ma promesse l’an dernier au cours du Congrès du travail à Harbin. Je suis persuadé que mes frères de la Compagnie française des tramways qui possèdent une glorieuse tradition tiendront cette promesse.
Si les agents secrets continuent leurs menées contre-révolutionnaires et procédent à des sabotages, à des massacres et à des pillages sur ordre de leurs chefs, nous devrons les surveiller et les arrêter en temps opportun, pour les livrer aux comités de contrôle militaire de l’APL. Il ne faut absolument pas qu’ils puissent s’échapper.
Élever la vigilance, prévenir le sabotage, renforcer l’union, prévenir les tentatives pour créer des dissensions. Il faut faire particulièrement attention aux éléments contre-révolutionnaires qui chercheraient à tromper les masses par des propos gauchistes et qui essaieront de passer à la clandestinité par la suite.
Frères !
Nous serons bientôt les maîtres de la société et de l’État. Nous allons assumer la direction dans les organes du pouvoir d’État et dans les activités de production. C’est pourquoi nous devons renforcer notre niveau de connaissances, étudier la politique mise en œuvre dans les régions libérées, élever notre conscience politique, améliorer nos connaissances en matière de gestion et de production, perfectionner notre savoir technique, pour nous acquitter de la mission d’édifier la Chine de Démocratie nouvelle. Je vous parlerai d’autres choses quand je vous rencontrerai. En attendant, je vous souhaite plein succès. Quand cette lettre vous parviendra, j’espère que vous la diffuserez, que vous la recopierez, et que vous l’afficherez34 !

  • 35 Cette formule figurait déjà dans la lettre ouverte d’Ouyang Zurun évoquée supra, note 30.
  • 36 Sur les difficultés de gestion survenues dans ces villes conquises par l’APL, cf. Levine, Anvil of (...)

40Cette lettre a certainement été bien accueillie car elle correspondait exactement à ce qui se passa durant les semaines qui précédèrent et celles qui suivirent l’entrée de l’APL à Shanghai. On peut penser qu’elle a été notamment très appréciée par les ouvriers les plus qualifiés et les mieux intégrés au processus de production. Ce sont déjà eux qui soutenaient les communistes entre 1925 et 1927, et non les coolies qui se tournaient de préférence vers les petits chefs mafieux de la Bande verte quand ils avaient besoin d’aide. Ce sont eux, comme l’a bien compris Zhu Junxin, qui les soutiendront dans la transition déjà commencée, comme le texte le suggère (" le jour de la libération de la classe ouvrière est arrivé ") et qui se poursuivra jusqu’en 1956. Pour eux, il ne s’agit pas vraiment d’une révolution (le mot est absent de la lettre où, par contre l’expression " contre-révolutionnaire " est employée deux fois), mais de " libération " (utilisé à deux reprises) de toute une série d’entraves pour que les ouvriers exercent au mieux leurs aptitudes et parviennent à entretenir décemment leur famille. Derrière sa rhétorique et sa langue de bois, cette lettre rappelle diverses déclarations émanant de ces mêmes milieux lors du Mouvement du 4 mai 1919, avec l’exigence de perfectionnement sur le plan des connaissances et de la technique. Elle n’est pas parcourue par la dialectique romantique de la lutte des classes. Elle parle production, État, protection de l’outil de travail, défense du bol de riz. Jamais peut-être le Parti communiste n’a mieux adhéré aux demandes profondes des élites ouvrières shanghaiennes. Il proposait en effet que l’on prolongeât les luttes corporatistes d’hier pour mettre en place un ordre nouveau qu’il préférait au désordre économique, politique, social et moral du régime GMD pourrissant. Tant pis pour ceux, parmi les militants, qui rêvaient d’une profonde révolution sociale ou ceux qui auraient aspiré à améliorer rapidement leur situation matérielle : ces " gauchistes " étaient assimilés de façon menaçante à des ennemis. Il est intéressant de constater que cette lettre ne contient pas la moindre allusion au dossier concret des revendications ouvrières sur le riz et les primes, qui pourtant avaient motivé les grèves dramatiques de février décrites plus haut. La grève, la manifestation de rue, la pétition discordante, devenaient inopportunes, car le GMD ne pouvant plus être sauvé, il n’était pas nécessaire de lui donner de nouveaux coups qui, au contraire, mettaient en péril l’outil de production. Bientôt " maîtres du pays ", les ouvriers exerceraient leur pouvoir dans le cadre de la Démocratie nouvelle35, qui, faut-il le rappeler, supposait une collaboration avec les capitalistes nationaux et une prise en compte des intérêts généraux du pays au détriment des intérêts égoïstes des seuls ouvriers. Il leur fallait d’ailleurs étudier le modèle de gestion des cités déjà libérées de la Chine du Nord et du Nord-Est36.

La révolution comme rétablissement de l’ordre

41Les mois qui suivent ne font que confirmer le plein succès de cette stratégie ouvrière ambiguë car révolutionnaire dans son discours et sa critique radicale du régime GMD, mais corporatiste et conservatrice dans sa pratique, à la différence de ce qui se passait dans le monde rural bouleversé par la réforme agraire.

42La convention en huit points, signée conjointement par Mao Zedong et Zhu De le 25 avril, au lendemain de l’entrée à Nankin de l’APL, comporte dans son point 2 un engagement à protéger les entreprises industrielles et commerciales de la " bourgeoisie nationale " et ajoute que " l’on espère qu’ouvriers et employés de toutes professions poursuivront leur travail comme à l’ordinaire " et que " les magasins resteront ouverts ". Le point 3 précise que l’on va " confisquer le capital bureaucratique, mais que le personnel de ces entreprises doit rester sur place. Tout acte méritoire dans la protection des biens et des équipements de ces entreprises sera récompensé. Toute grève perlée et tout sabotage seront punis ". Ainsi les ouvriers sont invités à ne pas trop participer à leur libération. Ils ne contribueront à la révolution que par délégation au profit de l’APL.

43De fait, alors que le régime GMD s’écroule sans grandeur, un nouvel ordre se met en place sans enthousiasme ni illusions. L’attaché britannique Hunt formule dans ses " Labour News " n° 9 du 14 février 1949, cette appréciation désabusée de travailliste déçu :

  • 37 Voir aussi " Le PCC œuvre-t-il dans l’intérêt des travailleurs " ? articles du postier He Lin dans (...)

Laissé à lui-même, le monde ouvrier est fort indifférent aux conflits politiques, étant seulement intéressé à garder son emploi et à gagner assez d’argent pour faire face aux besoins familiaux. Au minimum, il y a moins d’attente d’une libération qu’une crainte de ce que les communistes pourraient avoir dans leurs bagages. On appréhende que le communisme signifie plus de travail pour moins de salaire. Cette crainte est nourrie par diverses rumeurs et rapports sur le traitement arbitraire infligé aux ouvriers qui ont filtré depuis les zones tenues par les communistes37.

44Cette analyse, qui aurait été pertinente au début de l’hiver 1948, ne l’est déjà plus : les ouvriers acceptent désormais les communistes pour que finisse le chaos, quel qu’en soit le prix à payer. Ils ne se rallient pas à la révolution, mais à l’ordre retrouvé. Ce qui ne doit pas être confondu avec une simple résignation à l’inévitable, mais implique un accord fondamental.

  • 38 Tout cela est encore mal étudié. À la Compagnie française des tramways, alors que le GMD jetait en (...)
  • 39 À notre connaissance, cette importante question du comportement des communistes dans les entrepris (...)

45D’où le succès des équipes de protection des usines, lancées par le GMD et Lu Jingshi et de plus en plus souvent prises en main par les communistes. Elles leur permettent de s’installer au cœur même des entreprises, sur la base consensuelle de la défense du bol de riz, comme l’évoquait Zhu Junxin dans sa lettre du 15 mars. Dans les entreprises qui sont propriété des étrangers, comme diverses compagnies de transports en commun ou les usines de cigarettes Yizhong, des contacts se nouent pour que les entreprises continuent à tourner entre la direction et des communistes sortis de l’ombre38. Peut-être 20 000 ouvriers se retrouvent ainsi dans des structures diverses, souvent appelées " équipes populaires de préservation de la paix " (Renmin bao’an dui 人民保安隊). À Shanghai-Ouest, cela permet aux communistes de conquérir ou de reconquérir une place au sein même des principales entreprises. C’est moins efficace à Shanghai-Est39. En règle générale, à partir de l’hiver 1948-1949, les ouvriers rétrécissent leur horizon au cadre de l’entreprise, qui, dans le chaos général, assure les éléments de leur survie et celle de leur famille. On peut y voir l’amorce de l’unité de production (danwei 單位) qui va structurer la Chine populaire à partir de 1956-1958.

  • 40 Interview de Zhang Qi, qui fut témoin de la scène, réalisée par mes soins le 16 mai 1986.
  • 41 Guillain, Orient Extrême : une vie en Asie (1986), p. 163-191.
  • 42 Le militant communiste Sun Fangjing et deux adhérents non connus par ailleurs, Zhang Rusong 張如松 et (...)

