Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Première partie. Nouveau monde de la ville et désinstitutionnalisation du politique : la conjoncture citoyenne de l’« âge d’or »

2. Une trajectoire tianjinoise

Liu Mengyang ou la fidélité à l’autonomie locale

Laurent Galy

Texte intégral

  • 1 Michel Vovelle, Théodore Desorgues ou la désorganisation, Aix-Paris, 1763-1808, 1985, p. 8.
  • 2 . Ibid., p. 9-10.

1Retraçant le parcours de Théodore Desorgues, l’auteur des paroles de l’Hymne à l’Être suprême, Michel Vovelle a livré en 1985 une enquête d’histoire, culturelle par ses interrogations (l’artiste dans la Révolution), sociale par sa démarche fondamentale (l’étude des différents milieux dont Desorgues avait été l’expression). Historien quantitativiste, ayant « frayé [sa] trace dans l’histoire sociale et celle des mentalités, en s’attaquant aux traces dormantes de ceux qui n’ont pas laissé de témoignages vraiment individuels, parce qu’ils n’en ont pas eu la possibilité ni les moyens1 », Michel Vovelle empruntait avec cet ouvrage la voie de l’interrogation biographique, « seule apte à éclairer de l’intérieur les cheminements obscurs par lesquels se fait la prise de conscience, et à révéler comment les aventures personnelles sont vécues par ceux mêmes qui font l’histoire, sans avoir conscience de la manière dont ils la font ». Il l’appliquait de surcroît à un héros choisi dans l’élite, malgré l’écueil possible de « retrouver la vieille biographie en se laissant porter trop paresseusement par la richesse documentaire2 ».

  • 3 Le procédé biographique a été choisi comme étude de cas s’inscrivant dans une recherche en cours su (...)

2L’histoire du politique en Chine pourrait s’inspirer de la démarche de Michel Vovelle. D’une part, elle peut être située à l’intersection de deux champs d’étude : l’histoire sociale et l’histoire politique. D’autre part, la « voie de l’interrogation individuelle » peut se révéler féconde aussi à propos de la Chine urbaine de la première moitié du xxe siècle, car les individualités, loin d’y être rares, y foisonnent, et ne sont pas toutes muettes3.

  • 4 Je reprends ici des catégories utilisées par l’historiographie chinoise.

3Entre bien d’autres « activistes sociaux » ou « personnalités locales » du Tianjin de la première moitié du xxe siècle4, Liu Mengyang 劉孟揚 zi Bonian 伯年 (1877-1943), tianjinois de souche, est intéressant en ce que sa carrière – qui s’est tout entière déroulée dans les limites de la province du Zhili, principalement àTianjin – a toujours touché, peu ou prou, au politique : il fut successivement journaliste, député, policier, chef de district (xian 縣), chargé de la mise en place de l’autonomie locale (zizhi自 治) au sein de la municipalité de Tianjin après 1928, directeur d’une institution d’assistance publique. Il se préoccupa de la réforme de l’écriture, intérêt qui touche autant au politique qu’au culturel. Le seul domaine auquel il soit resté complètement étranger fut la sphère économique, celle de la production et des échanges. Sa trajectoire est révélatrice de l’évolution du rapport changeant entre l’État et la société à Tianjin.

  • 5 « L’Association de la jeunesse chrétienne a procédé hier à l’élection de citoyens modèles » 基青 會昨舉行 (...)

4De par sa profession initiale, le journalisme, qu’il embrassa en 1903, et ses divers engagements, Liu acquit progressivement après 1905 une notoriété appelée à être durable, une popularité même. Un palmarès, établi par un vote organisé le 13 mai 1934 par l’Association de la jeunesse chrétienne de Tianjin (Tianjin jidujiao qingnian hui 天津基督教青年會 emca) dans le cadre d’un Mouvement d’éducation des citoyens (Gongmin jiaoyu yundong 公民教育運動), auquel participa environ un millier de Tianjinois invités à désigner les dix citoyens de la ville les plus dignes de leur admiration, le classa au deuxième rang, après Zhang Boling 張伯苓 (1876-1951), le prestigieux fondateur de l’Université de Nankai5.

5Liu Mengyang a beaucoup écrit et sa production a revêtu naturellement un caractère politique. Outre d’innombrables articles donnés aux journaux auxquels il collabora et sa correspondance administrative, dispersée dans les archives d’administrations diverses, son œuvre écrite comprend six titres. Le dernier, publié par lui-même en novembre 1941, Mengyinglu 夢影綠 (Rêves d’une ombre), présente un caractère autobiographique. S’ouvrant sur un chapitre intitulé « Fragments d’une vie passée », qui relève du genre des annales personnelles (zixu nianpu 自敘年譜), il rassemble des textes rédigés entre octobre 1920 et juillet 1941, classés thématiquement en fonction des différentes activités de Liu. Il constitue l’une des sources principales de la présente étude.

Origines et formation (1877-1902)

  • 6 « Huijiao Huizu bian » (De la religion musulmane et de l’ethnie hui) in Mengyinglu, p. 80-81.

6Les origines et la parenté, qui tiennent tant de place dans la littérature biographique chinoise traditionnelle, sont presque passées sous silence dans le Mengyinglu. Quoique, de l’aveu même de Liu Mengyang, un tel document ait existé, aucun registre généalogique n’y est reproduit6. Le nom du père, Liu Zixiang 劉子祥, et le patronyme de sa mère, Feng 馮, ne sont mentionnés qu’une seule fois. Le récit des origines tient en quarante-neuf caractères. Il ne renvoie ni à l’origine géographique (le district de Tianjin) ni à l’origine confessionnelle (la religion musulmane), seule-ment à la pauvreté de la famille :

  • 7 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » (Fragments d’une vie passée) in Mengyinglu, p. 1.

Je suis né au 6e mois de l’année ding-chou, 3e des années Guangxu de la dynastie déchue des Qing [11 juillet-8 août 1877], dans une famille très pauvre : j’ai été mis au monde dans une maisonnette d’à peine une toise de long sur six ou sept pieds de large [environ 3,30 m x 2,30 m]7.

  • 8 Aveu formulé dans une lettre au gouverneur du Zhili datée mars 1924, in Mengyinglu, p. 22-23.

7La pauvreté, il est vrai, n’a jamais lâché Liu. À aucun moment, il ne connut l’aisance, il n’hérita d’aucun patrimoine, d’aucune rente et n’eut d’autres revenus que ses salaires. Sitôt qu’il perd un emploi, il est dans la gêne. Démissionner ne fut jamais pour lui un geste sans conséquence8. Lorsqu’il se réfugie dans la concession britannique de Tianjin, de mars 1926 à juillet 1928, sans emploi, il survit péniblement. Son appartenance à la religion musulmane n’est mentionnée que pour expliquer le début de ses études :

  • 9 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.

Comme ma famille était de confession musulmane, j’entrai à la petite école de la mosquée pour y étudier le Coran en arabe9.

  • 10 « Huijiao Huizu bian », in Mengyinglu, p. 80-81.
  • 11 Li Yuechun, « Tianjin shaoshu minzu juluo jianshu » (Brève histoire de l’établissement des minorité (...)

8Cette discrétion ne doit pas faire croire à un reniement de cet héritage car Liu fut l’un des principaux dirigeants de la Fédération musulmane établie dans les années 1920. Mais il récusait l’idée défendue dans Huizu qingnian zazhi 回族青年雜誌 (Revue des jeunes hui) selon laquelle les musulmans de Chine constituaient une ethnie (huizu 回族)10. L’appartenance à la religion musulmane offrait cependant des réseaux de relations. À la fin de l’empire et sous la république, les musulmans constituaient à Tianjin une communauté plutôt bien intégrée à la société locale. La proportion de clans notables issus de cette communauté était sans rapport avec le nombre de ses membres (environ 30 000 à la fin du xixe siècle)11.

  • 12 « Huijiao Huizu bian », in Mengyinglu, p. 80-81.
  • 13 Ibid.
  • 14 QiZhilu, « JindaiTianjin shaoshu minzu renwu jianjie » (Les personnalités tianjinoises de l’époque (...)
  • 15 Ibid. et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.
  • 16 Elle réadhéra au parti en 1961.
  • 17 Voir Vera Schwarcz, The Chinese Enlightenment : Intellectuals and the Legacy of the May Fourth Move (...)
  • 18 Zhu Zhao-ning et Guy Brossolet (éd.), Chronique d’une illustre famille de Shanghai : les Zhu, 1850- (...)

9L’autobiographie ne met pas davantage en avant l’ancrage séculaire de sa famille à Tianjin, qui n’est évoqué qu’à propos de la réfutation de l’existence d’une ethnie, hui. Les Liu, tianjinois « depuis un siècle12 » – donc depuis 1830 environ – auraient été originaires de Cangzhou 滄州 au Zhili, où, selon la généalogie familiale, le premier ancêtre – lui-même originaire du sud de la Chine – aurait établi la famille vingt générations plus tôt, « avant la dynastie des Yuan (1271-1368)13 ». Au moment de la naissance de Liu Mengyang, le certain degré de notabilité et de prospérité que la famille a peut-être connu à Cangzhou appartenait au passé. La famille avait rejoint le milieu populaire. Le père exerçait le métier de boucher ambulant, débitant à même la rue viande de bœuf et de mouton, très certainement à l’intention d’une clientèle musulmane14. Il tirait de ce petit métier tout juste de quoi subvenir aux besoins d’un foyer qui compta jusqu’à six personnes avec quatre enfants, Liu Mengyang, l’aîné, puis deux garçons, dont le plus jeune, Liu Tiean 劉鐵菴, se fit connaître comme journaliste après le Mouvement du 4 mai, et une fille, Liu Qingyang 劉清揚 (1894-1977)15. Cette dernière jouit d’une notoriété historique plus grande que celle de son frère aîné. Son engagement dans le mouvement patriotique du printemps 1919, aux côtés de ses condisciples de l’École normale de filles du Zhili, son adhésion précoce (1921-1927) au Parti communiste16 lui ont valu un statut de compagne de route et un réseau d’amitiés et de fréquentations. Elle fut la compagne du philosophe Zhang Shenfu à l’époque de leur séjour commun en France17, et aussi, ce qui est moins connu, l’amie de Song Qingling18.

  • 19 Tianjin jindai renwu lu (Dictionnaire des personnalités de Tianjin de l’époque moderne) (ci-après : (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Qi Zhilu, art. cité., p. 180-181.
  • 22 Ibid., p. 181-182.
  • 23 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.
  • 24 Le premier concours avait lieu au chef-lieu du district, le deuxième à la préfecture, le troisième (...)
  • 25 « Qingmo shiyi gaizhi zhi yihen » (La réforme des examens de la fin des Qing : un souvenir amer), i (...)
  • 26 Ibid. De peur de laisser une mauvaise réputation en cas d’échec, il s’était présenté, non sous son (...)
  • 27 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1. À Tianjin, les Boxeurs, soutenus par la po (...)

10À l’école coranique où Liu est placé la 10e année de Guangxu (28/1/1884-14/2/1885) il se fait remarquer par son intelligence. L’année suivante, un devin lui ayant prédit un brillant avenir, son père l’envoie, malgré le coût de la scolarité, dans une « école de famille » (shu 塾) vouée à l’étude des Classiques en vue des concours mandarinaux. La 17e année de Guangxu (9/2/1891-29/1/1892), le lettré alors en vue Gu Shudu 顧叔度 (1855-1915)19, issu d’une famille originaire du Zhejiang, mais installée depuis longtemps à Tianjin, entend parler de lui. Ayant appris la pauvreté de la famille, il propose au père de prendre le fils gratuitement comme élève. Auprès de Gu, Liu eut pour condisciples des rejetons de grandes familles tianjinoises de confession musulmane20 : Mu Shoushan 穆壽山 (1875-1938)21 et Cao Hongnian 曹鴻年 (1897-1956)22. La 19e année de Guangxu (9/2/1893-5/2/1894), il se présente aux concours dits tongzishi 童子式23. Cette série de trois concours qui ne conférait aucun grade, sinon le titre honorifique de xiucai 秀才, visait à sélectionner les candidats appelés à étudier dans les écoles officielles pour la préparation des concours mandarinaux24. C’est un échec. Il tente à nouveau sa chance la 22e année de Guangxu (13/2/1896-1/2/1897). Peut-être eût-il été alors reçu s’il n’avait été sanctionné pour avoir laissé copier le candidat qui composait à ses côtés. Au troisième essai, la 24e année de Guangxu (22/1/1898-9/2/1899), il est classé 10e aux deux premiers concours, premier au troisième25. L’entrée de l’école du district lui est ouverte26. Peut-être dut-il son succès au fait que, la session de l’été 1898 ayant eu lieu en pleine expérience réformiste des Cent jours, l’épreuve traditionnelle de composition (l’amplification en huit parties) avait été remplacée par une dissertation sur une question de politique au concours de la préfecture et à celui de la capitale provinciale. Depuis la guerre sino-japonaise de 1895, Liu s’intéressait de très près aux affaires du pays27.

