Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Première partie. Nouveau monde de la ville et désinstitutionnalisation du politique : la conjoncture citoyenne de l’« âge d’or »

Introduction à la première partie

Texte intégral

1La première partie de cet ouvrage rassemble des contributions qui concernent les transformations de la ville, de ses élites et de leur culture entre 1903, date de fondation de la chambre de commerce de Shanghai, au moment où l’empire tentait des réformes institutionnelles qui resteront sans lendemain après l’échec de la république, et octobre 1928, date de la fin de l’Expédition du Nord (Beifa) qui réunit la Chine sous l’autorité du seul Guomindang après la rupture avec les communistes (printemps-été 1927).

2Zhang Kaiyuan et Tian Tong présentent « Les élites du Sud-Est et la situation politique aux environs de 1911 ». Ils observent la prédominance économique de cette région avec le Jiangsu-Zhejiang, d’où provient entre le tiers et la moitié de la production industrielle du pays, et notent son influence dans la formation de l’opinion. C’est là que s’imprime le tiers du tirage de tous les journaux, notamment les influents Shenbao, Shibao et Dongfang zazhi, et c’est là que résident les nouveaux notables-bourgeois, comme Zhang Jian ou Tang Shouqian, qui s’imposent sans rupture à côté des notables-lettrés. Zhang Kaiyuan et Tian Tong analysent en particulier le rôle politique déterminant du groupe des grands entrepreneurs dans la dynamique qui conduit les monarchistes constitutionnalistes à se dresser contre la Cour et Pékin : l’envoi de pétitions au Trône en faveur d’un parlement, leur ascendant sur les assemblées provinciales établies en 1909 et le soutien condescendant qu’ils accordent aux révolutionnaires de la Ligue jurée. La force de cette élite tenait au rôle charnière qui avait été le sien dans la dynamique de l’institutionnalisation (les nouveaux notables urbains formaient un groupe différencié à l’intérieur de la sphère des élites et des structures non officielles de l’État impérial, auxquelles ils pouvaient s’adosser) et dans celle de la révolution (dont ils n’attendaient que l’achèvement des réformes institutionnelles promises mais détournées par la monarchie). La république déçoit l’attente de ces grands notables dès lors qu’elle expose leur incapacité à gouverner le pays en l’absence du système (impérial), dont ils s’étaient détachés sans rompre avec lui. Les nouvelles institutions ne suffisent pas à gérer et à pacifier les territoires. Les tensions opposant le pouvoir central aux provinces, les désordres factionnels qu’entraînent les ratés du système parlementaire et la dérive autoritaire de Yuan Shikai minent leur légitimité. Les élites du bas Yangzi avaient agi en faveur de l’instauration d’un nouveau régime politique. Les urgences de la gestion locale et la peur des troubles les incitent rapidement à changer d’optique et à soutenir la dictature de Yuan, qui suspend la vie parlementaire et étouffe les libertés civiques dès la fin de l’année 1913. Leur « apolitisme complice » (M.-C. Bergère) n’est pas un trait spécifique. D’une façon générale, les élites provinciales qui avaient porté le mouvement de l’institution politique de la société depuis la fin des années 1890 se replient au cours des années 1910 sur les positions qui étaient celles des anciennes élites de l’empire – sans le brassage extra-local et sans le lien organique à l’État qui découlaient des statuts et des fonctions officielles.

