Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Première partie. Nouveau monde de la ville et désinstitutionnalisation du politique : la conjoncture citoyenne de l’« âge d’or »

1. Les élites du Sud-Est et la situation politique aux environs de 1911

Zhang Kaiyuan et Tian Tong

Texte intégral

1L’histoire est comme une pièce de théâtre où se succèdent sans relâche des scènes dont le dénouement est toujours lié au destin des personnages principaux. Aux environs de 1911, les élites du Sud-Est jouèrent un rôle de premier plan dans la société chinoise : ses membres organisèrent l’Association préparatoire au régime constitutionnel (APRC) et des assemblées consultatives provinciales. Ils mirent en train par trois fois des mouvements de pétitions au Trône, participèrent au conflit entre Shanghai et le Hubei, tempérèrent les relations entre le Sud et le Nord, favorisèrent l’accession de Yuan Shikai au pouvoir suprême et proposèrent même des candidats aux différents ministères du gouvernement républicain de Pékin. De fait, ils élaborèrent et remanièrent la politique chinoise de ces années-là. Ils purent devenir des protagonistes de l’histoire à cause de leur implantation géographique, de leurs actions personnelles et des circonstances de l’époque.

Les forces

  • 1 Manuscrit de Qin Hancai 秦翰才, " Zuo Zongtang yu pengliao " 左宗棠与朋僚 (Zuo Zongtang et ses amis), in Sh (...)

2L’entrée en scène des élites du Sud-Est en tant que groupe social singulier fut, en grande partie, déterminée par un ensemble de forces fondées sur des prééminences régionales. Celles-ci s’expriment d’abord sur le plan financier. Au sens strict, le Sud-Est comprend les provinces du Jiangsu, Zhejiang et Fujian. Au sens large, s’y ajoutent celles de l’Anhui, du Jiangxi, du Hubei et du Hunan, ainsi que le Guangxi et le Guangdong. À partir des Song du Sud (1127-1279), l’expansion économique et culturelle de la région, en particulier la diffusion commerciale de ses produits, se fit au détriment du Nord-Ouest. Après les guerres de l’Opium, suivies par l’intrusion des grandes puissances occidentales et l’ouverture au commerce des ports fluviaux et côtiers, et surtout au lendemain du soulèvement des Taiping quand émergèrent des pouvoirs locaux han, l’économie, la culture et même la politique chinoises se déplacèrent vers le sud-est. L’importance du Jiangsu et du Zhejiang, avec Shanghai comme point de rayonnement, ne cessa alors de croître. Dès 1883, à la suite de la vague de faillites résultant des pertes des dépôts de soie, la grande banque traditionnelle Fukang 阜康,, fondée par Hu Guangyong 胡光墉, lettré-marchand du Zhejiang, et plusieurs autres établissements bancaires durent fermer leurs portes, provoquant une panique financière à Shanghai, Hangzhou, Ningpo, Fuzhou, et Hankou1. Au 7e jour du 11e mois cette année, Li Ciming 李慈銘 notait dans son " Journal du Studio de soie grège du Zhejiang " :

  • 2 Li Ciming 李慈铭, " Yuemantang riji " 越缦堂日记, GX/9/11/7, ibid.

On entend dire que le prince Gong et le ministre Wen ont perdu plus d’un million. […] Actuellement, la banque Si Daheng, où sont placés des avoirs privés de la capitale, traverse une grave crise à cause de l’affaire Fukang2.

  • 3 L’abréviation " Jiang-Zhe ", souvent employée dans le texte, désigne les provinces du Jiangsu et d (...)

3Le séisme provoqué dans la capitale par les faillites en chaîne de banques du Jiang Zhe3, entraînant d’énormes pertes, même pour la famille impériale et de hauts fonctionnaires, atteste de la puissance des grands marchands de cette région.

  • 4 Shanghai qianzhuang shiliao, op. cit., p. 88-90.

4En juillet 1910, quand éclata la " crise du caoutchouc " à la Bourse de Shanghai,la maison de crédit Yishanyuan 义善源 (vingt-sept succursales à travers le pays), fondée par le clan Li de Hefei, perdit 14 millions de taëls. Puis les grandes banques traditionnelles, telles Zhengyuan 正元,, Qianyu 谦余, Zhaokang 兆康 et Yuanfeng 源丰, firent faillites à leur tour, ébranlant tous les établissements bancaires et de crédit, grands ou petits. Lorsque les trois grandes banques Siming 四明, Xingye 兴业 et Xincheng 信成 décidèrent d’un commun accord de rester fermées pendant sept jours, elles firent lever un vent de panique sur les marchés de Shanghai et ceux des ports ouverts4. Pour contenir la crise, l’intendant de circuit de Shanghai Cai Naihuang 蔡乃煌 et le gouverneur général du Liangjiang Zhang Renjun procédèrent à des emprunts de 3,5 millions et 2 millions de taëls auprès des banques étrangères (parmi lesquelles la Hongkong and Shanghai Banking Corporation). Mais ce fut comme verser un verre d’eau sur un incendie. La vague de faillites dans le secteur monétaire et tous les autres secteurs d’activité à Pékin, Tianjin ou Hankou, liée à la fermeture des banques traditionnelles du Jiang-Zhe, jetèrent la bourgeoisie de ces régions dans une impasse et finalement les poussa —non sans réticences— vers la révolution. Cette crise accéléra l’effondrement des Qing. La finance shanghaienne, principal pilier des marchés nationaux, se révéla comme le catalyseur de la situation politique globale.

  • 5 Voir Ding Richu, " Xinhai geming qian de Shanghai zibenjia jiejié " (Les capitalistes de Shanghai (...)
  • 6 Chiffres tirés de Wang Jingyu, Zhongguo jindai gongyeshi ziliao (Matériaux pour l’histoire de l’in (...)

5La prépondérance du Jiang-Zhe s’affirme également dans l’économie. Avant 1894, des entreprises industrielles modernes s’étaient déjà établies à Shanghai grâce à des capitaux nationaux. Après la signature du traité de Shimonoseki, des industries anciennement implantées (filatures de soie, de coton, usines de décorticage du riz, ateliers de constructions mécaniques et d’imprimeries, minoteries, manufactures d’allumettes ou de papier) progressèrent remarquablement. Cette croissance alla de pair avec celle de nouvelles entreprises : centrales hydroélectriques, manufactures de tissage de coton, laine, lin, usines de cigarettes, de produits alimentaires, tanneries, huileries, fabriques de bougies et de savon5. Dans l’économie nationale, les capitaux shanghaiens prédominaient : de 1895 à 1913, sur les 594 mines du pays représentant un investissement de 120,288 millions de taëls, on comptait 83 établissements de Shanghai, 13 de Hangzhou, 12 de Wuxi, soit 108 au total, c’est-à-dire presque le cinquième des mines de Chine. Quant aux capitaux (sans même inclure les chiffres des usines nouvellement créées comme à Nantong et Suzhou), ils représentaient dans ce secteur plus du quart des investissements de la période. Entre 1895 et 1910, sur les 19 manufactures de textiles de la Compagnie nationale des marchands chinois (Huashang) dont le capital s’élevait à 10,454 millions de taëls, 16 étaient originaires du Jiang-Zhe et détenaient plus de 80 % des capitaux. En 1911, 33,3 % des 497 448 broches des filatures de coton de Huashang appartenaient à des entreprises de la région de Shanghai ; si l’on inclut les broches des Cotonnades de Nantong et Wuxi, la proportion atteint 44,8 %. Entre 1895 et 1913, le capital total des 97 filatures de soie de Huashang s’élevait à 11,584 millions de taëls. Quarante d’entre elles se trouvaient dans le Jiang-Zhe et détenaient près de 90 % des capitaux. De 1901 à 1903, le port de Shanghai assurait 53,1 % du trafic du commerce extérieur chinois. De 1909 à 1911, le volume du trafic baissa, mais il atteignait encore 44,2 %. Ces quelques chiffres suffisent à illustrer l’essor remarquable de l’économie capitaliste du Jiang-Zhe, son leadership et l’appui qu’elle apportait au pays tout entier6.

6La force ne se limite pas à des aspects économiques, elle réside aussi dans la capacité de mobilisation sociale par les médias d’informations. Au début du xxe siècle, la presse, alors instrument majeur de la communication de masse, connut un essor considérable et Shanghai devint évidemment le pôle de ce nouveau moyen de diffusion des idées. L’ouvrage édité par Ding Shouhe recense 210 titres de périodiques. Parmi les 157 titres publiés avant décembre 1911, 53 (34 %) le furent par des éditeurs étrangers (principalement japonais et de Hongkong) ; 60 (38 %) par des éditeurs de Shanghai et 44 (28 %) par des éditeurs d’autres villes (surtout du Sud-Est). Shanghai se signalait par la diversité, les tirages et l’impact de sa presse, mais aussi comme point de convergence des villes du delta et du bassin du Yangzi, où les autres éditeurs étaient principalement installés. La plupart des journaux en langue chinoise publiés au Japon choisirent aussi Shanghai comme tête de pont de leur diffusion à l’intérieur du pays. Par ailleurs, quelques-uns des plus importants journaux shanghaiens avaient des branches ou des représentations dans beaucoup d’autres villes. Parallèlement, certains journaux publiés hors de Shanghai s’efforçaient d’y installer des bureaux et des filiales afin d’augmenter leurs ventes et leur impact. L’établissement et le fonctionnement de ces organes de presse permirent la formation, à travers un grand nombre de villes (en majorité du Sud), d’un important réseau de diffusion de l’information, dont Shanghai était le centre. Un contemporain remarquait :

  • 7 Tang Wenquan, Lei Tie ji (Recueil de Lei Tie), 1986, p. 277.

Shanghai est le plus ouvert des ports de Chine. Les tendances et les idées de tout le pays en proviennent et s’y diffusent. Que Shanghai exprime une opinion et aussitôt tous les Chinois la suivent. On peut dire que la ville précède les modes. […] Shanghai est le maître de tous, il se soucie des aspirations du peuple mais aussi du destin de la nation tout entière… Comment les Shanghaiens ont-ils pu parvenir à un tel degré de civilisation ? C’est grâce aux faiseurs de l’opinion publique, à ceux qui ont la haute main sur les débats, autrement dit les journaux. Shanghai est le maître du pays et la presse shanghaienne le maître de tout Shanghai7.

  • 8 Tie Sheng, " Jiangsu gaige zhi fangzhen " (Orientations des réformes dans le Jiangsu), Jiangsu, 19 (...)

7Le Jiang-Zhe du début du xxe siècle fut la région où le mouvement révolutionnaire démocratique et national se montra le plus impétueux. En Chine continentale, ce fut l’un des plus importants foyers de la révolution de 1911. L’essor prodigieux de la presse et sa capacité de propagande et de mobilisation y furent étroitement associés. Un lettré patriote du Jiang-Zhe pouvait alors affirmer avec fierté que son pays natal était la " fabrique de la civilisation chinoise ", voire le " cœur de la civilisation "8.

8Les notables-marchands, riches et influents, ne purent se passer de dominer la communication de masse. Le courant constitutionnaliste, représenté par des hommes tels Zhang Jian (1853-1926) et Tang Shouqian (1856-1917), comprit son importance bien avant les révolutionnaires. Dès les Réformes (1895), prenant une part active à l’établissement de sociétés savantes et à la création de journaux, ils travaillèrent l’opinion et se lancèrent dans la propagande et l’agitation. Au cours de l’automne 1897 (23e année de l’ère Guangxu), dans une lettre à Wang Kangnian, directeur de la rédaction du Shiwubao (" Journal des affaires contemporaines "), Zhang Jian écrivait :

  • 9 " Zhi Wang Kangnian han zhe shi " 致汪康年函之十 (dixième lettre adressée à Wang Kangnian) in Zhang Jian (...)

Si le débat s’affaiblit et perd de sa vivacité première, il faut s’ingénier à lui redonner de la vigueur et à l’amplifier9.

9Tang Shouqian critiqua également Wang Kangnian dans un courrier :

J’ai lu récemment votre journal, quel dommage de n’y trouver aucun texte polémique !

  • 10 " Wang Rangqing xiansheng shiyou shuzha " 汪穰卿先生师友书札 (Correspondance de M. Wang Rangqing à ses maît (...)

10 Plein d’enthousiasme, il lui présenta en outre un projet afin d’améliorer le contenu des articles et augmenter les ventes du Shiwubao10. En 1906, quand fut fondée l’Association préparatoire au régime constitutionnel, des titres influents comme le Shenbao (Journal de Shanghai), le Shibao (Le Temps), le Dongfang zazhi (L’Orient), servirent de chambres d’écho au mouvement constitutionnaliste. Zhang Jian était tout particulièrement lié au Shibao, dont le directeur, Di Baoxian, était en réalité son meilleur auxiliaire dans le monde de l’information. Lei Fen, l’un des directeurs de rédaction, était aussi la cheville ouvrière de l’APRC ; quand par la suite il sera élu député à l’Assemblée consultative du Jiangsu, il agira en accord total avec Zhang Jian et ses amis. À l’origine, c’était le Parti pour le maintien de l’empereur (Baohuangdang) de Kang Youwei et Liang Qichao qui avait créé et soutenu financièrement le Shibao pour en faire un organe d’opinion sur le sol chinois. Mais, contre toute attente, il tomba si vite dans le giron de Zhang Jian et les siens que Xu Qin et Tang Juedun s’emportèrent contre Di Baoxian, qu’ils qualifièrent de " traître au parti [pour le maintien de l’Empereur] ". Ils estimaient :

  • 11 " Shang fuzi da ren shu " 上夫子大人书 (Lettre à mon excellent maître) 3e jour du 12e mois de l’année Di (...)

Le Shibao dépend entièrement de Zhang Jian et Zeng Zhu, à telle enseigne que les étrangers disent que c’est un organe [de l’Assemblée consultative] du Jiangsu, non un journal du Guangdong, moins encore une publication de notre parti11.

11Ces lignes montrent que la capacité de ralliement de Zhang Jian et de l’APRC surpassait déjà celle de Kang Youwei et Liang Qichao, exilés au Japon, et de l’Institut d’information politique, qu’ils avaient fondé. Zhang Yuanji 张元济, le véritable directeur de Dongfang zazhi, était également l’un des dirigeants de l’APRC. À la fin des Qing, il mit en place le Comité central d’éducation avec Zhang Jian. Meng Sen 孟森, directeur de rédaction de cette même revue et très fidèle collaborateur de Zhang Jian, fut également secrétaire général de l’Assemblée consultative du Jiangsu. Les principaux journaux de Shanghai se firent donc, à différents degrés, les porte-parole des grands notables-marchands du Sud-Est. Ils influencèrent de nombreuses publications de moindre importance et s’imposèrent comme leaders de l’opinion publique, à un moment où la diffusion et le lectorat du Dibao 邸报 (" La Gazette de Pékin ") et des journaux officiels de province stagnaient et que leur contenu n’était guère apprécié du citoyen ordinaire.