11Entre son admission à l’école du district en 1898 et 1903, l’année où il obtint son premier emploi de rédacteur au Dagongbao, sa situation est mal connue. Pendant combien d’années poursuivit-il ses études ? Quelles furent ses ressources après la mort de son père, survenue en 1901 ? Il ne sera plus question en tout cas de poursuivre dans la voie des concours impériaux. Cependant ses opinions sont mieux documentées :

  • 28 « Liu shijun xiaozhuan » (Petite biographie de M. Liu) par Yuan Jinxi 袁金錫 (zi Kunpu 昆圃) in Zhi Ci z (...)

Après les troubles des Boxeurs, il dénonce la politique des Qing et prend l’habitude d’exposer son point de vue sur les affaires du moment28.

  • 29 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.
  • 30 Selon Yuan Jinxi (in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a), cet ouvrage fut édité par la société éditr (...)
  • 31 Jian An et Chen Yanchun (éd.), Guan zang Tianjin difang wenxian tiyao mulu 馆藏天津地方文献提要目录 (Catalogue (...)
  • 32 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.
  • 33 Ibid,. p. 3

12De fait, dans l’intention de « mettre en garde ses compatriotes29 », il compose, au lendemain de la révolte, une chronique du soulèvement30 contenant un journal de l’occupation de Tianjin par les Boxeurs entre janvier et juin 1900 et des témoignages sur la période postérieure à la prise de Tianjin31. Jugeant que les troubles étaient dus à l’ignorance d’un peuple trop peu nombreux à bénéficier d’une instruction rendue difficile par la complexité des caractères, il imagine une nouvelle écriture phonétique du chinois (Zhongguo yinbiao xin zi 中國音標新字)32. Plus tard, en 1908, il inventera un système de transcription du chinois en caractères latins, qu’il nommera Zhongguo yinbiao zishu 中國音標字書 (écriture phonétique chinoise)33. Son seul capital est alors un capital culturel, riche des relations que lui vaut son appartenance à la communauté musulmane. L’intérêt qu’il porte aux affaires pratiques, le rejet de la xénophobie des Boxeurs, l’idée que le salut du pays dépend avant tout d’une réforme de l’éducation ne présentent cependant guère d’originalité à l’époque.

Journalisme, activisme réformiste et patriotique, opposition politique (1903-1912)

  • 34 Ibid., p. 2 et « Duiyu zhuyin zimu zhi shangque » (À propos de l’alphabet phonétique), p. 69-78.
  • 35 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.
  • 36 Jian An et Chen Yanchun (éd.), op. cit., p. 188. La « barque de compassion » désigne l’embarcation (...)

13La 29e année de Guangxu (29/1/1903-15/2/1904), il est engagé au Dagongbao 大公報 (L’Impartial) comme rédacteur de la rubrique politique34, peut-être grâce à Gu Shudu, qui en avait été le premier rédacteur en chef. Fondé en juin de l’année précédente par Ying Lianzhi 英歛之 (1867-1926), un lettré catholique d’origine mandchoue, le Dagongbao développait une ligne réformiste (qui ne convergeait pas nécessairement avec l’activisme social des notables de Tianjin). La profession de journaliste donne accès à Liu à la sphère des notables. Il compte parmi les initiateurs de la Société pour les pieds naturels, fondée la 30e année de l’ère Guangxu (16/2/1904-3/2/1905)35, dont le but est l’éradication de la coutume de comprimer les pieds des femmes. En 1911, l’association comptera 296 membres (258 hommes, 38 femmes). Sans enjeu de pouvoir immédiat, très consensuelle, elle représente l’aile marchante de la sphère des notables de Tianjin. L’engagement de Liu à la cause le conduira à publier en 1906 Nüjie cihang (La barque de compassion des femmes), recueil d’exhortations en faveur de l’abandon du bandage des pieds36.

  • 37 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.
  • 38 Kwan Man-bun, The Salt Merchants of Tianjin : State-Making and Civil Society in Late Imperial China(...)
  • 39 Wang Guanhua, In Search of Justice : The 1905-1906 Chinese Anti-American Boycott, 2001, p. 110-111, (...)
  • 40 Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

14Au printemps 1905, l’agitation contre le traité sino-américain interdisant l’immigration chinoise se développe. Liu ouvre alors dans le Dagongbao une rubrique consacrée au traité appelant au boycottage des intérêts américains. Il n’est pas sûr qu’il y ait eu convergence entre cette action éditoriale (à Tianjin, le mouvement se confond largement avec l’activité éditoriale de Liu) et l’engagement des notables et marchands, qui fut assez velléitaire37. Kwan Man-Bun surestime cet engagement, tout comme il surestime l’opposition entre la chambre de commerce –i.e le groupe des marchands fermiers de la gabelle (où il voit un embryon de bourgeoisie) – et le pouvoir. En laissant entendre que dès sa création (début 1905) la Chambre est « une institution qui s’occupe de politique à l’échelle nationale et plus seulement des intérêts économiques locaux38 », il exagère sa capacité d’initiative politique. Selon lui, les marchands de Tianjin auraient répondu avec enthousiasme à l’appel de la chambre de commerce de Shanghai, au boycottage des intérêts américains. Certes, la chambre de Tianjin a voté le boycottage et décidé d’imposer des sanctions à ceux de ses membres qui continueraient de vendre des marchandises américaines. Cependant, comme l’admet Wang Guanhua39, le mouvement anti-américain à Tianjin s’est résumé à l’activisme éditorial de Liu Mengyang. Selon Yuan Jinxi, c’est lui qui, à Tianjin, s’exprima avec le plus de vigueur40.

  • 41 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2 ; Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Par exemple Qi Zhilu, art. cité, p. 173-174.
  • 44 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.
  • 45 Ibid.
  • 46 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.
  • 47 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

15Le gouverneur général du Zhili, Yuan Shikai, hostile par principe à toute participation politique de la société, sut exercer les pressions nécessaires sur les marchands et sur la rédaction du Dagongbao pour faire cesser le mouvement. Il ordonna l’arrestation de Liu Mengyang ainsi que l’interdiction du Dagongbao41. Mais l’homme de confiance de Yuan Shikai à Tianjin, le directeur du Bureau de police de la zone sud de Tianjin (Tianjin nanduan xunjing ju 天津南段巡警局) Zhao Bingjun 趙秉鈞 (1864-1914) chargé d’exécuter cet ordre, intercéda en faveur de Liu pour lui faire obtenir un emploi au Bureau de police42. Certains estiment que Liu s’est laissé acheter à cette occasion43. En réalité, complètement isolé, il n’eut guère le choix : il accepta la proposition en échange de la levée de l’interdiction du Dagongbao. Il devint chef du Bureau du service de jour (Zhirisuoke 直日所課) et secrétaire du Tribunal de police (Jingyanju 警讞局)44. Mais cet épisode le rendit célèbre, ainsi que le Dagongbao45, tout en révélant les limites de son autonomie. On notera premièrement que Zhao Bingjun ne fut pas en mesure d’interdire le Dagongbao « à cause du prestige de ce journal, diffusé bien au-delà de Tianjin46 » (ou qu’il ne le voulut pas) et qu’il n’était pas maître des nominations au Bureau de police, contrôlé par les notables. C’est au président de la chambre de commerce de Tianjin, Wang Zhulin 王竹林 (1856-1939), et au notable local, Mu Chufan 穆楚帆, que Zhao demanda de trouver un emploi au Bureau de police pour Liu47. Il convient donc de nuancer la lecture que Kwan Man Bun fait de l’épisode et ne pas exagérer la portée du conflit entre Yuan et les notables. Il y eut compromis. Pour Liu Mengyang, entrer dans la police ne dut pas représenter un reniement : à l’époque, la police, c’était aussi la réforme et le progrès. De plus, il apparaît que Liu s’est très bien entendu par la suite avec Zhao Bingjun.

  • 48 Avec une brève interruption en 1907, où il démissionne du Bureau de police pour reprendre son emplo (...)
  • 49 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.
  • 50 Ibid. et Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.
  • 51 Liu date sa démission de la fin de la 34e année Guangxu/année wu-shen (2/2/1908-21/1/1909), « Guoqu (...)

16Dès l’année suivante (1906), tout en restant fonctionnaire de la police jusqu’à fin 1908 ou début 190948, il put revenir au journalisme en qualité de gérant du Shangbao 商報 (Journal du commerce), fondé en décembre 1905 par la chambre de commerce49. En 1908, il rejoint à Pékin son patron, Zhao Bingjun, promu secrétaire au ministère de l’Intérieur. Il est nommé conseiller, chargé, semble-t-il, des « services secrets » (canban jiwu 參辦機務)50. Début 1909, la chute de Yuan Shikai entraîne leur disgrâce51.

  • 52 Le scrutin du premier degré se tint du 2 au 16 juillet 1909, celui du deuxième degré, en août.
    Inscr (...)
  • 53 Scrutin du premier degré du 18 au 29 juin 1909, deuxième degré du 16 au 25 août. Liu fut élu au pre (...)

17L’année 1909 se caractérise par une modification de la conjoncture politique et une politisation. L’établissement du Bureau consultatif provincial (Ziyiju 諮議局) et la politique de la Cour provoquent l’apparition d’intérêts divergents au sein du monde des notables de Tianjin – marchands contre clercs (merchant-gentry contre scholar-gentry, pour reprendre les termes de Kwan Man-Bun). Les choix politiques s’opposent : radicalisme révolutionnaire contre conservatisme. Cette même année, Liu fonde son propre journal, le Minxingbao 民興報 (L’Essor du peuple), qui paraîtra jusqu’en 1912. En tant que gérant et rédacteur en chef d’un quotidien, et en tant qu’élu à l’Assemblée du district (Xian yishihui 縣議事會) lors de son premier renouvellement52, il devient un acteur de la politisation. S’il ne passa pas le cap du scrutin du deuxième degré, qui eut lieu au même moment, à l’élection du premier Bureau consultatif provincial53, dont les élus étaient des personnalités ayant plus de surface sociale que lui, il fut porté à la vice-présidence de l’Assemblée du district.

  • 54 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.
  • 55 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.
  • 56 Ibid. et Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.
  • 57 Kwan Man-bun, op. cit., p. 148, citant le Dagongbao du 7/6/1911.

18Son action à la tête de cette instance ainsi que la ligne du Minxingbao restent à étudier, mais on sait qu’entre 1909 et 1911 il est impliqué dans deux épisodes clés de l’histoire politique locale, révélateurs des changements de relations entre le monde des notables de la société tianjinoise et l’État et des divisions internes à la société qui se faisaient jour depuis 1906. En 1909, il est un des délégués désignés par les notables du Zhili pour aller porter à Pékin une pétition demandant la démission du directeur général de la Compagnie du chemin de fer de Tianjin à Pukou (section nord), Li Deshun 李德順, accusé de corruption et de spéculation foncière. La Cour confia l’enquête à Natong 那 桐 (1856-1925), gouverneur général du Zhili par intérim, qui démit Li Deshun de ses fonctions54. Ce fut, dit Liu, « la première fois que le peuple se dressait pour abattre de mauvais fonctionnaires55 ». Cette affaire lui fit côtoyer des radicaux notoires : Sun Hongyi 孫洪伊 (1872-1935), Wen Shilin 溫世霖 (1870-1935) – deux fermiers de la gabelle –, Gu Zhirui 谷芝瑞 et Li Changsheng 李長生56. Ensuite, en juin 1911, il joue un rôle de premier plan dans la protestation qui se développe à Tianjin à la suite du refus du commissaire à la gabelle de la division de Changlu (Chanlu yanyunshi 長蘆鹽運使) Zhang Zhenfang 張鎮芳 (1863-1933) (un parent de Yuan Shikai) de reconnaître les dettes contractées par les marchands fermiers de la gabelle (parmi lesquels, le très influent Wang Xianbin 王賢濱 1856-1939, dirigeant de la chambre générale de commerce de Tianjin) auprès de banques étrangères, qui en réclamaient le recouvrement. Liu est l’une des trois personnalités – avec le directeur d’école Wang Mengchen 王孟臣 et Li Baoheng 李寶恆 zi Zihe 子赫 (1861-1920), marchand de sel et président de l’Assemblée de la ville de Tianjin – portées à la tête d’une Association de défense de Tianjin (Tianjin weichihui 天津維持會) fondée à cette occasion pour soutenir les fermiers de la gabelle57. L’affaire, qui s’était développée depuis 1908, aboutit à la déconfiture des marchands de sel. Le pouvoir central saisit en effet l’occasion pour en finir avec le système d’économie locale centrée sur la ferme de la gabelle et la domination des marchands de sel sur la société tianjinoise. Dix fermiers furent arrêtés et déclarés en faillite. De fait, la société tianjinoise s’était mobilisée contre Zhang Zhenfang (et au-delà contre l’État) avant tout parce qu’elle était préoccupée par la stabilité économique locale. Il paraît donc abusif de suivre Kwan pour faire du groupe des marchands du sel une bourgeoisie montante. En tout état de cause, l’épisode fut sans lendemain, car il n’y eut pas d’évolution à la sichuanaise.