3Le premier espace politique moderne, privé de souffle par la crise de la république, se morcelle tout en se refermant. Grâce aux travaux que nous avons mentionnés dans l’introduction, son échec ne doit pas – ne doit plus – faire oublier son existence. L’un et l’autre expliquent la conjoncture citoyenne de l’« âge d’or ». Sous l’angle politique, elle n’est pas une irruption de la modernité après la chute d’un Ancien Régime fermé que de tardives et insuffisantes réformes auraient précipité à sa perte. Contestées au sein des élites durant les années 1890, acceptées et portées au cours de la décennie suivante, les réformes changent la forme politique de l’empire et amorcent le processus de l’institution moderne de la société. La révolution anti-Qing de 1911-1912 n’interrompt ni ne renverse ce processus : elle en exacerbe les tensions tout en accomplissant la logique de l’institutionnalisation d’un État-nation. La conjoncture des années 1910-1920 porte la marque du moment politique mis en forme depuis les années 1890. Ce qui lui donne lieu n’est pas l’émergence d’une société et d’une politique modernes, mais la désinstitutionnalisation du rapport politique moderne institué au cours des deux décennies précédentes entre l’espace du social et celui du pouvoir. L’espace politique de la république en crise porte l’empreinte de cette désarticualtion aux différentes échelles de sa construction. Les intellectuels, les nouveaux partis, les yundong patriotiques qui rassemblent la société urbaine dans un nouvel espace de la ville ont retenu l’attention parce qu’ils s’affichent sur la scène urbaine et agissent au niveau national. Il s’agit là d’une première sorte de travail citoyen, visible, directement politique. À l’échelle locale et provinciale, dans la trajectoire des groupes sociaux et des individus, se lisent d’autres parcours dans la conjoncture citoyenne de la désinstitutionnalisation. Les milieux d’affaires du Shanghai de l’« âge d’or » en sont devenus l’emblème grâce aux travaux de Marie-Claire Bergère. Mais la nouvelle génération des notables locaux et provinciaux qui prennent le relais des élites impériales en offre des exemples sans doute plus répandus.

  • 1 Groupe influent au sein du Comité exécutif central du GMD, constitué en juin 1927. La significatio (...)

4Les grands notables-bourgeois du Jiangsu-Zhejiang s’étaient détachés des élites lettrées (dont ils épousaient par ailleurs les normes et les pratiques socioculturelles) grâce à la puissance et à la réussite de leurs activités économiques. Par contraste, la biographie de Liu Mengyang, « petit » notable de Tianjin dont les activités sociales et politiques sans lien avec les (anciennes) « grandes » élites tiennent au nouveau monde de la ville autant qu’à la sphère des institutions de la république, nous conduit loin de l’empire et loin de Shanghai à la suite de Laurent Galy (« Une trajectoire tianjinoise : Liu Mengyang ou la fidélité à l’autonomie locale »). Musulman, fils d’un boucher ambulant, Liu avait commencé son ascension sociale par le journalisme. Il avait milité contre le bandage des pieds des femmes et participé au boycott antiaméricain de 1905. Devenu fonctionnaire de police, puis député d’arrondissement sous les Qing, il était un néo-notable issu du petit peuple, très différent de l’orgueilleuse bourgeoisie bureaucratique des fermiers du sel : l’illustration même du soutien apporté aux réformes institutionnelles, en dehors du milieu des grands notables, qui dominaient les assemblées et touchaient directement au pouvoir d’État, par le biais de la pratique de l’autonomie locale (zizhi). Haut fonctionnaire de la police au début de la république, puis sous-préfet, Liu participe, après le succès de l’Expédition du Nord, au gouvernement municipal de Tianjin, placé sous l’autorité conjointe du Guomindang (GMD), de Yan Xishan et de Zhang Xueliang. Il est mis à l’écart par la clique CC1 à partir de l’automne 1931 et finit sa carrière, comme un notable de l’ancien temps, dans les activités philanthropiques (il est directeur de l’Hospice municipal de 1933 à 1939). Exemple caractéristique d’activisme local politisé dans la conjoncture de crise de l’État, le parcours de ce citadin très citoyen illustre les voies de traverse qu’emprunte le travail de la démocratisation lorsque l’effondrement de la république supprime le référent institutionnel. Liu Mengyang a laissé des mémoires nostalgiques des années 1908-1913 qui sont dominés par une impression d’échec significative du bilan des réformateurs modérés de la fin de l’empire et du début de la république.

  • 2 M.-C. Bergère (1.1) Une crise financière à Shanghai à la fin de l’Ancien Régime. Paris/La Haye : M (...)

