Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Deuxième partie. Guerres, révolutions, dictatures : des citoyens d’entre-pouvoirs

9. Le troisième âge d’or de l’industrie cotonnière de Shanghai (1946-1947)

Wang Ju

Texte intégral

1L’industrie cotonnière joue un rôle très important dans l’histoire du développement industriel de la Chine moderne. Basée principalement à Shanghai, elle est le moteur et le miroir de la modernisation économique. Elle s’est lentement développée, après la création, en 1890, de la première filature à Shanghai, en affrontant les obstacles qu’ont aussi rencontrés les autres industries chinoises. Au cours de son histoire, elle a connu trois périodes de forte croissance : 1919-1921, 1937-1941 et 1946-1947. La dernière, celle dont les filateurs shanghaiens sont les plus fiers, a toujours été occultée.

2En effet, l’historiographie courante accrédite l’idée que la politique générale mise en œuvre par le gouvernement nationaliste dès la fin de la guerre sino-japonaise a provoqué une profonde crise du régime qui détruisit complètement l’économie nationale. Cependant, une étude approfondie des entreprises chinoises nous amène à conclure, au contraire, qu’il a bel et bien existé un bref redressement de l’économie à cette époque, en particulier un véritable âge d’or de l’industrie cotonnière à Shanghai.

  • 1 Wang Ju, Jindai Shanghai mianfangye de zuihou huihuang, 1945-1949, (2004), p. 16-17.

3Dès sa naissance, l’industrie cotonnière se trouva confrontée à la concurrence japonaise. En 1911, la société Naigaimen, dont le siège social est à Osaka, installe à Shanghai la première filature japonaise en Chine. Vingt-cinq ans plus tard, en 1936, 15 groupes textiles nippons possèdent en Chine 48 filatures dont les équipements représentent à peu près l’équivalent de ceux des filatures locales chinoises. Trente d’entre elles – soit plus de la moitié – sont installées à Shanghai, où leurs investissements atteignent 200 millions de yen1.

4Après la fin de la guerre, en 1945, un nouveau climat de paix et d’union nationale s’installe. Le gouvernement nationaliste confisque toutes les filatures japonaises et les regroupe en une grande société d’État, la Compagnie de développement de l’industrie textile de Chine (CDITC). La fin de la concurrence japonaise renforce la capacité de production des filatures chinoises, et sont mis à leur disposition des équipements plus modernes et plus performants que les leurs, dans la plupart des cas. En outre, le retrait des Japonais après leur défaite du Sud-Est asiatique, dont ils dominaient depuis longtemps l’approvisionnement en produits cotonniers, offre aux entreprises chinoises l’immense marché et celui de la Chine intérieure de cette région.

  • 2 Fangzhi zhoukan (Hebdomadaire du textile), vol. 7, n°1, 8/01/1946, p. 4.

5En janvier 1946, le Conseil d’État revoit le Plan quinquennal de l’édification matérielle (Wuzi jianshe wunian jihua cao’an 物资建设五年计划草案). Pour l’industrie textile, ce projet distingue 4 centres géographiques de production de coton dont celui du Jiangsu-Zhejiang, autour de Shanghai, où de nouvelles filatures doivent être construites et de nouveaux équipements à importer de l’étranger installés. Le projet prévoit aussi l’amélioration du réseau d’achat du coton grâce à la suppression des intermédiaires, le développement de la plantation de coton, encouragé par des prêts à faible intérêt aux paysans, et la sélection des espèces2. Ces perspectives soulèvent un grand enthousiasme au sein des entreprises, chacune élabore son propre plan et se prépare à réaliser ses ambitions.

6L’industrie cotonnière de Shanghai, composée à la fois des filatures d’État et des filatures privées, se rétablit rapidement. Elle retrouve sa pleine vigueur, devance les autres industries et devient le moteur du redressement économique. La CDITC accroît sans cesse sa production, les filatures privées également. Le rétablissement de l’industrie cotonnière est dû non seulement à l’enthousiasme de la population pour la reconstruction du pays, mais aussi aux meilleures conditions de production dont elle peut enfin jouir.

7En analysant les documents publiés par diverses associations et organisations, en étudiant les activités des filateurs et les conditions favorables de production, nous nous proposons de montrer ce que fut cette prospérité des filatures de Shanghai dans les années 1946-1947.

Rétablissement progressif des voies de communication

8La clé de la production de l’industrie cotonnière est l’offre en coton brut. Étant donné le cycle relativement court de la production cotonnière, l’approvisionnement des filatures en matière première doit absolument être fait à temps. En cas d’arrêt des communications, si le coton stocké dans les zones de production ne pouvait être transporté vers Shanghai et venait à manquer aux filatures, l’interruption de la production pouvait s’avérer catastrophique. C’est la raison pour laquelle, pour éviter toute pénurie, les filatures chinoises avaient l’habitude de stocker dans leurs murs la quantité de coton brut capable de couvrir leurs besoins d’un à deux mois.

  • 3 Le picul équivaut à environ 50 kg.
  • 4 Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 116 ; Peng Dunren, Fangjian yaolan (1948), p. 35.

9L’activité d’une filature repose sur le marché, sur l’offre en matière première, et la vente du produit fini. Or, la liaison entre l’industrie cotonnière et le marché dépend considérablement du transport. Pour l’approvisionnement en matière première, la zone de production de coton la plus proche de Shanghai est celle constituée par les trois provinces du Jiangsu, du Zhejiang et de l’Anhui, dite zone Su-Zhe-Wan 苏-浙-皖. En 1936, année où la production nationale de coton a été la plus élevée, cette zone produisit 4,44 millions de piculs de coton brut3. Shanghai possède alors 2,69 millions de broches à filer pouvant produire 5 000 balles de filé n° 20 par jour, en consommant un peu plus de 20 000 piculs de coton. En supposant une moyenne de vingt-six jours ouvrés par mois, la consommation annuelle totale de coton brut dépassait les 6 millions de piculs4, une quantité largement supérieure à la production de coton brut de la zone Su-Zhe-Wan. Le complément d’approvisionnement reposait donc sur l’achat de coton provenant d’autres zones. Dans ces conditions, le bon fonctionnement des communications représentait une priorité absolue pour l’industrie textile de Shanghai, pour ses fournitures comme pour l’écoulement de sa production sur le marché intérieur.

10Après la capitulation du Japon, nombreuses étaient les voies de transport terrestre détruites par la guerre. Leur réparation nécessitait beaucoup de temps et d’argent, ainsi que d’énormes efforts humains. À la fin de l’année 1945, la circulation entre Shanghai et l’intérieur du pays n’était pas encore rétablie. Seuls fonctionnaient la ligne de chemin de fer Longhai 陇海, reliant le port de Lianyungang 连云港 (Jiangsu) à Baoji 宝鸡 (Shaanxi), le réseau reliant la région au sud de cette ligne et les transports desservant la zone de production de coton Su-Zhe-Wan. Après la récolte de l’automne 1945, le coton put être livré sans encombre sur le marché. Du fait d’une reconstruction encore fragile, la demande de coton restait relativement limitée et le coton récolté dans la zone put satisfaire les besoins des filatures locales, dont les produits s’écoulaient sur place. Dans la première moitié de l’année 1946, la capacité de production de l’industrie cotonnière de Shanghai progresse beaucoup et avec elle la demande en coton brut. Mais les communications vers les zones de production plus lointaines ne sont pas encore complètement rétablies. Dans les campagnes de la Chine du Nord, d’une part, une grande quantité de coton était restée invendue après l’automne 1945 car les deux principaux acheteurs de coton dans la région – deux filiales de la CDITC, l’une implantée à Tianjin et l’autre à Qingdao –, avaient consommé plus modérément que les filatures de Shanghai du fait de leur reconstruction moins rapide. D’autre part, le coton stocké n’avait pu être transporté vers Shanghai, en raison des ruptures des voies de communication.

  • 5 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 3, 29/01/1946, p. 57.

11Cependant, si les transports routiers et le chemin de fer connaissent de gros problèmes, les ports maritimes fonctionnent. Le coton étranger peut être importé par mer grâce à l’abrogation de l’embargo instauré lors de la guerre du Pacifique. Il arrive sur le marché de Shanghai dès fin 1945, avant même le retour du coton provenant de l’intérieur. En janvier 1946, une première livraison de 20 000 balles de coton envoyées en secours, au titre de la réhabilitation (UNRRA), par l’Administration des Nations unies, parvient à Shanghai5. L’approvisionnement des filatures shanghaiennes en matière première est désormais assuré.

  • 6 Peng Dunren, op. cit., p. 111-112.

12Le transport par voie routière du coton produit dans les zones de plantation situées au nord-ouest, au nord et au centre du pays est rétabli peu à peu. Après la récolte de l’année 1946, le coton nouveau, acheté par les entreprises cotonnières et les négociants spécialisés dans les provinces du Shaanxi, du Henan et du Hubei, peut finalement être transporté en temps voulu à Shanghai. Seules les régions du Shandong, du Hebei et du Nord-Jiangsu, où la guerre civile a déjà éclaté, n’arrivent pas à écouler autant de coton que prévu6. Ce rétablissement des communications favorise non seulement l’approvisionnement des filatures en matière première, mais aussi l’écoulement des filés et tissus shanghaiens aux quatre coins du pays, notamment dans les provinces du Sud, où la production locale de filés est encore très faible. Une partie de la production est également exportée, via les provinces du Sud, vers les marchés de l’Asie du Sud-Est. Le rétablissement des voies de communication a véritablement conditionné le redressement de l’industrie cotonnière de Shanghai.

Stabilité du taux de change et libération de l’importation du coton étranger

  • 7 Le yuan fabi, monnaie légale du Guomindong (GMD) avant la guerre sino-japonaise fut conservé par le (...)

13L’arrivée en temps voulu du coton étranger sur le marché de Shanghai dépendait aussi de la politique de change. Après avoir rétabli Shanghai à la place qui avait toujours été la sienne dans les finances et le commerce, le gouvernement nationaliste décide d’y reconstruire le marché des devises. À la fin de la guerre, le taux de change des devises reste relativement stable, car, en raison du tonnage maritime réduit et de la faiblesse du commerce extérieur, le besoin en devises est limité. Le gouvernement considère que l’inflation est due principalement à une offre insuffisante en marchandises et que la réouverture des ports maritimes favorisera l’importation de marchandises étrangères qui suffira à enrayer la hausse des prix sur le marché. Dans l’esprit des dirigeants, la libéralisation du commerce extérieur devait aider à juguler l’inflation. Le 25 février 1946, afin de faciliter le redressement du commerce extérieur, le gouvernement prend les mesures suivantes : la Banque centrale doit fixer constamment le taux de change et acheter ou vendre des devises pour stabiliser le taux selon l’état du marché ; le taux de change est fixé provisoirement à 2 020 yuans fabi pour 1 dollar7 ; la population a le droit d’acheter librement de l’or ; la Banque centrale peut acheter ou vendre de l’or selon les besoins du marché…

  • 8 Zhang Jia’ao, Zhongguo tonghuo pengzhangshi (1986), p. 196.
  • 9 Ibid., p. 242.
  • 10 Zhongguo kexueyuan jingji yanjiusuo (éd.), Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian (1959), p. (...)
  • 11 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 199.