Fonctionnaire à la préfecture de police de Tianjin : les années Yang Yide (printemps 1912-juillet 1918)

19Le Zhili n’eut guère de part à la chute de l’Ancien Régime, qu’il salua avec détachement. Il n’y eut pas de prise de pouvoir révolutionnaire. Les activistes de la Ligue jurée, peu nombreux, ne réussirent pas à entraîner dans l’action les forces de rébellion potentielles : les 6e et 20e divisions (cette dernière commandée par l’hésitant Zhang Shaozeng 張紹曾 [1880-1928]) et la fraction du Bureau consultatif provincial acquise à la révolution. Le pouvoir provincial, arrimé au pouvoir dynastique sous le gouverneur général Chen Kuilong 陳夔龍 (1857-1948), fut solidaire de Yuan Shikai sous Zhang Zhenfang, qui succéda à Chen le 19 décembre 1911. Il fut en mesure d’empêcher toute rébellion, sinon tout désordre. C’est en mars-avril 1912 que les divisions de la société s’exprimeront dans la difficile gestion du maintien de l’ordre. Dans la nuit du 2 au 3 mars, une soldatesque livrée à elle-même attente à la sécurité. L’autorité de Zhang Zhenfang est contestée. Il démissionne le 13 mars. À la suite de ces troubles, les milices, qu’organisent de leur propre initiative et non sans arrière-pensées politiques certains notables, se multiplient. La création, sous l’égide de Yan Xiu 嚴修 (1860-1929) et Wang Shaolian 王劭廉 (1866- ?), d’une Alliance des magistrats et du peuple (Guan min lianhehui 官民聯合會) qui œuvre entre le 12 mars et le 5 avril, met un terme à cette prolifération. Stabilisé à partir de cette date, le nouveau régime établit les conditions superficiellement libérales d’une reprise de la vie politique locale où s’expriment les intérêts antagonistes, articulés par les diverses assemblées des notables originaires des divers districts de la province, d’une part, et de ceux du district et de la ville de Tianjin, de l’autre.

  • 58 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3. Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, (...)
  • 59 « Tenshin hakkô shuyô chûbun hôshi mokuroku/Tianjin faxing zhuyao zhongwen baozhi mulu » 天津发行主要中文报纸 (...)
  • 60 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3 ; Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1 (...)
  • 61 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4.
  • 62 Ibid.

20Après l’insurrection de Wuchang, Liu Mengyang prend parti dans le Minxingbao pour la révolution et la république. Il fait campagne pour la suppression de la natte (sans évoquer l’adoption du costume européen). Cet engagement lui vaut d’être surveillé de près par les autorités locales, qui le font suivre par des espions. À plusieurs reprises, il se serait trouvé dans une situation périlleuse58. À partir d’avril 1912, la répression se relâche et il peut exercer son métier de journaliste avec une certaine latitude. Quand le Minxingbao cesse de paraître en octobre 1912, il s’éloigne du journalisme, non sans avoir participé à la fondation de nouveaux titres, le Baihua wanbao/Tianjin wanbao 白話晚報/天津晚報 (Journal du soir en langue vulgaire/Journal de Tianjin en langue vulgaire [en juin 1912]) et le Baihua chenbao 白話晨報 (Journal du matin en langue vulgaire [en novembre]). Le patron de ces journaux semble avoir été un personnage du nom de Dong Qiufu 董秋甫59. Entre le 19 mars et le 16 avril 1912, au moment où la situation se stabilise, il est nommé chef du Bureau des donations et contributions de Tianjin (Tianjin gongxun juanwu ju 天津工巡捐務局) de la préfecture de police par le chef de la police du Zhili, Yang Yide 楊以德 (1873-1944)60, qui administre aussi le district et la ville de Tianjin. La mission impartie à Liu est de venir à bout de la corruption de ce service61. En 1913, tout en continuant à diriger les contributions62, sur proposition de Yang Yide, il est nommé par Yuan Shikai chef du Bureau d’inspection des services auxiliaires de la Préfecture de police de Tianjin (Tianjin jingchating qinwu ducha zhang 天津 警察廳勤務督察長). Il occupe les deux postes jusqu’à la fin du premier semestre de 1918. Il est impliqué dans l’administration de la ville et du district de Tianjin, mais il est aussi du côté du pouvoir.

  • 63 Xia Qinxi, « Yang Yide qi ren » (Qui était Yang Yide), Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 3, juin 19 (...)

21Yang Yide, engagé dans la police dès 1902, avait été remarqué par Yuan Shikai, qui l’avait nommé à la tête du Bureau d’enquête (Tanfangju 探訪局) en 1906. En 1909, il avait été promu chef de l’Office de police du Beiyang (Beiyang jingwu gongsuo 北洋警務公所63. À partir de l’automne 1913, indéfectiblement loyal à Yuan, il est le relais de sa dictature à Tianjin. Il fut un personnage très corrompu. Le consul général de France notait en mars 1916 :

  • 64 Henry Bourgeois à Alexandre Conty, ministre de la République française à Pékin, 18 mars 1916, fonds (...)

Le chef de la Police est parvenu […] à museler la presse locale, à rendre les clubs silencieux et même à empêcher tout échange d’idées politiques entre les passants circulant dans les rues de la Cité64.

  • 65 Selon Kishi Toshihiko, Liu Haiyan et Zhang Limin (éd.), op. cit., ce titre est paru du 11 octobre 1 (...)

22Entre 1913 et 1916, Yang Yide entretient des relations d’un genre très traditionnel avec les notables les moins politisés. Ce qui ne l’empêche pas de jouer un rôle important dans la protestation contre l’extension de la concession française au quartier de Laoxikai. Liu est absent de ce mouvement, animé par des dirigeants de la chambre générale de commerce, la communauté catholique et des personnalités liées au monde des notables mais assez atypiques comme Song Zejiu 宋則久 (1867-1956). La police ayant joué dans cet épisode un rôle moteur, la discrétion de Liu n’a pas besoin de s’expliquer par un défaut de patriotisme. Après le rétablissement des libertés au second semestre de 1916, il renoue avec le journalisme : il aurait fondé un nouveau journal avec Dong Qiupu, le Tianjin wubao 天津午報65.

Magistrat de district (juillet 1918-mars 1926)

  • 66 Liu Mengyang, in Zhi Ci zhengyao lu, p. 2a.

23Le 5 juillet 1918, Liu Mengyang est nommé par le gouverneur civil du Zhili, Cao Rui, chef du district de Ci (Cixian 磁縣)66 au sud de la province, limitrophe à l’ouest, au sud et au sud-est de la province du Henan – le chemin de fer de Pékin à Hankou traverse le district (gare au chef-lieu). Il y reste un peu moins de six ans, jusqu’en mars 1924, date à laquelle il sera muté à Yongnian 永年, où il restera jusqu’en octobre de la même année. De juin à août 1925, il administrera Wuqiao 吳橋. Son dernier poste de magistrat de district sera celui de Tianjin (décembre 1925-mars 1926), qu’il occupera dans des circonstances politiques exceptionnelles.

  • 67 Zhi Ci zhengyao lu.

24Liu s’est beaucoup plu dans ce rôle d’administrateur. Les sept ans et dix mois que dura sa carrière préfectorale ont été de toute évidence la meilleure période de sa vie, celle pendant laquelle il eut le sentiment à la fois de servir le peuple et de contribuer à la réforme de la Chine. Il fut incontestablement un administrateur modèle, honnête, dévoué, très tôt présenté comme tel, effet, entre autres, de la publication en 1922 et 1923 de sa correspondance administrative67.

25Cette carrière préfectorale se déroule durant la période où la faction politico-militaire dite du Zhili contrôle le nord du pays. La province est alors aux mains des frères Cao (Cao Kun 曹錕, Cao Rui 曹銳, Cao Ying曹鍈) et de leurs hommes de confiance (après que Cao Kun se fut emparé du pouvoir à Pékin). La faction participe à la fragmentation politique de la Chine, mais sa durée permet au moins une certaine stabilité dans le Zhili. Les Cao ont des liens multiples, y compris matrimoniaux, avec les notables de la province, en particulier ceux de Tianjin. Leur régime fut en tout cas moins prédateur que ceux qui lui succéderont à partir de la fin de 1924.

Tableau 1 : Les pouvoirs dans le Zhili (1916-1924)

Tableau 1 : Les pouvoirs dans le Zhili (1916-1924)
  • 1 Contrôleur général des affaires militaires du Zhili (Duban Zhili junwu gongshuzhang 督辦直隸軍務公署長).
  • 2 Inspecteur militaire du Zhili-Shandong-Henan (Zhi-Lu-Yu xunyueshi 直魯豫巡閱使).
  • 3 Chargé de la réorganisation militaire dans le Zhili (Duli Zhili junwu shanhou shiyi 督理直隸軍務善後事宜).

Note 11
Note 22
Note 33

  • 68 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, 1922, vol. 1, p. 1b.

26C’est par Cao Rui, qui le tenait en grande estime, que Liu fut nommé à Ci68.

  • 69 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4.

Ayant accompli avec succès ma mission de venir à bout de la corruption du Bureau des contributions, je fus récompensé par le gouverneur, qui me nomma chef du district de Ci69.

  • 70 Liu Jiasuan, « Huiyi Xin Minyibao », Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 33, sept. 1985, p. 36-54.

27Engagé en milieu rural, Liu ne peut guère participer à l’effervescence de la société urbaine des années qui suivirent le Mouvement du 4 mai. Il ne prend donc pas part aux activités des notables urbains. Pourtant, son expérience préfectorale ne fut pas sans rapport avec cet activisme. Il n’y eut pas de divergence entre son activité à la campagne et celles des activistes tianjinois restés en ville qui entretenaient une mobilisation quasi permanente des associations dans le domaine de la réforme des mœurs (lutte contre le bandage des pieds, la prostitution, la consommation d’opium) et de la promotion de l’instruction (primaire, des filles, obligatoire, etc.), la défense ou la reconquête des droits souverains du pays, la promotion des produits nationaux, les institutions de l’autonomie locale, dont le rétablissement, au niveau du district, fut réclamé obstinément tout au long des années 1916-1924. C’est le programme qu’expose, pendant les quatre ans de son existence, le Xin Minyibao 新民意報 (Le Nouvel « Opinion du peuple »), fondé par Ma Qianli 馬千里 (1885-1930) en 1920, dont Liu Tiean, frère cadet de Mengyang, est un collaborateur70. À Cixian, Liu applique un programme qui apparaît fondamentalement en phase avec les activités des notables urbains des années 1918-1926. Le même programme réformiste est aussi officiellement celui de l’administration. Yuan Jinxi résume de la façon suivante l’action de son ami à Cixian :

  • 71 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

Lorsqu’il eut pris son poste, Liu Mengyang s’employa à réorganiser la police. Il demanda l’envoi de troupes dans son district. Il dirigea à plusieurs reprises des opérations contre les bandits au cours desquelles plusieurs de ceux-ci furent tués ou pris. Progressivement, il réussit à éliminer le banditisme et à rétablir la sécurité. Dans le même temps, il se préoccupa d’éliminer les abus en matière d’administration et de justice. Il écarta tout ce qui ne servait pas le peuple et développa tout ce qui lui était utile. Le climat du district en fut complètement changé et les observateurs purent bientôt présenter Cixian comme un modèle. La sécheresse de 1920 l’obligea malheureusement à suspendre ses réformes. L’élan initial ne fut pas retrouvé. Liu lui-même tomba dans un certain découragement71.

  • 72 Qi Zhilu, art. cité, p. 173. L’information est à vérifier car la chronologie des événements établie (...)
  • 73 Cf. « Duiyu zhuyin zimu zhi shangjue », « Yuzhou zhi da yiwen », in Mengyinglu, p. 69-78 et 85-95.

28Après le mouvement du printemps 1919, Liu aurait désapprouvé l’engagement révolutionnaire de sa sœur et celui de son frère au Xin Minyibao. Par voie de presse, il aurait fait savoir qu’il rompait ses relations avec eux. C’est ce qui lui aurait valu ses nominations au Bureau des donations et contributions et à l’inspection des services auxiliaires de la Préfecture de police par Yang Yide. Par la suite, quand il s’engagea dans la carrière préfectorale, il aurait abandonné la direction du Tianjin wubao à Liu Tiean72. S’il est possible que des difficultés de compréhension mutuelle aient existé entre Liu Mengyang et ses puînés du fait de la différence de génération, les textes que Liu rédige au début des années 1920 ne sont guère éloignés de l’esprit du Mouvement du 4 mai73.

De Cixian à Tianjin (automne 1924-décembre 1925)

29En mars 1924, Liu demande à être démis de ses fonctions :

  • 74 « Bing shengzhang wen », p. 22-23 et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » p. 4, in Mengyinglu.

