Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

En introduction

De la Cité problématique à la Ville habitée : Histoire et historiographie de la société urbaine chinoise au xxe siècle

Yves Chevrier

Texte intégral

  • 1 Petit Larousse illustré 2005. Citadin : Personne habitant une ville, […] adaptée à la ville. Citoy (...)

1La Chine a connu dans sa longue histoire trois périodes d’essor urbain. Depuis le xxe siècle, un nombre grandissant de citoyens se dégage de ces citadins1. Voici délimité l’espace du présent ouvrage. Et voici rassemblée dans sa perspective une multitude de questions accompagnée d’une multiplicité d’échos. En dépit du récit émerveillé de Marco Polo, la Chine n’offre-t-elle pas dans la durée de sa longue histoire l’exemple d’une haute civilisation sans urbanisation – sans développement urbain intégré et sans ce que Max Weber appelait la Cité ? La ville moderne ne s’implante-t-elle pas sur ce terrain historique comme un artefact d’importation – de quasi-colonisation, diront les maoïstes ? Répété tout au long du xxe siècle en dépit d’une cascade de révolutions et de cycles modernisateurs, l’échec de la démocratie ne sanctionne-t-il pas l’impuissance de la ville à faire de la Chine post-impériale une Cité ? Que dire du social qui échoue à construire la démocratie ? Est-il inexistant (ce que dément la densité foisonnante des associations et des mouvements sociaux), est-il plutôt social que politique, indifférent à la démocratie institutionnelle (ce que démentent la constance et l’importance des engagements de nature politique portés par les acteurs du social) ? Mais que dire alors de ces mouvements sociaux et de ces mouvements politiques si l’événement majeur du siècle – la révolution implantée au cœur des campagnes par Mao Zedong – les contourna ? Que dire enfin du social urbain, non seulement dépassé par la révolution nationale du Guomindang et par la révolution maoïste, mais bâillonné, écrasé par les dictatures issues de ces révolutions ? Est-ce au spatial plutôt qu’au social qu’il faille rapporter cette histoire ? La société moderne et la démocratisation furent-elles limitées dans leur expansion par les limites géographiques des villes ? Faut-il attendre les effets de l’actuelle urbanisation – peut-être (mais à terme) la révolution décisive de la modernité en Chine – pour que la question de la citoyenneté puisse se poser sans être préemptée par l’insuffisance ou par les biais du développement urbain qui ont, tout au long du xxe siècle, caractérisé l’entrée du vieil empire dans la sphère de la mondialisation ?

2À ces questions que leur dictait le dossier historique, les spécialistes de la Chine contemporaine ont apporté des réponses sous la forme de faits glanés dans les sources – comme il sied au métier de l’histoire –, mais aussi sous celle de questionnements qui relient leurs interrogations spécialisées à celles que formulent les spécialistes d’autres périodes de la Chine, d’autres sociétés et d’autres disciplines. Afin d’introduire les produits d’une nouvelle récolte engrangée dans le sillon tracé par Marie-Claire Bergère, il nous faut présenter la problématique de la ville moderne et de la société urbaine à travers son évolution et sa diversité : telle qu’elle se pose dans la perspective de l’histoire chinoise en longue durée, telle qu’elle a pu être « déconstruite » à la suite du linguistic turn des sciences sociales dans la mouvance (au demeurant diverse) des cultural studies, et telle qu’une pratique de l’histoire sociale qui regarde le politique la situe par rapport aux trajectoires des pouvoirs et de la révolution – dans une histoire de la citoyenneté qui, tout au long du xxe siècle, aura été conditionnée par les aléas de la mise en forme de l’État-nation

Villes et sociétés locales dans l’empire : la profondeur historique de la modernité urbaine

3Le premier essor urbain se situe entre le xe et le xiie siècle de notre ère, notamment dans ces grandes agglomérations que furent Kaifeng, capitale des Cinq Dynasties, puis des Song du Nord, et Hangzhou, capitale des Song du Sud. La population de ces métropoles sortait alors largement des enceintes pour s’installer dans des faubourgs autour des « marchés aux fourrages ». Marchands, coolies, artisans se pressaient dans des artères populeuses, autour d’échoppes, d’ateliers, de boutiques, de lieux d’amusement. C’est à cette époque qu’apparut la rue chinoise comme espace privilégié de la vie sociale. Aussi ne peut-on plus accepter de nos jours la vision donnée naguère par Max Weber d’une cité chinoise qui n’aurait été qu’un simple centre administratif, construit autour du yamen du magistrat et du quartier général de la garnison, lieu de consommation de biens où la production se serait limitée à un secteur de luxe. Cette appréciation beaucoup trop restrictive a été démentie par l’histoire sociale appliquée à la période ancienne. Elle s’inscrivait également dans une vision d’ensemble de la civilisation chinoise qui supposait une stagnation après les Song. La ville n’aurait trouvé son dynamisme qu’après l’arrivée des Occidentaux, c’est-à-dire à partir des guerres de l’Opium et des « traités inégaux », dans les enclaves coloniales administrées par les étrangers qu’étaient en fait – sinon en droit – les concessions étrangères, à Shanghai, Hankou ou Tianjin.

  • 2 Dans son ouvrage publié en 1971 (The Treaty Ports and China Modernization : What went wrong ?, Ann (...)

4Cette vision réductrice des historiens a souvent coïncidé avec une interprétation non moins réductrice du discours officiel, censé être aveugle, sinon tout uniment hostile, aux réalités de la ville en général et aux activités commerciales en particulier – en dépit des multiples témoignages montrant dans la vie courante de l’empire, chez les fonctionnaires comme parmi la population non titrée, les usages devenus fonctionnels en même temps qu’habituels et positifs de la ville. Le fameux Empire chinois du père Huc (1854) est particulièrement significatif à cet égard. Pourtant, la plupart des fondateurs de la sinologie occidentale se sont montrés sensibles à l’autre facette du discours lettré, rigide et moralisatrice quant à elle, sans suspecter que les mises en garde et les condamnations témoignaient de l’intégration de la ville à l’univers impérial bien plus qu’elles ne signifiaient son exclusion. Par surcroît, la réalité urbaine de la Chine qui leur était contemporaine leur paraissait d’autant moins digne d’intérêt qu’elle leur semblait dépourvue de profondeur historique, comme venue d’ailleurs. Ce tropisme se retrouve de manière plus ou moins explicite chez de nombreux auteurs, tels Rhoads Murphey2 et Albert Feuerwerker. Le Balazs de la « bureaucratie céleste » n’y échappe pas entièrement.

  • 3 Yu Yingshi, Zhongguo jishi zongjiao lunli yu shangren jingshen (L’éthique religieuse et la mentali (...)

5Des travaux originaux, comme ceux de l’historien Yu Yingshi, ont introduit d’importantes nuances, en montrant que la condamnation morale et conservatrice de l’argent facile, des mœurs corrompues et de la corruption – genre effectivement fort prisé – ne devait pas passer pour la totalité du discours sur la question et ne valait pas rejet du commerce et du profit partout ni par tous3. Si le régime bureaucratique se montrait vigilant à l’égard des communautés marchandes, notamment celles de la côte méridionale de l’empire, c’est que la richesse et l’influence qui y étaient concentrées pouvaient appuyer des tentatives politiques ou militaires dirigées contre le pouvoir central. L’empire avait appris à les tenir en respect au nom de sa géopolitique interne, mais leurs activités n’étaient pas plus étouffées que celles d’autres rivaux potentiels (par exemple, les religions).

  • 4 Exemple à propos de l’histoire de Shanghai avant l’ère des concessions : Johnson (1995). De nombre (...)
  • 5 Il est impossible de donner une idée, même approximative, de la très riche bibliographie qui témoi (...)
  • 6 Même remarque. S. Mann a donné une utile problématisation synthétique de la question (Mann, 1984). (...)

6La perspective a fondamentalement changé au cours des dernières décennies grâce à l’heureuse conjonction de deux approches : les monographies urbaines en longue durée se sont multipliées4 ainsi que les analyses morphologiques et spatiales d’un social particulièrement dynamique à la fin de l’époque impériale5. Cette réévaluation ne va cependant pas jusqu’à remettre en cause un point essentiel : même si la ville chinoise prémoderne est reconnue comme un espace de développement économique et un lieu d’intenses brassages sociaux et culturels, à l’instar des villes d’Occident avant la révolution industrielle, les élites locales urbaines continuent d’être décrites comme étant sans pouvoir sur le plan politique6. La ville ne constituait pas une entité administrative en tant que telle (elle était incluse dans un district qui englobait des zones rurales). En raison du statut inférieur de la circonscription qui les incluait, des centres urbains purent croître, parfois considérablement – comme Hankou au xviiie siècle (voir ci-dessous) – tout en n’occupant qu’un rang inférieur dans la hiérarchie administrative. Les corps urbains (organisés par métiers et par localités) ainsi que les pratiques économiques et sociales – de plus en plus contractualisées au fil des siècles – constituaient des associations puissantes et établissaient des règles légitimes, mais les associations comme les pratiques et les normes sociales n’avaient pas d’existence reconnue dans le corps officiellement institué des hautes institutions de l’État. Le droit, précocement, fortement et officiellement construit dans l’ordre pénal et administratif, se développait lui aussi sur le terrain du social et des normes, en serrant de près les pratiques, mais les activités civiles et économiques n’étaient pas codifiées en tant que telles. Les deux mondes – institutions officielles et pouvoir bureaucratique d’un côté, institutions de la société et pouvoirs sociaux de l’autre – se présentaient sous deux angles différents, le premier constitué à l’échelle centrale et organisé selon une hiérarchie descendant jusqu’aux districts territoriaux, le second pulvérisé en une myriade de communautés et de territoires entre lesquels les relations économiques, les liens de la parenté et de l’ethnicité ainsi que l’expansion de certains cultes tissaient des relations extra-locales.

  • 7 Sous les Qing, les élites locales, rurales et urbaines étaient appelées à coopérer avec les foncti (...)
  • 8 Les habituelles généralisations… culturelles sur « la » culture magnifient la haute culture lettré (...)

7Entre ces deux mondes, des liens sociaux, des médiations symboliques, et des articulations fonctionnelles ajoutées aux rapports fonctionnellement institués (à la grille bureaucratique), assuraient la respiration et la cohésion de l’ensemble impérial tout en relayant auprès des corps sociaux, au niveau des territoires, la structure étatique (au sens strict du terme : celle dont les fonctionnaires étaient les acteurs et dont le développement limité en quantité ne permettait pas d’exercer un contrôle territorial dense, ni de rationaliser les fonctions essentielles de l’État : extraction fiscale, éducation, « administration de la famine »7…). Aux interfaces (le pluriel, ne l’oublions pas, s’impose en raison du caractère territorialisé de ces passages et de ces brassages), deux facteurs structurants articulaient la société impériale : la trame culturelle et la multifonctionnalité des élites. La culture, si souvent citée comme liant unique d’une « civilisation sans État » ou d’une « Chine culturelle », et qui n’était que l’un d’entre eux, était elle-même articulée entre unité, diversité et hiérarchisation selon des axes dont la disposition et la nature ont suscité une abondante littérature historico-anthropologique8.

  • 9 L’organisation et la légitimité des lignages dépassent la question des seules élites. Sur leur mon (...)

8Les élites n’ont pas moins retenu l’attention. Elles se partageaient elles aussi entre l’univers officiel, officiellement supérieur et distingué (la classe statutaire, hiérarchisée et diplômée par l’État des lettrés), et le monde non officiel, mais non moins stratifié, des notables (dirigeants collégiaux des guildes, petits et grands marchands, chefs des cultes et des lignages9), sans oublier le rôle et le poids croissants des « spécialistes » non titrés de la gestion et de l’éducation qui mettaient leurs compétences techniques au service des fonctionnaires, des institutions sociales et des riches particuliers. Un partage intervenait aussi entre le social-symbolique (qui incluait dans sa sphère l’ensemble des notables, y compris les lettrés) et le politico-administratif (les fonctionnaires devaient être lettrés, mais tous les lettrés n’étaient pas fonctionnaires), entre le central et le local, le système bureaucratique polarisé et les territoires émiettés. Grâce à la diffusion de l’éducation, les notables, officiels et non-officiels, assuraient la jonction entre le monde de la haute culture et celui des cultures (et religions) locales sans abolir la distinction et la recherche de la distinction qui singularisaient la haute culture et caractérisaient les niveaux supérieurs de la société.

9Renvoyant aux articulations de la culture, la distinction culturelle opérait au niveau des élites en agissant en deux sens : elle singularisait les hautes élites détentrices patentées de la haute culture lettrée (sans les couper cependant du continuum des pratiques sociales et des communautés locales), mais elle ouvrait aussi le monde supérieur de l’hégémonie culturelle à ceux qui s’en appropriaient les signes distinctifs. L’obtention du savoir académique conduisant aux diplômes (avant l’achat des titres, qui ne se répandit qu’au xixe siècle), les activités éducatives, les fondations académiques, s’ajoutèrent aux pratiques philanthropiques et à l’investissement de moyens souvent importants dans la gestion de ce que l’on serait tenté d’appeler des « politiques publiques » à l’échelle locale (la voirie, les greniers, les fameux systèmes hydrauliques) pour « classer » un nombre de plus en plus considérable de familles et de lignages en les rattachant à l’arborescence officielle des titres et des fonctions publiques qui structurait la bureaucratie. Dans la réalité, les riches marchands, les influents chefs des puissants lignages, n’occupaient plus la place subordonnée qui était la leur dans l’organigramme symbolique de l’empire. Le brassage des élites ouvrait le classement impérial du social en même temps qu’il le reproduisait.

  • 10 G.W. Skinner, “Marketing and Local Structures”, Journal of Asian Studies, Part I : 24-1 (Nov. 1964 (...)
  • 11 Le problème de l’institutionnalisation est également abordé, dans une perspective différente, par (...)

10L’articulation la plus significative, nettement constatable aux derniers siècles de l’époque impériale, tenait donc à la dynamique sociale elle-même, qui reposait sur l’interpénétration à tous les niveaux de deux mondes officiellement – et spatialement – séparés quoique très proches l’un de l’autre – le social et la bureaucratie. Cette distance inclusive est interprétée dans l’analyse spatiale proposée par G. William Skinner comme un décalage calculé entre deux réseaux fonctionnels, celui des centres de pouvoir et celui des centres économiques urbains10 – d’un côté l’« État-système », de l’autre la « société organique », si nous adoptons la terminologie de Mark Elvin (Elvin et Blunden 1986). On peut également en donner une lecture à partir de la distinction durable des modes d’institutionnalisation, qui tout à la fois cimente et émiette un « empire distendu » laissant croître et respirer un social non institutionnalisé (Chevrier 1996)11. Ces différentes interprétations ont en commun de rendre compte de la dynamique sociale et de l’expansion de la ville sans faire dépendre la première de la seconde. L’empire lui-même est l’organisateur et le bénéficiaire de l’expansion prémoderne, qui renvoie à l’État et au parcours de modernisation de l’État plutôt qu’à la ville. Grâce aux articulations sociales et territoriales de l’État, que l’on doit appréhender du même coup lato sensu en dépassant la problématique décidément trop étriquée de la bureaucratie, l’empire des Qing est à l’échelle impériale le creuset et non l’obstacle ou la tombe de la transformation pré-moderne (qui intègre bien évidemment des différences régionales accentuées).

  • 12 Le reflux des schémas systématiques que l’on constate à propos de l’histoire sociale chinoise vaut (...)

11Pour le dire autrement, les effets sociopolitiques du développement de groupes sociaux non bureaucratiques et de pôles dynamiques locaux ou régionaux sur la structure globale de l’empire sont sans nul doute un ressort essentiel de l’histoire chinoise en longue durée, mais la ville n’en est pas le point focal : l’interface décisive serait plutôt à chercher du côté des relations qui se nouent et se dénouent entre l’État et la myriade des territoires et des communautés. Leur structuration mettait en œuvre des réseaux enchevêtrés de parenté, de cultes, d’activités économiques et culturelles, dont les villes ne devinrent que lentement le centre, sans qu’il s’ensuive ce que nous tenons d’ordinaire pour un phénomène d’urbanisation, et sans que les conséquences politiques attendues d’une telle évolution soient au rendez-vous de l’ancien régime chinois. L’interpénétration entre le système administratif et symbolique de l’État et les structures denses, non instituées mais que l’on ne devrait plus dire « informelles » de la cogestion locale, l’émergence d’espaces organisés autour de l’activité économique et de pôles urbains parfois considérables, n’eurent pas de retentissement direct sur la formation du politique – du moins pas les conséquences visibles en Europe occidentale : la Chine ne connut rien de comparable au mouvement communal des villes flamandes ou lombardes au Moyen Âge (même s’il convient de le remettre en contexte12) et, pour la période ultérieure – nous y venons dans un instant –, c’est en vain que l’on a tenté d’interpréter ces développements à la lumière du schéma historique de la société civile ou (dans le registre marxiste) des « bourgeons » et de la « montée » d’une bourgeoisie.

  • 13 Les historiens débattent notamment de l’ampleur, des ressorts et de l’emprise géographique de la « (...)
  • 14 Voir également Billy K.L. So, Prosperity, Region, and Institutions in Maritime China : The South F (...)

12Ces questionnements sont à l’arrière-plan immédiat de la modernité urbaine du xxe siècle. Avant de les aborder, deux remarques s’imposent. Le développement dont les grandes lignes viennent d’être rappelées n’est pas un plan fixe de l’histoire chinoise, ni même une vue générale, un travelling s’étirant sur toute sa longue durée. Les éléments – économiques, sociaux, culturels – et les axes territoriaux constitutifs d’un paysage social dense au sein des structures officielles de l’empire se mettent en place (tant sur le plan officiel que sous l’angle social) au cours d’une histoire entrecoupée de coupures et de bifurcations dont le cadre chronologique est celui du dernier millénaire. L’articulation significative date des Song (d’un côté la constitution du système bureaucratique, de l’autre la formation d’un paysage socio-économique nouveau), mais ce temps formateur d’une Chine pré-moderne n’est pas lui-même d’une seule coulée13. Il n’est pas davantage d’une seule venue et ne procède tout spécialement pas des seules villes. Le nouveau paysage ne cesse de changer dans le temps sous l’angle spatial, en sorte que l’empire est une unité de structure qui se « transforme » (R. Bin Wong) sans unité14. Oublier le caractère territorial et dynamique de la longue durée, c’est inévitablement reproduire des clichés. Ces remarques nous inviteraient à refermer le dossier historique sans autre forme de procès si les caractéristiques politiques qui découlent de cette histoire n’éclairaient d’un jour neuf les débats relatifs à la modernité (ou à la non-modernité) de cette évolution.

  • 15 P.-E. Will, « Science et sublimation de l’État en Chine pendant la période impériale tardive », Ac (...)

13Dans les anciennes approches, l’inexistence politique des villes repose sur l’absence de leur existence sociale (Wittfogel), sur la faible structuration de celle-ci (Weber : la « boutique » condamne la Cité), ou sur une hégémonie bureaucratique qui l’empêche (Balazs). La question change de nature dès lors que la société urbaine n’est plus perçue par défaut, mais en tant que construit social dans la longue durée. C’est alors une construction (celle de l’État) face à une autre construction (celle du social) qu’il faut comprendre afin de rendre compte du fait que ces deux dynamiques n’engendrent pas une construction du politique comparable à celle qu’ont connue les sociétés d’Europe occidentale depuis la fin du Moyen Âge. Cette problématique spécifique se resserre après les bouleversements du xviie siècle, avec l’âge d’or des Qing. Les institutions impériales et le système bureaucratique n’empêchent ni la densification des élites locales, ni celle des réseaux urbains dans un nombre croissant de régions, ni le recentrage urbain des élites de niveau supérieur, ni même le renforcement de puissantes communautés marchandes liées à l’essor d’une économie diversifiée et monétarisée dont G. W. Skinner a étudié l’organisation spatiale aux différentes échelles de l’empire. De son côté, et contrairement à la tenace légende de l’« empire immobile » ou déclinant, le cadre officiel ne demeure pas en marge de l’histoire. L’avènement des Ming au xive siècle, puis, au xviie siècle, leur chute, l’invasion mandchoue et l’instauration de la dynastie Qing, s’accompagnèrent de bouleversements institutionnels qui eurent des conséquences directes tant sur le système central du gouvernement que sur la structuration des territoires et des élites au niveau rural et local. Loin de la stagnation et du déclin qui lui sont volontiers imputés, la croissance démographique et économique du xviiie siècle étoffe le social sous la forme de puissantes sociétés locales (aussi bien rurales qu’urbaines), à la fois auto-instituées et articulées à l’ensemble impérial, en même temps qu’elle nourrit et sollicite la montée en puissance d’une « bureaucratie savante » dont la structuration, l’action et les relais parmi les élites sociales, à l’échelle globale de l’empire comme à celle de ses territoires, impriment à l’ensemble un mouvement d’allure incontestablement moderne15.

  • 16 L’adverbe de temps est important, car nous ne ferons pas état, sinon par allusion, de schémas plus (...)
  • 17 On reconnaîtra dans la branche idéologique de l’alternative le schéma hérité de Weber. L’explicati (...)
  • 18 L’image d’un enfermement du dynamisme chinois (il est fait allusion ici à W. Jenner, The Tyranny o (...)

14Le dynamisme social des derniers siècles de l’empire, et singulièrement celui des villes, illustre la capacité de structuration et d’action laissée à la société par le contexte impérial qui tout à la fois se greffe sur lui, l’englobe et s’en tient à distance. Cette évolution ne répond guère aux deux principaux schémas (non marxistes) qui ont été récemment invoqués par les historiens afin d’expliquer la modernité des derniers siècles de l’empire16. Si l’on privilégie la montée du capitalisme et d’une bourgeoisie capitaliste, sur la foi des progrès du commerce et de la manufacture qui transforment certaines régions densément mises en valeur et peuplées (comme le Jiangnan) aussi bien dans les zones rurales que dans les villes, il faut alors expliquer l’atonie politique (l’allégeance ou l’indifférence) des conséquences sociales du développement en mobilisant à plus ou moins nouveaux frais les schémas classiques de la stérilisation des « bourgeons du capitalisme » (comme le disaient les historiens marxistes) : le développement socio-économique est étouffé soit par le despotisme impérial, soit par l’orthodoxie confucianiste, jugée étrangère et hostile à l’entreprise et au profit17. Quel que soit le raffinement théorique de ces arguments, leur pertinence tombe dès lors que de patientes recherches ont mis en valeur le caractère dynamique du cadre politique (ci-dessus) et – au-delà des nuances du discours lettré sur les activités économiques non agricoles qui ont été rappelées plus haut – le caractère non moins dynamique de l’univers confucianiste. À la fin de l’époque impériale, la sophistication croissante de l’État était destinée à gérer, sans stériliser le dynamisme économique, une société de plus en plus diversifiée (et éduquée), tandis que l’activisme moral dessinait une personnalité confucianiste capable de douter et d’entreprendre en ce monde sans se satisfaire de l’évasion hors de l’action qu’avait imaginée Weber en un contraste forcé avec la tension propre à l’« éthique protestante ». En somme, l’historicité s’est emparée des prétendus invariants chinois qui fondent tant de clichés et enferment la Chine dans la « tyrannie de l’histoire » ou l’histoire chinoise dans une prison culturelle18.

  • 19 M. B. Rankin, “The Origins of a Chinese Public Sphere : Local Elites and Community Affairs in Late (...)

15Un autre paradigme a joui d’une grande faveur au cours des années 1990. Il consiste à renverser l’argument en plaçant l’accent, au cœur même des transformations économiques et sociologiques de la fin de l’empire, sur les éléments d’une modernité politique constitutive d’une société civile et d’une sphère publique. Il faut alors privilégier les faits, nombreux sous les Qing, qui documentent l’action publique des élites locales19. Certains historiens ont tenté d’aller plus loin en étudiant cette action non pas en général (ce qui revient à décrire des procédures de coopération associant notables et fonctionnaires, dont les sujets et le lieu concernent le plus souvent la vie rurale), mais dans le cadre spécifique de la ville, où la coopération aurait fait place à une autonomie assumée tant sur le plan des formes institutionnelles que sur celui de l’identité de la communauté urbaine (ainsi auto-instituée au-delà des composantes particularistes, telles les associations des métiers et des régions, caractéristiques de la « ville traditionnelle » selon la sociologie historique d’inspiration webérienne). En un spectaculaire retournement du schéma webérien, et sur l’horizon favorable des crises du xixe siècle qui affaiblissent la structure bureaucratique, la ville chinoise deviendrait Cité – sans l’intervention du deus ex machina occidental.

  • 20 W. T. Rowe (1984 et 1989).
  • 21 M.-C. Bergère : compte rendu de W. T. Rowe (1984), in Études chinoises, vol. IV/1 1985, p. 155-158 (...)

16Cette conclusion extrême, suggérée par William T. Rowe à partir de deux monographies consacrées à la métropole commerciale de Hankou20, n’a guère convaincu. Si la description du vaste emporium situé au carrefour de multiples réseaux d’échange a emporté la conviction, de même que l’analyse d’une croissance urbaine en dehors de la hiérarchie administrative (la populeuse et industrieuse Hankou n’a été rapprochée qu’au xxe siècle, sous l’appellation de Wuhan, de l’orgueilleuse Wuchang, sa voisine, siège du gouvernorat du Hubei et de la vice-royauté des Deux Hu – Hunan et Hubei), l’interprétation des transformations de la gouvernance urbaine au moment de la crise des Taiping (années 1850-1860) a paru d’autant plus risquée qu’elle surestimait la signification de la restructuration des guildes et ne tenait pas compte de l’évolution générale imprimée par la guerre à la relation décisive – et parfaitement ductile – de l’État et des territoires. Au cours d’un débat parfois vif, il a paru indispensable de requalifier l’idée de la « sphère publique », en insistant sur le caractère segmenté – sur le cadre toujours local – de son horizon, et sur la spécificité de ses objets : questions de voirie et de travaux publics (notamment aménagements hydrauliques), approvisionnement, services éducatifs et charitables, et, tout au long d’un xixe siècle placé sous le signe de l’insécurité et de la militarisation, protection des habitants, défense des biens et de l’ordre. Ainsi conçue, la « sphère des intérêts communautaires » (M.-C. Bergère21) ne différait guère, en somme, du « gouvernement informel des notables ». Comme ce dernier, elle désignait un mode d’articulation du social à l’État médiatisé par le local. Les autonomies décrites par les historiens ne doivent pas être sous-estimées (comme le faisaient les schémas classiques qui concluaient à l’absence de la Cité) ; leur nature interstitielle interdit de les surestimer.

17Dans ces interstices (dont nous avons vu qu’ils sont reliés entre eux et à l’ensemble par quantité de médiations qui ne sont pas uniquement symboliques et imaginaires), les individus et les groupes qui comptent au sein des communautés (qui sont « notables ») agissent au nom du bien public non plus seulement en se montrant des sujets loyaux, mais en prenant l’initiative (et en en supportant le coût) d’actions autonomes ou venant en complément des politiques locales de l’administration. Les marchands se coulent d’autant plus volontiers dans le moule de l’activisme public que celui-ci, auréolé d’activisme moral – l’idée, fermement implantée à partir de la fin des Ming, que le perfectionnement de soi, la voie de la sainteté, ne passait pas exclusivement par une sagesse repliée sur elle-même, ni par l’obéissance à l’autorité, et supposait une action des individus au service des autres en vue du « bien commun » –, devient une clé indispensable de la reconnaissance sociale, en complément des diplômes officiels et de la fortune. Le rapprochement des milieux marchands et lettrés qui caractérise certaines métropoles (avec l’usage par les contemporains d’une nouvelle catégorie, les « notables-marchands », shenshang) illustre la structuration dynamique du social dans le cadre d’une économie – et d’une économie politique de l’empire – de plus en plus polarisées par les villes. Nous sommes loin des « corps-morts » du despotisme oriental selon Montesquieu, loin de la toute-puissance stérile de l’État « asiatique » selon Marx ou de la bureaucratie « hydraulique » selon Wittfogel, mais non moins loin d’une Cité libérale ou démocratique. Nous ne constatons, en effet, aucune rupture dans les normes ou dans les pratiques entre les éléments avancés de la transformation du social et celles de la sphère communautaire, non plus d’ailleurs qu’entre des pratiques et des normes qui seraient sociales et celles de la bureaucratie.

18La communauté qui s’exprime ainsi à travers une myriade de statuts, d’identités communautaires et de tensions ou de conflits d’intérêts n’est autre que l’État au sens large du tianxia, l’ordre du monde institué dans l’empire, auquel renvoient les articulations économiques, géographiques, religieuses, du social. Cette description serait fort classique et, à vrai dire, décevante, si nous n’ajoutions que l’institution impériale elle-même participe du social et de ses tensions et qu’elle n’est pas une référence abstraite, lointaine et immobile, comme on le suppose fréquemment en confondant le pouvoir d’en haut et sa transcendance universelle, c’est-à-dire la construction sociale du pouvoir absolu, la construction bureaucratique de l’État et leur « sublimation » idéologique (P.-E. Will). L’image lisse d’un parfait accord communautaire qui absorbe le pouvoir dans la dimension éthique et y sublime les distinctions sociales doit se lire à rebours. Elle se renforce à la fin de la période impériale avec la mise en valeur non point du confucianisme « éternel » en général, mais d’un discours centré sur les solidarités communautaires opérant par cercles concentriques autour du noyau impérial et mettant en œuvre une éthique du « bien commun » (gong) et du « vivre en groupe » (qun) qui englobe l’activisme public des individus aussi bien que la pyramide des distinctions et des allégeances. En n’empruntant pas la voie de la formation d’une Cité, l’ensemble impérial dégage peu à peu les règles et les normes d’un « vivre ensemble » dans lequel on peut voir une construction politique, mais une construction qui n’a rien de commun avec l’« ouverture » (Öffentlichkeit) qui, selon Habermas et d’autres, caractérise la modernité du politique. Une autre différence essentielle est l’indétermination institutionnelle du tianxia, autrement dit le caractère non institutionnalisé des pratiques politiques qu’il recouvre de sa légitimité.

  • 22 Nous parlons ici d’expérience historique et non de théorie, encore que le moment théorique fondate (...)

