Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Deuxième partie. Guerres, révolutions, dictatures : des citoyens d’entre-pouvoirs

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Grâce à un détour par la périphérie rurale de Shanghai, la première partie s’est achevée sur une conclusion d’importance pour l’histoire sociale de la Chine contemporaine : la conjoncture économique ne suffit pas plus à projeter les paysans dans la sphère de la politique moderne qu’elle ne permet à la société urbaine de surmonter, au revers de l’« âge d’or », le handicap de l’État manquant. Le déficit de l’État n’entraîne pas un déficit du politique mais il suscite les trajectoires de désinstitutionnalisation qui sont le propre de la conjoncture citoyenne de l’« âge d’or ». Dès les années 1920, l’essor des nouveaux partis révolutionnaires (Guomindang et PCC), rassemblés autour d’une stratégie nationaliste, contribue à politiser le travail de la citoyenneté : c’est dans cette perspective que l’on peut situer l’expansion urbaine du communisme (surtout à Shanghai) à partir de 1925, ainsi que la forte progression du Guomindang et la radicalisation des mouvements sociaux. Mais, en même temps qu’elle déporte le travail citoyen du côté de la révolution, la politisation réintroduit dans sa perspective le paramètre de la nécessité de l’État (au nom de la nation et de la modernisation), qui avait beaucoup fait, dix ans plus tôt, pour justifier le ralliement des élites à Yuan Shikai au détriment des institutions et des libertés républicaines. C’est donc une partie non négligeable de la société urbaine, au niveau des élites (et, à Shanghai, parmi les grands entrepreneurs), qui se rallie au nouveau pouvoir national du Guomindang, lorsque celui-ci rompt avec son allié communiste et ne conserve de son premier élan révolutionnaire que l’idée (et la définition institutionnelle) d’une révolution nationale conduite par un parti unique. Le généralissime Jiang Jieshi peine à confirmer son emprise sur ce pouvoir pendant le plus clair de la Décennie de Nankin (1927-1937) tout autant que le pouvoir échoue à prendre en main le pays et à le moderniser comme le veut son idéologie.

2Cette remarque indique que le nouvel État coiffe les pouvoirs particuliers et les territoires sans supprimer leurs espaces propres, y compris dans les villes et les grandes métropoles, comme Shanghai, où le parti et l’État nationalistes sont mieux implantés. Il en ira ainsi jusqu’à l’investissement des campagnes et au resserrement du contrôle des villes par les communistes au début des années 1950. Même si, à partir des années 1930, la référence à l’État oriente l’espace politique et instaure une conjoncture qui diffère de celle de l’« âge d’or », l’avènement du nouvel État ne transforme pas fondamentalement les conditions du travail citoyen. L’absence d’institutions représentatives l’empêche de se définir et de se structurer dans la perspective démocratique : l’État nécessaire a vu le jour, mais il demeure un État manquant. Sa faiblesse constitutive, surtout sur le plan territorial, complète le tableau politique : elle ouvre au social quantité de niches (nous les avons décrites dans l’introduction comme des « trouées ») au sein desquelles et entre lesquelles se tisse le travail citoyen. Il se radicalise encore (parmi les intellectuels qui le relaient et l’amplifient) et parfois s’agrège (avec les mouvements constitutionnalistes et patriotiques), mais il demeure contraint par une logique interstitielle – celle-là même qui s’impose sous l’angle spatial aux communistes – jusqu’à ce que la guerre japonaise (1937-1945) et la guerre civile (1946-1949) permettent au proto-parti-État de Mao Zedong de se hisser à l’échelle du parti-État embryonnaire installé au pouvoir national (nous parlons du Guomindang et de son régime) et de rivaliser avec lui. C’est dans ces conditions d’entre-deux qu’Alain Roux a retracé la trajectoire d’autonomisation (par rapport aux forces politiques) de la classe ouvrière qui se construit à Shanghai, alors même que l’autonomie de la grande bourgeoisie d’affaires est rognée et doit être défendue dans des conditions difficiles – nous y reviendrons dans un instant à propos de l’essai de Xiaohong Xiao-Planes.