Le mandat d’un magistrat de district ne doit pas être trop long. S’il est trop court, le magistrat ne peut conduire aucune affaire à son terme. S’il est trop long, sa familiarité avec les gens du pays devient trop grande. Contraint à davantage de circonspection, il devient difficile pour lui de concevoir une action. Il y aura bientôt six ans que le sceau de Ci m’a été confié. Bien que mes relations avec mes administrés soient des plus harmonieuses, il m’est de plus en plus malaisé de satisfaire les vœux de tous74.

  • 75 « Cixian qu si ji » (Textes en mémoire de Cixian), in Mengyinglu, p. 8.
  • 76 Tout en lui proposant le poste de Luanxian 灤縣 au cas où il persisterait dans sa décision.
  • 77 « Bing shengzhang wen », in Mengyinglu, p. 22-23, et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » p. 4.
  • 78 « Bing shengzhang wen », in Mengyinglu, p. 23.
  • 79 « Cixian qu si ji », in Mengyinglu, p. 8-14.
  • 80 Ce district est au nord de celui de Handan 邯鄲 (qui le sépare du district de Ci), limitrophe du Hena (...)
  • 81 Ibid.

30La vérité est que, l’été précédent, l’établissement de l’assemblée du district avait provoqué un conflit entre deux factions. Liu avait échoué à imposer un compromis75. Fut-il trop proche de l’une des factions ? Son autorité en fut-elle sapée ? Pourtant, les notables du district se rendirent à Tianjin pour supplier le gouverneur civil, Wang Chengbin 王承斌 (1873-1936), de ne pas accepter la démission. Le 26 mars, Wang ordonne à Liu de rester à son poste76 mais ce dernier ne consent qu’à différer sa démission de trois mois77. Il quitte Cixian en mai78. La population et les notables lui rendent un émouvant hommage79. Muté à Yongnian80, un district du sud de la province traversé par la ligne de chemin de fer Pékin-Hankou, il n’y resta que cinq mois. Il eut néanmoins à faire face, dix jours après son arrivée, à une crue de la rivière Liulei81. Yang Yide, devenu en juillet 1924 gouverneur civil de la province, le nomme alors contrôleur adjoint du Bureau général de perception des impôts du Zhili (Zhili quan sheng shuiwu jizheng zongju 直隸全省稅務稽征總局).

  • 82 Lettre de l’Assemblée provinciale à la chambre générale de commerce de Tianjin, in Tianjin Shanghui (...)
  • 83 Cf. « Ge pai junfa xiang Jin Zhi shangmin qiangzheng jiyang tongji biao » 各派军阀向津直商民强征给养统计表 (Statist (...)
  • 84 Li Jinglin s’en prend à Song Zejiu dès mars 1925. Il lui extorque 40 000 yuans et fait fermer son e (...)
  • 85 Song Zejiu y trouve refuge jusqu’en mars 1928.

31En novembre 1924, à l’issue de la deuxième guerre entre les factions du Zhili et du Fengtian, le Zhili et Tianjin tombent entre les mains d’un subordonné de Zhang Zuolin, Li Jinglin 李景林 (1884-1933), commandant de la 2e armée du Fengtian. Il est « élu », vers le 15, gouverneur de la province et commandant de la Force de sécurité (Baoan siling 保安司令) par les corporations du Zhili : la chambre provinciale d’agriculture, celle de l’éducation, l’Assemblée provinciale, le syndicat des avocats de Tianjin, bastions conservateurs des notables de la province82. Significativement, la chambre générale de commerce de Tianjin s’abstint de participer à ce vote. Sous Li Jinglin, le Zhili et Tianjin furent soumis à un régime répressif et prédateur. Bien plus que celui de la faction du Zhili, ce régime pressura les marchands : la plupart des plaintes déposées par la chambre de commerce de Tianjin relatives à des extorsions de la part des factions militaires datent de la période allant de novembre 1924 à juin 1928, surtout de l’année 192683. Les espaces d’autonomie concédés par les Cao furent supprimés. Les activités politiques publiques, notamment les « mouvements », tels que celui du 30 mai, furent réprimées. Les activistes sociaux (Song Zejiu, Ma Qianli), poursuivis ou tracassés84, furent contraints de se réfugier dans les concessions85. Certains furent emprisonnés.

  • 86 Li Jinglin cumule le poste de duban et de gouverneur civil à partir du 29 juin 1925, cf. « Li [Jing (...)
  • 87 « Bing shengzhang wen », post-scriptum in Mengyinglu, p. 23.
  • 88 Il se trouve au sud-est de la province, aux limites du Shandong. Le chemin de fer de Tianjin à Puko (...)
  • 89 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4-5 et « Zai Wuqiao xian shishen jianbie xi s (...)

32La période de cohabitation, entre la conquête du Zhili par la faction du Fengtian (mi-novembre 1924) et la démission de Yang Yide (14 décembre 1924) fut évidemment très conflictuelle86. Liu devint otage de la rivalité des chefs. Li tenta de le débaucher. Mais Liu, à la fois par légalisme et par loyauté à l’égard de Yang, refusa les propositions du duban. Probablement en décembre, dans le but d’affaiblir la position de Yang87, Li supprima le Bureau général de perception des impôts du Zhili et expédia Liu à Yongnian. Ce dernier refusa de rejoindre le poste. Il refusa aussi un poste de secrétaire dans le gouvernement provincial que lui offrit Yang. Sans doute cherchait-t-il alors à échapper à un dilemme dangereux. Li Jinglin lui proposa ensuite le poste de chef du district de Jinghai 靜海, puis celui de Wuqiao88. Après les avoir déclinés dans un premier temps, il accepta celui de Wuqiao, à condition d’être nommé par le gouverneur civil, ce à quoi Li Jinglin consentit. Mais, trois mois plus tard (août 1925), les militaires étant intervenus dans les affaires locales et, devant l’inefficacité de ses protestations, Liu démissionna à nouveau89.

Chef du district de Tianjin

  • 90 Jusqu’au 7 avril 1926.
  • 91 TSDH 1912-1928, vol. 4, p. 4360-4361 et 4363.
  • 92 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin à Sun Yue, 31/12/1925 in ibid., p. 4364 et « G (...)
  • 93 Lettre de Liu Mengyang à la chambre générale de commerce relative à un achat de riz et de farine po (...)
  • 94 Lettre de Liu Mengyang à la chambre générale de commerce transmettant un ordre de Sun Yue pour « pr (...)

33Le 23 décembre 1925, les troupes de la faction du Fengtian furent chassées de Tianjin par la 3e armée nationale (Guominjun 國民軍) de Feng Yuxiang commandée par Sun Yue 孫岳 (1878-1928). Le 30 du même mois, ce dernier est nommé contrôleur général des affaires militaires du Zhili et gouverneur civil de la province90. Une parenthèse qui durera jusqu’au 22 mars 1926 s’ouvre dans la domination de la faction du Fengtian à Tianjin et dans la province. Non seulement Sun Yue rétablit les libertés, ce qui rend à nouveau possibles les activités politiques des divers activistes, mais encore la Guominjun favorise clairement le « mouvement populaire », sur lequel elle compte s’appuyer. Dès décembre 1925, Song Zejiu peut organiser un mouvement en vue de la formation d’une Association de préparation de la Conférence nationale (Guomin dahui choubei hui 國民大會籌備會)91. Pendant les trois mois où elle contrôle Tianjin, la Guominjun donne droit de cité aux activismes issus de l’expérience fondatrice des années 1907-1911 (celui de Song Zejiu ou de l’équipe du Xin Minyibao notamment), la tradition du zizhi, dont Liu était l’un des gardiens, et semble réaliser brièvement la synthèse des aspirations de la société tianjinoise. Particulièrement symbolique fut la nomination de Liu Mengyang au poste de chef du district de Tianjin, devenu vacant du fait du changement de régime. Il y fut proposé par des personnalités locales et la chambre générale de commerce92. Dans cette fonction, Liu est une pièce nécessaire du régime de la Guominjun, incontestablement révolutionnaire et, dans une certaine mesure, progressiste. Il incarne la continuité de la tradition de l’autonomie locale. Cependant, son action de deux mois et demi ne fut guère qu’une réponse à l’urgence du moment : pourvoir au ravitaillement de la Guominjun93, mais aussi satisfaire les intérêts factionnels du nouveau pouvoir94.

  • 95 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin aux consuls étrangers à Tianjin, 22/3/1926, ib (...)
  • 96 Chu Yupu devient officiellement duban et gouverneur civil du Zhili le 4 juillet 1926.
  • 97 « Tianjin jieyan qi jian Shanghui lingqu tongxing zhengqi yilanbiao » 天津戒严期间商会领取通行证旗一览表 (Tableau de (...)
  • 98 Hu Junsu et Li Shufen, « Tianjin Qingbang yu diguozhuyi shili de goujie », Tianjin wen shi ziliao x (...)
  • 99 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 5.

34Attaquée par les forces de la faction du Fengtian, en l’occurrence les troupes de Chu Yupu 褚玉璞 (1887-1931), la Guominjun abandonne Tianjin le 22 mars 192695. Jusqu’à la victoire des forces de l’Expédition vers le Nord qui entrent à Tianjin le 13 juin 192896, la ville et la province sont sous l’autorité de ce militaire subordonné de Zhang Zuolin. Le régime de Chu Yupu fut encore plus arbitraire que celui de Li Jinglin. Le 21 décembre 1926, il rétablit la loi martiale qui restera en vigueur jusqu’au 23 juillet 192897. Chu Yupu est en outre lié au chef de la Bande verte à Tianjin Li Dasen 李大森 qu’il nomme à la tête de la police98. Recherché par les hommes de Chu Yupu, Liu se réfugie dans la concession britannique où il vit sans emploi et sans revenus jusqu’à l’arrivée des troupes de l’Expédition du nord99.

Chargé de l’autonomie locale à la municipalité de Tianjin (1928-1933)

  • 100 Donald Gillin, Warlord : Yen Hsi-shan in Shansi Province, 1911-1949, p. 103-117.
  • 101 « Renseignements de la Garde municipale sur la situation à la date du 14 juin, 10 heures », fonds T (...)
  • 102 « Renseignements de la Garde municipale sur la situation à la date du 2 juillet 1928 », in ibid.

35En juin 1928, les forces des seigneurs de la guerre du Nord sont défaites par leurs adversaires du Sud et du Nord coalisés : les forces de l’Expédition du Nord (Beifa) relevant du gouvernement Guomindang de Nankin et les ex-seigneurs de la guerre nordistes, Feng Yuxiang et Yan Xishan, ralliés à la révolution nationaliste. Les forces de l’Expédition du Nord (dont l’offensive avait repris début 1928) ayant été stoppées dans le Shandong par une intervention japonaise destinée à protéger les nordistes, ce sont celles de Yan Xishan qui conquirent le Nord100 et entrèrent les premières dans Pékin. Tianjin fut investi le 13 juin à partir de 21 heures par deux régiments de l’armée du Shanxi, commandés par un subordonné de Yan Xishan, Shang Zhen 商震 (1891-1978). Ils établirent leur cantonnement dans le quartier de Hebei101. La veille, Chu Yupu avait quitté la ville en laissant derrière lui environ 10 000 hommes. Cependant, le 5e corps d’armée commandé par Fang Zhenwu 方振武 qui relevait de Chiang Kai-shek (Nankin), stationnait depuis quelques jours aux portes de Tianjin, à Yangliuqing 楊柳青. Yan ayant confirmé son ralliement au régime nationaliste, Chiang Kai-shek le nomma commandant des garnisons nationalistes de Pékin et de Tianjin. La Chine du Nord est désormais intégrée au dispositif institutionnel de Nankin. Le 25 juin, Tianjin est érigé en municipalité spéciale dont Nan Guixin 南桂馨, un homme de confiance de Yan Xishan, devient le premier maire. Le Parti nationaliste s’installe. Le 1er juillet, le Guomindang procède à une importante opération de propagande : « Dix groupes composés de dix personnes, pour la plupart des étudiants, montés dans des voitures automobiles, parcourent la ville et haranguent la foule dans les points les plus passagers102. » Les thèmes des harangues sont la lutte contre les impérialistes et les communistes, l’abolition des traités inégaux, l’avenir du Guomindang. Le 5 juillet, la province du Zhili est rebaptisée Hebei. Shang Zhen en est nommé gouverneur.

36Cependant, le pouvoir qui se met en place dans le Nord est celui de Yan Xishan. Il ne relève pas directement de Nankin. Durant toute la décennie de Nankin, le nord de la Chine échappe à l’emprise du gouvernement et la situation politique se caractérise par une multipolarité du pouvoir où le Guomindang représente une sorte de co-pouvoir. Les relations entre l’État et la société locale sont conditionnées par la position du pouvoir en place par rapport à Nankin, qui évolue, tout comme le projet, lui-même changeant, du Guomindang. Le pouvoir changea plusieurs fois de mains. Quatre périodes peuvent être distinguées (voir tableau ci-après).