46Le 24 mai, après un défilé militaire sur Nanjinglu pour célébrer un douteux succès remporté sur quelques patrouilles d’éclaireurs communistes aventurées à Gaoqiao 高橋 (Pudong), plusieurs dizaines de milliers de soldats nationalistes s’embarquent à la hâte sur le Bund pour Ningbo, à moins qu’ils n’aient tourné avant dans une rue pour se mettre en civil en abandonnant armes et uniformes et se fondre parmi les 100 000 badauds qui assistent à cette " parade militaire de la victoire "40 surréaliste. À peine deux jours plus tard, le 26, les communistes peuvent célébrer une véritable victoire, la leur, même s’il y a encore quelques échanges de coups de feu le 27. Les piquets ouvriers gardent les prisonniers nationalistes que les soldats de l’APL leur ont remis. Seuls ces derniers ont participé aux rares combats des jours précédents41. Il y a eu quelques drames, comme le 23 à l’usine de coton nationalisée Zhongfang 中紡 n° 2 de la rue de Macao, où la police GMD arrête 10 membres de l’Association des ouvriers qui fêtent trop tôt la victoire et en fusille 342. À la Zhongfang n° 1 toute proche, les ouvriers empêchent la même situation de se renouveler par un sit-in massif qui met en fuite les nervis du GMD. Il y a des situations étranges. Ainsi, le 25, à la cotonnière Yong’an 永安 n° 3, Fan Tianyi 范天一, un des responsables du dernier comité directeur du GLU, prend le contrôle de l’usine avec ses hommes de main porteurs de brassards rouges qui les désignent comme des membres du groupe de liaison de la célèbre 8e Armée de marche communiste, avant d’être démasqués, désarmés et emprisonnés. Quarante arrestations sont opérées pour des cas analogues dans diverses usines. C’est insignifiant.

47Le 26 mai au soir, divers meetings dans les usines sont organisés pour fêter la réinstallation des directions syndicales liées au PCC qui avaient dû passer dans la clandestinité depuis un an ou plus. Le 27, une réception est donnée en l’honneur de ces militants syndicaux réapparus au grand jour, au club Lizhi, rue de Ruijin, par la direction du PCC pour la Chine de l’Est (Rao Shushi 饒漱石) et le quartier général de la 3e Armée de route (Chen Yi 陳毅), assistés de Liu Xiao, Liu Shaowen 劉紹文 et Zhang Qi. On présente aux nouveaux responsables de la ville, dont on sait déjà que Chen Yi sera le maire, Tang Guifen et Zhu Junxin, parmi d’autres clandestins.

  • 43 Le président est Liu Changsheng. Les vice-présidents, Zhu Junxin, Zhang Qi et Shen Han. Le secréta (...)

48Le 30 mai, un meeting a lieu au cinéma Paramount sur Nanjinglu avec 2 300 délégués des entreprises. À la tribune, sous la présidence de Liu Changsheng, on remarque Han Wucheng, Tang Guifen, Ma Xiaodi, Li Jiaqi 李家齊, Ni Fusheng 倪福生, Zhang Qi, Shen Han, Wang Zhongyi et Shen Hongchun 沈鴻春 : on aura reconnu la plupart des participants de l’" école de cadres de deux mois " de Hongkong et de la délégation des ouvriers de Shanghai au Congrès de Harbin en 1948. On y ajoute divers syndicalistes, libérés par Zhang Qi dès le 27, de la prison de Tilanqiao (ex Ward Road Goal) comme Yang Guangming 楊光明, un des principaux responsables du parti à l’usine Shenxin n° 9, très impliqué dans la grève de janvier-février 1948, et She Jingcheng* 佘敬成. Après un discours inaugural de Rao Shushi et diverses interventions, on procéda à l’élection des 140 membres du comité préparatoire du nouveau Syndicat général de Shanghai qui se met en place le 3 juin. On y retrouve la quasi-totalité des cadres syndicaux communistes ou sympathisants que nous avons rencontrés depuis le début de l’hiver. Sur les 15 membres de l’exécutif, 11 sont de très réels militants ouvriers qui ont fait du syndicalisme43. Bien sûr, ce nouvel organisme n’a guère de pouvoir et il est plutôt un symbole d’une certaine présence ouvrière dans un régime déjà monopolisé par le parti, son appareil et les cadres de son armée, rendu ainsi plus acceptable. Peut-on pour autant conclure à une absence ouvrière lors de la libération de 1949, alors que l’on rencontre autant d’ouvriers et de syndicalistes actifs dans les structures mises alors en place ?

Conclusion

49Il ne fait pas de doute que les ouvriers de Shanghai ne se trouvent pas en 1948-1949 à l’avant-garde de la lutte décisive contre le Guomindang. Mais n’y aurait-il pas un sophisme à tenir leur présence comme nécessairement révolutionnaire et à induire du constat de l’absence d’une révolution prolétarienne sur place en 1949, l’absence du prolétariat dans cette phase de la lutte et donc une coupure initiale entre les ouvriers et le Parti communiste vainqueur ? Il nous est apparu, bien au contraire :

  1. qu’il y a une forte présence ouvrière dans la politique des communistes en ces années décisives, ainsi d’ailleurs que dans les institutions que le PCC met en place dès sa victoire ;
  2. que ces ouvriers luttent pour le maintien, dans le chaos général, de leur " bol de riz ", c’est-à-dire de quoi nourrir, vêtir et loger eux-mêmes et leurs familles, dans la paix et l’ordre ;
  3. que, confrontés à la débâcle du GMD, les ouvriers les plus qualifiés, qui structurent le monde du travail et dirigent les syndicats officiels, se retrouvent pleinement dans la nouvelle stratégie mise en place par les communistes dans le cadre de la Nouvelle Démocratie. Le parti n’est coupé des ouvriers de Shanghai que si l’on considère les ouvriers comme nécessairement révolutionnaires ;
  4. que, si les précédentes " batailles de Shanghai " en 1932 et en 1937, avaient montré la difficulté de défendre la ville et s’il semble bien que les forces communistes étaient suffisantes pour s’en emparer à partir d’une grève générale insurrectionnelle comme en mars 1927, une telle action présentait le risque d’une destruction plus ou moins importante de l’appareil de production. Pourquoi prendre un tel risque sans nécessité ? D’autant que la politique de Démocratie nouvelle, à la différence de celle suivie par les communistes durant l’Expédition du Nord, n’impliquait nullement que l’on démontrât l’aptitude révolutionnaire de la classe ouvrière. Il suffisait de l’affirmer ;
  5. Or le PCC allait exercer sa dictature et avait déjà commencé à le faire au nom de la classe révolutionnaire par excellence que la classe ouvrière était supposée être, d’après la philosophie marxiste-léniniste, dont ses dirigeants se réclamaient. Cependant, le monde ouvrier de Shanghai tel que les communistes le redécouvraient après leur long exil au fin fond de la Chine la plus rurale et la plus fruste était faiblement révolutionnaire et fortement corporatiste. Cette découverte, Mao Zedong l’avait déjà faite en tant que dirigeant du mouvement ouvrier au Hunan en 1922-192344, ce qui l’avait conduit à se tourner vers la paysannerie pour trouver une force révolutionnaire. Tout se passe comme si les ouvriers véritables qu’ils retrouvaient depuis 1945 à Shanghai surprenaient, voire incommodaient, les dirigeants communistes, qui leur avaient substitué l’image d’un prolétariat abstrait au nom duquel le PCC s’apprêtait à établir sa " dictature de démocratie nouvelle ". Un peu comme ce Ye Gong dont parle Mao dans son célèbre rapport sur le mouvement paysan au Hunan : cet homme aimait les dragons et en peignait partout dans sa demeure. " Un véritable dragon vint à apprendre la chose : il descendit du ciel et jeta un coup d’œil par la fenêtre de Ye Gong, mais sa queue passa par la porte ". À ce spectacle, Ye Gong s’enfuit, fou de terreur. " C’est que Ye Gong n’aimait nullement les dragons, mais seulement ce qui en avait la forme. " Les dirigeants communistes, eux aussi, préféraient parler des ouvriers ou, plutôt, parler à leur place et en leur nom, sans prendre le risque de les rencontrer.

50En effet, pour surmonter cette contradiction entre la réalité et la théorie, ils avaient trouvé une solution. Elle avait été formulée par Liu Shaoqi :

  • 45 " Du parti " (Lundang), 14/5/1945, Liu Shaoqi, Œuvres choisies (1980), p. 348-350.

Depuis ses origines, notre parti a toujours témoigné d’une nette conscience de classe. […] Il a toujours été et il est aujourd’hui plus que jamais un parti de type entièrement nouveau, un parti prolétarien. […] Certes ses organisations se trouvent dans des régions où les militants de souche ouvrière n’occupent qu’une très faible proportion. Ce qui explique les tendances au style stéréotypé, à l’opportunisme. […] Cependant la nature prolétarienne de notre parti est déterminée 1) par son héritage du mouvement ouvrier d’avant 1927 ; 2) par la " pensée Mao Zedong " ; 3) par son programme prolétarien ; 4) par sa discipline prolétarienne ; 5) par ses cadres professionnels qui ont acquis la conscience de classe ; 6) par l’éducation marxiste-léniniste. […] Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’un parti fondé de cette manière, et, de plus, trempé et éduqué de la sorte, ne le cède en rien au parti ouvrier de n’importe quel pays capitaliste. L’origine sociale des membres du parti n’est pas un élément décisif. […] Pas plus que l’origine ouvrière des partis travaillistes n’en fait d’authentiques partis ouvriers45. "

  • 46 Sur cette grève, voir Jean-Louis Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l (...)