19Le critère de l’institutionnalisation désigne l’autre schéma destiné à « indigéniser » la modernité en Chine – celui de la société civile : il n’a pas mieux résisté à l’histoire. Il s’agissait, chez les auteurs les plus enthousiastes qui s’en sont emparés au début des années 1990, d’identifier en Chine les germes historiques d’une modernité démocratique capable de prendre le relais du régime communiste – d’autres, auparavant, au nom d’une conception non moins universaliste de l’histoire (et de la Chine), avaient cherché sur l’arbre chinois les « bourgeons du capitalisme » porteurs de la révolution. Attisée par le revers de 1989, cette quête dut composer avec les prudences de la recherche historique mais aussi avec les incohérences qu’elle engendrait (Chevrier 1995). L’accord qui se fit sur l’inadéquation de la notion recélait un malentendu. Si la « société civile » ne décrit pas adéquatement la réalité sociale chinoise, ce n’est pas que, venue d’un contexte historique et culturel particulier (l’Occident moderne), elle soit inadaptée à tout autre contexte, et notamment à la Chine, au sens où l’expérience chinoise ne connaîtrait pas la distinction (occidentale) de la société et de l’État et ne permettrait pas de décrire séparément le social. Dans les trajectoires historiques qui constituent l’expérience occidentale elle-même, la société civile ne correspond précisément pas à une telle séparation22. Le concept ne décrit pas un état de la société, une essence du social considéré comme une sorte d’isolat non politique face à l’État, mais un ensemble de relations politiques impliquant l’État et construites dans le temps. La confusion la plus fréquente tient les formes d’expression autonomes du social, les droits individuels, et la garantie collective de la sphère privée – autrement dit, la démocratie sous ses divers aspects –, pour la manifestation d’une séparation entre l’État et la société. À l’inverse, on a pu (comme C. Tilly, à travers l’historicisation des modes de leurs confrontations) insister sur leur interdépendance à travers les trajectoires historiques qui font référence : plus l’État se construit, plus se construit l’autonomie du social. C’est dire que leurs relations se nouent également sous l’angle d’une institutionnalisation (dans et par l’État) de la sphère sociale. L’action et l’organisation des forces sociales retentissent sur la structure institutionnelle de l’État, l’institutionnalisation des règles et des libertés retentit sur l’action et sur l’organisation des mouvements de la société en un processus qui constitue ce que Pierre Rosanvallon appelle le « travail démocratique » : l’élargissement, conflictuel ou processuel, des droits qui démocratise les États représentatifs.

20Un construit politique du social : en analysant l’histoire des relations entre l’État et le social sous l’angle d’un « travail » de ce type, il n’est plus nécessaire d’en situer le critère distinctif dans des figures d’opposition (ou de non-opposition). Il devient au contraire possible d’envisager des configurations d’institutionnalisation, de désinstitutionnalisation ou d’indétermination institutionnelle du politique. Le critère de l’institutionnalisation permet d’introduire d’utiles distinctions entre plusieurs formes du travail politique du social en réservant la catégorie de la démocratie aux formes qui l’institutionnalisent par opposition au travail de la citoyenneté qui ne l’institutionnalise pas. Nous verrons que de telles figures sont repérables dans l’histoire du xxe siècle chinois et qu’elles y dessinent des conjonctures qui précisent la nature et l’historicité de ce que l’on est conduit en leur absence à ranger sous l’espèce indistincte d’une démocratisation (sociale) privée de démocratie (poli- tique). Encore faut-il, pour que ces distinctions soient opératoires, que les idées, les pratiques et les institutions modernes du politique entrent dans le champ historique considéré. Ce n’est le cas en Chine qu’à partir de la fin du xixe siècle. Auparavant, les sujets de l’empire, citadins compris, quelles que soient les autonomies dont ils jouissent, et quelle que soit la force de leur appartenance à la communauté impériale, ne sont pas des citoyens. Comment, dans quelle mesure le deviennent-ils au xxe siècle ? Notre question s’est précisée : nous allons tenter d’y répondre en repérant dans cette histoire des figures et des conjonctures de travail citoyen. Mais nous devons auparavant poursuivre notre enquête historiographique.

  • 23 Points de vue critiques dans T. Brook, B. M. Frolic (1997), K. E. Brødsgaard, D. Strand (1998). Ex (...)
  • 24 L’oxymore est dû à M. Frolic (Brook et Frolic 1997).
  • 25 L’État étant lui-même l’un de ces assemblages sociaux, sans doute plus densément, plus délibérémen (...)

21Renvoyé au terrain historique et à la critique des catégories23, le débat sur la société civile retomba, aussi vite qu’il était apparu, sans avoir produit tous ses fruits – mais non sans succomber aux vieilles sirènes (la prétérition culturelle du politique) ainsi qu’à de nouvelles chimères (qu’est-ce qu’une « société civile dirigée par l’État24 » ?). Au fil des années 1990, le « tournant discursif » des sciences sociales effaça son objet même. L’accent passait des structures et des démarches collectives aux trajectoires subjectives et aux identités culturelles. Nous prendrons la mesure des effets de la critique « postmoderne » et de l’essor des cultural studies à propos de la période contemporaine. Retenons de notre parcours ce qui vaudra aussi pour cette époque : la question de la ville aux derniers temps de l’empire suppose que soient posées conjointement celle de la formation du social et celle de la construction du politique. Les apories que nous avons rencontrées soulignent l’insuffisance des explications qui mettent en avant la seule culture afin de rendre compte du caractère à la fois intégré et faiblement institutionnalisé des différents éléments sociaux assemblés dans l’empire25. Et, comme une exigence méthodologique majeure, elles font apparaître dans toute son importance la dimension territoriale plus encore que centralisée (et/ou urbanisée) de l’histoire de l’État et des processus formateurs du social. La ville n’en vient que tardivement à compter comme un lieu spécifique au sein de la multiplicité des articulations spatiales, institutionnelles et symboliques. Les liens qui s’y nouent portent la marque de cette fabrique de longue durée. La lente différenciation du motif urbain sur la trame impériale n’implique pas la ville en tant que Cité, au sens institutionnel du droit des individus et des communautés. L’espace urbain, comme celui des autres territoires et communautés de l’empire, reste placé dans sa dynamique (et non en dépit d’elle) sous l’autorité du pouvoir.

  • 26 Notons que l’une des questions qui ont été renouvelées (ici encore sous l’angle de la mobilité et (...)
  • 27 La question, excellemment posée par P. Huang (Civil Justice in China : Representation and Practice (...)
  • 28 Le “cultural nexus of power” analysé par P. Duara, Culture, Power and the State, Rural North China (...)

22Ces conclusions, rappelons-le, reposent (tout comme les débats qui viennent d’être évoqués), sur l’acquis décisif d’une histoire socio-économique qui a rompu définitivement avec l’image d’un « empire immobile »26. L’idée d’une trajectoire historique particulière du social et du politique est confortée par un faisceau d’analyses. Celles qui touchent aux modalités institutionnelles, notamment à la question révélatrice de la mise en forme du droit et de la codification juridique des pratiques sociales, ont renouvelé un dossier trop vite refermé après Max Weber27. Les articulations territoriales, si décisives à tous égards comme nous venons de le remarquer, sont documentées par une série de travaux d’histoire et d’anthropologie qui mettent en évidence non plus seulement les limites du contrôle impérial, mais l’institution par elle-même de la société vue sous l’angle local. Afin de s’organiser elles-mêmes, et tout en affirmant leur identité, les sociétés locales font appel à des normes, à des pratiques sociales ainsi qu’à des dispositifs de classification et de reconnaissance qui dépassent le cadre local et impliquent un lien avec l’empire plus complexe que celui de la simple allégeance : liens cultuels, liens symboliques, mais aussi, au sein des territoires, classification des communautés en fonction de leur degré d’appartenance à des réseaux et à des systèmes existants et reconnus à des échelons supérieurs. Ainsi se précise le rapport fort mais ambivalent des communautés à l’État, tout à la fois proche et lointain, extérieur et intériorisé. Ces traits seront conservés – du moins en Chine rurale – pendant la période post-impériale, mais sans lien avec la structure globale d’un État institué. Ils seront à l’arrière-plan des tentatives de construction institutionnelle réalisées par des pouvoirs plus ou moins forts et plus ou moins intermittents, jusques et y compris celles des occupants japonais et des communistes dans les années 1930-194028. La sphère (locale) des intérêts communautaires est donc bien une sphère d’autonomie qui ne se réduit pas à la dimension religieuse (comme le voudrait une variante critique du paradigme de la société civile).

  • 29 Classicism, Politics, and Kinship : the Chang-chou School of New Text Confucianism in Late Imperia (...)

23À une autre échelle, où nous retrouvons les villes et la société urbaine, cette dualité caractérise l’enracinement local et l’engagement extra-local des élites de la fin de l’empire. À l’articulation à la fois forte et distante entre la structure globale et les sociétés locales, qui génère un lien politique communautaire sans sphère unifiée du politique, se superposent les statuts et les activités qui spécifient la sphère lettrée, à la fois territorialisée et structurée « hors sol » dans le cadre bureaucratique à l’échelle de l’empire. Aussi bien les élites impériales (lettrés et fonctionnaires) sont-elles présentes et actives à l’interface des territoires et de l’État, que n’occupent ni les villes ni la société urbaine en tant que telle : on ne peut caractériser leur action comme celle d’une élite urbaine, en dépit du recentrage urbain de leurs activités. Benjamin A. Elman montre ainsi que, parmi les élites les plus sophistiquées, pouvoir et idées mettent en jeu des ressources et des réseaux dont la ville n’est que l’un des foyers29. L’innovation, la sociabilité ne sont pas son apanage ; la société urbaine n’est pas et n’est pas perçue comme le haut lieu de la civilisation.

  • 30 La question du continuum entre élites officielles et élites locales a été amplement étudiée et déb (...)
  • 31 Sur les risques et les subterfuges de l’opposition et de la critique politiques chez les lettrés d (...)
  • 32 P. Kuhn, Les Origines de l’État chinois moderne, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

24Bien plus décisifs que leur enracinement urbain sont le rôle fonctionnel des notables officiels (l’élite des élites) au sein du pouvoir institué (à ses différents échelons), la reproduction d’une idéologie hégémonique, et le lien qu’ils établissent entre les territoires de l’empire et sa structure unifiée. Ces caractéristiques – qui sont le propre d’une élite d’État – couronnent et prolongent le continuum des liens sociaux entretenus dans toute l’extension des communautés et des territoires par les élites locales, titrées ou non30. Elles expliquent que le pouvoir et la légitimité – les fondements du politique – ne soient pas reconstruits au sein des élites comme ils le sont dans d’autres trajectoires historiques autour de normes et de systèmes de relations non sanctionnés par l’État. Un tel mouvement s’amorce-t-il à l’aube du xixe siècle, quand l’empire doit faire face au renversement de la conjoncture et aux impasses de la croissance ? Parmi les critiques qui fusent alors contre les institutions bureaucratiques se fait jour l’intention d’instaurer des relais d’un autre type en institutionnalisant le rôle des élites auprès de l’empereur. Bien que ce discours soit ténu et menacé31, Philip Kuhn n’hésite pas à y voir la trame d’un « programme constitutionnel » qui sera repris au moment des réformes de l’empire (à partir de 1898)32. Encore faudra-t-il, pour franchir le cap de l’institutionnalisation, que se mette en place un nouvel espace politique dont l’émergence n’est pas due aux seules continuités chinoises. La mise en contexte mondial de la Chine joue alors un rôle déterminant par le biais d’un nouvel affaiblissement de l’État et par celui de l’occidentalisation des idées et des pratiques sociales. Les villes ouvertes de la côte, où se situent les concessions, sont un maillon essentiel du processus : nous les retrouverons dans un instant. La construction moderne du politique ne s’en situe pas moins dans la perspective des dynamiques de l’empire : le relais le plus décisif est pris par ses élites, comme le soulignent ici même et d’entrée de jeu Zhang Kaiyuan et Tian Tong.

  • 33 B. Keenan, Imperial China’s Last Classical Academies : Social Change in the Lower Yangzi, 1864-191 (...)
  • 34 Ce mouvement historiographique va de pair avec la redécouverte par les intellectuels chinois de l’ (...)

25Ce sont en effet les élites de l’empire – en tant qu’élites sociales et élites d’État – qui portent la dynamique du changement de sa forme politique (le passage de l’Empire-monde à l’État-nation), après maints retards et conflits. Cette dynamique n’est pas seulement intellectuelle ou culturelle, tant s’en faut. Elle s’inscrit sur le terrain : la forte mobilisation des notables provinciaux en faveur des « nouvelles politiques » (Xinzheng) ratifiées par la Cour à partir de 1901 se traduit par une évolution des structures institutionnelles et des normes qui ne tarde pas à induire une revendication constitutionnelle portant sur la nature du pouvoir et sur son partage politique. Le redéploiement de l’activisme des notables (surtout dans l’un de ses domaines privilégiés : l’éducation), l’institutionnalisation des nouvelles pratiques sociales, la revendication constitutionnelle et l’essor de mouvements d’opposition, le va-et-vient des idées entre l’action des élites sociales et le nouveau monde des intellectuels (issu en grande partie de l’univers lettré) : en un mot, la construction du politique à la fin de l’empire (en dehors de la mouvance révolutionnaire, qui a longtemps monopolisé le regard des historiens) fait aujourd’hui l’objet d’une redécouverte qui renouvelle la problématique de la réforme et de la révolution anti- Qing. Xiaohong Xiao-Planes (2001) donne un panorama complet de cette dynamique dans la province du Jiangsu, en soulignant notamment la différenciation sociale et les ramifications géographiques de l’univers des élites à travers le rôle des activistes opérant en dehors des villes. Il faut associer à cette étude deux fortes approches régionales consacrées l’une, aux académies provinciales, l’autre aux conseils locaux33. Ces études recentrent d’autant mieux la perspective du xxe siècle qu’elles s’accompagnent d’une redécouverte de la pensée politique des auteurs réformistes (alors que l’histoire intellectuelle a essentiellement analysé une crise culturelle et évalué leur dette à l’égard de la tradition et de l’occidentalisation)34.

  • 35 Sur ces enchaînements et sur les relais sociaux insuffisants de l’institutionnalisation, voir Chev (...)

26Le mouvement d’institutionnalisation du social et du politique qui débouche sur la république, et dont la révolution « si peu révolutionnaire » (J. Esherick) qui détrône les Qing fait partie intégrante, est un tournant capital dans la longue durée chinoise : ses suites vont conditionner le travail politique de la société moderne – non point dans le sens de l’élargissement démocratique d’une structure entrouverte, mais dans la perspective de la désinstitutionnalisation de l’État et des révolutions à venir35. Cette innovation politique ne s’appuie pas sur une restructuration décisive du social. La transformation de l’empire en État-nation repose sur la vieille élite, lentement transformée, sans transformation décisive de la société : le nouveau monde social de la ville n’entre en scène qu’après-coup. Cette observation nous conduit à formuler le paradoxe inaugural de la modernité du xxe siècle : la première construction moderne du politique dépend de la dynamique sociale prémoderne de l’État (dont font partie les élites). Ce décalage explique à la fois la difficile percée des réformes (avant 1901), leur rapide extension (au cours des années suivantes), et l’absence d’un second souffle après que la révolution anti-Qing a privé des infrastructures de l’État impérial le mouvement d’institutionnalisation qui débouche sur la république (1911-1913).

27Par là se confirme la conclusion à laquelle étaient parvenus les historiens de la nouvelle société urbaine – au premier rang desquels Marie-Claire Bergère a joué un rôle essentiel –, selon lesquels le moment politique de la fin des Qing (et la révolution républicaine qui consacre ce renouveau tout en sanctionnant la dynastie qui l’entrave) dépendit moins de l’émergence de nouvelles structures sociales (par exemple d’une bourgeoisie) que de l’évolution du rôle des élites et du changement des références contextuelles. Reste que, en dépit des prodromes politiques (ténus) dont nous avons fait état, la redécouverte de dynamiques chinoises ancrées dans la profondeur historique ne réduit pas à rien le rôle des foyers de développement et d’innovation qui se constituent dans les concessions et autour d’elles. Têtes de pont de la mondialisation sous sa forme coloniale et impérialiste, ils sont également le creuset de nouvelles formes d’expression de la société et de la culture chinoises – une « autre Chine » selon la forte expression de Marie-Claire Bergère. Encore a-t-il fallu découvrir sur le plan des faits et comprendre sur celui de l’analyse que ces foyers nouveaux s’inscrivaient dans un contexte social et culturel qu’ils modifiaient en profondeur tout en en portant plus que la trace.

28C’est dans ce contexte que se pose la question du deuxième essor urbain de l’histoire chinoise et que l’histoire sociale de la Chine urbaine au xxe siècle a construit et reconstruit ses chantiers.

Le social et la Cité

  • 36 Shanghai, tout comme Hankou, était déjà une assez grande ville qui produisait du textile et qui di (...)
  • 37 Pour la période républicaine, M.-C. Bergère 4.39 présente un bilan historiographique et critique. (...)

29Ce deuxième essor urbain se situe entre la fin du xixe siècle et le premier tiers du xxe. Tout en prenant acte de la profondeur historique qui vient d’être rappelée, par exemple à Shanghai, dans laquelle il n’est plus possible de voir une ville créée par les étrangers à partir de presque rien et devenue le vecteur privilégié d’une modernisation qui aurait éveillé la Chine traditionnelle de sa léthargie36, et quelle que soit l’interprétation qu’ils donnent de l’essor pré-moderne, les historiens s’accordent sur l’ampleur nouvelle que connut alors le phénomène urbain. Une civilisation de la ville apparaît au début du siècle dernier avec ses grands magasins, son éclairage électrique, ses tramways, ses automobiles, ses premiers gratte-ciel et ses sinistres quartiers d’usines et d’entrepôts. On reconnaît à cette énumération les éléments d’un tableau assez complet. D’étude en étude, il s’est assemblé en juxtaposant à l’enquête sur la structure des classes et sur les groupes sociaux, qui a marqué le premier essor de l’histoire sociale de la Chine contemporaine, des approches centrées sur l’histoire culturelle et sur le vécu des acteurs de la ville nouvelle : entrepreneurs, compradores, notables, coolies, ouvriers, ouvrières, intellectuels, activistes, militants, etc. Objet de plusieurs études – l’ouvrage très complet de Christian Henriot (1997) et celui de Gail Hershatter sont de la même année –, la prostitution connaît alors une sorte de mutation, passant du modèle oriental des salons de « lectrices » aux maisons de tolérance de la concession française de Shanghai, peu différentes de celles des grandes métropoles d’Occident, tandis que subsistent et se développent les bouges de bas étage communs aux grandes cités portuaires. Les sociétés secrètes de la Triade deviennent à Shanghai, sous l’impulsion de Du Yuesheng, des réseaux adonnés au trafic de l’opium, aux jeux, au kidnapping et au racket, intégrés dans le monde politique des seigneurs de la guerre, puis du Guomindang (Martin 1996). « Parasites de la modernisation, les gangsters en sont aussi parfois les auxiliaires » (M.-C. Bergère). Dans un ouvrage de 1995, Bryna Goodman nous place au cœur même du creuset social shanghaien en suivant sur près d’un siècle l’évolution des amicales régionales (huiguan) dont la persistance et les transformations modernes servent la consolidation d’une identité urbaine, alors même qu’elles maintiennent des fractures toujours prêtes à rejouer. Il est vrai que ces articulations ménagent des espaces de négociation et de compromis grâce auxquels les acteurs de la ville règlent leurs conflits et parviennent à faire face aux pouvoirs autoritaires qui tentent de les subjuguer, sans qu’il soit besoin d’invoquer les schémas de la politisation du social regroupés sous le chef – peu adéquat, nous l’avons vu, pour la période impériale – de la sphère publique ou de la société civile37. La dimension politique – incontestable – du social urbain qui prend forme à partir des années 1910-1920 suit une trajectoire originale, dont témoignent également les essais réunis dans le présent ouvrage.

  • 38 Excellente étude (à propos de Shanghai et de son environnement provincial) des interactions comple (...)

30Le renouveau des études sur la période des « nouvelles politiques » a permis la réouverture d’un autre chantier de l’histoire urbaine : celui de la modernisation des institutions de la ville, étudiées de près – des services administratifs à la police en passant par les modèles japonais – par Luca Gabbiani à propos du Pékin des ultimes réformes impériales. Ce travail (une thèse encore inédite, 2004), auquel il faut associer les études de Shi Minzheng (1993 et 1998) et Victor Sit (1995), fait écho à l’enquête de Christian Henriot (1991) sur le gouvernement municipal de Shanghai à l’époque de la dictature du Guomindang. Il enrichit les aperçus plus anciens de Mark Elvin (1974) sur l’« hégémonie » de la « gentry » (les grands notables) au sein de la municipalité de Shanghai instaurée en 1905. Ces tableaux urbains permettent de mieux comprendre les ressorts sociaux et spatiaux des temps nouveaux. Nous savions qu’à défaut d’une mutation brutale des structures sociales le tournant politique du début du xxe siècle – la mobilisation réformatrice des élites au-delà des « nouvelles politiques » décrétées par le pouvoir – avait dépendu d’idées neuves dont les foyers de diffusion étaient les villes « ouvertes » de la côte et les capitales provinciales. Et nous savions également que, si les élites de l’empire furent le relais de son institutionnalisation moderne, le lieu privilégié de l’innovation culturelle et politique, au sens radical du terme, fut la ville moderne – ville neuve des « concessions » comme Shanghai, ou ville de l’exil des intellectuels radicaux, comme Tokyo38. Il apparaît clairement – beaucoup plus clairement qu’à travers la monographie de David Buck (1978) sur Jinan – que les villes qui ne sont ni ouvertes ni intégrées à la « civilisation de la côte », entrent elles aussi, mais à leur rythme, dans le nouveau monde de la ville. Ce nouveau monde n’apparaît plus dans une opposition tranchée avec un intérieur « traditionnel ». Reste que la déclinaison de situations urbaines variées ne doit pas faire perdre de vue la spécificité de certaines d’entre elles : si Shanghai comporte des aspects anciens, Chengdu ou Changsha des aspects modernes, la métropole du Yangzi n’est pas pour autant, dans sa réalité sociale comme dans l’imaginaire de ses habitants, une capitale provinciale. Si les historiens ont appris à comprendre le moment urbain de la Chine contemporaine sans réduire sa diversité à son unité, sont-ils en mesure aujourd’hui d’en écrire l’histoire autrement qu’à partir de la seule diversité ?

31Cette question s’adresse à l’écriture de l’histoire tout autant qu’à l’histoire elle-même. Aussi les exemples qui précèdent – le tableau sera complété par la suite – attestent-ils une évolution historiographique dont notre enquête doit s’appliquer à suivre la trace. Nous avons vu précédemment comment la ville moderne fut posée comme une réalité d’exception en Chine à partir d’une histoire qui semblait étrangère à la genèse de la modernité urbaine. Voyons maintenant quelle réalité sociale y fut repérée.

  • 39 Lanning et Couling (1921) ; Pott (1928) ; Maybon et Fredet (1929) ; Des Courtils (1934).
  • 40 Renouvin (1946).

32Les premiers historiens de la ville moderne en Chine39 ne s’étaient intéressés qu’à l’histoire politique, réduite à celle des concessions. Un seul livre de cette époque a résisté à l’épreuve du temps, celui de Robert Barnett (1941), qui, se situant dans le cadre de la « question d’Extrême-Orient », casse-tête des diplomates de l’entredeux- guerres40, analysait Shanghai comme un otage dans le jeu de l’agression japonaise en Chine. Ce n’est qu’au cours des années 1960-1980 que la ville chinoise commença à être étudiée comme telle, en tant qu’objet d’histoire sociale. Malgré la fermeture des archives chinoises et l’impossibilité d’effectuer des études de terrain, les historiens pénétrèrent à pas comptés dans la société urbaine. Les jalons essentiels de ce retour des études urbaines furent la publication des actes d’un colloque sous la direction de John Lewis, The City in Communist China (1971), suivie des ouvrages collectifs dirigés par Mark Elvin et William Skinner, The Chinese City between Two Worlds (1974), puis par le seul Skinner, The City in Late Imperial China (1977). D’ouvrage en ouvrage, de débat en débat, une histoire de la société urbaine chinoise prit forme.

33Pour la période contemporaine, une méthode – l’histoire sociale – fit ses preuves, des axes problématiques apparurent, l’idée première (la différenciation des classes modernes sur l’horizon des années 1910-1920) fut soumise à l’épreuve des faits dans une perspective de recherche qui resta largement ouverte. Tributaires de ce qu’ils trouvaient dans les archives et dans la presse conservées dans leur propre pays – c’est-à-dire d’un regard sur la société urbaine venu de l’Occident moderne appliqué à la réalité « coloniale » des « ports ouverts » –, tributaires également des sources publiées en Chine dans de monumentaux recueils de documents, sélectionnés par les historiens officiels afin de mettre en valeur les groupes et les phénomènes sociaux considérés par la nouvelle orthodoxie comme historiquement significatifs dans le processus de la révolution chinoise, les chercheurs ont commencé par cartographier l’innovation sociologique de la Chine post-impériale selon les catégories tenues alors pour celles de la modernité sociale : ouvriers d’usine se détachant du monde des coolies, des compagnons et des commis de boutique, bourgeoisie émergeant de l’univers des élites « traditionnelles » et du monde des marchands, intellectuels exerçant des métiers renouvelés ou neufs, dans la presse, l’édition et les professions libérales. L’aiguillage intellectuel et la concentration des matériaux disponibles firent de Shanghai, tête hypertrophiée de la modernité urbaine, le champ privilégié (et longtemps quasiment unique) de ces investigations.

  • 41 Y. Chevrier, « Mort et transfiguration : le modèle russe dans la révolution chinoise », in Extrême (...)

34Dans le cas chinois, la cartographie sociale de la modernité était compliquée par le tropisme rural et national de la révolution maoïste. Comme Marie-Claire Bergère l’écrira plus tard, la société urbaine moderne, née dans le creuset des concessions étrangères et fortifiée alors même que l’État chinois sombrait dans l’anarchie des seigneurs de la guerre, avait témoigné d’une insolente « prospérité dans le chaos » en même temps qu’elle incarnait une « autre Chine », greffée avec plus de continuités que de ruptures sur une histoire tout en nuances qui ne se résumait ni à la révolution maoïste ni à l’arrière-plan rural de cette révolution. La classe ouvrière elle-même, centrale au cours d’une première phase historique du Parti communiste dominée par le modèle révolutionnaire bolchévique et par l’ascendant du Komintern41, avait été détrônée au profit de la guérilla rurale et du communisme national de Mao. On n’aime guère écrire l’histoire des vaincus et la société urbaine faisait peu ou prou partie du camp des vaincus : les recherches en histoire urbaine pâlissaient au regard des études consacrées au parti, au maoïsme et aux mouvements paysans. L’histoire sociale, en particulier celle qui a été pratiquée par les historiens français de la Chine contemporaine, a su relever le défi tout en s’affranchissant des contraintes idéologiques initiales.

  • 42 L’auteur insiste sur l’extrême fragmentation du monde ouvrier, encore encadré par ses structures d (...)

35Jean Chesneaux (1962) joua un rôle déterminant dans ce virage méthodologique et thématique. S’étant donné pour objet l’histoire d’un mouvement social, il crut pouvoir tirer de la description riche et alors entièrement inédite de la condition ouvrière la preuve de l’existence d’une classe consciente de sa mission révolutionnaire. L’« opportunisme » de la direction communiste en 1927 (Chesneaux reprenait ici la thèse officielle édictée par Moscou et reprise par Mao) avait détruit ces premières racines prolétariennes du Parti communiste. La thèse était discutable : elle n’a pas résisté à la critique émise par Lynda Shaffer en 198242 et développée depuis lors dans une perspective qui a fini par relativiser l’équation posée entre milieu ouvrier, classe ouvrière et communisme. Elizabeth Perry (1993 et 1996) a établi les conséquences de la fragmentation sociologique du milieu ouvrier en décrivant des trajectoires de politisation qui démentaient ces présupposés : les structures dites traditionnelles (mais tel n’est déjà plus le langage de Perry) portent l’action politique moderne des acteurs au lieu de la contrarier ou de l’empêcher. Ces dynamiques incitent à revoir ce que l’on entend par « modernité » à propos des mouvements sociaux. Apparaît ainsi l’idée de la « modernisation dans la tradition », que nous retrouverons sous la plume de Marie-Claire Bergère à propos des milieux d’affaires et de la modernité urbaine en général. Des recherches d’inspiration anthropologique devaient confirmer cette avancée essentielle : la modernité ne s’oppose ni ne se substitue d’une manière totale au tissu sur lequel elle se greffe. Mais dans l’étude consacrée par Gail Hershatter (1986) aux ouvriers de Tianjin – plus encore que dans l’enquête d’Emily Honig (1986) sur les ouvrières « importées » du nord du Jiangsu (le Subei) à Shanghai dans les années 1920-1930 – manque l’analyse du politique qui était à l’horizon de l’histoire sociale tentée par Jean Chesneaux comme de la sociologie catégorielle des acteurs proposée par Elizabeth Perry.

  • 43 Sur « l’art de la grève », voir A. Roux, « La stratégie léniniste de la grève en Chine : essai de (...)

36La synthèse a été réalisée dans une suite d’études (Roux 1993 et 1995 pour l’essentiel) sur la société ouvrière shanghaienne qui ont élargi le cadre chronologique et la base documentaire de celle de Chesneaux tout en engrangeant le bénéfice des approches sociologiques et anthropologiques. Alain Roux retrouve ainsi la perspective posée en 1963 par Edward P. Thompson dans The Making of the English Working Class : la « classe » n’est plus un artefact idéologique (Chesneaux) ou un non-être politique (Hershatter) ; « sujet » plutôt qu’objet de l’histoire, elle apparaît comme un construit sociopolitique, c’est-à-dire comme un ensemble instable de relations sociales et symboliques élaborées et mises en œuvre par les acteurs sociaux à travers les pratiques quotidiennes du travail, des activités militantes, de l’action collective – grève ou insurrection. La grève, tenue par Chesneaux pour un donné, résulte d’un « art » de la violence contrôlée et de la négociation dont la maîtrise est acquise au cours des années 1920 par les ouvriers shanghaiens, les syndicalistes et les militants communistes43. Grâce à cet « apprentissage », le mouvement ouvrier shanghaien traverse la dictature nationaliste, l’occupation japonaise et la prise de pouvoir communiste en maintenant une combativité détachée des enjeux et des forces politiques mais directement conditionnée par la carte des pouvoirs (officiels et non officiels, policiers et politiques) dont les réseaux se tissent sur le terrain shanghaien.

  • 44 L’ouvrage de référence est Walder (1986).