12L’APRC se préoccupa en particulier de diffuser des connaissances sur la Constitution, en vue de quoi elle s’engagea dans l’édition d’ouvrages populaires à diffusion nationale. Ainsi, la première version du Bréviaire du citoyen (Gongmin bidu 公民必读), de Meng Zhaochang 孟昭常, fut réimprimée vingt-sept fois. Dix mille exemplaires furent vendus en une seule souscription au Henan et 100 000 de la deuxième version le furent également dans le Guangxi. Les commandes passées par les chambres de commerce des différentes villes ne furent pas en reste. Les ouvrages de vulgarisation des connaissances sur la Constitution rédigés par Meng Sen et Yang Tingdong 杨廷栋 étaient également très populaires dans toute la Chine. Les élites du Sud-Est contrôlaient déjà les journaux les plus influents ; la communication de masse leur apporta une aide supplémentaire dans leur effort de mobilisation sociale.

13Le Journal de l’APRC, les divers journaux des marchands et les publications de leurs organisations, les organes officiels des sociétés d’éducation et des associations d’autogouvernement local contribuèrent partout au prestige de Zhang Jian, Tang Shouqian et des élites du Sud-Est. Un battage enthousiaste en fit des personnages publics, des " célébrités du Sud-Est ", leaders de l’opinion populaire. Tang jouissait déjà d’une grande réputation dans les milieux intellectuels. Ses interventions en faveur du Pacte de défense mutuelle du Sud-Est, dans les luttes pour la restitution des droits de construction du chemin de fer du Zhejiang, puis dans les violents conflits de protection des droits ferroviaires, lui valurent de devenir un personnage célèbre à l’échelle nationale. Ainsi que le souligne Shina Kakuichirée 支那钰一郎 :

  • 12 Shina Kakuichirée " Zhejiang fengchao – Tang Shouqian " 浙江风潮 – 湯寿潜 (Les trorubles du Zhejiang : Ta (...)

La grande affaire de sa vie, ainsi que chacun le sait, est la pugnacité dont il fit preuve au moment des luttes en faveur des chemins de fer du Zhejiang. Mais il y a une chose moins connue qui la surpasse. Laquelle ? Le Pacte de défense mutuelle du Sud-Est, au moment du soulèvement des Boxeurs. […] À l’époque, ses connaissances ne valaient pas celles des autres personnalités du Sud ; mais sa mission était de courir partout ; c’était un négociateur habile, il était là plus brillant que les autres12.

14Dans ses mémoires, Zhang Jian crédite Tang Shouqian d’avoir été le premier à préconiser le Pacte de défense mutuelle du Sud-Est :

  • 13 " Tang Zhexian xiansheng jiachuan 汤蛰仙先生家传 (Histoire familiale de M. Tang Zhexian) ; " Seweng zidin (...)

Au moment des rébellions des Boxeurs en 1900, si le pays n’a pas été anéanti par les armées des Huit puissances, c’est parce qu’il a poussé Liu Kunyi, gouverneur du Liangjiang, et Zhang Zhidong, gouverneur du Lianghu, à conclure le Pacte de protection mutuelle du Sud-Est. Sa contribution fut considérable. L’initiative venait vraiment de lui13.

15Si le Pacte assit la notoriété de Zhang Jian et Tang Shouqian, ce sont les résultats tangibles obtenus au moment de la construction des chemins de fer du Zhejiang et des luttes enfiévrées pour la défense des droits ferroviaires qui encouragèrent Tang dans la voie de l’intransigeance et firent de lui l’une des personnalités les plus brillantes de l’actualité chinoise de l’époque. En résumé, les élites du Sud-Est progressèrent d’un grand pas en faisant cas de la presse d’information et de l’opinion publique.

Le groupe

  • 14 Wang Xiaotong, Zhongguo shangye shi (Histoire du commerce chinois), 1936, p. 22.

16L’essor industriel alla de pair avec l’apparition dans le Jiang-Zhe de grands entrepreneurs extrêmement actifs. La puissance économique d’hommes comme Zhang Jian, Yan Xinhou 严信厚, Shen Yunpei 沈云沛, Xu Dinglin 许鼎霖, Pang Yuanji 庞元济, Zhou Tingbi 周廷弼, Zeng Zhu 曾铸, Zhu Dachun 祝大椿, Zhu Zhiyao 朱志尧, Ye Chengzhong 叶澄衷 et d’autres fascina les contemporains. Administrativement, les provinces du Jiangsu et du Zhejiang relevaient de deux juridictions distinctes : l’une du gouverneur du Liangjiang, l’autre du gouverneur du Minzhe. Mais, sur le plan économique, elles étaient unies par des liens très étroits. Parallèlement, bien que les entreprises capitalistes modernes fussent concentrées dans le Jiangsu, les marchands du Zhejiang, arrivés à Shanghai dès l’ouverture du port, occupaient de fait une position dominante dans l’économie grâce à de solides fortunes bâties d’abord dans les filatures et les chantiers navals, renforcées ensuite par des investissements dans la banque14. À Shanghai, les capitalistes du Zhejiang contrôlaient les quincailleries, la production de soie brute, du sucre, des produits de la mer, le cuivre et l’étain, les forges, les transports maritimes, les soieries, les produits médicinaux, les bijouteries. Leur influence se faisait sentir aussi dans de nombreuses régions de Chine. Par exemple, Yan Zijun 严子均, le fils de Yan Xinhou, avait des affaires à Shanghai, Pékin, Tianjin, Hankou, Canton, Fuzhou, Hongkong, Shantou, Xiamen, Hangzhou et Ningpo. Ces capitalistes du Jiang-Zhe composaient justement la majeure partie des élites du Sud-Est. Elles formaient un groupe soudé par une alliance où se combinaient relations personnelles, intérêts économiques et opinions politiques.

  • 15 " Guangxu zhengyao " 光绪政要 (Principaux documents politiques du règne de Guangxu), section 7, entrep (...)
  • 16 Tableau sur l’origine sociale des fondateurs des compagnies de défrichement agricole et pastoral d (...)
  • 17 Tableau de l’industrie des filatures industrielles chinoises au début de l’essor du capitalisme na (...)

17Une origine sociale identique et l’amitié peuvent engendrer une familiarité très particulière. Ce facteur psychologique est le lien fondamental qui attachait les membres de ce groupe. La bourgeoisie chinoise naissante et les hommes d’affaires sont couramment désignés par le terme " notables-marchands " (shenshang 绅商), eux-mêmes se qualifiant de " fonctionnaires-marchands " (zhishang 职商). Pourtant, ce n’étaient ni des notables traditionnels ni de purs capitalistes de l’industrie ou du commerce. C’étaient des notables engagés dans des entreprises industrielles ou commerciales, des capitalistes pourvus de diplômes mandarinaux, de grades officiels et de privilèges. Dans l’histoire moderne, la figure du notable qui devient marchand est très répandue. Par exemple, Yan Xinhou, fonctionnaire de 3e grade et intendant suppléant du circuit du Zhili, fonda au Zhejiang, l’usine d’égrenage de coton Tongjiuyuan 通久源 ; Xiao Yonghua 萧永华, fonctionnaire de 3e grade, vice-directeur au ministère de la Guerre, fut le fondateur de la Compagnie de l’eau de Shantou au Guangdong ; Liu Shiheng 刘世珩, fonctionnaire de 2e grade, conseiller de droite au ministère des Finances, fut à l’origine de la Société de défrichement Guichi 贵池 dans l’Anhui ; Shi Lüjin 史履晋, censeur impérial, fonda la Compagnie d’éclairage électrique des Marchands chinois de la capitale ; Cheng Zufu 程祖福, fonctionnaire de 2e grade et intendant suppléant du circuit du Fujian, créa l’entreprise Qinghua dans le Henan. Un mémoire au Trône émanant du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, daté du 23e jour du 12e mois de la trente-troisième année de l’ère Guangxu (1907), souligne les " réussites remarquables " de ces sociétés15. Entre 1901 et 1907, 22 entreprises de défrichement furent créées dans les provinces. On connaît les fondateurs de 21 d’entre elles : 5 étaient des fonctionnaires du gouvernement, 8 des notables et autant des marchands. La proportion de fonctionnaires et de notables dans ces entreprises était donc de 61,9 %16. Les notables-marchands furent également prépondérants aux premiers jours de l’industrie cotonnière chinoise. Entre 1890 et 1910, parmi les 26 nouvelles entreprises créées dans ce secteur, 14 furent par des fonctionnaires et des lettrés, ce qui porte (sans compter les deux filatures de Zhang Jian) la proportion à 58,3 %17. Tous étaient étroitement liés à la Cour.

  • 18 Zhang Pengyuan, " Lixianpai de jieji beijing " (Les classes d’origine des constitutionnalistes) in (...)

18Une carrière mandarinale semblable contribua certainement à modeler ce groupe. Parmi les 1 643 membres élus des 21 assemblées consultatives provinciales, 89,13 % avaient été lauréats des examens (4,35 % docteurs, 21,27 % licenciés, 28,73 % élèves impériaux, 34,78 % bacheliers). Le président de l’Assemblée consultative du Jiangsu, Zhang Jian, les vice-présidents, Jiang Bingzhang 蒋炳章 et Chou Jiheng 仇继恒 étaient tous trois docteurs, comme le président et les vice-présidents de l’Assemblée consultative du Zhejiang, Chen Fuchen 陈黻宸, Chen Mingxia 陈明 夏 et Shen Junru 沈钧儒18.

  • 19 Bureau de rédaction de l’histoire des entreprises de M. Zhang Jizhi 张季直先生事业史编纂 in Dasheng fangzhi (...)

19L’amitié construite sur la base d’une collaboration économique contribue à resserrer les relations à l’intérieur d’un groupe. Ainsi, Xu Dinglin 许鼎霖 fonda avec Zhang Jian la verrerie Yaoxu 耀徐 à Xuzhou, une usine de crayons à Zhenjiang, la biscuiterie Ganfeng 赣丰 à Xuzhon, la Société des ateliers de porcelaine de Jingdezhen, la Société des vapeurs Dada 大达 à Shanghai, où Zhangjian était aussi actionnaire des filatures Dasheng 大生 ; Liu Jinzao 刘锦藻 créa avec ce dernier la Société des quais Dada de Shanghai et Wang Qingmu 王清穆 investit dans les deux filatures Dasheng19. Quasiment tous les administrateurs de l’APRC furent en relation commerciale directe avec Zhang Jian. Quelques mois avant la création de celle-ci, Zhang Jian créa avec Zhou Tingbi 周廷弼, Di Baoxian et d’autres la Compagnie du livre chinois pour protéger les " droits à l’éducation ". Liés par des intérêts économiques communs, ils pouvaient partager les aléas de la vie politique.

20Zhang Jian est considéré comme le père des premières entreprises privées modernes. Tang Shouqian, lui, fut à l’origine de la fondation de la Banque industrielle du Zhejiang. Son troisième fils, Dixian 涤仙, fonda à Hangzhou l’usine d’allumettes Guanghua 光华 de Jianggan. C’est l’attention particulière qu’ils portèrent à l’essor d’une industrie nationale moderne qui fit de Zhang Jian et Tang Shouqian des personnalités dont l’autorité fit l’unanimité parmi les nouveaux notables-marchands du Sud-Est. C’est elle qui leur permit de jouer un rôle prépondérant au moment des boycotts des produits américains et lors des conflits pour les droits ferroviaires. Ils furent également les promoteurs de la nouvelle éducation populaire. En 1902, Zhang Jian fonda l’école normale de Tongzhou ; en 1904, il y établit le bureau d’éducation de Tongzhou, organe destiné à planifier la diffusion de l’éducation nouvelle. Il eut également l’initiative de la création de collèges et d’écoles élémentaires en différents endroits. Il fonda l’école de la marine marchande de Wusong, l’école des chemins de fer, prit part au projet de construction de l’école des arts et métiers, de l’université Nanyang et concourut à la création de l’université Fudan. Il se concerta avec Tang Shouqian pour mettre au point une formation indépendante des maîtres à Tongzhou, transformer l’académie Longmen de Shanghai en une école normale professionnelle, soutenir la création de l’école normale du premier degré de Hangzhou et fonder l’institut technique supérieur du Zhejiang (institut des chemins de fer). En matière d’éducation, Zhang et Tang ne furent pas de simples réformistes. Ils possédaient en outre une véritable expérience dans la gestion des écoles, ce qui leur valut d’être considérés par tous à l’époque comme des pionniers de l’enseignement. À l’invitation de Liu Kunyi 刘坤一, Zhang élabora les programmes des premier et deuxième degrés de l’école primaire et ceux du collège, ainsi qu’un projet de création d’écoles. Il occupa ensuite le poste de président de l’Association d’éducation du Jiangsu. En 1911, il prit la direction de l’Association d’éducation du gouvernement central. La Cour demanda à Tang Shouqian d’accepter la charge de principal de l’université de la capitale, de commissaire de l’éducation du Jiangxi, mais il refusa, comme il le fit à plusieurs reprises pour celle de conseiller du ministère de l’Instruction. En 1911, il fut convié par le ministère de l’Instruction à siéger à l’Association d’éducation du gouvernement central et participa à sa première réunion.

21Zhang Jian et Tang Shouqian pensaient que les entreprises et l’éducation pouvaient sauver la nation. Ils ne se désintéressèrent pas pour autant de la politique. Quand le développement économique et culturel atteint un certain point, les réformes politiques doivent nécessairement être au diapason ; cela ne dépend pas d’une volonté subjective, c’est le cours objectif des choses. En 1898, ils avaient soutenu le mouvement des Réformes, tout du moins lui avaient-ils manifesté de la sympathie, même s’ils réprouvaient certaines prises de position radicales dans les rangs des réformistes. Ils étaient estimés par les gouverneurs militaires du Sud-Est, qui les considéraient comme des hommes de ressource sur lesquels ils pouvaient compter. Au lendemain de 1900, ils prirent part à tous les grands débats : le Pacte de protection mutuelle du Sud-Est, l’élaboration de la " nouvelle politique ", les boycotts de produits américains, la restitution des droits du chemin de fer, l’autonomie locale… En réalité, la politique ne cessait de les préoccuper. Comme dans les affaires, ils y tinrent le rôle d’intermédiaires, de " relais entre fonctionnaires et marchands ". Tant dans le peuple que les milieux officiels, leur réussite, leur réputation et leur charisme personnel étaient partout respectés.

22Les notables-marchands du Sud-Est avaient l’ardente conviction que l’industrie et l’éducation sauveraient le pays et, ce qui sans nul doute contribua également à leur cohésion, ils partageaient des aspirations politiques communes. Zhang Jian et Tang Shouqian en furent les représentants les plus remarquables et on peut dire qu’ils devancèrent l’esprit du temps quand ils affirmaient : " L’empire est sur le point de sombrer, seules les entreprises et l’éducation pourront assurer sa survie. " Il fallait non seulement élever le niveau de l’éducation populaire, grâce à l’écriture et aux idées, mais surtout exalter l’action. Suivre le courant, certes, mais encore, dans certains cas, le faire progresser activement. Dès 1903, l’évolution rapide des mentalités dans la région du Sud-Est n’échappa pas aux contemporains :

  • 20 Du Shizhen, " Lun deyu yu Zhongguo qiantu zhi guanxi " (Discussion sur l’éducation morale et liens (...)

Depuis les Réformes et les changements de 1900, les lettrés de six ou sept provinces au sud du Yangzi marquent leur refus de la politique, des savoirs et des idées du passé ; tous se consacrent aux connaissances et aux sciences nouvelles. Aujourd’hui les discours sur la liberté et les droits du peuple foisonnent dans tout l’empire, rien ne peut les arrêter. De fait, on doit reconnaître que l’intelligence et l’éducation ont grandement progressé20.