3Il n’en reste pas moins, en effet, que le « retour de l’État » renforce à partir des années 1930 le cadre des pouvoirs entre lesquels le travail citoyen poursuit ses trajectoires interstitielles. Nous avons souligné plus haut que les conditions de son exercice procèdent alors des marges que lui concèdent les pouvoirs (ou que lui valent leur faiblesse et leurs conflits) plutôt que des dynamiques sociales qui avaient investi l’espace politique dans la conjoncture de l’« âge d’or » de la ville et de sa bourgeoisie. Les mouvements qui tentent de sortir de ces marges au cours des années 1930 et pendant la guerre civile, afin d’occuper un espace public qui soit rendu à une forme non révolutionnaire du politique, prennent le pouvoir nationaliste pour cible sans faire allégeance au communisme. Ils occupent dans l’espace citoyen la place que les partis et les associations démocratiques dits de troisième force ne parviennent pas à élargir entre les deux partis-État : l’espace qui avait été instauré pour un système de partis par la république et dont l’étiolement avait sanctionné l’échec de l’institution politique de la société après la chute de l’empire. Nous avons donc pu souligner qu’il est tout aussi vain de vouloir situer le social urbain en bloc contre l’État (comme une société civile réveillée par le patriotisme) que de le ranger du côté de la nouvelle révolution à la suite du PCC – et nous avons mentionné à cet égard l’enquête approfondie de Christine Vidal sur les trajectoires des intellectuels non communistes (Vidal 2006). Elle confirme dans le détail l’analyse par Suzanne Pepper du « front urbain » de la révolution au moment de la guerre civile.

4Avec toutes les nuances qui s’imposent, nous pouvons donc affiner, à la suite des essais qui constituent la première partie, le contraste qui distingue les deux périodes auxquelles correspondent nos deux parties. Dans les années 1910-1920, le travail citoyen se détermine essentiellement à partir de l’horizon social. Au sein du chaos militariste, les pouvoirs sont présents, protecteurs, actifs (parfois en faveur de réformes qui s’inspirent de celles des « nouvelles politiques » et de Yuan Shikai), souvent variables et fréquemment répressifs, mais l’État – l’institution en charge du destin national et de la pacification de la société – est un monde lointain, fermé et impuissant. S’il n’est plus en général un interlocuteur global ni une référence immédiate, il le demeure en particulier, de façon sectorielle et territorialisée. Les pouvoirs en place usurpent ou assument les prérogatives de la puissance publique et il n’est pas rare qu’en alliance avec des activistes et des réformateurs s’esquissent des programmes de réforme et de développement. À d’autres niveaux, la mise en forme du droit et la réflexion constitutionnelle elle-même se poursuivent à l’ombre des pouvoirs militaires qui se disputent les métropoles et la capitale. À tous égards, cependant, la construction de l’État comme celle du politique n’avance que par bribes. Grâce à la presse, l’opinion (au niveau des élites et dans les foyers urbains) surmonte partiellement ces clivages. Ces conditions expliquent la diffusion des yundong (mouvements) et le retentissement des événements politiques nationaux, mais aussi le caractère structurant du nouveau champ politique qui émerge autour du mouvement national fédéré par l’alliance du Guomindang et des communistes au cours des années 1920.

5Dès ce moment (les années 1920), un premier mouvement révolutionnaire parvient à sortir de sa territorialisation initiale et de ses logiques sociales pour reconstituer le cadre politique à l’échelle et dans les fonctions qui définissent l’État. Sa faiblesse relative, et la guerre surtout, favorisent la montée en puissance dans le sillage du premier communisme d’un autre mouvement social et territorial : le maoïsme. Du fait de l’institution des partis-État par deux partis révolutionnaires ennemis, l’action citoyenne des citadins se précise politiquement et se radicalise. Mais la détermination non institutionnelle du politique continue de la conditionner. Faute de pouvoir s’institutionnaliser, et parce que les cadres de pouvoir qui se mettent en place sont faiblement construits (avec le Guomindang), en construction progressive (avec le PCC des années 1940 et des premières années 1950) ou en déconstruction partielle (avec la sortie du maoïsme et de la révolution dans la RPC des années 1980-1990), le travail citoyen fait face au pouvoir de l’État tout en continuant de se déployer entre des pouvoirs.