14Le gouvernement dépose 500 millions de dollars comme fonds de réserve pour l’émission des billets de banque. De son côté, la Banque centrale affecte une partie de ses réserves en devises à un fonds de garantie pour la stabilisation du marché des changes8. Après la guerre, le gouvernement nationaliste, qui possède 900 millions de dollars et 6 millions d’onces d’or, est persuadé qu’il a ainsi une capacité suffisante pour contrôler le marché. Le coton brut étant catalogué matière première industrielle, son importation est donc totalement libre. Le 4 mars 1946, 27 banques chinoises et étrangères désignées par la Banque centrale de Chine sont autorisées à fournir officiellement des devises sur le marché. Comparé au taux de l’inflation, le taux de change reste toujours très bas. Si l’on prend comme base le niveau des prix de Shanghai de janvier à juin 1936, l’indice de mars 1946 a déjà grimpé à 344 3839. Le même mois, l’indice du taux de change en dollar est monté à 58 48010. Le faible taux de change en dollar est directement soutenu par le gouvernement grâce à sa réserve en devises. De mars 1946 à février 1947, la vente des devises et de l’or national par le gouvernement atteint 500 millions de dollars11. L’application d’un faible taux de change fait partie de la politique financière optimiste du gouvernement, qui espère importer le plus de marchandises étrangères possible afin de résoudre le problème de l’approvisionnement sur le marché. Dans le même temps, les pays occidentaux, avec à leur tête les États-Unis, souhaitent que la Chine ouvre ses portes au commerce international.

15L’Administration internationale de secours et de réhabilitation avait été fondée à Washington en novembre 1943 avec la participation de quarante-huit pays. Sa mission principale consistait à secourir les populations et aider la reconstruction des pays sinistrés par la guerre. En réalité, cette organisation était contrôlée de près par les États-Unis. Après la création des Nations unies en octobre 1945, elle deviendra l’UNRRA et finira par être supprimée en 1947. Victime de la guerre, la Chine fait partie des pays habilités à recevoir l’aide de cette organisation internationale.

  • 12 Huang Yifeng, Jiang Duo et al., Jiu Zhongguo minzu zichan jieji (1990), p. 585.

16Parallèlement, en janvier 1945, le GMD crée l’Administration chinoise nationale de secours et de réhabilitation sous la direction du Conseil d’État (Xingzhengyuan shanhou jiuji zongshu 行政院善后救济总署 [CNRRA]), dont le siège est installé à Nankin. Simultanément, 15 bureaux locaux sont créés dans les provinces, dont 1 à Shanghai. Les États-Unis, au titre de l’assistance aux sinistrés, fournissent, via cet organisme, beaucoup de matériel, dont la plus grande partie provient des surplus civils ou militaires livrés au gouvernement nationaliste. La politique gouvernementale d’ouverture du marché des devises est également favorable aux États-Unis avec lesquels le Premier ministre Song Ziwen (T.V. Sung) entretient d’excellentes relations. Cependant, le gouvernement nationaliste n’a pas prévu les conséquences pernicieuses de ces livraisons américaines massives, destinées à soutenir la reconstruction économique et financière. En 1946, l’importation de marchandises américaines représente 53 % de la valeur totale du commerce extérieur chinois. De 1946 à 1949, la valeur des surplus américains jetés sur le marché chinois, via l’UNRRA et l’Administration de coopération économique des États-Unis (United States Economic Cooperation Administration) se chiffre à 2,5 milliards de dollars. S’y ajoutent les autres livraisons et les nombreuses marchandises de contrebande, qui accroissent encore l’énorme déséquilibre commercial12.

17C’est à Shanghai principalement qu’affluent les livraisons américaines. Au printemps 1946, toutes les grues de Shanghai ont été utilisées à temps complet pendant trois mois pour débarquer les marchandises américaines sur les quais du port. Dans les rayons des grands magasins, 80 % des marchandises sont de fabrication américaine. La pénétration sans précédent des produits américains sur le marché de Shanghai provoque de graves crises dans certaines branches d’activité : beaucoup de laboratoires pharmaceutiques, d’usines de bonneterie, de sociétés d’industrie laitière, de papeteries, etc., se trouvent au bord de la faillite. Mais, en ce qui concerne l’industrie cotonnière, les livraisons des États-Unis ne portent que sur le coton brut et permettent de satisfaire les besoins des filatures.

  • 13 Zhanhou guo neiwai mianye dongtai huibao (1946), p. 10.

18Au sortir de la guerre, l’industrie cotonnière mondiale se trouve dans une situation paradoxale, la pénurie de produits fabriqués se combinant avec des surplus de coton brut. Durant la guerre, les filatures, même celles du Japon, ont subi d’énormes pertes. Après la guerre, le Japon, qui assurait 40 % des exportations mondiales de cotonnades avant 1937, arrête complètement ses exportations. Dans les pays occidentaux, manque de main-d’œuvre, pénurie d’électricité et de charbon entraînent le déclin de la production. On estime alors à deux années le temps nécessaire pour parvenir à satisfaire à nouveau les besoins mondiaux13. Les marchés internationaux des produits de coton connaissent une forte tension car la disparition des cotonnades japonaises a creusé un déficit tel qu’il ne peut être comblé immédiatement, tandis que le redressement de la production en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Brésil et dans certains pays européens ne suffit pas à augmenter suffisamment les exportations.

  • 14 Ibid.

19En ce qui concerne le surplus de coton, il est dû notamment à la diminution de la consommation de coton brut durant la guerre qui n’a pas provoqué un recul correspondant de la plantation, d’où la constitution d’un énorme stock de réserve, supérieur à celui d’avant-guerre : fin juillet 1945, il atteint plus de 28 millions de balles, dont 11 millions aux États-Unis. Depuis les années 1930, ces derniers appliquaient une politique de prix élevés sur l’achat du coton pour subventionner leurs agriculteurs. Cela eut pour conséquence un accroissement continu des stocks de coton, alors même que le Gouvernement fédéral commençait à ressentir le poids de ce surplus. À partir de novembre 1944, ils décident de verser aux exportateurs une subvention de 4 cents par livre de coton. Cette politique favorise la vente de coton américain sur le marché mondial et fait baisser le prix du coton brut14. Dès la réouverture des ports chinois, une abondance de coton étranger arrive sur le marché chinois.

  • 15 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 19, 27/07/1946, p. 626.
  • 16 Ibid., vol. 7, n° 7, 20/04/1946, p. 179.
  • 17 Entre l’été 1945 et février 1946, les filatures Yong’an, par exemple, achètent 30 500 balles de cot (...)
  • 18 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 1, 8/01/1946, p. 4.

20Le coton brut, dont l’importation est autorisée par le gouvernement du Guomindang, provient essentiellement de deux sources : d’une part, au titre de l’assistance par l’UNRRA, 325 089 balles (dont 280 696 originaires des États-Unis), soit à peu près l’équivalent de 1,44 million de piculs15, envoyées de janvier 1946 à juillet 1946 ; d’autre part, le coton acheté par le gouvernement. En avril 1946, la Banque de Chine et la Banque d’import-export des États-Unis signent un contrat de 33 millions de dollars de crédit pour l’achat de coton américain, contrat garanti par le gouvernement chinois. Le taux d’intérêt a été fixé à 2,5 % après plusieurs mois de négociation. Avec cette somme, la Chine achète environ 1,3 million de piculs de coton brut16. Quant au coton brut que les entreprises commandent aux États-Unis par l’intermédiaire de sociétés étrangères établies en Chine, il est difficile d’en chiffrer l’importance car on manque de statistiques. On sait seulement que ces commandes portent sur de très grosses quantités17, car le prix du coton américain, même sur le marché noir, étant inférieur à celui du coton chinois, les filatures donnent la préférence au coton américain18 ; cela, bien après que les problèmes de transport ont été résolus.

  • 19 Dans la première moitié de 1946, la valeur du coton importé atteint, en quelques mois, plus de 50 % (...)

21L’ouverture du marché des devises, la libre importation du coton, la politique de devises, autant de causes qui eurent pour conséquence d’augmenter les importa tions en grande quantité de coton étranger en Chine19.

Approvisionnement massif de coton et bas prix du coton étranger

  • 20 Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 116-117.

22À l’automne 1945, la production de coton brut de la région Su-Zhe-Wan était de 0,957 million de piculs20, c’est-à-dire tout à fait insuffisante pour les besoins des filatures locales, estimés à 2,5 millions de piculs pour 1946. En 1946, grâce au coton brut importé de l’étranger, les besoins des filatures sont entièrement satisfaits. C’est là un des facteurs principaux du redressement de l’industrie cotonnière.

  • 21 Peng Dunren, op. cit., p. 111-112.
  • 22 Shanghai shehui kexueyuan jingji yanjiusuo (éd.), Rongjia qiye shiliao, (1980), vol. 2, p. 562.

23À Shanghai, les 18 filatures de la CDITC sont les plus gros consommateurs de coton brut ; leur consommation de coton en 1946 correspond à la production totale de la région Su-Zhe-Wan en 1945. En janvier 1946, quand la CDITC récupère les filatures japonaises confisquées, elle n’y trouve que 7 000 piculs de coton, un stock insuffisant pour assurer une production de grande ampleur. Dans le même temps, le coton acheté par la CDITC dans d’autres régions ne peut être transporté à Shanghai à cause de la rupture des voies de communication. La production des filatures de la CDITC s’appuie donc essentiellement sur le coton importé. L’acquisition du coton se fait en général de trois façons : soit par achat direct auprès des sociétés étrangères, soit par distribution assurée par l’Administration chinoise nationale de secours et de réhabilitation, soit par achat sur place chez les négociants de coton. Les filatures de la CDITC ont acheté 2,3 millions de piculs de coton importé21, pratiquement dans sa totalité. Le deuxième grand consommateur de coton est le groupe le plus important du secteur privé de Shanghai, celui appartenant à la famille Rong 荣, les filatures Shenxin 申新. En 1946, il a utilisé 497 000 piculs de coton, dont 12 % d’origine chinoise, le reste provenant de l’étranger, essentiellement des États-Unis22.

  • 23 Yong’an fangzhi yinran gongsi, op. cit., p. 280 et 306.

24Profitant de l’ouverture des routes maritimes, beaucoup d’autres filatures ont également acheté du coton brut étranger. Les filatures Yong’an 永安, par exemple, ont dépensé 4,3 millions de dollars, d’octobre 1945 à juin 1946, pour acheter du coton américain23. L’étude de la consommation du coton par les filatures shanghaiennes fait clairement ressortir le rôle essentiel joué par le coton importé.

  • 24 Zhang Yifan, Shahua bupi jiaoyi (1940), p. 6-7 et 9.

25Autant que son faible prix, l’excellente qualité du coton américain explique son succès sur le marché chinois. La qualité du coton dépend d’abord de la longueur de la fibre. Celle du coton chinois se situe en général au-dessous de 7/8 de pouce et ne peut généralement être utilisée que pour la production du filé n° 12. Pour répondre à la demande de filé plus fin, les filatures chinoises ont dû utiliser du coton en provenance des États-Unis, d’Inde et d’Égypte, en particulier pour la fabrication du filé supérieur au n° 20. Le prix du coton égyptien était plus élevé que celui du coton américain. Sa fibre, plus longue, pouvait être utilisée pour fabriquer un filé très fin24.