  • 21 Tang Shouqian, Weiyan 危言 (Paroles libres), 5e section, Parlement, in Tang Shouqian shiliao zhuanji(...)

23Dans le contexte historique de l’époque, la Constitution relevait des " connaissances et des sciences nouvelles " et elle était en outre étroitement liée à la conscience grandissante des droits du peuple. Tang Shouqian s’en était fait le zélateur dans Paroles libres publié en 1890 : " L’Occident s’est doté de parlements où sont rassemblées les opinions des citoyens afin d’en délibérer21. " Zhang Jian ne comprit pleinement les avantages d’une constitution et d’une politique de partis qu’à la suite de tournées d’observation au Japon en 1903. À son retour, l’annonce des victoires du Japon sur la Russie dans le Zhongwai ribao 中外日报 (Quotidien de la Chine et de l’étranger), lui inspira cette réflexion pleine d’amertume :

  • 22 " Zhang Jian riji " (Journal de Zhang Jian), GX/29/12 in Zhang Jian quanji.

Le territoire du Japon tout entier est à peu près équivalent de celui qu’administre le gouverneur du Liangjiang, soit la moitié des provinces du Sud-Est. Le Japon a consacré ses forces à l’industrie et l’éducation. En trente ans, il a pris son essor. Il peut résister à de grands États et s’opposer à de puissants pays, alors que la Chine reste recroquevillée, comme ligotée au fond d’une jarre. Cela ne tient pas à des différences mentales innées, mais à une conception divergente des institutions politiques : l’un a un gouvernement constitutionnel, l’autre un régime autocratique. Mais personne ne peut rapporter ces faits à l’empereur. Hélas, c’est odieux22 !

  • 23 Zhang Jian, " Bianfa pingyi " 变法评议 (Discours raisonné sur la Réforme), in Zhang Jian quanji, t. 1, (...)

24Au cours d’enquêtes dans le circuit du Beihai, il avait constaté que " la paresse des puissants " était à l’origine du mal qui empêchait la Chine de devenir riche et forte. Désormais, il réalisait que seule une constitution pouvait extirper ce " mal invétéré ". Grâce à son expérience de l’économie, il comprit que la réforme des institutions politiques devait être réalisée en même temps que la refonte du système économique. Dès 1901, dans son " Discours raisonné sur les réformes ", après les quarante-deux points de réformes qu’il propose pour les six ministères (fonction publique, finances, rites, guerre, justice et travaux publics), il explique très clairement que leur application concrète devra suivre un ordre déterminé dans lequel l’instauration d’un parlement vient en premier, mais il n’en donne pas la raison23. En 1910 (8e mois de la deuxième année de l’ère Xuantong), entre le deuxième et le troisième train de pétitions au Trône, dans le discours d’accueil d’une délégation de marchands américains, il signale :

  • 24 Shibao (Le Temps), 31/10/1910.

Ce que l’on nomme la réforme de l’industrie est entravée par les finances, le droit, l’administration publique, et par toutes sortes de choses qui doivent être améliorées en même temps, sinon les résultats de la réforme seront décevants […] On peut signaler des réussites parmi les mesures actuelles, et je voudrais faire part à votre nation de celle-ci : c’est grâce à l’Assemblée consultative que nous avons la joie d’être réunis24.

25S’opposant à la Cour, qui refusait la création de banques privées, il déclara :

  • 25 " Lun yinhang zhi Tie Shang shuhan " 论银行致铁尚书函 (Discussion sur les banques dans une lettre à Tie Sh (...)

Pour ce qui est du régime chinois, il n’est pas encore entré dans une ère constitutionnelle, mais adopte un monopole bancaire, imitant en cela partiellement l’Amérique républicaine. Mais il ignore que, dans le système républicain américain, le gouvernement central est habilité à représenter le peuple tout entier25.

26Si son savoir s’était limité au seul parlementarisme, sans qu’il eût conscience de l’interdépendance du régime politique et du système économique, Zhang Jian n’aurait peut-être pas suscité et soutenu les mouvements de pétitions en faveur d’un parlement. Quand bien même l’eût-il fait, il n’aurait peut-être pas été aussi résolu. C’est l’idée fondamentale de l’interdépendance du politique et de l’économique qui le portera vers la révolution. En 1912, la république à peine instaurée, il poussa le gouvernement à s’attaquer aux règlements inadaptés sur le sel.

  • 26 " Gaige quanguo yanfa yijianshu " 改革全国盐法意见书 (Mémoire sur la réforme nationale des règlements du se (...)

Puisque aujourd’hui le nouveau régime est républicain, le peuple en est le principal élément. C’est pourquoi répéter les vieilles habitudes de l’autocratie seulement sur les affaires du sel reviendrait à multiplier les situations misérables et contribuerait à perpétuer la fortune de riches propriétaires oisifs26.

27Leur appartenance à la région prédominante du Sud-Est et l’évolution de leurs idées permirent à Zhang Jian et Tang Shoujian de s’affirmer ouvertement comme les chefs de file du mouvement constitutionnaliste en Chine même. Cela témoigne d’une idéologie assez précise sur laquelle reposaient plus ou moins les actions politiques des élites du Sud-Est.

Les motivations

  • 27 Zhang Kaiyuan, " Xinhai geming yu Jiang-Zhe zichan jieji " (La révolution de 1911 et la bourgeoisi (...)

28Les élites du Sud-Est possédaient une force matérielle que l’on ne doit pas négliger. Elle les poussa à rechercher un statut social équivalent et à réaliser leurs ambitions politiques. Ces revendications internes sont le nerf de leur engagement dans des réalisations sociales. C’est dans les premières années du xxe siècle que les notables-marchands du Jiang-Zhe commencèrent à tenir un rôle à part entière sur la scène politique. Les chambres de commerce sont l’expression la plus importante de leurs activités sociales. De toutes les associations modernes qui apparurent à la fin des Qing, elles se signalent par leur influence et leur dynamisme. En 1904, la chambre de commerce de Shanghai fut établie sur les bases de l’ancien Bureau du commerce, puis apparurent les chambres générales de commerce de Suzhou et de Hangzhou. Bien qu’elles eussent été instituées par décret impérial, ces chambres de commerce répondaient aux besoins du progrès social ; pleine de vitalité, elles étaient dans l’air du temps. Des filiales et des succursales furent bientôt fondées à travers toute la Chine, non seulement dans les villes grandes et moyennes mais aussi dans les sous-préfectures et les bourgs. En 1911, le Jiang-Zhe en comptait déjà cent trente. Ces créations renforcèrent de toute évidence la position et le rôle des nouveaux notables-marchands dans la vie publique. On vit d’ailleurs se modifier progressivement le style épistolaire entre chambres de commerce et fonctionnaires et apparaître des échanges d’égal à égal. Sur le plan national, les chambres de commerce du Jiang-Zhe eurent une position de leader. En 1907, dans le cadre de l’APRC, Tang Shouqian, Zhang Jian et quelques autres initièrent des enquêtes sur les pratiques commerciales, rédigèrent un projet de code commercial et invitèrent les représentants des chambres de commerce à se réunir à Shanghai. Quatre-vingt-huit représentants des chambres générales de commerce, de leurs filiales et des Bureaux des affaires commerciales participèrent à la réunion. Des délégués des chambres de commerce de Singapour, Semarang et Nagasaki étaient présents. Plus de trente chambres de commerce, du Heilongjiang en particulier, participèrent au débat par correspondance. Au terme des discussions, pleins pouvoirs furent donnés à l’APRC pour élaborer un code commercial, ce qui témoigne de leur force de mobilisation et de leur ascendant. À la même époque, les élites du Sud-Est réunies dans les chambres de commerce prirent progressivement le contrôle du bureau des travaux publics de Shanghai et de ceux d’autres villes grandes et moyennes, ainsi que des bureaux d’autonomie locale. C’est également à ce moment-là que le pouvoir des notables-marchands s’étendit à toutes sortes d’organisations sociales : associations médicales, sociétés d’éducation, associations de calligraphie, groupes de pompiers, associations sportives, associations de commerçants. Les grands notables-marchands acquirent, par le biais de ces groupes et de leur vaste champ d’activités sociales, une immense notoriété. Ils participèrent également à l’organisation de milices, possédant progressivement une des troupes paramilitaires ou militaires, et dirigèrent la Fédération nationale des milices marchandes. À la veille de la révolution de 1911, naquit à Suzhou une Commune des citoyens, organisation sociale de base administrée par des notables-marchands. De même que la chambre de commerce de Shanghai contrôla peu à peu l’administration et la gestion de la ville à travers des structures telles que le Bureau général des travaux publics et le Bureau d’autonomie locale, c’est principalement par l’intermédiaire de la Commune des citoyens27 que le pouvoir et l’influence de la chambre de commerce de Suzhou se firent sentir dans de nombreux secteurs d’activité de cette ville.

29Lors du mouvement de boycott des produits américains, les élites du Sud-Est manifestèrent publiquement leur mécontentement et leur opposition à la Cour, en soulignant son caractère servile :

  • 28 Shibao, 6/06/1905.

Le gouvernement d’un régime absolutiste a le pouvoir d’opprimer le peuple […] les étrangers utilisent à leur profit la répression gouvernementale et forcent le peuple à se soumettre. Les choses autrefois se sont passées ainsi. Nos compatriotes récriminent en silence et retiennent leurs pleurs. Mais, longtemps accumulés, leur ardeur ne peut que grandir, trop de mécontentement mène nécessairement à une résistance téméraire. Ce qui est trop courbé cherche à se redresser, point de retour sans un départ. La situation actuelle est un commencement28.

30Les notables-marchands proposaient encore de " stimuler le sentiment populaire ", d’" unir les aspirations du peuple ", de " tenir partout des réunions, créer des contacts dans tout le pays, et jeter les bases de l’autonomie et de l’indépendance ". Cette fois, le mouvement anti-impérialiste était marqué d’un trait nouveau, caractéristique de l’époque : la conquête des droits politiques. Ainsi, dans le Jiang-Zhe, les luttes pour la restitution des droits ferroviaires Shanghai-Nankin et Shanghai-Hangzhou-Ningpo furent non seulement la manifestation d’une nouvelle conscience nationale mais également l’expression d’un ressentiment vis-à-vis de l’absolutisme Qing. Elles constituèrent en même temps un puissant levier social. Quand, en 1906, fut officiellement créée la Compagnie de chemin de fer du Jiangsu, Wang Qingmou et Zhang Jian en devinrent les codirecteurs. Ils planifièrent les travaux ferroviaires de toute la province, s’opposèrent à l’accaparement, par la Compagnie anglaise des banques, des droits ferroviaires du Jiangsu et soutinrent la lutte de Tang Shouqian pour la restitution des droits de construction de la ligne ferroviaire Shanghai-Hangzhou-Ningbo. La création de la Compagnie des chemins de fer du Zhejiang et du Jiangsu et la construction des voies ferrées par les marchands de ces deux provinces ne peuvent être dissociées de la pugnacité et de la participation de ces personnalités de premier plan. Parmi les plus importants promoteurs et administrateurs de la Compagnie de chemins de fer du Jiangsu, on comptait plusieurs anciens fonctionnaires de l’académie Hanlin. Tang Shouqian, Liu Jinzao, Xu Dinglin, Wang Tongyu 王同愈, Zhang Jian étaient des personnages publics considérables et influents. Quand, à la suite des heurts violents qui entourèrent la restitution des droits ferroviaires, les élites du Sud-Est conduisirent et utilisèrent le sentiment populaire et la force de l’opinion, leur prestige redoubla. Elles devinrent le symbole de la conscience sociale et de la justice.

31Dès le début, les révolutionnaires soutinrent les luttes des chemins de fer du Zhejiang et cherchèrent à profiter de ce mouvement pour promouvoir leur combat. Dans la revue Yunnan 云南 et dans le Minhubao 民呼报 (L’Appel du peuple) qui ne cachaient pas leur sympathie pour la révolution, l’apologie de Tang Shouqian et Zhang Jian contrastait fortement avec les sentiments de rejet formulés à l’encontre de Kang Youwei et Liang Qichao, exilés au Japon. Mais les révolutionnaires ne pouvaient pas encore prévoir que l’agitation autour de la protection des intérêts miniers et ferroviaires accélérait la montée en puissance de nombreuses personnalités constitutionnalistes de premier plan qui, au lendemain de la révolution de 1911, deviendraient des rivaux difficiles à affronter.

32Tous les efforts et toutes les activités sociales déployés par les élites du Sud-Est contribuèrent à donner au Jiang-Zhe une indépendance et une autonomie très larges tant sur le plan économique que culturel ou social. Après le Pacte de protection mutuelle de 1900, la Cour s’inquiéta à maintes reprises de l’apparition, dans le Sud, d’un nouveau centre politique, reconnu tant en Chine qu’à l’étranger, et capable de lui damer le pion. C’est pourquoi, dans le temps où elle combattait fermement la révolution, elle entreprit d’amadouer cette haute classe de notables-marchands du Sud-Est, constituée d’un petit nombre de fonctionnaires et de grands capitalistes. En 1904, le gouvernement impérial gratifia Zhang Jian d’un titre de 3e rang et le nomma premier conseiller du Bureau du commerce. Mais cela n’entama pas sa résolution et celle de ses amis à préconiser une monarchie constitutionnelle. Zhang, Tang, Zhao Fengchang 赵凤昌 se rapprochèrent encore davantage de Wei Guangtao 魏光焘, gouverneur général du Liangjiang, et de Zhang Zhidong 张之洞, gouverneur du Huguang, pour lesquels ils firent le brouillon et corrigèrent à plusieurs reprises le mémoire au Trône demandant à la Cour de doter le pays d’une constitution. Comme les deux gouverneurs ne se montraient pas assez combatifs à son goût, Zhang Jian, après vingt ans de séparation, renoua avec Yuan Shikai 袁世凯 et batailla pour obtenir l’appui de celui qui représentait alors la plus puissante faction de la fin des Qing. Au même moment, avec Tang Shouqian et d’autres, il éditait et faisait traduire " Explication de la Constitution ", " La Constitution japonaise ", " L’histoire du Parlement japonais ", qui furent envoyés à des personnalités importantes à divers titres. On en fit même porter secrètement douze exemplaires au Palais impérial dans l’espoir d’influencer Cixi et Guangxu. Quand Zaize 载泽, Duanfang 端方 et Dai Hongci 戴鸿慈 revinrent du voyage à l’étranger effectué sur ordre impérial pour y observer le fonctionnement des gouvernements constitutionnels, Zhang Jian se déplaça spécialement pour les accueillir à Shanghai. Il eut plusieurs entretiens avec eux et rédigea le brouillon du " Télégramme à tous les gouverneurs et commandants en faveur d’une constitution ".

33La tendance s’était généralisée, les appels réclamant une constitution avaient cessé d’être des cris isolés et on pouvait lire dans un éditorial de " L’Orient " :

  • 29 " Zhongguo wei lixian yiqian dang yi falü pian jiao guomin lun " 中国未立宪以前当以法律 遍教国民论 (Avant que la C (...)

Aujourd’hui, la clameur constitutionnelle enfle à travers le pays. Des ministres apanagés aux élèves de toutes les écoles, pas un qui ne répète " Constitution, Constitution ", unis dans un seul chant, le même mot dans toutes les bouches29.