51C’est clair : dès 1945, le rôle dirigeant de la classe ouvrière signifie le rôle dirigeant du PCC. Les conséquences de cette aliénation du monde ouvrier, confondu avec le parti, dépassent le cadre de cet article. On peut y inscrire la condamnation des dirigeants de la lutte ouvrière conduite à Liaoyang, au Liaoning, en février-mars 2002, Yao Fuxin et Xiao Yunliang46 : ces deux authentiques syndicalistes ouvriers effraient autant le PCC que le dragon apparu jadis à Ye Gong. On peut aussi trouver une tentative de dépassement de cette contradiction par le recours au concept de " producteur ", comme il apparaît dans la théorie des " trois représentations " (sange daibiao 三個代表) de Jiang Zemin, adoptée par le 16e congrès du PCC en novembre 2002 : la lutte des classes, chère à Mao Zedong, disparaît, tandis que le monde ouvrier partage, en théorie seulement, la direction de la République populaire de Chine avec l’élite technocratique et pseudo-capitaliste qui lui impose dans les faits la loi d’airain du profit et du marché.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources en langues occidentales

Bianco, Lucien. 2001. Peasants Without the Party : Grass-roots Movements in Twentieth-Century China, Armonk (NY), M.E. Sharpe.

Chesneaux, Jean. 1962. Le Mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927. Paris/ La Haye, Mouton. Rééd. 1998. Éditions de l’EHESS.

Chevrier, Yves. 2001. " De la révolution à l’État par le communisme, Le Débat, 117 (nov-déc.), p. 92-111.

Eastman, Lloyd E. 1984. Seeds of Destruction : Nationalist China in War and Revolution 1937-1949, Stanford (Cal.), Stanford University Press.

Guillain, Robert. 1986. Orient Extrême : une vie en Asie, Paris, Le Seuil.

Levine, Steven. 1987. Anvil of Victory : The Communist Revolution in Manchuria 1945-1948, New York, Columbia University Press.

Liu Shaoqi. 1980. Œuvres choisies, Pékin, Éditions en langues étrangères, 2 vol.

Xiaobo et Elizabeth Perry. 1997. Danwei : the changing Chinese workplace in historical and comparative perspective, Armonk (NY), M.E. Sharpe.

Mao Zedong. Œuvres choisies 4, Pékin : Éditions en langues étrangères, 5 vol. à partir de 1955 pour la traduction française.

Pepper, Suzanne. 1978. Civil War in China : The Political Struggle, 1945-1949, Berkeley (Cal.), University of California Press.

Roux, Alain. 1996. " Patrons français et ouvriers chinois dans la Chine du Guomindang : Xu Amei ou le dilemme d’un syndicaliste révolutionnaire ", Études chinoises, XV/1-2 (printemps-automne), p. 33-69.

– 2002. " La tragédie du 2 février 1948 à la Shenxin n° 9 : une grève de femmes ? " in Marie-Claire Bergère et al. (éd.), Aux origines de la Chine contemporaine : en hommage à Lucien Bianco. Paris, L’Harmattan, p. 47-82.

Saich, Tony. 1991. The Origins of the First United Front in China : The role of Sneevliet (alias Maring), Leiden, E. J. Brill.

Smith, Steve. 2000. A Road is made : Communism in Shanghai 1920-1927, Richmond, Curzon.

– 2002. Like Cattle and Horses : Nationalism and Labor in Shanghai 1895-1927, Durham, Duke University Press.

Thomas, Bernard S. 1983. Labor and the Chinese Revolution, Ann Arbor (MI), University of Michigan.

Sources en langue chinoise

Huang Guodong. 黃國棟 1986. Dumen huajiu 杜門話舊 (Souvenirs de la maison de Du Yuesheng) in Jiu Shanghai de banghui. 旧上海的帮会(Les sociétés secrètes dans l’ancien Shanghai), Préface de Zhu Xuefan 朱学范, Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, p. 248-267.

Zhang Qi. 張祺. 1991. Shanghai gongyun jishi. 上海工運紀事. (Chroniques du mouvement ouvrier à Shanghai), Shanghai, Zhongguo dabai kequanshu chubanshe.

Zhonghua quanguo zong gonghui Zhongguo zhigong yundongshi yanjiushi. 中華 全國總工會中國職工運動史研究室 éd. 1957. Zhongguo lici laodong dahui wenxian. 中國歷次勞動大會文獻. (Documents sur les congrès nationaux du travail). Pékin, Gongren chubanshe.

Annexes

Annexe 1

Repères biographiques

Fan Xiaofeng 范小鳳.

Cette femme d’origine paysanne née à Wuxi en 1917, avait organisé des fraternités féminines parmi les ouvrières des cotonnières de Shanghai, où elle avait commencé à travailler dès 1932, avant d’adhérer au PCC en 1946. Elle assistait aussi aux cours du soir de la YWCA.

Gu Baikang顧伯康

Né à Zhuji près de Shaoxing (Zhejiang), il a trente-neuf ans en 1949. C’est un chauffeur. Ayant réussi en 1935 l’examen d’entrée pour apprendre la mécanique dans un atelier relevant de l’administration militaire, il était devenu directeur d’un atelier pendant la guerre de résistance au Japon. Il avait démissionné de ce poste en 1946 pour protester contre la guerre civile et était alors entré comme simple chauffeur à la Compagnie municipale des autobus. En décembre 1948, après une intense campagne conduite par les communistes de l’entreprise pour " choisir les meilleurs " contre les gens de Lu Jingshi*, il avait été élu à l’exécutif de l’Association pour le bien-être des ouvriers de la compagnie. Il ne semble pas avoir eu d’appartenance politique, tout en ayant été un compagnon de route des communistes.

Gu Liang 顧亮

Âgé d’une trentaine d’années, il était entré pendant la guerre à l’usine métallurgique Dalong à Zhabei, rebaptisée Dalu par les Japonais, qui l’avait confisquée. Il semble qu’il était déjà communiste. Devenu chef d’équipe, il fonde un club ouvrier qui participa à la manifestation du 23 juin 1946 contre la guerre civile. Il se fait aider d’un avocat pour obtenir du Bureau des affaires sociales, réticent, la reconnaissance officielle de ce club comme le syndicat des ouvriers métallurgistes du 6e district, fort de 255 adhérents, dont il est le populaire président. Ce syndicat fut à la pointe des luttes pour défendre l’indexation des salaires sur le coût de la vie en 1947. Au début septembre 1947, alors que la répression antisyndicale était au plus fort, il avait ameuté 300 ouvriers de la Dalong qui chassèrent de cette usine menacée de fermeture un groupe de 20 " repreneurs " venus la visiter. Le 1er avril 1948, un peu après midi, Gu Liang est appréhendé par quatre policiers en civil alors qu’il mange sur le pouce dans une petite boutique de change qui vendait des cigarettes, des beignets (youtiao), des raviolis (guojié) et du thé vert. Alerté par ses protestations, une dizaine d’ouvriers de la Dalong le libèrent et… appréhendent les policiers, qu’ils conduisent au poste de police pour vérification d’identité, pendant que Gu Liang porte plainte contre ses agresseurs. Le lendemain le syndicat est dissous par le BAS comme " repaire de bandits rouges " tandis que Gu Liang passe à la clandestinité. Après 1949, cet authentique " homme de masse " devint un bureaucrate en tant que vice-président du bureau de formation professionnelle du Bureau du travail de Shanghai jusqu’à sa retraite en 1987.

Huang Yanpei (1878-1965) 黃炎培

Lettré (juren) engagé dès 1902 pour la réforme de l’éducation, ayant animé par la suite la Société générale d’éducation du Jiangsu. Militant pour l’enseignement professionnel, il se détacha peu à peu du GMD et rejoignit la Ligue démocratique en 1941. Son opposition à la guerre civile à partir de 1946 et son hostilité au rôle croissant de la clique CC, le rapprochèrent des communistes. Il fut ministre de l’Industrie légère durant les premières années de la République populaire de Chine.

Liang Yongzhang (Y.C. Liang) 梁永章

Cet employé, né à Fuzhou, qui avait fait des études secondaires, est le président en 1946 du syndicat des employés de la Compagnie américaine du téléphone, fort de 1 281 adhérents. En rapport avec le " Labour attaché " du consulat général britannique Hunt, qui voit en lui une sorte de travailliste à la chinoise, il avait participé avec des syndicalistes notoirement communistes à diverses actions revendicatives en janvier 1946. Lors des actions syndicales du printemps 1947 pour le rétablissement de l’indexation des salaires sur le coût de la vie, gelée par le Guomindang, il lutte pour son rétablissement en affirmant au " Labour attaché " américain William Etter sa double hostilité " aux fascistes de la clique CC " et aux communistes. Il est néanmoins désigné par Lu Jingshi comme un des responsables du Fulihui et on remarque, lors des meetings qu’il préside durant l’été 1947 contre les " racketteurs-syndicalistes " (gonggunzi) de la clique CC, la présence de plusieurs syndicalistes fort douteux dans leur comportement. Lors du congrès de fondation du Syndicat général panchinois animé par le Guomindang à Nankin en avril 1948 il est l’un des neuf dirigeants centraux qui y sont élus et il est emporté dans la tourmente avec tout le syndicalisme officiel durant l’hiver 1948-1949.

Liao Chengzhi (1908-1983) 廖承志

Fils de Liao Zhongkai. Il fut un des dirigeants communistes en relation avec l’Internationale communiste, notamment à Berlin et à Hambourg dans les années 1930.