6En dehors du grand resserrement maoïste (à peine plus de deux décennies, du milieu des années 1950 à la fin des années 1960), c’est donc sur cet « entre-pouvoirs » et sur cette figure d’entre-deux qu’il convient de mettre l’accent à partir du tournant des années 1930 : avec la dictature, la guerre, la révolution-État du maoïsme et la transition au communisme, l’horizon de la société et de l’action sociale se détermine essentiellement de manière interstitielle dans la perspective du pouvoir d’État. Cette configuration – un exercice du politique sui generis – qui caractérise une deuxième conjoncture du travail citoyen est au centre de notre seconde partie.

7C’est bien ce précaire exercice qu’analyse Xiaohong Xiao-Planes dans son étude sur l’Association civique de Shanghai. Fondée le 31 janvier 1932, en pleine crise sino-japonaise, l’association est tout d’abord animée par les leaders de la bourgeoisie que sont alors Yu Xiaqing, Mu Ouchu, Huang Yanpei, Zhang Jiao’ao et Shi Liangcai. Leur intention est de protéger les milieux d’affaires face à un pouvoir policier de plus en plus militarisé. Soucieux de préserver leur capacité d’autonomie, ils cherchent également à agir sur le régime. Parmi les tensions internes et externes qui affaiblissent ce dernier, la question très controversée de la Constitution entretient une opposition à la dictature qui ouvre des pistes de politisation. Mais celle-ci ne parvient pas à sortir de l’entre-pouvoirs qui contraint l’exercice non révolutionnaire de la citoyenneté. Après la description minutieuse qui est faite de la campagne entreprise en faveur d’un régime mettant fin à l’arbitraire de la tutelle exercée par le Guomindang, celle de la progressive reprise en main de l’association par la clique CC et par Jiang Jieshi lui-même, jusqu’à la désignation du chef-gangster Du Yuesheng comme président, le confirme avec minutie. L’auteur n’en conclut pas – à la différence des historiens Lloyd E. Eastman et Parks Coble – que la grande bourgeoise d’affaires fut totalement écartée du pouvoir. Elle sut trouver des relais au sein du pouvoir en s’identifiant à la modernisation, à l’industrialisation et à l’indépendance de la Chine. De son côté, l’État-Guomindang eut besoin d’elle, surtout en temps de crise nationale. Mais il la voulut soumise. L’entre-deux fut donc étroitement conditionnel, et l’exercice du politique entre les pouvoirs particulièrement risqué : le journal Shenbao fut suspendu pendant trente-cinq jours durant l’été 1932, Shi Liangcai, assassiné le 13 novembre 1934, et Zhang Jiao’ao, révoqué de son poste de directeur de la Banque de Chine au printemps 1935 au profit de T. V. Soong, proche du groupe dominant dans l’État.

  • 1 Ce contraste rappelle la mise en scène, par Graham Peck, de Chongqing, la capitale de guerre du Gu (...)
  • 2 La région est aux confins de l’un des « clusters » de pouvoirs territoriaux à partir desquels Park (...)