37Cette paradoxale autonomie sociale éclaire l’arrière-plan urbain de la victoire communiste : les communistes venus d’« ailleurs » n’ont affaire ni à un désert ouvrier ni à une « table rase ». De là un autre paradoxe. Les conquérants des villes doivent refréner le dynamisme social de la classe en principe élue au nom de choix stratégiques (l’alliance avec le patronat), dont la nécessité et la netteté soulignent qu’ils ne sont pas alors parvenus à la toute-puissance et qu’ils se méfient d’un prolétariat capable de lutter et de s’organiser sans la direction du parti : ce paradoxe est ici même le sujet de la contribution d’Alain Roux. La méfiance perceptible de part et d’autre explique le profil du nouveau contrôle urbain : découpage fonctionnel et territorial étanche du tissu industriel avec l’instauration des « unités de travail » (danwei), supervision politique des syndicats, clientélisation des ouvriers, devenus salariés d’État44, encadrement et répression des mouvements de la base – qui n’en exprimera pas moins son mécontentement jusqu’aux troubles de la révolution culturelle et des luttes factionnelles liées à la succession de Mao. Portée au pinacle de la ville maoïste, la classe historiquement construite au cours des années 1920-1930 est dévitalisée et transformée en même temps qu’elle est vouée à un fantôme idéologique : elle devient une classe-objet parfaite, créée par la révolution, nécessaire à l’identification prolétarienne du nouveau régime ainsi qu’à son projet de développement socialiste. Avant ce tournant majeur, la ville pré-maoïste connaît déjà le joug d’une dictature, mais elle est habitée par une société d’ouvriers. Devenus pleinement citadins, les anciens migrants et leurs descendants participent de sa texture réelle et symbolique, en même temps qu’ils mettent en pratique une problématique citoyenneté.

  • 45 F. Gipouloux (1986).
  • 46 Voir également Lee Ching Kwan, Gender and the South China Miracle : Two Worlds of Factory Women, B (...)

38Les travaux sur la ville ouvrière des années 1930-1940 éclairent ceux qui ont décrypté la société industrielle maoïste ainsi que ses mouvements de protestation – telle la vague de mécontentement des Cent Fleurs45 –, sans oublier les actuelles turbulences au sein de ce que Jean-Louis Rocca (2006) nomme « l’ancienne et la nouvelle classe ouvrière » (celle-ci faisant écho aux nouveautés des années 1920 et 1930 par-dessus les sédimentations et la réification du salariat socialiste)46 : l’historicité déploie ses effets contre les modèles a priori de la classe-agent historique et de la classe-objet. L’autre bénéfice est la compréhension politique de la trajectoire sociale de la ville moderne. Ce qui manque aux coolies, aux gangsters, aux syndicalistes et aux militants, dont la vie et l’action forment cette trajectoire, ce n’est pas le dynamisme de la classe, mais bien le cadre institutionnel, qui n’a ni relayé ni régulé l’action sociale. Entre révolution et pouvoir dictatorial, l’autonomie ouvrière est une conquête par défaut, défaut d’État, défaut de société civile : le travail citoyen des syndicalistes, des militants, des ouvriers de la base, n’a pas porté de fruits démocratiques.

39La même question se pose (nous y viendrons ci-dessous) à propos de la contestation urbaine, dont les étudiants sont le principal vecteur au cours des années 1920-1930, et à laquelle l’agitation ouvrière stricto sensu se mêle parfois. À son tour, la question de l’élargissement et de la politisation du mouvement social renvoie à celle de la structuration politique de la société urbaine. C’est alors, plus encore que l’agitation dans l’usine et dans la rue, le positionnement des élites de la ville, en particulier de ses entrepreneurs, qu’il faut observer de près, en liaison avec une analyse serrée des trajectoires de la formation du social : la question de la classe, fût-elle repensée à nouveaux frais et enrichie d’éléments neufs relatifs au social lui-même, renvoie au contexte politique de l’histoire sociale, mais à la trajectoire de la construction de l’État plus encore qu’aux événements politiques proprement dits. En termes de stratégie de recherche et d’élaboration des questionnements, la mise au point de cette référence fondamentale est au cœur des travaux de Marie-Claire Bergère : le rôle pivot dévolu à la bourgeoisie depuis Tocqueville et Marx supposait une convergence de la modernité sociale et de la Cité – ici au sens webérien du terme. L’histoire sociale de la période contemporaine a montré dans son évolution même qu’en Chine cette convergence est problématique.

  • 47 M. Bastid-Bruguière, L’Évolution de la société chinoise à la fin de la dynastie des Qing, 1873-191 (...)
  • 48 L. Bianco, « Les paysans et la révolution : Chine, 1919-1949 », in Politique étrangère, 1968, vol. (...)

40Dynamisme social, échec politique : sur ce chiasme décisif, la conclusion du Shanghai ouvrier des années trente (A. Roux) reprend en effet et conforte le diagnostic en ombres et en lumières posé dans L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise (M. Bergère). La question, à la fois structurelle et circonstancielle, était de mettre en rapport une construction sociale avec une construction politique. Tout en négligeant les aléas de l’historicité, Jean Chesneaux avait posé les jalons d’une histoire sociale ambitieuse, chargée de rendre compte du politique. Son livre et son séminaire des Hautes Études furent le point de départ d’une nouvelle approche de l’histoire sociale qui reprit ce projet – l’observation exacte d’un groupe social et de sa fonction politique – sans les présupposés idéologiques. Alors qu’Alain Roux (voir ci-dessus) revisitait l’histoire ouvrière de Shanghai et que Marianne Bastid, étudiant la société de la fin des Qing, s’efforçait de positionner l’une par rapport à l’autre la dynamique des classes populaires et celle des élites lettrées47, Lucien Bianco entreprit de restituer aux mouvements paysans du xxe siècle leur logique propre, en faisant justice de la légende d’une harmonie préétablie avec le maoïsme : l’essai qu’il signe ici réaffirme cette contribution essentielle en même temps que l’apport non moins essentiel de l’histoire sociale à l’histoire politique48. Dans l’optique qui était celle de Jean Chesneaux, la pièce maîtresse était bien entendu le pendant historique et théorique de la classe ouvrière : la bourgeoisie. Cet espace aura été celui de la trajectoire intellectuelle de Marie-Claire Bergère et des avancées qu’elle a opérées en le dégageant du moule idéologique, au bénéfice de tout un champ d’étude.

  • 49 J. Revel (Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, Éditions Galaade, 2006) (...)

41Ce champ n’est plus aujourd’hui l’espace unique de la recherche sur la société moderne en Chine. Les autres approches, auxquelles il s’est lui-même ouvert, sont souvent regroupées sous l’enseigne des cultural studies, encore qu’elles soient diverses et ne se soucient pas toujours d’exprimer ou d’illustrer une théorie particulière. Il n’en reste pas moins qu’un domaine spécialisé dans des descriptions très techniques, marqué de surcroît par une spectaculaire progression de sa technicité (grâce à l’élargissement décisif de la documentation que lui vaut l’ouverture des dépôts d’archives), n’est pas demeuré insensible aux mouvements de fond qui ont modifié les assises et les approches de l’histoire et des sciences sociales49. Ce tournant ne répond pas directement au renversement (ou à l’abandon) de perspectives idéologiques, ni même à l’éloignement du « phare » révolutionnaire sur l’horizon des références thématiques et méthodologiques. Il participe du déplacement général des objets et des méthodes de la recherche en sciences sociales, que l’on rapproche, sous le chef de « tournants », discursif ou pragmatique, de l’idée selon laquelle les déterminations sociales, qu’il s’agisse du pouvoir, de la capacité économique ou de l’appartenance, n’agissent qu’au niveau des sujets-acteurs et ne sont repérables qu’à cette échelle : les constructions discursives qui prétendent saisir une réalité d’ordre supérieur sont des « récits » dont le « texte » traduit des logiques de domination, à commencer par celle qu’exercent sur les sujets de l’histoire l’historien et les horizons de pouvoir auxquels il est associé (le système occidental, le système colonial, la différence de genre, la mondialisation capitaliste, etc.). De là le privilège accordé à l’enquête sur les pratiques culturelles, tenues pour l’alpha et l’oméga des aventures subjectives et intersubjectives de la domination et de l’émancipation modernes.

42Les constructions identitaires, celles de l’ethnicité et de la mémoire, le paysage visuel de la ville (par exemple l’étude de la publicité), ont été ainsi tirés de l’oubli. L’histoire y a gagné la découverte, ou la redécouverte, de nouvelles terres, en même temps que s’enrichissaient la connaissance et la compréhension de thèmes travaillés de longue date, tels ceux des stratifications et des cloisonnements du social, ou des ressorts sociopolitiques d’une citoyenneté éminemment problématique. Nous aurons l’occasion de recenser, au fil de cette étude, les réussites de ces approches, mais aussi certaines limites qui leur sont inhérentes. En gagnant, parfois beaucoup, sous l’angle des pratiques, n’a-t-on pas refermé la focale à l’excès sur l’individuel, le local, le moment bref et l’échelle « micro », en tendant une toile de fond temporelle sans relief et en perdant de vue l’enchâssement multi-contextuel (en synchronie) aussi bien que pluri-temporel (en diachronie) de l’action sociale ? Ainsi s’efface, par exemple, le caractère problématique de l’articulation du contexte moderne au flux historique. Dès lors que l’étude des pratiques montre à satiété que le moderne ne se construit qu’à travers des « négociations » subjectives du composite, l’histoire ne prend plus en charge la question de la tradition et de la modernité, sinon au titre de la construction des représentations identitaires. Qu’en est-il cependant de cette question dans l’ordre intellectuel et dans l’ordre politique, où elle exerce un empire durable, dont on peut cependant historiciser les formes variables (Chevrier 2007a) ?

43Faute d’un tel questionnement, les nouvelles approches laissent la porte ouverte au « grand récit » de la tradition et de la culture essentialisée, dont elles s’évertuent pourtant à saper la base. L’articulation du temps historique est si bien perdue de vue que les enquêtes conduites dans un incertain temps long éprouvent quelque peine à rendre compte des transformations modernes qu’elles constatent. Si la déconstruction des « grands récits » a eu raison des reconstructions forcées (par exemple celle de la société civile), l’ancrage des enquêtes dans le subjectif et le culturel n’empêche- t-il pas de poser les questions fondamentales d’une histoire du politique ? Un ultime paradoxe couronne la liste des – grandes – questions laissées en suspens. La déconstruction sociale du processus révolutionnaire a été si bien menée que la révolution fichée en plein cœur du siècle s’est peu ou prou effacée d’un nombre croissant d’histoires dont l’horizon chronologique est celui de la Chine républicaine. Il est acquis que les bouleversements révolutionnaires laissent indifférents nombre de leurs contemporains. Afin de rendre compte de ces clivages, les historiens doivent-ils les respecter ou les enjamber ? Une inquiétude sourd de ces questions non résolues qui oblige à tenir ouvert le livre de la méthode.

44Il avait été ouvert une première fois par l’histoire sociale attentive à l’intelligence du politique, dont nous venons de repérer le premier chantier. Ses artisans ont remis en cause des présupposés et enrichi leurs approches en tenant compte des apports de l’anthropologie et des cultural studies, mais en prenant toujours soin de pratiquer l’histoire à partir de l’essence propre de l’historicité : celle qui opère la distinction des mondes passés dans l’ordre du temps, de telle sorte que l’histoire soit distinguée du présent et de la mémoire, et que soient éclairées les articulations politiques du social sur lesquelles reposent, dans l’ordonnancement des durées, les distinctions chronologiques, autrefois nommées « périodisation ». Le dialogue critique que nous souhaitons instaurer, les propositions que nous pouvons avancer, supposent que soient lus à livre ouvert les travaux eux-mêmes. Commençons par ceux de Marie- Claire Bergère, tels qu’ils posent en continu des questions fondamentales que l’histoire sociale ne saurait délaisser sans renoncer à être histoire.

L’odyssée de la bourgeoisie chinoise

  • 50 M.-C. Bergère, « Les Problèmes du développement et le rôle de la bourgeoisie chinoise : la crise é (...)

45L’ouvrage de Jean Chesneaux laissait en friche le pan symétrique du mouvement historique qu’il présupposait : celui de la bourgeoisie capitaliste et de la « révolution bourgeoise ». C’est à partir de ces questions, posées dès 1968 dans son étude sur « la bourgeoisie chinoise et la révolution de 1911 », que Marie-Claire Bergère est devenue l’historienne du monde des entrepreneurs. Cette analyse remettait en cause la réalité sociologique et politique d’une « classe bourgeoise » avant 1911, dès lors qu’aucun rôle spécifique dans le renversement de la dynastie Qing ne pouvait lui être attribué au regard de celui des élites formées dans le moule de l’empire. Restait à étendre l’enquête à la classe elle-même, à sa formation sociale et politique au-delà du seuil chronologique ainsi fixé, mais en liaison avec la courbe antérieure de la société chinoise. Ayant pris ses distances avec les catégories marxistes qui guidaient encore sa thèse d’État soutenue en 197550, Marie-Claire Bergère remplit ce programme dix ans après. L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise (1986) réservait encore une place de choix au problème de la détermination économique de la nouvelle classe – à l’expansion dopée par le premier conflit mondial d’un secteur industriel chinois implanté au contact des concessions – et posait une caractéristique essentielle de la trajectoire historique du capitalisme chinois : l’âge d’or fut une conjoncture passagère qui eut des effets structurants durables. Cet acquis était mis en contexte de deux façons complémentaires. D’une part, l’étude attentive du milieu des entrepreneurs, de leurs pratiques, de leurs associations et de leurs lieux dans l’espace urbain, posait à nouveaux frais la question décisive de la modernité sociale des villes : l’ouvrage permettait de comprendre en quoi et de quelle manière se transformaient les élites sociales chinoises après la chute de l’empire dans le lieu même où ces transformations revêtaient l’aspect le plus abouti. D’autre part, cet aboutissement – nous avons déjà noté cette conclusion pour sa portée générale et fondamentale – obligeait à concevoir une modernité de plein exercice construite de façon composite, associant des éléments traditionnels et nouveaux, chinois et occidentaux.

  • 51 Rappelons que la distension, à la fin de l’empire, caractérise non pas une disjonction, mais une a (...)

46Ainsi contrastaient un monde des recompositions – hybridation, greffes, passages, transitions : celui des pratiques, des représentations, de l’identitaire – et l’univers tranché des positions intellectuelles et politiques, qui n’excluait pas l’accommodement et la réforme, mais qui semblait dominé par de grandes déchirures – iconoclasme anticonfucianiste, révolution nationale et sociale. Face aux blocs et aux chocs des idées et des pouvoirs, il était tentant de faire du premier un monde plastique du social et de la culture, placé par les aléas de l’histoire en face d’un cadre politique aussi incertain que rigidement inadéquat : une force sociale consciente de sa capacité modernisatrice, mais aussi des faiblesses intrinsèques que lui valait l’effondrement de la république, vouée à rechercher les institutions et la régulation manquantes dans un système intelligent et moderne d’autorité. L’approfondissement de l’enquête sur le social conduisait ainsi à poser la question de l’État au niveau structurel, par-delà les engagements politiques circonstanciels. Tel fut l’autre complément : non plus la distension impériale, qui constituait un État puissant, unitaire, au-dessus d’un social articulé et policé, telle que nous l’avons analysée ci-dessus, mais la disjonction, après la chute de l’empire, entre la construction du social et celle de l’État51. À propos de la Russie moderne, Richard Pipes avait introduit la problématique de la bourgeoisie manquante. L’histoire sociale de Marie-Claire Bergère a instruit la question de l’État manquant.

47Au tournant des années 1920, l’autonomie de la bourgeoisie shanghaienne, sa « tentation libérale » ne sont pas le fantasme utopique d’une société sans État. Les « nouveaux entrepreneurs » sont attachés au gain politique que leur valent la fin de l’empire et la république, même dégradée. Ils n’en mesurent pas moins la perte en termes de capacité étatique. Au regard du potentiel des élites impériales, la bourgeoisie triomphante et nationaliste de l’âge d’or est renvoyée à son enclavement : la prospérité est menacée par le chaos. Ses effets structurants sont locaux et transnationaux : ils n’établissent pas plus un marché national que les perspectives de développement économique et social d’un État-nation dont les entrepreneurs ressentent l’exigence lorsque l’âge d’or du tournant des années 1920 fait place à la crise économique et à une agitation sociale radicalisée par la montée en puissance des activistes communistes. Car, s’il est vrai que la bourgeoisie shanghaienne, éblouie quelque temps par la liberté que lui valait l’effondrement de l’État central, eut besoin d’un homme fort quand elle fut confrontée au retournement conjoncturel et à la poussée du syndicalisme ouvrier entre 1923 et 1927 (le choix se porta sur Jiang Jieshi, successeur de Sun Yat-sen à la tête du Guomindang), et s’il est non moins vrai que ce calcul s’afficha dans toute sa nudité quand il fallut, au moment décisif de l’investissement de Shanghai – en mars-avril 1927 –, remplir les coffres du Généralissime, la stratégie de l’homme fort n’allait pas sans un projet politique porteur d’un programme de modernisation économique et sociale : l’État-nation ne devait pas être seulement fort, sa justification dépendait de la capacité du nouveau régime à relever les défis qui avaient terrassé l’empire des réformes et la république.

48Pour les grands entrepreneurs qu’étudie Marie-Claire Bergère, la conjoncture citoyenne de l’âge d’or n’était nullement déconstruite : leurs actions en faveur de l’État (ou parfois à sa place) disent assez que leur puissance économique et leur influence sociale recherchaient une contrepartie politique. Par sa croissance localisée à travers une structure politique et géopolitique multiétatique en relation avec les flux économiques et culturels mondiaux (sans oublier les flux migratoires, eux aussi localisés et mondialisés), la sphère shanghaienne anticipe certains traits caractéristiques de la mondialisation – dans un monde partagé entre des métropoles et des empires qui sont alors loin d’être mondialisés, au sens que nous donnons à ce terme aujourd’hui. Tout en étant de plain-pied avec la métropole cosmopolite, dont ils sont l’une des élites, les grands entrepreneurs shanghaiens sont au diapason de ce monde des États et des nations plutôt qu’à l’écoute d’une sur-modernité qui n’existe alors qu’à l’état d’utopie et qui leur eût peut-être suggéré la vision d’une cité-État capable de transmuer en force l’incapacité politique de ses élites à l’échelle de la nation. Ils ne sont pas plus mondialistes que localistes. Le projet politique national que leurs leaders croiront réaliser en appuyant la mainmise de Jiang Jieshi sur la ville en avril 1927, est dans le droit-fil des aspirations modernisatrices des élites depuis que la mue institutionnelle de l’empire a sorti l’activisme de la sphère locale et jeté les notables dans le monde de la politique – sans leur ouvrir les portes du pouvoir.

  • 52 M.-C. Bergère, 2.3, p. 316.

49Un scénario semblable se joue en 1927-1928, à Shanghai puis dans toute la Chine « moderne », avec l’établissement d’un nouveau régime dictatorial. L’espoir né au cours des années 1920 est déçu et trompé en quelques mois (Coble 1980). Frappée de taxes et d’exactions diverses, rackettée par une administration corrompue, la bourgeoisie d’affaires paie au prix fort une erreur de calcul historique. Le « retour de l’État » se solde par un exercice périlleux de l’autonomie sociale et par l’absence d’une régulation institutionnalisée du champ socio-économique – en dépit des efforts entrepris par les secteurs constitutionnalistes et modernisateurs du Guomindang. Des grèves dures éclatent – en plein régime de terreur – contre des patrons mal vus ou mal protégés ; les gangs, le crime organisé, le clientélisme et la corruption gangrènent l’administration et la police : le monde des affaires perd la liberté d’agir par lui-même, qui lui avait donné peu ou prou le contrôle de la ville à travers celui du négoce, de la banque, de l’entreprise et de la gestion du territoire. « Privées d’institutions représentatives autonomes, évincées de la gestion locale, concurrencées dans leurs activités les plus traditionnelles, les élites urbaines voient leur échapper le rôle qu’elles ont rêvé de tenir à l’avant-garde d’une nouvelle société industrielle », écrit Marie-Claire Bergère52.

  • 53 Voir également Coleman (1984).

50L’ascendant de l’État – jusques et y compris la mainmise du régime et des clans sur d’appréciables pans de l’économie et des circuits financiers – n’a cependant pas l’effet mortel du resserrement du régime maoïste après la transition du tournant des années 1950 : Xiaohong Xiao-Planes le montre dans l’essai qu’elle consacre à l’Association civique de Shanghai, et nous essaierons ci-dessous de définir les conditions d’un travail de la citoyenneté qui se maintient, en l’absence d’institutionnalisation, dans un espace d’entre-deux qui est un entre-pouvoir. Il n’est pas illégitime, de ce fait, de rapprocher la période actuelle plutôt que les années 1950-1960 de la dictature des années 1930. Les failles et les conflits du parti-État, peu homogène et faiblement construit – l’étude déjà citée de Christian Henriot (1991) sur la municipalité de Shanghai documente ces divisions et ces faiblesses53 –, ouvrent au contact (non institutionnalisé) du social et du politique des espaces d’action propices à la construction des relations particularistes et aux tactiques de biais dont Bryna Goodman (dans l’ouvrage déjà cité) a relevé la prégnance. Ces trouées sont autant de lieux et de moments où s’affirme la vitalité du mouvement ouvrier telle qu’Alain Roux en a décrypté le paradoxe (voir ci-dessus). Alors même que le principal vecteur de la mobilisation des années 1920 – l’encadrement communiste – s’effondre en tant que structure organisée, le monde des usines s’agite et revendique, travaillé par des activistes dûment initiés à l’« art de la grève » et de la négociation infra-politique. Le contexte bureaucratico-policier mâtiné de factionnalisme (tel que Frederic Wakeman l’a analysé dans des travaux décisifs qui seront commentés ci-dessous et auquel il revient ici même à propos de l’installation du régime communiste) explique que les historiens peinent à cerner l’identité d’activistes contraints de négocier leur action (et leur existence) entre les milieux officiels, le crime organisé et la clandestinité. De nombreux militants syndicalistes survivent ainsi à l’hégémonie du Parti communiste, en liaison ou sans liens avec ce dernier, parfois ralliés à l’une ou à l’autre des organisations du régime, souvent en connivence avec le monde de la pègre, qui touche à celui des polices. L’autonomie sociale qui dépend de telles protections et des conjonctures de pouvoir sur le terrain est bien un paradoxe réel, une involution ou un dévoiement que l’on peut caractériser en perspective historique. Cette remarque nous met en garde contre une éventuelle surinterprétation du « travail citoyen » qui se déploie ainsi. Il s’agit ici d’un concept analytique dont l’une des applications vise précisément le non-développement d’une convergence de processus sociaux et politiques qui serait le « travail » de la démocratie.

51La structuration du mouvement ouvrier est d’autant plus incertaine que la politisation du social – en particulier la structuration des mouvements de contestation dont les étudiants sont les principaux porteurs – est elle aussi problématique (nous retrouverons cette question ci-dessous à propos des études qui traitent du politique dans le cadre urbain de la Chine républicaine). Vers le milieu des années 1930, la vague de protestation patriotique contre les atermoiements de la politique japonaise de Jiang Jieshi amplifie la (faible) contestation suscitée par la question des libertés et de la Constitution. Mais la mobilisation de l’opinion urbaine ne change pas la nature du régime, qui peut renforcer le contrôle (et la mainmise de ses clans) sur l’économie sans élargir les libertés. Elle profite davantage à une nouvelle génération d’activistes communistes, qui opèrent alors un spectaculaire rétablissement urbain en réimplantant l’influence du Parti communiste chinois (X. Xiao-Planes, 2005).

52L’éclosion, entre les premières années du siècle et l’âge d’or du développement capitaliste des années 1917-1921, d’une autonomie sociale urbaine avait été due à l’effacement provisoire des puissances étrangères, retenues en Europe par la guerre, et à l’affaissement de l’État chinois. Au cours de la décennie suivante, entre l’autonomie perdue des nouvelles élites urbaines et l’autonomie dévoyée du monde ouvrier, se joue, plutôt qu’un « retour de l’État » dans l’absolu, la non-transformation d’une autonomie circonstancielle en société civile – ou d’un incertain travail citoyen en « travail démocratique » aboutissant à instituer dans l’État la modernité du social. La société urbaine s’adapte aux contraintes, comme elle le fera à celles de la guerre et des premiers temps du communisme – avant d’être détruite par la vague ultra-maoïste, et comme elle le fait aujourd’hui dans sa renaissance sous la dictature banalisée du régime démaoïsé. Elle n’est donc pas un social indemne des maux propres au contexte adverse de sa croissance, qui serait en manque (et en attente) d’un État idéal, ingénieur et instituteur de son développement parfait. De même, l’État étranger au social n’est-il pas sans liens avec lui : son fonctionnement et sa reproduction, sinon son pouvoir, dépendent des liens tissés grâce à son implantation urbaine. Les bourgeois, comme les ouvriers, ne sont pas des citoyens contre les pouvoirs. Sur le terrain social, auquel se mêle et se superpose le terrain politique, ils sont des citoyens d’entre-pouvoir dans une conjoncture qui prolonge l’indétermination institutionnelle de l’âge d’or mais qui inverse les priorités : c’est l’État, fût-il inconstitué et faible, qui donne la note, et non plus le social testant ses forces et ses projets en dehors des institutions étatiques.

53Telle est donc la conclusion de L’Âge d’or, corroborée, nous l’avons vu, par celle que suggère à Alain Roux l’étude du monde ouvrier : l’incapacité sociale de l’État renvoie à l’incapacité étatique de la société urbaine, et le non-développement d’une société civile, à la question historique de la formation du social et de l’État. Il est donc tout aussi vain qu’à propos des élites de l’ancien régime de présenter la société civile au regard de la société urbaine moderne comme un état présent ou inexistant. La question du processus historique auquel renvoie la catégorie se solde en Chine par celle des conjonctures de l’État, ou, plus exactement, par celle de types d’État et de configurations de la construction du politique, dont l’histoire montre qu’en une large mesure les facteurs sont extra-urbains et extra-sociaux : militaires, géopolitiques – faut-il ajouter la nature bureaucratique du pouvoir, l’enveloppe culturelle des pratiques bureaucratiques et des liens sociaux particularistes, sur lesquelles Marie-Claire Bergère met l’accent, à la fois pour compléter le compte historique du déficit de la société civile et afin de souligner qu’entre la modernité et la tradition pures supposées par de nombreux chercheurs (et volontiers posées comme telles par les intellectuels et les politiques) les recompositions ont prévalu ?

  • 54 « Shanghaï ou “l’autre Chine”, 1919-1949 » (Bergère, 4.11). Dans la même optique, l’histoire socia (...)
  • 55 M. Bastid, M.-C. Bergère et J. Chesneaux, La Chine, l’illusoire modernité 1885-1921 : de la guerre (...)

54À ce compte, sans aucun doute, une histoire sociale ouverte peut fréquenter sans risque l’imaginaire culturaliste de la Chine qui a pris le relais de celui de la révolution : c’est ce que fera celle de Marie-Claire Bergère lorsqu’il s’agira de « renationaliser » la Chine urbaine en tant que Chine « autre », en pesant au trébuchet de la « Chine bleue » et de la « Chine jaune » le poids respectif de la ville (marchande) et celui du contexte extra-urbain (bureaucratique, rural) dans la destinée contemporaine du pays54. Collaboratrice d’un manuel dirigé par Jean Chesneaux qui s’intitulait L’Illusoire Modernité55, l’auteur de L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise a montré qu’en son lieu d’excellence urbaine la première modernité chinoise ne fut pas une illusion (dans la mesure où elle ne se concrétisait pas dans la révolution), mais une trajectoire historique, tout à la fois étrangère à son contexte large (la Chine et la région Asie-Pacifique en tant que creuset du maelström – guerre et révolution – de 1937-1949) et expliquant celui-ci, y compris sa défaite et son anéantissement par les forces venues d’ailleurs – « de Mars » put écrire Robert Guillain dans un reportage demeuré fameux sur l’entrée à Shanghai des troupes de l’Armée rouge en mai 1949.

  • 56 L. Bianco, “Peasant Responses to CCP Mobilization Policies, 1937-1945”, in Saich Tony & Van de Ven (...)
  • 57 S. C. Averill, “The Transition from Urban to Rural in the Chinese Revolution”, in The China Journa (...)

55On l’a souligné à maintes reprises : la territorialisation rurale de la révolution maoïste fut un détour stratégique, nullement un enracinement paysan56. Avant le (tardif) recrutement in situ de (petits) cadres issus des couches pauvres et dominées de la population villageoise, la technostructure activiste, souvent originaire des campagnes, se caractérisait par sa formation, ses itinéraires et ses horizons urbains57. Mao Zedong est un parfait exemple de ce tropisme général. La destination du gigantesque mouvement qu’il put mettre en branle et organiser à partir de 1937 fut urbaine dès 1948. Dès ce moment, la conquête, la domination et l’intégration des villes au projet socialiste supplantèrent l’établissement de l’hégémonie communiste sur les campagnes. Le contrôle territorial, la redistribution des biens et des ressources humaines, l’activation de la société tout entière furent organisés à partir des villes, où s’était recentré le nouveau pouvoir, et c’est à partir des villes que fut rétablie la liaison extra-locale des communautés après la rupture du lien impérial qu’assuraient les anciennes élites. Pourtant, le nouveau lien et les nouvelles élites n’eurent aucun caractère urbain : le pouvoir maoïste ne fut pas plus citadin que citoyen. L’« autre Chine » ne survécut que dans la mémoire, dans quelques « niches » oubliées jusqu’à la révolution culturelle, et aux marges géopolitiques du néo-empire (Hong Kong, Taiwan, la diaspora).

  • 58 L’analyse de ce retour, prospective en 1987 (« Le retour des capitalistes ? », Bergère 4. 23b ), e (...)

56Le retour de la ville et du capitalisme – sans la citoyenneté – dut attendre la métamorphose post-maoïste. Une révolution anticapitaliste morte en modernité urbaine ressuscitée dans les campagnes, un néo-pouvoir impérial vainqueur des villes, fossoyeur bureaucratique autant qu’activiste de la société urbaine, un néo-capitalisme débridé faisant basculer la Chine « jaune » dans l’univers « bleu » de l’urbanisation et de la mondialisation sans éliminer les bureaucrates ni la dictature – l’empire rétabli, souverain dans la mondialisation là où l’ancien empire avait perdu la partie de l’occidentalisation : la courbe de la Chine contemporaine se laisserait capter par les clichés en usage si le « retour des capitalistes », analysé dès 1987 par Marie-Claire Bergère58, n’était un processus historique et, pour l’historienne, un « exercice d’histoire sociale » (J. Revel), un objet problématique construit à partir d’une expérience critique tout autant qu’un sujet d’actualité.

  • 59 Chevrier (2007b), p. 460-481.