34" Le Quotidien du Sud " en rendit compte de manière encore plus frappante :

  • 30 " Lun lixian dang yi difang zizhi wei jichu " 论立宪以地方自治为基础 (Le régime constitutionnel devrait s’app (...)

Hier, l’écholalie des lettrés chinois était " réforme ", aujourd’hui c’est " constitution "30.

35Devant cette clameur nationale, la Cour, durant l’été 1906, n’eut d’autre issue que d’annoncer un projet de constitution. Les grands notables-marchands du Sud-Est réagirent aussitôt. En décembre, ils fondèrent à Shanghai l’Association préparatoire au régime constitutionnel, puis des groupes affiliés se formèrent au Fujian, à Pékin, et en maints autres endroits. Zhang Jian et ses amis se rapprochèrent aussi de l’Institut d’information politique de Kang Youwei et Liang Qichao par l’entremise de Ma Liang 马良, qui en était trésorier, de Lei Fen, chargé des relations publiques, et de Di Baoxian, avec qui ils avaient par ailleurs noué des liens personnels très forts. Ils restaient également en contact étroit avec l’Association préparatoire au régime constitutionnel du Hubei, l’Association en faveur du régime constitutionnel du Hunan, l’Association d’autonomie du Guandong et avec d’autres groupes constitutionnalistes de l’intérieur de la Chine, de sorte qu’ils s’imposèrent comme le centre nerveux du mouvement constitutionnel national.

36L’assemblée de l’APRC, composée pour une large majorité de marchands et d’industriels du Jiang-Zhe ou de personnalités éclairées de l’élite du Sud-Est, désigna Zheng Xiaoxu 郑孝胥 comme président, Zhang Jian et Tang Shouqian comme vice-présidents. Outre ces noms, la liste des administrateurs élus publiée en 1908 dans le n° 20 du " Journal de l’Association préparatoire au régime constitutionnel " cite Xu Dinglin, Li Pingshu 李平书, Li Yunshu 李云书, Zhou Tingbi, Zhou Jinzhen 周金箴, Wang Yiting 王一亭, Wang Qingmu, tous notables-marchands très actifs du Jiang-Zhe. Par ailleurs, y figuraient les noms de personnalités réputées avec lesquelles ils étaient très liés, comme Zhang Yuanji, Gao Mengdan 高梦旦, Meng Zhaochang 孟昭常, Meng Sen, Yang Tingdong. Des capitalistes du Jiang-Zhe et des intellectuels de premier plan proches des milieux industriels comme Ye Huijun 叶惠钧, Wang Tongyu, Liu Yuan 刘垣, Liu Shusheng 刘树声, Shen Tongfang 沈同芳, Di Baoxian, déployèrent également une grande activité dans cette assemblée. Dans le discours enthousiaste qu’il prononça lors de la séance inaugurale, Zheng Xiaoxu fustigea les tares millénaires du gouvernement impérial et exposa les objectifs de l’association, qui se devait d’éduquer la nation et de la préparer idéologiquement au régime constitutionnel. Son exposé reflétait une forte conscience démocratique des notables-marchands du Sud-Est, déterminés à prendre une part active dans la politique.

  • 31 " Zhang Jian riji ", GX/ 33/12 (1907), in Zhang Jian quanji, t. 6, p. 592.
  • 32 Duanfang, " Duan Zhongmin gong zougao " (Mémoires de Duanfang adressés à l’empereur), section 13, (...)

37En 1907, le 13e jour du 8e mois de la vingt-troisième année de l’ère Guangxu, la Cour décréta l’instauration d’un Conseil politique national, jetant ainsi les bases d’un parlement. Le 11e jour du 9e mois, un nouvel édit impérial annonça l’établissement d’assemblées consultatives provinciales et la préparation d’assemblées délibératives dans les préfectures et les sous-préfectures. Au 12e mois, Zhang Jian s’attela, avec Tang Shouqian, Kuai Guangdian 蒯光典 et d’autres, aux travaux préliminaires de la Constitution et du Parlement31. Le 5e mois de l’année suivante, Zheng Xiaoxu signa, au nom des notables-marchands du Jiang-Zhe, un télégramme demandant à la Cour la convocation d’un parlement. Le 7e mois, la Cour fit savoir que la préparation de la Constitution n’excéderait pas neuf ans, au terme desquels elle serait promulguée et le Parlement, convoqué. Le 10e mois, Zhang Jian reçut l’ordre d’organiser la tenue de l’Assemblée consultative du Jiangsu. Un groupe d’authentiques notables mandarinaux fut chargé de sa mise en place avec comme administrateurs généraux le trésorier général de Nankin Fan Zengxiang 樊增祥et le commissaire provincial d’éducation Chen Botao 陈伯陶, secondés par Rong Heng 荣恒, inspecteur de la gabelle du circuit de Nankin, Li Ruijing 李瑞清, Zhao Congjia 赵从嘉 et Xiong Xiling 熊希龄, suppléants du circuit du Jiangsu. Zhang Jian dirigeait le Bureau des travaux préparatoires et assumait la direction générale, assisté de Xia Huangguan 夏寅官 rédacteur de l’Académie impériale, Duan Shuyun 段书云, ancien intendant du circuit de Gaoleiyang au Guangdong, Xu Dinglin, intendant suppléant de l’Anhui, et Chou Youheng 仇幼恒, ex-préfet de Fuping au Shanxi32. Favorisé par son statut et son ascendant public, Zhang Jian, secondé en particulier par Xu Dinglin et Xiong Xiling, créa successivement l’association d’enquêtes pour l’Assemblée consultative et l’Association de recherches pour l’Assemblée consultative, donnant ainsi une véritable ampleur à sa mission. Parmi les 230 participants de l’Association de recherches pour l’assemblée consultative, se trouvaient nombre de membres de l’APRC et de notables ruraux. Le 8e mois de la première année Xuantong (1909) eut lieu la séance inaugurale de l’Assemblée consultative du Jiangsu, dont Zhang Jian fut élu président. Simultanément, d’autres provinces se dotaient d’assemblées consultatives. Afin de renforcer les échanges entre elles, il fut décidé la création d’une Fédération des assemblées consultatives provinciales qui se réunit pour la première fois à Pékin en 1910. Les présidents des assemblées provinciales, 10 vice-présidents et 38 membres ordinaires siégèrent lors de cette première séance. Grâce à leurs puissants moyens, Zhang Jian et l’assemblée consultative du Jiangsu devinrent naturellement des autorités d’envergure nationale. Bien que l’APRC possédât une grande capacité d’action, elle n’était finalement qu’une organisation populaire, alors que les assemblées consultatives étaient des institutions établies sur ordre impérial, reflétant la volonté publique. L’action conjuguée de ces deux organismes augmenterait forcément leur force de mobilisation sociale.

  • 33 " Zhang Jian riji ", XT/1/8 (1909), in Zhang Jian quanji, t. 6, p. 624.
  • 34 XT/1/9, ibid., p. 626-627.

38Durant cette période, la plus grande contribution des élites du Sud-Est fut pourtant la conduite du mouvement national de pétitions au Trône en faveur d’un parlement. Les pétitions furent lancées par l’APRC, les assemblées consultatives provinciales et des fonctionnaires éclairés. À la fin de l’été 1909, Zhang Jian prépara en secret avec Ruicheng 瑞澂, gouverneur du Jiangsu, Xu Dinglin, Lei Fen, Yang Tingdong et Meng Sen, un plan selon lequel, suite à une décision prise par l’Assemblée consultative, Ruicheng devrait rallier tous les gouverneurs de province afin d’exiger la formation d’un cabinet responsable. Zhang Jian se chargea de contacter les assemblées consultatives du Liaoning, du Heilongjiang, du Jilin, du Zhili, du Shandong, du Zhejiang, du Fujian, du Guangdong Guangxi, du Hunan, de l’Anhui, du Jiangxi, et de l’Hubei pour exiger la réunion anticipée d’un parlement33. Tang Shouqian, qui s’activait dans toutes les provinces, invita par ailleurs Zhang Jian à Hangzhou afin d’expliquer à Zengyun 增韫, gouverneur du Zhejiang, la nécessité de convoquer un parlement et de former un cabinet responsable, ce qui remporta immédiatement son adhésion34. Les gouverneurs du Jiang-Zhe avaient partagé les premiers avec les assemblées consultatives les mêmes vues sur la question constitutionnelle. Il était donc tout naturel qu’ils en viennent à conduire et centraliser le mouvement national de pétitions au Trône.

39Fin 1909, après accord des provinces, 50 représentants des assemblées consultatives de 16 provinces, dont celles du Jiangsu et du Zhejiang, se réunirent à Shanghai et formèrent une délégation de 33 pétitionnaires qui prirent le nom de Fédération pour les pétitions au Trône issues des Assemblées consultatives provinciales. Au premier mois de 1910, avant que la délégation ne se mît en route pour Pékin, Zhang Jian offrit un banquet et, pour accentuer encore la solennité du voyage, composa une " Préface au mémorial présenté au Palais impérial, offerte à la délégation des seize provinces " et remania pour eux dans la nuit un " Mémoire en faveur de la convocation rapide d’un parlement et l’établissement d’un cabinet responsable afin de tracer les plans d’un redressement ". Ce voyage ne donna aucun résultat, mais les constitutionnalistes ne renoncèrent pas et décidèrent la mise en place à Pékin d’une " Association unitaire demandant la réunion immédiate d’un parlement ", relayée par des bureaux dans les provinces et un journal. Le 2e mois de la deuxième année de l’ère Xuantong (1910), l’Assemblée consultative du Jiangsu, organisatrice des pétitions, adopta une fois de plus, sous la direction de Zhang Jian, une résolution en faveur de la convocation immédiate d’un parlement. Au 6e mois de 1910, les assemblées consultatives provinciales, les chambres de commerce, les sociétés d’éducation (soit une dizaine d’organisations) présentèrent en même temps des pétitions au Censorat impérial, enclenchant le deuxième train de pétitions. Plus de 150 personnes se rendirent à la capitale remettre un mémoire qui se prévalait de plus de 300 000 signatures. Une nouvelle fois, la Cour refusa d’avancer la date d’instauration d’un parlement et elle donna même un sévère avertissement aux pétitionnaires : " Nous savons que cette affaire est importante, elle doit se dérouler selon un certain ordre. Notre édit était clair, il n’est pas permis de créer à nouveau des troubles. " Les constitutionnalistes ne fléchirent pas pour autant. Ils déclarèrent publiquement : " Les pétitions n’ont pas abouti, nous sommes prêts à recommencer une troisième fois. Plutôt mourir que faiblir. "

40Le troisième train de pétitions fut prévu pour le début de la troisième année Xuantong (1911). Les signatures recueillies dans chaque province en faveur du mémorial devaient atteindre un million. Les délégations des provinces proches de la capitale compteraient au moins 100 personnes, celles des provinces plus éloignées seulement 50. Résolus à s’imposer davantage, les pétitionnaires inclurent " la non-reconnaissance des nouveaux impôts " dans leurs requêtes, donnant à leur lutte une base plus concrète destinée à forcer la Cour à convoquer immédiatement un parlement. Devant l’amplitude grandissante du mouvement, celle-ci paniqua et donna l’ordre au ministère des Affaires civiles et aux gouverneurs militaires de disperser les délégations et de les renvoyer dans les provinces. Aussitôt après, elle ordonna l’arrestation et le déplacement aux confins du territoire de Wen Shilin 温世霖, gouverneur général du Zhili, qui avait appelé à une grève générale de toutes les écoles.

41Le mouvement des pétitions peut sembler un échec, il montre néanmoins que les constitutionnalistes représentaient une tendance irrépressible de l’époque et qu’ils possédaient en outre une indéniable assise sociale et une forte puissance politique. Entre réaction et révolution, ils cherchèrent, par des réformes impulsées du sommet vers la base, une voie équivalente à celle que les générations futures appelleront médiane ou troisième voie. Cette volonté politique était à l’origine fondée sur l’espoir que la Cour pourrait répondre aux aspirations populaires et aux exigences du temps et qu’une véritable réforme du régime permettrait un certain degré de démocratie et de droit afin de parvenir à l’indépendance et la richesse de la nation. Mais la faction impériale, obstinée et aveugle, en leur opposant des refus réitérés et implacables, poussa peu à peu ce groupe de modérés dans le camp adverse. Dans son " Mémoire pour la convocation rapide d’un parlement ", Zhang Jian avait lancé cet avertissement :

On entend dire que le Censorat a pour nouvelle règle de limiter strictement les mémoires des lettrés et du peuple. C’est vraiment espérer bâillonner le pays. Si les mémoires sont finalement arrêtés par le Censorat et refusés, il y aura une deuxième tentative, ou même une troisième. S’ils sont acceptés mais n’obtiennent pas d’audience, de même, y aura-t-il une deuxième tentative ou même une troisième ? Il est à craindre que cela ne fasse mauvaise impression, tant en Chine qu’à l’étranger. Quelques fonctionnaires irascibles, pensant que l’État les trahit, pourraient se résoudre à une conduite irresponsable. Les lettrés pacifiques, estimant qu’ils sont allés au bout de leur devoir, se verraient contraints d’adopter une attitude immobiliste.

42Malheureusement pour la Cour, ces mots frappaient juste. S’appuyant sur les princes, les dignitaires, les gouverneurs et les grands lettrés marchands, les élites du Sud-Est suivaient la " ligne des classes supérieures ". La monarchie constitutionnelle rassemblait leurs aspirations et l’idée qu’ils avaient de leur mission. Ils espéraient, grâce à leur position sociale personnelle et leur puissance économique, ouvrir une nouvelle voie, à l’abri des grands bouleversements et conforme à leur fidélité au souverain. C’est pourquoi, comme Zhang Jian et Tang Shouqian n’avaient pas rejoint immédiatement les " immobilistes " après la " troisième tentative ", la Cour entreprit de les amadouer et, pour la dernière fois, ils lui adressèrent un avertissement loyal. Mais le peu d’illusions qu’il leur restait vis-à-vis des Qing allait être finalement anéanti par le déclenchement soudain de la révolution de 1911.

La coalition

43L’histoire finit souvent par une coalition. Trois forces politiques traversent la Chine au début du xxe siècle. La première, dont la Cour est le noyau, est un pouvoir réactionnaire et conservateur. Ses partisans en ont les prérogatives et sont opposés à toutes réformes politiques violentes comme celles qui pourraient conduire à une répartition du pouvoir et des richesses. La deuxième, s’exprimant à travers le mouvement constitutionnaliste, rassemble la nouvelle strate des notables-marchands. Ceux-ci jouissent déjà de certains avantages, mais ils attendent davantage de droits d’un changement modéré du système politique puisque l’Ancien Régime freine l’essor des diverses usines et des entreprises modernes auxquelles ils se consacrent. La troisième, représentée par les forces révolutionnaires, est la strate sociale située au-dessous de la couche moyenne, que l’on pourrait qualifier de déshéritée ; le Parti révolutionnaire, constitué en majorité d’intellectuels progressistes, et une large masse laborieuse soulevée par des révoltes spontanées en sont les deux grandes composantes.