Lu Jingshi (1906-1986) 陸京士

Né à Taichang près de Shanghai, il a fait des études de droit dans le célèbre collège juridique de cette ville et passa le concours des postes, où il fut employé, ainsi que son ami Zhu Xuefan, avec lequel il fonda le Syndicat des postiers dans le cadre du Mouvement du 30 mai 1925. Tous deux membres du GMD, en très bons termes avec le PCC, ils comptèrent parmi les plus brillants " disciples " de Du Yuesheng. Après la rupture du 12 avril 1927, Lu continua sa carrière à la tête du Syndicat des postiers, dans le Syndicat général des ouvriers de Shanghai (GLU), et au sein du GMD. Membre de la clique CC, il participa aux activités secrètes de Dai Li durant la guerre antijaponaise. Lors de la victoire, il s’appuya sur une " armée ouvrière loyale de salut national " formée d’agents du juntong, de membres de la Bande verte et de " caïds ouvriers " (gonggunzi 工棍子) pour disputer le pouvoir à Shanghai au réseau de Wu Shaoshu. À l’automne 1946, il disposa d’un journal, le Libao, et de l’agence de presse Da Gong. Président de l’Association chinoise du travail, directeur du département d’organisation du ministère des Affaires sociales, vice-directeur du Bureau du mouvement paysan et ouvrier du GMD, président de l’Association pour le bien-être des ouvriers de Shanghai, il anima tout un réseau d’agents secrets et de commissaires de la clique CC qui contrôlait étroitement le GLU. Le " Labour attaché " Hunt du consulat général britannique a reproduit le discours qu’il prononce à la clôture d’un stage de formation d’une semaine de 200 cadres syndicaux organisé à la fin septembre 1947 par le BAS et le Fulihui : exigeant " du riz pour tous, des habits pour tous et un emploi pour tous ", Lu Jingshi fut applaudi, mais la salle demeura froide quand il ajouta que tout cela n’était possible qu’en le suivant dans sa lutte pour éliminer les communistes – la clique CC n’était plus populaire, même auprès des cadres ouvriers GMD. Le 3 septembre 1947, Lu Jingshi avait présidé à la célébration du soixantième anniversaire de Du Yuesheng, dont il demeurait le disciple le plus loyal (Hunt, Labour Report n° 6 du 25/2/1948 ; FO 371/63353/F 3957).

Ma Chungu (1907-1979) 馬純古

Né à Wuhan. Étudiant à l’université Chaoyang à Pékin, il adhéra au PCC en janvier 1927 durant l’Expédition du Nord. Militant dans les entreprises à Shanghai pour le parti.

Mao Qihua 毛齊華

Ouvrier imprimeur ayant adhéré à la Ligue des jeunesses communistes en février 1925. Il fonda le Syndicat des ouvriers imprimeurs à Shanghai puis avait participé au mouvement syndical dans la zone frontière Jinjiluyu, avant d’être versé au gongwei de Shanghai en 1945.

Ouyang Zurun (Eu Yang Tsujen) 歐陽祖潤

Né en 1923 à Canton, c’est un mécanicien très qualifié. Protégé de Zhou Xuexiang, le redoutable labor boss qui contrôle le monde ouvrier de Yangshupu à partir de son syndicat-racket de l’usine de tabac Hua Cheng et de ses disciples du Hong Bang, il organise à partir d’un réseau de 105 travailleurs le puissant syndicat de la centrale électrique de Shanghai, la Shanghai Power (dianli), reconnu comme syndicat des travailleurs de l’électricité du 4e district. Fin 1946 il a adhéré au Parti communiste chinois. Très actif lors des diverses grèves conduites parce syndicat qu’il préside, il passe à la clandestinité le 23 septembre 1947 lors de l’arrestation, par la police, de plusieurs dirigeants de ce syndicat et sa réorganisation par le BAS. Après 1949, il est membre de l’exécutif du Syndicat général panchinois et responsable du bureau de gestion de l’organisation communiste à l’aciérie n°5 de Shanghai. Il prend sa retraite aux aciéries de Jiangyou, au nord de Chengdu au Sichuan, où il a été déplacé comme beaucoup de cadres ouvriers de Shanghai lors de la formation du troisième front industriel.

Pan Hannian (1906-1977) 潘漢年

Homme de l’ombre, habitué des missions spéciales, en relation avec Du Yuesheng dès les années de l’Expédition du Nord, puis, sous divers déguisements, dans les meilleurs termes avec les diverses cliques du GMD à Shanghai. Lors de son arrestation en avril 1955 dans le cadre de l’affaire Gao Gang-Rao Shushi, il fut accusé de s’être rendu au GMD et d’être devenu membre de la clique CC. Il mourut dans un camp. Le processus de réhabilitation, amorcé en 1979, a abouti en juin 1982.

Qi Huaiqiong 戚懷瓊

Cette jeune femme était membre de la commission de contrôle du syndicat de la cotonnière Shenxin n° 9, où elle travaillait dans le département filature. Elle suivait les cours du soir de la YWCA et avait adhéré au Parti communiste. Le 30 janvier 1948 elle monte sur une table pour expliquer aux ouvrières les revendications et est à l’origine de la grève qui éclate alors. Bien que recherchée par la police, elle disparaît jusqu’à cette réapparition à ce stage de recyclage de Hongkong où elle est présentée comme un exemple négatif.

Qian Ying 錢瑛

Cadre communiste féminin qui milite en 1933 au centre Hubei avec Tao Zhu et Yang Xuecheng, où elle essaie de mettre sur pied une guérilla dotée de huit fusils rouillés. Libérée de prison à Nankin en 1938, elle rejoint le bureau d’organisation du PCC mis sur pied à Chongqing par Zhou Enlai. À l’automne 1946, elle coordonne les activités des cellules de Shanghai. C’est à ce titre qu’elle intervient lors du stage de recyclage de Hongkong à l’automne 1948. En mars 1949 elle est à Pékin puis suit la 4e armée de l’APL à Wuhan. Elle exerce après 1949 diverses responsabilités dans l’appareil du PCC, principalement à la commission de contrôle et de discipline. Persécutée par Kang Sheng et Jiang Qing durant la " révolution culturelle ", elle meurt de maladie le 26 juillet 1973.

She Jingsheng (1916-1980) 佘敬成

Natif de Jiangdu, en face de Yangzhou, au Jiangsu. Ouvrier dans une cotonnière japonaise, il participa à la grande grève de 1936 dans les cotonnières japonaises et adhéra au PCC en 1938. Plus tard, il devint contremaître. Il fut le héros involontaire d’une étrange affaire qui montre les dangers de la ligne entriste adoptée alors par les communistes. Ce militant communiste était président du syndicat officiel de la cotonnière nationalisée n° 12 (ex-Dakang) à Yangshupu. En tant que membre suppléant du Conseil municipal de Shanghai et titulaire de l’exécutif du Fulihui, il avait reçu l’autorisation de porter un pistolet pour se protéger des " terroristes communistes ". Le 4 avril 1947, dans un moment où l’on percevait les cotisations syndicales par retenue sur les salaires dans son usine, il abattit deux ouvriers. Un des morts faisait partie des 5 membres de la police secrète zhongtong 中統 liée à la clique CC qui, le soupçonnant d’être communiste depuis sa participation à la manifestation du 23 juin 1946, étaient chargés de le surveiller. Ce petit groupe de provocateurs avait ameuté les ouvriers pour s’opposer à la collecte des cotisations par un syndicat qu’ils accusaient de malversations. En fait, ils étaient eux-mêmes au centre d’un racket sur la vente à prix réduit de places de théâtre aux syndiqués et venaient d’être dénoncés par une affiche apposée par le syndicat. L’échauffourée confuse qui s’ensuivit opposa ces provocateurs à des responsables du syndicat accourus pour soutenir leur président agressé. Le coup de feu partit lorsque le membre du zhongtong qui en sera victime et She Jingcheng se disputaient l’arme tombée à terre. Un employé fut tué par le même projectile. Durant la mêlée, des coups de barres de fer firent deux blessés. On tint ce double meurtre pour un accident. She ne fut condamné qu’à six ans de prison pour homicide involontaire. Voir Roux thèse, p. 1604-1606. L’épais dossier (cote 1-7.52) sur l’affaire consultable aux archives municipales de Shanghai contient un rapport de Wu Kaixian au maire C.T. Wu en date du 5 avril 1947 qui dénonce le rôle du zhongtong et lui fait porter toute la responsabilité de l’incident, cela alors que Lu Jingshi organisait une collecte au profit des familles des victimes. Décidément, rien n’allait plus, au sein même de la clique CC !

Sheng Pihua (1903-1961)盛丕華

Ce self-made-man né à Ningbo (Zhejiang) devint un capitaliste prospère qui collabora avec les communistes sur une base patriotique dans le cadre du mouvement de salut national antijaponais puis du refus de la guerre civile. Son entreprise et son restaurant ont été beaucoup utilisés par les communistes clandestins de Shanghai. Il fut un des maires adjoints de la ville après 1949.