  • 25 Ibid., p. 9.
  • 26 Au taux de change du marché en janvier (1 dollar pour 1 390 yuans fabi) le prix de 1 picul de coton (...)
  • 27 Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian, op. cit., p. 301.

26Le coton américain représentait presque la moitié de la production mondiale. La longueur des fibres se situait entre 7/8 et 1,1/8 pouce25. Or, les filatures chinoises préféraient le coton possédant une fibre d’une longueur de 7/8 de pouce, considéré par les spécialistes comme la meilleure matière première pour la fabrication du filé n° 20. La supériorité du coton américain ne tenait pas seulement à sa bonne qualité, mais aussi à son prix, beaucoup plus bas que celui du coton chinois. Selon le contrat d’achat des filatures Yong’an, en janvier 1946, l’offre de prix CIF (cost, insurance and freight) du coton américain de gamme moyenne (7/8 de pouce) à Shanghai était de 22,8 cents américains par livre. Même si l’on ajoute à cette somme les frais de dédouanement, de transport à l’intérieur de la Chine, etc., le prix de revient final du coton américain n’était que de 27,38 cents environ par livre, soit 41 920 yuans fabi 法币26 par picul, alors que, sur le marché de Shanghai, le coton du Jiangsu valait de 51 000 à 72 500 yuans fabi27. Ce bas prix du coton américain en Chine s’explique par les mesures prises par le gouvernement des États-Unis pour soutenir l’exportation de son coton. C’est le résultat d’un véritable dumping.

  • 28 Yong‘an fangzhi yinran gongsi, op. cit., p. 302.

27Des conditions favorables de règlement expliquent aussi ce succès du coton étranger sur le marché chinois. Les principaux importateurs, comme les sociétés Mei’an 美安, Fujia 福家, etc., pratiquent un système de paiement dans les quatre-vingt-dix jours après la livraison, afin d’inciter les filatures privées à s’approvisionner le plus possible en coton étranger28. Il n’est pas jusqu’à la CNRRA qui n’ait eu recours aussi à ce genre de promotion. De fait, le gouvernement chinois était mû par d’autres raisons que commerciales : il désirait notamment renforcer ses bonnes relations avec les patrons de l’industrie cotonnière.

  • 29 Rongjia qiye shiliao, op. cit., vol. 2, p. 441.

28Certaines filatures privées ont profité de ces circonstances, par exemple le groupe Shenxin. Grâce aux relations de certains de ses dirigeants avec de hauts fonctionnaires, il signe en mars 1946, avec la CNRRA, un premier contrat d’achat de 10 000 tonnes de coton, soit 200 000 piculs, dont les termes prévoient que le prix du coton américain ne devra pas dépasser celui de la vente en gros chez les importateurs. De plus, ce prix doit être calculé en yuan fabi en fonction du taux de change du jour de livraison. Le paiement est fixé à quatre-vingt-dix jours après livraison, avec un intérêt mensuel de 1 %. Dans le contexte inflationniste de cette époque, la condition la plus intéressante est la possibilité de payer au bout de trois mois et de couvrir 35 % de la dette par des livraisons de filés et de tissu. En fait, après avoir reçu le coton, le groupe Shenxin mettra plus de trois mois à effectuer ses règlements. C’est seulement fin décembre 1946 que son compte dans cette affaire sera définitivement soldé29.

  • 30 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 242.

29Du fait de l’augmentation quotidienne du prix des marchandises, ce lot de coton revint en fait beaucoup moins cher, au moment du paiement, en octobre-décembre, qu’à sa valeur au jour de la livraison (entre mars et juin 1946). Entre-temps, l’indice des prix était passé de 344 383 en mars à 681 563 en décembre30. Les conditions de ce contrat ont donc été meilleures que celles proposées par les sociétés étrangères en Chine. De plus, les intérêts mensuels du crédit à 1 % sont moins élevés que ceux du crédit gouvernemental à 3,6 %. Ce contrat a permis au groupe Shenxin de faire d’énormes profits.

  • 31 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 443.

30Lorsque Rong Hongyuan 荣鸿元 tente d’obtenir un deuxième contrat identique au premier, la rumeur de la bonne affaire précédente s’est déjà répandue dans les milieux de l’industrie cotonnière. Les filatures privées réclament alors auprès de la CNRRA l’obtention de contrats alignés sur celui du groupe Shenxin. Soumis à ces pressions, le CNRRA ne peut accorder au groupe Shenxin des conditions aussi favorables. Le nouveau contrat porte sur 54 480 piculs seulement. Rong Hongyuan se voit cependant accorder pour le paiement un crédit à terme31.

31Selon une estimation de l’industrie cotonnière de mai 1946, l’importation de coton américain est suffisamment importante pour satisfaire les besoins des filatures. Une rumeur circule aussitôt selon laquelle la Banque centrale arrêtera d’examiner les demandes de devises destinées à l’achat du coton américain dès le 27 mai. Cette nouvelle provoque une énorme inquiétude au sein des filatures, qui craignent de ne plus pouvoir acheter de coton américain à bas prix, faute de devises nécessaires.

  • 32 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 11, 22/05/1946, p. 353.
  • 33 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 303.

32Un responsable de la Banque centrale dément immédiatement ce bruit et le calme revient32. Quoique leurs stocks de coton soient tout à fait suffisants, les filatures n’entendent pas arrêter leurs achats de coton étranger, dont le prix est moins élevé. En juin 1946, par exemple, alors que leur stock de coton brut est largement suffisant pour garantir trois mois de production, les filatures Yong’an acquièrent et expédient dans leurs entrepôts 80 000 piculs supplémentaires, portant leurs réserves à un total de 140 000 piculs, qui leur garantit une consommation de huit mois33.

  • 34 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 440.

33Profitant des informations du marché, les patrons boudent le coton national. Fin décembre 1945, à Wuxi (Jiangsu), une balle de filé représentait la valeur de 8 piculs de coton chinois. Ayant appris que sur le marché de Shanghai une balle de filé pouvait être échangée contre 15 piculs de coton américain, le patron de la filature Shenxin n° 3 donne l’ordre à son entreprise d’arrêter l’achat de coton national34.

  • 35 Haiguan Zhongwai maoyi tongji niankan (1946), p. 20.
  • 36 Zhanhou guo neiwai mianye dongtai huibao, p. 14.
  • 37 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n°8, 27/04/1946, p. 218.
  • 38 Zhang Yifan, op. cit., p. 13.

34L’industrie cotonnière fait de gros bénéfices, mais le dumping pratiqué sur le coton américain porte tort à la vente du coton national. Selon les statistiques des douanes, l’importation de coton en 1946 atteint 5,6 millions de piculs35, quantité très supérieure à celle de la production nationale de 1945. Les statistiques montrent que 38 % du coton proviennent des États-Unis, 28 % d’Inde et 21 % du Brésil. Après la guerre, l’Inde connaît une surproduction de coton. En 1944, elle avait plus de 4 millions de balles de coton en stock, à un prix beaucoup plus bas que celui du coton chinois36. En avril 1946, la majorité du coton américain importé ayant été vendu aux filatures d’État, les filatures privées de Shanghai, qui n’ont eu qu’une faible quote-part de distribution, commandent environ 6 millions de livres de coton à l’Inde37. La liaison entre l’industrie cotonnière chinoise et le marché du coton brésilien s’opéra à partir de 194638. Après 1949, certaines filatures de Shanghai seront même transférées au Brésil.

  • 39 Haiguan zhongwai maoyi tongji niankan, op. cit., p. 21.

35Au cours de l’année 1946, 90 % du coton étranger sont importés par le port de Shanghai39 et alimentent les filatures de Shanghai. Quant aux filatures situées dans d’autres régions, le coton cultivé sur place suffit à leurs besoins.

L’évolution des prix des filés et du coton brut

36D’août 1945 au premier trimestre de 1947, la différence de prix entre le filé et le coton reste grande. C’est un phénomène paradoxal : d’une part, le coton brut est abondant et à bas prix ; d’autre part, la production de filé ne peut faire face à la demande, et son prix ne cesse de grimper.

37En juillet et en août 1945, le prix du coton baisse sur le marché de Shanghai. Avec la fin de la guerre, la population est soulagée et le marché est moins tendu. De nombreuses marchandises qui avaient été cachées ressortent et sont vendues à moitié prix. Le filé, qui s’était fait rare à la vente depuis l’été 1943, réapparaît. En septembre, l’indice des prix à Shanghai continue de baisser. De 43 200 le mois précédent, il passe à 34 508.

  • 40 Le zhongchuquan est la monnaie qui eut cours pendant la guerre dans les zones contrôlées par le gou (...)
  • 41 Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian, p. 229 et 301.

38Fin septembre, le gouvernement chinois décide l’échange des zhongchuquan 中储券 (dollar CBR) contre des yuan fabi40. En raison de l’énorme sous-évaluation par le gouvernement de la valeur du zhongchuquan par rapport au fabi, cette mesure pousse les porteurs de zhongchuquan à acheter le plus possible de marchandises avant la mise hors circulation des anciens billets. Le marché devient plus tendu et les prix augmentent dès le mois d’octobre. Les énormes fonds qui affluent de l’intérieur du pays pour s’investir à Shanghai contribuent à accélérer la hausse. De septembre à décembre 1945, le prix du filé augmente de 389 % alors que celui du coton n’augmente que de 128 %. Au premier trimestre 1947, les prix continuent de monter et la hausse du prix du filé est toujours plus forte que celle du coton brut. Le taux d’échange entre les deux (1 balle de filé contre 12,33 piculs de coton brut) demeure favorable aux industriels du coton41. Les prix du coton brut restent faibles en 1945, augmentent lentement en 1946 ; à partir de 1947, ils rattrapent petit à petit ceux du filé. La politique de contrôle sur l’industrie cotonnière et la baisse du prix du filé voulue par le gouvernement pour stabiliser le marché, la raréfaction des devises et l’aggravation de la guerre civile accentuent la disparité entre l’offre et la demande du coton. Cela provoque la baisse du prix du filé et la hausse du coton. Celle du coton chinois s’accélère à partir de février 1947. Les prix augmentent presque de 100 % par rapport au mois de janvier, alors que le filé n’augmente que de 72 %. En mars, ils continuent de grimper ; au deuxième trimestre, 1 balle de filé ne s’échange plus que contre 7,65 piculs en moyenne.

  • 42 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 283-284.

39Pendant l’année 1946, le coton américain est encore plus bas, alors que le prix du coton intérieur reste faible par rapport à celui du filé, de 42 % inférieur à celui du coton chinois du marché, d’après le contrat d’achat signé par les filatures Yong’an en janvier 194642.

  • 43 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 562 et 568.

40Ce prix relativement bas du coton brut a permis aux filatures d’économiser sur les frais de matière première. D’après les statistiques des filatures Shenxin, en 1936, les frais de matière première déboursés par les filatures n° 1 et n° 8 pour la fabrication de 1 balle de filé n° 20 représentaient 81 % du prix de revient. En 1946, dans les cinq filatures de la firme, ils ne représentent plus que de 32 à 44 %, une régression liée à l’importation massive de coton américain43. Afin de limiter leurs prix de revient, les filatures prennent en outre de grandes mesures de réforme de gestion et d’amélioration de la technologie. Les résultats obtenus sont cependant minimes comparés aux économies réalisées sur l’achat du coton brut.