44Les gens du Parti révolutionnaire furent les prophètes du changement social. Ils furent les premiers à intégrer, défendre et propager les idées de démocratie et de république. Ils n’eurent de cesse de provoquer des insurrections armées dans le but ultime d’abattre l’absolutisme monarchique et d’instaurer une république démocratique. Mais ils étaient peu nombreux et, pour défier un puissant gouvernement réactionnaire, il leur fallait chercher autour d’eux des forces avec lesquelles s’unir. Comme, à l’époque, une analyse scientifique des différentes classes de la société chinoise n’était pas encore possible, les révolutionnaires ne purent que procéder à un découpage assez grossier des strates sociales.

45Les révolutionnaires vouaient une haine instinctive aux constitutionnalistes, qui, dès le début, avaient cherché à anéantir la révolution au moyen de réformes modérées, d’autant plus que de nombreux liens d’interdépendance subsistaient entre ces derniers et le camp des réactionnaires. Cependant, bien que leur animosité grandît à l’égard des constitutionnalistes d’outre-mer, représentés par le Parti pour la protection de l’empereur de Kang Youwei et Liang Qichao, ils n’éprouvaient pas de ressentiment excessif envers ceux de la Chine territoriale, tels Zhang Jian et Tang Shouqian. Ils reprochaient à Liang Qizhao d’avoir utilisé leur bannière et enlevé leur position à l’étranger. Par contre, sur le sol chinois, malgré leurs divergences politiques fondamentales, il n’existait pas entre les constitutionnalistes et les révolutionnaires de violentes controverses au sens strict. Non que les rangs constitutionnalistes de Chine même fussent dénués de polémistes de talent, mais leurs champs d’action étaient relativement larges, et ils n’avaient pas besoin, à l’inverse des constitutionnalistes d’outre-mer, de disputer aux révolutionnaires une base populaire étroite sur laquelle se reposer. C’est pourquoi, en Chine même, les révolutionnaires soutinrent et prirent part à de grandes actions de masse dirigées par les constitutionnalistes, espérant même grâce à elles faire progresser la révolution et accroître leur force.

46Même si les constitutionnalistes craignaient la révolution et s’opposaient à elle, ils ne firent pas du Parti révolutionnaire, dont, à l’époque, les forces et l’impact étaient limités, un adversaire. Ils peignaient avec horreur la terreur aveugle de la révolution, ce qui bien sûr révélait une inquiétude profonde. Surtout, ils utilisaient cette menace pour forcer la Cour à céder du pouvoir. Leur principal adversaire était la faction conservatrice de la Cour, non un parti révolutionnaire encore chétif. Au commencement, Zhang Jian et ses amis connaissaient mal les révolutionnaires, les considérant comme des jeunes gens égarés par des discours sur la liberté et l’égalité, ou encore poussés à la révolte par des préjugés raciaux excessifs. Ils se présentèrent à eux comme de sages aînés et s’attachèrent à prodiguer instructions et conseils aux étudiants séduits par la révolution. Après la fondation de la Ligue jurée en août 1905, quand les étudiants chinois quittèrent le Japon pour protester contre les règlements répressifs de leur gouvernement et retournèrent en masse en Chine, Zhang Jian s’appliqua avec Zhao Fengchang à organiser leur accueil et leur hébergement, même s’il qualifiait les étudiants de " turbulents ". À l’époque, Cai Jun 蔡钧 et Yang Shu 杨枢, les deux ministres en poste au Japon, exagérèrent les faits, répandant l’idée que la plupart des étudiants revenus en Chine appartenaient au Parti révolutionnaire, que derrière leur prétendu amour de la patrie se cachait la révolution et que la situation était grave. Zhang Jian pensait autrement. Il mena une enquête auprès des étudiants et déclara :

Il faut savoir que les incidents révolutionnaires rapportés par le ministre Yang ne sont pas complètement exacts. Peut-être un ou deux jeunes turbulents, irrités par les rapports du gouverneur du Huguang et les intentions du gouvernement, ont-ils professé des opinions excessives attisées par le parti de Sun, mais cela ne concerne qu’une dizaine de personnes. Les craintes du ministre Yang sont donc de fait exagérées.

47Ce furent ces circonstances qui incitèrent les révolutionnaires, après 1911, à s’opposer violemment au retour de Liang Qichao et à rechercher le concours des constitutionnalistes de Chine, dont Zhang Jian et Tang Shouqian étaient les représentants.

48Au début du xxe siècle, deux courants idéologiques progressistes existaient en Chine : celui de la révolution démocratique et celui de la Constitution monarchique. Si ce dernier est dit progressiste, ce n’est pas seulement par contraste avec l’absolutisme monarchique, mais parce que l’essentiel de son contenu politique était la démocratie et le droit, bien qu’il ne fût pas parfaitement défini et achevé. Ces deux courants rayonnèrent depuis Shanghai vers le Sud-Est et atteignirent la plupart des provinces, produisant à divers degrés des forces de mobilisation sociale. On doit reconnaître que les révolutionnaires attachaient à la ville en plein essor qu’était Shanghai une importance qui ne le cédait en rien aux constitutionnalistes. On y trouvait quantité de journaux et de revues favorables à la révolution, et la vigueur de la propagande, de l’agitation et des débats y était déjà reconnue. Mais, dans la stratégie globale du Parti révolutionnaire, la place de Shanghai et du Sud-Est était sous-estimée ; aussi ce mouvement n’avait-il pas dans la région la puissance et l’impact de celui des constitutionnalistes, dont l’influence lui était nécessaire. Par exemple, après l’insurrection de Wuchang (10 octobre 1911), le Hunan, le Shanxi, le Jiangsu, le Shaanxi et le Yunnan firent également sécession. Quand Shanghai entreprit de se soulever à son tour, l’Armée nouvelle réagit aussitôt en reprenant Hangzhou, où elle établit le gouvernement militaire du Zhejiang ; la nomination de Tang Shouqian au poste de premier gouverneur ne rencontra presque aucune opposition. Objectivement, les révolutionnaires ne jouissaient pas de la légitimité des constitutionnalistes et les moyens matériels auxquels ces derniers pouvaient amplement recourir leur faisaient défaut. Cependant, il ne faut pas oublier que le noyau dirigeant de la Ligue jurée, longtemps basé à l’étranger, préférait fomenter des soulèvements armés dans les régions côtières du Sud. Ces soulèvements, sporadiques et limités, témoignaient d’un esprit de bravade inflexible et propageaient sans relâche la révolution ; mais leur coût humain et matériel reposait sur des ressources restreintes. Ce fut seulement en juillet 1911 qu’une partie des membres de la Ligue jurée du Lianghu et du Jiang-Zhe fonda l’Association de la Ligue jurée pour la Chine centrale à Shanghai, ce qui désignait clairement cette ville comme le " foyer des territoires révolutionnaires ", décidant de concentrer ses forces d’abord dans la région du Yangzi pour déclencher la révolution.

49La révolution précipita le renversement de la dynastie Qing et la fondation d’une république, " résultat qui au début semblait être en accord avec l’objectif ". Mais les forces du Parti révolutionnaire étaient insuffisantes et ses dirigeants eurent des difficultés à maîtriser l’évolution d’une situation qu’ils avaient sous-estimée. Pour contrer les brutales attaques des troupes de l’Armée du Nord (Beiyang), ils durent rechercher le concours de constitutionnalistes et de fonctionnaires de l’Ancien Régime. Après leur prise partielle du pouvoir, ils ne purent se passer ni de leur expérience de l’administration ni de leurs compétences. Sans doute, cela accrut le prestige et accéléra la marche de la révolution, mais, parallèlement, la " dissemblance des idéaux sous la parité des formes " rendit les méprises et même la lutte pour le pouvoir inéluctables. La révolution et l’abolition de la monarchie n’étaient pas non plus le résultat escompté par les constitutionnalistes. Ils avaient œuvré pour le maintien de la monarchie et la mise en place d’un régime constitutionnel, sans imaginer que leur propagande et leurs procédés, loin de dissiper la révolution, favoriseraient en réalité sa progression et l’éveil de la conscience populaire. L’échec du mouvement des pétitions, dans lequel ils s’étaient ardemment investis, dispersa leurs illusions quant à la Cour, et mit davantage en lumière l’impasse de réformes à l’intérieur de l’ancien système. Les constitutionnalistes avaient peur de la révolution, mais ses étincelles enflammaient déjà l’horizon et ils étaient devenus des invités au banquet révolutionnaire. Après 1911, l’entrée au nouveau gouvernement de personnalités de premier plan, y compris Zhang Jian et Tang Shouqian, tint moins de l’opportunisme que d’une espèce d’impuissance, d’une sorte de collaboration provisoire à contrecœur. Les révolutionnaires avaient besoin de recourir au prestige et à l’expérience des constitutionnalistes, alors que ceux-ci n’avaient jamais pu exercer leur influence pour contenir et encore moins mettre fin aux desseins révolutionnaires. Abolir la monarchie ou bien la maintenir ? Il n’y avait plus matière à polémique. Révolution ou réforme ? Les événements avaient déjà clairement répondu. Il était maintenant question de savoir qui allait remettre de l’ordre dans la situation désastreuse suivant l’effondrement de la dynastie Qing et de quelle manière. Finalement quelle Chine nouvelle allait-on construire ?

  • 35 Fondateur de l’université Fudan avec Yanfu, Shen Manyun prit part à l’organisation de l’école Zhon (...)

50Toutes les provinces firent écho à l’insurrection de Wuchang, mais les constitutionnalistes ne sombrèrent pas totalement dans la passivité. Ils avaient de nombreuses années d’expérience politique et leurs luttes récentes pour la création d’un parlement les avaient aguerris. Voyant que les armées impériales n’avaient aucune chance d’éteindre la révolution, ils suivirent le courant révolutionnaire, firent les louanges de la démocratie et de la république. Renversant les rôles, ils se lancèrent dans l’action. Les gens du Bureau d’autonomie de Shanghai et de la Fédération des milices du Sud-Est se lièrent rapidement avec le Parti révolutionnaire. Parmi les capitalistes shanghaiens, Shen Manyun 沈缦云(h. Maozhao 懋昭) avait très tôt rejoint la révolution. Il semble que dès 1909 il fut lié à Yu Youren 于右任 (1879-1964) et investit 10 000 yuan dans le Minhu ribao (" L’Appel du peuple ") avant de contribuer financièrement au Minlibao (" Le Peuple debout ")35. En 1910, après l’échec des pétitions, pour lesquelles il se rendit à Pékin comme représentant de la chambre générale de commerce de Shanghai, il collabora très rapidement avec l’Association de la Ligue jurée pour la Chine centrale. En juin 1911, il fut à l’origine, à Shanghai, de la création de l’Association des citoyens chinois, qui rassembla 5 000 personnes. Nommé président avec Ye Huijun comme administrateur, il en fit une organisation périphérique de la Ligue jurée.

51Shanghai gagna son indépendance grâce aux violents combats menés conjointement par les révolutionnaires et les milices marchandes. Aux premiers jours de novembre 1911, ce fut le Parti révolutionnaire (en particulier l’Association pour la Chine centrale de la Ligue jurée) qui donna l’impulsion principale au mouvement d’indépendance de la ville ; mais les constitutionnalistes contrôlaient en réalité l’ensemble des affaires civiles du nouveau gouvernement militaire. Li Pingshu, chef de l’Administration civile, assumait toutes les responsabilités locales, à l’exception des Affaires militaires. Il était également président du Bureau de l’industrie du Jiangnan. La direction du Département des finances échut à Shen Manyun, auquel succéda Zhu Baosan 朱葆三. Le maire et le maire adjoint de Shanghai, Mo Xilun 莫锡纶 et Gu Lügui 顾履桂, Wu Xin 吴馨 (h. Huaijiu 怀疚), magistrat de l’administration civile du gouvernement du district de Shanghai, Huang Hanzhi 黄涵之, procureur, Mu Xiangyao 穆湘瑶 (h. 抒斋 Shuzhai), directeur de la police municipale, étaient tous d’anciens administrateurs du Bureau des travaux publics ou du Bureau d’autonomie. Les finances du commandement de l’armée de Shanghai dépendaient de la bourgeoisie du Jiang-Zhe. La banque Xincheng remplissait en réalité la fonction de banque municipale tandis que Shen Manyun et d’autres capitalistes shanghaiens étaient les principaux soutiens de la Banque chinoise et de la Banque industrielle chinoise, fondées par les révolutionnaires.

  • 36 " Fu Xu Dinglin " 复许鼎霖 (Réponse à Xu Dinglin), " Zhi Yuan Shikai dian " 致袁世凯电 (Télégramme à Yuan S (...)

52Les capitalistes shanghaiens furent les éléments les plus actifs des élites du Sud-Est. Assez lucides pour s’apercevoir que rien ne pourrait arrêter la révolution, ils fixèrent le cap : " Shanghai avance, Suzhou et Hangzhou lui répondent ", et ils encouragèrent l’indépendance des provinces du Zhejiang et du Jiangsu. Tang Shouqian devint le premier gouverneur de l’administration militaire du Zhejiang ; Cheng Dequan 程德全, ancien gouverneur du Jiangsu et proche de Zhang Jian, prit la tête du gouvernement militaire de la province. Ensuite, les milices marchandes qui avaient concouru à organiser l’armée fédérale du Jiang-Zhe pour attaquer Nankin, occupé par Zhang Xun 张勋, assumèrent non seulement la collecte et le transport des armes et des vivres, mais encore dépêchèrent des brigades de volontaires participer directement aux combats, alors que Yu Qiaqing 虞洽卿, un magnat des milieux marchands shanghaiens, s’assurait que les autorités en charge de la route Shanghai-Nankin la laisseraient ouverte. Il apporta en personne des munitions au pied du Fort Jianbaacheng près de Nornkin. Le " stratagème pour un plan de paix rapide ", proposé par Zhang Jian, avait pour but de préserver l’essor économique. Dans les lettres et les télégrammes envoyés séparément à Yuan Shikai, Zhang Renjun 张人骏,, et Tie Liang 铁良, il leur demandait de " fondre les armes pour en faire des charrues ", de s’unir pour la république, d’éviter de plonger le peuple dans le malheur36. Dans le temps où il traçait des plans pour réaliser à Tongzhou une " restauration de la paix ", il poussait Cheng Dequan à s’emparer le premier de Nankin. Pour célébrer leur conquête, il fit parvenir à l’armée fédérale du Jiangsu, 50 vaches et 1 000 cruches de vin au nom de l’Assemblée provisoire du Jiangsu, et 6 000 yuans, 1 000 sacs de farine et 1 000 pièces d’étoffe au nom de la société industrielle de Tonghai.

  • 37 " Gonghe Tongyihui yijianshu " 共和统一会意见书 (Remarques sur l’Association pour l’unité républicaine), i (...)

53Une véritable stabilité politique au Jiangsu ne pouvait se faire sans une stabilisation de la situation dans l’ensemble du pays. Une fois le pouvoir central paralysé, les différentes provinces indépendantes se replièrent à l’intérieur de leurs frontières et gouvernèrent pour leur propre compte, créant un climat de troubles propices aux ingérences étrangères et aux menées séparatistes. Devant la gravité de la situation, une vingtaine de jours après la prise de Nankin, Zhang Jian, de concert avec Wu Tingfang 伍廷芳, Tang Wenzhi 唐文治, Wen Zongyao 温宗尧, Chen Qimei, 陈其 Niu Yongjian 钮永建, Hu Ying 胡瑛, Wang Zhaoming 汪兆铭, Zhao Fengchang et Ma Junwu 马君武, initia et organisa l’association pour l’Unité républicaine, dont la mission était d’unifier à travers les 22 provinces, les exercices militaires, le Sud et le Nord , les secrétariats privés, l’administration civile locale, le régime politique, le territoire et l’opinion37.