8Ces conditions font que le changement de lieu, d’échelle et pour ainsi dire de temps auquel Pierre-Étienne Will nous convie en une plongée saisissante au cœur de la « Chine jaune » n’exige pas un changement de problématique – d’autant que les réformateurs de Xi’an dont nous suivons le parcours à sa suite sont peu conformes à l’image conventionnelle des élites locales de la période post-impériale. Xi’an, atteinte par le chemin de fer à la fin de 1934 et isolée dans un océan de boue à la saison des pluies, faute d’une bonne route pavée, vieille capitale déchue « centralisant » à grand-peine au cœur de la Chine profonde l’une des « macrorégions » les moins développées sur l’échelle de (G.W.) Skinner, n’est assurément pas Shanghai1. Le jeu des pouvoirs s’y démultiplie sans primauté de ceux qui représentent l’État central et le Guomindang. Les citoyens de l’entre-pouvoirs – des notables éclairés plutôt que de grands bourgeois d’affaires – doivent leurs liens et leurs projets non pas à l’âge d’or mais au grand espoir déçu de 1911 : l’action et l’échec de la « génération de 1911 » appellent à cet égard la comparaison avec la « trajectoire tianjinoise » de Liu Mengyang (Laurent Galy) ou avec celle des milieux réformateurs et militaristes entre lesquels naviguent maints révolutionnaires provinciaux, tel Mao Zedong, éducateur et activiste dans le Changsha des années 1920. Le Guanzhong (la partie centrale du Shaanxi : cf. carte p. 415) est ravagé par une guerre civile quasi permanente entre 1911 et 1930, rançonné par un banditisme endémique et dépeuplé par des poussées de famine récurrente2. De ville en ville se met en place le tableau des réformateurs : ainsi l’ingénieur hydraulicien Li Yizhi, le vétéran du Guomindang Yu Youren, le général Hu Jingyi, des technocrates, des seigneurs de la guerre, des politiciens qu’entouraient des bandits et des « têtes de dragon » du Gelaohui. Pas de marchands, ni d’industriels, ni d’hommes d’affaires, pas de base sociale ou économique pour ces réformes dont ils rêvent, dont ils tracent les plans, mais qui ne connaissent un début de réalisation (avec le canal Longdong) que lorsque la paix revient en 1930 avec l’ordre autoritaire du gouvernement Guomindang. Encore faut-il que cet ordre soit localement assuré par Yang Hucheng, un seigneur de la guerre ayant fait allégeance – de loin – au gouvernement central de Nankin. Le peuple est absent du tableau, à l’exception d’un bref moment, lorsqu’il est invité au début de l’année 1927 dans « Xi’an la rouge » (!), contrôlée par Feng Yuxiang (le principal militariste de la région, alors allié à Moscou et au Guomindang), à venir applaudir les chefs de la « révolution nationale ». Tout juste a-t-on eu le temps d’entrevoir l’attachement d’un Hu Jingyi et de certains de ses camarades à la république. Pierre-Étienne Will voit dans cet épisode exceptionnel « une forme nouvelle mais chinoise de citoyenneté qui cherche à s’élaborer dans un monde extrêmement confus », où les idées de Mencius et du néo-confucéen Li Yong se mêlent au « savoir occidental ». Il est assurément la manifestation, en un moment favorable, d’une déclinaison locale d’un travail citoyen généralement sous contrainte et voué le plus souvent à s’exercer entre les pouvoirs plutôt qu’à s’exprimer au grand jour.

9Retour à Shanghai – à la « base » économique et sociale qui manque aux réformateurs de Xi’an et d’ailleurs – avec « Le troisième âge d’or de l’industrie cotonnière de Shanghai : 1946-1947 », et retour, dans cet essai d’histoire économique que signe Wang Ju, à l’une des bases de l’histoire sociale. La base économique : son absence sur la plus grande partie de la carte chinoise avait nourri le scepticisme anticommuniste de bons esprits réformateurs et progressistes à l’époque même de l’« âge d’or », tout en soufflant aux apprentis marxistes du moment (Chen Duxiu en 1923) l’idée que la clé de l’action sociale était dans la maîtrise du contexte politico-militaire. Tel était l’enjeu initial de la révolution sur le terrain (Mao ne lui donnera qu’en 1927 le tour célèbre que nous avons rappelé plus haut) et tel fut, rappelons-le également, l’un des premiers axiomes de l’histoire sociale de la Chine contemporaine – celui-là même dont Marie-Claire Bergère a considérablement affiné et nuancé la portée. La nécessité d’un tel regard est réaffirmée ici à propos d’un âge d’or oublié, qui n’eut pas, face à la guerre et à la révolution, la portée du premier.