5Ce n’est plus le monde des notables, petits ou grands, qu’explore Bryna Goodman, mais une crise des valeurs induite par un aspect – ou un excès – de la vie moderne qui affecte des citoyens ordinaires : le développement spectaculaire de la spéculation boursière à Shanghai. À partir d’une analyse de romans, de débats dans la presse et de faits divers comme le suicide de Mme Xi Shangzhen, qui avait investi 4 000 yuans à la Bourse et en avait perdu 17 000 en quatre mois, « ‘The Crime of Economics’ : Suicide and the Early Shanghai Stock Market » analyse le malaise suscité par cette « économie creuse ». En 1921 – année de la fondation du Parti communiste –, 140 bourses shanghaiennes attiraient surtout les petites gens et les femmes et recueillaient 200 millions de yuans contre 75 seulement dans les 75 banques chinoises et étrangères ! La prolifération des bourses et l’intensité de la spéculation ne sont pas choses nouvelles à Shanghai : l’une des premières recherches de Marie-Claire Bergère avait porté sur le boom du caoutchouc en 19102. Au tournant des années 1920, l’extraordinaire et précaire réussite de ces fragiles officines souligne l’extension de l’» âge d’or » au-delà du cercle des industriels. Alors que la plupart des commentateurs stigmatisent la nocivité de la spéculation, de jeunes entrepreneurs s’élèvent au contraire dans le Shishi xinbao contre toute attitude moralisante : la Chine a besoin d’argent et de « producteurs ». Quelques années plus tard, certains des militants du tout jeune Parti communiste, au nombre desquels on relève la signature d’un certain Mao Zedong, développeront eux aussi ce thème saint-simonien dans un registre marxiste à peine plus châtié.

6Ces trois expressions de la citoyenneté balisent la trajectoire politique du nouveau monde de la ville. Par contraste, les profils de marchands du delta de la rivière des Perles et de Chaozhou rapprochés par Ho Pui-yin semblent évoquer une forme durable de la communauté plutôt qu’une expression, même contrainte, du travail citoyen. L’analyse prosopographique porte sur 226 personnalités, dont 114 de Canton et 112 de Chaozhou,, qui ont réussi dans les affaires au cours des deux premières décennies de la République. En règle générale d’origine modeste, peu instruits, ayant bien souvent commencé à travailler avant l’âge de vingt ans, les néo-notables de l’échantillon étudié ont dû leur carrière à une longue expérience professionnelle favorisée par les liens claniques et familiaux et par leurs réseaux relationnels, mais surtout à leur forte personnalité : 58 % d’entre eux à Canton et 67 % à Chaozhou sont en effet partis de zéro. Au total, le lien géographique, le dialecte local, la culture régionale ont joué un rôle déterminant dans la carrière de ces notables récents qui ont consacré assez peu d’effort à la politique mais beaucoup à des activités sociales : 66 % des Cantonais et 59 % des Chaozhou ont géré des organismes de charité, 50 % des Cantonais et 43 % des Chaozhou ont financé des écoles, 54 % des Cantonais et 62 % des Chaozhou ont participé activement aux diverses activités des chambres de commerce. L’ascension sociale de ces self-made-men fait d’eux des néo-notables touchant à la strate supérieure de la société provinciale selon le modèle ancien des lettrés-marchands. Mais, si l’on peut en déduire que la modernisation va de pair avec la tradition, comme dans le Shanghai de Marie-Claire Bergère et de Bryna Goodman, il faut également souligner que la tradition est amputée et que la réactualisation d’un ancien modèle intervient dans un univers où les statuts sont privés de liens institutionnels avec l’État ainsi que de la suprême reconnaissance culturelle que valait aux lettrés l’onction du diplôme impérial. La classification statutaire procède des seules logiques et habitudes sociales, auxquelles s’ajoutent cependant, selon le cas, des contacts avec le monde du pouvoir et de la politique qui ne sont pas davantage institutionnalisés. Ce dernier trait situe les marchands-notables en retrait par rapport aux positions que les élites provinciales étaient parvenues à occuper aux derniers temps de l’empire. Aussi n’est-ce point en invoquant la prégnance et la ductilité d’une culture intemporelle que l’on expliquera la reproduction du modèle mais en mesurant son utilité sociale à l’aune de l’institution politique de la société et, conjoncturellement, de sa désinstitutionnalisation. La trajectoire de l’État républicain fait de lui un espace de communauté plus que de citoyenneté. Il s’agit là d’un degré faible du politique (sur l’échelle construite au cours du siècle par les travaux citoyens des citadins), dont le parcours des individus peut élargir le rayon et les enjeux : c’est ainsi que Liu Mengyang s’active à Tianjin. À partir de Xi’an, Pierre-Étienne Will retrace (dans la seconde partie) des trajectoires de cette nature.