  • 38 " Zhang Jian weikan handian " 张謇未刊函稿 (Lettres et manuscrits non publiés de Zhang Jian), Archives d (...)
  • 39 Feng Gengguang, " Yinchang dushi nanxia yu nanbei yihe " (Le commandant Yinchang dans le Sud et le (...)

54La libération de Nankin eut des répercussions surprenantes sur la situation politique du pays. Wuchang, première à se révolter, s’était d’abord imposée comme centre de la révolution, mais la ville perdit peu à peu l’avantage après la reconquête par les armées impériales de Hankou et de Hanyang. Nankin pouvait alors ravir la place et devenir capitale. C’était (exclusion faite du groupe du Hubei), un avis partagé par la majorité des gens du parti de la révolution et des notables-marchands du Sud-Est. Ces derniers voulaient établir à Shanghai une institution fédérant toutes les provinces. Zhang Jian et Zhao Fengchang étaient en sous-main les instigateurs du projet et ils en avaient rédigé les grandes lignes dans un " Avis sur l’organisation d’une assemblée délibérante nationale ", qui prônait la tenue à Shanghai d’une assemblée provisoire représentative de toutes les provinces, l’organisation de pourparlers Sud-Nord et l’établissement d’un gouvernement central provisoire38. Sous l’impulsion des notables-marchands du Jiang-Zhe, Cheng Dequan, Tang Shouqian et Chen Qimei, respectivement gouverneurs militaires du Jiangsu, du Zhejiang et de Shanghai, signèrent ensemble un télégramme invitant deux représentants de chaque province à se rendre à Shanghai pour siéger à l’assemblée provisoire. La situation avait pris soudainement une tournure imprévue quand les divergences politiques entre les révolutionnaires, les constitutionnalistes et les conservateurs cessèrent. Il s’était formé deux groupes, chacun défendant un territoire : Shanghai ou Wuchang. Au cours de ce conflit, les élites du Sud-Est firent une fois de plus la preuve de leur pouvoir réel et de leur capacité d’action. Derrière ce qui était en apparence l’affrontement des deux groupes politiques, se cachaient en fait des conflits d’intérêts entre la bourgeoisie du Jiang-Zhe et celle du Hubei. Il s’agissait moins de s’emparer d’un centre politique que d’emporter un marché et des profits. Zhang Jian et ses alliés, par l’entremise de Chen Qimei, de Chen Taoqian 陈陶遗 et d’autres anciens membres de la Ligue jurée, parvinrent peu à peu à mettre de leur côté les " vétérans de la Révolution ", Huang Xing 黄兴 et Song Jiaoren 宋教仁, pour venir à bout de l’arrogance du groupe de Wuchang. Au moment propice, grâce à leurs affinités anciennes avec Yuan Shikai, ils purent se servir des changements intervenus après la chute de Hanyang et la prise de Nankin et transférer facilement le lieu de l’Assemblée représentative provinciale et des pourparlers Sud-Nord à Shanghai. À ce moment-là, Yuan Shikai avait en réalité déjà établi sa mainmise sur les forces armées du gouvernement de Pékin et il était devenu le principal adversaire des révolutionnaires sur le terrain militaire et dans les négociations. Le lieu du face-à-face Sud-Nord était fixé, et il donnait aux constitutionnalistes, qui occupaient une position médiane et avaient toujours plaidé pour un compromis, un large champ de manœuvre. C’est ainsi que le Xiyintang 惜阴堂– la demeure de Zhao Fengchang – et le Xilou 息楼 – siège du Shibao, dirigé par Di Baoxian – devinrent le cadre des marchandages politiques Sud-Nord. Le représentant du Nord, Tang Shaoyi 唐绍, y retrouvait souvent Zhang Jian, Tang Shouqian, Cheng Dequan, Huang Xing, Wang Jingwei 汪精卫 pour des entretiens secrets39. Parmi les initiateurs du projet de fédération des citoyens de Chine, se trouvaient des hommes du Jiang-Zhe, du Hunan et du Jiangxi et contre toute attente, aucun natif du Hubei, berceau de la révolte. Par la suite, ce furent également Zhang Jian et Zhao Fengchang, représentants des notables-marchands du Jiang-Zhe qui prirent la direction du Parti de l’unité, édifié sur les bases de cette fédération.

55Quand Sun Yat-sen 孙中山 arriva à Shanghai le 25 décembre 1911, bien que les forces révolutionnaires eussent en apparence gagné " les deux tiers de l’empire ", les grandes lignes du plan de compromis Sud-Nord avaient déjà été arrêtées dans le Xiyintang. Il restait à Yuan Shikai à précipiter l’abdication de l’empereur Xuantong et le Sud le laisserait occuper formellement le fauteuil présidentiel. Naturellement, l’instauration de la république était le résultat d’années de violents combats révolutionnaires et il n’y avait qu’un homme de haute réputation comme Sun Yat-sen qui pouvait fédérer temporairement les provinces sécessionnistes du Nord et du Sud. C’est pourquoi, le 1er janvier 1912, il fut élu à l’unanimité président temporaire de la République chinoise par les délégués des provinces. Le gouvernement de Nankin avait été conçu comme un gouvernement provisoire qui très vite devrait laisser place à un gouvernement régulier. Pour savoir qui en prendrait finalement la tête, il fallait attendre que Sud et Nord mesurent leurs forces et leur habileté respectives. La faiblesse fondamentale du Sud était l’insuffisance de ses forces militaires et son manque de moyens financiers. Seule une expédition victorieuse vers le nord (Beifa), pouvait vraiment désarmer Yuan Shikai et le faire plier. Certes, l’intention première de Sun Yat-sen n’était pas de céder le pouvoir, mais la carence de forces armées révolutionnaires sur lesquelles il aurait pu vraiment compter et les difficultés financières du gouvernement provisoire l’empêchèrent en réalité de le conserver.

  • 40 Xu Hansan, Huang Yanpei nianpu (Chronique de Huang Yanpei), 1985, p. 9.

56Les constitutionnalistes et la classe supérieure des notables-marchands du Sud-Est reconnaissaient qu’ils n’avaient aucune expérience du pouvoir central. Aussi, après l’effondrement de la dynastie, attendaient-ils de Yuan Shikai qu’il pût réunifier la Chine et réaliser leurs rêves de réformes et de progrès dans la stabilité. S’ils abandonnèrent Sun pour soutenir Yuan, ce fut, outre leurs différences idéologiques, une question de relations humaines : Sun était une connaissance nouvelle ; Yuan un vieil ami, venu comme eux de l’ancien camp. L’histoire est riche de situations comparables dans laquelle une classe montante d’exploiteurs n’est pas toujours capable de repérer les personnalités d’avant-garde qui représenteront à long terme ses intérêts fondamentaux. Elle préfère des profits immédiats et mesquins à de grands objectifs politiques. Entre Sun Yat-sen et Yuan Shikai, le choix de la bourgeoisie procéda davantage d’un calcul d’intérêt que d’affinités personnelles. Après la révolution, quatorze provinces déclarèrent leur indépendance. Zhang Jian examina la situation avec Zhao Fengchang, Ma Xiangpo, 马相伯 Huang Yanpei 黄炎培. Ils convinrent que " seul Yuan Shikai [était] assez puissant pour forcer la Cour à céder le pouvoir et unir toutes les forces du pays afin d’établir un pouvoir politique républicain solide40 ". Après l’instauration du gouvernement provisoire de Nankin, Zhang Jian et Yuan Shikai resserrèrent leurs liens. Le 4 janvier 1912, deux jours après qu’il fut nommé directeur général de l’Industrie, Zhang Jian, après un long entretien avec Sun Yat-sen sur sa stratégie politique, jugea ce dernier " insaisissable ". Il pensait que Sun n’avait pas la force de réunifier la Chine, au contraire de Yuan Shikai, qui possédait la puissance financière, la force militaire et en particulier le soutien des impérialistes. Yuan Shikai pouvait en effet compter sur l’armée du Nord. Par ailleurs, ses promesses d’" unité " et d’" ordre ", qui rassuraient les industriels et les marchands, impatients de voir le marché intérieur se stabiliser, incitaient la bourgeoisie du Jiang-Zhe à se serrer autour de lui. À l’époque, bien que les dirigeants révolutionnaires n’eussent pas encore de stratégie de front uni, Sun Yat-sen, Huang Xing, Hu Hanmin 胡汉民, Wang Jingwei, faisaient preuve d’un très grand respect envers Zhang Jian, se montrant modestes, sollicitant souvent ses conseils et cherchant sincèrement à collaborer. De son côté, quoique devenu républicain, Zhang Jian ne fit jamais confiance aux révolutionnaires. Le 10 janvier 1912, dans un télégramme confidentiel, il fit part à Yuan Shikai du fond de sa pensée :

  • 41 " Zhao Fengchang cangzha " (Archives personnelles de Zhao Fengchang), fasc. n° 108, manuscrits con (...)

Les régions du Sud font sécession les unes après les autres, le pouvoir n’a plus d’unité, l’ordre est incertain. Le gouvernement provisoire mis en place temporairement mènera à l’indépendance de chaque province, rien de bon n’est à présager41.

57Pour les grands notables-marchands du Sud-Est, l’instauration du gouvernement provisoire de Nankin comme la tenue des pourparlers Sud-Nord n’avaient d’autre objectif que de permettre à Yuan Shikai de mettre un terme à la révolution et de réunifier la Chine sous la forme d’une république. Zhang Jian et les personnalités des divers courants pensaient que Yuan Shikai était le dirigeant qu’exigeait la situation. Outre le fait d’avoir l’armée de son côté, il avait une mentalité moderne, comparée à celles des personnages importants de la bureaucratie ou de l’armée de l’Ancien Régime. Sa réussite exceptionnelle dans l’administration nouvelle du Zheli lui avait valu une grande estime. Sun Yat-sen avait déjà publiquement déclaré à son parti :

  • 42 Lieu de naissance de Yuan Shikai.
  • 43 " Zai Shanghai Guomindang huanyinghui de yanjiang " 在上海国民党欢迎会的演讲 (Discours d’ouverture du Parti na (...)

J’ai confiance en Yuan Shikai, il a de l’envergure, un esprit clair, une vision lucide de toutes les affaires de l’empire et des idées modernes. […] La révolution a commencé dans le Sud, et son impact dans le Nord est encore très faible, c’est pourquoi toutes les vieilles idées n’ont pas encore pu être balayées. Le Nord est comme l’ancien calendrier, le Sud comme le nouveau, on doit utiliser les deux conjointement. Le " tout ancien " ou le " tout nouveau " ne conviennent ni l’un ni l’autre. Si l’on veut gouverner la république, on ne peut pas faire l’économie d’idées nouvelles ni d’une expérience et de méthodes anciennes. Le président Yuan convient parfaitement. C’est pourquoi je recommande Xiangcheng42 Yuan Shikai, et je ne me trompe pas43.

  • 44 " Zhi Yuan Shikai dian " 致袁世凯电 (Télégramme à Yuan Shikai), ibid., t. 1, 1981, p. 576.

58Après avoir accepté d’être provisoirement président, Sun avait télégraphié à Yuan Shikai qu’il " accept[ait] cette responsabilité temporairement ", et que le poste de président était encore " vacant "44.

59Yuan Shikai acceptait, en apparence seulement, de protéger la république. En fait, il ne pensait qu’à réaliser, grâce à l’unité des forces armées, une extrême centralisation des pouvoirs et une dictature personnelle, espérant assurer à son propre clan respect et gloire pour plusieurs générations. Destitution et bannissement l’avaient éloigné de la Cour, mais une ambition politique tenace le poussait à chercher sans relâche l’occasion d’accéder au pouvoir suprême. L’habile Yuan Shikai comprenait parfaitement la mentalité de ceux qu’il avait en face de lui. Ses airs loyaux avaient abusé la famille impériale, son respect de la république bernait les révolutionnaires et l’ordre et l’unité trompaient toute la bourgeoisie. Rien à voir évidemment avec l’essor et les réformes dans la stabilité que souhaitait Zhang Jian. Les circonstances de l’époque non seulement ne furent pas favorables aux révolutionnaires, mais surtout les clivages internes et les compromissions se généralisèrent. Parmi les dirigeants de la Ligue jurée, Wang Jinwei, soi-disant délégué du Sud dans les pourparlers, partageait en réalité totalement le point de vue de Tang Shaoyi, délégué du Nord. Zhang Jian et Zhao Fengchang se servaient de Chen Taoyi pour faire connaître leurs desseins aux hautes sphères de la Ligue jurée et peser sur les décisions politiques de Huang Xing et Sun Yat-sen. Chen Taoyi était qualifié de " membre de la fraction Huang ". En résumé, les révolutionnaires subissaient de nombreuses pressions et n’avaient plus qu’à suivre la volonté de Yuan Shikai et le laisser assumer temporairement la présidence.

60Nombre de révolutionnaires, pourtant, se méfiaient de l’attitude politique de Yuan Shikai. Ils ne voulaient pas lui laisser le pouvoir militaire et continuaient même à prôner une expédition vers le Nord. Le Sud n’avait que deux cartes à jouer : la première, l’installation de la capitale à Nankin ; la seconde, le respect de la Constitution provisoire. Cette dernière était un carcan pour Yuan Shikai ; mais, le plus urgent pour lui, était d’empêcher le Sud d’exercer une autorité et de fixer la capitale à Nankin. Entre les tenants et les opposants du transfert de la capitale, entre les révolutionnaires et les militaristes de l’Armée du Nord, l’épreuve de force était inévitable. À ce moment-là, les factions opposées du Hubei et de Shanghai cessèrent le combat et se regroupèrent. Les constitutionnalistes des deux camps, les grands notables-marchands et une partie des fonctionnaires de l’Ancien Régime oublièrent leur récent conflit territorial et se portèrent en nombre contre Sun Yat-sen qui persistait dans son projet de transfert de la capitale à Nankin. D’abord la majorité des membres de l’Assemblée consultative provisoire s’y opposa publiquement, puis s’y ajoutèrent des blâmes voilés ou non à l’encontre de Sun Yat-sen de la part d’hommes comme Li Yuanhong 黎元洪. Zhang Jian espérait la fin rapide du gouvernement provisoire de Nankin, ce qui permettrait à Yuan Shikai de s’emparer de tous les pouvoirs afin de réaliser l’unité nationale. C’est pourquoi il se rangea du côté des tenants de Pékin, et proposa à Yuan Shikai un stratagème. Dans un télégramme, il lui écrivit :

Actuellement, le problème le plus difficile est que l’on veut votre venue dans le Sud. Il n’y a que deux solutions : l’une est de faire intervenir les troupes étrangères postées dans la capitale, l’autre est de laisser agir le peuple des provinces du Nord. […] Ainsi n’en restera-il pas de trace et l’on ne vous imputera pas l’idée d’être opposé au Sud, je crois que ce peut être efficace.

  • 45 " Wei shiju zhi Yuan Shikai zongtong han 为时局致袁世凯总统函 (Lettre au Président Yuan Shikai sur la situat (...)