10Il est vrai que cet épisode ne dépassa pas Shanghai, et que la métropole de l’« autre Chine » fut alors dépassée par une autre histoire. C’est dire qu’à Shanghai même il vint trop tard : la guerre civile gagnait du terrain depuis mai 1946, le Guomindang s’enlisait dans les villes, où l’arbitraire, la corruption et les mesures de guerre le coupaient d’une grande partie de la population. Si les cotonnières privées, notamment le groupe Shenxin de la famille Rong, purent tirer leur épingle du jeu et se développer aussi longtemps que les hostilités ne désorganisèrent pas l’approvisionnement, le vaste secteur de la Compagnie de développement de l’industrie textile de Chine, créé en 1945 à la suite de la nationalisation des cotonnières japonaises, fut handicapé par les énormes ponctions de trésorerie opérées par l’État afin de soutenir son effort de guerre. Bientôt engloutie par la guerre civile et l’inflation, cette nouvelle preuve du dynamisme des entrepreneurs shanghaiens et des industries urbaines n’eut aucun des effets contextuels du premier âge d’or. Elle invite cependant les historiens à relier les uns aux autres les épisodes de forte croissance du secteur industriel de la métropole à partir du « bond » de 1917-1921 et à réévaluer le bilan de la politique économique du Guomindang.

11Le monde des ouvriers d’usine, apparu lui aussi au moment du premier âge d’or comme l’un des principaux vecteurs urbains de la modernisation et de la démocratisation, avait été refoulé de l’avant-scène en 1927 par le Guomindang. Nous avons analysé dans l’introduction le caractère exemplaire de sa trajectoire ultérieure. Après avoir perdu ses mentors communistes, la « classe » (au sens que Thompson donnait à ce terme) prend forme par elle-même à travers le dédale des pouvoirs officiels et non officiels du Shanghai des années 1930. De grèves en luttes se poursuit un apprentissage du combat syndical au plus près des pouvoirs locaux, mais à distance de l’État-Guomindang et du Parti communiste : l’autonomie paradoxale qui se fait jour ainsi est une forme en effet exemplaire des contraintes qui pèsent sur l’exercice de la citoyenneté sous la dictature. La guerre et la guerre civile changent ces conditions. Les ouvriers reparaissent sur le devant de la scène, au moins à Shanghai, au printemps 1946. Ce n’est pas le nouvel âge d’or des cotonnières qui suscite leur mouvement, mais bien la rencontre entre l’acquis organisationnel et tactique de la période antérieure et l’ouverture institutionnelle du régime au lendemain de la guerre. En 1946-1947, une lutte politique se déroule au grand jour dans les usines entre les militants du Guomindang et ceux du Parti communiste pour le contrôle des syndicats : âprement disputées, les élections de délégués constituent l’un des premiers exemples d’un combat démocratique d’opinion dans le pays. Les communistes jouent alors pleinement et non sans succès le jeu électoral. Ils ne s’en désintéressent pas moins des luttes ouvrières dès que la victoire change de camp et que la débâcle du Guomindang se dessine.