  • 103 Renseignements de la Garde municipale à la date du 9 novembre 1928 », ibid.
  • 104 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 6. Après la victoire des forces de l’Expéditi (...)

37Quoi qu’il en soit des rapports entre le pouvoir en place dans le Nord et Nankin d’une part, le Guomindang de l’autre, les postes stratégiques de la municipalité ne sont plus occupés par des Tianjinois. Une petite place est laissée aux personnalités locales : la gestion du Bureau foncier (Tudiju 土地局) ou celle du Bureau d’administration des affaires des quartiers et villages (Jie cun shiwu guanli chu 街村事務管理處). Liu fait partie des personnalités locales que le pouvoir de Yan Xishan met en avant, dès la fin de 1928, pour acquérir de la légitimité locale face à un Guomindang contestataire. En novembre, il est parmi les dix membres issus de la société tianjinoise nommés par le maire Cui Tingxian 崔廷獻 à un Comité provisoire d’administration municipale (Shizheng linshi weiyuanhui 市政臨時委員會) nouvellement établi103. En décembre, il est nommé secrétaire du Bureau foncier104.

Tableau 2 : Les pouvoirs dans le nord de la Chine et à Tianjin (1928-1937)

Tableau 2 : Les pouvoirs dans le nord de la Chine et à Tianjin (1928-1937)

Chef du Bureau d’administration des affaires des quartiers et villages

  • 105 « Shifu xin weiren zuo yi fabiao » (Publication des récentes nominations à la municipalité), Yishib (...)
  • 106 Voir Zizhi shiwu jianli chu 自治事務監理處 (Bureau de contrôle de l’autonomie), in Tianjin shi tuixing ziz (...)
  • 107 « Pinmin da qingyuan » (La grande pétition des pauvres), YSB, 9 mai 1929, YSB-TZDH, vol. 2, p. 1458 (...)

38En février 1929, c’est à Liu qu’est confié, vraisemblablement à cause de sa double expérience de chef de district et d’élu, le Bureau d’administration des affaires des quartiers et villages105, dont la tâche principale est de mettre en place les institutions de l’autonomie locale dans la municipalité de Tianjin. Il sera à la tête de ce bureau au moins jusqu’à la fin de 1934106. Cependant, comme, pour diverses raisons, l’autonomie locale se fige au point mort à partir de l’automne 1931, il accepte en septembre 1933 la responsabilité de directeur de l’Hospice municipal. Son entrée dans l’édilité n’alla pas sans contestation de la part de l’aile marchante du Guomindang tianjinois. En mai 1929, il est accusé d’avoir tenté de faire supprimer une taxe pour les mendiants (qigai juan 乞丐捐) destinée à financer un atelier des pauvres (pinmin gongchang 貧民工廠). Il est conspué dans des manifestations de rue par des individus qui se présentent comme des ouvriers107.

  • 108 Ces arrondissements étaient différents de ceux qui avaient divisé le district entre 1902 et 1928.
  • 109 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao » (Rapport de stage au Bureau des finances de la municipalité (...)
  • 110 Ce règlement comptait 27 articles. Texte dans Zizhi shiwu jianli chu, in Tianjin shi tuixing zizhi (...)
  • 111 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90835 ; Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, deuxième pr (...)
  • 112 Voir « Règlement provisoire relatif à l’élection des chefs et chefs adjoints de quartier et de vill (...)
  • 113 « Jie cun guanli chu tiyi xinzheng jie cun kaoji guize » 街村管理處提議行政街村考績規則, Yishibao, 20 juin 1929, Y (...)
  • 114 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90836.
  • 115 Cette loi fut « reçue » à Tianjin le 2 juin 1930.
  • 116 « Shi zizhi jiguan de zuzhi » 市自治機關的組織 (Organisation des organes de l’autonomie), in Tianjin shi tu (...)
  • 117 Ibid., p. 43.

39L’autonomie fut mise en place dans le cadre des huit arrondissements de police de la municipalité spéciale108. Le cadre réglementaire, élaboré par la 1re division de la municipalité, dirigée à l’époque par Cui Tingxian, fut de 1929 à octobre 1930 celui donné par le Règlement provisoire de l’organisation des quartiers et des villages de la municipalité spéciale de Tianjin (Tianjin tebie shi jie cun zuzhi zhanxing tiaoli 天津特別市街村組織暫行條例)109, promulgué le 18 janvier 1929110. Établi en référence aux chapitres 5 et 6 de la loi du Gouvernement national sur l’organisation des districts (Xian zuzhi fa 縣組織法), il transposait à Tianjin un dispositif en vigueur dans le Shanxi111 qui divisait les zones urbaines de la municipalité en quartiers (jie 街) et les zones rurales en villages (cun 村) (art. 2 et 3). L’article 4 disposait que les quartiers et les villages comptant au moins 100 foyers devaient avoir un chef de quartier ou de village et un chef adjoint. Quartiers et villages étaient divisés en îlots (閭) regroupant 25 foyers ; les îlots, en voisinages (lin 鄰) de 5 foyers (art. 5). Tout habitant d’un quartier ou d’un village ayant vingt-cinq ans accomplis, « honnête et droit » (pushi gongzheng 樸實公正) et alphabétisé, était éligible aux fonctions de chef et de chef adjoint de quartier ou de village (art. 6). Ces chefs étaient élus par les assemblées des habitants (shimin huiyi 市民會議) (art. 7). Les élections furent organisées au printemps 1929, par le Bureau d’administration des affaires des quartiers et des villages112, dans 291 circonscriptions113. Après l’élection des chefs de quartier et de village, des comités de surveillance des quartiers et villages furent établis (Jie cun jiancha weiyuanhui 街村監察委員會). Au début de l’année 1930, un Comité de nettoyage (Qingjie weiyuanhui 清潔委員會) fut créé, puis une Fédération des quartiers et des villages (Ge qu jie cun lianhehui 各區街村聯合會) et un Office commun (Hezu gongsuo 合組公所)114. La loi sur l’organisation des municipalités (Shi zuzhi fa 市組織法)115, qui fut promulguée en juin 1930, réorganisa le dispositif de 1929 en prévoyant une division en arrondissements (qu 區), quartiers (fang 坊), îlots () et voisinages (lin). Un voisinage devait être constitué de 5 foyers, un îlot de 5 voisinages (soit 25 foyers), un quartier de 20 îlots (soit 500 foyers), un arrondissement de 10 quartiers116, soit un total de 183 quartiers. Les habitants devaient élire au suffrage universel leur chef de voisinage, leur chef d’îlot, leur chef de quartier, leur chef d’arrondissement, ainsi que les délégués de leur quartier à l’assemblée des délégués d’arrondissement. Un changement de nom du bureau tutélaire marqua la reprise à nouveaux frais du projet d’autonomie : en octobre 1930, le Bureau d’administration des affaires des quartiers et des villages fut rebaptisé Bureau de contrôle des affaires de l’autonomie (Zizhi shiwu jianli chu 自治事務堅理處)117.

  • 118 Ibid., p. 274.
  • 119 Ibid.
  • 120 Ibid.
  • 121 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90838.

40La loi sur l’organisation des municipalités prévoyait une mise en place des divers organes commençant par le quartier (réunion des assemblées de quartier, élection des chefs de quartier et constitution des offices de quartier), continuant avec l’élection des chefs d’îlot, puis celle des chefs de voisinage, l’élection des chefs d’arrondissement devant être la dernière opération. Toutefois, dans chaque arrondissement, tout le processus devait être conduit par un chef d’arrondissement provisoire proposé par le maire et nommé par le ministère de l’Intérieur118. L’application de la nouvelle loi fut différée de plusieurs mois. Le processus n’en fut lancé qu’au printemps 1931, par Zhang Xueming 張學銘 (1908-1983), frère cadet de Zhang Xueliang, après qu’il eut accédé, en avril, aux fonctions de maire. Zhang mit l’autonomie au nombre de ses priorités119. Les chefs d’arrondissement provisoires furent nommés et les offices d’arrondissement, constitués en juillet120. L’élection des chefs de quartier eut lieu en octobre. Celle des chefs d’îlot et des chefs de voisinage suivit121.

  • 122 Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, p. 313-314, postface, décembre 1931.
  • 123 Ibid., deuxième préface (Liu Mengyang, août 1931).
  • 124 Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, p. 313-314, postface, décembre 1931.

41En décembre 1931, Liu établit un bilan nuancé de l’action de son bureau : la mise en place de l’autonomie locale a pris du retard du fait de la complexité de la loi, du manque d’argent et des troubles survenus à l’automne qui ont empêché les institutions de fonctionner. « Le processus de mise en place est au point mort122. » À cette date, Liu reste cependant relativement optimiste. Il a fait siennes les critiques formulées sous le nouveau régime à l’encontre de l’autonomie locale d’avant 1928123. Le dévouement des élus lors des événements de l’automne lui paraît de bon augure124. Cependant, il n’y eut pas de relance. En novembre 1933, il est désormais critique :

  • 125 « Tianjin shi shishi zizhi jinxing zhong faxian zhi kunnan yijianshu », mémorandum remis au ministr (...)

L’autonomie a été mise en place à Tianjin conformément à la loi, dont on n’a pas cherché à s’écarter. Mais, après plusieurs années, on a le sentiment que les lois et règlements qui régissent actuellement l’autonomie ne sont pas appropriés à la réalité125.

  • 126 « Tianjin shi zizhi de guoqu yu jianglai », in Mengyinglu, p. 61-68.

42Liu pointe alors six défauts techniques de la loi. Un an plus tard, en décembre 1934, dans le texte d’une allocution destinée à être diffusée par la Radio de l’Association des jeunes de Tianjin (Tianjin Qingnianhui Guangbotai 天津青年會廣播台)126 il en dénoncera plutôt les effets politiques. Critiquant toujours l’irréalisme des règlements, il insistera sur le désintérêt des « classes supérieure et moyenne » (shang zhong shehui 上中社會) pour l’autonomie locale et leur incompréhension sur sa nature. À ses yeux, en désertant ses institutions et en refusant de participer aux élections, elles ont fait le jeu des tyrans locaux et des mauvais notables (tuhao lieshen 土豪劣紳) :

Un bon règlement ne suffit pas, il faut aussi corriger les faiblesses du passé. Pour cela, il faut que les classes supérieure et moyenne s’intéressent à l’autonomie locale, qu’elles s’inscrivent sur les rôles électoraux afin que soient élus de bons candidats.

43Liu cependant se garde bien de contester le discours officiel sur la nécessité de la dictature de tutelle.

Dans la mouvance du Guomindang

  • 127 Liu Jisan et Xie Tianpei, 1988, p. 197 ; Xie Tianpei, 1985, p. 21.
  • 128 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 22/8/1931.
  • 129 Lettre de la Fédération des syndicats ouvriers de Tianjin pour le salut national à la chambre génér (...)
  • 130 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 98, Concession française, Garde municipale, « Bulletin de r (...)
  • 131 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 3/2/1932 ; 15/3/1932.
  • 132 Ibid., carton n° 97, 13/4/1932.
  • 133 L’étude des relations entre Zhou Longguang et la Société des notables tianjinois fait partie du pro (...)
  • 134 « Cheng shizhang wen » (Mémoire adressé au maire), in Mengyinglu, p. 25-27.

44Après l’occupation de la Mandchourie par les Japonais en septembre 1931, la politique du Guomindang à Tianjin s’infléchit de façon significative. La clique CC prit le contrôle de l’organisation du parti et chercha à établir des contacts avec les activistes sociaux de la période précédente. Liu Chenzhang 劉宸章, le musulman Shi Zizhou 時子周 (1879-1967) et Liu Tiean, le frère de Liu Mengyang, furent cooptés dans les instances dirigeantes du Guomindang. Shi Zizhou, en particulier, reçut instruction de susciter, dans la société tianjinoise, des associations dévouées au parti127. Le Guomindang patronna la mobilisation patriotique de forces populaires, (syndicats d’ouvriers et d’employés et petits commerçants). À la suite de troubles suscités en novembre 1931 à Tianjin par les Japonais (dans le but de déstabiliser le pouvoir de Zhang Xueliang dans le nord de la Chine) et de leur agression à Shanghai en janvier 1932, des associations se formèrent : Association anti-japonaise (Fan Ri hui 反日會) dès août 1931128, organisation par douze syndicats ouvriers d’une Fédération des syndicats ouvriers de Tianjin pour le salut national (Tianjin ge ye gonghui jiuguo lianhehui 天津各業工會救國聯合會), le 23 décembre129. Tirant partie de cette mobilisation, le GMD soutint des mouvements sociaux, de début janvier à avril 1932 : mouvement contre l’augmentation des tarifs de la Compagnie des tramways (janvier)130, grèves dans les filatures (février-mars)131, mouvement contre la taxe sur les revenus immobiliers (avril)132, etc. Peu ou prou, cette agitation était aussi dirigée contre Zhang Xueliang ou le maire de Tianjin par intérim, Zhou Longguang 周龍光 (1885- ?) qui avait succédé à Zhang Xueming en novembre 1931, et revélait une dimension politique locale133. Liu joignit sa voix à ce mouvement hostile à Zhou Longguang. Dans un texte daté de décembre 1931, il dénonce avec vigueur la corruption du gouvernement municipal134.