57Cette expérience éclaire les chantiers d’une histoire du politique qui serait inconcevable sans une intelligence du social fondée dans et par l’histoire sociale. Vue sous l’angle des configurations de l’État, la trajectoire de la bourgeoisie a son parallèle dans celle des activistes qui entrent en scène après la chute de l’empire, à l’époque du 4 mai 1919 (lato sensu). L’autonomie sociale s’exprime alors par un idéal et par une pratique de la démocratie sans référence aux institutions de l’État : les idéologies (libéralisme, anarchisme, révolution socialiste) et la rémanence culturelle (l’activisme des anciennes élites) que l’on a invoquées afin d’expliquer ce tropisme ne s’expliquent elles-mêmes qu’à partir de la désinstitutionnalisation du politique qui fait suite à l’effondrement du nouveau régime institutionnel issu de la révolution républicaine. Mot-clé de la période, la « démocratie » n’est autre que la société devenue l’horizon légitime du politique, l’action mise à la place des institutions, non pas exclusive de l’État mais absorbant l’État légitime par rejet de l’État illégitime. Mais cette foisonnante « illusion sociale du politique » (Y. Chevrier), récemment revisitée par Sebastian Veg (2009), ne peut se suffire à elle-même. Dès les années 1920, l’analyse lucide qui suggère aux entrepreneurs shanghaiens les bienfaits d’un retour à l’État se traduit dans le paysage intellectuel et dans le mouvement social par un relatif désaveu de l’activisme extra-institutionnel. Cette tendance bénéficie aux nouveaux partis nationaux, Guomindang et Parti communiste chinois, qui visent le pouvoir d’État et soumettent l’action sociale à cette fin. Au cours des années 1930, le « retour de l’État » – en termes de filiation politique, un État non pas bureaucratique et néo-impérial mais héritier du radicalisme construit dans les années 1910-1920 sur le rejet des institutions républicaines – impose un dilemme paradoxal aux libéraux, qui s’opposent à la révolution tout autant qu’à la dictature et veulent reconstruire les institutions à partir des libertés individuelles. Hostiles à l’action sociale autonome, dont ils désapprouvent les virtualités révolutionnaires et qu’ils croient impropre à porter un projet national modernisateur, conscients dans le même temps de l’incapacité d’un pays trop peu modernisé à fonder un système institutionnel stable et démocratique, ils sont des libéraux condamnés à penser la politique en fonction de l’État : l’État idéalement institué, dont il leur faut défendre le projet à la fois contre les abus de la dictature, contre les ultraconservateurs traditionalistes et contre les partisans de la révolution nationale incarnée dans le parti unique, mais aussi le pouvoir en place, unique vecteur du projet national59.

58Ce dilemme que l’on pourrait dire de la nécessité de l’État traverse jusqu’à nos jours l’ensemble du xxe siècle en faisant écho directement et durablement à la question de l’État manquant. Accordons quelque attention à la conjonction de ces deux problématiques : elle éclaire d’un jour net le pan non révolutionnaire de l’histoire contemporaine – celui de l’« autre Chine » – alors même que le recul vers l’horizon historique de la révolution et de ses paradigmes, joint à l’incertaine application chinoise des schémas non révolutionnaires du moderne (société civile et sphère publique), et la vogue des cultural Studies sèment la confusion parmi les historiens à propos de la compréhension du phénomène de la modernité.

  • 60 Les textes du Xinmin shuo (La rénovation du peuple) qui traitent de ce point, « Lun zhengzhi nengl (...)

59Dès l’aube du xxe siècle, la faible « capacité politique » du peuple chinois avait imposé un semblable dilemme et imprimé une évolution conservatrice au père putatif du libéralisme et du conservatisme, Liang Qichao, inventeur du concept de la « capacité politique » (zhengzhi nengli) et premier théoricien du transfert à l’État de la citoyenneté et des tâches de la modernisation60. Le dilemme de l’institution de la liberté et de la nécessité de l’État fort est de retour aujourd’hui, en même temps qu’une configuration socio-étatique proche de celle des années 1930. Le débat qui divise les intellectuels ne se noue plus, comme dans les années 1980, autour de la démocratie ou de l’identité culturelle. Il met en cause la captation nationale et révolutionnaire du mouvement des Lumières, lié depuis la fin du xixe siècle à l’essor de la Chine moderne, ainsi que la capacité d’évolution institutionnelle du régime postmaoïste au regard du niveau de développement et des limites politiques d’un social encore rural et déstabilisé par la violence de la transition économique. Le destin du pays n’apparaît plus déterminé par des entités opposables les unes aux autres – pouvoir et démocratie, État et société, occidentalité et sinité, capitalisme et socialisme, marché mondial et développement national, urbanisation moderne et retard rural, etc. La trajectoire historique de la modernité en Chine devient l’objet du débat le plus significatif. Par ce biais, c’est l’interrogation fondamentale sur le processus de la formation moderne de l’État et du social qui relie les unes aux autres les facettes contradictoires d’une modernité éclatée.

  • 61 Philosophe qui joue un rôle de premier plan lors du mouvement démocratique de 1989. Installé aux U (...)

60Du moins pouvons-nous constater l’amorce du mouvement réflexif qui convoque une histoire nationale critique plutôt que la mémoire identitaire ou individuelle, l’injonction modernisatrice ou la certitude nationaliste. Il n’occupe en Chine qu’une partie du terrain dégagé par le reflux du pôle d’attraction révolutionnaire et n’a pas encore réduit le privilège de la problématique culturelle (plus ou moins mêlée de réserves patriotiques et identitaires) – l’inexistence, tenue pour un donné valable de la culture et de l’identité ou pour une contrainte héritée d’un passé contingent et critiquable, d’un substrat propre à fonder la citoyenneté sur l’institution juridique des libertés individuelles –, alors même qu’à la suite de Li Zehou61 l’impératif de la sauvegarde (nationaliste ou révolutionnaire) de la nation contre la destruction (jiuwang) n’apparaît plus comme un absolu justifiant le sacrifice des Lumières (qimeng).

61Comment les historiens se déterminent-ils, quant à eux, au regard de ce déplacement de l’horizon historique ? Nous verrons dans un instant qu’ils recourent à de nouvelles clés universelles : culture, nationalisme, ethnicité, genre, identité, afin d’expliquer les démarches collectives ; subjectivité, mémoire, pratiques, afin de rendre compte de celles qui s’attachent aux acteurs individuels sans en trahir le « vécu » passé ni la « trace » au présent. Concluons ici notre bilan d’étape – itinéraires fondateurs et avancées de l’histoire sociale – en soulignant la vertu critique que comporte en lui-même son exercice. Celui-ci ne saurait demeurer étranger à l’approfondissement de la compréhension historique qui procède de l’empathie avec les acteurs. Mais il doit éviter tout aussi bien que le gain empathique ne se solde par un déficit d’intelligibilité, et que la compréhension subjectivée de l’histoire ne soit qu’une illusion privant le métier, et plus encore la société à laquelle il s’adresse, du recul nécessaire à la maîtrise informée de leur action.

62Si l’on rapporte l’histoire du politique au schéma fondamental qui relie la formation du social à une histoire des configurations étatiques, de L’Âge d’or à l’« autre Chine » et au « retour des capitalistes », se lit une autre histoire du siècle, celle qui tourne autour de la forme de l’État et non pas seulement autour de sa force et de sa sociologie : l’enjeu, non résolu après l’échec du Xinzheng et de la république, de l’institutionnalisation moderne du social et du politique. Cet enjeu dépasse la ville et l’histoire urbaine : il n’est autre que celui de l’État-nation, dès lors que celui-ci fut conçu et mis en œuvre au cours des années 1890 et 1900 comme un changement de la forme politique de l’empire unissant indissociablement la souveraineté populaire à l’institution politique de la nation.

  • 62 Nous retrouvons sous cet angle le rôle spécifique, que l’on ne saurait minimiser, des foyers de re (...)

63Tout en prolongeant la dialectique de l’autorité étatique et de la participation politique des élites qui fondait le « programme constitutionnel » dont Philip Kuhn a retracé l’histoire – en pointillés ténus – au long du xixe siècle, l’institution théorique et pratique de la citoyenneté (par le Liang Qichao du Xinmin shuo pour la première, sur le terrain par les activistes de la réforme de l’éducation qu’a étudiés Xiaohong Xiao-Planes pour la seconde) instaurait une rupture fondamentale, qui date et qualifie la modernité du siècle politique par excellence que fut le xxe siècle tout en renvoyant le processus de la construction moderne du politique au changement contextuel qui découle des guerres de l’Opium62. Cette rupture était aussi celle d’une institution territoriale de la nation souveraine, doublée d’une institution imaginaire mettant en œuvre des mythes historiques – comme celui de Huangdi, l’Empereur Jaune (T. Billeter, 2005) –, calibrés de façon à rompre le fil universel de l’empire-monde tout en dotant la nation nouvelle d’une histoire rachetant (par la légitimation antique de l’universalité citoyenne) sa banalisation géopolitique au sein de la mondialité. L’innovation politique qui spécifie la modernité du xxe siècle, au regard du flux historique sur lequel elle se greffe, répond ainsi au second essor de la ville, qui fut en même temps un bouleversement des échelles de l’histoire chinoise.

  • 63 Ces interrogations, aujourd’hui comme hier, sont souvent formulées en termes strictement intellect (...)
  • 64 Chevrier (2007b), p. 454-459.

64La difficulté inhérente à l’interprétation de ce tournant tient à ce qu’il est régulièrement sous-estimé ou surévalué selon l’angle sous lequel il est analysé. La forme de la nouvelle politique renvoie dès le commencement à une forme moderne de la société (Liang Qichao évoque une « société moyenne », zhongdeng shehui, qui en serait le pivot), mais les éléments intellectuels et le vecteur social de sa formulation dépendent encore des dynamiques de l’empire : la nouveauté provient du nouvel enchâssement contextuel (sino-occidental, sino-japonais) de ces dynamiques. Le questionnement porte donc essentiellement sur la modernité intellectuelle et celle-ci renvoie au questionnement récurrent sur la portée et sur les processus de l’occidentalisation. La possibilité et la solidité de la nouvelle politique sont questionnées à partir de la problématique culturelle63. La question de la culture, avec ses dérivés identitaires, semble ainsi commander l’évaluation du tournant de la fin de l’empire – épiphénomène bientôt dépassé par les ruptures révolutionnaires et l’abandon de la continuité culturelle, ou fondement d’une histoire nouvelle et actuelle dont la continuité a fini par prévaloir contre ces ruptures. Mais l’ascension et le déclin rapides de la démocratie républicaine (1912-1913) renvoient le questionnement à la structuration du social. Le relais social assuré par les anciennes élites fait la preuve immédiate de son efficacité et de ses limites, tandis que l’élargissement sociologique qu’assure la montée d’une nouvelle génération d’« activistes sociaux » issus du petit peuple – ceux-là mêmes dont Laurent Galy dessine le portrait à Tianjin – fait descendre la politique dans la rue sans parvenir à faire remonter la citoyenneté au niveau des institutions de l’État64. La politisation des élites, anciennes et nouvelles, sur laquelle ont insisté tant d’historiens de la société urbaine, ne suffit pas à instituer la politisation du social au centre du nouvel État. L’expansion de la vie associative, la reconversion de l’activisme en action sociale stimulent le travail citoyen au creuset de la nouvelle société urbaine, mais ce « travail » ne s’accomplit pas dans l’État. L’institutionnalisation réalisée par l’État-parti au cours des années 1930 est un processus autoritaire qui contraint les élites locales tout en découpant le social sur un modèle corporatiste (Fewsmith 1985).

  • 65 M.-C. Bergère 1.8, p. 400-450.
  • 66 Les intellectuels « progressistes » qui s’opposent à la dictature du Guomindang dans les années 19 (...)

65Le passage problématique du social à la Cité explique que le tournant et le critère de l’institutionnalisation aient été longtemps tenus pour négligeables : la démocratisation se situait ailleurs. Il est vrai qu’en l’absence d’un « travail » important la pensée institutionnelle de la démocratie s’est attardée aux formes élitistes de son premier moment. Le « père de la patrie », Sun Yat-sen, distinguait en 1923-1924 dans son Triple démisme (Bergère 1.8, chap. 10) trois types de citoyens : ceux qui « voient et comprennent avant les autres » (les prophètes ou… chefs de parti) ; ceux qui « voient après les autres et comprennent après eux » (les militants et les cadres) ; ceux qui « ne voient rien et ne comprennent rien », le simple peuple65. De même, la Constitution française de 1791 instituait – négativement – une citoyenneté « passive ». La nouvelle Constitution à laquelle le régime nationaliste doit consentir au cours des années 1930, suspendue sans avoir pu être appliquée en 1937, puis mise en œuvre en 1946- 1947 en pleine guerre civile, avec son système de collèges électoraux qui ressemble à celui de la Constitution de l’an VIII dictée par le Premier Consul, maintient cette vision élitiste qui donnait au parti politique unique, maître de l’établissement des listes électorales et de l’inscription des candidats, un pouvoir exorbitant. Les électeurs n’étaient plus seulement les (riches) citadins, mais l’immense majorité d’entre eux étaient de fait des citoyens passifs : le politique appartenait en droit comme en fait aux cadres du régime et aux élites reconnues par lui66.

66Social en déséquilibre, citoyenneté boiteuse, souveraineté nationale en suspens : ces apories de l’État-nation dans la forme qu’il atteint au cours des années 1930, à la veille des tourmentes de la guerre et du maoïsme, sont de retour aujourd’hui. La souveraineté reconquise au sein de la mondialité échappe à l’État taïwanais : la démocratie doit se construire sur la base d’un statut étatique et d’une identité nationale indéterminés. La citoyenneté qui n’est pas pleinement instituée à Taiwan échappe aux Continentaux en dépit du nationalisme qui soude l’État et le social. L’État-nation continental s’affirme et se renforce au cœur de la mondialisation plus qu’il n’en pâtit, mais l’institution politique du social lui manque encore. Faut-il attendre de l’histoire à venir non pas du jour au lendemain la réunification et/ou la démocratie, mais un processus institutionnel enfin équilibré qui ferait des Chinois de plus en plus citadins des citoyens de meilleur exercice ? C’est en ce sens que l’histoire sociale des citoyens chinois est une histoire des aléas de l’État-nation dans la mondialisation (Chevrier 2003).

67Quelles que soient les situations concrètes de cet État-nation à venir (au pluriel ou au singulier), quelles que soient les épreuves immédiates d’une citoyenneté en devenir incertain, la réponse des historiens ne peut être trouvée que dans les constructions médiates de l’historicité. Une histoire sociale de plein exercice offre le modèle possible d’une telle médiation.

Les intellectuels : un incertain pivot

68Possible ne veut dire ni total, ni parfait. L’exercice qui nous a conduits des bourgeois et des prolétaires symboliques d’une modernité normalisée aux entrepreneurs et aux ouvriers acteurs de la trajectoire moderne de la Chine a retrouvé, en regardant le politique, l’historicité d’un troisième acteur urbain du moderne : l’intelligentsia ou les intellectuels. Mais l’histoire sociale est restée sur ce front étrangement silencieuse, répondant par un retrait à l’exaltation du magistère de la pensée qui a soldé les aléas de la politisation du social. Comment pouvons-nous comprendre cette aporie ?

  • 67 Cette problématique qui tend à faire des intellectuels la figure symétrique et inverse d’une intro (...)
  • 68 Voir la tentative d’historicisation d’une question piégée par le culturalisme dans Extrême-Orient, (...)

69Le projet d’une histoire sociale de la Chine contemporaine n’a pas manqué de viser la force que la configuration particulière de la modernité mit en avant sur la scène urbaine tout en l’exposant à une périlleuse solitude : décidément citadins (alors que les élites impériales ne se laissaient pas appréhender comme telles), les intellectuels ont été les acteurs éminents d’une citoyenneté imaginaire, soumise à la dure épreuve des insuffisances du social et aux coups des pouvoirs qui ont tenté de les asservir ou de les écraser67. Ce n’est donc pas seulement parce que les intellectuels semblaient être les successeurs des lettrés que l’attention s’est portée sur eux : cette équivalence procède d’un malentendu qui rabat la modernité du xxe siècle sur la tradition en oubliant la nouveauté et les aléas de l’histoire contemporaine au nom de sa dépendance – inévitable – à l’égard du passé68. Ce faux-semblant se heurte à une réalité historique invincible au culturalisme qui le nourrit : au fil des siècles, le monde des lettrés était devenu le secteur social institué dans l’empire ; au xxe siècle, le magistère public des intellectuels se sépare des institutions d’un État qui n’institue pas le politique. L’autorité morale, la légitimité sociale dont ils jouissent ne compensent pas la rupture de la reconnaissance étatique. En dehors des moments révolutionnaires, ils ne sont sortis du tête-à-tête risqué avec les pouvoirs post-impériaux auquel les a contraints la faiblesse politique du social qu’à la faveur de brefs mouvements de la société urbaine. De loin en loin ces éclairs ont relancé l’exigence (et l’illusion) de la modernité sans assurer les fondements de la démocratie.

  • 69 L’étude (déjà mentionnée) de X. Xiao-Planes (2001) sur l’institutionnalisation du politique à l’ép (...)
  • 70 Passeurs d’idées, d’idéologies, de pratiques (il faudrait citer l’abondante bibliographie consacré (...)

70Ayant dû se substituer à une société défaillante, l’intelligentsia a été l’objet d’une autre substitution : l’histoire intellectuelle a pris le pas sur l’histoire sociale des intellectuels. La première, par la grâce de grands noms et d’ouvrages-phares, a pu articuler des repères qui ont cadré le débat sur l’histoire politique de la Chine contemporaine, sur sa dépendance envers le passé, ou envers l’Occident, et singulièrement sur l’odyssée des intellectuels. La seconde affiche un bilan assez maigre – appauvri par l’effet de substitution qui vient d’être évoqué. Les enseignants, les écrivains, les journalistes, les artistes et les étudiants qui ont fourni une part non négligeable de l’encadrement des mouvements sociaux et des partis révolutionnaires sont « annexés » par l’histoire politique (ou par celle du mouvement ouvrier), comme ils le sont dans l’exercice du magistère public par l’histoire des idées. Il en va ainsi jusque dans les campagnes, dont ils rétablissent le lien avec la politique et la nation après la rupture du canevas impérial. Nous ne les connaissons socialement qu’à travers leur fonction d’activistes69, de militants, de cadres, de passeurs70 et, plus tard, de dissidents.

  • 71 Wong Wang-chi (1991) étudie ainsi les idées politiques radicales qui s’expriment dans la littératu (...)

71L’étude fondamentale du « mouvement du 4 mai 1919 » par Chow Tse-tsung ([1960] 1986) est un gigantesque puzzle d’histoire sociale dont les éléments sont restés désassemblés. John Israel (1966) en fait un chapitre de la politique intérieure de la Chine républicaine. Benjamin Schwartz y voyait, pour l’essentiel, une dialectique des idéologies. Retrouvant l’une des intuitions de Chow Tse-tsung, Vera Schwarcz (1986) et Marilyn Levine (1993) sont allées plus loin dans l’exploration des structures en réseau qui tissent la sociabilité des mouvements intellectuels du début des années 1920 et véhiculent la politisation – jusqu’en France et en Europe pour Marilyn Levine. Quand elle ne sert pas à rabattre le monde des intellectuels sur celui des idées71, et leur société sur celle des étudiants et des militants, la catégorie générique opère de la même façon avec la littérature, en masquant peu ou prou les écrivains en tant que groupe social (Goldman et Lee Ou-Fan 2001). On ne peut guère adresser la même critique à l’histoire de l’art moderne en raison du faible développement de ce champ d’étude, mais les ouvrages disponibles privilégient eux aussi la morphologie des genres, l’histoire des styles et les monographies d’artistes (Clark 1993, Janicot 1997).

  • 72 Notons l’intéressante enquête menée par Jérôme Bourgon (2007) sur la différenciation des professio (...)
  • 73 Nous reviendrons ci-dessous sur cet important ouvrage, à propos des tendances actuelles de l’histo (...)

72Alors qu’elles se rencontrent au tournant de nombre d’études thématiques et constituent un passage obligé des très nombreuses biographies qui retracent les parcours individuels, les professions intellectuelles ne sont guère étudiées en tant que telles : l’essai de prosopographie initié par Marie-Claire Bergère (1985) est longtemps demeuré isolé72. Il faut attendre 1990 pour que Yeh Wen-hsin prenne – enfin ! – pour objet la société académique en nous faisant pénétrer sur les campus des universités chinoises (Yeh 1990). Le journalisme, souvent rapporté à la presse ainsi qu’aux relations de la presse et de la politique, a été « socialisé » par le même auteur (1992). Mais l’enquête sur les intellectuels se spécifie au moment où l’histoire sociale, remise en cause à partir de la dimension subjective qui intègre le sentiment et la mémoire, verse dans l’histoire culturelle – et personnelle. Vera Schwarcz, auteur d’un ouvrage à deux voix sur Zhang Shenfu, a donné un exemple avant-coureur de cette évolution (Schwarcz 1992). Les rares études qui maintiennent l’exigence d’une approche collective et politique du social dans le monde des intellectuels n’en sont que plus remarquables. En 1991, Jeffrey Wasserstrom reprend de fond en comble et dans toute son ampleur chronologique (le xxe siècle) le dossier des mouvements étudiants shanghaiens, mais c’est la ville, considérée comme la scène en construction d’un théâtre politique, qui est au centre de l’enquête. Acteurs d’un théâtre qui fonctionne comme un jeu de miroirs, les étudiants semblent curieusement dépossédés de leur histoire en tant que force sociale (Wasserstrom 1991)73. Les intellec- tuels-acteurs de l’histoire sont revenus en force – cette force dût-elle s’analyser comme une addition de faiblesses – dans l’étude fondamentale (une thèse encore inédite) de Christine Vidal sur les intellectuels non communistes de la première moitié du xxe siècle (Vidal 2006). Même si l’objet de l’analyse est la construction d’un espace politique (marqué par le dilemme précédemment évoqué de l’État manquant et de la nécessité de l’État) plutôt que la formation d’un groupe social, les éléments de prosopographie, le rapprochement des situations, la description d’un univers de pensée sous l’angle collectif et dans la continuité d’une chronologie longue, vont très au-delà des biographies individuelles, qui constituaient jusqu’alors le meilleur de la production en ce domaine.

73Cet apport de l’histoire sociale s’apprécie d’autant plus qu’il répond aux avancées réalisées – notamment par Edmund Fung (2000) – dans la connaissance des ressorts de la construction du politique en dehors des deux grands partis qui ont capté l’attention des historiens et dans l’historicisation des concepts de la démocratie. L’étude (déjà mentionnée) de S. Veg (2009) enrichit cette mise en perspective de la démocratie. Pourtant, l’exercice si profitable en d’autres domaines d’une histoire sociale vouée à l’intelligence du politique commence tout juste à s’amorcer dans celui-ci. L’entrepreneur-citoyen, le citoyen-syndicaliste et (nous y venons) le citadin ordinaire nous sont mieux connus dans leur existence sociale – c’est-à-dire tout aussi bien dans leur être politique sui generis – que les penseurs et les plus actifs propagateurs de la démocratie, du nationalisme et du communisme. L’âge d’or est ici à venir et l’élite malheureuse de la Chine contemporaine demeure pour l’histoire sociale une terre de mission.

La Ville habitée

74La construction du socle de l’histoire sociale sur le versant urbain de la Chine contemporaine offre donc un bilan à la fois stimulant et contrasté. En tout état de cause, il induit une observation qui rejaillit sur l’exercice historiographique lui-même : le projet même de l’histoire sociale s’est trouvé bouleversé au cours des deux dernières décennies du xxe siècle par la remise en chantier des cadres méthodologiques et des paradigmes. Dans les études chinoises, ce bouleversement coïncide avec une modification fondamentale des conditions d’exercice du métier. La démaoïsation met un terme à l’isolement des chercheurs chinois tout en rendant les archives et le terrain accessibles aux chercheurs étrangers. D’un seul coup se rétablit la proximité physique et pour ainsi dire sensible avec le devenir au présent des objets étudiés, dont avaient été privées plusieurs générations d’historiens. N’oublions pas, en dernier lieu, l’histoire même de l’institution universitaire des études chinoises. En dépit de manques et de retournements bien connus des spécialistes, le champ ne cesse de s’élargir. La production académique croît d’une façon considérable, en particulier sous la forme du colloque et de l’ouvrage collectif. Il devient ainsi plus malaisé d’identifier des propositions originales et des lignes de force.

75Du simple relevé des dates de publication, il ressort avec évidence qu’une coupure s’est formée vers les années 1980-1990. Aux livres pionniers, qui assemblaient une documentation hétérogène au service de généralisations originales, succèdent en nombre toujours plus important des monographies ciblées, nourries d’informations puisées aux sources archivistiques désormais ouvertes, qui abordent les sujets les plus divers sous la forme de plus en plus fréquente de contributions à des ouvrages collectifs. Des volumes importants par la somme des informations qu’ils rassemblent se laissent difficilement cerner sur le plan de l’interprétation, au risque parfois de la redondance et de l’insignifiance. Profusion, confusion, habitude, routine même ne sont pourtant pas le fin mot de cette histoire. Un ensemble de traits plus insistants que d’autres se laisse repérer parmi les miettes d’une Chine moderne dûment déconstruite. Entre subjectivité, identités et sociabilités, la grande question n’est plus tant celle de la construction historique de la relation du social et du politique que celle de la formation des territoires et de l’imaginaire urbains. La Cité problématique devient la ville habitée. Et cette ville n’est plus la seule Shanghai, quoique la métropole demeure la référence constante et le lieu le plus étudié.

  • 74 Par exemple, la « civilisation » des grands magasins. Voir l’ensemble – comparatiste – présenté pa (...)
  • 75 Au carrefour du « commerce », de la « culture » et de la « modernité » (Yeh Wen-hsin 1997 et 2000) (...)
  • 76 Le cinéma comme industrie, art et loisir est l’objet de nombreuses études, inévitablement focalisé (...)
  • 77 Parmi les études consacrées à la prostitution, rappelons celle (déjà citée) de C. Henriot (1997).
  • 78 Rappelons, à cet égard, l’étude de Christian Henriot (1997) sur la prostitution à Shangai et celle (...)

76Associée à la critique du discours (ce qui n’était évidemment pas le propos d’un G.W. Skinner en 1977), la prise en compte de la dimension spatiale du social (aux sens concret et métaphorique) a fait couler beaucoup d’encre (Hershatter, Honig, Lipman et Stross 1996). Les lieux de vie74, les déplacements de population, la localisation des réseaux et des activités (Wakeman et Yeh 1992), les représentations imagées75, le divertissement et le loisir76, la complexité d’une société urbaine tendue entre « plaisirs et violences » (Henriot et Roux 199877), l’habitation des gens de la ville et son paysage architectural le disputent à la mémoire subjective, au genre, à l’ethnicité (Honig 1992), au melting pot culturel (Lee Ou-fan 1999) et aux montages identitaires (Yeh Wen-hsin 1996 et 2000) en qualité d’objets privilégiés – au même titre qu’avaient été débattues les classes avec ou sans révolution, la conjoncture et les structures, la société civile et les élites, la ville et la campagne, la modernisation, l’occidentalisation et la tradition. Dans bien des cas, ces travaux précisent, amplifient ou rectifient les perspectives78. Notre parcours historiographique identifie des échos et peut sans difficulté instaurer entre les approches un fructueux dialogue autour des grandes lignes du siècle.

  • 79 Les ouvriers de Tianjin ont été également étudiés par J. Fox (1994). Sur les stratifications régio (...)
  • 80 L’un de ses responsables, le célèbre Ma Chaojun (1885-1977), y fit une longue carrière politique e (...)
  • 81 Daniel Y. K. Kwan (1997), p. 156-195.

77Nous avons évoqué plus haut l’incursion anthropologique réalisée dès 1986 par Gail Hershatter et Emily Honig à propos du monde ouvrier79. Steve Smith (2000- 2002) a poursuivi les travaux d’Alain Roux (1991) et d’Elizabeth Perry (1993), qui, nous l’avons vu, l’avaient réinséré dans l’histoire par le biais d’une analyse politique de ses mouvements. Les ouvriers pékinois du secteur moderne et des métiers traditionnels avaient retenu l’attention de David Strand (1989). Ceux de Canton et de la rivière des Perles, où le Guomindang établit des bases solides dans le très corporatiste Syndicat des mécaniciens80, ont été présentés par Chan Ming Kou (1975). Dans son ouvrage sur Deng Zhongxia, Daniel Kwan apporte d’intéressantes précisions81 sur les conflits entre les éléments communistes et leurs adversaires durant la retentissante grève-boycott de Hong Kong-Canton qui, de juin 1925 à octobre 1926, constitua une page essentielle de l’histoire de ces deux villes. Cette recherche nouvelle conforte les conclusions critiques apportées par l’histoire du mouvement et du milieu ouvriers depuis Jean Chesneaux. La classe ouvrière chinoise posée depuis les années 1920 par les théoriciens de l’Internationale communiste était une construction arbitraire, un artefact à la fois théorique et stratégique. La réalité s’est construite d’une façon pragmatique (au strict sens du terme), sur le terrain de l’action et en fonction des circonstances politiques, à partir d’un terrain social fragmenté. L’enquête ajoute au portrait sociologique instable, d’ores et déjà brossé à partir de la fragmentation du monde ouvrier, les effets de son instabilité dans le temps. La formation économique, sociale et culturelle qui devient la classe, au sens d’E. Thompson, ne cesse au cours de ce devenir d’être construite en même temps qu’elle est détruite par le flux non stabilisé des individus et des groupes. La fragmentation de l’appartenance régionale, les clivages dus à l’âge, au sexe et à la qualification s’en trouvent accentués. Pourtant, la logique des mouvements sociaux stricto sensu qui parcourent cette sociologie mouvante ne dément pas celle qui était posée par les études antérieures. La société ouvrière fragmentée, dûment « travaillée » par les activistes, est unifiée par les conditions de travail et l’affirmation nationaliste.

  • 82 Cet approfondissement fait l’intérêt durable des travaux conduits par J. Chesneaux sur les société (...)