Tang Guifen (1918-1964) 湯桂芬

Née à Yangzhou sur le canal Impérial. Ouvrière-enfant à Shanghai en 1927, apprentie à la NWK n° 5 en 1932, puis embauchée à la cotonnière Yong’an n° 3 en 1938, elle s’engagea dans des activités syndicales par le biais de la YWCA en 1939, où elle fut une élève très assidue des cours du soir. Elle adhéra au PCC en 1940. Secrétaire de la cellule de la cotonnière Tongyi en 1941, elle effectua le reste de sa carrière dans cet établissement, sauf une année consacrée sur ordre du Parti à des activités clandestines dans des cotonnières japonaises. Toujours sur ordre du PCC, elle devint présidente du syndicat des ouvrières du coton du troisième arrondissement (Putuo) à partir d’août 1945 et fut élue au conseil municipal de Shanghai dans le collège ouvrier. À cette date, elle est membre de l’exécutif de la 77e section du GMD, tout en étant fichée comme élément communiste par la police dès décembre 1946, car " sœur Tang " a été très remarquée lors des manifestations contre la guerre civile du 23 juin de la même année. Elle anima de nombreux meetings d’ouvrières du coton lors des luttes pour rétablir l’indexation des salaires sur le coût de la vie en mai 1947, tout en étant membre de la direction clandestine du PCC de Shanghai-Ouest pour les cotonnières privées. Début mars 1948, elle se signala pour l’organisation de la solidarité aux victimes de la répression après la " tragédie de la Shenxin n° 9 ".

Wang Xiaohe 王孝和

Entré à la Shanghai Power (Dianli) durant la guerre sino-japonaise, pendant laquelle il avait adhéré au PCC, cet ouvrier qualifié a participé à la formation du syndicat et à ses luttes en 1946. Il est populaire, s’occupe de la coopérative et, placé en deuxième ligne par la direction clandestine du parti, a dissimulé ses sympathies politiques profondes. Lors de la réorganisation du syndicat en septembre 1947 (voir à Ouyang Zurun) il est placé par le BAS parmi les membres de la nouvelle équipe syndicale. Il est bientôt membre de l’exécutif du syndicat réorganisé. L’imprudence de Wang Zhongyi fait qu’il est démasqué en mars 1948. Arrêté la veille du jour où son passage à la clandestinité avait été organisé, il est accusé de sabotage dans le cadre de ce qui semble avoir été une provocation assez grossière. Condamné à mort le 19 juillet il est fusillé le 27 septembre 1948. Son exécution entraîna une campagne de presse du journal de Wu Shaoshu (voir à ce nom), La Juste Parole, qui dénonçait le risque de voir se multiplier des Wang Xiaohe. Le journal fut interdit.

Wang Yuan 王元

Né à Zhenjiang (Jiangsu) en 1918, apprenti à Shanghai à seize ans, il entra en 1930 à la Compagnie anglaise des tramways. En 1945, il est chauffeur dans l’armée nationaliste. Indigné par la guerre civile, il démissionna et entra par concours comme chauffeur à la Compagnie municipale des autobus de Shanghai. Il fut membre du Bureau de l’association pour le bien-être de cette compagnie et membre de l’exécutif du Syndicat des employés des autobus. Il joua un rôle déterminant dans la manifestation de rue de 1 500 employés de la compagnie le 8 juillet 1948 contre 202 licenciements pour mise à sac des bureaux du Fulihui de Shanghai, que présidait Lu Jingshi. Arrêté en novembre 1948 pour ses activités, il fit quatre-vingts jours de prison. C’était une " forte tête ".

Wu Kaixian 吳開先

Né à Qingpu, près de Songjiang (Jiangsu) en 1898, diplômé du collège juridique de Shanghai, il a fait carrière dans le département d’organisation du GMD de Shanghai, après un passage par la Ligue des jeunesses communistes. En août 1933, il préside le Bureau du parti (Dangbu) de Shanghai, décrit à cette date dans un rapport confidentiel par le directeur de l’usine BAT de Pudong, Riddik, comme " une sorte de Tammany Hall " corrompu et corrupteur qui " arrose " les différentes cliques syndicales avec lesquelles un directeur d’usine britannique doit composer (Yingmei yan gongsi zaiHua qiye, Pékin, Zhonghua shuju, 1983, Archives de la BAT. p. 1217). La clique CC, qui contrôle le bureau du parti, le GLU, le BAS et la municipalité chinoise, fait de Wu Kaixian un personnage puissant, à ceci près que ce pouvoir dérive plus ou moins de Du Yuesheng et de la Bande verte, dont il est membre, comme à peu près tous ses lieutenants. Clandestin à Shanghai, il a eu des contacts avec certains responsables du gouvernement fantoche de Wang Jingwei, comme Zhou Fuhai. Arrêté sur dénonciation par la sinistre Kempetai japonaise, fin 1942, et détenu au n° 76 Jessfield Road, il est bien vite libéré et apporte au début 1943 à Chongqing des propositions japonaises pour mettre fin au conflit par une soumission de Chiang Kai-shek. Cette démarche qu’il prend à son compte le compromet et il lui faut s’appuyer en 1945 sur le monde ouvrier pour reprendre la direction du BAS à Wu Shaoshu, sur fond de grèves et d’agitation sociale. Dans son rapport n° 6 du 25 février 1948, le " Labour attaché " Hunt dit avoir le plus grand mal à se faire de lui une " idée sinistre " et ajoute que sa politique au BAS était nettement favorable aux ouvriers afin qu’ils soient calmes. Il semble bien, en effet, que, dans la clique CC, Wu Kaixian se soit peu à peu séparé de Lu Jingshi à partir du moment où ce dernier devint partisan de la répression systématique des grèves et de l’agitation sociale. Lors des élections de novembre 1947 pour l’Assemblée nationale, Wu Kaixian et Pan Gongzhan, président du Conseil municipal de Shanghai, qui animent à cette date la clique CC locale, s’arrangent pour que Du Yuesheng n’arrive qu’en troisième position et, bien qu’élu, perde beaucoup la face. Du Yuesheng pousse alors Lu Jingshi ainsi que ses partisans dans le Fulihui et les syndicats ouvriers à mettre le BAS en difficulté. C’est très net lors de la crise du yuan-or, durant laquelle l’exécution du syndicaliste communiste Wang Xiaohe est une réponse de la tendance dure de la clique CC à l’arrestation du fils de Du Yuesheng par Jiang Jingguo, qui avait fait de Wu Shaoshu un de ses conseillers. Dans ce contexte, Wu Kaixian a rejoint la clique formée par Zhu Jiahua.

Wu Shaoshu 吳紹澍

Né à Songjiang avec le siècle, il a fait des études au collège Aurore de Shanghai puis à l’École normale de Pékin. Il adhéra à la Ligue des jeunesses communistes puis passa au GMD en tant que " disciple " de Du Yuesheng. Il est alors proche de Chen Lifu et de la clique CC. Sa carrière est parallèle à celle de Wu Kaixian. Cependant, c’est en profitant des difficultés de ce dernier, compromis avec les Japonais à la fin 1942, qu’il effectue une ascension fulgurante au sein du GMD, ce qui fait des deux anciens amis des ennemis irréconciliables. En 1945, il dirige le Bureau du parti de Shanghai, ville dont il est concurremment secrétaire du BAS et vice-maire, tout en étant sur le plan national le secrétaire de la Ligue de la jeunesse des trois principes du peuple depuis l’été 1943. Il entre en lutte pour le pouvoir et l’argent avec la clique CC de Lu Jingshi, le juntong de Dai Li et la Bande verte de Du Yuesheng, avec qui il rompt durant l’été 1945. Suite à un arbitrage de Chiang Kai-shek, il est écarté dès la fin de janvier 1946 et perd toutes ses fonctions dans les mois qui suivent. Il demeure néanmoins influent par le réseau de la Ligue de la jeunesse des trois principes du peuple, qui est notamment à l’origine de la grève de la Shenxin n° 9 en janvier-février 1948, et par son journal le Zhengyanbao (La Juste Parole), qui avait été l’organe cette ligue jusqu’à son absorption par le GMD sur ordre de Chiang Kai-shek en octobre 1946.

Zhang Qi 張祺

Né vers 1914, il est ouvrier à la soierie Meiya, où il participe à la longue et dure grève de 1934. Il était alors membre de la Ligue des jeunesses communistes et fut envoyé après l’échec de cette grève à Moscou pour suivre une formation de cadre révolutionnaire avec Liu Junchen, pendant communiste à la Compagnie française des tramways (Fadian). De retour à Shanghai il resta pendant toute la durée de la guerre sino-japonaise dans cette ville. En août 1945, Rao Shushi et Liu Changsheng le font participer à une réunion des cadres clandestins du parti de Shanghai qui se tint dans l’Anhui oriental : on le charge de former une " armée souterraine " ouvrière qui devait lancer un soulèvement à Shanghai en liaison avec des détachements de la Nouvelle 4e armée pour s’emparer de la métropole du bas Yangzi avant l’arrivée des armées nationalistes. Le projet totalement irréaliste fut vite abandonné. Membre du comité ouvrier du parti, Zhang Qi fut élu au CCE du Syndicat national panchinois lors du 6e Congrès chinois du travail en août 1948 à Kharbine, " libérée " par l’APL depuis plusieurs mois. Zhang Qi participa en novembre 1948 au stage de recyclage des cadres clandestins de Shanghai organisé à Hongkong. Lors de la " libération " de Shanghai par l’APL en mai 1949, il se précipita à la prison de Tilanqiao (ex-Ward Road) pour y faire libérer divers militants communistes, dont She Jingcheng, de la China Textile n° 12, et Yang Guangming, un des dirigeants de la grève de la cotonnière Shenxin n° 9 en février 1948. Le 3 juin 1949 il fut élu un des vice-présidents du comité préparatoire du Syndicat général de Shanghai, où il fit une carrière d’administrateur. Il publie des souvenirs d’un grand intérêt en 1991.