7Les institutions représentatives et l’espace politique, dont la disparition précoce conditionne le travail citoyen des citadins de la ville moderne, existent dans l’espace urbain, mais du côté extraterritorial : les nombreux habitants chinois des concessions n’ont pas accès à cet espace abstrait en même temps qu’à des lieux concrets qui leur sont en principe interdits. Ces barrières ont longtemps passé pour l’exemple même de l’arrogance coloniale et raciale qui a galvanisé le nationalisme chinois. Les concessions ont aujourd’hui droit de cité. Elles apparaissent comme des lieux d’échange et des laboratoires de la modernité enchâssés dans la dynamique moderne de la ville chinoise. Il n’en reste pas moins que cette interprétation favorable met en valeur des liens et des échanges tout en maintenant la séparation de deux mondes. Robert Bickers va plus loin : c’est au sein même du monde réservé de la concession qu’il prend en compte l’existence politique des citadins chinois privés de la citoyenneté reconnue aux étrangers. Il ose remettre en question ce qui semblait être une certitude : la concession internationale aurait été un lieu régi par une ségrégation sévère rejetant à l’extérieur du cercle de notables – tous étrangers et majoritairement britanniques – le million et quelque de Chinois qui y vivaient. De fait, ceux-ci ne siégèrent pas au Shanghai Municipal Council (SMC) avant 1928, date à laquelle ils purent enfin pénétrer dans des parcs dont les grilles leur avaient été fermées jusqu’alors, à moins qu’ils ne fussent porteurs de laissez-passer. Le SMC, élu par les seuls propriétaires, fut d’ailleurs dirigé exclusivement par les représentants des grandes familles anglo-saxonnes de la ville jusqu’à la mainmise sur la concession par les Japonais en décembre 1941.

8Mais, alors même que la communauté anglo-saxonne fonctionne comme un monde quasi clos à côté de la foule des autochtones, dont elle ne connaît que quelques notables, Robert Bickers met en évidence l’implication croissante des Chinois dans la vie de la concession, qui se trouve peu à peu « shanghaisée » : les Shanghairen deviennent ainsi, à leur façon, des Shanghailanders. S’ils n’ont pas le droit de vote – mais l’ont-ils ailleurs en Chine, sinon de façon formelle ? –, « ils votent avec leurs pieds et leur plume » en participant à la vie quotidienne de la concession. C’est ainsi qu’ils recourent aux services de la Shanghai Municipal Police, et s’y engagent (plus de 10 000 d’entre eux rejoignent ses rangs entre 1900 et 1942). Ils portent plainte dans ses commissariats et lui font confiance. On traduit en chinois la Municipal Gazette à partir de 1928, puis, à partir de 1935, les copieux rapports annuels du SMC.

9La citoyenneté par procuration se substitue à la citoyenneté par représentation : ainsi la greffe (anglaise) prend-elle en terre de Chine (alors même que la réalité de l’exclusion est un article de foi pour les nationalistes chinois, dans un autre espace du politique). Il serait intéressant de suivre ce parcours particulier en d’autres lieux – à Hongkong notamment. Mais, une fois encore, le constat du mixage culturel n’est pas le fin mot de l’histoire. Vue sous l’angle de ses habitants chinois, la concession n’apparaît plus comme une cité inaccessible. Aux yeux de l’historien du social, elle n’est pas seulement un lieu d’acculturation, un foyer de diffusion et d’influence, un refuge. Elle est en elle-même un creuset du travail citoyen des Chinois, un lieu où les citadins construisent par leurs pratiques sociales un espace de citoyenneté sans institution politique de leur société. Il reste que ce lieu et cet espace sont aussi un territoire contesté (les manifestations étudiantes décrites par Jeffrey Wasserstrom, l’agitation ouvrière doivent être lues en parallèle) en même temps qu’un abcès de fixation de la vie politique nationale. La citoyenneté déconstruite qu’étudie Robert Bickers n’est de toute évidence pas incompatible avec des engagements ou avec une action politique plus décidée. À l’inverse, le lent et calme investissement qu’il décrit ne peut être davantage ramené à un processus social sans implication politique : l’espace éclaté de la désinstitutionnalisation n’en est pas moins un espace politique global non dépourvu, sous certains rapports, de centralité.