61Il n’y voyait aucune tactique méprisable, puisqu’il considérait que " tant que le gouvernement sera[it] à Nankin, comment pourrait-on organiser un gouvernement légitime45 ? " Il toléra ainsi les " mutineries " ourdies par Yuan Shikai, qui causaient des troubles à Pékin, Tianjin, Baoding ou Tongzhou. Le tumulte qui s’éleva pour protester contre le transfert de la capitale à Nankin permit finalement la réussite des visées de Yuan Shikai.

62Le conflit sur le transfert de la capitale arrivait à son terme quand l’agitation reprit, cette fois autour des candidatures au cabinet ministériel. Les délégués Sud-Nord se réunirent une fois de plus au Xiyintang pour discuter de la liste des membres du gouvernement. L’attribution du poste de Premier ministre à Tang Shaoyi se fit sur proposition de Zhao Fengchang, qui pourtant n’avait aucune fonction représentative. Même les candidatures aux différents ministères provenaient d’une première liste dressée par Zhang Jian et Zhao Fengchang, qui avaient pris part aux consultations. Du strict point de vue géographique, le Sud et le Nord se partageaient chacun la moitié des sièges : l’égalité semblait régner. Pourtant, les ministres du Nord, tel Duan Qirui 段祺瑞,, ministre de l’Armée de terre, Lu Zhengxiang 陆征祥, ministre des Relations extérieures, Cheng Biguang 程璧光, ministre de la Marine, Xu Shichang 徐世昌, ministre de l’Administration civile, étaient tous des subordonnés ou des débiteurs de Yuan Shikai. Quant aux cinq ministres du Sud, hormis Huang Xing et Cai Yuanpei 蔡元培, Zhang Jian, Xiong Xiling et Wu Tingfang étaient des constitutionnalistes et d’anciens fonctionnaires proches de Yuan ; 1/6e seulement appartenaient de longue date à la Ligue jurée. Ce parti pris en faveur de Yuan Shikai suscita de l’indignation au sein du Parti révolutionnaire. Après de nombreux marchandages, le Nord parut céder du terrain sur le décompte général. Wu Tingfang, ministre de la Justice, fut remplacé par Wang Chonghui 王宠惠 ; Zhang Jian céda à Song Jiaoren le poste de ministre de l’Agriculture et des Forêts ; Chen Qimei fut rajouté à ce moment-là comme ministre du Commerce et de l’Industrie. Trois personnalités révolutionnaires de plus figuraient au cabinet ministériel. Mais cela n’amoindrissait pas le contrôle du groupe de Yuan Shikai sur le gouvernement central, d’autant que Zhao Bingjun 赵秉钧 entra dans les rangs comme ministre des Affaires intérieures. La mainmise de Yuan Shikai sur le pouvoir central, loin d’être affaiblie, était au contraire renforcée.

  • 46 " Zhang Jian weikan handian " 张謇未刊函电 (Lettres et télégrammes non publiés de Zhang Jian), Archives (...)
  • 47 " Wei shi zhengce zhi Huang Keqiang han " 为时政致黄克强函 (Lettre à Huang Kejiang sur les mesures politiq (...)

63Après cela, Zhang Jian se dévoua à Yuan Shikai, devançant ses désirs afin qu’il puisse gouverner sans inquiétudes. Sa tâche la plus importante fut d’aider à la dispersion des révolutionnaires et des soldats de tous bords restés dans le Sud et de persuader Huang Xing de se rendre à Pékin. En mars 1912, Zhang Jian fit dire à Yuan Shikai par l’entremise de Wang Raosheng 王饶生, son envoyé spécial à Pékin : " La dispersion des troupes ne souffre pas de lenteur. " Le même jour, il conseilla directement à Yuan Shikai par télégramme d’ordonner à Zhuang Yunkuan 庄蕴宽, gouverneur militaire du Jiangsu, de se substituer immédiatement aux autorités de Nankin et d’en profiter pour forcer le gouvernement provisoire à transmettre tous les pouvoirs. Puis il utilisa les fonds levés par Yuan pour accélérer la dispersion des troupes et des différentes factions armées de la région46. Au milieu d’incessantes mutineries provoquées par le manque de vivres, Huang Xing abandonna la garnison de Nankin, ne laissant que quatre divisions sur la centaine de milliers de soldats qui s’y trouvait à l’origine. Ce fut pour Zhang Jian l’occasion de l’exhorter à soutenir les pouvoirs unifiés du gouvernement de Pékin47.

  • 48 " Zhang Jian weikan handian ", Archives de la ville de Nantong.

64Après la dissolution du gouvernement de Nankin, Zhang Jian se consacra activement à l’organisation d’un parti pour consolider le pouvoir de Yuan Shikai. Tout d’abord, il voulut transformer le Parti de l’Unité (Tongyidang 统一党), en parti pro-gouvernemental, conseillant d’un côté à Yuan Shikai de " rester au-dessus des partis et des factions ", de l’autre sollicitant une aide financière pour ce même parti48. Afin d’empêcher Song Jiaoren d’élargir l’impact de la Ligue jurée, Zhang Jian, grâce aux subsides de Yuan Shikai, créa officiellement le Parti républicain (Gonghedang 共和党) sur les bases du Parti de l’Unité et du Parti social-démocrate (Minshedang 民社党), auxquels s’agrégèrent divers groupes politiques comme l’Association d’entraide nationale (Guomin xiejinhui 国民协进会), le Parti de la Nation (Guomin gongdang 国民公党), l’Association de la Nation (Guomin gonghui 国民公会), l’Association pour le progrès commun (Gongjinhui 共进会). Li Yuanhong en fut le président, Zhang Jian et Cheng Dequan étaient au conseil d’administration, Yang Tingdong, Meng Sen, Tang Hualong 汤化龙, Lin Changmin 林长民 étaient secrétaires. Les constitutionnalistes occupaient indéniablement des fonctions dirigeantes. Le Parti républicain professait très haut la " souveraineté nationale " et " l’unité ", il fut le principal soutien du pouvoir politique de Yuan Shikai.

  • 49 Zhang Kaiyuan, Lin Zengping, Xinhai geming (La révolution de 1911), 1981, dernier volume, p. 465.
  • 50 " Zhang Jian zhi Zhao Fengchang shu " 张謇致赵凤昌书 (Lettres de Zhang Jian à Zhao Fengchang), in Huang J (...)

65Tant de tolérance débrida d’un coup l’appétit despotique de Yuan Shikai et il entreprit de poursuivre les révolutionnaires. Après l’éclatement de la " deuxième révolution ", il n’y eut dans la bourgeoisie pour s’opposer à sa dictature qu’un petit nombre d’activistes radicaux comme Shen Manyun, qui soutint des ripostes armées et y prit part. La grande majorité, effrayée à l’idée de compromettre la stabilité du moment, capitula sans hésiter. Entrant dans le giron de Yuan Shikai, elle combattit la " deuxième révolution49 ". Zhang Jian se posa en rival des révolutionnaires, les combattit et dénonça âprement le pouvoir subversif de la révolution : Shanghai aurait " à souffrir les plus grands malheurs ; qu’auront alors à dire au peuple ceux qui en seront la cause ? Comme il serait regrettable que les entreprises de Tongzhou aient aussi à subir d’immenses pertes50 ! "Après la révolution de 1911, le renouveau des affaires industrielles et commerciales poussa la bourgeoisie vers plus de conservatisme. Imputant l’essor économique à la relative stabilité du règne de Yuan Shikai, elle rejeta toute forme de révolution. Yuan pouvait être satisfait des faiblesses de la bourgeoisie. Cinq jours après la défaite de la " deuxième révolution ", il la félicita :

  • 51 Lu Chun 陆纯 éd., Yuan dazongtong shudu huibian 袁大总统书牍汇编 (Recueils de lettres du président Yuan), vo (...)

Partout les marchands ont saisi des traîtres et cessé de leur apporter des subsides, cela a évité que la rébellion ne s’étende et que le désordre ne s’amplifie ; leur diligence a écarté tout danger, leur contribution n’est pas négligeable51.

66Pourtant la bourgeoisie du Jiang-Zhe allait vite goûter des fruits amers. Yuan Shikai ne permit pas que quiconque dispose de pouvoir sur le gouvernement militaire. Li Pingshu et les autorités dirigeantes des notables-marchands de Shanghai, neutres au moment de la deuxième révolution, furent poursuivis et s’exilèrent à Dalian et au Japon. Peu après, les milices marchandes, obligées de rendre les armes, furent dissoutes. Puis Yuan ordonna le démembrement des organismes d’autonomie locale et des structures représentatives de Shanghai et de toute la Chine, ainsi que la dissolution du Parlement. Les quelques droits acquis par la bourgeoise à la fin des Qing furent perdus.

Épilogue

67La révolution a d’abord éclaté à Wuchang, mais la situation d’ensemble fut déterminée par les actions des élites du Sud-Est et l’indépendance de Shanghai et des deux provinces du Jiangsu et du Zhejiang. La région du Jiang-Zhe et les élites du Sud-Est jouèrent donc un rôle prépondérant non seulement dans l’essor économique et culturel de la Chine moderne, mais aussi dans l’évolution de la situation politique de la nation. Parmi les constitutionnalistes, dont le groupe du Sud-Est était la principale composante, certains œuvrèrent au salut national et au renforcement, d’autres se consacrèrent sans faillir aux réformes, mais d’autres encore ne furent que des opportunistes à la poursuite de renommée ou de profit. Cependant, la grande majorité eut, de bout en bout, une conduite et un idéal politique sincères. Ils prônèrent le régime constitutionnel puis se tournèrent vers la république. Ce n’est pas parce les résultats prévus initialement ne furent pas atteints que leurs efforts n’ont laissé aucune trace dans l’histoire. Au début du xxe siècle, les préalables matériels d’une révolution de la bourgeoisie en Chine étaient, en chiffres absolus, meilleurs que ceux de ses aînés d’Europe et d’Amérique au xviie et même au xviiie siècle, mais elle ne parvint pas à atteindre les brillants résultats de la révolution française ou anglaise. Cela s’explique par le déplorable contexte semi-colonial dans lequel se trouvait la bourgeoisie chinoise, dont les capitaux, les techniques, les équipements et les matières premières dépendaient en grande partie de l’étranger. Parallèlement, la Chine était une vieille et grande nation, profondément enracinée dans le féodalisme. Une grande partie de la bourgeoisie nationale venait du monde des fonctionnaires, des propriétaires terriens ou des marchands, qui conservaient d’inextricables liens avec le féodalisme citadin et rural. Au moment de la révolution de 1911, la composition de la bourgeoisie de la région du Jiang-Zhe était la même que dans tout le pays : le commerce et les banques traditionnelles de prêts et d’hypothèques occupaient une position dominante tandis que la proportion des capitaux proprement industriels était relativement faible. Les chambres de commerce, institutions pourtant relativement modernes, étaient elles aussi conditionnées par les traits archaïques des associations de marchands et des guildes professionnelles héritées de l’époque féodale.

68Ma Yinchu 马寅初 tenait en haute estime le rôle irremplaçable de la bourgeoisie dans l’histoire :

  • 52 Ma Yinchu, " Hao zhengfu yu hao shangren " 好政府与好商人 (Un bon gouvernement et de bons marchands), in (...)

Si l’on veut que la Chine d’aujourd’hui se développe, il lui faut non seulement un bon gouvernement mais aussi de bons marchands. Avec un bon gouvernement et de bons marchands tout sera toujours facile à résoudre. […] La dynamique du gouvernement se trouve dans le peuple, c’est pourquoi toutes les affaires de l’État au sujet du peuple doivent avoir pour but le développement de celui-ci. Il faut, en particulier, s’inquiéter des marchands, car ce sont eux qui génèrent la dynamique du progrès social. Ce n’est pas un bon gouvernement qui parviendra à réformer la Chine, cependant il est nécessaire qu’elle ait de bons marchands (des industriels marchands). Un bon gouvernement, allié à de bons marchands, chacun au service de l’autre, sont les conditions de la réussite de toute entreprise52.

69Chaque époque a ses groupes sociaux spécifiques dont le rôle est irremplaçable. Ils sont à l’origine des forces qui poussent et suscitent le développement social, mais ils peuvent également, à certains degrés, faire obstacle à de nouveaux progrès. En résumé, les élites du Sud-Est furent sensibles à la situation de l’époque, elles se sont adaptées au courant de l’histoire, elles l’ont même dirigé ; mais, tout à la fin, elles lui ont fait obstacle. Naturellement, leur influence sur l’histoire ne doit pas être exagérément amplifiée.

70(Traduit du chinois par Victoire Surio)

Bibliographie

Références bibliographiques

Dasheng fangzhi gongsi nianjian (1895-1947) 大生纺织公司年鉴 (Annales des filatures Dasheng, 1895-1947).

Ding Richu 丁日初. 1983. " Xinhai geming qian de Shanghai zibenjia jieji " 辛亥革命前的上海资本家阶级 (Les capitalistes de Shanghai à la veille de la révolution de 1911) in Jinian Xinhai geming qishi zhounian xueshu taolunhui lunwenji 纪念辛亥革命七十周年学术讨论会论文集 (Actes du colloque tenu à l’occasion du 70e anniversaire de la révolution de 1911), Pékin, Zhonghua shuju.

Ding Shouhe éd. 丁守和. 1982-1987. Xinhai gemingshiqi qikan jieshao 辛亥革命时期期刊介绍 (Présentation des périodiques de l’époque de la révolution de 1911), 5 vols, Pékin, Renmin chubanshe.

Ding Wenjiang丁文江 et Zhao Fengtian 赵丰田. 1983. Liang Rengong xiansheng nianpu changbian 梁任公先生年谱长编 (Biographie succincte de M. Liang Rengong), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

Du Shizhen 杜士珍. 1903. " Lun deyu yu Zhongguo qiantu zhi guanxi " 论德育与中国前途之关系 (Discussion sur l’éducation morale et ses liens avec l’avenir de la Chine), Xin shijie xuebao (Revue du nouveau monde), n° 14, le 15e jour du 3e mois, an 29 de l’ère Guangxu.

Duanfang 端方. 1918. " Duan Zhongmin gong zougao " 端忠敏公奏稿 (Mémoires de Duanfang adressés à l’empereur), vol. traditionnel.

Feng Gengguang 冯耿光. 1976. Xinhai geming huiyi lu 辛亥革命回忆录 (Souvenirs de la révolution de 1911), Pékin, Zhonghua shuju, vol. 6.

Huang Jilu 黄季陆. 1968. Erci geming shiliao 二次革命史料 (Matériaux d’histoire sur la deuxième révolution), Taiwan, Zhongyang wenwu gongyingshe.

Li Wenzhi 李文治.. 1957. Zhongguo jindai nongyeshi ziliao 中国近代农业史资料 (Matériaux sur l’histoire de l’agriculture de la Chine moderne), Pékin, Sanlian shudian.

Lu Chun 陆纯 éd., Yuan dazongtong shudu huibian 袁大总统书牍汇编 (Recueils de lettres du président Yuan), Taibei, Wenhai chubanshe, 1967.

Ma Yinchu 马寅初. 1925. Ma Yinchu yanjiang ji 马寅初演讲集 (Recueil des discours de Ma Yinchu), Shanghai, Shanghai shangwu yinshuguan.

Shanghai qianzhuang shiliao 上海钱庄史料 (Documents pour l’histoire des offices de change de Shanghai). 1978. Shanghai, Shanghai renmin chubanshe.