78L’émiettement social transparaît aussi sous un angle qui en souligne la violence ordinaire. Le face-à-face de la criminalité organisée (rappelons l’étude de la Bande verte publiée par Brian Martin en 1996) et de l’institution policière – sous l’angle social une interaction plus qu’une confrontation – est devenu le domaine de prédilection du regretté Frederic Wakeman Jr, de la somme consacrée au développement de la police chinoise à Shanghai (1995) à l’histoire pionnière de la violence qui ravage la métropole pendant l’occupation japonaise de la ville (1996). Ces enquêtes mettent en pleine lumière des pratiques occultes qui ne sont pas greffées « informellement » sur la société urbaine mais font partie de son système de fonctionnement et contraignent son développement. Si l’ombre étendue sur la ville n’en abolit pas la lumière, elle en atteint profondément l’existence sociale – bien plus profondément que la pellicule de mystère exotique et de romanesque interlope qui orne les fictions de Prokosch et de Malraux. Là où les nouvelles thématiques cueillent la fleur de l’histoire à la surface des pratiques culturelles, il est heureux que ces travaux décryptent bien plus qu’un « texte » : des ressorts essentiels qui sont une forme de rapports de pouvoir et qui nous renvoient par le biais de l’articulation du social et de l’État à l’État lui-même82. La dimension – politique – de l’involution que nous avons évoquée à propos des trajectoires d’action du monde ouvrier prend ici tout son sens. Le régime nationaliste apparaît lui aussi sous cet angle contraint : non point système rationnel d’action sociale transformant une révolution en modernisation, ni même dictature encombrée de bureaucratie, mais mosaïque de pouvoirs rivaux dont certains sèment la terreur et l’arbitraire dans la mouvance des services secrets du Guomindang (juntong et zhongtong), notamment entre 1932 et 1935, sous la direction de Dai Li (Wakeman 2003).

  • 83 C. Cornet (1997) ; Wang Ju (1997). Le livre de J.-P. Drège (La Commercial Press de Shanghai, 1897- (...)

79L’odyssée historique de la bourgeoisie, en tant que classe située « entre deux mondes » (comme l’était la ville chinoise moderne selon Skinner) – en fait, ces mondes sont quatre : Chine, Occident, modernité, tradition –, désormais classe construite en quatre époques (profondeur impériale, première modernité à la fin de l’empire et sous la république, éclipse sous le maoïsme, renaissance post-maoïste), et chargée de déterminations sociales, culturelles et politiques de plus en plus complexes, a continué – nous l’avons vu – de nourrir le travail de Marie-Claire Bergère. Au détour de maints volumes collectifs consacrés aux divers aspects de l’histoire culturelle de la ville peuvent se lire de nouvelles contributions à l’histoire des compradores, des marchands et des entrepreneurs (Chan Wellington K.K. 1998). Les monographies d’entreprises urbaines83 élargissent aujourd’hui leur propos en cernant mieux l’inscription sociale des activités économiques dans la ville (X. Xiao-Planes 2003). Les historiens chinois ont entrepris d’associer ce genre somme toute classique à une approche intégrée de l’« espace urbain » rattachant un nombre croissant de publications (pour la plupart collectives) aux nouveaux courants qui font de la ville en tant que telle un objet d’histoire (voir ci-dessous). Sherman Cochran a, quant à lui, poursuivi l’enquête menée depuis 1980 sur le « big business in China » dans sa dimension sino-étrangère (Cochran 1980 et 2000).

  • 84 Sur l’institution de la médecine moderne pendant la décennie de Nankin, voir Yip (1995). Pour la p (...)

80Celle-ci est également revisitée grâce à la réouverture du dossier des concessions. Réintroduites dans l’histoire de la ville sans les complexes du passé (Bickers et Wasserstrom 1995), elles n’échappent pas entièrement à la révision postcoloniale mais la tournure prise par l’ouverture post-maoïste a quelque peu désamorcé la critique. Leur rôle structurant, longtemps occulté par l’humiliation nationale dont elles furent le symbole, est d’autant moins tenu sous le boisseau que les historiens de Chine populaire eux-mêmes, encouragés par la politique de Deng Xiaoping, concourent à leur réhabilitation : Zhang Zhongli (1990) parle de l’ambivalence (shuang yinxiang) de leur rôle. Le point de vue auquel se placent la plupart des historiens est celui que Marie-Claire Bergère a si fortement contribué à élaborer et qu’elle expose dans son Histoire de Shanghai (2002) : on ne peut pas plus expliquer les concessions sans la Chine que la Chine moderne sans les concessions. Kerrie MacPherson (1987) a montré l’influence décisive de la concession internationale de Shanghai pour la formation d’un véritable service de santé dans les villes chinoises84. La gestion de quartiers centraux des grandes villes par des Occidentaux, objet de mobilisations patriotiques avant l’abolition du « système des traités » (1943), a servi de modèle au Guomindang quand il a voulu établir une administration municipale moderne. L’étude (déjà mentionnée) de Christian Henriot (1991) l’établit pour Shanghai, celle de Maryruth Coleman, quoique moins nettement, pour Nankin (1984).

  • 85 La même optique se trouve aussi dans l’ouvrage de MacPherson (1987).

81L’époque où les concessions semblaient faire tourner la roue de l’histoire – ou la bloquer – ne fut guère féconde en monographies relatives à leurs résidents. Ces habitants sont au contraire devenus l’objet de nombreux travaux : au choc des paradigmes succède le défilé des communautés. En tête du cortège, les Britanniques sont décrits comme formant une entité séparée du reste du pays, notamment à Shanghai, par Nicholas R. Clifford (1991). L’auteur se situe encore dans le prolongement des premiers ouvrages traitant de cette communauté, comme c’était le cas dans la thèse de Kathryn B. Meyer (1985) sur Shanghai étudié en tant que port ouvert85. Robert Bickers a inauguré une autre approche en étudiant pour elle-même la structure de la communauté expatriée (les « Shanghailanders »), notamment à partir de la présentation des « pauvres Blancs » qui la composent pour une large part (Bickers 1998 et 1999). Associé à Christian Henriot à la tête d’un collectif (2000), il a étendu son enquête à d’autres groupes d’étrangers (Indiens, Juifs, Coréens, Japonais, Russes, Américains, Allemands) étudiés pendant la décennie 1943-1953. Ces travaux précisent le contexte de l’étude qu’il consacre ici à un double et remarquable mouvement : les institutions de la Concession internationale, interdites aux Shanghairen (les habitants de Shanghai), sont peu à peu investies par leur contexte chinois ; ces citadins hors institutions s’intègrent peu à peu à la vie collective et, passant du terrain des activités sociales et culturelles au vivre ensemble, deviennent des « citoyens par correspondance ». L’histoire des concessions précise ainsi le trait majeur de la construction politique du social citadin : le travail de la citoyenneté est une réalité têtue ; son indétermination institutionnelle lui imprime des traits spécifiques qui ne le sont pas moins.

  • 86 C. Betta (2000) parle d’« Occidentaux à la marge ».

82La thèse de doctorat d’État encore inédite de Françoise Kreissler (2000) explore plus profondément que ne l’avait fait David Kranzler (1976) la communauté juive originaire d’Europe centrale, forte de 20 000 réfugiés à la fin des années 1930. Associée à la description de la société formée par les expatriés, l’étude des trajectoires de migration fait apparaître la communauté juive non plus seulement comme ce qu’elle fut aux yeux des Shanghaiens de l’époque – une complexité de plus dans le puzzle communautaire86 –, mais telle que le rassemblement des proscrits à Shanghai situe la ville du point de vue de l’histoire générale : une sorte de non-lieu géopolitique planétaire où les obstacles mis par les États à la circulation des réfugiés finirent par les faire converger. Plus que d’autres, cette circulation spécifie le caractère « prémondialisé » de la métropole, tel qu’il a déjà retenu notre attention. Une fois fixée, elle annonce une autre histoire. L’étude montre comment la « communauté » fut un territoire physiquement délimité dans la ville. Ce fractionnement fut étendu par l’occupant japonais aux communautés occidentales après Pearl Harbor. Renforcé par la mise en place d’un enregistrement général des foyers à partir de 1943, il anticipe la segmentation de l’espace urbain à laquelle procéderont les communistes : Frederic Wakeman étudie ici même cette « transition » d’un type particulier.

  • 87 Sur le grignotage de la Chine du Nord (Dryburgh 2000) ; sur la réaction chinoise (Coble 1991) ; su (...)
  • 88 Voir aussi Bergère (3.21), Brossolet (1999) et Raibaud (2001). Shanghai. L’étude de l’habitat et d (...)

83L’« empire informel du Japon en Chine » (Duus, Myers et Peattie 1989) – l’implantation humaine, économique, culturelle, géopolitique et militaire des différentes manifestations de la puissance japonaise entre 1895 et 193787 – est étudié sous une multiplicité d’angles. Le volume qui vient d’être cité est une analyse – mais non une approche – géopolitique de l’expansion nipponne qui rénove le thème classique de l’impérialisme vu sous l’angle de l’histoire des relations sino-japonaises (Iriye 1992), quoique cette histoire soit élargie au « contexte global ». D’autres enquêtes situent l’intégration progressive à la sphère japonaise d’une part significative de la Chine dans le contexte – différencié et localisé – de cette sphère, en rejoignant le courant postcolonial qui s’efforce de bâtir une histoire extra-japonaise du Japon (Minichiello 1998, Young 1998). Goto-Shibata Harumi (1995) approfondit le thème des rivalités impériales en étudiant les relations nippo-britanniques à Shanghai. L’importante communauté des habitants japonais de Shanghai n’apparaît, dans l’ouvrage de Duus, Myers et Peattie, que sous l’angle de ses activités économiques. Marcia Reynders Ristaino (2001) étudie surtout la diaspora russe. La communauté américaine reste encore mal connue, malgré la thèse de James Huskey (1985). Celle des Français commence à être étudiée par Christine Cornet88. L’étude de l’action culturelle allemande en Chine par Françoise Kreissler (1989) sort du cadre shanghaien. Tout en ciblant les institutions éducatives et les élites, l’analyse restitue la complexité sociale d’une présence allemande hétérogène qui compte de nombreux déclassés et réfugiés avant même l’afflux des victimes du nazisme.

84Au-delà des concessions et au-delà de Shanghai, la recherche commence à présenter les villes chinoises dans leur espace et à suivre l’évolution de la morphologie urbaine dans le temps. Introduite par Henriot et Delissen à l’échelle de l’espace chinois (1995), cette perspective avait marqué, au niveau du Jiangnan, l’analyse par Lynda Johnson (1993) du déclin de Suzhou et de la montée de Shanghai. L’« écologie » des grandes villes chinoises tentée par Chang Ying-hwa (1982) montre que cette approche doit encore faire ses preuves. La thèse (inédite) de Françoise Ged (1997) prend pour objet historique l’architecture de la ville, en l’occurrence ajoute à cette perspective celle de la longue durée. Natalie Delande (1994, 1995) cible au contraire les années 1920-1930, âge d’or de l’Art déco dans l’histoire de l’architecture moderne à Shanghai.

  • 89 Exemples : Tianjin (Luo Shuwei 1993), Wuhan (Pi Mingxiu 1993), Chongqing (Wei Yingtao, 1991). L’Ac (...)
  • 90 Une « histoire moderne » (jindaishi) a été publiée dès 1987 sous la direction de Liu Huiwu. Les ét (...)
  • 91 Ming K. Chan, compte rendu de l’ouvrage d’Elizabeth J. Perry, “Shanghai on Strike : The Politics o (...)
  • 92 Voir aussi W. David (1991).

85Alors même qu’ils visent la conjonction du spatial et du social dans un registre variable de durées, ces travaux révèlent un autre courant : la mise en perspective de l’essor urbain actuel – le troisième (voir ci-dessous) – dans une généalogie historique des grandes villes chinoises. Déclinée ville par ville, cette histoire urbaine lato sensu suscite l’intérêt des historiens chinois : le terme clé, chengshi kongjian (espace urbain), englobe le « développement des entreprises », la « modernisation », le « développement économique » et la « société » (Zhang Zhongli 1994, 1998, 1999). Ces travaux collectifs sur l’horizon « moderne » (jindai) ont opéré une percée au dehors du cercle shanghaien89. Encore n’est-il pas aisé de détrôner Shanghai, objet d’une considérable attention académique90 et, nous l’avons vu, avec l’Histoire de Shanghai de Marie-Claire Bergère (1.12 2002), d’une exemplaire synthèse d’histoire sociale. Chan Ming Kou écrit avec raison que « toute histoire de Shanghai présente des conclusions qui sont valables en dehors du seul Shanghai de la période républicaine. Il existe des similitudes considérables et des modèles de développement parallèles que l’on peut trouver en Chine du Nord, à Tianjin, en Chine centrale et, à un moindre degré, dans la province de Canton91. » Le livre de Clausen Soren et Thogersen Stifg sur Harbin (1995)92 explore ces terres extra-shanghaiennes. Nous avons rassemblé plus haut, à propos du Pékin du début du xxe siècle et autour de la thèse de Luca Gabbiani (2004), un faisceau de travaux sur la modernisation de l’administration et de la gestion urbaines, auxquels on peut rattacher la thèse également inédite consacrée par Delphine Spicq (2004) au service des eaux de Tianjin. Ces travaux sont encore trop parsemés pour que l’hypothèse de Chan Ming Kou puisse être vérifiée. Ils confirment en tout cas l’ampleur du chemin parcouru depuis la tentative de David Buck (1978) et tout le bien que l’on peut attendre, grâce à l’ouverture des archives, de l’histoire monographique des villes chinoises.

86Il faut constater toutefois que ce genre fleurit sur un terrain dont il renouvelle encore moins la stratification que l’arpentage. En dehors des travaux qui mettent l’accent sur les réformes du début du xxe siècle (ci-dessus), la profondeur historique du temps présent n’est guère problématisée par ces histoires urbaines. Le schéma des articulations au social d’une conjoncture de l’État telle que Marie-Claire Bergère en a proposé le déroulement demeure aujourd’hui rivé à l’index shanghaien. Un nombre non négligeable de travaux regardent cependant le politique à partir de la ville – en particulier ceux qui franchissent la frontière chronologique de 1937 et s’aventurent du côté de la guerre, de la guerre civile et de l’installation du pouvoir communiste. Ces travaux font mieux que préciser les parcours politiques du social urbain. Ils rapprochent le questionnement relatif au travail citadin de la citoyenneté d’une question – celle de la révolution – aussi générale et fondamentale qu’elle est délaissée aujourd’hui. Autant dire que ce qui est en cause, à propos de la notion même de trajectoires historiques, n’est autre que le profil du siècle : sa courbe propre, mais aussi ses caractères originaux et son tempo spécifique au regard du temps long duquel se dégage sa durée.

Retour au politique : les trajectoires de l’histoire

87L’accès renouvelé aux sources et le passage du temps sont à l’origine du remarquable déplacement chronologique du front pionnier de la recherche, qui s’est avancé en quelques décennies des années 1920-1930 aux années 1940, voire 1950, au cœur de la guerre, de la révolution et de la « transition au socialisme » (1937-premières années 1950). C’est là une actualité qui compte à notre sens bien plus que la valse des paradigmes, car elle contribue à recentrer l’histoire de la société urbaine sur l’articulation du social et du politique. La progression chronologique dégage le champ d’une impasse – son désintérêt pour ou son incapacité à comprendre la construction du politique à la veille de la révolution maoïste à une autre échelle que celle des acteurs de la ville. Au rebours, l’échelle contextuelle ne prive-t-elle pas de sa pertinence celle de la société urbaine et du travail citadin de la citoyenneté ? Plusieurs études du présent ouvrage prouvent le contraire, à la suite de Suzanne Pepper (1978) et des premiers historiens du « front urbain » de la révolution. Pourtant, si l’histoire des villes change alors d’échelle, et connaît à travers son élargissement contextuel une suite d’infléchissements qui installent peu à peu le paysage nouveau de la ville maoïste, force est de reconnaître qu’en dehors de ces études pionnières et de l’actuel renouveau (qui porte également sur la période de l’occupation japonaise), le reflux des paradigmes construits du social et du politique n’a guère permis aux approches culturelles de la ville de prendre la mesure des bouleversements constitutifs de ce qui passait une génération plus tôt pour l’une des grandes révolutions de l’histoire. À vrai dire, c’est la problématique même de causes ou d’« origines » de la révolution – selon l’approche de Lucien Bianco (2007) – qui semble oubliée. Sensible dans les incertitudes et dans les fantaisies de la périodisation, la perte du sens de la durée fraie la voie aux explications a-historiques de l’histoire qui suit. Tel modèle politique venu (comment ?) de l’Antiquité expliquerait la tyrannie maoïste, tel modèle culturel porté par la tradition victorieuse rendrait compte aujourd’hui, en qualité d’identité locale associée à la mondialisation, de la réussite économique et de l’indifférence politique des Chinois. La Chine qui vient du maoïsme est d’autant moins comprise que n’est pas comprise historiquement celle qui y entra.

88Privée de boussole, l’histoire du siècle dérive. Cette crise impose à notre parcours une nouvelle étape critique. Le bilan citoyen qui a pu être dressé (ci-dessus) à partir de la trajectoire des principales forces sociales issues de l’âge d’or de la ville au moment du « retour de l’État » n’est pas contredit par les études qui explorent le moment de l’occupation. Il ne l’est pas davantage par celles qui s’aventurent sur les terres longtemps interdites de l’installation du régime communiste. Entre l’État nécessaire et l’État manquant, le problème politique de la société urbaine apparaît lié à l’incertain travail citoyen que caractérise l’absence d’une institutionnalisation de la citoyenneté : nationaliste ou communiste, l’État politique est révolutionnaire (en dépit de sa structure bureaucratique et de son régime autoritaire). La politisation du social urbain (autre manière de dire ce que « travail de la citoyenneté » exprime sous l’angle des acteurs sociaux) s’investit dans des espaces interstitiels (tels ceux que Bryna Goodman a discernés dans le Shanghai des années 1930) : l’entredeux citoyen est une existence politique entre des pouvoirs. Encore faut-il repérer ces pouvoirs : de cette question moins banale qu’il y paraît dépend une intelligence sociale du politique – une compréhension du travail de la citoyenneté dont l’horizon n’est pas limité à celui des processus de sa subjectivation.

89Si les nouveaux regards sur le social n’ignorent pas la réalité des pouvoirs qui pèsent sur lui, ceux qui travaillent en lui sont privilégiés. La critique des « grands récits » suppose également qu’ils pénètrent le travail de l’historien, en sorte qu’aux catégories usuelles de l’analyse du politique se substituent celles qui restituent les « textes » de sa subjectivation. À ces raisons d’ordre théorique s’ajoute le fait que la désinstitutionnalisation qui fait suite à l’échec du régime représentatif (après le printemps 1913) situe la politique nouvelle et l’élaboration de la citoyenneté en dehors du repère étatique. À partir de la fin des années 1920 et jusqu’à la fin des années 1970, le demi-siècle du cycle des révolutions voit se constituer des États dictatoriaux, mais la détermination non institutionnelle du politique produit sur le travail citoyen les mêmes effets. Les conclusions négatives des historiens (Marie-Claire Bergère, Bryna Goodman, Alain Roux) sur le non-développement de la société civile à Shanghai après 1927 soulignent que l’État demeure hors jeu sous cet angle constitutif, quoique les mouvements politiques de la société se heurtent à des pouvoirs plus présents. Au bout du compte, l’étude des consciences et des pratiques semble plus pertinente que l’analyse des enjeux de pouvoir. Sans doute le social urbain, saisi sous l’angle des pratiques culturelles, des identités, de la subjectivité, apparaît-il comme éminemment politique, tandis que le pouvoir fait mieux que rester le pouvoir : il est partout, mais les déconstructions auxquelles il est livré ont pour effet paradoxal de ne le cerner nulle part.

  • 93 Esherick (1999), Goldman et Perry (2002), Kirby (2004), Fogel et Zarrow (1997). Sur la création d’ (...)

90Ces principes flottent plus dans l’air du temps qu’ils ne sont mis en œuvre par des théoriciens résolus. Aussi nombre d’études sur le genre, sur l’identité, les « passages » subjectifs et les pratiques culturelles présentent-elles une facture assez classique. Plusieurs volumes collectifs, explicitement tournés en direction du politique, ont apporté du neuf à l’étude des processus et des acteurs de la citoyenneté93. Un constat ne s’en impose pas moins : la déclinaison du citoyen devient si extrapolitique que le propos ne semble plus guère s’adresser au contexte des pouvoirs. Nous avons souligné l’importance du remarquable travail de Jeffrey Wasserstrom (1991) sur les mouvements étudiants à Shanghai : ce paradoxe décrit assez bien son parti et sa limite. Considérés comme les acteurs (au sens propre) d’un théâtre politique urbain, les étudiants sont saisis dans le vécu concret de leurs pratiques avec un luxe de détails inédit. Pourtant, nous assistons aussi à une dépossession : décrite en tant que représentation dans l’espace urbain, qui devient ipso facto un espace politique, leur action semble étrangère à l’espace des pouvoirs qui l’environne sur la scène de la ville et plus encore sur celle de l’échiquier chinois. L’étude du mouvement social à partir de sa théâtralisation n’est pas une déconstruction, mais elle contribue elle aussi à déconnecter les pratiques des acteurs des motifs de leur action et du contexte local et national des enjeux de pouvoir. Le « théâtre politique » joue ici le rôle des cérémonies rituelles qui situaient les communautés rurales des derniers siècles de l’empire dans l’ensemble impérial (voir ci-dessus) sans construire des liens institutionnels officiels et explicites ni faire apparaître une articulation politique de cet ensemble. Le social urbain de la Chine républicaine, en raison du handicap historique de la construction étatique (l’effondrement des institutions républicaines), ne serait-il que l’avatar de cette configuration ? La politisation du social est-elle d’autant plus insaisissable que les historiens ont rendu problématique la problématique même du politique ?

  • 94 S. Pepper (1978).
  • 95 A. Roux, in M.-C. Bergère (éd.) 2.6.

91Lorsque la vie politique moderne se développe en dehors du cadre institué, c’est dans la rue, dans les usines, sur les campus, avec les cortèges de manifestants, les meetings, les grèves dans les usines, les ateliers et les échoppes, que se construit une autre forme de la citoyenneté. Au cours des « mouvements » (yundong) qui jalonnent l’histoire de la Chine républicaine (4 mai 1919 à Pékin et Shanghai, 30 mai 1925 à Shanghai et Canton, manifestations antijaponaises de l’hiver 1931-1932 à Shanghai et Nankin, manifestations réitérées des étudiants et des ouvriers à Shanghai entre 1946 et 1947 contre la guerre civile et la vie chère94 ou pour le maintien de l’indexation des salaires sur l’indice du coût de la vie, arrachée par des grèves en février 1946), la rue, les stades, les théâtres envahis par la foule forment un espace politique où se pratique une citoyenneté en actes. À cet espace s’ajoutent parfois les usines occupées, comme la cotonnière Shenxin n° 9 en février 194895. Les syndicats ouvriers et étudiants ainsi que les associations professionnelles ou culturelles, au moins à Shanghai, s’affranchissent alors de l’État et du parti Guomindang. Le livre de Jeffrey Wasserstrom décrit admirablement ces cortèges, les mots d’ordre, le cérémonial de ces démonstrations civiques, mais ceux de Jean Chesneaux (1962), Joseph Chen (1971) ou Richard Rigby (1980), plus explicites sur les raisons de manifester que sur la façon de le faire, n’effacent pas le contenu et le contexte des événements au profit de leur mise en scène. L’insistance sur l’image fait oublier que les ouvriers, les étudiants et les intellectuels qui participent à ces mouvements et contestent les pouvoirs en place se comportent en citoyens collectifs et intermittents, parfois paroxystiques. Faiblement ou non institutionnalisés, leurs mouvements s’effondrent rapidement – à la différence de certaines grèves qui, nous l’avons vu, témoignent d’un progrès du mouvement ouvrier dans l’art de l’organisation et de la négociation.

92Ainsi s’impose à propos du cœur de la contestation citadine la problématique des constructions structurées du social – des relais institutionnels en prise avec le politique – qui ont été, ailleurs, le vecteur des sociétés civiles. Cette question n’est pas l’artefact d’une histoire sociale antérieure aux « tournants » des sciences sociales. Si nous l’avons formulée plus haut sur le mode de la comparaison négative – l’autonomie ouvrière est une conquête par défaut : défaut d’État, défaut de société civile, la bourgeoisie shanghaienne des années 1930 illustre la non-transformation citoyenne d’une autonomie sociale circonstancielle (celle des années 1920) –, si nous avons conclu (à propos des contacts entre le monde ouvrier et celui de la criminalité organisée) à une « involution » ou à un « dévoiement » et, sur le plan général, à un social en déséquilibre et à une citoyenneté boiteuse, ce n’est pas en référence à quelque modèle idéal et extra-chinois, mais bien en analysant la situation de la fabrique de la citoyenneté dans la société urbaine à la veille de la révolution maoïste au regard de la trajectoire historique moderne de la Chine, en reliant non pas essentiellement mais historiquement l’incapacité sociale de l’État à l’incapacité étatique de la société. Encore faut-il souscrire à la notion de trajectoire historique : sans doute est-ce là le fond du débat.

  • 96 Ajoutons aux remarques et aux références précédentes les études rassemblées sous un titre révélate (...)

93Si l’on en admet l’idée, il importe de situer les traits de la politisation de la société urbaine moderne au regard de la non-politisation moderne des corps sociaux tels qu’ils existaient d’une manière relativement autonome dans le cadre de l’empire à la fin de l’époque impériale. Sous cet angle, le social de la ville moderne apparaît lui aussi comme une formation interstitielle. Toutefois, les formes des mouvements qui le traversent et – ne l’oublions pas – le renforcement du mouvement d’opinion patriotique, qui élargit considérablement la sphère des oppositions au régime nationaliste et favorise un travail d’organisation politique (notamment du côté communiste), empêchent d’interpréter les années 1930 à la seule lumière des autonomies interstitielles qui articulaient à la fin des Qing l’ensemble sociopolitique « distendu » du tianxia. L’analogie est d’autant moins convaincante que l’espace urbain des classes modernes et de la contestation n’est qu’un pan de l’ensemble chinois. Sans doute l’ancienne construction impériale s’est-elle conservée sur l’autre versant – celui des campagnes –, encore que cette constatation, comme nous l’avons suggéré plus haut, doive être plus que nuancée. D’une part, il est possible de constater que les autonomies non instituées d’un social à la fois segmenté et tissé dans la trame de l’empire s’enkystent sous la république dans la sphère locale et dans les villages, en raison de la rupture des liens avec les horizons extra-locaux et extra-ruraux qu’assurait l’articulation du monde des élites. Mais, d’autre part, l’image d’un monde rural ainsi archaïsé est sans nul doute le résultat d’une généralisation abusive et d’une opposition forcée avec l’univers de la ville auxquelles ne sont pas étrangères les représentations que l’on a pu donner du contexte « traditionnel » de la révolution maoïste. Les nouvelles élites de la Chine moderne ne sont pas absentes de l’« intérieur », et cela bien avant le voyage à Yan’an (ou à Chongqing et Kunming) qui caractérisera pour certains de leurs membres la politisation de la fin des années 1930 (nous l’avons constaté plus haut à propos des intellectuels et des activistes96).

94Les élites locales de la république ont mauvaise réputation. La dislocation territoriale de l’État les a mises en mauvaise posture : elles ont pâti de la comparaison avec celles de l’empire. Le discours réformiste ou révolutionnaire s’en est pris aux faiblesses et au dévoiement de leur leadership en instaurant une double équation : entre les élites locales et les propriétaires ruraux, entre les propriétaires et les « mauvais notables ». Pourtant l’« intérieur » foisonne de gestionnaires et de spécialistes, voire de propriétaires et de dirigeants locaux, dont l’action ne se réduit pas à gérer l’autodéfense et à protéger l’ordre en annexant les représentants plus ou moins patentés de l’État (selon la trajectoire d’« involution » diagnostiquée par Prasenjit Duara 1995). Le maintien ou la modernisation de systèmes de gestion territoriaux (notamment hydrauliques), des projets éducatifs ou économiques suscitent des engagements au service d’une vision moderne et réformiste de la société et du pays. Sur le terrain, cet activisme réformateur côtoie la révolution lorsque les communistes s’y installent : il peut arriver qu’il bascule de son côté, mais aussi qu’il s’y oppose fortement. Comme celui des anciennes élites lettrées, il suppose de l’influence et de la constance en même temps qu’il exige des protections et des alliances, d’autant plus nécessaires que le statut social des notables a été fragilisé en même temps que les institutions de l’État.

  • 97 Sur la destinée moderne de systèmes hydrauliques locaux en Chine du Nord, voir Bai Erheng, C. Lamo (...)

95Les entreprises réformistes doivent donc côtoyer les pouvoirs et se glisser dans le maillage des territoires. Dans certains cas, des espaces politiques s’ouvrent entre ou autour de certains de ces pouvoirs : le travail de la citoyenneté y apparaît plus historiquement indéterminé qu’il ne l’est dans les grandes métropoles « ouvertes », mais – comme Pierre-Étienne Will le montre ici même à propos de Xi’an –, il n’en a pas moins lieu et fait mieux que prolonger en plein xxe siècle les pratiques des notables impériaux. L’histoire sociale apporte ici un regard irremplaçable qui infirme l’ancien diagnostic sur la vacuité politique et la régression sociologique des campagnes post-impériales. À tout le moins, les pratiques locales qui unissent gestion, éducation et action montrent des élites de l’« intérieur » moins « archaïsées » qu’on ne l’a dit à la seule lumière d’une appréhension globale de la crise de l’État et de la localisation non urbaine de la révolution communiste97.

96Reste que le décompte des différences et des divergences prend une tournure absolument nette avec le drame et la métamorphose des années de guerre, qui concerne en premier lieu les campagnes, et redonne tout son sens à l’idée d’une trajectoire historique de la Chine moderne en même temps que toute son actualité au politique. Comment la citoyenneté problématique qui s’exprime dans les villes chinoises au cours des années 1930 – et la manière dont elle est étudiée – ne renverraient- elles pas à cette réalité – à l’affirmation de Mao Zedong devant la conférence extraordinaire du Parti communiste du 7 août 1927 à Hankou : « En Chine, le pouvoir sort du canon du fusil » ?

  • 98 La question n’est plus tant de comprendre la manière dont les paysans sont mobilisés et la nature (...)

97Le contraste, en effet, est saisissant avec l’évolution de l’historiographie de la révolution maoïste. La question du pouvoir qui semble ne plus se poser à propos de la société urbaine est devenue la pierre de touche de travaux novateurs, qui montrent qu’elle fut la clé de l’implantation des communistes dans les campagnes. Le cadre rural de la révolution n’est plus considéré comme étant vide de politique à cause des particularités du social (nature paysanne de la société, segmentation spatiale, massification et instrumentalisation opérées par les communistes). Le monde rural en ses territoires est au contraire un univers de pouvoirs localisés et enchevêtrés sur lesquels les communistes doivent apprendre à greffer les leurs (le pluriel s’impose en raison du caractère territorialisé et souvent désordonné de ces opérations), tandis que ces pouvoirs d’un genre nouveau sont peu à peu organisés et normalisés en un pouvoir qui les raccorde fermement à un autre univers et qui devient le pouvoir – grâce à l’intensité du travail d’édification du parti (et de l’État), qui se trouve ainsi replacé au cœur du maoïsme98.