  • 135 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin aux guildes (dont les membres font le commerce (...)
  • 136 TSDH 1928-1937, vol. 2, p. 2381.
  • 137 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 30/05/1932.

45La bourgeoisie tianjinoise – banquiers et éducateurs, dont les porte-parole sont respectivement Wu Dingchang 吳鼎昌 (1884-1950) et Zhang Boling –, se mobilise aussi. Le 4 mars 1932, elle organise une Association pour la collecte de fonds en vue du salut national (Jiuguo jijin hui 救國基金會)135. Mais son action ne présente guère de convergence avec le mouvement populaire, dont elle se méfie. Il apparaît que la chambre de commerce de Tianjin destine l’argent qui doit être recueilli non pas tant à un fonds de soutien à la 19e armée, mais à être distribué aux pauvres de Tianjin, dans le but d’empêcher qu’ils ne soient utilisés par les Japonais136. En même temps, l’action de la bourgeoisie tend à se déployer à l’échelle nationale et sur un mode plus politique, dans la mesure où elle pose la question de la constitutionnalisation. Le mouvement contre les guerres civiles, qui se forme à Shanghai, relayé à partir du 27 mai à Tianjin par Zhang Boling et Wu Dingchang, est porteur de cette demande de constitutionnalisation, mais dans une perspective très élitiste. Significativement, le chef de la police de la concession française y voit « une certaine tendance réactionnaire137 ». Le moment pourrait bien ainsi avoir été celui d’une stratification de l’ancien monde des notables, dont se détache alors une bourgeoisie, et de l’apparition d’options politiques divergentes.

  • 138 Liu Jisan et Xie Tianpei, op. cit., p. 197 ; Xie Tianpei, op. cit., p. 21.

46À partir de 1933, le Guomindang semble être disposé à une attitude plus conciliante à l’égard de la société tianjinoise et du monde des notables, dont il recherche la coopération. C’est dans le cadre de cette politique de rapprochement, caractéristique de la période de l’administration Huang Fu 黃郛 (1880-1936) dans le nord de la Chine (mai 1933-décembre 1934), qu’il faut situer les relations entre l’Association locale de Tianjin (Tianjin difang xiehui 天津地方協會), dont Liu Mengyang est l’un des fondateurs au début de l’année 1933, et le parti, qui l’aurait « contrôlé par l’intermédiaire de Shi Zizhou138 ». Un même type de relations aurait existé avec la Société d’étude de la culture nationale (Guoxue yanjiu she 國學研究社) de Li Tingyu 李廷玉 (1869-1952), un notable tianjinois actif durant la période 1916-1928.

  • 139 « Huijiao huizu bian », in Mengyinglu, p. 79-85.
  • 140 « Duiyu xianfa chugao zhi yijian ji liyou shu » (Mon opinion sur le projet de constitution et mes a (...)

47Dans ce contexte de l’administration Huang Fu, marqué par un certain effacement du Guomindang et une volonté de rapprochement avec la société tianjinoise, notamment avec les Tianjinois de souche, Liu Mengyang ose développer, au printemps de 1933, une critique modérée du régime. En janvier, il développe aussi une intéressante critique de la politique ethnique et religieuse du parti (qui n’est pas sans incidence sur la conception du politique)139. En mai, il dénonce la dictature de tutelle, c’est-à-dire le retard pris par le processus de constitutionnalisation140.

Directeur de l’hospice municipal de Tianjin : de la bienfaisance à l’assistance publique (1933-1939)

  • 141 141 Il abandonne aussi ses fonctions de secrétaire général du Bureau des affaires sociales, « Guoqu (...)
  • 142 Ibid.
  • 143 « Duiyu jinji shiye san nian lai de jingyan ji ganxiang » (Mon expérience des œuvres de secours dur (...)

48Le pouvoir ayant renoncé à relancer l’autonomie locale et l’activité du Bureau de contrôle des affaires de l’autonomie s’étant ralentie, Liu semble s’en être désengagé dans le courant de 1934141. En septembre 1933, il est nommé directeur de l’hospice municipal (Shili jiujiyuan 市立救濟院)142 sur proposition du Comité de surveillance des œuvres de secours de la municipalité (Jinji shiye jianli weiyuanhui 緊急實業堅理委員會)143. Il dirigera cette institution jusqu’en 1939, date à laquelle elle fut détruite par les inondations qui submergèrent une grande partie de la ville cette année-là. Sa nomination s’inscrit dans la politique de l’administration Huang Fu qui cherche à s’appuyer sur la société locale, notamment sur les cadres de la période 1916-1928, même si lui-même porte cette approche de la société tianjinoise plutôt au crédit de Zhang Xueming :

  • 144 Ibid.
  • 145 Ibid.

L’Hospice, tel qu’il existe actuellement doit beaucoup à l’ancien maire Zhang [Xueming], qui donnait beaucoup d’importance aux œuvres de secours : il a alloué à l’Hospice des crédits très importants et a développé considérablement ses activités144. […] Zhang doit être loué parce que, contrairement à beaucoup, il a vu l’importance des œuvres de secours et parce qu’il était d’avis qu’il fallait les confier aux personnalités locales145.

49De tous les postes qu’il occupa, ce dernier fut sans doute celui où Liu éprouva le mieux le sentiment de faire œuvre utile. Il se sentit à l’aise dans l’action caritative.

  • 146 Ibid., p. 102.

50L’hospice municipal était issu de la réorganisation, sous l’égide de la municipalité, d’une œuvre traditionnelle appelée avant 1915 Yulitang 育黎堂, puis, jusqu’à sa reprise par la municipalité en 1928, Jiaoyangyuan 教養院146. Ce n’était pas une œuvre de bienfaisance traditionnelle, gérée par les notables, mais un service de la municipalité. Ses directeurs successifs furent tous des fonctionnaires de la municipalité.

  • 147 « Jiujiyuan hongshui tuoxian ji » (Comment l’Hospice municipal a été mis hors de danger lors de l’i (...)
  • 148 « Jihuai xiaopin » (Petites élégies), in Mengyinglu, p. 137-143.

51La destruction de l’institution par les inondations catastrophiques de 1939 mit Liu au chômage technique et précipita sa retraite147. Refusant toute collaboration avec les Japonais, maîtres de la Chine du Nord à partir de l’été 1937, il ne pouvait espérer reprendre du service. C’est alors qu’il rassembla dans Mengyinglu (publié en novembre 1941) des textes témoins de ses activités passées, auxquels il joignit son autobiographie, ainsi que ses derniers écrits, regroupés sous le titre « Petites élégies », quelques poèmes assez désenchantés composés entre mai 1937 et l’année 1941148.

52Comme beaucoup d’autres notables ou activistes tianjinois, il se retira à Pékin, où il mourut en 1943.

Conclusion

  • 149 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 7.

J’ai atteint à ma vieillesse et je n’ai rien su mener à bonnes fins. Je n’ai pas même réussi à secouer le poids des difficultés de la vie quotidienne. Les gens ne connaissent de moi que l’homme qui a réussi à s’agréger à la société et qui a acquis de la notoriété. Des souffrances que j’ai endurées, ils n’ont pas idée : elles sont au-delà de toute expression149.

53Cette réflexion désabusée date de 1936, mais Liu Mengyang estime quand même qu’il a réussi à « s’agréger à la société » (cishen shehui 廁身社會), c’est-à-dire à accéder à la société des élites de Tianjin. Liu en fait incontestablement partie, non par son patrimoine, mais en raison d’une carrière personnelle. Liu est une figure d’activiste social. Deux moments de sa carrière lui sont restés chers : sa préfecture à Cixian (1918-1924) et son mandat de directeur de l’hospice municipal (1933-1939). Avoir pu dans sa vie endosser le rôle idéal de l’administrateur de district, paternaliste et modernisateur tout à la fois, a représenté pour lui une réussite. Mais c’est à travers son action de secours et d’assistance aux pauvres qu’il estime avoir été le plus utile à la société.

54La participation des personnalités locales à la vie publique est irremplaçable, écrit-il au milieu des années 1930. L’avènement du nouveau régime après 1928 s’étant accompagné d’un afflux de gens non originaires de Tianjin, cette conviction trahit la crainte de beaucoup d’autochtones d’être marginalisés, dépossédés. L’exhortation adressée en 1933 aux « classes moyennes et supérieures » de participer aux élections a la même signification : elle reflète la nostalgie de la configuration société/État qui prévalait à la fin des Qing et au début de la république, la nostalgie d’une sphère des autonomies traditionnelles plus large. Entre 1916 et 1924, cette configuration sembla avoir été restaurée. Il manquait toutefois le rétablissement du dispositif institutionnel des assemblées locales qui avait existé entre 1908 et 1913. L’expérience fondatrice de la tradition politique tianjinoise s’était située entre ces deux dates. Au milieu des années 1930, de toute façon, il ne s’agit plus que de nostalgie. Non seulement le rapport entre la société et l’État s’est déplacé, mais encore la société s’est stratifiée. Des clivages sont apparus au sein des classes moyennes et supérieures. La vision de la bourgeoisie a tendance à se déployer au niveau national et à négliger le local. D’où le sentiment d’abandon qu’éprouvèrent maints activistes sociaux ou personnalités locales des années 1910-1920, dont Liu Mengyang est un exemple.

Bibliographie

ŒUVRES DE LIU MENGYANG

Nüjie cihang 女界慈航 (La Barque de compassion des femmes), Tianjin, Shangbaoguan, 1906.

Tianjin quanfei bianluan jishi 天津拳匪變亂紀實 (Chronique de la sédition des Boxeurs à Tianjin), Tianjin, Minxingbaoshe, s. d. [1909-1912], 2 juan, 80 p.

Zhi Ci zhengyao 治磁正要綠 (Archives de ma préfecture à Ci), Pékin : Jinghua yinshuju, 1922, 2 vol. ; 1923, 3 vol.

Zizhi changshi jiangyi 自治常識講義 (Leçons sur l’autonomie locale), Tianjin : Tianjin Wubaoshe, 1932, 174 p.

Tianjin shi shili jiujiyuan xianxing sheshi ji qi kunnan wenti 天津市市立救濟院現行 設施及其困難 問題 (Règlement actuel de l’Hospice municipal de Tianjin et problèmes rencontrés par celui-ci), Tianjin, mars 1935, 36 p.

Mengyinglu 夢影綠 (Rêves d’une ombre), Tianjin, novembre 1941, 1 + 3 + 1 + 143 p.

Références bibliographiques

Sources en langues occidentales

Gillin, Donald. 1967. Warlord : Yen Hsi-shan in Shansi Province, 1911-1949, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Kwan Man-bun. 2001. The Salt Merchants of Tianjin : State-Making and Civil Society in Late Imperial China, Honolulu (HI), University of Hawai’i Press.

Ministère des Affaires étrangères (MAE), fonds Tientsin-Consulat (Nantes), cartons n° 3, 96, 97, 98.

SchwarcZ, Vera. 1986. The Chinese Enlightenment : Intellectuals and the Legacy of the May Fourth Movement of 1919, Berkeley : University of California Press.

1992. Time for telling truth is running out : Conversations with Zhang Shenfu, New Haven (CT) : Yale University Press.

Vovelle, Michel. 1985. Théodore Desorgues ou la désorganisation, Aix-Paris 1763-1808, Paris, Le Seuil.

Wang Guanhua. 2001. In Search of Justice : The 1905-1906 Chinese Anti-American Boycott, Cambridge (Mass.)/London : Harvard University Asia Center.

Zhu Zhao-ning et Guy Brossolet (éd.). 2002. Chronique d’une illustre famille de Shanghai : les Zhu, 1850-1950 (Souvenirs de Zhu Yi-sheng), Paris, éditions Rive droite.

Sources en langue chinoise ou japonaise

Jian An 翦安 et Chen Yanchun 陈艳春 (éd.). 1996. Guan cang Tianjin difang wenxian tiyao mulu 馆藏天津地方文献提要目录 (Catalogue raisonné des documents relatifs à l’histoire locale de Tianjin conservés à la bibliothèque [municipale de Tianjin]), Tianjin, Tianjin tushuguan.

Hu Junsu 胡君素 et LI Shufen 李樹棻. 1984. « Tianjin Qingbang yu diguozhuyi shili de goujie » 天津青帮与帝国主义势力的勾结 (La complicité de la Bande verte et des forces impérialistes), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 24, p. 220.

Kishi Toshihiko 貴志俊彥, Liu Haiyan 劉海岩 et Zhang Limin 張利民 (éds.). 1998. Tenshin shi bunken mokuroku/Tianjin shi wenxian mulu 天津市文獻目錄 (Catalogue de documents relatifs à l’histoire de Tianjin), annexe, Tôkyô Daigaku Tôyô Bunka Kenkyûjo fuzoku Tôyôgaku Bunken Sentâ.