10Il nous faut donc ouvrir l’éventail de la construction du politique (et de son observation), sans toutefois perdre de vue le caractère local et la dispersion de ses chantiers. Cette remarque serait de peu de conséquence si l’échelle politiquement déconstruite de la Chine n’avait été investie par un pouvoir qui réoriente et focalise les trajectoires particulières localisées : un pouvoir construit globalement et localement ayant eu la capacité de réorganiser les espaces locaux et nationaux de la société et du politique à partir des territoires ruraux, où il agence une révolution en même temps qu’il y construit un État.

11Cette révolution rurale ne fut pas une révolution paysanne : nous devons à Lucien Bianco de l’avoir montré en une démonstration instruite du côté du social plutôt que de celui de l’État, côté davantage exploré par les travaux ultérieurs qui ont mis l’accent sur la construction du communisme territorial et organisationnel en tant que processus de pouvoir après 1927. En instruisant l’histoire sociale des mouvements paysans de la Chine républicaine, Lucien Bianco a prouvé – contre la doxa maoïste – que, sans l’intervention d’éléments extérieurs, ces mouvements ne s’organisent et ne se politisent pas plus qu’ils ne le faisaient sous l’empire. La démonstration est renouvelée ici, d’une façon d’autant plus pertinente qu’elle porte sur « l’agitation paysanne dans la région de Shanghai durant la première moitié du xxe siècle ». On aurait pu croire que cet arrière-pays de la métropole du bas Yangzi subissait une forte influence des rapports marchands dominants dans le Jiangnan et des idées occidentales. Or, il n’en est rien. Le comportement des paysans est très semblable à ce que l’on peut constater au cœur même de la « Chine jaune », loin du Shanghai où Mme Xi perd 17 000 yuans à la Bourse et met fin à ses jours, loin du Parti communiste où Mao songe plus au rôle historique de la bourgeoisie qu’à celui des paysans. Il est « réactif », pour reprendre les analyses classiques de Charles Tilly : les paysans réagissent de façon désorganisée et souvent violente à une aggravation locale ou temporaire de leur condition, réelle, menaçante ou supposée. Au lieu de s’en prendre au pouvoir politique ou d’invoquer l’État contre leurs oppresseurs, ils se dressent contre des puissances proches et concrètes qui appartiennent à la couche des propriétaires notables dont ils dépendent économiquement et communautairement, et c’est aux mêmes dirigeants communautaires qu’ils s’adressent fréquemment afin de diriger leurs actions ou en qualité de médiateurs. On remarque cependant que les conflits entre les tenanciers (diannong) et les propriétaires fonciers (ou les agences de location et de gestion des terres, zuzhan) sont beaucoup plus nombreux qu’ailleurs : près de la moitié du total national de ce type de contestation. La ville transformerait-elle la campagne ? Par le canal des luttes sociales, les non-citadins élargiraient-ils à certaines campagnes « modernisées » la sphère de la citoyenneté ? L’auteur établit que les causes et les formes de ces actions réputées plus modernes que les pillages des jours de soudure, les bagarres avec les gabelous, ou les émeutes contre le recensement et la levée de taxes (fréquentes depuis les « nouvelles politiques » de la fin des Qing), demeurent traditionnelles. Ce fut le cas notamment pour les graves émeutes d’automne à Suzhou en 1934 et 1935. Il semble que l’on assiste à l’inscription dans l’espace d’un décalage dans le temps beaucoup plus qu’à l’émergence d’un trait distinctif : les effets tardifs de la crise mondiale sur le marché des céréales se font sentir près de Shanghai, avant de gagner le reste du pays. L’investissement progressif des circuits commerciaux par la crise souligne le caractère ouvert de l’économie et les liens qui existent entre la côte et l’intérieur, mais ces circuits sont en place depuis longtemps et les fureurs paysannes qui répondent à la crise ne sont pas d’un type nouveau. La conjoncture économique va moins loin que la conjoncture politique dans l’explication des trajectoires de la politisation.

Notes

1 Groupe influent au sein du Comité exécutif central du GMD, constitué en juin 1927. La signification des lettres CC est controversée. Il s’agirait soit d’une allusion aux deux frères Chen (Guofu et Lifu), soit à un lieu de rencontre, le Central Club.

2 M.-C. Bergère (1.1) Une crise financière à Shanghai à la fin de l’Ancien Régime. Paris/La Haye : Mouton, 1964.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540