41Après la guerre et le rétablissement progressif des communications, les filatures reprennent enfin contact avec le marché intérieur et le marché extérieur. Qu’il s’agisse du coton brut, du filé ou du tissu, l’offre et la demande fonctionnent à nouveau. Grâce à l’ouverture du marché des devises à faible taux, à la libre importation du coton étranger et à la grande différence de prix entre le coton et le filé, on assiste à un rapide redressement de l’industrie cotonnière et à son entrée dans une période prospère.

Le nouvel âge d’or des filatures privées à Shanghai

  • 44 Pour obtenir des unités comparables, les milieux de l’industrie cotonnière font souvent une convers (...)

42Après la guerre, l’industrie cotonnière de Shanghai retrouve la prospérité disparue depuis 1941 en deux étapes : d’août 1945 à fin 1946, un redressement accompagné d’immenses profits ; en 1947, la production continue de se développer sur une base encore plus favorable qu’en 1946 et atteint son apogée. Les patrons de l’industrie cotonnière y voient un nouvel âge d’or. En 1946, le taux de fonctionnement des machines des filatures privées grimpe de façon remarquable : en décembre 1946, il est de 86 % pour les broches à filer, de 40 % pour les broches à retordre et de 64 % pour les métiers à tisser. La capacité de production correspond à 1,2 million de broches à filer, soit 90 % de la capacité d’avant-guerre44. Pour l’année 1947, deux genres de données existent. D’après les statistiques de l’Association de l’industrie cotonnière (AIC) du 6e district (Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Nankin, Shanghai) sur la production mensuelle des filatures privées, le nombre des broches à filer en activité continue d’augmenter dans les filatures privées de Shanghai, mais plus lentement qu’en 1946. L’augmentation totale de la capacité de production ne correspond qu’à 152 000 broches à filer. Mais il s’agit là d’une statistique incomplète. D’autres informations sont fournies par la 17e liste des filatures, publiée en juin 1948, par la Fédération nationale de l’industrie cotonnière (FNIC). Les chiffres concernant les équipements sont relativement corrects et complets. Cette liste permet d’analyser la situation générale des filatures privées fin de 1947.

43En décembre 1947, les 52 filatures privées de Shanghai possèdent un potentiel de production total correspondant à 1,7 million de broches à filer, soit une augmentation de 340 000 broches par rapport à 1936. Le taux d’activité des équipements est de 96 % pour les broches à filer et de 86 % pour les métiers à tisser.

44Par rapport à l’année 1936, le nombre des filatures privées a augmenté de 21 ; celui des broches à filer en activité a également crû. La croissance des équipements a été favorisée, d’abord par la prospérité des années 1937-1941, ensuite par la situation d’après-guerre. Les filatures construites après la guerre se caractérisent en général par leur petite dimension. Leur capacité de production correspond à 136 733 broches à filer.

  • 45 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 532-533.
  • 46 « Quanguo mianfangzhichang yilan » 全国棉纺织厂一览 (Guide des filatures chinoises), Fangzhiran gongcheng, (...)

45Sur les 12 nouvelles filatures créées entre 1945 et 1947, la plus grande d’entre elles, la filature Hongfeng 鸿丰, créée par Rong Hongyuan, a un capital de 165 000 livres45. Elle est composée de 2 unités. Une autre entreprise assez grande est la filature Qixin 启新, dirigée par le directeur de la filature Shenxin n° 1. À la troisième place de ces nouvelles venues, on trouve Zhonghua 中华 n° 1, créée par le directeur de la filature Shenxin n° 9. Les investissements de ces filatures proviennent tous du groupe Shenxin46.

46Seule parmi les nouvelles filatures, Huayang 华阳 possède des métiers à tisser, qu’elle tient de son ancienne activité, la teinture. L’offre en filés ne satisfaisant pas à la demande, il est alors facile de gagner de l’argent par la fabrication de filés. Si une filature ne produit que du filé, les fonds de cette filature tournent assez rapidement grâce aux besoins du marché. C’est une des raisons pour lesquelles les nouvelles filatures sont de préférence de petite dimension. Cela assure des délais de construction et de mise en exploitation raccourcis qui permettent aux investisseurs de profiter immédiatement du marché favorable.

47Le développement de la production cotonnière se reflète aussi dans les achats d’équipement. À partir de septembre 1945, les filateurs commencent à élargir leur capacité de production. L’année suivante, ils accroissent leurs efforts. L’année 1946 est essentielle pour le développement. Les patrons ont confiance en l’avenir. Malgré un délai de plus d’un an entre la date de la commande et celle de l’arrivée des équipements en provenance de l’étranger, les filateurs croient que la paix va enfin durer et que la production va se développer. En 1947, quand le contrôle du gouvernement se fera plus sévère et que la guerre civile prendra de l’ampleur, les filateurs limiteront leurs commandes de matériel.

  • 47 Shanghai, Archives de la Fédération de l’industrie et du commerce de Shanghai, vol. 106.

48Les équipements commandés pendant cette période correspondent pourtant à une capacité de production équivalant presque à la totalité des broches à filer possédées par les filatures Shenxin à Shanghai47. Au fur et à mesure de la mise en marche des nouveaux matériels, la production des filatures privées s’accroît pour dépasser, en 1947, de 11 % (pour les filés) et 2 % (pour les tissus) les niveaux de l’année 1936 :

Tableau 1. Comparaison de la production des filatures privées à Shanghai

Tableau 1. Comparaison de la production des filatures privées à Shanghai

Source : Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 61 et 102. Nous suivons la comparaison utilisée par les milieux de l’industrie cotonnière après 1945, qui prend 1936 comme année de référence.

  • 48 Le nombre des broches à filer en activité en 1946-1947 est un chiffre mensuel moyen. Zhongguo mianf (...)
  • 49 Ibidem., p. 98-99 ; Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 773.

49L’augmentation de la production tient aussi à celle de la productivité. En 1947, la production moyenne pour 10 000 broches à filer est de 13 % supérieure à celle de 1936 et celle des métiers à tisser de 19 %48. En fait, l’enquête déjà citée de l’AIC du 6e district ne reflète pas la production réelle. Face à une inflation galopante, à une demande supérieure à l’offre du marché et aux mesures de contrôle appliquées par le gouvernement nationaliste à partir du début de l’année 1947, les filatures cherchent à garder leurs produits plutôt qu’à les échanger contre des fabi qui se dévaluent très vite49.

  • 50 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 283-284.

50Toutes les productions déclarées par les filatures après septembre 1945 ne peuvent être prises que comme des indications pour analyser les tendances du développement. Cependant, et même en admettant que les chiffres réels aient été faussés, la production déclarée des filatures privées en 1947 a dépassé le record de 1936. Après la guerre, le profit réalisé par les filatures privées est supérieur à celui de 1936. Fin 1945, le profit net sur chaque balle de filé est presque équivalent au prix de revient. Jusqu’à la première moitié de 1946, il est encore égal à 42 % du prix de vente pour la plupart des filatures50, avant de commencer à diminuer, en même temps que le taux d’échange entre le filé et le coton brut. À partir de 1947, le gouvernement nationaliste accélère le contrôle sur les filatures et décide d’acheter à bas prix pendant trois mois la moitié de la production des filatures. Les filatures privées cherchent par tous les moyens à réagir contre ces mesures. Du fait que le prix plafond fixé par le gouvernement s’applique notamment sur le marché de Shanghai, elles développent leurs exportations de filés vers l’intérieur du pays, au Nord comme au Sud, afin de compenser les pertes essuyées à Shanghai par de meilleures recettes dans les provinces. Parallèlement, elles s’efforcent d’augmenter leur production de filés n° 32 et n° 40, dont les prix de vente ne sont pas plafonnés.

51En 1947, le gouvernement nationaliste change à plusieurs reprises ses méthodes de contrôle sur l’industrie cotonnière. Les filatures privées adaptent leur tactique aux circonstances. Elles déploient toute leur ingéniosité pour obtenir le quota le plus fort en coton américain, font passer le filé de mauvaise qualité pour du filé de bonne qualité, s’essaient à la contrefaçon… Mais c’est surtout grâce à l’augmentation du nombre des équipements en activité et de la production que les filatures privées ont pu faire du profit en 1947.

52Ce profit est difficile à chiffrer. L’aggravation de l’inflation, les variations incessantes des équipements des entreprises pendant la période de reconstruction, ainsi que la dissimulation des bénéfices réels brouillent les données. Certains experts estiment le profit net de l’industrie textile en 1946 à 1 200 milliards de yuans fabi, dont 30 % à 40 % réalisés par les filatures privées de Shanghai, soit une somme de 360 milliards à 480 milliards de yuans. Pour 1947, selon des notes d’archives, les taxes imposées par les autorités sur le profit des filatures à Shanghai sont basées sur une moyenne de 40 000 yuans par broche.

  • 51 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 455 et 487.
  • 52 Ibid., vol. 1, p. 626 ; vol. 2, p. 569.
  • 53 Xu Weiyong, Huang Hanmin, Rongjia qiye fazhanshi (1985), p. 215.

53Bien entendu, le profit réel par broche était bien supérieur à ce chiffre51 et il paraît impossible de calculer le profit total des filatures sur cette base. Néanmoins, à titre indicatif, on peut évaluer les profits des filatures Shenxin. De 1946 à 1947, leur production est inférieure à celle de 1936, mais leur profit très supérieur (de 83 % en moyenne, pour 1947) à celui réalisé à la veille de la guerre52. À titre d’exemple, prenons la filature Shenxin n° 2 : de 1937 à 1941, elle a fonctionné jour et nuit, et a produit 33 271 balles de filé en 1938, dont elle a tiré un profit équivalant à 17 000 taëls-or. En 1946, la production n’a représenté que 69 % de celle de 1938, mais son profit a été de 30 000 taëls-or53, soit 177 % de plus qu’en 1938. Le tableau ci-dessous présente des chiffres mensuels enregistrés en 1946 dans les livres de comptabilité. Les filatures n° 2 et n° 5 assuraient près de 10 % de la production du secteur privé. Ces chiffres mettent en lumière les méthodes comptables caractéristiques de l’époque et font ressortir l’importance des profits réalisés.

  • 1 Le profit caché vient de la perte, dans les tableaux mensuels des comptabilités aux titres de la ré (...)

Tableau 2. Profits et prix de revient des filatures Shenxin n° 2 et n° 5 en 1946 (en millions de yuans fabi)1

Tableau 2. Profits et prix de revient des filatures Shenxin n° 2 et n° 5 en 1946 (en millions de yuans fabi)1

Source : Rongjia qiye shiliao, vol. II, p. 455, d’après les tableaux mensuels des comptabilités.

  • 54 Évolution du taux de change US dollar/yuan fabi en 1946 : janv.-fév. 1 = 1 390 (sur le marché) ; ma (...)
  • 55 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 451 et 454.