Zhong Quanzhou (1919-1949 鐘泉周

Né à Zhenhai (Zhejiang). Il suivit les cours de génie mécanique à Kunming dans le cadre des universités repliées dans le Sud-Ouest pendant la guerre de résistance au Japon. Il avait alors adhéré à la Ligue des jeunesses communistes. En 1945, il est embauché à la Compagnie des autobus comme technicien et se distingue lors des diverses actions de grève durant l’été 1948. La compagnie l’avait placé sur sa liste noire. Il est fusillé le 17 février 1949.

Zhou Xuexiang 周學湘

Né à Yuyao près de Shaoxing (Zhejiang) en 1897. Il effectue une longue carrière syndicale à l’usine de tabac Huacheng de Shanghai, où il anime la " confrérie " Li She, que les rapports consulaires américains présentent comme une sorte de gang qui pratique un double racket sur les ouvriers par le biais des cotisations syndicales, et sur le patronat par un constant chantage à la grève. Ce syndicat marron influence 60 000 ouvriers du tabac et du coton de Yangshupu. Élu à l’exécutif du GLU dès 1931, il rejoint la clique CC. On peut lire une interview très louangeuse de lui dans le Libao de Lu Jingshi le 22 août 1946. En 1948, il est conseiller municipal de Shanghai, député du collège ouvrier à l’Assemblée nationale élue en novembre 1947 et vice-directeur de l’Association pour le bien-être des ouvriers de Shanghai. Très connu hors de Chine par ses activités au BIT.

Zhu Jiahua (1893-1963) 朱家驊

Brillant intellectuel formé comme ingénieur à l’université Tongji de Shanghai, germaniste, géologue et membre éminent de l’Academia Sinica. Seul parmi les hauts cadres du GMD, il porte ostensiblement un costume à l’européenne et se refuse à la tunique Sun Yat-sen. Ministre de l’Éducation du GMD à plusieurs reprises, notamment de 1944 à décembre 1948. Il est plusieurs fois secrétaire à l’organisation du GMD. C’est lui qui plaça Wu Shaoshu à la tête du Dangbu de Shanghai en 1939 contre Chen Lifu et la clique CC.

Zhu Junxin 朱俊欣

Né en 1912 dans une famille de paysans pauvres à Jinjiang, dans la partie de la province du Jiangsu située au nord du Yangzi. Il entre en 1935 comme mécanicien à l’atelier de réparation de la Compagnie française des tramways (Fadian). Il participe aux activités du Mouvement de salut national antijaponais et adhère au PCC en 1940. Secrétaire de cellule, il dirige la fraction communiste au sein du syndical officiel reconnu par le Guomindang de Wang Jingwei, qui collabore avec les Japonais. Président du syndicat de la Fadian en 1945-1946, il est placé par les communistes en troisième ligne : ses déclarations au journal Libao de Lu Jingshi le font apparaître comme un syndicaliste apolitique qui défend avec obstination les intérêts des travailleurs. Il est notamment l’un des 15 membres en novembre 1946 désignés par le Syndicat général de Shanghai pour veiller à l’établissement d’un indice des prix conforme à la réalité. Il dirige les manifestations des traminots de la Fadian en mai 1947 pour le rétablissement de l’indexation des salaires sur le coût de la vie et passe à la clandestinité lors de la répression antisyndicale de septembre. Il fait partie de la délégation de Shanghai lors du 6e Congrès du travail de Kharbine en août 1948 et est élu à l’exécutif du Syndicat général panchinois élu à cette occasion. Il retourne à Shanghai avec l’APL et cumule à partir de juin 1949 ses responsabilités nationales avec des responsabilités locales au Syndicat général de Shanghai et dans le gouvernement municipal. Il meurt des sévices que lui infligent les gardes rouges le 14 juin 1968.

Zhu Xuefan (1905-1996) 朱學範

Né à Jinshan, tout près de Shanghai, il fait des études de droit au collège juridique de Shanghai et passe le concours des Postes, puis fonde avec Lu Jingshi le Syndicat des postiers de Shanghai dans le cadre du Mouvement du 30 mai 1925, ce qui le met en relation avec les communistes. Après le 12 avril 1927, il fait carrière au GLU de Shanghai sous la houlette de Du Yuesheng, dont il est un des disciples les plus appréciés. Il est lié au monde trouble de la Bande verte, du trafic de l’opium, des chantages et des rackets. Plus précisément, il semble avoir organisé avec ses " amis " des Postes une sorte de cabinet noir spécialisé dans la lecture indiscrète du courrier, dont Du Yuesheng fit bon usage. En 1936, il noua à nouveau des contacts avec les communistes, notamment Li Lisan, rencontré en secret à Moscou, et se rallia à l’idée du front uni anti-japonais. Désormais ses activités internationales, qui le mettent en relation avec l’American Federation of Labor-Congress o Industrial Organizations (AFL-CIO), en tant que dirigeant de l’Association chinoise des travailleurs, lui assurent des moyens financiers et une indépendance dans ses déplacements qui font ombrage au GMD de Chiang Kai-shek, avec lequel ses relations se tendent et aboutissent à une rupture ouverte et à une fuite à Hongkong le 10 novembre 1946. Il participe à Paris aux réunions de fondation de la Fédération syndicale mondiale (FSM), auxquelles adhèrent les syndicats ouvriers d’Union soviétique. C’est l’attitude répressive à l’égard du monde ouvrier chinois de Lu Jingshi et la clique CC qui expliquerait cette évolution. À moins que l’hypothèse de l’historien chinois des sociétés secrètes, Cai Shaoqing, qui en fait une " taupe " du PCC dès la répression de 1927, ne soit l’explication de son comportement. Il participe au 6e Congrès des syndicats chinois en août 1948 à Harbin, qui place le Syndicat général ouvrier panchinois sous l’autorité du PCC. Il en est un des vice-présidents auprès de Liu Ningyi et de Li Lisan, sous la présidence de Chen Yun et la présidence d’honneur de Liu Shaoqi.

Annexe 2

Composition de la délégation de Shanghai au 6e Congrès panchinois du travail

Harbin, 1er-22 août 1948

J’ai consulté deux listes de la composition de la délégation de Shanghai : l’une, établie par le Comité de compilation pour l’histoire du mouvement ouvrier de Shanghai de l’Académie des sciences sociales de cette ville, m’a été remise en mai 1986 par Liu Mingkui. L’autre se trouve dans l’ouvrage de Zhang Qi (1991), p. 247-249. Les différences entre les deux portent sur la présence dans la première d’une certaine Qian Ruihua 錢瑞華, inconnue et absente du livre de Zhang Qi, qui liste par ailleurs Lu Wenda 陸文達, absent de la première liste. Dix-sept membres (dont trois ou quatre femmes, selon que l’on inclut ou non Qian Ruihua) et un observateur (Shen Hongchun, de la Shanghai Power, présent sur place, envoyé par le PCC clandestin de Shanghai dans le Nord-Ouest pour y étudier la gestion des entreprises). Tous sont d’incontestables ouvriers syndicalistes : le mécanicien des tramways Zhu Junxin, le métallurgiste Ouyang Zurun, communistes et syndicalistes actifs. Shen Xiangsheng est un communiste membre de la direction du syndicat de la Shanghai Power très actif durant la grève de septembre 1947 dans cette entreprise. Il a dû passer à la clandestinité quelques jours après, suite à l’affaire de l’imprimerie Futong, un mandat d’arrêt ayant été lancé contre lui. Han Wucheng, membre de la direction du Syndicat des grands magasins de Nankin Road, a été très impliqué dans l’affaire du 9 février 1947, ce qui l’a exposé aux coups de la police. Il est membre de la Ligue démocratique. Ces quatre militants avaient fui à Hongkong, d’où ils ont gagné Harbin. Quatre autres délégués sont des militants qui s’étaient réfugiés dans les zones libérées du nord Jiangsu après avoir été démasqués par la police. Trois d’entre eux sont membres de cet étonnant réseau qui comprenait près de la moitié des standardistes de la Compagnie américaine du téléphone et avait entrepris l’écoute téléphonique de l’état-major de l’armée de l’air nationaliste jusqu’à son démantèlement en juillet 1947. Il s’agit de Lu Wenda, né à Shanghai en 1919, adhérent du PCC depuis 1938, de Ni Fusheng, qui présente un profil analogue, et de Jiang Yi 江怡, une femme. Le quatrième des réfugiés auprès de la nouvelle 4e armée était Yang Chunlin 楊春霖, de la Ligue démocratique, qui s’était fait remarquer comme l’un des dirigeants de la grève éclair du 30 mai 1947 à la Compagnie anglaise des tramways. Dénoncé par le Libao de Lu Jingshi, il était passé à la clandestinité. À ces 8 délégués qui ont dû fuir Shanghai, le comité ouvrier du PCC clandestin de la ville a ajouté 2 militants encore en liberté à qui il a demandé de passer à la clandestinité pour se rendre à Harbin. Il s’agit de Li Jiaqi, un postier qui était resté jusque-là tapi dans l’ombre et, surtout, de Tang Guifen. Les 7 autres délégués ont été désignés par les instances supérieures du parti. Ils étaient déjà présents sur les lieux. Xu Mingzhe 徐明哲 est une ouvrière qui travaillait à la cotonnière Shenxin n° 9. On ne la remarque pas lors de la célèbre grève de cette entreprise. C’était sans doute une communiste de réserve, dite de troisième ligne. Il en est de même pour Jiang Along 蔣阿龍, de la Compagnie française des tramways et de l’électricité, de Sun Ming 孫明, un postier, de Gui Shizhi 桂實之, un ingénieur dans le secteur des cotonnières, et de Hui Genbao 惠根寶 ouvrier dans le secteur des filatures de laine. Le communiste en réserve Gong Changgeng 龔長庚, a même réussi à se faire désigner par le GMD comme responsable du syndicat de la Compagnie française des tramways en octobre 1947 après l’éviction des syndicalistes communistes ! Exploit qu’avait d’ailleurs réalisé au même moment le malheureux Wang Xiaohe. Contrastant avec ces " taupes ", on remarque dans la délégation le flamboyant Gu Liang, qui dirigeait depuis août 1945 les activités du parti et du syndicat officiel à l’usine métallurgique Da Long à Shanghai-Ouest, où il était chef d’équipe.