12La priorité du pouvoir rouge ne va plus à la déstabilisation du régime en place, mais à la négociation avec les entrepreneurs et les notables, dont les révolutionnaires ont besoin afin d’investir les villes et de faire tourner l’économie. Contrairement à la légende des « Martiens » contraints de redécouvrir un monde ouvrier devenu étranger au parti depuis l’exode rural de 1927, le choix de la « bourgeoisie nationale » ne traduit pas l’absence des communistes sur le front ouvrier du « front urbain » mais bien un renversement stratégique. L’amorce de « travail démocratique » apparue en 1946-1947 dans les usines de Shanghai ne tarde pas à en faire les frais. Dans le prolongement de ses études antérieures, Alain Roux analyse cette réaction lors des grèves de la Shenxin n° 9 en février 1948. Elle est encore plus nette à l’occasion des ultimes grèves du printemps 1949, jugées inopportunes par le parti. Le monopole du pouvoir qu’il s’arroge en ne rétablissant pas la (nouvelle) Constitution, suspendue par le Guomindang, ira de pair pendant quelques années encore avec des conditions particulières dont bénéficieront d’autres secteurs de la société. La trajectoire d’autonomie des ouvriers de Shanghai est quant à elle brisée net au seuil de la toute première transformation démocratique de son travail citoyen.

13À la limite des deux régimes, qui est aussi celle où le front avancé de l’histoire rencontre la première génération des études de la ville sous contrôle communiste, Frederic Wakeman poursuit l’enquête fondamentale qui a occupé ses dernières années en apportant d’importantes précisions sur la composition et le comportement politique de la police chinoise de Shanghai. Le contrôle policier de la métropole a été unifié et renforcé après la saisie de la concession internationale par les Japonais en décembre 1941. Le règlement du 13 octobre 1943 instaure ensuite le système de responsabilité mutuelle et d’enregistrement de la population. Cette application urbaine d’un vieux système de contrôle rural (il avait été réactualisé auparavant dans les campagnes par le régime de Nankin) n’en était pas à son premier essai. Elle eut un bel avenir puisqu’elle est fut à l’origine de l’« enregistrement du foyer » (hukou), dont les communistes allaient faire un instrument essentiel du contrôle social dans les villes ainsi qu’entre villes et campagnes (ci-dessous).

14En suivant de près cette « transition » d’un genre particulier, Frederic Wakeman peut analyser un autre de ses aspects : l’infiltration des communistes dans la police. Elle est l’œuvre de Pan Hannian, personnage emblématique d’un entre-pouvoirs particulièrement mystérieux dont cette enquête fascinante dissipe quelque peu l’obscurité. Après la défaite du Japon, le retour du Guomindang dans les villes côtières induit un désordre qui l’apparente à l’arrivée des « carpetbaggers » (politiciens et aventuriers venus du Nord) dans les villes du sud des États-Unis au lendemain de la guerre de Sécession. La mise en coupe réglée de la ville par de petits voyous et de médiocres politiciens sans scrupules discrédite le pouvoir et favorise le noyautage des forces de police par les communistes sous l’impulsion de Pan Hannian et de son adjoint Yang Fan. L’appareil clandestin du PCC prend ainsi contact avec Yang Hu, l’un des massacreurs de communistes à Shanghai après le 12 avril 1927. La préparation du terrain qui facilita le contrôle policier de Shanghai après 1949 eut son équivalent dans d’autres villes, notamment à Tianjin, grâce au travail de militants moins connus. Peut-on parler encore de travail citoyen ? Pan Hannian est assurément un homme du pouvoir, mais il se situe du côté du nouveau pouvoir comme un agent de l’entre-deux. Du moins sa disgrâce (printemps 1955) correspond-elle au moment où le régime referme les interstices sociaux de la transition et supprime les espaces mitoyens. Lui fit-on payer la protection qu’il avait accordée à des capitalistes de Shanghai qui n’avaient pas fui à Taiwan ou à Hong Kong au moment de l’arrivée des communistes ? Ses contacts prolongés avec les « contre-révolutionnaires » permirent en tout cas de le faire passer pour un agent double. Il faut également noter que sa réhabilitation posthume (il mourut en prison le 14 avril 1977) eut lieu dès 1979, au moment où les capitalistes « contre-révolutionnaires » commençaient à bénéficier collectivement d’une « révision des verdicts » et rentraient en grâce.

  • 3 Voir l’ouvrage (déjà mentionné) de Lü Xiaobo et E. Perry (1997).