54Le profit relatif le plus élevé (soit 86 % du prix de revient) est atteint en février 1946. Pour l’ensemble de l’année 1946, le profit est de 9,3 milliards de yuans fabi, soit 34 % du prix de revient. Or, le montant du profit figurant dans la comptabilité officielle n’est que de 816 millions de yuans environ, soit moins de 10 % du profit réel. Après février 1946, le montant des profits étant très élevé, les deux entreprises ont alors porté une partie des bénéfices en perte, aux titres de la réserve pour l’achat des devises, des frais préparatoires pour l’installation de nouvelles machines et de mobilier (frais déjà inclus dans les prix de revient), des frais spéciaux de cadeaux et de représentation, etc. Dans le tableau 2, ces profits camouflés sont distingués des pertes, ils paraissent en profits cachés. Mais cela ne représente qu’une partie des profits réels, et nous sommes encore loin du vrai chiffre, comme cela ressort de l’examen des comptes. En effet, le chiffre mentionné de 9,3 milliards de yuans fabi est calculé d’après les tableaux mensuels des comptabilités. Or, dans le bilan de fin d’année, le profit, y compris le profit non déclaré, atteint une somme de 10,5 milliards de yuans fabi, équivalant à 4,2 millions de dollars (soit 54 660 taëls-or environ)54. L’importance des achats de devises réalisés par les deux filatures (de janvier à août 1946 elles acquièrent 1,4 million de dollars) reflète aussi celle des bénéfices55.

  • 56 Taux de change en avril 1947, 1 US dollar = 12 000 yuans fabi (prix officiel) ; août 1947, 1 = 38 6 (...)

55Traditionnellement les filatures privées redistribuent leurs bénéfices sous forme de boni aux actionnaires ou bien les réinvestissent pour autofinancer leur développement. Entre 1946 et 1947, les filatures Shenxin n° 2 et n° 5 ont distribué aux actionnaires et aux cadres supérieurs une somme de 28,4 milliards de yuans fabi (équivalant à 19 167 taëls-or ou 1,6 million de dollars) et elles ont consacré, d’août 1945 à la fin de l’année 1947, 3,3 millions de dollars à l’achat d’équipements et de terrain56.

  • 57 Dafeng jituan shiliao 达丰集团史料 (Documents historiques sur le groupe Dafeng), Shanghai , Shanghai mian (...)

56L’exemple précédent montre que l’on ne peut pas se fier aux chiffres des profits inscrits dans les comptabilités car, afin d’échapper aux impôts et surtaxes et de baisser les dividendes revenant aux petits actionnaires, les filatures cherchent par tous les moyens à réduire les chiffres de profits apparaissant sur leurs comptes. Certaines font figurer le surprofit dans le calcul du prix de revient à des titres divers, d’autres augmentent leur capital au lieu de verser des intérêts aux actionnaires… Enfin, selon des archives de la filature Zhongfang 中纺, presque toutes ces entreprises ont des caisses noires57.

  • 58 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 511-512.

57En 1947, le profit apparaissant dans les comptes de l’ensemble des filatures Shenxin s’élève à 178 milliards de yuans, chiffre noté par la compagnie générale d’après les bilans de ses filatures. Sur cette somme, le profit réalisé par les filatures n° 2 et n° 5 est de 31,1 milliards, alors que dans le bilan rédigé par la direction de ces deux entreprises il monte à 107,8 milliards de yuans fabi. Si l’on y ajoute les chiffres cachés, le profit total devrait être de 114,6 milliards de yuans, équivalents à 42 395 taëls-or, soit 3,7 fois plus que le chiffre enregistré par le groupe58. Il ressort donc que les filatures n° 2 et n° 5 ont rédigé de faux rapports pour le bureau d’administration de leur groupe. Les autres filatures du groupe avaient la possibilité d’agir de même. Aucune ne souhaitait communiquer le chiffre réel de ses profits, pas même aux dirigeants de son groupe.

  • 59 Ibid., vol. 2, p. 553.

58Après l’année 1945, les filatures Shenxin se développent rapidement. Elles achètent 95 000 broches à filer, créent à Shanghai la filature Hongfeng et la société d’import-export Tianyuan 天元, la filature de laine et de lin Tianyuan et l’usine de machines Kaiyuan 开元 à Wuxi. Elles prennent également en main la filature Yuzhong 裕中 située à Wuhu (Anhui) et l’usine de teinture Guoguang 国光 à Shanghai. La Shenxin n° 3 à Wuxi, restaurée, devient la plus grande filature du Jiangsu et des capitaux sont investis dans la Société de fabrication des machines textiles de Chine. En 1948, l’ensemble des filatures Shenxin de Shanghai contrôle 464 748 broches à filer59, soit plus de 13 000 broches de plus qu’en 1936.

  • 60 Ibid., vol. 2, p. 454 ; Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 126.

59Mais le rythme d’augmentation des capitaux des filatures ne suit plus celui de la dévaluation du fabi. Alors que la monnaie baisse, les filatures privées ont augmenté le chiffre de leur capital déclaré. Le capital des filatures Shenxin n° 2 et n° 5 était de 300 millions de yuans fabi au début 1946, équivalant à 458 balles de filé au prix du marché ; en décembre 1946, elles ont porté leurs capitaux à 15 milliards, soit l’équivalent de 6 221 balles de filé. Fin 1947, le même capital ne représentait plus que 463 balles de filé60. On comprendra donc que les capitaux déclarés par les filateurs ne correspondent pas du tout à la réalité et que leurs capitaux réels sont supérieurs. Dans un tel contexte, sans archives fiables, il est impossible d’évaluer la situation du capital des filatures étudiées, sinon d’après l’importance des équipements, dont le tableau, ci-dessous, permet de donner une idée.

  • 1 La méthode de conversion utilisée diffère de celle appliquée pour l’estimation de la capacité produ (...)

Tableau 3. Évolution des investissements des filatures privées à Shanghai en broches à filer et à retordre, ainsi qu’en métiers à tisser1

Tableau 3. Évolution des investissements des filatures privées à Shanghai en broches à filer et à retordre, ainsi qu’en métiers à tisser1
  • 2 Pour comparer les équipements d’après-guerre à ceux d’avant-guerre, ils sont convertis en broches à (...)

Source : Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 61, 65-66.
Note 22

60Ce tableau montre qu’en 1947 les capitaux des filatures privées à Shanghai ont augmenté, par rapport à l’avant-guerre, d’environ 25 % pour les investissements en matériels productifs. (Faute de chiffres précis concernant les biens immobiliers et le fonds de roulement, nous ne pouvons faire un calcul de l’ensemble des actifs.) L’analyse de la production, du profit et du capital des filatures privées montre que le développement de l’industrie cotonnière à Shanghai a connu un rythme rapide après la guerre. Si une telle situation avait perduré, et si les équipements achetés de l’étranger avaient été installés à temps, il est certain que la capacité de production des filatures privées se serait accrue de manière encore plus rapide et considérable.

Le développement de la production de la CDITC

  • 61 Peng Dunren, op. cit., p. 55.

61La CDITC est non seulement la plus importante entreprise textile de Chine, mais elle compte aussi parmi les principales entreprises mondiales. Dans l’environnement favorable de l’après-guerre, cette entreprise publique, comme les filatures privées, concentre tous ses efforts sur le développement de la production. En mai 1946, après les quatre mois de réorganisation et de reconstruction qui ont suivi sa création, elle fait fonctionner à Shanghai 57 000 broches à filer. En 1947, sa capacité de production équivaut à 2,8 millions de broches à filer, soit 94 % de la capacité des filatures japonaises en Chine en 1937, avant la guerre61.

62Les gestionnaires sont, pour la plupart, des professionnels de grande expérience, qui ont élaboré une série de critères de production allant de l’entrée du coton brut à la sortie des produits finis qui renforce le système de gestion de l’entreprise. En tant qu’entreprise d’État, elle fonctionne en étroite liaison avec les autorités nationalistes et joue le rôle d’agent exclusif du gouvernement dans certains domaines. Mais elle est, avant tout, une grande organisation de production qui apporte une contribution essentielle au développement de l’industrie cotonnière. Les patrons de l’industrie cotonnière chinoise ont longtemps considéré la CDITC comme un établissement gouvernemental dont le but était de dominer les filatures privées. Les efforts déployés par son personnel pour le développement du secteur textile n’ont guère été pris en compte.

63La base principale de production de la CDITC se trouve à Shanghai, où ses filatures assurent presque la moitié de la production totale du groupe. Après la guerre, sa production se rétablit plus rapidement à Shanghai que dans les autres régions ; mais, par comparaison avec les filatures privées de Shanghai, son rythme de reprise est relativement lent. En décembre 1947, le taux de remise en service des broches à filer et des métiers à tisser dans les filatures privées atteint 96 % et 86 %, alors que celui des filatures de la CDITC à Shanghai n’atteint que 81 % pour les broches à filer et 67 % pour les métiers à tisser. En dépit de l’insuffisance de la mise en service d’équipements dans ses filatures de Shanghai, la CDITC est parvenue à atteindre une production importante quoique inférieure à celle du secteur privé.

64Ces bons résultats s’expliquent par la qualité des équipements, qui, moins nombreux que ceux du secteur privé, ont une meilleure productivité. Pour 10 000 broches à filer en 1946, elle produit 5 043 balles de filé, alors que les filatures privées produisent seulement 4 955 balles ; en 1947, elle produit 5 645 balles et les filatures privées, 5 484 balles.

Tableau 4. Production des filatures de la CDITC à Shanghai (1946-1947)

Tableau 4. Production des filatures de la CDITC à Shanghai (1946-1947)

Sources : Peng Dunren, Fangjian yaolan, p. 65, p. 73 ; Fangzhi jianshe yuekan, vol. I, n° 4, p. 89.

  • 62 « Zhongguo fangzhi jianshe gongsi sanshiliu niandu gongzuo zongbaogao » 中国纺织建设公司三十六年度工作总报告 (Rapport (...)

65Le profit total des entreprises de la compagnie est de 338 milliards de yuans fabi en 1946 et de 1 208 milliards en 194762. La plupart des profits proviennent des filatures de Shanghai. Par comparaison avec les filatures privées, les profits de cette entreprise d’État ne sont pas trop élevés. La vente de ses produits est sous contrôle gouvernemental, ce qui entraîne une déperdition des profits se manifestant dans trois domaines :

1) Les fournitures pour l’armée

  • 63 Peng Dunren, op. cit., p. 137.

66En raison des besoins créés par la guerre civile, le gouvernement du Guomindang demande à la CDITC d’assurer la fourniture des filés et des tissus pour l’armée. Au lendemain de sa création, la CDITC a été obligée, sur l’ordre du gouvernement, de se procurer des tissus pour fabriquer des uniformes. La production, qui venait de reprendre, ne pouvant suffire à la demande, elle a dû sélectionner, parmi les produits cotonniers pris aux filatures ennemies, tout ce qui pouvait servir aux besoins militaires, afin de les attribuer au ministère de la Défense. Ce n’est qu’en janvier et février 1946 que ses filatures à Shanghai ont pu attribuer aux armées 300 000 pièces de tissu en coton et 150 000 couvertures pour une valeur d’environ 12 milliards de yuans fabi. Le gouvernement nationaliste lui ordonna alors d’augmenter les livraisons militaires pour les porter à près de 50 % de la production totale des filatures shanghaiennes de la compagnie63. Mais les livraisons n’étant pratiquement pas payées, la charge se fit lourde pour la CDITC qui se trouva dans l’obligation de laisser en sommeil des fonds considérables, tout en continuant à suivre les ordres du gouvernement.