Notes

1 Cet article reprend divers éléments du chapitre XII, " D’un contrôle à l’autre février 1947mai 1949 ", de ma thèse de doctorat d’État : " Ouvriers et ouvrières de Shanghai à l’époque du Guomindang, 1927-1949 ", Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1991 (ci-après, Roux thèse). Sur les ouvriers et la réforme de Jiang Jingguo, cf. p. 1750-1759 ; Eastman, Seeds of Destruction, Nationalist China in War and Revolution, 1937-1949 (1984), p. 172-202.

2 Bianco, Peasants without the Party : Grass-roots Movements in Twentieth-Century China (2001).

3 Dans deux ouvrages récents qui font suite à une abondante littérature critique de la thèse classique de Jean Chesneaux, Le Mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927 (1962), l’historien anglais Stephen Smith montre bien la réalité de cette influence communiste dans le monde ouvrier shanghaien ainsi que ses limites. Smith, A Road is made : Communism in Shanghai, 19201927 (2000) ; Like Cattle and Horses : Nationalism and Labor in Shanghai, 1895-1927 (2002).

4 Roux, " La tragédie du 2 février 1948 à la Shenxin n° 9 : une grève de femmes ? " (2002), in Bergère (éd.), 2.6. Les astérisques renvoient à l’annexe 1, p. 477-487.

5 Roux thèse, p. 1676-1688 (1991). Il s’agit notamment des syndicats de la Shanghai Power (Dianli), de la Compagnie française des tramways (Fadian) et des employés des grands magasins de Nanking Road.

6 Sur la rupture entre Du Yuesheng et le GMD à l’automne 1948, Brian Martin a présenté une communication, ‘‘Eating Bitterness. Du Yuesheng and Guomindang Politics in Shanghai 1945-1949’’, à la Conference on the History of the Chinese City in the Twentieth Century, organisée par la Hong Kong University et l’Institut d’Asie orientale à l’École normale supérieure de Lyon du 11 au 13 décembre 2002.

7 Roux thèse, p. 1729-1764. La présentation de cette affaire par S. Pepper, Civil War in China : The Political Struggle, 1945-1949 (1978), p. 121, est fautive.

8 " On constate une certaine tension dans le monde ouvrier de Shanghai après l’arrestation le 24 mars de quarante ouvriers suivie par celle de trente-huit autres le 25 au matin, tous suspectés de participer à un complot communiste de sabotage des services publics et des industries fondamentales pour créer une agitation ouvrière généralisée. On a arrêté ainsi des ouvriers de la Compagnie française d’électricité (et des tramways), de la Compagnie anglaise des tramways, de l’usine de cigarettes Yizhong (ex-BAT), de la mécanique, du textile, de la Shanghai Power, et de la Compagnie de téléphone. […] On croit savoir que les présidents de certains des plus grands syndicats pourraient fortement contester cette action des autorités et donner leur appui à l’apparent désir des ouvriers d’effectuer un arrêt de travail général. D’après un dirigeant syndical [Liang Yongzhang, président du syndicat des employés du téléphone, hostile à la fois aux communistes et à la clique CC qu’il tient pour " fasciste "] ces arrestations seraient l’œuvre de la garnison de Shanghai-Wusong. […] Il existe une forte possibilité que les troubles actuels résultent pour une bonne part de la fronde suscitée par les éléments modérés du GMD contre le contrôle rigide imposé sur le monde ouvrier par la clique CC. " Télégramme Cabot au State Department, 25/3/1948, confidentiel. USDS 693 504/3248.

9 Le 1er octobre 1948, un certain Fan Xipin avait publié dans le Zhengyanbao 正言報 (La Juste Parole) de Wu Shaoshu un article provocateur intitulé " Ne fabriquez pas d’autres Wang Xiaohe " accusant les gens de la clique CC (traités de " groupes syndicaux à la mentalité féodale") de faire le jeu des communistes. Le Libao, propriété de Lu Jingshi, répondit par une série d’articles entre le 8 et le 22 octobre dénonçant le Zhengyanbao alors que des délégations d’ouvriers bien-pensants se rendaient aux sièges du Dangbu 党部, du GLU et du BAS pour obtenir l’interdiction du " journal qui les calomni[ait] ". Un meeting du GLU se tint le 22 octobre sur ce thème : trois cents responsables syndicaux liés à la clique CC applaudirent à l’annonce faite par Mao Chaojun 馬超駿 de la suspension du journal de la Ligue de la jeunesse des Trois Principes du peuple. Voir Roux thèse, p. 1759-1764.

10 Archives de la BAT, p. 1090-1095.

11 Picul (tan) : mesure de poids traditionnelle de 59,65 grammes.

12 Roux thèse, p. 1774-1775, à partir de divers recueils de télégrammes conservés aux Archives municipales de Shanghai et des traductions de coupures de presse publiées par le consulat général américain sous le titre Chinese Press Review (ci-après CPR).

13 Dou : il s’agit du boisseau chinois, qui contient 10,3555 litres.

14 Les archives municipales de Shanghai conservent (cote 1.5.50) un rapport daté du 1/4/1949 " Enquête sur diverses personnes qui ont récemment disparu dans les entreprises et ont sans doute rejoint les communistes " rédigé par un certain Wang Liping, enquêteur du BAS. Celui-ci brosse un tableau saisissant de ce que devait être la situation dans bien des usines en ce début de printemps 1949. On y apprend qu’à la cotonnière Xinsheng, quartier de Putuo 普陀, quatre travailleurs (trois ouvrières et l’agent du fisc de l’entreprise) ont disparu de l’usine depuis le 25 mars. Avant de partir, ils ont déclaré aux militants locaux du GMD que " l’on n’[était] plus qu’à trois heures de l’aube et qu’[ils] ser[aient] bientôt de retour pour les punir ". La veille, une des trois fugitives avait pris à partie un délégué du syndicat officiel en lui reprochant la mauvaise qualité de la cantine et l’avait insulté en ajoutant : " Demain il fera jour et je te ferai jeter en prison. " Le syndicaliste, s’étant plaint auprès du secrétaire du syndicat, qui aurait dû en informer la police, démissionne le lendemain et n’en fait rien. Il est vrai, nous dit l’enquêteur, que ce Jiang Mingbao, âgé de vingt ans, achetait des " livres de gauche " et était un des 7 dirigeants d’une " fraternité des 31 " qui avait conduit une grève l’année précédente et était devenue depuis la véritable organisation ouvrière de la cotonnière. Parmi les frères jurés, un ouvrier instruit apprend à lire aux autres. Quant à l’agent du fisc en fuite, ses lectures favorites étaient Matérialisme dialectique et matérialisme dialectique de Staline et Femmes soviétiques.

15 D’après les souvenirs du maître d’hôtel de Du Yuesheng, Du lui aurait déclaré après le banquet d’avril : " Tu as entendu ce que j’ai dit et j’en suis content. Maintenant, je vais te dire quelque chose à toi seul. Quand Chiang Kai-shek m’a dit de venir le voir pour discuter, j’ai dû y aller. Je passerai quelque temps à Hongkong, mais je désire retourner à Shanghai. Des amis au PCC ont discuté avec moi : après la Libération, ils voudraient que je participe à leur nouvelle Conférence politique consultative. C’est pourquoi tu n’auras aucun problème à Shanghai ", voir Huang Guodong, Jiu Shanghai de banghui (1986), p. 266-267. L’avocat Sha Qianli 沙千里et l’avocate Shi Liang 史良 faisaient partie des sept notables de Shanghai arrêtés et jugés par les autorités GMD pour leurs activités antijaponaises, dans le cadre de ce qui fut appelé le " procès des sept gentilshommes ", en novembre 1936. On les retrouve tout naturellement par la suite à la Ligue démocratique. Ils s’opposent à partir de 1946 à la guerre civile et font campagne pour la liberté de la presse et de réunion.

16 Changement de stratégie présenté in Mao Zedong, Œuvres choisies, " Manifeste de l’APL " (oct. 1947) et " La situation actuelle et nos tâches " (25/12/1947), t. 4, p. 151-157 ; 161-182.

17 Textes in Zhongguo lici laogong dahui wenxian (" Documents adoptés lors des congrès du travail successifs "), p. 413-495. Voir aussi Thomas, Labor and the Chinese Revolution (1983), p. 256-262 ; Zhang Qi, Shanghai gongyun jishi (1991), p. 251- 260. Dans sa thèse soutenue à l’EHESS en décembre 2006 : " À l’épreuve du politique : les intellectuels non communistes chinois et l’émergence du pouvoir maoiste dans la première moitié du xxe siècle ", Christine Vidal analyse un rapport particulièrement éclairant sur le travail des communistes en milieu urbain présenté à Beiye (Hebei) par Peng Zhen 彭真 le 6 juillet 1948 : les communistes doivent préparer la prise de contrôle des villes par l’APL en veillant à y protéger les outils de production et en utilisant le réseau des syndicats officiels. Ils doivent notamment faire un effort d’éducation auprès des ouvriers afin d’éviter tout " comportement stupide " (bris de machines par exemple) et pour qu’ils ne se fassent pas trop d’illusions sur la possibilité de hausses de salaire.