  • 99 L’enquête sur ce thème se poursuit sporadiquement, par exemple à propos du Henan entre 1900 et 193 (...)
  • 100 La période de la révolution est abondamment étudiée par les historiens chinois, mais sous l’angle (...)

98La divergence des stratégies d’analyse provoque ainsi un retournement spectaculaire. À la nouvelle problématique qui évacue le politique de la Ville répond la mise en lumière des pouvoirs ruraux et des espaces politiques qui gravitent autour d’eux. Les deux univers sont étudiés sous des angles si différents qu’il est difficile de penser leur contact historique autrement que sous l’espèce d’une élimination de l’un par l’autre – d’abord celle des villes par le régime maoïste, puis celle du maoïsme par le retour du capitalisme. On ne saurait mieux méconnaître la question décisive de la structuration du politique au niveau des pouvoirs territoriaux et des élites99 ni celle du caractère structurant (pour la périodisation du siècle) de l’opposition des dynamiques d’institutionnalisation et de révolution qui le traversent. Faut-il encore risquer une histoire d’envergure et tenter de comprendre la trajectoire du siècle ? Notre bilan critique a déjà eu l’occasion de formuler ce constat à propos de la question de la révolution, si bien tenue en suspens que l’on en vient à perdre de vue la problématique de ses « causes » – ou de ses « origines » – et, du même coup, à effacer les repères qui permettent d’ordonner la durée du siècle100.

  • 101 Cette première partie regroupe des contributions d’importance, notamment les “Reflections on a Wat (...)

99C’est précisément sur le terrain de l’articulation des durées que se placent certaines des « reconstructions » les plus intéressantes. Dans un recueil collectif qui prend l’allure d’un programme, Jeffrey Wasserstrom (2003) propose de « nouvelles approches du vingtième siècle en Chine » en éclairant les points aveugles de son grand ouvrage sur les mouvements étudiants : les essais rassemblés dans la première partie à propos de la « forme d’un siècle » (The shape of a Century) enracinent l’identité historique de la période post-impériale dans des déterminations qui ne sont précisément pas identitaires101. Du même coup l’articulation du temps contemporain à la longue durée peut être mise au centre du questionnement historique sans être soumise aux présupposés culturels qui la rendent si incertaine, et sans que soient rétablies les coupures liées au discours de la révolution.

100Ce n’est qu’en visant la construction du politique que la reconstitution d’une profondeur différenciée de l’histoire épargne à celle-ci de s’enliser dans des perspectives à courte vue. La déconstruction opérée par Prasenjit Duara (1995) dans Rescuing History from the Nation : Questioning Narratives of Modern China nous intéresse directement puisqu’il s’agit d’interroger des constructions locales de la citoyenneté ayant échappé au discours nationaliste centré sur l’État. Pourtant, une fois supprimé le « grand récit » de la nation chinoise, les « récits d’histoires provinciales » laissent le siècle flotter dans un brouillard d’indétermination. Rendu à ses nuances et à sa diversité (les « bifurcations », dont P. Duara suit la trace d’une façon très intéressante), le travail citoyen ne se laisse pas appréhender en tant que travail politique. L’histoire déconstruite en souligne sans aucun doute le caractère mobile et l’émancipation, mais comment peut-elle se prononcer sur sa contemporanéité – sur ce qui fait que ces Chines affranchies de la domination d’un « discours » moderne sont « modernes » ?

  • 102 Cette formule est adaptée de P. Judet de La Combe et H. Wismann (L’Avenir des langues, Paris, Édit (...)
  • 103 Bergère (1.12), Histoire de Shanghai, p. 8.

101Le parti pris par Marie-Claire Bergère à propos de la trajectoire de Shanghai n’en est que plus éclairant. La prise en compte de la profondeur historique ne peut effacer le caractère spécifique de l’ère contemporaine – celle des traités, des concessions, de la restructuration du social. Ni, surtout, celle du mélange entre civilisation locale et civilisation moderne qui, là comme ailleurs, spécifie la mondialisation des échelles de l’histoire. La mise en scène historique de ces phénomènes illustre, à la manière « pragmatique » qui sied aux habitants de Shanghai, le principe essentiel du procès de la mondialisation : chaque culture, locale ou nationale, en vient à être interprétée par les autres cultures et porte les marques de son interprétation des autres cultures102. Nous sommes loin néanmoins de l’histoire culturelle et de l’étude locale des constructions identitaires. Prenons la mesure, critique et constructive, d’une telle distance. Des histoires différentes parlent, souvent dans les mêmes termes, d’une même ville et des mêmes habitants de la ville ; elles se prononcent avec une égale prudence sur leurs visions et sur leurs pratiques de la citoyenneté, mais l’une relie la temporalité de la société urbaine aux rythmes de la Chine et du monde, l’autre veut prêter son regard aux acteurs et se replie sur le temps subjectif. Ce n’est donc pas le sens commun ni quelque souci du « politiquement correct » qui dicteraient – banalement – la position dont nous avons déjà souligné l’importance : « Il n’est pas plus facile d’occulter le rôle des étrangers que celui des Chinois dans l’essor de Shanghai103. » Il en découle un résultat fort : un regard compréhensif sur l’articulation des durées de l’histoire chinoise. Jointe à d’autres regards de même envergure, la mise en relation des trajectoires historiques de la Chine avec celles des contextes extra-chinois de la modernité devrait – enfin – mettre un terme à l’incohérence et à l’impensé qui caractérisent aujourd’hui la question du moderne en Chine et celle des durées (pour ne pas dire des périodes) de l’histoire chinoise.

  • 104 Voir le volume thématique de China Quarterly (n° 150, juin 1997) “Reappraising Republican China” e (...)
  • 105 F. Wakeman assombrit également la vision parfois édulcorée du régime nationaliste et de son idéolo (...)
  • 106 C’est le cas pour Chengdu entre 1895 et 1937 (Stapleton 2000) et Canton de 1900 à 1927 (Tsin 2000) (...)
  • 107 Sur la guerre sino-japonaise, l’occupation et la collaboration, voir les approches générales de Bo (...)
  • 108 Également Bergère, 4.39 « L’épuration à Shanghai (1945-1946). L’affaire Sarly et la fin de la conc (...)

102Cette incertitude – nous évoquions précédemment une inquiétude – suscite l’intention de « reconstruire » le siècle à partir de la ré-historicisation du politique qu’autorisent les chantiers de l’histoire sociale. L’histoire politique, quant à elle, ne partage ni ces doutes ni les questionnements reconstructeurs104. Histoire de la police, saga du crime et de la terreur105, odyssée des réfugiés juifs, échec de la classe ouvrière shanghaienne : les sombres réalités qui préludent dès les années 1930 aux violences et aux désastres des décennies suivantes introduisent une exception de méthode dans le champ de l’histoire culturelle en fleur. On peut y ajouter, sur le mode mineur mais indispensable de la monographie locale – genre le moins postmoderne qui soit –, des recherches qui intègrent le moment si décisif des réformes administratives et du changement de la forme politique de l’État à l’aube du xxe siècle tout en reliant ce tournant aux politiques municipales et aux dynamiques politiques de l’ère des seigneurs de la guerre et du régime nationaliste. Ces études diffèrent des histoires urbaines en longue durée (mentionnées ci-dessus) en ce qu’elles resserrent précisément le cadrage sur cette époque charnière106. Mais c’est bien entendu le front ouvert à propos des années de guerre et de transition au régime communiste qui redonne droit de cité au tissage du social et du politique sur le métier de l’histoire107. Après l’ouvrage pionnier de F. Wakeman (1996), dont nous avons commenté l’importance et les découvertes (sur la criminalité et la terreur à Shanghai sous l’occupation), la plupart de ces travaux abordent le sujet en ordre dispersé, sous l’angle antérieurement exploré des complexités de la ville, tout en faisant le jour sur bien des points obscurs de l’histoire des grandes villes chinoises à l’époque de la guerre sino-japonaise (Yeh Wen-hsin 1998 ; Henriot et Yeh 2004). La collaboration sino-japonaise est l’un des dossiers qui réintroduisent la question des élites et du politique (Brook 2000)108. Le livre de Fu Po-shek (1993) est à cet égard bien plus qu’une histoire de la vie littéraire et artistique à Shanghai sous l’occupation. Retour au politique, retour à l’histoire économique : la question des industries nationales, des circuits d’approvisionnement (Henriot 2000), du marché et des entreprises revient sur le devant de la scène avec une pertinence sociale et politique renouvelée dès lors que l’activité des entrepreneurs se coule dans le moule de l’occupation. L’histoire de la ville répond aussi aux désastres de la guerre. Sur ce « continent obscur » beaucoup reste à découvrir, à vérifier, en dehors du sinistre « massacre de Nankin » (Zhang Kaiyuan 2001).

103Faut-il s’étonner que le recentrage en quelque sorte obligé sur la violence et le pouvoir des travaux qui franchissent la barrière de 1937 conduise à une pesée globale des transformations de la société au temps de la guerre – transformation aussi des systèmes organisationnels (l’État-parti du Guomindang et le proto-parti-État du PCC) qui y sont plongés comme en un creuset au centre duquel la construction étatique post-impériale retrouve un second souffle ? Tel est en tout cas le propos de J. Esherick dans un essai (2001) dont le titre : War and Revolution : Chinese Society During the 1940s – dit assez l’ambition. Le « tout » social chinois, si émietté en luimême et par les travaux qui en cernent les fragments, peut-il s’analyser comme un ensemble ? L’historien n’hésite pas à répondre positivement grâce à l’histoire d’envergure qu’il mobilise à cet effet. Échappant aux déterminations du politique par la société civile, elle procède directement de la violence et vise le politique en s’adressant de manière insistante à la construction de l’État. La guerre, dont Lucien Bianco a depuis longtemps souligné le rôle dans la catalyse révolutionnaire (en osant comparer sous ce rapport 1949 à 1917), réveille également les praticiens de l’histoire. Nous avons salué cette tentative : elle « travaille » la question de la périodisation à partir d’une idée qui n’avait plus cours depuis un certain temps – la conjonction de la dimension structurelle et de la dimension conjoncturelle dans l’histoire d’un événement. À plus long terme, cet événement n’a pas « bouclé » l’histoire contemporaine chinoise (comme l’indiquent la trajectoire de Shanghai et celle des capitalistes chinois, plus encore sans doute que celle de l’institutionnalisation politique de la société moderne, qui demeure en suspens), mais à court terme il en supprime les autres trajectoires ou les réunit sous l’empire de la sienne. Quelle qu’ait été sa destinée, et quelque processuel qu’ait été le caractère de ses causes et de son déroulement, il est heureux qu’il soit réaffirmé au centre du siècle dans sa temporalité propre. Face à l’essai interprétatif dont vient de s’augmenter la dernière livraison des Origines de Lucien Bianco, cette proposition est assurée de relancer un grand débat quelque peu oublié.

104Ce qui relance ce débat, c’est également la variante de la construction étatique opérée par le PCC maoïsé – « variante » est un mot trop faible pour caractériser une entreprise « idéologique et organisationnelle » (F. Schurmann) qui ancre l’État moderne chinois dans la durée à partir du moment essentiellement éphémère de la révolution. Le Parti communiste maoïsé réussit là où le Guomindang a échoué : un pouvoir unifié se déploie dans la profondeur sociale et sur toute l’étendue du pays ; les alliances et les compromis qu’exige ce déploiement ainsi que ses faiblesses constitutives et ses lacunes territoriales (à la faveur desquelles le social conserve en certains lieux et dans certains secteurs des espaces de mouvement) n’en affectent ni la solidité ni la portée. Il faut concevoir le nouveau parti-État comme un système émergent dont la construction sera poursuivie tout au long des années 1950. On peut d’autant moins se borner à constater l’installation d’un régime « totalitaire » que la totalisation revêt un caractère processuel et n’est pas immédiate. L’État total maoïste a son historicité propre. L’État moderne chinois, qui dérive de cette histoire, possède également la sienne, qui inclut bien entendu les transformations intervenues depuis les années 1980. La décollectivisation – en particulier le passage des campagnes aux villes, différé des années 1980 aux années 1990 –, l’édification du champ légal, l’actualisation de l’État-nation sur la base d’un communisme non révolutionnaire, etc., ne sont pas des réformes réalisées par un système inchangé et extérieures à lui : ce sont des restructurations du système, les moyens par lesquels l’État moderne sort de la gangue révolutionnaire et se modernise en effet. Ces processus ont été peu vus parce qu’ils n’ont pas été accompagnés par un changement du régime politique : il ne s’ensuit pas qu’ils n’aient pas existé. Il fallait insister ici, au moment du coup d’envoi, sur le caractère historique de l’évolution. Nous retrouverons les phases ultérieures de la trajectoire de l’État dans la suite de notre parcours.

105Au paradoxe social de la Chine contemporaine, qui veut que la construction moderne du politique échappe à la société, répond un paradoxe étatique : le successeur durable de l’État impérial, le vecteur de l’actuel grand bond économique et urbain du pays, émerge d’une tourmente qui tient plus aux archaïsmes de la société qu’à sa modernité. Avant d’être l’agent de la modernisation, l’État fut donc celui de la révolution : d’une révolution bien plus considérable que celle qu’avait (faiblement) orchestrée le Guomindang au cours des années 1920. La différence tient à la capacité organisationnelle et idéologique supérieure du nouvel agent, qui parvient à mettre en scène et en mouvement un social dialectisé par l’activisme à grande échelle dont la production violente (les « luttes », les « campagnes de masse », etc.) et l’administration sont le projet politique de l’État total maoïste – sa façon de gérer ses contradictions en même temps que son déchirement fondamental entre la pulsion révolutionnaire et la nécessité de produire un ordre afin de reproduire la révolution. À l’âge d’or du rêve activiste de la fin des années 1910 – l’illusion sociale du politique – succède l’âge de fer d’une illusion politique du social. Mais, si cette maîtrise fait événement – s’il est clair que la révolution fabriquée par le parti-État fut artificiellement entretenue par lui –, nous ne pouvons l’imaginer comme un donné : elle ne saurait dissimuler le caractère processuel de l’édification du maître. Nous avons souligné ce trait à propos de la nature localisée et désordonnée des implantations rurales. La mainmise communiste sur les villes, telle qu’elle apparaît au regard de l’histoire sociale qui s’enhardit sur ce front pionnier, appelle une remarque semblable.

106La problématique du « front urbain » de la révolution avait été travaillée une première fois par Suzanne Pepper dans une étude qui mettait en avant les processus urbains de la guerre civile (Pepper 1978). Elle est devenue celle du versant urbain de l’édification d’un système de parti-État qui renverse l’ordre des pouvoirs, politise la société et la place sous son contrôle (Pepper 1999, révision de Pepper 1978). Si l’émergence du nouveau pouvoir témoigne d’une grande capacité de restructuration du social et d’hégémonie politique, d’autres études montrent ce pouvoir moins fort et moins structuré localement que ne le laissent supposer son image de maître en puissance de la Chine et son discours de nouvel instituteur du social. De même que nous avons dû renoncer à la fiction d’un parti-état-major instrumentalisant d’en haut des paysans non politisés, de même nous ne pouvons plus entretenir celle d’un parti constitué et militarisé dans les campagnes s’emparant sans coup férir des villes. Celles-ci sont des territoires conquis sur l’échiquier militaire, mais aussi des espaces sociaux dont l’alliance ou la soumission ne sont pas acquises d’avance.

  • 109 Les conclusions de Lieberthal (1980) et Vogel (1969) sont modifiées par les travaux récents sur pl (...)
  • 110 Bergère (éd.), 2.6. p. 47-82.

107Les efforts déployés sur ce plan en direction de groupes sociaux ciblés ne sont pas uniquement l’effet d’une propagande destinée à illustrer l’ouverture politique de la « nouvelle démocratie ». Ils traduisent une nécessité stratégique dont l’urgence varie de lieu en lieu et dans le temps, aussi bien local que global, tout comme la volonté et les moyens qu’ont les dirigeants nationaux et locaux d’en tenir compte. De là, au-delà du ciblage et de l’infiltration des instruments de pouvoir (comme celle de la police shanghaienne, dont F. Wakeman livre ici une fascinante histoire), la stratégie d’hégémonie (au sens gramscien du terme) déployée en direction des milieux intellectuels au tournant des années 1950 : Christine Vidal (dans une thèse déjà citée, 2006) en a exploré les marges d’action, l’ambiguïté et l’échec. De là également, lors de l’implantation urbaine du nouveau pouvoir, des désordres qui ne sont pas uniquement des dérives « gauchistes », dûment relevés par une première génération d’études urbaines (on peut citer les travaux de Kenneth Lieberthal pour Tianjin jusqu’en 1952, d’Ezra Vogel pour Canton jusqu’en 1968109) et par Jean-Luc Domenach dans une histoire de la terreur et des camps qui fait apparaître un régime arbitraire d’une grande violence au seuil des années 1950 (Domenach 1992). Dérives, arbitraire et terreur perdureront, mais la stabilisation y mettra bon ordre en renforçant peu à peu l’emprise du système central sur les territoires. Là où le social possède une épaisseur et une histoire significatives, des marges d’action s’ouvrent. À Shanghai, nous l’avons relevé précédemment – c’est ici même le sujet de la contribution d’Alain Roux –, les ouvriers sont tenus en suspicion par un parti qui s’est réimplanté dans le tissu social de la ville en contournant la classe ouvrière. Étudiées par Marie-Claire Bergère et Wang Ju (2002), les relations entre les cadres communistes et les entrepreneurs de 1949 à 1952110 montrent que l’entre-deux bénéficie plus longtemps aux milieux d’affaires.

108Au cours des années qui suivent, la fermeture du cadre politique et l’accélération du tempo communiste jettent la ville dans une dimension nouvelle. Vingt années suffisent alors à fonder une nouvelle société urbaine, celle-là même qui constituera le « matériau » des réformes post-maoïstes. Ajourné jusqu’au basculement de la Chine dans une nouvelle phase de la mondialisation, le grand déplacement de la population en direction des villes apparaît comme un tournant dont l’importance est sans commune mesure avec ceux qui ont ponctué l’histoire de la modernité en Chine : la différence, actuelle et potentielle, est telle qu’il les relègue à coup sûr dans la dimension historique. Quoique peu d’aspects de la ville maoïste aient résisté au changement et que des pans entiers de l’ancienne histoire sociale soient de retour avec le capitalisme et les capitalistes, on ne peut considérer toutefois que trente années de réforme aient aboli vingt ans de maoïsme. La révolution n’aura pas été une parenthèse dans le déroulé de la tradition et de la modernisation. Au moment de l’entrée du pays dans le système maoïste, l’histoire des villes, apparemment contournée et pensable à part, renvoie aux trajectoires du social et du politique qui définissent la « forme d’un siècle » (J. Wasserstrom). Il en va de même au moment de la sortie de la révolution : les courbes historiques demandent à être prolongées plutôt que suspendues. Avant donc de rassembler les éléments qui nous permettront de situer les essais du présent volume dans une histoire sociale de la pérégrination citoyenne des citadins, il importe d’esquisser ces prolongements afin de compléter la mise en place de la trajectoire du siècle.

Une histoire ouverte

  • 111 Exemple récent dans « D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine », textes ré (...)

109Les transformations de la société urbaine après la transition des années 1950 et après les deux décennies du cycle maoïste n’ont pas encore fait l’objet de recherches proprement historiques. Celles qui nous permettent de connaître (plus ou moins bien) la ville maoïste et post-maoïste relèvent pour l’essentiel d’autres disciplines. Si des avancées historiennes sont d’ores et déjà possibles au-delà de la barrière des premières années 1950 (les travaux se multiplient en Chine même), l’accès aux archives et la vérification des sources concernent principalement la politique, le (haut) personnel politique et certains aspects de la vie intellectuelle. En dehors de « terrains » locaux, pour lesquels l’accès à des archives (parfois très sensibles) peut être obtenu, la vie sociale et l’histoire sociale sont encore hors de portée. La démaoïsation a cependant donné lieu à des études anthropologiques et sociologiques qui permettent de reconstituer l’histoire de communautés et de localités à travers les bouleversements révolutionnaires et postrévolutionnaires. Ces études (dont les exemples les plus convaincants, à la suite de la démarche pionnère de G. W. Skinner (Skinner 1985), sont cependant ruraux plutôt qu’urbains) comportent de riches matériaux d’histoire orale qui étoffent considérablement celles qui devaient auparavant s’appuyer sur la presse et sur les interviews de réfugiés et de transfuges111. Les histoires urbaines dont nous avons relevé la multiplication cessent d’être « historiennes » sur l’horizon contemporain, qui est souvent leur véritable finalité. Au total (provisoire), c’est une histoire ouverte, au sens technique et factuel du terme, qui doit relayer ici le bilan historique et historiographique.

  • 112 L’encadrement de la société urbaine a été étudié sous l’angle des comités de quartier, des points (...)
  • 113 L’approche fondamentale, déjà mentionnée, reste Walder (1986), à compléter par Corine Eyraud, L’En (...)
  • 114 J.-F. Billeter, « Le système des “statuts de classe” en république populaire de Chine », Genève, I (...)
  • 115 Sur Shanghai durant la révolution culturelle, on dispose de deux ouvrages, celui d’Andrew Walder ( (...)
  • 116 M.-C. Bergère relève l’importance des pratiques factionnelles « à la base », résultat du détournem (...)
  • 117 L’analyse de la crise sociale par M.-C. Bergère montre que la sur-politisation artificielle du soc (...)

110Avant le grand déplacement, qui introduit sous nos yeux une rupture majeure dans la longue durée, la réalité dominante est illustrée par la courbe démographique : le monde des villes, en expansion au cours des années 1950 (le taux d’urbanisation frôle 15 % en 1959), se rétracte à partir des années de famine et pendant la révolution culturelle. Le renvoi dans leurs villages de millions de migrants venus à la ville durant la fièvre du Grand Bond en avant, puis l’exil à la campagne de 17 millions de jeunes citadins (Bonnin 2004) vont de pair avec une réalité plus massive et plus décisive encore : le cantonnement du croît démographique dans les zones rurales isolées des villes par le contrôle resserré sur les mouvements de la population, et la concentration dans les zones urbaines de la plus grande part des investissements de l’État et de la redistribution des ressources qui en découle112. Géographiques avant tout, les inégalités territoriales de la société maoïste divisent également l’espace de la ville et le stratifient113. Ces inégalités matérielles et symboliques participent d’un système d’inclusion et d’exclusion non moins constitutif de l’État socialiste que celles qui tiennent à l’activisme politique (les « statuts » et les luttes de classe114) et à la terreur. En dépit de la densité des constructions sociales du maoïsme et de la rigueur des contrôles qui pèsent sur elles (ce dont témoignerait la baisse du taux de fécondité dans la seule population urbaine lorsqu’elle est orchestrée par le pouvoir au début des années 1970), les villes sont aussi le lieu des dérèglements du système. Relayant la violence et les grèves de la révolution culturelle115, l’extension du chômage, la progression de la criminalité, la diffusion de l’« économie parallèle » et la récurrence d’un « factionnalisme à la base » dessinent une crise sociale dont Marie- Claire Bergère a analysé la profondeur à la fin du régime maoïste116. Cette crise est sans conteste l’un des facteurs qui incitent les pragmatiques à prendre le virage du réformisme, non pas au sens où, en liaison avec les mouvements des intellectuels (cette liaison n’existe pas), elle aurait dressé la population contre le régime117, mais parce qu’elle traduit concrètement l’inanité d’une croissance non moins vive que celle des nouveaux pays industrialisés voisins mais incapable de sortir le pays de la misère et du sous-développement.

  • 118 Les indications qui précèdent (notamment Walder 1986) ainsi que l’analyse de la crise du système m (...)
  • 119 M.-C. Bergère a suivi cette évolution sans y voir l’action d’une société civile. Vue d’ensemble su (...)

111Les réformes qui ont fait sortir le pays du maoïsme ont été marquées par un « retour du social ». Au début des années 1980, ce « retour » fut interprété de deux manières différentes : soit comme la montée d’une société civile porteuse de promesses démocratiques, soit comme l’occupation, par une société peu à peu restaurée, d’espaces interstitiels dont l’investissement affectait la structure de l’État, en l’érodant ou en induisant des restructurations, mais dans l’ordre de la recomposition plutôt que dans celui de la transformation du régime, de sa décomposition ou de son effondrement. Sous cet angle, le « retour », qui n’était pas pensé dans l’absolu (il y avait un « social » à l’époque maoïste118), ne l’était pas davantage dans la perspective d’une transformation démocratique. Avec lui, la Chine post-maoïste retrouvait les marques de la Chine pré-maoïste mais à travers son passage totalitaire. Si la capacité idéologique du système de pouvoir déclinait, sa capacité organisationnelle demeurait entière. La réémergence du social ne dépendait pas d’un recul mais d’une transformation fondamentale de l’État. La trajectoire historique du siècle se précisait en se complétant119.

  • 120 Il existe un nombre assez élevé d’études concernant les élites du pouvoir, mais vues sous l’angle (...)

112Dans le détail, c’est l’émergence – ou la résurrection – des groupes sociaux qui a retenu l’attention : petits entrepreneurs autonomes (getihu), hérauts d’une réforme lente à décoller dans les villes au cours des années 1980, capitalistes dont Marie- Claire Bergère a suivi le « retour » (ci-dessus). Au cœur des années 1990, une double réalité ouvrière – nous l’avons rencontrée plus haut à propos de la trajectoire historique du monde ouvrier (Rocca 2006) – est née de l’expansion du secteur non étatique et de la refonte du salariat socialiste dans les entreprises et les services de l’État. Après le déclassement des salariés d’État, plus symbolique que réel au cours des années 1980, la nouvelle pauvreté associée au chômage qui lamine l’ancienne « middle class » (celle dont les statuts et les privilèges étaient institués) n’est cependant pas la voie unique de la transformation. Certaines régions (par exemple Shanghai) réussissent mieux leur reconversion. Le nouveau salariat y échappe, au moins partiellement (pour les emplois tertiaires plus qualifiés), aux traits – et aux maux – classiques d’un capitalisme naissant qui caractérisent ailleurs la nouvelle population travailleuse (peu payée, peu éduquée, peu protégée et mobile) dans la sphère induite par la mondialisation du pays. Si de nombreuses études sont consacrées aux migrants (ruraux) qui tentent de s’ouvrir le monde de la ville, nous manquons encore de bonnes analyses des couches supérieures de la nouvelle pyramide sociale, celles dont dépendent selon toute vraisemblance l’avenir économique et l’évolution politique du pays120. En somme, nous connaissons le profil de la nouvelle société moins bien que nous n’entrevoyons la pente de son histoire.

  • 121 Voir Chevrier (1986). Cette dynamique a pu être interprétée par la suite comme le retour d’une str (...)
  • 122 Bergère (4.14) « Après Mao, le retour du Vieil Homme », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 1 ( (...)
  • 123 Bergère (1.11). Voir également les recueils : China Quarterly (“Autonomy During the Post-Mao Era” (...)

113Querelles d’étiquettes et de chapelles mises à part (la Chine post-maoïste est-elle (néo)totalitaire, (néo)autoritaire ?), les grandes lignes de l’évolution, qui est évidemment processuelle (donc rebelle aux étiquettes), n’ont rien de surprenant. On constate à nouveau la densification, la diversification du social et son étagement, en même temps qu’une transformation et une croissance de l’État – dont l’immobilité n’est qu’un effet du discours (officiel) et de la cécité des observateurs. Et l’on enregistre à nouveau l’attente paradigmatique d’un social porteur de démocratie, alors que s’affirment la non-institutionnalisation de la nouvelle société et la non-transformation en société civile d’autonomies interstitielles121. Marie-Claire Bergère insistait quant à elle sur les obstacles à la démocratisation : prégnance du cadre bureaucratique, persistance des liens particularistes122 et élitisme, dont elle a constaté le caractère durable parmi les entrepreneurs au moment de la crise de Tian’anmen (avril-juin 1989)123. Avec le recul, la restitution des trajectoires historiques semble plus adéquate que la démarche qui consistait à chercher (et à trouver) dans le mouvement social la forme démocratique élaborée par d’autres sociétés au long de trajectoires spécifiques. L’échec de 1989 ne condamne pas plus la démocratie qu’il ne la réserve à une culture particulière. En dépit des projections fondées sur le rôle des étudiants et des intellectuels (solitaires en une nouvelle et tragique figure du vis-à-vis avec le pouvoir, en dépit des multitudes qui les entouraient, au sens où Marx avait parlé du « solo funèbre » de la Commune de Paris), le social restauré de l’après-Mao n’est pas exempté de la trajectoire historique de la citoyenneté en Chine.

114C’est donc aux trajectoires qu’il faut revenir, et tout particulièrement à celle du pouvoir. Son caractère dictatorial depuis la chute de l’empire (excepté le bref « printemps » de la république en 1912-1913), la mutation totalitaire opérée sous Mao font souvent oublier son historicité. Les travaux d’histoire sociale qui portent sur le tournant de la fin des années 1940 et du début des années 1950 (voir ci-dessus) apportent ici un éclairage utile. Ils explorent l’entrée du social dans un système dont ils montrent qu’il n’est pas déjà là et fixe, mais qu’il s’inscrit dans un processus de construction nécessitant des points d’appui et des relais sociaux avant le passage à la toute-puissance et à la transformation radicale qui marqueront les années 1950- 1960. Ce processus premier instaure une hégémonie grâce à laquelle le nouveau pouvoir ne supprime pas son vis-à-vis : il compose avec lui sans se décomposer, et sans institutionnaliser la relation ainsi établie. Ces travaux suggèrent ainsi que l’on compare deux passages : celui qui intègre le social au système communiste avant la construction complète de ce système (années 1940-premières années 1950) et celui qui reconstruit le social (après la transformation maoïste) sans détruire le système (années 1980-1990). Parvenue au seuil des années 1950, la démarche historique permet ainsi de mettre en évidence une réalité qui a échappé aux analyses non historiques de la transition post-maoïste : l’entrée de la société chinoise dans le système communiste ne fut pas une entrée dans le totalitarisme développé ; la sortie du maoïsme ne fut pas davantage une sortie du communisme.

  • 124 Sur les questions que posent ces variations et sur l’historicité de la tyrannie de Mao, Chevrier ( (...)