15C’est précisément un rouage essentiel du contrôle urbain renforcé tout au long des années 1950, le hukou, qui est le sujet de l’enquête sociologique de terrain effectuée par Isabelle Thireau et Hua Linshan. Les instruments de ce contrôle étaient aussi ceux de l’affectation des statuts et de la distribution des ressources : la société maoïste (nous avons mentionné les études qui l’ont établi) croisait les inégalités sociales et les clivages spatiaux au sein des villes ainsi qu’entre villes et campagnes. En faisant surgir sur le terrain des flux (humains et matériels) qui contredisaient la logique d’un tel compartimentage, les réformes économiques en ont miné les éléments complémentaires (en dehors de l’encadrement policier des quartiers et de la gestion policière des « dossiers » personnels) : le rationnement – aujourd’hui disparu, l’allocation autoritaire du travail – aujourd’hui remplacée par le marché, le réseau (en cours de dislocation) des unités de travail et des droits sociaux importants qui y étaient attachés3 – et le hukou. L’enquête montre l’effacement progressif du critère de la résidence, qui en constituait la base, au profit de la réglementation de l’appartenance à la ville. La question délicate des migrants (mingong), ces sans-papiers venus de l’intérieur rural, a joué un rôle décisif dans cette évolution. Avec l’établissement de divers certificats provisoires de résidence et l’apparition d’un hukou bleu étendant les avantages du hukou ordinaire aux migrants qui en font l’achat, le migrant devient citadin -et le citadin, citoyen. Il ne le devient, bien entendu, qu’au sens où les bases de l’organisation statutaire et spatiale du social ont été sapées : l’évolution a fait émerger un concept universel de la citoyenneté et favorisé sa reconnaissance juridique entre 2001 et 2002 ; depuis le 28 juin 2003, une carte d’identité nationale a remplacé la carte de résidence.

16Ainsi, en un sens important – mais en un sens seulement –, l’urbanisation et la reterritorialisation, qui reconstruisent la Chine et la remodèlent de fond en comble, ont d’ores et déjà induit un changement fondamental. Le concept officiel de la citoyenneté (et la « morale civique » qui lui est associée) désignent un changement du mode de gouvernement du social par l’État : il n’implique pas en lui-même une quelconque institutionnalisation de la participation du social au gouvernement. De même que l’extension des procédures légales ne vaut pas État de droit, la forme politique de l’État n’est pas engagée par l’effacement de la distribution spatiale des statuts sociaux. Cette évolution-là – l’établissement démocratique de l’État-nation –, sans nul doute associée à la dimension sociale de cet État, appartient au travail et à l’inconnu de l’histoire. Si nous tournons nos regards vers celle qui s’est produite depuis un siècle, et si nous considérons que la démocratie est une histoire plutôt qu’une formule culturelle, nous pouvons affirmer que cette histoire a bien eu lieu tout au long du siècle. Ancrée dans les réformes institutionnelles de la fin de l’empire, elle s’est localisée dans l’univers de la ville durant la longue période d’indétermination institutionnelle qui a caractérisé le xxe siècle, et c’est à partir de là que se poursuit aujourd’hui son travail. Du moins le travail citoyen incertain et têtu qui, un jour peut-être, parviendra aux formes institutionnalisées que nous appelons la démocratie.

Notes

1 Ce contraste rappelle la mise en scène, par Graham Peck, de Chongqing, la capitale de guerre du Guomindang, dans un livre pénétrant au titre évocateur (Two Kinds of Time) publié en 1950.

2 La région est aux confins de l’un des « clusters » de pouvoirs territoriaux à partir desquels Park Sang-soo (thèse citée ci-dessus) étudie la façon dont les activistes communistes prennent le contrôle du social en évoluant entre les pouvoirs (notamment ceux des sociétés secrètes) au cours des années 1940.

3 Voir l’ouvrage (déjà mentionné) de Lü Xiaobo et E. Perry (1997).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540