2) La vente aux fonctionnaires et enseignants

  • 64 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 242-243.

67Le 17 février 1947, afin de stabiliser le marché, le gouvernement limite autoritairement le prix d’un certain nombre de denrées de première nécessité, dont le tissu. Le Conseil d’État charge la CDITC de l’attribution et de la vente du tissu aux fonctionnaires et enseignants de Nankin et de Shanghai, environ 135 000 personnes au total auxquelles la CDITC doit vendre 6 millions de mètres de tissu. Cette attribution lui a bien sûr fait perdre beaucoup d’argent, le prix de vente fixé par le gouvernement étant calculé sur le prix moyen du marché en janvier à Shanghai. Or, en raison de l’inflation galopante, l’indice local des prix avait augmenté considérablement. Les paiements reçus de cette attribution ne représentaient que 27 % à 41 % du prix réel du marché64.

3) L’offre à des prix inférieurs à ceux du marché

68Afin de faire baisser le prix du marché, le gouvernement nationaliste exige de la CDITC qu’elle fixe le prix de vente de ses produits à un niveau inférieur de 5 % au cours du marché. Au début de 1946, la CDITC ne rencontre pas trop de difficultés, mais à l’automne 1946 l’augmentation brutale du prix de l’or et des céréales entraîne celle du filé. Le gouvernement essaie de freiner ces augmentations en plafonnant les prix. Mais ces dispositions s’appliquent difficilement et le marché noir se développe. L’écart entre le prix de vente plafonné de la CDITC et celui du marché se creuse de plus en plus. C’est ainsi que, pour le filé n° 20, il atteint près de 40 % en juin 1947. La vente à prix imposé fait perdre d’énormes recettes aux filatures de la CDITC. Plus grave encore, le filé vendu à bas prix sur le marché se retrouve sur le marché noir, de sorte que ce sont les spéculateurs qui profitent de la différence de prix. L’escalade des prix a deux conséquences : d’une part, les filatures de la CDITC n’arrivent plus à maintenir une production normale ; d’autre part, les intermédiaires réalisent d’énormes profits avec leurs activités spéculatives. Cette situation amène donc les filatures et les commerçants, aux quatre coins du pays, à acheter le filé à bas prix à la CDITC, qui ne peut satisfaire cette trop grande demande. Devenue la cible des critiques, l’entreprise d’État se voit dans l’obligation de demander à plusieurs reprises au gouvernement de changer les méthodes de limitation du prix du marché. En juin 1947, le gouvernement finit par adopter le système du prix négocié au lieu de celui du prix plafonné.

69Alors que de 1946 à 1947 les filatures privées mettent tout en œuvre pour réaliser d’énormes profits, la CDITC ne peut en faire autant en raison de son statut d’entreprise d’État ; cependant, elle parvient à faire des bénéfices, ce qui prouve que la production reste tout de même à un bon niveau, ou que les profits de la branche sont énormes.

  • 65 Peng Dunren, op. cit., p. 185-186.

70La CDITC n’a jamais publié le montant de ses capitaux. Au lendemain de sa création, les matières premières et les produits finis qu’elle a reçus des anciennes filatures japonaises confisquées représentaient une valeur de 19 milliards de yuans fabi. À cette époque, elle a aussi bénéficié de plus de 1 milliard de crédit gouvernemental et de 5 milliards de crédits bancaires à long terme, soit un total de 25 milliards de yuans fabi. Dans un premier temps, elle a été obligée de dépenser les crédits obtenus pour acheter la plus grosse quantité possible de coton. Dès que la production a eu repris son niveau normal et que le chiffre d’affaires a augmenté, le montant des profits a été réinjecté dans le fonds de roulement65. Le taux de fonctionnement de ses équipements a généralement été inférieur à celui des filatures privées, même au moment où le niveau de production fut le meilleur. Son appareil de production n’a pas fonctionné à plein régime, alors que, tant du point de vue des matériels, des ressources financières que de personnel, elle était infiniment mieux placée que les filatures privées. Trop d’interventions du gouvernement et le gigantisme de sa propre organisation lui ont nui.

71Le principe de gestion adopté par ses principaux responsables au moment de sa création prévoyait un exercice des activités sur le modèle d’une entreprise commerciale indépendante du secteur privé. En fait, cela s’avéra impossible. Dans les domaines de la production, de la vente et des achats, les interventions du gouvernement ne cessèrent d’interférer. Si l’approvisionnement en coton brut pouvait se faire grâce à certains traitements préférentiels, lorsque l’approvisionnement officiel s’avérait insuffisant, comme les filatures privées, elle ne pouvait trouver le complément nécessaire à ses besoins par ses propres moyens. Avec l’extension de la guerre civile après 1947, les graves problèmes de transport empêchèrent les agences d’achat de coton installées par la CDITC dans les régions de plantation de travailler normalement. Privées de matière première, les filatures d’État connurent des difficultés à continuer leur production, sauf celles de Shanghai, aidées par le gouvernement. Par ailleurs, l’annonce par le Guomindang, au moment de la création de la CDITC, d’une privatisation dans les deux ans, tout projet de développement de la production se heurta à l’absence d’intérêt de la part du gouvernement, qui préférait que les bénéfices de la CDITC soient reversés à sa trésorerie plutôt qu’investis dans de nouveaux équipements. Pour la vente de l’ensemble de ses produits, la CDITC était entièrement soumise au contrôle gouvernemental. En outre, elle s’est heurtée à des difficultés internes, dont la plus grave fut sans doute la multiplicité des responsabilités, cause de formalités longues et inutiles. Dans cette organisation gigantesque et complexe, certaines dispositions favorisèrent une gestion sévère et précise, mais d’autres furent défavorables. Par exemple, elle ne reçut pas du gouvernement l’autorisation de payer en devises les pièces de rechange nécessaires difficiles à trouver sur place et qui devaient être achetées à l’étranger. Ces entraves l’empêchèrent de rétablir et d’augmenter la production des filatures japonaises passées sous son contrôle.

Le rôle des entrepreneurs et des gestionnaires dans le redressement de l’économie

  • 66 Xu Weiyong, Huang Hanmin, op. cit., p. 195-199 ; Rongjia qiye shiliao, p. 284-285.

72La prospérité de l’industrie cotonnière de Shanghai doit beaucoup à l’effort énorme des filateurs et des gestionnaires du secteur public et privé. Nombreux sont ceux qui croient que, les maux que leur a causés la concurrence japonaise enfin terminés, le moment est venu de réaliser leur rêve : « sauver le pays par les industries ». Bien avant la fin de la guerre, les filateurs ont déjà pensé à préparer la reconstruction. Basé dans la zone occupée par les Japonais, le groupe de la famille Rong envoie fin 1943 à Chongqing, capitale provisoire du gouvernement, une délégation d’une dizaine de personnes, conduite par Rong Erren 荣尔仁, fils d’un des fondateurs de Shenxin, Rong Desheng 荣德生. Cette délégation a un double objectif : faire enregistrer l’entreprise auprès des autorités pour obtenir la qualification juridique nécessaire à son fonctionnement et trouver les fonds en devises qui lui permettront de reprendre la production en achetant à l’étranger de nouveaux équipements. Rong Erren insiste beaucoup sur ce second objectif. Quelques mois après, en mars 1944, dans son Projet de construction et d’aménagement des usines Shenxin après la guerre (Shenxin gechang zhanhou zhengli ji jianshe jihua 申新各厂战后整理及建设计划), il élabore un plan, courant sur deux quinquennats, de construction d’une vingtaine d’usines équipées de 2 millions de broches à filer66. À ce moment, il s’intéresse de plus en plus aux nouvelles techniques textiles et crée un Institut de recherches sur la technique, la production et la gestion, chargé de donner des conseils aux entreprises.

  • 67 Ibid., p. 202-203.

73Dès la capitulation du Japon, les broches à filer commencent à tourner dans les filatures shanghaiennes. Filateurs et gestionnaires ont pleine confiance en l’avenir. Malgré les conflits survenus au sein de la famille Rong, qui poussent à la division de la gestion en trois directions, Rong Erren n’abandonne pas son idée de créer le plus grand groupe textile chinois. Il a eu à souffrir de la concurrence des investissements étrangers. Comme ses parents, il considère que les industries modernes peuvent renforcer la puissance nationale et sauver le pays. Il participe donc activement à la récupération des équipements japonais dans l’espoir qu’il pourra en faire meilleur profit que l’État et s’en servir pour élargir la capacité productive de Shenxin. Il propose l’installation d’une nouvelle gestion scientifique et moderne susceptible de coordonner les activités industrielles de la famille Rong67. S’il n’arrivera pas à réaliser ce projet, il n’en apporta pas moins certains progrès dans les usines placées sous sa direction.

  • 68 Zhao Yunsheng, Liu Mingtao, Zhongguo da zibenjia zhuan (1993), p. 135.

74De plus en plus nombreux à étudier la technique moderne, les Chinois sont convaincus que le pays pourra être sauvé par la modernisation industrielle. Tel est le cas de Tang Xinghai 唐星海 (1900-1969), patron des filatures Qingfeng 庆丰, et Baofeng 保丰, l’une des plus grandes figures de l’industrie textile chinoise. Né dans l’une des six familles bourgeoises les plus célèbres de Wuxi, son père avait fondé des entreprises modernes de minoterie et de textile au début du xxe siècle. Il a fait des études de mécanique textile et de gestion au Massachusetts Institute of Technology. De retour en Chine, il a concentré ses efforts sur le développement de la filature Qingfeng, dont il a commencé à réformer la gestion et à renouveler la technique de production. Pendant la guerre, il a créé la filature Baofeng à Shanghai. La paix revenue, il a fait approuver un plan de relèvement des filatures par le conseil d’administration de Qingfeng qui prévoyait la transformation de l’entreprise en « grande filature » (d’après le classement des milieux professionnels, une grande filature compte au moins 20 000 broches). Il commande à l’étranger de nouveaux équipements et consacre tout son temps à l’amélioration du fonctionnement de son entreprise. Il forme des techniciens de niveau élevé. En 1946, il modernise le système de gestion traditionnel en empruntant de nouvelles méthodes au système capitaliste occidental et en créant des règlements sévères concernant le recrutement et la gestion du personnel68. Difficile à mettre en œuvre, la réforme réussit à améliorer le rendement et sert de modèle aux autres filatures.

  • 69 « Diliuqu jiqi mianfangzhi gongye tongye gonghui di yijie huiwu baogao », p. 7.

75La création de l’Association de l’industrie cotonnière du 6e district, en 1946, est un grand événement pour les entrepreneurs. Cette organisation protégeait plus ou moins les intérêts des filatures privées. La nationalisation des filatures japonaises a augmenté l’inquiétude du secteur privé, qui redoutait la concurrence de l’État. Pour négocier d’une façon efficace avec le régime, les filatures privées souhaitaient se faire représenter par une organisation professionnelle et soutinrent activement sa fondation. Les dirigeants élus furent des patrons bien connus, Guo Shun 郭顺 de la filature Yong’an, Wang Qiyu 王启宇 (1883-1965) de la filature Zhongfang, Rong Hongyuan de la filature Shenxin, Tang Xinghai, Liu Jingji 刘靖基 (1902-1997) de la filature Anda 安达69. Tous ces entrepreneurs représentaient la force principale de secteur privé. Les autres filateurs s’unirent autour d’eux. Ensemble, ils stimulèrent la reconstruction et veillèrent à l’avenir de l’industrie cotonnière shanghaienne. Fondée avec l’autorisation de l’État, cette association professionnelle n’en resta pas moins une organisation autonome. Par la suite, les filatures publiques recevront l’ordre d’y adhérer.