Li Yuechun 李月春. 1988. « Tianjin shaoshu minzu juluo jianshu » 天津少数民族聚落简述 (Brève histoire de l’établissement des minorités nationales à Tianjin), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 44 (juillet), p. 161-168.

Liu Jiasuan 刘嘉狻. 1985. « Huiyi Xin Minyibao » 回议新民意报 (Souvenirs du Xin Minyibao), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 33, septembre, p. 36-54.

Liu Jisan 刘及三 et Xie Tianpei 谢天培. 1988. « Shi Zizhou qi ren » 時子周其人 (Qui était Shi Zizhou ?), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 44, juillet, p. 191-200.

Qi Zhilu 齐植璐. 1988. « Jindai Tianjin shaoshu minzu renwu jianjie » 近代天津少数民族人物简介 (Les personnalités tianjinoises de l’époque moderne issues de minorités nationales), Tianjin wen shi ziliao xuanji, 44, juillet, p. 169-190.

Tianjin jindai renwu lu (TJJDRWL) 天津近代人物录 (Dictionnaire des personnalités de Tianjin de l’époque moderne). 1987. Tianjin, Tianjin shi difang shizhi bianxiu weiyuanhui zong bianjishi.

Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang 天津市推行自治概況 (État de la mise en place de l’autonomie dans la municipalité de Tianjin). 1931 (décembre). Tianjin.

Tianjin xian tianzu hui 天津縣天足會 (éd.). 1911. Tianjin xian tianzu huiyuan tonghui lu 天津縣天足會員同會錄 (Liste des membres de la Société pour les pieds naturels du district de Tianjin).

Xia Qinxi 夏琴西. 1979. « Yang Yide qi ren » 杨以德其人 (Qui était Yang Yide), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 3, juin, p. 54-65.

Xie Tianpei 谢天培. 1985. « Jiefang qian Guomindang Tianjin shi difang zuzhi de huodong gaikuang » 解放前国民党天津市地方组织的活动概况 (Aperçu des activités des organisations locales du Guomindang à Tianjin avant la Libération), Tianjin wenshi ziliao xuanji, 33, septembre, p. 13-35.

« Tianjin shi Caizhengju shixi baogao » 天津市財政局實習報告 (Rapport de stage au Bureau des finances de la municipalité de Tianjin), ms reprog.

Tianjin shi difang zhi bianxiu weiyuanhui bangongshi/Tianjin tushuguan 天津市地方志编修委员会办公室/天津图书馆. 2001. Yishibao Tianjin ziliao dianjiao huibian 益世报天津资料点校汇编 (Matériaux relatifs à l’histoire de Tianjin extraits du Yishibao). Tianjin shehui kexue yuan chubanshe. 3 volumes.

Yoshizawa Seiichirô (sigles à nous fournir). 2000. « Giwadan no Tenshin shihai to danren shinwa » (sigles à nous fournir) (La domination des Boxeurs à Tianjin et le mythe des milices), Tôyô gakuhô, 81/4, mars, p. 33-63.

Zhongguo xin shixue yanjiuhui 中國新史學研究會 (éd.).1951. Yihetuan 義和團 (Les Boxeurs), Shanghai, Shenzhou guoguang she.

Archives

Tianjin shi Dang’anguan, Tianjin shehui kexue yuan Lishi yanjiusuo, Tianjin shi Gongshangye lianhehui 天津市档案馆, 天津社会科学院历史研究所, 天津市工商业联合会 (éd.). 1992. Tianjin Shanghui dang’an huibian (TSDH) 天津商会档案汇编 (Recueil des archives de la chambre de commerce de Tianjin (1912-1928), Tianjin, Tianjin renmin chubanshe, 4 vol. 1996. (1928-1937), 2 vol.

Communications de Laurent Galy

« Song Zejiu (1867-1956) : les idées et les activités d’un nouveau notable de Tianjin ». Communication présentée dans le cadre du séminaire d’Alain Roux et Yves Chevrier, « Utopie et politique des années 1890 aux années 1930 », EHESS, 28 janvier 1999.

« Les Dizaines du salut national chinois (Zhonghua jiuguo shiren tuan) 中華救國十人團, 1919-1932 : un projet utopique de reconstruction de la nation par le bas ». Communication présentée dans le cadre du séminaire d’Alain Roux et Yves Chevrier, « Utopie et politique des années 1890 aux années 1930 », EHESS, 8 avril 1999.

« Électeurs, éligibles et élus des assemblées et conseils à Tianjin, 1906-1914 ». Communication présentée dans le cadre du séminaire d’Alain Roux et Yves Chevrier, « La politisation du social dans la Chine républicaine : formes et relais », EHESS, 9 mars 2000.

« Le mouvement d’opposition à l’annexion du quartier de Laoxikai à la concession française de Tianjin, 1914-1917 ». Communication présentée à la Journée d’étude sur l’histoire de Tianjin de 1860 à 1937, organisée par le Centre d’études chinoises de l’Inalco, 23 juin 2000.

« L’installation du régime du Guomindang à Tianjin en 1928 ». Communication présentée au colloque « Transitions politiques et sociétés locales en Chine dans la première moitié du xxe siècle », Inalco, 23-24 février 2003.

« Agression japonaise et conflits politiques dans le nord de la Chine dans les années 1930 ». Communication présentée dans le cadre du séminaire d’Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes « Entre guerre et révolution : politique et société dans la Chine des années 1930-1950 », EHESS, 11 juin 2003.

« Les processus de politisation à Tianjin », communication présentée dans le cadre du séminaire d’Yves Chevrier et Xiaohong Xiao-Planes, EHESS, 9 juin 2004.

Notes

1 Michel Vovelle, Théodore Desorgues ou la désorganisation, Aix-Paris, 1763-1808, 1985, p. 8.

2 . Ibid., p. 9-10.

3 Le procédé biographique a été choisi comme étude de cas s’inscrivant dans une recherche en cours sur l’histoire de la construction du politique à Tianjin.

4 Je reprends ici des catégories utilisées par l’historiographie chinoise.

5 « L’Association de la jeunesse chrétienne a procédé hier à l’élection de citoyens modèles » 基青 會昨舉行模範公民選舉(Jiqinghui zuo juxing mofan gongmin xuanju), Yishibao, 14 mai 1934, reproduit in Yishibao Tianjin ziliao dianjiao huibian (ci-après YSB-TZDH), vol. 2, p. 1346.

6 « Huijiao Huizu bian » (De la religion musulmane et de l’ethnie hui) in Mengyinglu, p. 80-81.

7 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » (Fragments d’une vie passée) in Mengyinglu, p. 1.

8 Aveu formulé dans une lettre au gouverneur du Zhili datée mars 1924, in Mengyinglu, p. 22-23.

9 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.

10 « Huijiao Huizu bian », in Mengyinglu, p. 80-81.

11 Li Yuechun, « Tianjin shaoshu minzu juluo jianshu » (Brève histoire de l’établissement des minorités nationales à Tianjin), in Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 44, juil. 1988, p. 164.

12 « Huijiao Huizu bian », in Mengyinglu, p. 80-81.

13 Ibid.

14 QiZhilu, « JindaiTianjin shaoshu minzu renwu jianjie » (Les personnalités tianjinoises de l’époque moderne issues de minorités nationales), Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 44, juillet 1988, p. 173.

15 Ibid. et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.

16 Elle réadhéra au parti en 1961.

17 Voir Vera Schwarcz, The Chinese Enlightenment : Intellectuals and the Legacy of the May Fourth Movement of 1919, 1986.

18 Zhu Zhao-ning et Guy Brossolet (éd.), Chronique d’une illustre famille de Shanghai : les Zhu, 1850-1950, 2002, p. 47.

19 Tianjin jindai renwu lu (Dictionnaire des personnalités de Tianjin de l’époque moderne) (ci-après : TJJDRWL), 1987, p. 296.

20 Ibid.

21 Qi Zhilu, art. cité., p. 180-181.

22 Ibid., p. 181-182.

23 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1.

24 Le premier concours avait lieu au chef-lieu du district, le deuxième à la préfecture, le troisième à la capitale provinciale.

25 « Qingmo shiyi gaizhi zhi yihen » (La réforme des examens de la fin des Qing : un souvenir amer), in Mengyinglu, p. 131.

26 Ibid. De peur de laisser une mauvaise réputation en cas d’échec, il s’était présenté, non sous son ming originel, Shixiang 師向, mais sous un ming d’emprunt, Mengyang (alors noté 夢揚), sous lequel il sera dès lors connu.

27 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 1. À Tianjin, les Boxeurs, soutenus par la population locale, s’en sont pris non seulement aux étrangers, mais aussi aux Chinois originaires des provinces du Sud ainsi qu’aux Chinois de confession musulmane, cf. Yoshizawa Seiichirô, « Giwadan no Tenshin shihai to danren shinwa » (La domination des Boxeurs à Tianjin et le mythe des milices), Tôyô gakuhô, vol. 81, n° 4, mars 2000, p. 33-63.

28 « Liu shijun xiaozhuan » (Petite biographie de M. Liu) par Yuan Jinxi 袁金錫 (zi Kunpu 昆圃) in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

29 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

30 Selon Yuan Jinxi (in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a), cet ouvrage fut édité par la société éditrice du Minxingbao, journal fondé par Liu Mengyang. Il est reproduit in Zhongguo xin shixue yanjiuhui (éd.), Yihetuan, 1951.

31 Jian An et Chen Yanchun (éd.), Guan zang Tianjin difang wenxian tiyao mulu 馆藏天津地方文献提要目录 (Catalogue raisonné des documents relatifs à l’histoire locale de Tianjin conservés à la bibliothèque [municipale de Tianjin]), 1996, p. 9.

32 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

33 Ibid,. p. 3

34 Ibid., p. 2 et « Duiyu zhuyin zimu zhi shangque » (À propos de l’alphabet phonétique), p. 69-78.

35 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

36 Jian An et Chen Yanchun (éd.), op. cit., p. 188. La « barque de compassion » désigne l’embarcation empruntée par les bouddhas et boddhisattvas pour conduire les êtres humains au nirvâna.

37 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

38 Kwan Man-bun, The Salt Merchants of Tianjin : State-Making and Civil Society in Late Imperial China, 2001, p. 124-128.

39 Wang Guanhua, In Search of Justice : The 1905-1906 Chinese Anti-American Boycott, 2001, p. 110-111, 128-129.

40 Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

41 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2 ; Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

42 Ibid.

43 Par exemple Qi Zhilu, art. cité, p. 173-174.

44 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.

45 Ibid.

46 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

47 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 2.

48 Avec une brève interruption en 1907, où il démissionne du Bureau de police pour reprendre son emploi de rédacteur au Dagongbao.

49 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.

50 Ibid. et Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1a.

51 Liu date sa démission de la fin de la 34e année Guangxu/année wu-shen (2/2/1908-21/1/1909), « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3. Yuan Jinxi (in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b) indique une date un peu postérieure : « Liu rentra à Tianjin, après que Zhao eut quitté son poste, la 1re année Xuantong/année yi-you [22/1/1909-9/2/1910]. »

52 Le scrutin du premier degré se tint du 2 au 16 juillet 1909, celui du deuxième degré, en août.
Inscrit dans la première circonscription (Tianjin-ville), Liu recueillit 87 suffrages au premier, 57 au deuxième.

53 Scrutin du premier degré du 18 au 29 juin 1909, deuxième degré du 16 au 25 août. Liu fut élu au premier degré. Il participa au scrutin du second degré en tant que grand électeur.

54 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

55 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3.

56 Ibid. et Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

57 Kwan Man-bun, op. cit., p. 148, citant le Dagongbao du 7/6/1911.

58 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3. Yuan Jinxi in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

59 « Tenshin hakkô shuyô chûbun hôshi mokuroku/Tianjin faxing zhuyao zhongwen baozhi mulu » 天津发行主要中文报纸目录 (Liste des principaux journaux en chinois publiés à Tianjin) in Kishi Toshihiko, Liu Haiyan et Zhang Limin (éd.), Tenshin shi bunken mokuroku/Tianjin shi wenxian mulu 天津市文獻目錄 (Catalogue de documents relatifs à l’histoire de Tianjin), annexe, 1998. Le Baihua wanbao/Tianjin wanbao aurait paru du 9 juin 1912 à 1937, le Baihua chenbao du 18 novembre 1912 à 1937. Certaines indications données dans cette source sont erronées.

60 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 3 ; Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

61 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4.

62 Ibid.

63 Xia Qinxi, « Yang Yide qi ren » (Qui était Yang Yide), Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 3, juin 1979, p. 54-65.

64 Henry Bourgeois à Alexandre Conty, ministre de la République française à Pékin, 18 mars 1916, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 3, Archives du ministère des Affaires étrangères (ci-après MAE).