18 Sur un total de 518 délégués supposés représenter 2 855 000 ouvriers, soit à peine 3,47 % du total des délégués. Les zones " libérées ", pourtant peu ouvrières, sont sur-représentées.

19 Voir Annexe 2, p. 488.

20 Eu Yang Tsujen, " Shanghai workers : a Sketch oftheir struggles since V Day to summer 1948 ", China Digest, 4 (12), 19/10/1949, publication para-communiste de Hongkong.

21 Zhang Qi, op. cit., p. 248-249.

22 J’interprète un peu un texte assez embarrassé dans sa rédaction.

23 Ce mouvement de rectification du style de travail du parti, simplifié en " mouvement zhengfeng " fut une campagne politique conduite au Yan’an entre 1942 et 1945 qui permit à Mao Zedong, aidé de Liu Shaoqi, d’unifier l’idéologie du Parti communiste chinois autour de sa " pensée ", au détriment du courant " internationaliste " d’inspiration stalinienne représenté par Wang Ming. Mao fut aidé dans ce mouvement, qui prit souvent la forme de séances d’autocritiques souvent violentes par la police politique de Kang Sheng.

24 Zhang Qi, op. cit., chap. XV, p. 251-260.

25 Ce mécanicien populaire avait été exclu du PCC en juin 1930 par les lilisanistes pour n’avoir pas transformé une grève économique qu’il conduisit à la victoire durant l’été 1930 en une grève insurrectionnelle suicidaire, voir Roux, " Patrons français et ouvriers chinois dans la Chine du Guomindang : Xu Amei ou le dilemme d’un syndicaliste révolutionnaire " (1996).

26 Roux (2002), art. cit., p. 47-82.

27 Archives de Shanghai, cote 2 159, nos 23 (1/3/1949), 24 (15/3/1949), 26 (31/3/1949) : quatre pages d’une qualité déplorable polycopiées grâce à une machine à alcool, destinées à l’affichage mural.

28 Membre de l’équipe dirigeante du syndicat réorganisé de la Shanghai Power en septembre 1947.

29 Compromis l’un et l’autre lors de l’affaire de la Shenxin n° 9.

30 Un des trois employés de la Compagnie municipale des autobus fusillés le 17 févier 1949, voir ci-dessous p. 466-467.

31 Il est assez piquant de voir les communistes de Shanghai situer parmi les voyous qu’ils dénoncent ce même Zhu Xuefan dont le 6e Congrès des syndicats à Harbin a fait l’un des trois vice-présidents du nouveau Syndicat général !

32 NCDN, 19/02/1949 et 10 au 24/02/1949. Laogong tongxun n° 23 du 1/3/1949, p. 3. Archives municipales de Shanghai : " Manifeste de l’Association des ouvriers de Shanghai lors du massacre des employés de la Compagnie municipale des autobus ", le 22/02/1949. Libao et Shenbao du 18/02/1949 cité par Chinese Press Review, Wenshi ziliao, Shanghai, 1979 : article de Zhang Haobo, " Shanghai gongren 1948 niande fan jiegu douzheng " (Les luttes contre les licenciements des employés des transports en commun de Shanghai en 1948), p. 44-46 ; " Biographie des trois martyrs " par Jin Changting, p. 46 ; PRO. FO 371, dossier 75.797 Labour News n° 10 point 3, 16/03/ 1949 par le " Labour attaché " Hunt.

33 Cette forme d’expression du parti (lettre ouverte d’un dirigeant syndical populaire passé à la clandestinité) en direction des ouvriers avait déjà été utilisée lors de la crise à la Shanghai Power, qui avait abouti à l’arrestation puis à l’exécution de Wang Xiaohe, dans le cadre de la vague répressive, attisée par le Shenbao et le Libao, qui avait frappé 400 syndicalistes ouvriers. Le 26 juin 1947, un tract signé par Ouyang Zurun et portant son sceau avait été diffusé à la Shanghai Power. Cet important syndicaliste communiste avait été président du syndicat ouvrier de la Shanghai Power avant d’être contraint à la clandestinité en septembre 1947. Le tract adressé à ses " frères ouvriers " dénonçait la thèse invraisemblable du sabotage de l’entreprise par des communistes qui " [avaient] toujours veillé lors des conflits passés à bien protéger les machines pour avoir l’appui du public ". " Rapport de police du 2 juillet 1948 sur le traître communiste Ouyang Zurun avec copie du tract distribué le 26 juin 1948 à la Shanghai Power ", Archives municipales de Shanghai, dossier 1-7-48.

34 " Comment les ouvriers de Shanghai vont-ils accueillir l’APL ? ", Laogong tongxun n° 24, 15/03/1949, p. 3-4.

35 Cette formule figurait déjà dans la lettre ouverte d’Ouyang Zurun évoquée supra, note 30.

36 Sur les difficultés de gestion survenues dans ces villes conquises par l’APL, cf. Levine, Anvil of Victory : The Communist Revolution in Manchuria, 1945-1948, (1987), p. 182-196 et Pepper, Civil War in China : The Political Struggle, 1945-1949 (1978), p. 350-384. " Maîtres du pays ", des ouvriers de Shenyang avaient vendu en pièces détachées les machines d’une centrale thermique pour réunir l’argent nécessaire à une augmentation de salaire qu’ils s’étaient accordée !

37 Voir aussi " Le PCC œuvre-t-il dans l’intérêt des travailleurs " ? articles du postier He Lin dans le Libao des 24, 25 juin et 3 juillet 1947.

38 Tout cela est encore mal étudié. À la Compagnie française des tramways, alors que le GMD jetait en prison le directeur Marcilly, dans le cadre d’une sorte de racket, son successeur Lemoine rencontre le communiste Ma Feihai 馬飛海, qui obtient le départ du détachement de l’armée nationaliste qui s’y trouvait et le stockage de 60 tonnes de riz pour le personnel. Des piquets ouvriers de protection de l’usine sont mis en place et apparaissent au grand jour dès le 22 mai. Ils sont sous direction communiste.

39 À notre connaissance, cette importante question du comportement des communistes dans les entreprises de Shanghai dans les tout derniers mois du régime GMD ainsi que dans les tout premiers mois du pouvoir communiste reste, pour l’essentiel, à étudier.

40 Interview de Zhang Qi, qui fut témoin de la scène, réalisée par mes soins le 16 mai 1986.

41 Guillain, Orient Extrême : une vie en Asie (1986), p. 163-191.

42 Le militant communiste Sun Fangjing et deux adhérents non connus par ailleurs, Zhang Rusong 張如松 et Li Jieping 李介平.

43 Le président est Liu Changsheng. Les vice-présidents, Zhu Junxin, Zhang Qi et Shen Han. Le secrétaire général, Mao Qihua, était un vétéran, ouvrier imprimeur, qui avait adhéré à la Ligue des Jeunesses communistes en février 1925 et fondé le Syndicat des ouvriers imprimeurs à Shanghai aux côtés de Liu Hua, ancien étudiant à l’Université Sun Yat-sen à Moscou entre 1927 et 1930. Il avait participé au mouvement syndical dans la zone frontière Jinjiluyu avant d’être versé au gongwei de Shanghai en 1945. Zhang Qi était responsable à l’organisation, Ji Kang à l’éducation et à la culture, Chen Gongqi – un homme de l’appareil du parti qui avait participé à l’" École de deux mois " de Hongkong en 1948 – à la production, Zhu Junxin aux salaires, Wang Chunhui 王春 – un homme de l’appareil du parti – au bien-être, Fan Xiaofeng 范小鳳 à la jeunesse, Tang Guifen aux femmes, Han Wucheng aux entreprises privées, Wang Zhongyi aux compagnies d’utilité publique et Shen Han au service d’ordre syndical. Gu Kaiji – un homme de l’appareil du parti – était au secrétariat. Zhou Guoqiang 周國強, né en 1908, vétéran du syndicat de la Compagnie française des tramways qui était lié au monde des sociétés secrètes, s’occupait des affaires générales et Li Jiaqi – un homme de l’appareil du parti – dirigeait le secteur " recherches ", confirmant cette propension des militants ouvriers communistes chinois à se livrer à des activités policières. " Jiefanghou Shanghai gongren yundong ziliao " 解放後上海工人運動資料 (Matériaux concernant le mouvement ouvrier à Shanghai), document édité par le secrétariat du GLU à l’intention des délégués de son congrès, 7/02/1950, chap. 2, p. 67-69, Archives municipales de Shanghai.

44 En juin 1923, il présidait le Syndicat général ouvrier de la province. Rencontrant Sneevliet à Changsha, il lui fit un tableau pessimiste des capacités révolutionnaires des ouvriers : " Mon appréciation générale est que l’attitude prédominante chez les ouvriers du Hunan, c’est leur vif intérêt pour l’amélioration de leurs conditions de vie et leur faible intérêt pour la politique ", cité in Tony Saich (1991), p. 450.

45 " Du parti " (Lundang), 14/5/1945, Liu Shaoqi, Œuvres choisies (1980), p. 348-350.

46 Sur cette grève, voir Jean-Louis Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des références (1978-2004), Paris, éds Karthala, 2006, p. 212-216.

Auteur

Professeur émérite, Institut national des langues et civilisations orientales, France.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540