115S’il est encore trop tôt pour écrire une histoire complète et comparée de ces passages, l’équivalence historique de l’entrée (dans le communisme) et de la sortie (du maoïsme) est suggérée par un trait remarquable qui découle des études existantes. Le pouvoir est déjà là quand se forme sa variante transformatrice, le pouvoir reste là quand il se transforme en abandonnant cette variante. Le PCC dans son histoire apparaît ainsi comme un système de pouvoir dont l’une des modalités fut de diriger le social à distance – y compris le social urbain –, sans le transformer ni l’écraser. Le pouvoir qui met en place (à la fin des années 1940) ou reproduit (depuis 1978) ses structures et son ordre normatif face à un social qu’il maintient ou reconstruit témoigne bien plus que de l’habileté tactique des dirigeants ou des contraintes stratégiques qui pèsent sur eux. En d’autres termes, le communisme chinois se définit par sa trajectoire historique comme un système d’action à géométrie variable. Il a su mettre en œuvre une pluralité de modes de relation au social : celle qui a cours aujourd’hui était une pièce de rechange présente dans sa panoplie124. L’État de la révolution – l’État englouti par la révolution – peut ainsi devenir celui de la modernisation – et de la nation (Chevrier 2001b).

  • 125 Si l’on entend par « totalitarisme » non pas seulement un régime antidémocratique de contrôle soci (...)

116L’étude de ces passages jette une lumière neuve sur l’émergence et sur l’abandon du système totalitaire125 – sans doute la grande question du xxe siècle chinois avec celle de la désinstitutionnalisation de l’État-nation, l’une comme l’autre étant liées à la trajectoire de la révolution. Celle du régime de pouvoir qui procède de la sortie du maoïsme ne pose-t-elle pas la question de la fin de la révolution et du retour à l’État-nation en même temps qu’elle exige que soit pensée l’historicité du communisme ? La dimension nationale, qui n’était pas secondaire mais seconde dans la phase révolutionnaire, devient première, autosuffisante et auto-référée. Le communisme-nation qui émerge de la décollectivisation et de la détotalisation du social acte la sortie de la révolution et la réémergence de l’État-nation. Le régime atteint, pour ainsi dire, sa vitesse de croisière en passant de la sortie du maoïsme à la sortie de la révolution. Sa mutation idéologique ne se limite pas à la proclamation de la nation. Avec la doctrine des « trois représentations » (ci-dessous), elle porte, beaucoup plus significativement, sur le positionnement de l’État en regard du social et du temps historique et fixe à l’action publique une perspective qui n’est plus celle de la mobilisation et de la lutte.

  • 126 Il y a de bonnes études (non historiques) sur ce point fondamental : Walder (1995), V. Shue (“Stat (...)
  • 127 Voir les contributions sur la « juridisation » des rapports sociaux et de l’État rassemblées dans (...)

117Le retour à l’État-nation est un processus qui n’est pas achevé dans la forme politique de l’État (l’institutionnalisation de la nouvelle société et des nouvelles normes sociales a progressé, l’institution du politique reste en suspens) et qui sera semé d’embûches : cet État, quoiqu’il se prévale de représenter l’intérêt général, sera-t-il la « chose » des nouvelles élites du pays s’appuyant sur la nouvelle middle class ? Quelle sera l’extension de son engagement sur le terrain social ? Quels seront ses moyens économiques d’ici une ou deux décennies ? Aussi les difficultés du passage et les turbulences prévisibles ont-elles suscité le scepticisme des observateurs sur la possibilité d’une évolution structurelle de l’État postrévolutionnaire en l’absence d’une participation politique de la société. Le débat qui s’est instauré parmi les spécialistes a porté moins sur sa forme politique que sur sa nature. Est-il bureaucratique, traditionnel, autoritaire, répressif, corrompu ? Marie-Claire Bergère a insisté sur le premier aspect en soulignant la prégnance du « capitalisme bureaucratique ». La sociologie de l’État met également en évidence une croissance et des mutations qualitatives qui démentent la doxa (le recul de l’État et sa dissolution sous l’effet des réformes)126. La contractualisation et la juridisation croissantes des relations sociales témoignent d’une institutionnalisation au moins partielle du social qui suppose une mutation correspondante des structures et des missions de l’État127. Mais le caractère inabouti, contrarié, de ces évolutions permet de maintenir le diagnostic formulé à propos de la sortie du maoïsme : le régime communisme chinois s’est recomposé comme il s’était construit, en articulant sa domination sur un social non institutionnalisé qui renvoie à une forme distendue de l’État expliquant la non-transformation citoyenne des espaces interstitiels du social (Chevrier 1996).

118La question pertinente n’est évidemment plus celle du communisme : elle est celle de l’État. Cette question n’est pas un sujet d’économie (ou d’identité), comme le veut la vulgate de la mondialisation. Elle est un sujet d’histoire – l’actualité elle-même ne vient-elle pas de le souligner en montrant que la nouvelle Chine a pu rebondir hors de la crise mondiale grâce aux capacités organisationnelles que cette histoire a forgées ? Mais de quelle histoire s’agit-il ? Il est tentant – et souvent tenté – de raccorder ce moment à la longue durée et à la tradition : la disjonction entre le tempo des réformes et le maintien du système communiste laisse planer sur le présent le fantôme intemporel de l’empire. Restituer une problématique des trajectoires historiques revient précisément à éviter ce piège. La référence à l’empire ne se conçoit qu’à travers l’histoire du siècle qui nous en sépare. Or celle-ci – nous avons dû le rappeler plus haut – pivote autour de la révolution. S’il faut caractériser la Chine actuelle autrement que par un moment de réformes – ce moment est d’ores et déjà dépassé –, la question pertinente n’est-elle pas celle de la fin de la révolution plutôt que celle de la démocratie ? Si l’on retient cette hypothèse, l’entrée dans une histoire postrévolutionnaire ne nous reconduit pas à l’empire hors du temps, mais à la bifurcation de la fin des Qing : elle nous renvoie, en effet, tant à la distension de l’État et du social, qui s’est reformée – c’est l’histoire qui a reproduit la structure et non la structure, l’histoire – qu’à la sortie de l’empire, à une autre histoire du siècle qui fut celle de l’institutionnalisation moderne du politique. La distension du communisme-nation est-elle une formule durable ? Appelle-t-elle l’institutionnalisation ? La question est celle de la mise en forme de l’État-nation – l’État-nation qui n’est pas défini ni construit seulement par le nationalisme, par l’identité ou par la modernisation, mais qui l’est tout autant, et d’une façon qui est par essence problématique, par l’institution de la citoyenneté.

  • 128 Pour certains acteurs et observateurs de la scène chinoise, cette question s’exprime par une reven (...)
  • 129 Ce qui fut mondialisé à la fin des Qing n’était pas la formation historique longue de l’État et du (...)

119Que l’on prenne pour point de comparaison la fin de l’empire (chinois), ou bien celle de la Révolution (française) – en référant le communisme bourgeois issu des réformes de Pékin à la monarchie bourgeoise non moins oxymorique du « juste milieu » des années 1830 –, les éléments de la question de la démocratie en Chine se trouvent changés. Elle ne se présente plus comme celle de l’importation (et des échecs) d’une formule étrangère, adulée ou rejetée parce qu’étrangère culturellement à la tradition chinoise : elle n’est autre que l’histoire des citoyens chinois rapportée à la trajectoire séculaire de leur existence sociale telle que l’a croisée celle de l’État. Pour la collectivité historique chinoise, l’enjeu de la construction du politique est bien dans le passage d’un rapport à l’autre largement fantasmé au rapport à soi et à l’institutionnalisation de ce rapport128. Cette histoire nous aide à deviner un chemin qui sera long – la société chinoise et l’État ne sont plus dans la transition post-maoïste ; le moment présent, détaché de la temporalité révolutionnaire, abrite une tension qui fut celle de la fin de l’empire : n’est-il pas, à nouveau, celui où se pose la question de l’institutionnalisation du social et de l’État dans la forme de l’État-nation tout en étant celui de la mondialisation de leur formation historique129 ?

  • 130 Une histoire de la démocratie en Chine devrait donc nécessairement inclure une histoire de la révo (...)

120L’État et la révolution : ce sont les deux pôles de l’histoire sociale du xxe siècle, et c’est l’histoire sociale qui, par sa fonction heuristique, nous renvoie de la sortie de la révolution à la sortie de l’empire et à l’entrée dans la révolution. Il y a, de ce fait, non pas deux trajectoires du politique au xxe siècle – celle du social (démocratique) et celle des pouvoirs (dictatoriaux) – mais une seule trajectoire diversement accentuée allant de l’empire et du communisme à l’État-nation en passant par un long cycle révolutionnaire. Les mouvements sociaux, les organisations sociales, ne sont pas absents de cette histoire, mais la volonté d’instituer le politique dans l’État qui avait provoqué le tournant institutionnel de la fin des Qing s’est paradoxalement retournée contre le social : l’horizon, occupé par les mouvements révolutionnaires qui ont polarisé le champ politique, a été verrouillé par les dictatures postrévolutionnaires, qui ont éliminé des relations du pouvoir et du social non pas le politique mais la régulation politique instituée130.

121Que devient cette trajectoire si l’on tient compte du fait que l’actuel épisode de la mondialisation, à l’inverse de celui qui provoqua le tournant de l’institutionnalisation un siècle plut tôt, associe une métamorphose urbaine de la Chine à une mutation de son économie ?

Vers le primat de la Ville

  • 131 Le recentrage du régime communiste sur les villes n’avait pas produit cet effet. Contrairement au (...)
  • 132 Sur Sun Yat-sen et le développement économique, voir M.-C. Bergère (1.10 et 3.12).

122Le troisième essor urbain de la Chine se déroule sous nos yeux. N’est-il pas destiné à rompre le fil de cette histoire ? De plus en plus citadins, les citoyens potentiels d’une société promise au long chantier historique de l’État-nation dans la mondialisation ne sont-ils pas appelés à accéder à la citoyenneté par la seule vertu de la Ville ? À l’époque de la première modernité, au tournant des années 1910, la spectaculaire croissance du Shanghai des concessions avait nourri le dynamisme social et l’imaginaire de la ville, mais elle avait également souligné les limites de la force historique qui s’était mise en mouvement : cet essor n’avait pas de suites comparables dans la profondeur socio-économique du pays et dans l’immensité de ses territoires. Ce sont ces deux dimensions, inchangées ou peu changées dans la longue durée en dépit des deux précédents essors urbains, qui sont aujourd’hui touchées131. Rêvé par Sun Yat-sen au début du xxe siècle comme une utopie du développement, le quadrillage routier qui désenclave et métamorphose l’espace chinois accomplit la mission qu’il voulait confier aux chemins de fer et répond à l’essor des grands centres urbains, en particulier des ports, comme il l’avait imaginé132.

  • 133 Voir les travaux de T. Sanjuan, à l’échelle régionale (À l’ombre de Hong Kong. Le delta de la rivi (...)
  • 134 Voir la thèse inédite d’Émilie Tran (Tran 2008) : l’analyse des nouvelles élites shanghaiennes mon (...)

123La réorganisation universelle de la société et la restructuration générale des territoires font du troisième essor de la ville un événement historique. Au sein du triangle de l’État, de la révolution et du social dont procède la Chine actuelle, la révolution devient une référence symbolique, un mythe fondateur qui élève le peuple chinois à la qualité de propriétaire patrimonial de son histoire : dans l’actualité, la ville prend la place de la révolution. Elle devient – enfin – le foyer structurant de la civilisation moderne. Il y a beau temps que l’histoire chinoise est conditionnée par celle de la mise en ordre de l’espace, mais l’échelle spatiale de l’événement (en dépit, bien entendu, des décrochements de rythme et d’échelle qui sautent aux yeux dès que l’on observe la mutation de près) et sa portée géopolitique (au sens intra-chinois d’équilibres de pouvoir mais aussi au sens externe, puisque la reterritorialisation du pays conforte l’édification de l’État-nation moderne en prenant le pas sur les forces centrifuges suscitées par la mondialisation) soumettent cette histoire nécessairement spatialisée à une géographie nouvelle133. Shanghai, dont la trajectoire de réforme (elle ne s’infléchit que dans les années 1990) illustre le retard du recentrage urbain de la nouvelle Chine dans les années 1980, y gagne une nouvelle royauté, encore que la métropole ressuscitée soit plus un territoire du nouvel État-nation chinois que, dans la suite de son histoire républicaine, une tête de pont de la mondialisation134.

  • 135 Voir le volume collectif déjà cité : Davis, Kraus, Naughton, Perry (1995).
  • 136 D. Palmer, La Fièvre du Qigong : Guérison, religion et politique en Chine, 1949-1999, Paris, Éditi (...)

124C’est à partir des mutations qu’engendre le basculement urbain que l’on doit poser toutes les questions, en particulier celles de la nouvelle stratification sociale, des élites et du politique. L’étude de la spatialisation du pouvoir chinois entre dans une ère nouvelle, quoique le chantier, immense, soit à peine ouvert135. Du côté du social, la croissance économique, la croissance urbaine, les migrations intérieures, les transformations du monde rural sous l’attraction de la ville, le poids de plus en plus considérable de la nouvelle middle class et des déséquilibres régionaux (ces derniers étant moins mal connus que la première, aussi souvent invoquée que peu étudiée), les enjeux de l’aménagement du territoire sur les équilibres du pouvoir (et sur les politiques publiques qu’il affiche), la sociologie d’un mouvement principalement urbain comme Falungong136 : tout cela indique à l’échelle nationale un retissage du tissu social urbain dont on peut attendre également qu’il modifie les conditions d’accès à la citoyenneté. Si l’on écarte le sociologisme vulgaire (celui qui déduit la démocratisation de l’urbanisation – ses banalités sont passées du paradigme de la modernisation au discours idéologique et diplomatique), les transformations qui rapportent le social au spatial et le spatial à l’urbain doivent être rapprochées avec précaution de la question du changement institutionnel.

  • 137 Voir notamment Kevin O’Brien et Li Lianjiang, “The Politics of Lodging Complaints in Rural China” (...)
  • 138 Des thèses en cours (Wang Kun sur le maillage territorial à Shanghai) ou récemment soutenues (Chlo (...)
  • 139 La bibliographie, abondante et dispersée, n’est pas toujours convaincante. Voir a contrario les an (...)
  • 140 L’absence d’études d’ensemble sur la stratification sociale et sur le mouvement des élites déséqui (...)

125La question est traitée sous deux angles : celui qui tente de cerner dans les campagnes, à propos des élections villageoises, les contours flous d’une sphère politique encore interstitielle et peu institutionnalisée137, et celui du déplacement de la population rurale en direction des villes. L’enquête sur l’évolution des contrôles territoriaux urbains, comme celle qu’instruisent ici Isabelle Thireau et Hua Linshan à propos de la transformation du hukou (livret de résidence), rapporte la mobilité du social au questionnement sur les statuts qui ont classé, fermé et enfermé la société communiste. L’analyse des contenus statutaires et sociaux de la citoyenneté138 complète les études sur les conditions de vie et de travail précaires des migrants et sur les mouvements sociaux en général139. Mais force est de constater que ces terrains assidûment fréquentés (on souhaiterait qu’une partie de l’effort fût consacrée au haut de la pyramide sociale…) livrent une vision tronquée des mutations du social140. Plus convaincante, la mise en relation, par certains auteurs, de la question d’une citoyenneté socialement élargie avec celle du travail (Rocca 2006, Solinger 1999) conduit à un questionnement plus large sur l’action sociale et son positionnement dans les institutions ainsi qu’au regard de la question des droits et de leurs garanties institutionnelles qui retrouve l’interrogation sur les trajectoires historiques du politique.

  • 141 M. Gauchet, La Révolution moderne, vol. II : « La crise du libéralisme », Paris, Gallimard, 2007. (...)

126En l’absence d’une mutation institutionnelle décisive et compte tenu de l’activité intense, souvent conflictuelle et polyvalente, qui se déploie autour de ces questions (la contestation publique associe aux acteurs de premier rang, citoyens spoliés ou maltraités, des journalistes, des juristes, etc. ), compte tenu également de la position d’intellectuels comme Wang Hui, qui appelent au contournement du système étatique plutôt qu’à son renversement, afin de promouvoir une nouvelle culture démocratique, peut-on parler, ainsi que le suggère Jean-Louis Rocca, d’une institution sociale du social ? Cela suppose à tout le moins que soit élucidée la question des cadres de la construction du politique. L’action à l’écart de l’État, sans l’État (et non nécessairement contre lui), n’est-elle pas un nouvel avatar non point de l’illusion sociale du politique (telle qu’elle fut rêvée par les activistes des années 1910), mais de pratiques politiques d’interstices et d’entre-pouvoirs où ce qui se jouerait serait cependant moins la suite des parcours chinois de la citoyenneté qu’une version chinoise du scénario « libéral » tel que Marcel Gauchet le reconstitue sur l’horizon de la fin du xixe siècle – à moins (si nous regardons l’ensemble social plutôt que les pointes avancées de la critique et de la résistance) qu’il ne s’agisse d’une avoiding politics propre à un État distendu et fort peu social plutôt qu’à une démocratie en crise141 ?

127Ainsi se dessinent dans le nouveau monde urbain les contours flous de la sphère politique encore interstitielle et peu institutionnalisée qui se laisse deviner dans les campagnes de l’après-décollectivisation. Il n’en reste pas moins que les trajectoires politiques du social posent la question de l’État et des transformations de l’État autant que celle de transformations dans la société. Kevin O’Brien et Li Lianjiang (ci-dessus) désignent cet aspect essentiel en analysant des processus ruraux de rightful resistance et invoquent la nouvelle compétence régulatrice de l’État d’« en haut » contre les abus de l’État d’« en bas » (les pouvoirs locaux). Isabelle Thireau, Wang Hansheng et un groupe de sociologues chinois analysent, dans les principes qui guident la parole et l’action des villageois dans le cadre banal de disputes au quotidien (Thireau et Wang Hansheng 2001), des attentes face à la puissance publique qui ne positionnent pas les acteurs sociaux en marge du pouvoir ou contre lui mais manifestent ce que l’on pourrait appeler un « sens de l’État », référé aux phases successives de ses transformations modernes là où, selon la vulgate, devraient régner la culture intemporelle et la tradition restaurée.

128La conclusion, remarquable, est que ces Chinois d’aujourd’hui libèrent leur action en associant des normes qui sont liées aux temps successifs de l’histoire (l’empire et la tradition, le communisme et la révolution, l’aujourd’hui des proclamations officielles du régime). Loin de laisser les individus désemparés, repliés sur la sphère familiale et les solidarités étroites, livrés au pouvoir et aux forces économiques (selon les variantes plus ou moins compatibles des effets sociaux de « la » culture chinoise), les montages normatifs réfèrent le sens commun de la justice et de l’équité à un horizon public qui est situé dans l’État bien plus que dans les sphères privées de la subjectivité et des solidarités communautaires. Il est tout aussi remarquable que l’État en question ne soit pas un vague idéal évoquant le tianxia (l’ordre universel institué dans l’Empire : cf. ci-dessus) du temps jadis (nous ne serions alors que face à la tradition réinventée au présent qui n’est qu’un aspect de la question) mais qu’il soit l’État en place hic et nunc au travers de ses agents et de ses manques comme de ses promesses et de la capacité de régulation et d’arbitrage qui lui est prêtée. Il n’est donc pas surprenant que cet État « d’en haut » teste sa capacité d’intervention (souvent contre l’État « d’en bas ») à l’occasion de drames qui secouent la vie nationale (séismes, inondations, scandales sanitaires et alimentaires…), de même qu’il orchestre de grandes célébrations de sa légitimité au travers des jeux olympiques ou de l’exploration spatiale.

129Ces analyses ancrées dans la profondeur du social permettent de compléter le profil actuel de l’État. Sans rompre avec les structures de contrôle et de répression héritées du système totalitaire, sans être capable de gouverner la société (désormais entièrement décollectivisée) ni d’en arbitrer tous les conflits au moyen du système juridique et de l’administration, l’appareil étatique se déploie en vue de la réorganisation du territoire, de la gestion du social et du développement scientifiqque et technique. Passant de la révolution au gouvernement de la société, le pouvoir formule parallèlement une idéologie non révolutionnaire : le parti-État est institué en tant que passeur-protecteur des valeurs nationales, instituteur du social investi du magistère de l’autorité et vecteur de l’intérêt général. Ainsi sont posées (idéalement) les tâches des États modernes démocratiques et résolues a priori certaines de leurs contradictions (l’intérêt général et la règle majoritaire) sans que soit tenue pour nécessaire l’institution d’un pluralisme politique. À l’identification du parti-État avec l’intérêt général correspondent le déphasage des clivages politico-organisationnels instaurés durant le moment révolutionnaire, l’institution du droit comme règle procédurale générale et l’instauration d’une citoyenneté universelle sans espace politique universel. La sélection des talents et le magistère confié à l’autorité sont dans la veine d’un Guizot autant que du confucianisme non démocratique qu’instrumente le pouvoir. Cette configuration de l’État le légitime en dehors de la pure sphère de la technicité administrative et de l’institution de la sience dès lors que se greffe sur ces préoccupations de gouvernement un souci de justice morale, d’équité sociale (et, pour faire bonne mesure, d’équilibre environnemental) : ce déplacement du versant technico-élitiste au versant politico-moral du gouvernement est précisément ce qui vient de se jouer dans le passage de Jiang Zemin à Hu Jintao.

  • 142 Quoique l’accent se soit déplacé des élites au peuple et à l’harmonisation des relations, la doctr (...)
  • 143 Si l’instrument pratique de cette gestion est l’État modernisé, son instrument théorique et symbol (...)
  • 144 Rappelons également le travail de N. Vittinghoff (2001) sur l’intérêt insistant de la presse chino (...)

130La formule des « trois représentations », qui enregistrait le basculement urbain de la nouvelle Chine et la reconstitution de ses élites142, a fait place à une politique d’harmonisation dont la seule proclamation dit assez la difficulté qu’il y a à gérer au nom de l’intérêt commun mais sans l’institution d’un espace politique contradictoire un social « complexe », inégalitaire et conflictuel143. Nouvelle figure de l’État nécessaire et manquant, le parti unidimensionnel peine à instituer la société multidimensionnelle à laquelle il a redonné vie. De Jiang Zemin à Hu Jintao, il ne s’ensuit pas une crise générale du régime (il y faudrait sans doute un conflit extérieur ou un effondrement de la croissance), mais entre les groupes sociaux ainsi qu’entre le social et l’État, des relations en même temps institutionnalisées et distendues, réglées et conflictuelles, violentes et arbitraires. Si ces « émotions » renvoient aux jacqueries de l’Ancien Régime telles que les analyse Lucien Bianco, elles portent aussi les marques – journalistiques et légales – des temps modernes et du foyer urbain : il faut en effet relever, comme le fait ici Bryna Goodman, le rôle qu’eut la presse urbaine au temps de la république dans la fabrique d’une incertaine citoyenneté (à partir de la mise en scène de drames personnels et de scandales)144.

  • 145 Göbel (2004). L’île est un État-nation en devenir dont la non-constitution internationale ouvre le (...)

131Ces travaux indiquent que la référence des acteurs sociaux à un intérêt général protégé par la puissance publique est en travail dans la pluralité, voire dans le conflit : elle souligne par là même le besoin d’État qui anime les acteurs de la nouvelle société à travers le besoin d’une représentation d’elle-même qui est politique, sans que cette politique revête nécessairement les formes de la démocratie telles qu’elles ont été produites en d’autres lieux par une longue histoire. Ces études montrent également que le social n’est pas enchâssé dans une tradition qui le vouerait à s’activer loin de l’État : qu’il n’est pas privé de sens politique par cette tradition (ou par un État qui serait uniquement répressif). Elles infirment la disparition du politique au profit de l’économique et du culturel, selon les deux clés de la mondialité que met en avant la vulgate. La présence active d’aspirations politiques centrées sur la représentation et sur l’exercice de l’intérêt général ne vaut donc pas exigence démocratique. Si l’exemple de Taiwan est là pour rappeler que le monde culturel chinois n’est pas l’abandon du rôle central de la lutte des classes et du rôle dirigeant de la classe ouvrière. La phase socialiste de l’histoire se trouve ainsi ouverte à la diversité des formes de propriété et d’organisation sociale qui autorise l’économie de marché (et légitime l’entrée des entrepreneurs au Parti communiste), tandis que l’histoire n’est plus vouée à la révolution. Le parti peut ainsi légitimement se réclamer du communisme (via un bel exercice de scolastique marxiste !) tout en se proclamant parti de gouvernement et représentant de l’ensemble de la nation en même temps que de ses élites et de « toute l’histoire qui l’a faite », selon la formule de Guizot. voué à une politique autoritaire (quoique la démocratie taïwanaise n’ait rien de parfait145), sur le Continent le politique se laisse encore appréhender suivant l’éclatement de sa présence historique en Chine : le pouvoir bureaucratique et unidimensionnel, les territoires, les respirations interstitielles du social, ses mouvements violents, ses évitements, ses conduites de biais et ses recompositions, selon des figures qui tout à la fois reprennent et renouvellement celles dont Marie-Claire Bergère avait repéré les montages sur le chantier shanghaien de la modernité.

132Le nationalisme ne fait pas plus l’État-nation que la représentation du général ne fait l’État social. En devenir dans le creuset du nouveau communisme-nation, ces deux formes de l’État moderne demeurent inaccomplies. Leur gestation sera longue à partir du communisme bourgeois, conservateur et pour tout dire « juste milieu » qui privilégie aujourd’hui l’alliance postrévolutionnaire avec les nouveaux capitalistes. L’aspiration étatique qui transparaît jusque dans la contestation du pouvoir (Rocca 2006) favorise le statu quo en même temps qu’elle laisse deviner une possible évolution. Tout comme l’empire distendu des Qing reposait sur la participation de tous au tianxia, le pouvoir ne peut contrôler les territoires et le social qu’à la faveur d’une telle médiation. Elle supplée le sentiment national, qui ne se confond pas avec elle, ainsi que les partages économiques inégaux. Dans quel sens s’infléchira la courbe de l’histoire ? Nous sommes loin encore du devenir-citoyen de sujets parvenus au point où la conscience de l’existence sociale se solde par une exigence de liberté. Et nous sommes encore éloignés du « travail démocratique » qui supposerait une institution politique plus poussée de la société, c’est-à-dire d’autres dynamiques au niveau des élites et des structures du pouvoir.

  • 146 Sur la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tian’anmen le 4 juin 1989, voir (...)

133Les linéaments du travail de la citoyenneté peuvent-ils se renforcer et s’agglomérer en raison des nouvelles échelles et de la nouvelle mobilité du social ? Si rien ne dit à l’avance que se préparent des révoltes de la société unie contre le pouvoir, est-il assuré que la réorganisation spatiale de l’histoire chinoise changera le contexte perdant des mouvements du social au xxe siècle ? Ceux des intellectuels ont joui d’une universalité symbolique qui n’a pas compensé leur isolement. Tout en débordant de ce cadre étroit, les yundong (mouvements) n’ont pas porté le social moderne à l’échelle que l’État a retrouvée depuis les années 1930-1940 et qui avait été la sienne de longue date. Encore sensible en 1989146, la disparité organisationnelle, qui renvoie la question réactualisée du social à l’une des dimensions fondamentales de la longue durée chinoise, serait-elle vouée à s’estomper ?

  • 147 Henriot et Zheng Zu’an (1999), p. 74-95.
  • 148 Sauf les cartes p. 30-31 sur l’évolution des limites de la municipalité entre 1927 et 1998 et les (...)
  • 149 Wasserstrom (1991), p. 295-327.

134Cette prudence doit beaucoup aux cloisonnements qui continuent à segmenter le social, y compris dans l’espace de la ville : quelle que soient les dynamiques en cours manifestes ou cachées, le monde social d’aujourd’hui diffère profondément de la société de la fin des Qing par la sous-structuration des élites. Quelques travaux ou bribes de travaux laissent deviner ce que la recherche historique pourra apporter à cet égard. Nous avons mentionné le très utile Atlas de Shanghai publié par Christian Henriot et Zheng Zu’an, qui présente les modifications de l’espace politique de la ville, avec les lieux du pouvoir, la carte des postes de police, celle des associations professionnelles, des établissements religieux, des établissements scolaires, des quartiers de prostitution147 : il ne franchit guère la barrière de 1949148. J. Wasserstrom poursuit, à Pékin, avec le rôle décisif de la place Tian’anmen lors des manifestations de la révolution culturelle, des mouvements étudiants de décembre 1986 ou d’avril-juin 1989 et, à Shanghai, avec l’espace de la place du Peuple, du quartier des journaux ou de quelques grandes usines aux mêmes époques, l’étude de la ville comme « théâtre politique » que nous avons commentée plus haut149. Jean-Louis Rocca (2006) s’attache lui aussi aux lieux où s’exprime la colère ouvrière, dont il constate le caractère aussi émietté que théâtral – sous l’espèce rituelle de confrontations- négociations « routinisées » avec les autorités plutôt que sous celle du spectacle : la conduite de ces mouvements traduit l’intégration du cadre étatique et la segmentation de ce cadre dans la construction historique de la « classe » en déclin. Aujourd’hui, les immenses avenues de Pudong sont peu propices aux manifestations de rue et le fractionnement de la place du Peuple lui a fait perdre son unité. Le citadin y est invité à la consommation ou la célébration ; la contestation est refoulée dans les faubourgs.

135Le spatial renvoie au social : la réorganisation de la segmentation et de l’institutionnalisation qui va de pair avec l’universalisation de l’économie de marché (et de la « société de la marchandise ») participe d’une histoire ouverte dont nous ne percevons que des indices. Il s’en faut de beaucoup que les catégories du procès des mouvements sociaux tel qu’il a été « modélisé » par Charles Tilly puissent être mobilisées autrement qu’à titre particulier et descriptif. Travaillée désormais sur un chantier ouvert à la pleine mesure de la Chine, la démocratie chinoise demeure un procès historique promis à de longues années. Les réformes de Deng Xiaoping n’ont pas suffi à lui faire franchir le pas décisif. Les affirmations de la citoyenneté qui participent à sa longue marche depuis un siècle ont pâti de s’exprimer d’une manière incertaine et sporadique dans l’éclatement qui a caractérisé, depuis la chute de l’empire, la mise en forme moderne du politique. Retrempé dans le nouveau monde créé par la réforme, le pouvoir est fermement institué, mais la forme politique de ce monde nouveau reste en suspens et le travail de la citoyenneté demeure pour l’essentiel institutionnellement indéterminé.

  • 150 Cette questiton, qui a le mérite de préciser celle de la démocratie en l’historicisant, suscite de (...)