65 Selon Kishi Toshihiko, Liu Haiyan et Zhang Limin (éd.), op. cit., ce titre est paru du 11 octobre 1916 à 1937.

66 Liu Mengyang, in Zhi Ci zhengyao lu, p. 2a.

67 Zhi Ci zhengyao lu.

68 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, 1922, vol. 1, p. 1b.

69 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4.

70 Liu Jiasuan, « Huiyi Xin Minyibao », Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 33, sept. 1985, p. 36-54.

71 Yuan Jinxi, in Zhi Ci zhengyao lu, vol. 1, p. 1b.

72 Qi Zhilu, art. cité, p. 173. L’information est à vérifier car la chronologie des événements établie dans ce témoignage est tellement incertaine qu’on peut douter de l’authenticité de ses sources.

73 Cf. « Duiyu zhuyin zimu zhi shangjue », « Yuzhou zhi da yiwen », in Mengyinglu, p. 69-78 et 85-95.

74 « Bing shengzhang wen », p. 22-23 et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » p. 4, in Mengyinglu.

75 « Cixian qu si ji » (Textes en mémoire de Cixian), in Mengyinglu, p. 8.

76 Tout en lui proposant le poste de Luanxian 灤縣 au cas où il persisterait dans sa décision.

77 « Bing shengzhang wen », in Mengyinglu, p. 22-23, et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan » p. 4.

78 « Bing shengzhang wen », in Mengyinglu, p. 23.

79 « Cixian qu si ji », in Mengyinglu, p. 8-14.

80 Ce district est au nord de celui de Handan 邯鄲 (qui le sépare du district de Ci), limitrophe du Henan à l’ouest. « Bing shengzhang wen », post-scriptum, in Mengyinglu, p. 23.

81 Ibid.

82 Lettre de l’Assemblée provinciale à la chambre générale de commerce de Tianjin, in Tianjin Shanghui dang’an huibian (1912-1928) (Recueil des archives de la chambre de commerce de Tianjin) [ci-après : TSDH 1912-1928], vol. 4, p. 4347-4348.

83 Cf. « Ge pai junfa xiang Jin Zhi shangmin qiangzheng jiyang tongji biao » 各派军阀向津直商民强征给养统计表 (Statistiques des ravitaillements forcés exigés des marchands du Zhili et de Tianjin par les diverses factions militaires), TSDH 1912-1928, vol. 4, p. 4162-4167 ; « Beiyang junfa hunzhan qi jian Jin Zhi shangmin fudan ge xiang kejuan jianmingbiao » 北洋军阀混战期间津直商民负担个项苛捐简明表 (Tableau des taxes abusives supportées par les marchands de Tianjin et du Zhili pendant la période des guerres entre factions militaires), ibid., p. 4156-4161.

84 Li Jinglin s’en prend à Song Zejiu dès mars 1925. Il lui extorque 40 000 yuans et fait fermer son entreprise, le Shoupinsuo 售品所, pendant trois mois.

85 Song Zejiu y trouve refuge jusqu’en mars 1928.

86 Li Jinglin cumule le poste de duban et de gouverneur civil à partir du 29 juin 1925, cf. « Li [Jinglin] se rend à Shanhaiguan pour rencontrer Zhang [Zuolin] » 李督辦赴山海關迎張 (Li duban fu Shanhaiguan ying Zhang), Yishibao, 30 juin 1925, YSB-TZDH, vol. 1, p. 392-393.

87 « Bing shengzhang wen », post-scriptum in Mengyinglu, p. 23.

88 Il se trouve au sud-est de la province, aux limites du Shandong. Le chemin de fer de Tianjin à Pukou et le Grand Canal le traversent.

89 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 4-5 et « Zai Wuqiao xian shishen jianbie xi shang yanshuoci » (Discours prononcé lors du banquet d’adieu offert par les notables à l’occasion de mon départ de Wuqiao), ibid., p. 24-25.

90 Jusqu’au 7 avril 1926.

91 TSDH 1912-1928, vol. 4, p. 4360-4361 et 4363.

92 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin à Sun Yue, 31/12/1925 in ibid., p. 4364 et « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 5.

93 Lettre de Liu Mengyang à la chambre générale de commerce relative à un achat de riz et de farine pour les troupes, 29/1/1926, TSDH 1912-1928, vol. 4, p. 4372-4373.

94 Lettre de Liu Mengyang à la chambre générale de commerce transmettant un ordre de Sun Yue pour « protéger » les activités de la succursale tianjinoise, récemment fondée, de la Banque du Nord-Ouest dont le président était Chen Jintao 陳錦濤, 18/2/1926, ibid., vol. 4, p. 4359.

95 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin aux consuls étrangers à Tianjin, 22/3/1926, ibid., p. 4348). Elle y demande aux Puissances d’assurer la protection de Tianjin, comme elles l’avaient fait en 1925.

96 Chu Yupu devient officiellement duban et gouverneur civil du Zhili le 4 juillet 1926.

97 « Tianjin jieyan qi jian Shanghui lingqu tongxing zhengqi yilanbiao » 天津戒严期间商会领取通行证旗一览表 (Tableau des laissez-passer obtenus par la chambre de commerce pendant la période de la loi martiale à Tianjin), TSDH 1912-1928, vol. 4, p. 4353-4355.

98 Hu Junsu et Li Shufen, « Tianjin Qingbang yu diguozhuyi shili de goujie », Tianjin wen shi ziliao xuanji, n° 24, p. 220.

99 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 5.

100 Donald Gillin, Warlord : Yen Hsi-shan in Shansi Province, 1911-1949, p. 103-117.

101 « Renseignements de la Garde municipale sur la situation à la date du 14 juin, 10 heures », fonds Tientsin-Consulat, carton n° 96, MAE.

102 « Renseignements de la Garde municipale sur la situation à la date du 2 juillet 1928 », in ibid.

103 Renseignements de la Garde municipale à la date du 9 novembre 1928 », ibid.

104 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 6. Après la victoire des forces de l’Expédition du Nord, Liu peut quitter la concession britannique, où il s’était réfugié. Wang Hefang 王荷舫 (1879-1950), directeur du Bureau des ventes pour le nord de la Chine de la Compagnie minière Kai-Luan, l’embauche comme secrétaire, emploi qui lui permet de survivre pendant les premières semaines qui suivent le changement de régime. En septembre, il est nommé secrétaire au Bureau des services municipaux (Gongyongju 公用局). Il n’a cependant pas le temps de prendre ses fonctions, ce bureau ayant été supprimé quinze jours à peine après sa création.

105 « Shifu xin weiren zuo yi fabiao » (Publication des récentes nominations à la municipalité), Yishibao, 23/2/1929, YSB-TZDH, vol. 2, p. 126. Il est possible que Liu ait cumulé, pendant quelque temps au moins, ce poste et celui de secrétaire du Bureau foncier. Il indique en effet que c’est par la suite qu’il fut nommé chef de la 3e division du Tudiju (chargé de l’impôt foncier et de l’enregistrement), voir « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 6.

106 Voir Zizhi shiwu jianli chu 自治事務監理處 (Bureau de contrôle de l’autonomie), in Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, Tianjin, décembre 1931 ; « Tianjin shi shishi zizhi jinxing zhong faxian zhi kunnan yijian shu » (Mémoire sur les difficultés survenues lors de la mise en œuvre de l’autonomie dans la municipalité de Tianjin) et « Tianjin shi zizhi de guoqu yu jianglai » (Le passé et l’avenir de l’autonomie à Tianjin), in Mengyinglu, p. 54-61 et 61-68.

107 « Pinmin da qingyuan » (La grande pétition des pauvres), YSB, 9 mai 1929, YSB-TZDH, vol. 2, p. 1458-1459.

108 Ces arrondissements étaient différents de ceux qui avaient divisé le district entre 1902 et 1928.

109 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao » (Rapport de stage au Bureau des finances de la municipalité de Tianjin), ms, f° 90835.

110 Ce règlement comptait 27 articles. Texte dans Zizhi shiwu jianli chu, in Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, vol. 1.

111 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90835 ; Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, deuxième préface (Liu Mengyang, août 1931).

112 Voir « Règlement provisoire relatif à l’élection des chefs et chefs adjoints de quartier et de village » 街村長副選舉暫行規則 (Jie cun zhang fu xuanju zhan xing guize), 25 avril 1929.

113 « Jie cun guanli chu tiyi xinzheng jie cun kaoji guize » 街村管理處提議行政街村考績規則, Yishibao, 20 juin 1929, YSB-TZDH vol. 2, p. 130 [6 propositions de Liu relatives à la procédure d’investiture des élus] ; « Les résultats de l’élection des chefs et des chefs adjoints de quartier et de village dans les divers arrondissements » 各區所選舉街村長副結果 (Ge qu suo xuanju jie cun zhang fu jieguo), Yishibao, 4 juin 1929, YSB-TZDH vol. 2, p. 129. Le « Rapport de stage au Bureau des finances de la municipalité de Tianjin » date ces élections du mois d’août (f° 90836).

114 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90836.

115 Cette loi fut « reçue » à Tianjin le 2 juin 1930.

116 « Shi zizhi jiguan de zuzhi » 市自治機關的組織 (Organisation des organes de l’autonomie), in Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, p. 271.

117 Ibid., p. 43.

118 Ibid., p. 274.

119 Ibid.

120 Ibid.

121 « Tianjin shi Caizhengju shixi baogao », f° 90838.

122 Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, p. 313-314, postface, décembre 1931.

123 Ibid., deuxième préface (Liu Mengyang, août 1931).

124 Tianjin shi tuixing zizhi gaikuang, p. 313-314, postface, décembre 1931.

125 « Tianjin shi shishi zizhi jinxing zhong faxian zhi kunnan yijianshu », mémorandum remis au ministre de l’Intérieur Huang Fu lors d’une conférence nationale des agents des municipalités et des gouvernements provinciaux en charge de l’autonomie, in Mengyinglu, p. 54-61.

126 « Tianjin shi zizhi de guoqu yu jianglai », in Mengyinglu, p. 61-68.

127 Liu Jisan et Xie Tianpei, 1988, p. 197 ; Xie Tianpei, 1985, p. 21.

128 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 22/8/1931.

129 Lettre de la Fédération des syndicats ouvriers de Tianjin pour le salut national à la chambre générale de commerce de Tianjin, 5 janvier 1932, TSDH 1928-1937, vol. 2, p. 2364-2365.

130 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 98, Concession française, Garde municipale, « Bulletin de renseignements », 5 janvier 1932.

131 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 3/2/1932 ; 15/3/1932.

132 Ibid., carton n° 97, 13/4/1932.

133 L’étude des relations entre Zhou Longguang et la Société des notables tianjinois fait partie du programme de recherches de l’auteur.

134 « Cheng shizhang wen » (Mémoire adressé au maire), in Mengyinglu, p. 25-27.

135 Lettre de la chambre générale de commerce de Tianjin aux guildes (dont les membres font le commerce des produits japonais), 20 février 1932, TSDH 1928-1937, vol. 2, p. 2420-2421.

136 TSDH 1928-1937, vol. 2, p. 2381.

137 MAE, fonds Tientsin-Consulat, carton n° 97, 30/05/1932.

138 Liu Jisan et Xie Tianpei, op. cit., p. 197 ; Xie Tianpei, op. cit., p. 21.

139 « Huijiao huizu bian », in Mengyinglu, p. 79-85.

140 « Duiyu xianfa chugao zhi yijian ji liyou shu » (Mon opinion sur le projet de constitution et mes arguments), in Mengyinglu, p. 50-53.

141 141 Il abandonne aussi ses fonctions de secrétaire général du Bureau des affaires sociales, « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 6.

142 Ibid.

143 « Duiyu jinji shiye san nian lai de jingyan ji ganxiang » (Mon expérience des œuvres de secours durant ces trois dernières années et mes impressions), in Mengyinglu, p. 98.

144 Ibid.

145 Ibid.

146 Ibid., p. 102.

147 « Jiujiyuan hongshui tuoxian ji » (Comment l’Hospice municipal a été mis hors de danger lors de l’inondation) (1er septembre 1939), in Mengyinglu, p. 123-129.

148 « Jihuai xiaopin » (Petites élégies), in Mengyinglu, p. 137-143.

149 « Guoqu shenghuo zhi yi pianduan », in Mengyinglu, p. 7.

Notes de fin

1 Contrôleur général des affaires militaires du Zhili (Duban Zhili junwu gongshuzhang 督辦直隸軍務公署長).

2 Inspecteur militaire du Zhili-Shandong-Henan (Zhi-Lu-Yu xunyueshi 直魯豫巡閱使).

3 Chargé de la réorganisation militaire dans le Zhili (Duli Zhili junwu shanhou shiyi 督理直隸軍務善後事宜).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les pouvoirs dans le Zhili (1916-1924)
Légende Note 11Note 22Note 33
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2 : Les pouvoirs dans le nord de la Chine et à Tianjin (1928-1937)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Maître de conférences, Institut national des langues et civilisations orientales, département Chine, France.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540