  • 70 Yuan Xueya, « Shu Yunzhang yu Yongxing gongsi he Zhongfang gongsi » (1984), p. 172-181 ; Fu Daoshen (...)

76Côté secteur public, les gestionnaires de la CDITC jouèrent un rôle aussi important que les entrepreneurs dans le redressement de l’économie. L’importance de ce rôle a été occultée par les nombreuses critiques dont la compagnie et ses gestionnaires ont été l’objet de la part des autorités communistes. Pourtant, l’étude minutieuse de leurs activités aide à mieux comprendre leur valeur. Tous étaient des spécialistes, techniciens ou gestionnaires de l’industrie textile, choisis parmi les meilleurs de la profession. En outre, les filatures privées avaient envoyé à la CDITC leurs spécialistes, afin d’être bien représentées lors de la privatisation annoncée sous deux ans par le gouvernement nationaliste au moment de sa création. Tenant dans leurs mains les filatures confisquées, dont la force de production est considérable, les cadres deviennent des personnages de premier plan sur lesquels la société fixe ses regards. C’est en particulier le cas du directeur général Shu Yunzhang 束云章 (1886-1973), véritable magnat de l’industrie textile. Après ses études supérieures, ce dernier est entré à la Banque de Chine. Ses activités lui permettent d’établir de bonnes relations avec l’industrie textile, à laquelle il s’intéresse. À la fin de la guerre, il a accumulé une riche expérience de la gestion des filatures. Sous sa direction, les filatures Yufeng 豫丰 (financées par la Banque de Chine) deviennent un des principaux groupes textiles à l’intérieur du pays. Lorsqu’il est nommé directeur général de la CDITC, il exige que la compagnie d’État soit organisée comme une entreprise autonome. Il tient à exercer une pleine autorité sur la gestion, l’administration, le choix du personnel, et particulièrement sur la comptabilité. Il visite de temps en temps les entreprises afin de surveiller de près ses cadres et fait régner la discipline. Il donne aux gestionnaires l’exemple d’une conduite consciencieuse et honnête. Il intervient directement dans les problèmes de prix de revient, de qualité et même de quantité à produire. Son rôle à la tête de la CDITC lui vaut l’admiration des milieux de l’industrie textile70.

  • 71 Ji Chongwei, « Chengfu gongsi de lishi yu xianzhuang » (1948), p. 100.

77Le directeur général adjoint de la CDITC, Li Shengbo 李升伯, fait ses études aux États-Unis. Il considère que les maux dont souffrent les filatures chinoises viennent de leur mauvaise organisation, de leur gestion irrationnelle et de la concurrence étrangère. Il jouit d’un réel prestige, et ses connaissances professionnelles sont unanimement respectées. C’est une personne influente dans le milieu de l’industrie cotonnière. Après sa nomination à la CDITC, il forme des techniciens et des spécialistes pour améliorer la gestion de cette compagnie, la rendre supérieure à celle des filatures privées71.

  • 72 Gu Yuquan, « Huiyi zhongfang gongsi » (1984), vol. 4, p. 154.

78L’autre directeur général adjoint, le spécialiste du coton Wu Weijing 吴味经, s’occupe de l’amélioration de la qualité et de la quantité de production du coton, une démarche qu’il considère nécessaire au développement des filatures. Il consacre toute sa vie à cette œuvre. Il est irremplaçable pour régler les problèmes d’approvisionnement de la CDITC en coton72.

  • 73 Ibid., p. 157-158.

79Ces trois directeurs principaux travaillent en harmonie au sein de la société, autant pour la gestion que pour la production. Ils assurent un fonctionnement correct dans tous les domaines. Les directeurs de chaque section sont également des spécialistes avec une riche expérience professionnelle. En matière de recrutement, la CDITC a pour principe de « choisir le personnel selon les besoins, de le faire travailler activement, de laisser chacun agir en fonction de son intelligence et de ses capacités »73. Tous ces experts composent une équipe performante qui fait marcher une immense machine de production. Comme nous l’avons vu ci-dessus, malgré les inconvénients liés à son statut d’entreprise d’État, la CDITC se développe au même rythme que les filatures privées.

80Les archives montrent que les techno-bureaucrates des filatures publiques ont énormément travaillé à l’époque. Nombreux sont ceux qui partagent l’état d’esprit des filatures privées et veulent accélérer la modernisation du pays afin d’augmenter rapidement sa puissance économique et le mettre à l’abri de l’intervention étrangère. C’est la raison pour laquelle l’industrie cotonnière de Shanghai prend alors un tel élan.

81L’évolution de la production des filatures d’État et privées à Shanghai, de 1946 à 1947, témoigne d’une prospérité sans précédent. Productivité des filatures privées, quantité de produits fabriqués, capitaux et profits sont tous en croissance rapide et dépassent le niveau de l’année 1936. La production des entreprises publiques s’est rapidement rétablie, sans toutefois être toujours comparable à celle des filatures privées. Elle n’a pas retrouvé le niveau qui était celui des filatures japonaises de Shanghai de 1936. À partir de 1948, l’industrie cotonnière de Shanghai commence à décliner à cause des contrôles de plus en plus sévères du gouvernement et des troubles liés à l’extension de la guerre civile. Les filateurs sont fiers des succès qu’ils ont obtenus en dépit de la situation instable causée par la guerre civile. Ces réussites témoignent de l’exceptionnelle capacité des entrepreneurs chinois à survivre et prospérer dans un environnement politique peu favorable. L’arrivée au pouvoir des communistes, en 1949, mettra définitivement terme au « troisième âge d’or » des filatures shanghaiennes. Mais leur héritage sera recueilli et développé par le nouveau régime et les filatures de coton resteront l’un des piliers de l’industrie shanghaienne jusqu’à la fin du xxe siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources en langue chinoise

« Diliuqu jiqi mianfangzhi gongye tongye gonghui di yijie huiwu baogao » 第六区机器棉纺织工业同业公会第一届会务报告 (Rapport sur les affaires du premier comité de l’Association de l’industrie cotonnière du 6e district). 1948. Shanghai.

Fu Daoshen 傅道伸. 1984. « Wo suo zhidao de Shu Yunzhang » 我所知道的束云章 (Mes souvenirs sur Shu Yunzhang), in Zhongguo renmin zhengzhi xieshang huiyi quanguo weiyuanhui wen shi ziliao yanjiu weiyuanhui 中国人民政治协商会议全国委员会文史资料研究委员会 (éd.). Gongshang jingji shiliao congkan 工商经济史料丛刊 (Série de matériaux sur l’histoire économique concernant l’industrie et le commerce), 4 (novembre), p. 182-187.

Gu Yuquan 顾毓瑔. 1984. « Huiyi Zhongfang gongsi » 回忆中纺公司 (Souvenirs sur la société Zhongfang), in Zhongguo renmin zhengzhi xieshang huiyi quanguo weiyuanhui wenshi ziliao yanjiu weiyuanhui (éd.). Gongshang jingji shiliao congkan, 4 (novembre), p. 152-171.

Huang Yifeng 黄逸峰, jiang Duo 姜铎 et al. 1990. Jiu Zhongguo minzu zichan jieji 旧中国民族资产阶级 (La bourgeoisie nationale de la République de Chine), Nankin, Jiangsu guji chubanshe.

Ji Chongwei 季崇威. 21/02/1948. « Chengfu gongsi de lishi yu xianzhuang » 诚孚公司的历史于现状 (L’histoire et la situation actuelle de la Société Chengfu), Fangzhi zhoukan, 9/7, p. 100-103.

Jincheng Tongcheng Chengfu lianhe mianye diaochasuo 金城、通成、诚孚联合棉业调查所 (éd.). 1946. Zhanhou guo neiwai mianye dongtai huibao 战后国内外棉业动态汇报 (Rapport sur l’évolution de l’industrie cotonnière à l’intérieur et à l’extérieur du pays après la guerre), Shanghai, Jincheng Tongcheng Chengfu lianhe mianye diaochasuo.

Peng Dunren 彭敦仁. 1948. Fangjian yaolan 纺建要览 (Aperçu sur la Compagnie de développement de l’industrie textile en Chine), Shanghai, Zhongguo fangzhi jianshe gongsi.

Shanghai haiguan zong shuiwu si shu tongji ke 上海海关总税务司署统计科 (éd.). 1946. Haiguan Zhongwai maoyi tongji niankan 海关中外贸易统计年刊 (Annuaire des statistiques douanières sur le commerce entre la Chine et l’étranger), Shanghai, Shanghai haiguan zong shuiwu sishu tongji ke.

Shanghaishi mianfangzhi gongye gonghui choubeihui 上海市棉纺织工业同业公会筹备会 (éd.). 1950. Zhongguo mianfang tongji shiliao 中国棉纺统计史料, Shanghai, Shanghaishi mianfangzhi gongye gonghui choubeihui.

Shanghai shehui kexueyuan jingji yanjiusuo 上海社会科学院经济研究所 (éd.). 1980. Rongjia qiye shiliao 荣家企业史料 (Documents sur l’histoire des entreprises de la famille Rong), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 2 vol.

Wang Ju 王菊. 2004. Jindai Shanghai mianfangye de zuihou huihuang, 1945-1949 近代上海棉纺业的最后辉煌 (L’ultime prospérité de l’industrie cotonnière de Shanghai à l’époque moderne, 1945-1949), Shanghai, Shanghai shehui kexueyuan.

Xu Weiyong 许维雍, Huang Hanmin 黄汉民. 1985. Rongjia qiye fazhanshi 荣家企业发展史 (Histoire du développement des entreprises de la famille Rong), Pékin, Renmin chubanshe.

Yuan Xueya 袁雪崖. 1984. « Shu Yunzhang yu Yongxing gongsi he Zhongfang gongsi » 束云章与雍兴公司和中纺公司 (Shu Yunzhang et les sociétés Yongxing et Zhongfang) in Zhongguo renmin zhengzhi xieshang huiyi quanguo weiyuanhui wenshi ziliao yanjiu weiyuanhui (éd.), Gongshang jingji shiliao congkan, 4 (novembre), p. 172-181.

Zhang Jia’ao 张嘉璈. 1986. Zhongguo tonghuo pengzhangshi 中国通货膨胀史, Pékin, Wenshi ziliao chubanshe ; éd. originale : Chang Kia-Ngau. 1958. Inflationary Spiral : The Experience in China, 1939-1950, Cambridge (Mass.), The MIT Press.

Zhang Yifan 张一凡 (éd.). 1940. Shahua bupi jiaoyi 纱花布疋交易 (Commerce du filé, du coton et du tissu). Shanghai, Zhuzuoren shuwu.

Zhao Yunsheng 赵云声, Liu Mingtao 刘明涛. 1993. Zhongguo da zibenjia zhuan 中国大资本家传 (Biographie des grands capitalistes chinois), Pékin, Shidai wenyi chubanshe, vol. 10.