Sun Yat-sen. 1981-1986. Sun Zhongshan quanji 孙中山全集 (Œuvres complètes de Sun Yat-sen), compilé par Zhongshan daxue lishixi, Guangdongsheng shehuikexueyuan lishi yanjiushi, Zhongguo shehuikexueyuan jindaishi yanjiusuo, Pékin, Zhonghua shuju, 11 vol.

Tang Wenquan 唐文权. 1986. Lei Tie ji 雷铁集 (Recueil de Lei Tie), Wuhan, Huazhong shifandaxue.

Tie Sheng 铁生. 1903. “Jiangsu gaige zhi fangzhen” 江苏改革之方针 (Orientations des réformes dans le Jiangsu), Jiangsu (Revue de l’Amicale du Jiangsu de Tokyo), 1.

Wang Jingyu 汪敬虞. 1957. Zhongguo jindai gongyeshi ziliao 中国近代工业史资料 (Matériaux pour l’histoire de l’industrie moderne chinoise), Pékin, Kexue chubanche.

Wang Xiaotong 王孝通. 1936. Zhongguo shangye shi中国商业史 (Histoire du commerce chinois), Shanghai, Shangwu yinshuguan.

Xiaoshan Shi Zhengxie Wenshi Weiyuanhui (éd.) 萧山市政协文史委员会 (Section d’histoire et de littérature du Comité politique consultatif de la ville de Xiaoshan). 1993. Tang Shouqian shiliao zhuanji 汤寿潜史料专辑 (Numéro spécial de documents historiques sur Tang Shouqian).

Xu Hansan 许汉三. 1985. Huang Yanpei nianpu 黄炎培年谱 (Biographie de Huang Yanpei), Pékin, Wenshi ziliao chubanshe.

Yan Zhongping 严中平 et al. (éd.) 1955. Zhongguo jindai jingjishi tongji ziliao xuanji 中国近代经济史统计资料选辑 (Choix de données statistiques pour servir à l’histoire de l’économie moderne chinoise), Pékin : Kexue chubanshe.

Zhang Jian. 1994. Zhang Jian quanji 张謇全集 (Œuvres complètes de Zhang Jian), Nankin : Jiangsu guji chubanshe.

Zhang Kaiyuan 章开沅. 1983. " Xinhai geming yu Jiang-Zhe zichan jieji " 辛亥革命与江资产阶级 (La révolution de 1911 et la bourgeoisie du Jiang-Zhe) in Jinian Xinhai geming qishi zhounian xueshu taolunhui wenji 纪念辛亥革命七十周年学 术讨论会论文集 (Actes du colloque tenu à l’occasion du 70e anniversaire de la révolution de 1911), Pékin, Zhonghua shuju.

Zhang Kaiyuan et Lin Zengping 林增平. 1980-1981. Xinhai gemingshi 辛亥革命 (La révolution de 1911), Pékin, Renmin chubanshe, 3 vol.

Zhang Pengyuan 张朋圆. 1994. " Lixianpai de jieji beijing " 立宪派的阶级背景 (Tableau contexte sur l’origine de classe des constitutionnalistes) in Xinhai geming yu jindai Zhongguo 辛亥革命与近代中国 (La révolution de 1911 et la Chine moderne), Pékin, Zhonghua shuju.

" Zhao Fengchang cangzha " 赵凤昌藏札 (Archives personnelles de Zhao Fengchang), fasc. n° 108, manuscrits conservés à la bibliothèque municipale de Pékin 北京图书馆.

Notes

1 Manuscrit de Qin Hancai 秦翰才, " Zuo Zongtang yu pengliao " 左宗棠与朋僚 (Zuo Zongtang et ses amis), in Shanghai qianzhuang shiliao (Documents sur l’histoire des banques traditionnelles de Shanghai), 1978, p. 49.

2 Li Ciming 李慈铭, " Yuemantang riji " 越缦堂日记, GX/9/11/7, ibid.

3 L’abréviation " Jiang-Zhe ", souvent employée dans le texte, désigne les provinces du Jiangsu et du Zhejiang (N.d.T.).

4 Shanghai qianzhuang shiliao, op. cit., p. 88-90.

5 Voir Ding Richu, " Xinhai geming qian de Shanghai zibenjia jiejié " (Les capitalistes de Shanghai à la veille de la révolution de 1911) in Jinian Xinhai geming qishi zhounian xueshu taolunhui luwenji (Actes du colloque tenu à l’occasion du 70e anniversaire de la révolution de 1911), 1983, p. 282-289.

6 Chiffres tirés de Wang Jingyu, Zhongguo jindai gongyeshi ziliao (Matériaux pour l’histoire de l’industrie moderne chinoise), 2e partie, dernier volume, 1957, p. 654-655, 892-893, 906-909 ; Yan Zhongping et al., Zhongguo jindai jingjishi tongji ziliao xuanji (choix de données statistiques pour servir à l’histoire de l’économie moderne chinoise), 1955, p. 69, 98-99. Les données sont calculées d’après les chiffres du tableau de l’industrie des filatures chinoises au début de l’essor du capitalisme national (Minzu zibenzhuyi chubu fazhan shiqi de zhongguo fangsha gongye biao民族资本主义初步发展时期的中国纺纱工业表).

7 Tang Wenquan, Lei Tie ji (Recueil de Lei Tie), 1986, p. 277.

8 Tie Sheng, " Jiangsu gaige zhi fangzhen " (Orientations des réformes dans le Jiangsu), Jiangsu, 1903/1.

9 " Zhi Wang Kangnian han zhe shi " 致汪康年函之十 (dixième lettre adressée à Wang Kangnian) in Zhang Jian quanji (Œuvres complètes de Zhang Jian), 1994, t. 1, p. 645.

10 " Wang Rangqing xiansheng shiyou shuzha " 汪穰卿先生师友书札 (Correspondance de M. Wang Rangqing à ses maîtres et amis) in Xiaoshan shi zhengxie wen shi weiyuanhui (éd.,) Tang Shouqian shiliao zhuanji (numéro spécial de documents historiques sur Tang Shouqian), p. 731.

11 " Shang fuzi da ren shu " 上夫子大人书 (Lettre à mon excellent maître) 3e jour du 12e mois de l’année Dingwei, in Ding Wenjiang, Zhao Fengtian, " Liang Rengong xiansheng nianpu changbian " (Biographie succincte de M. Liang Rengong), 1983.

12 Shina Kakuichirée " Zhejiang fengchao – Tang Shouqian " 浙江风潮 – 湯寿潜 (Les trorubles du Zhejiang : Tang Shouqian) in Xiaoshan shi zhengxie wenshi weiyuanhui (éd.), Tang Shouqian shiliao zhuanji, op. cit., p. 175.

13 " Tang Zhexian xiansheng jiachuan 汤蛰仙先生家传 (Histoire familiale de M. Tang Zhexian) ; " Seweng ziding nianpu " 啬翁自订年谱 (Chronique autobiographique de Seweng), GX/26/5, in Zhang Jian quanji, op. cit., t. 1. [L’impératrice Cixi avait promulgué le 21 juin 1900 un édit ordonnant l’assassinat de tous les étrangers. Tang (alors gouverneur général de Nankin) envoya quelques troupes mal entraînées à Pékin et garda les meilleures auprès de lui, ce qui lui permit le 27 juin 1900 d’annoncer au corps consulaire de Shanghai que Liu Kunyi et lui-même seraient personnellement responsables des vies et des biens des étrangers tant que ceux-ci ne feraient pas donner la troupe [N.d.T.].

14 Wang Xiaotong, Zhongguo shangye shi (Histoire du commerce chinois), 1936, p. 22.

15 " Guangxu zhengyao " 光绪政要 (Principaux documents politiques du règne de Guangxu), section 7, entreprise), in Wang Jingyu, op. cit., 2e partie, dernier volume, 1957, p. 925.

16 Tableau sur l’origine sociale des fondateurs des compagnies de défrichement agricole et pastoral dans les provinces (Gesheng nongmu kenzhi gongsi chuangban de chushen biao 农牧垦植公司创办人的出身表) in Li Wenzhi, Zhongguo jindai nongyeshi ziliao (Matériaux sur l’histoire de l’agriculture de la Chine moderne), n° 1, p. 229.

17 Tableau de l’industrie des filatures industrielles chinoises au début de l’essor du capitalisme national in Yan Zhongping, op. cit., p. 98-99.

18 Zhang Pengyuan, " Lixianpai de jieji beijing " (Les classes d’origine des constitutionnalistes) in Xinhaigeming yu jindai Zhongguo (La révolution de 1911 et la Chine moderne), 1994, vol. 1, p. 651, 657, 659, note 2.

19 Bureau de rédaction de l’histoire des entreprises de M. Zhang Jizhi 张季直先生事业史编纂 in Dasheng fangzhi gongsi nianjian (1895-1947) (Annales des filatures Dasheng 1895-1947), p. 132-133, n. 42 ; " Xingxin lu " 兴信录 (Mémoire sur le crédit) in Wang Jingyu, op. cit., vol. 2/2, p. 925.

20 Du Shizhen, " Lun deyu yu Zhongguo qiantu zhi guanxi " (Discussion sur l’éducation morale et liens avec l’avenir de la Chine), Xin shijie xuebao (Revue du nouveau monde, GX/29/3/15.

21 Tang Shouqian, Weiyan 危言 (Paroles libres), 5e section, Parlement, in Tang Shouqian shiliao zhuanji, p. 223.

22 " Zhang Jian riji " (Journal de Zhang Jian), GX/29/12 in Zhang Jian quanji.

23 Zhang Jian, " Bianfa pingyi " 变法评议 (Discours raisonné sur la Réforme), in Zhang Jian quanji, t. 1, p. 75.

24 Shibao (Le Temps), 31/10/1910.

25 " Lun yinhang zhi Tie Shang shuhan " 论银行致铁尚书函 (Discussion sur les banques dans une lettre à Tie Shang), in Zhang Jian quanji, t. 2, p. 57.

26 " Gaige quanguo yanfa yijianshu " 改革全国盐法意见书 (Mémoire sur la réforme nationale des règlements du sel), ibid., p. 134.

27 Zhang Kaiyuan, " Xinhai geming yu Jiang-Zhe zichan jieji " (La révolution de 1911 et la bourgeoisie du Jiang-Zhe) in Jinian Xinhai geming qishi zhounian xueshu taolunhui wenji, op. cit., p. 253-259.

28 Shibao, 6/06/1905.

29 " Zhongguo wei lixian yiqian dang yi falü pian jiao guomin lun " 中国未立宪以前当以法律 遍教国民论 (Avant que la Chine ne se donne une constitution, le droit devrait être largement enseigné au peuple), Dongfang zazhi, 2e année, n° 11.

30 " Lun lixian dang yi difang zizhi wei jichu " 论立宪以地方自治为基础 (Le régime constitutionnel devrait s’appuyer sur l’autonomie locale), Nanfang ribao, 21/09/1905.

31 " Zhang Jian riji ", GX/ 33/12 (1907), in Zhang Jian quanji, t. 6, p. 592.

32 Duanfang, " Duan Zhongmin gong zougao " (Mémoires de Duanfang adressés à l’empereur), section 13, 1918.

33 " Zhang Jian riji ", XT/1/8 (1909), in Zhang Jian quanji, t. 6, p. 624.

34 XT/1/9, ibid., p. 626-627.

35 Fondateur de l’université Fudan avec Yanfu, Shen Manyun prit part à l’organisation de l’école Zhongguo gongxue et rejoignit le Tongmenghui, qu’il soutint toute sa vie. Il fut mis en prison par les autorités de la concession internationale et le journal fut fermé en août 1909. Il devint pendant une courte période vice-ministre des communications en 1909. Le Minhu ribao était franchement anti-mandchou [N.d.T.].

36 " Fu Xu Dinglin " 复许鼎霖 (Réponse à Xu Dinglin), " Zhi Yuan Shikai dian " 致袁世凯电 (Télégramme à Yuan Shikai), " Zhi Zhang Renjun han " 致张人骏函 (Lettre à Zhang Renjun), " Quangao Tie Liang jiangjun han " 劝告铁良将军函 (Conseils au général Tie Liang), in Zhang Jian quanji, t. 1, p. 178, 188.

37 " Gonghe Tongyihui yijianshu " 共和统一会意见书 (Remarques sur l’Association pour l’unité républicaine), ibid., t. 1, p. 195-200.

38 " Zhang Jian weikan handian " 张謇未刊函稿 (Lettres et manuscrits non publiés de Zhang Jian), Archives de la ville de Nantong.

39 Feng Gengguang, " Yinchang dushi nanxia yu nanbei yihe " (Le commandant Yinchang dans le Sud et les négociations Sud-Nord), in Xinhai geming huiyi lu (Souvenirs de la révolution de 1911), (1976), t. 6, p. 362.

40 Xu Hansan, Huang Yanpei nianpu (Chronique de Huang Yanpei), 1985, p. 9.

41 " Zhao Fengchang cangzha " (Archives personnelles de Zhao Fengchang), fasc. n° 108, manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Pékin.

42 Lieu de naissance de Yuan Shikai.

43 " Zai Shanghai Guomindang huanyinghui de yanjiang " 在上海国民党欢迎会的演讲 (Discours d’ouverture du Parti national à Shanghai), in Sun Zhongshan quanji (Œuvres complètes de Sun Yat-sen), 1982, p. 484-485.

44 " Zhi Yuan Shikai dian " 致袁世凯电 (Télégramme à Yuan Shikai), ibid., t. 1, 1981, p. 576.

45 " Wei shiju zhi Yuan Shikai zongtong han 为时局致袁世凯总统函 (Lettre au Président Yuan Shikai sur la situation du moment), " Zhi Yuan Shikai dian ", in Zhang Jian quanji, t. 1, p. 215, 245.

46 " Zhang Jian weikan handian " 张謇未刊函电 (Lettres et télégrammes non publiés de Zhang Jian), Archives de la ville de Nantong.

47 " Wei shi zhengce zhi Huang Keqiang han " 为时政致黄克强函 (Lettre à Huang Kejiang sur les mesures politiques du moment), in Zhang Jian quanji, t. 1, p. 237.

48 " Zhang Jian weikan handian ", Archives de la ville de Nantong.

49 Zhang Kaiyuan, Lin Zengping, Xinhai geming (La révolution de 1911), 1981, dernier volume, p. 465.

50 " Zhang Jian zhi Zhao Fengchang shu " 张謇致赵凤昌书 (Lettres de Zhang Jian à Zhao Fengchang), in Huang Jilu, Erci geming shiliao (Matériaux d’histoire sur la deuxième révolution), 1968, p. 47.

51 Lu Chun 陆纯 éd., Yuan dazongtong shudu huibian 袁大总统书牍汇编 (Recueils de lettres du président Yuan), vol. 7.

52 Ma Yinchu, " Hao zhengfu yu hao shangren " 好政府与好商人 (Un bon gouvernement et de bons marchands), in Ma Yinchu yanjiang ji (Recueil des discours de Ma Yinchu), 1925, 1, p. 281-282.

Auteurs

章开沅

Professeur émérite, Institut de recherche sur l’histoire moderne de la Chine, Université normale HuaZhong, Chine.

田彤

Professeur associé, Institut de recherche sur l’histoire moderne de la Chine, Université normale HuaZhong, Chine.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540