Zhongguo kexueyuan jingji yanjiusuo 中国科学院经济研究所 (éd.). 1959. Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian 上海解放前后物价资料汇编 (1921-1957) (Documents sur les prix avant et après la libération de Shanghai, 1921-1957), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

Zhongguo kexueyuan jingji yanjiusuo 中国科学院经济研究所 (éd.). 1964. Yong‘an fangzhi yinran gongsi 永安纺织印染公司 (La compagnie de filature, tissage, teinture et impression Yong’an [Wing On]), Pékin, Zhonghua shuju.

Zhongguo renmin zhengzhi xieshang huiyi quanguo weiyuanhui wen shi ziliao yanjiu weiyuanhui 中国人民政治协商会议全国委员会文史资料研究委员会 (éd.). 1983-1984. Gongshang jingji shiliao congkan 工商经济史料丛刊 (Série de matériaux sur l’histoire économique concernant l’industrie et le commerce), Pékin, Wenshi ziliao chubanshe, 4 vol.

Notes

1 Wang Ju, Jindai Shanghai mianfangye de zuihou huihuang, 1945-1949, (2004), p. 16-17.

2 Fangzhi zhoukan (Hebdomadaire du textile), vol. 7, n°1, 8/01/1946, p. 4.

3 Le picul équivaut à environ 50 kg.

4 Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 116 ; Peng Dunren, Fangjian yaolan (1948), p. 35.

5 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 3, 29/01/1946, p. 57.

6 Peng Dunren, op. cit., p. 111-112.

7 Le yuan fabi, monnaie légale du Guomindong (GMD) avant la guerre sino-japonaise fut conservé par le gouvernement de Chiang Kai-shek après son repli à Chongqing pendant l’occupation japonaise. Son cours fut rétabli dans les autres régions de Chine après la libération du territoire.

8 Zhang Jia’ao, Zhongguo tonghuo pengzhangshi (1986), p. 196.

9 Ibid., p. 242.

10 Zhongguo kexueyuan jingji yanjiusuo (éd.), Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian (1959), p. 115-116.

11 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 199.

12 Huang Yifeng, Jiang Duo et al., Jiu Zhongguo minzu zichan jieji (1990), p. 585.

13 Zhanhou guo neiwai mianye dongtai huibao (1946), p. 10.

14 Ibid.

15 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 19, 27/07/1946, p. 626.

16 Ibid., vol. 7, n° 7, 20/04/1946, p. 179.

17 Entre l’été 1945 et février 1946, les filatures Yong’an, par exemple, achètent 30 500 balles de coton brut à San Francisco, soit 138 470 piculs. Voir Zhongguo kexueyuan jingji yanjiusuo (éd.), Yong’an fangzhi yinran gongsi (1964) p. 280.

18 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 1, 8/01/1946, p. 4.

19 Dans la première moitié de 1946, la valeur du coton importé atteint, en quelques mois, plus de 50 % de la valeur totale des importations enregistrées par la douane de Shanghai, ibid., vol. 7, n° 14, 22/06/1946, p. 464.

20 Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 116-117.

21 Peng Dunren, op. cit., p. 111-112.

22 Shanghai shehui kexueyuan jingji yanjiusuo (éd.), Rongjia qiye shiliao, (1980), vol. 2, p. 562.

23 Yong’an fangzhi yinran gongsi, op. cit., p. 280 et 306.

24 Zhang Yifan, Shahua bupi jiaoyi (1940), p. 6-7 et 9.

25 Ibid., p. 9.

26 Au taux de change du marché en janvier (1 dollar pour 1 390 yuans fabi) le prix de 1 picul de coton est de 41 920 yuans fabi, Yong’an fangzhi yinran gongsi, op. cit., p. 283.

27 Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian, op. cit., p. 301.

28 Yong‘an fangzhi yinran gongsi, op. cit., p. 302.

29 Rongjia qiye shiliao, op. cit., vol. 2, p. 441.

30 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 242.

31 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 443.

32 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n° 11, 22/05/1946, p. 353.

33 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 303.

34 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 440.

35 Haiguan Zhongwai maoyi tongji niankan (1946), p. 20.

36 Zhanhou guo neiwai mianye dongtai huibao, p. 14.

37 Fangzhi zhoukan, vol. 7, n°8, 27/04/1946, p. 218.

38 Zhang Yifan, op. cit., p. 13.

39 Haiguan zhongwai maoyi tongji niankan, op. cit., p. 21.

40 Le zhongchuquan est la monnaie qui eut cours pendant la guerre dans les zones contrôlées par le gouvernement collaborateur des Japonais (dont Shanghai). Après 1945, il fut supprimé et les anciens billets furent reconvertis en yuans fabi, selon un taux très défavorable.

41 Shanghai jiefang qianhou wujia ziliao huibian, p. 229 et 301.

42 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 283-284.

43 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 562 et 568.

44 Pour obtenir des unités comparables, les milieux de l’industrie cotonnière font souvent une conversion symbolique entre broches à retordre, métiers à tisser et broches à filer. Le critère de conversion varie selon que l’on étudie l’équilibre de productivité entre les différents ateliers, la conversion des broches à retordre et métiers à tisser en broches à filer devra se faire conformément aux valeurs en usage dans la production. Si le problème concerne l’équilibre des investissements entre équipements et biens immobiliers, la conversion doit être conforme à la valeur monétaire des équipements. Le taux de conversion peut aussi varier selon les filatures. Ici, nous n’utilisons que deux taux de conversion. Pour l’estimation de la puissance de production des filatures, le taux de conversion est calculé d’après la quantité de matières premières utilisées par unité d’équipement. Par exemple, 10 000 broches à filer fabriquant du filé n° 20 correspondent à 400 métiers à tisser. La production de 1 broche à filer peut faire fonctionner 4 broches à retordre. D’après ces critères, un métier à tisser correspond à 25 broches à filer et 1 broche à retordre est équivalente à ¼ de broche à filer.

45 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 532-533.

46 « Quanguo mianfangzhichang yilan » 全国棉纺织厂一览 (Guide des filatures chinoises), Fangzhiran gongcheng, vol. 10, n° 10 (5/10/1948), p. 42 et 44.

47 Shanghai, Archives de la Fédération de l’industrie et du commerce de Shanghai, vol. 106.

48 Le nombre des broches à filer en activité en 1946-1947 est un chiffre mensuel moyen. Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 102.

49 Ibidem., p. 98-99 ; Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 773.

50 Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 283-284.

51 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 455 et 487.

52 Ibid., vol. 1, p. 626 ; vol. 2, p. 569.

53 Xu Weiyong, Huang Hanmin, Rongjia qiye fazhanshi (1985), p. 215.

54 Évolution du taux de change US dollar/yuan fabi en 1946 : janv.-fév. 1 = 1 390 (sur le marché) ; mars-août, 1 = 2 020 (taux officiel) ; sept.-déc., 1 = 3 350 (taux officiel). Pour la somme du bilan annuel supérieure à celle calculée sur les registres mensuels (1 247,46 millions de yuans fabi), le change appliqué est au taux de sept.-déc. Yong’an fangzhi yinran gongsi, p. 283 ; Zhang Jia’ao, op. cit., p. 198 ; Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 512.

55 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 451 et 454.

56 Taux de change en avril 1947, 1 US dollar = 12 000 yuans fabi (prix officiel) ; août 1947, 1 = 38 636 (prix officiel) ; Zhang Jia’ao (1986), p. 198 et 203 ; Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 457 et 513.

57 Dafeng jituan shiliao 达丰集团史料 (Documents historiques sur le groupe Dafeng), Shanghai , Shanghai mianfangzhi gongye gongsi, Manuscrit de 1959, p. 386.

58 Rongjia qiye shiliao, vol. 2, p. 511-512.

59 Ibid., vol. 2, p. 553.

60 Ibid., vol. 2, p. 454 ; Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 126.

61 Peng Dunren, op. cit., p. 55.

62 « Zhongguo fangzhi jianshe gongsi sanshiliu niandu gongzuo zongbaogao » 中国纺织建设公司三十六年度工作总报告 (Rapport annuel de la Compagnie de développement de l’industrie cotonnière de Chine en 1947), Fangjian (Développement textile), Shanghai : Zhongguo fangzhi jianshe gongsi, vol. 2, n° 3-4, 16/08/1948, p. 3.

63 Peng Dunren, op. cit., p. 137.

64 Zhang Jia’ao, op. cit., p. 242-243.

65 Peng Dunren, op. cit., p. 185-186.

66 Xu Weiyong, Huang Hanmin, op. cit., p. 195-199 ; Rongjia qiye shiliao, p. 284-285.

67 Ibid., p. 202-203.

68 Zhao Yunsheng, Liu Mingtao, Zhongguo da zibenjia zhuan (1993), p. 135.

69 « Diliuqu jiqi mianfangzhi gongye tongye gonghui di yijie huiwu baogao », p. 7.

70 Yuan Xueya, « Shu Yunzhang yu Yongxing gongsi he Zhongfang gongsi » (1984), p. 172-181 ; Fu Daoshen, p. 182-187.

71 Ji Chongwei, « Chengfu gongsi de lishi yu xianzhuang » (1948), p. 100.

72 Gu Yuquan, « Huiyi zhongfang gongsi » (1984), vol. 4, p. 154.

73 Ibid., p. 157-158.

Notes de fin

1 Le profit caché vient de la perte, dans les tableaux mensuels des comptabilités aux titres de la réserve pour l’achat de devises, des frais initiaux pour l’installation de nouvelles machines et de mobilier, des frais spéciaux pour cadeaux et représentation.

1 La méthode de conversion utilisée diffère de celle appliquée pour l’estimation de la capacité productive. Ici, c’est la valeur monétaire des équipements qui est prise en considération. Du fait de l’absence d’enregistrements financiers sur les valeurs des équipements des filatures, nous suivons la méthode de calcul adoptée par la société japonaise Naigaimen, qui tient pour égale la valeur monétaire d’un métier à tisser et celle de 20 broches à filer, et celle d’une broche à retordre à 1/3 de celle d’une broche à filer. Sur cette base 1 métier à tisser = 20 broches à filer ; 1 broche à retordre = 1/3 de broche à filer.

2 Pour comparer les équipements d’après-guerre à ceux d’avant-guerre, ils sont convertis en broches à filer.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Comparaison de la production des filatures privées à Shanghai
Légende Source : Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 61 et 102. Nous suivons la comparaison utilisée par les milieux de l’industrie cotonnière après 1945, qui prend 1936 comme année de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2. Profits et prix de revient des filatures Shenxin n° 2 et n° 5 en 1946 (en millions de yuans fabi)1
Légende Source : Rongjia qiye shiliao, vol. II, p. 455, d’après les tableaux mensuels des comptabilités.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 3. Évolution des investissements des filatures privées à Shanghai en broches à filer et à retordre, ainsi qu’en métiers à tisser1
Légende Source : Zhongguo mianfang tongji shiliao, p. 61, 65-66.Note 22
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 4. Production des filatures de la CDITC à Shanghai (1946-1947)
Légende Sources : Peng Dunren, Fangjian yaolan, p. 65, p. 73 ; Fangzhi jianshe yuekan, vol. I, n° 4, p. 89.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/5006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

王菊
Ingénieur d’études (EHESS), Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (UMR Chine Corée Japon, EHESS/CNRS), France.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540