136À la sortie du maoïsme, Deng Xiaoping a modernisé la Chine sans institutionnaliser la modernisation (Chevrier 1986). La question qui se pose est maintenant celle de la sortie de la révolution. Son reflux repose aujourd’hui, comme à la sortie de l’empire un siècle plus tôt, la question fondamentale du rapport institutionnellement réglé entre la politisation du social et celle de l’État, qui s’appelle la citoyenneté démocratique. Il a permis de modifier sur des points fondamentaux le mode de gouvernement de la société : ici même, l’enquête d’Isabelle Thireau et Hua Linshan sur la disparition de la segmentation spatiale du social au profit de la mise en œuvre d’une citoyenneté universelle est significative à cet égard. Mais il n’est pas assuré que l’indétermination institutionnelle qui a caractérisé le xxe siècle – la désinstitutionnalisation du politique au lendemain de la chute de l’empire, puis sa détermination non institutionnelle qui enchaîne les dictatures aux révolutions – cesse avec la sortie de la révolution. Si notre temps redécouvre l’existence prérévolutionnaire de la « première expérience démocratique » (Xiaohong Xiao-Planes) en même temps que la réalité chinoise d’une « autre Chine » née au contact des concessions, la Chine d’aujourd’hui n’est pas vouée à reproduire cette histoire par la seule vertu de la mémoire. Ni la fréquence et l’intensité des mouvements sociaux ni la restructuration du social et de l’État n’autorisent à conclure aujourd’hui que la Chine avance dans une dynamique d’institutionnalisation comparable à ce que fut celle de la sortie de l’empire150.

137Le pouvoir sera-t-il contraint par les transformations qu’il a induites, absorbé, divisé, partiellement ou globalement converti sous leur effet ? À supposer qu’une rupture institue l’espace politique de la citoyenneté, il faudra plus qu’un changement de régime pour en faire avancer le chantier. Une transition institutionnelle plus ou moins ordonnée relaiera-t-elle – après une évolution adéquate des élites et de l’État comparable à celle qui eut lieu à Taiwan – la « transition pacifique » vers le capitalisme ? Dans quelles conditions l’incertaine élaboration de la citoyenneté qui a marqué le xxe siècle deviendra-t-elle un « travail démocratique » en bonne et due forme ? Le cauchemar de Mao Zedong s’est réalisé : la société chinoise est entrée dans les circuits de la mondialisation, mais il s’en faut que l’histoire à venir dépende uniquement d’ajustements économiques et de négociations culturelles individuelles. Elle a toutes chances d’être commandée longtemps encore par la question de la forme du pouvoir.

138Comment une telle histoire peut-elle être abordée si le social déconstruit se résume au culturel, au mémoriel, à l’identitaire, à la subjectivation et à la transnationalité ? Le « travail de la démocratie » entrera-t-il en phase avec le procès historique de l’État-nation ? On ne peut en tout état de cause – et l’histoire sociale nous le rappelle avec force – réduire au social ce « travail » de la société sur elle-même en tenant la construction de l’État pour un processus extérieur. Ce processus est, si l’on peut transposer un mot qu’eut un jour Frederic Wakeman en opposant la persistance de l’ordre impérial aux tenants de la « société civile » à la fin des Qing, « more than a small fly in the field’s ointment ».

139Ce procès décale le temps historique chinois par rapport au nôtre plus qu’il n’éloigne la Chine de nous. Ce n’est pas à la persistance d’une structure différente de pouvoir ou de culture, à l’insuffisance du social moderne, à la mondialisation, qu’elle doit le régime particulier qu’elle connaît aujourd’hui, mais à son histoire – à son histoire moderne tout d’abord, c’est-à-dire à l’historicité de sa modernité. Celle-ci se déchiffre, des accidents de la sortie de l’empire à l’actuelle phase postrévolutionnaire, à travers les aléas de l’institutionnalisation. C’est à cette première histoire que nous revenons maintenant, telle que Marie-Claire Bergère en a posé le cadre général en contrastant deux conjonctures du politique : celle du « retour de l’État » (à partir de la fin des années 1920) et celle de l’» âge d’or » de la décennie précédente après l’échec du moment politique de la fin de l’empire.

Désinstitutionalisation du politique et travail citoyen : deux conjonctures

140Le remarquable élargissement des chantiers de l’histoire sociale constaté par l’enquête historiographique nous a permis de repérer les cheminements de la citoyenneté en dehors et en l’absence du cadre institutionnel classique de son élaboration. À travers les douze essais qui vont suivre, la ville qui se modernise au contact des concessions après la chute de l’empire apparaît comme le lieu privilégié de ce travail citoyen si particulier. Même si, parmi ces particularités, s’affichent des mouvements sociaux violents et peu organisés, le nouvel espace urbain contraste avec celui des campagnes, où la violence réactive occupe tout l’espace de l’action sociale (en dehors de l’activisme gestionnaire, réformiste ou révolutionnaire des élites venues ou revenues de la ville), y compris aux abords des grandes métropoles (Lucien Bianco). Mais quelles qu’aient été les certitudes (et les inquiétudes) subjectives de la conscience citoyenne (Bryna Goodman), sa détermination activiste et son assurance culturelle (Laurent Galy, Pierre-Étienne Will), quels qu’aient été le dynamisme des activités économiques (Wang Ju) et le poids politique local des milieux d’affaires (He Puyin, Xiaohong Xiao-Planes), ou l’autonomie relative des ouvriers et des syndicats de Shanghai (Alain Roux), la citoyenneté qui ne se définit pas selon la version nationaliste ou communiste qu’imposent les mouvements révolutionnaires devenus pouvoirs autoritaires et policiers (Frederic Wakeman) a dû s’exprimer « par correspondance » (Robert Bickers), en référence aux institutions « hors sol » des concessions, ou s’investir dans des dimensions et dans des espaces dont l’existence, plus ou moins tolérée (elle ne le sera plus par le pouvoir maoïste dans sa phase la plus fermée), n’a pas eu d’effet direct sur la structure de l’État politique. Le mouvement amorcé au début du xxe siècle dans le cadre des institutions par les élites de l’empire (Zhang Kaiyuan et Tian Tong) s’est brisé. Ce qui se joue de nos jours avec la concomitance du déplacement urbain de la société et de l’abandon de la révolution par le pouvoir est peut-être moins un renouvellement des contenus et des attentes de la citoyenneté (Isabelle Thireau et Hua Linshan) qu’une possible mise en relation de ses expressions confuses et fragmentées. La question de l’institutionnalisation qui fut posée et temporairement résolue au début du xxe siècle au moment de la sortie de l’empire se repose à la sortie de la révolution, sans solution autre que celle, suspendue à l’évolution du continent, qui prévaut à Taiwan.

  • 151 Rappelons que Liang Qichao instaure le questionnement sur la « capacité politique » du peuple (zhe (...)

141Tel que nous venons d’en retracer le parcours, ce travail ne s’observe pas dans la société indépendamment de l’État, même lorsque se dessinent des figures d’action et des modes d’existence qui bénéficient de la distance ou du retrait du pouvoir. La règle de méthode générale renvoie l’histoire sociale au politique. Elle revêt dans la crise de l’État-nation post-impérial une pertinence singulière dont l’écriture postmoderne de l’histoire rend la réaffirmation nécessaire. Face à la segmentation de l’État et du social en dépit de « retours » dont la forme inconstituée n’a pas relancé le chantier institutionnel ouvert au début du siècle, le regard segmenté de la nouvelle histoire culturelle ne voit plus la question décisive de l’institutionnalisation de la citoyenneté. La problématique des trajectoires historiques que nous nous sommes attachés à restituer permet d’y repérer deux configurations et de rapporter ces figures à deux conjonctures de la « capacité politique » du social (pour reprendre le concept forgé par Liang Qichao à l’aube du xxe siècle) après l’échec de sa première institutionnalisation politique151. Les deux parties dans lesquelles nous avons rassemblé les douze essais qui forment la matière de ce livre n’organisent donc pas la confrontation de la société et du pouvoir. Elles n’opposent pas davantage une période où une société sans État, riche d’expressions citoyennes, s’affirmerait pleinement et librement, à une période où un retour du pouvoir éliminerait le politique du social avec sa liberté d’action.

142Des années 1910 aux années 1920, la première conjoncture exagère la capacité politique du social urbain. La rupture des dynamiques institutionnelles portées par les élites de l’empire (Zhang Kaiyuan et Tian Tong), la crise de l’État-nation, l’effondrement du régime représentatif, provoquent une désinstitutionnalisation du politique qui libère momentanément les forces sociales mais expose en même temps la fragilité de leur action en privant celle-ci des cadres porteurs de l’apprentissage et de l’exercice de la citoyenneté. L’indétermination institutionnelle de l’âge d’or biaise le « travail de la démocratie » dans la société urbaine. La citoyenneté se trouve et se perd tout à la fois au long de chemins de traverse que les historiens doivent emprunter à sa suite : activisme local et carrière publique à Tianjin (Laurent Galy), subjectivité et publicité (Bryna Goodman), endossement des activités « traditionnelles » du notable par les marchands de la région cantonaise (Ho Puyin), « citoyenneté par correspondance » des habitants chinois de la concession internationale à Shanghai (Robert Bickers). Aux portes mêmes de Shanghai, la conjoncture de l’» âge d’or » n’a pas eu d’effets politiques sur les campagnes (Lucien Bianco) mais, entre ombres et lumières, l’espace citadin et citoyen du premier âge de la république est bien, du moins en certaines métropoles, un nouveau monde de la ville.

143Des années 1930 aux années 1950, entre l’instauration de l’État-Guomindang, la guerre et l’installation urbaine du parti-État communiste, la deuxième conjoncture exagère quant à elle le trait que soulignaient l’» illusoire modernité » de la première et le caractère artificiel de la liberté d’action du social : cette liberté ne s’exerce qu’entre des pouvoirs qui la contraignent ou parfois la protègent et la soutiennent mais ne l’instituent pas. Ce sont donc encore des chemins de traverse que doivent suivre les historiens sur les traces des entrepreneurs shanghaiens (Xiaohong Xiao-Planes), des notables réformateurs de Xi’an (Pierre-Étienne Will), des policiers du Shanghai de l’occupation (Frederic Wakeman) et des ouvriers du Shanghai de la libération (Alain Roux). Un deuxième âge d’or des industries cotonnières, lui aussi conjoncturel (Wang Ju), ne suffit pas à doter la société urbaine d’un poids social qui lui permettrait d’affirmer sa liberté en organisant l’histoire autour d’elle. C’est elle au contraire qui est progressivement réorganisée dans la sphère du pouvoir communiste. La même question se pose aujourd’hui avec le nouvel essor des villes chinoises et l’urbanisation de la société. La migration des ruraux en direction des villes déplace de vieilles lignes de force et, pour le moment, change l’échelle plus que les contenus du travail citoyen (Isabelle Thireau et Hua Linshan). Son institutionnalisation est une question qui demeure en suspens : la question politique originaire du siècle, court-circuitée par les dynamiques révolutionnaires, puis suspendue par le cours autoritaire des révolutions, revoit le jour en même temps que celle de la forme politique de l’État chinois – État-nation en devenir problématique – est reposée dans le nouveau contexte de la mondialisation.

144Le critère conjonctural est donc moins l’absence ou la présence de l’État que l’action et l’expression du social face à la désinstitutionnalisation des relations entre la société et l’État. Dans le premier cas, l’État central affaissé ne fait plus figure de référence : le social prend en charge sa destinée propre et celle du pays. Mais cette conjoncture, si caractéristique de l’activisme social et de l’action citoyenne de la fin des années 1910 et des années 1920, englobe les itinéraires de biais que doivent emprunter les activistes qui ne bénéficient pas de la protection stable des concessions : ils sont d’ores et déjà des citoyens d’entre-pouvoirs. Une nuance supplémentaire s’impose : la distinction que nous établissons entre deux conjonctures et deux figures du travail citoyen se justifie-t-elle en dehors de quelques pôles métropolitains ? Le verre grossissant de Shanghai est-il de quelque utilité pour suivre la trajectoire politique de la société urbaine ?

145Ce qui sugggère une réponse positive ne tient pas à la structuration des sociétés urbaines en elles-mêmes, mais aux aléas de la construction étatique post-impériale. Dès l’« âge d’or » apparaît l’élément qui va instaurer la seconde conjoncture en réorganisant l’espace politique : le parti, vecteur du social et organisateur d’un pouvoir militaro-territorial. L’État central réaffirmé (par les deux systèmes de parti-État qui rivalisent au cours des années 1930 et 1940) n’institue pas l’action publique des citoyens, mais, dans la perspective même de l’État révolutionnaire, la puissance publique redevient l’horizon de référence de l’action sociale. C’est l’État, au travers de ses différentes figures, et non plus le social, qui est censé sauver la nation, réformer le pays, instituer l’intérêt général, orchestrer la révolution. Le pendule de l’action sociale repasse du côté politique à partir des années 1930. Avec bien des nuances dans le temps et dans l’espace (Changsha, où Mao Zedong opère dans les années 1920, est-il si différent du Xi’an des années 1930 ?), et, compte tenu du moment totalitaire extrême (les années 1950-1970), la pérégrination citoyenne de la société urbaine épouse une courbe chronologique qui justifie la succession de deux conjonctures et de nos deux parties.

Notes

1 Petit Larousse illustré 2005. Citadin : Personne habitant une ville, […] adaptée à la ville. Citoyen : Membre d’un État, considéré du point de vue de ses devoirs et de ses droits civils et politiques.

2 Dans son ouvrage publié en 1971 (The Treaty Ports and China Modernization : What went wrong ?, Ann Arbor, University of Michigan), R. Murphey est revenu sur ses appréciations antérieures, mais en minimisant, sans doute à l’excès, le rôle de Shanghai et des ports ouverts dans le processus de modernisation de la Chine.

3 Yu Yingshi, Zhongguo jishi zongjiao lunli yu shangren jingshen (L’éthique religieuse et la mentalité des marchands dans la Chine prémoderne), Taipei, éd. Lianjing, 1987. La question doit être appréhendée à la lumière du rôle joué par le marché dans le fonctionnement de l’économie et dans celui de l’État. Voir P.-E. Will, « Appareil d’État et infrastructures économiques dans la Chine prémoderne » in R. Lew et F. Thierry (éd.), « Bureaucraties chinoises », Asie-débat n° 3, 1986, p. 11-41.

4 Exemple à propos de l’histoire de Shanghai avant l’ère des concessions : Johnson (1995). De nombreuses monographies publiées en Chine ces dernières années, axées sur le temps présent et sur l’« espace » de la ville (voir ci-dessous), comportent des perspectives d’histoire longue.

5 Il est impossible de donner une idée, même approximative, de la très riche bibliographie qui témoigne de ce renouveau historiographique sous tous les aspects de la vie sociale et dans de nombreuses régions et localités de l’empire à la fin de l’époque impériale. La synthèse déjà ancienne de S. Naquin et E. Rawski (Chinese Society in the Eighteenth Century, New Haven, Yale University Press, 1987) demeure une excellente introduction.

6 Même remarque. S. Mann a donné une utile problématisation synthétique de la question (Mann, 1984). La recherche a progressé en localisant l’étude des relations entre les élites locales et la bureaucratie, ce qui soustrait l’analyse aux généralisations systémiques caractéristiques de l’approche d’un Weber (1921) ou, chez les spécialistes, d’un Balazs (1968). Sur le cas spécifique des marchands locaux, voir Mann (1987).

7 Sous les Qing, les élites locales, rurales et urbaines étaient appelées à coopérer avec les fonctionnaires dans une multitude de domaines dont la convergence non institutionnalisée a autorisé certains auteurs à parler d’un « gouvernement informel » des notables : affermissement du contrôle social, régulation de l’activité économique, financement et gestion de projets éducatifs, d’équipements publics, de greniers publics, etc. Il y aurait là aussi une très abondante bibliographie à citer. P.-E. Will, à propos du stockage et du marché des grains destinés à prévenir les disettes au xviiie siècle (Bureaucratie et famine en Chine au 18e siècle, Paris, Mouton-EHESS, 1980), a développé l’analyse d’un État moderne construit « à l’économie » : la rationalisation bureaucratique, intégrant le coût (fiscal, social) de son perfectionnement, repose sur un sous-système (non institutionnalisé) de délégation, en créant non point des corps intermédiaires mais des corps subsidiaires Nous verrons dans un instant que ces faits infirment les interprétations fondées sur la dynamique européenne de la société civile. Notons aussi que, contrairement aux thèses classiques sur la bureaucratie, celle-ci modernise l’État sans écraser ni écrêter le social.

8 Les habituelles généralisations… culturelles sur « la » culture magnifient la haute culture lettrée au point d’occulter les « petites traditions » locales, ou, au contraire, exaltent celles-ci en condamnant la « grande tradition », qui ne serait que l’idéologie du système bureaucratique. La recherche a dépassé ces clivages tenaces en analysant avec précision, dans l’espace et dans le temps, la construction sociale des liens symboliques, notamment à partir de l’institution et des pratiques cultuelles. Les fameuses « religions populaires » sont en fait des cultes non officiels territorialisés (ainsi que M. Granet l’avait montré, dès 1951, dans La Religion des Chinois Paris, PUF, 1951) dont les cérémonies associent notables locaux, lettrés et fonctionnaires (ainsi que les populations locales) dans un espace de recouvrement où s’effectuent des processus de reconnaissance et de hiérarchisation qui renvoient la diversité des situations concrètes à l’unité de la « métaphore impériale » (S. Feuchtwang). Sur la trajectoire historique de cette articulation, on consultera en particulier K. Dean, Taoist Ritual and Popular Cults of Southeast China (Princeton (NJ), Princeton University Press, 1993) ainsi que les contributions (pour la période Ming-Qing) au colloque “State and Ritual in East Asia”, European/North American Scholarly Cooperation in East Asian Studies, Paris, 1995 : R. Taylor, “Local Altars, Temples, and Shrines : Official Religion and its Transformation in the Ming and Qing” (publié dans le T’oung Pao, vol. LXXXIII/1-3 (1997), p. 93-125, sous le titre “Official Altars, Temples and Shrines Mandated for all Counties in Ming and Qing”) ; D. Johnson, “Guan Sai : Officially sponsored large-scale Liturgical/Operatic Performances in Southeastern Shanxi” (publié ibid., p. 126-161, sous le titre “ ‘Confucian’ Elements in the Great Temple Festivals of Southeastern Shansi in Late Imperial Times”) ; W. T. Rowe, “Jiaohua : Social Regeneration through Ritual in Eighteenth-Century China” (non publié) ; Kenneth Dean, “The Organization of Ritual Space : Transformation of the li and the she in the Ming and Qing” (id.).

9 L’organisation et la légitimité des lignages dépassent la question des seules élites. Sur leur montée en puissance (qui dépasse le cadre du seul xviiie siècle), voir la mise au point récente dans Annales Histoire, Sciences sociales, 61, n° 6, nov.-déc. 2006.

10 G.W. Skinner, “Marketing and Local Structures”, Journal of Asian Studies, Part I : 24-1 (Nov. 1964), p. 3-44. Part II : 24-2 (Feb 1965), p. 191-228. Part III : 24-3 (May 1965), p. 363-399 ; “Cities and the Hierarchy of Local Systems”, p. 275-351 et “Regional Urbanization in Nineteenth Century China”, p. 211-249 in The City in Late Imperial China, Stanford University Press, Stanford (CA), 1977.

11 Le problème de l’institutionnalisation est également abordé, dans une perspective différente, par R. Bin Wong, China Transformed : Historical Change and the Limits of European Experience, Ithaca/New York, Cornell University Press, 1997. En faisant place à des autonomies que l’on peut dire « interstitielles » ainsi qu’à une dynamique historique, cette configuration se sépare nettement des interprétations classiques de la bureaucratie et de ses effets en Chine chez M. Weber, K. Wittfogel ou E. Balazs, sans autoriser l’interprétation par la montée d’une société civile (voir la critique de ce schéma interprétatif ci-dessous).

12 Le reflux des schémas systématiques que l’on constate à propos de l’histoire sociale chinoise vaut également pour l’histoire européenne. Ainsi, l’affirmation politique rarement violente du patriciat urbain européen, surestimée au xixe siècle, au temps où la « bourgeoisie conquérante » (C. Morazé) se cherchait une légitimité prérévolutionnaire, doit être relativisée. L’exposé classique se trouve chez H. Pirenne (1937), la contestation, sans doute excessive, chez D. Barthélémy (1990). J.-L. Pinol (2003), p. 495-526, présente une bonne mise au point récente de cette controverse. Quelles qu’aient été les trajectoires européennes, la question des droits et de leur institutionnalisation sépare nettement le contexte européen et le contexte chinois.

13 Les historiens débattent notamment de l’ampleur, des ressorts et de l’emprise géographique de la « révolution économique » (ou technique) des Song. Pour une approche renouvelée de ces problématiques, situant les nouveautés Song dans une perspective territoriale, voir C. Lamouroux (« Commerce et bureaucratie dans la Chine des Song (xe-xiiie siècle »), Études rurales, janvier-juin 2002, p. 183-214). R. von Glahn (éd.), The Song-Yuan-Ming Transition in Chinese History, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2003, renouvelle également les approches du contexte social en faisant la part des structures lignagères et des scansions intervenues dans cette ligne de force historique (voir les références citées plus haut).

14 Voir également Billy K.L. So, Prosperity, Region, and Institutions in Maritime China : The South Fukien Pattern, 946-1368, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2001, et « Logiques de marché dans la Chine maritime. Espace et institutions dans deux régions préindustrielles », Annales Histoire, Sciences sociales, 61 n° 6, nov.-déc. 2006, p. 1261-1288.

15 P.-E. Will, « Science et sublimation de l’État en Chine pendant la période impériale tardive », Actes de la recherche en sciences sociales, 133, juin 2000, p. 13-25, montre que le mouvement à la fois raisonné et pragmatique de construction étatique par la bureaucratie induit une tension avec la définition supra-étatique du pouvoir impérial.

16 L’adverbe de temps est important, car nous ne ferons pas état, sinon par allusion, de schémas plus anciens, notamment ceux qui tournaient autour de la problématique de la modernisation.

17 On reconnaîtra dans la branche idéologique de l’alternative le schéma hérité de Weber. L’explication politique (ancienne) par le despotisme « oriental » (notamment chez Montesquieu) a connu des variantes sociologiques (modernes), notamment avec la mise en évidence de la structure bureaucratique du pouvoir. Le premier Wittfogel et Balazs ont historicisé ce schéma, hérité du « mode de production asiatique » du jeune Marx (et de Weber), en le rapportant à l’époque des Liao et des Song.

18 L’image d’un enfermement du dynamisme chinois (il est fait allusion ici à W. Jenner, The Tyranny of History : the Roots of China’s Crisis, Londres, Penguin Books, 1992) est l’une des multiples variantes (avec l’« empire immobile ») d’une vision a-historique du monde chinois qui s’est mise en place à partir du début du xixe siècle.

19 M. B. Rankin, “The Origins of a Chinese Public Sphere : Local Elites and Community Affairs in Late Imperial China”, in Études chinoises, 1990, vol. 9/2, p. 13-60. Cette contribution est essentiellement descriptive et n’aborde qu’incidemment la problématique piégée de la « sphère publique ».

20 W. T. Rowe (1984 et 1989).

21 M.-C. Bergère : compte rendu de W. T. Rowe (1984), in Études chinoises, vol. IV/1 1985, p. 155-158 ; compte rendu de W. T. Rowe, in Études chinoises, vol. VIII/2 automne 1989, p. 144-148.

22 Nous parlons ici d’expérience historique et non de théorie, encore que le moment théorique fondateur ne soit pas toujours compris lorsqu’il passe pour avoir opposé l’État au social. S’il est vrai, en effet, que dans sa philosophie du droit Hegel dépasse le concept de la société civile par celui de l’État (alors que le jeune Marx, critique de Hegel, les réunit dans celui de la démocratie), la hiérarchisation hégélienne ne se résume pas à l’extériorité qu’y voient les commentateurs pressés. Le mouvement dialectique du social et de l’État suppose le travail de l’un par l’autre : l’État moderne est un processus social institutionnalisé.

23 Points de vue critiques dans T. Brook, B. M. Frolic (1997), K. E. Brødsgaard, D. Strand (1998). Exemple d’analyse d’une trajectoire historique, qui plus est non shanghaienne (celle des marchands de sel de Tianjin entre construction de l’État et société civile), dans Kwan Man Bun (2001).

24 L’oxymore est dû à M. Frolic (Brook et Frolic 1997).

25 L’État étant lui-même l’un de ces assemblages sociaux, sans doute plus densément, plus délibérément construit et articulé que d’autres, et de ce fait pleinement institutionnalisé. Perspective générale et critique dans R. Bin Wong, China Transformed…, op. cit.

26 Notons que l’une des questions qui ont été renouvelées (ici encore sous l’angle de la mobilité et de l’analyse territoriale) est celle de l’écart entre la Chine et l’Europe. K. Pommeranz (The Great Divergence : China, Europe, and the Making of the Modern World Economy, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2000) n’explique plus son creusement au xixe siècle par un déterminisme antérieur et général (le fait, longtemps tenu pour acquis à la suite du Pattern of the Chinese Past de M. Elvin, (Stanford (Cal.) Stanford University Press, 1973), que la Chine serait, à la fin du xviiie siècle, un « monde plein » incapable de rénover sa croissance sur le plan qualitatif). La Chine et l’Europe, qui faisaient jeu égal en juxtaposant l’une et l’autre des zones d’inégal développement, se séparent lorsque dans la zone euro-atlantique apparaissent de nouvelles inégalités liées aux commerces et aux techniques qui vont « lancer » la révolution industrielle dans des régions spécifiques d’un Occident qu’il faut cesser d’essentialiser et d’homogénéiser, car ce mouvement y crée des poches de non-développement dont le sort est comparable à celui des aires périphériques, dont certaines zones se mettent assez rapidement au diapason. En d’autres termes, les nouvelles inégalités du développement industriel s’élargissent rapidement de l’Europe au monde. Certaines régions chinoises rattraperont rapidement le peloton de tête, mais l’équilibre à l’échelle chinoise ne pourra être rétabli… avant l’actuelle phase de la mondialisation.

27 La question, excellemment posée par P. Huang (Civil Justice in China : Representation and Practice in the Qing, Stanford (Cal.), Stanford University Press, 1996), n’est plus, d’une part, celle de la formalisation du droit en Chine (son existence et sa précocité sont des points acquis) ni d’autre part, celle de l’existence de pratiques juridiques dans le domaine civil (elles sont abondamment attestées dans les pratiques de l’administration et de la société à la fin des Qing) : elle est celle de la non-institution du droit dans ce domaine pourtant florissant. Sur la genèse historique de ce décalage, voir R. Bin Wong (China Transformed : Historical Change…, op. cit., 1997). J. Bourgon (“Uncivil Dialogue : Law and Custom did not Merge into Civil Law under the Qing”, Late Imperial China, vol. 23, n° 1, juin 2002, p. 50-90) récuse les catégories de « droit coutumier » et de « droit civil » utilisées par divers auteurs (dont P. Huang) afin de rendre compte du décalage. On peut y voir sans aucun doute des « traditions inventées », mais cela ne résout pas le problème de la non-institution du champ du droit dans le domaine des affaires civiles par comparaison non point avec un modèle abstrait (et occidental) du droit, mais avec l’institution forte et ancienne du droit du point de vue pénal.

28 Le “cultural nexus of power” analysé par P. Duara, Culture, Power and the State, Rural North China 1900-1942, Stanford (Cal.), Stanford University Press, 1988, désigne l’ensemble des liens à l’État non institués par l’État, tels qu’ils subsistent dans la crise de l’État républicain après la chute de l’empire. Les dynamiques locales de construction étatique ne parviennent ni à rétablir l’équilibre impérial ni à institutionnaliser l’État dans les campagnes (P. Duara diagnostique une « involution »).

29 Classicism, Politics, and Kinship : the Chang-chou School of New Text Confucianism in Late Imperial China, Berkeley, University of California Press, 1990.

30 La question du continuum entre élites officielles et élites locales a été amplement étudiée et débattue en liaison avec la nature du politique qui était ainsi produit, notamment à la toute fin de l’empire. J. W. Esherick et M. B. Rankin (1990) ont rassemblé des contributions qui tentent de formuler en termes de « structures de domination » et d’hégémonie (au sens gramscien) le problème autrefois subsumé sous l’espèce du « contrôle social » : voir l’irremplaçable Rural China. Imperial Control in the Nineteenth Century, de Kun-chuan Hsiao (Seattle, WA, University of Washington Press, 1960) et F. Wakeman Jr et C. Grant, Conflict and Control in Late Imperial China, Berkeley, University of California Press, 1985.

31 Sur les risques et les subterfuges de l’opposition et de la critique politiques chez les lettrés des Qing, voir P. H. Durand, Lettrés et pouvoirs. Un procès littéraire dans la Chine impériale, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

32 P. Kuhn, Les Origines de l’État chinois moderne, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

33 B. Keenan, Imperial China’s Last Classical Academies : Social Change in the Lower Yangzi, 1864-1911, Berkeley, Institute of East Asian Studies, University of California, 1994 ; Roger R. Thompson, China’s Local Councils in the Age of Constitutional Reform, 1898-1911, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995.

34 Ce mouvement historiographique va de pair avec la redécouverte par les intellectuels chinois de l’odyssée des Lumières avant la période du 4 mai 1919. Panorama synthétique de cette « première expérience démocratique » dans X. Xiao-Planes (2007). Sur la trajectoire de la construction du politique dans son rapport à l’occidentalisation des idées et à la question de la culture, voir Chevrier (2007a). Sur la réévaluation de la signification politique du discours des réformes dans les années 1890, voir notamment R. Karl et P. Zarrow (éd.), Rethinking the 1898 Reform Period : Political and Cultural Change in Late Qing China, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002.

35 Sur ces enchaînements et sur les relais sociaux insuffisants de l’institutionnalisation, voir Chevrier (2007a), p. 383-386 et 414-427 ; sur la poursuite à bas bruit du travail constitutionnel dans le chaos des seigneurs de la guerre, voir X. Xiao-Planes (2007).

36 Shanghai, tout comme Hankou, était déjà une assez grande ville qui produisait du textile et qui disposait d’une flotte marchande de jonques de haute mer bien avant son « ouverture » lors des guerres de l’Opium. Outre Johnson (1995) déjà citée, voir Goodman (1995).

37 Pour la période républicaine, M.-C. Bergère 4.39 présente un bilan historiographique et critique. Rappelons que le débat peut être suivi dans Chevrier (1995).

38 Excellente étude (à propos de Shanghai et de son environnement provincial) des interactions complexes entre la ville à l’ancienne manière, lieu central de territoires qui comptent autant qu’elle, telle que la « pratiquent » les notables, et la ville neuve, qui polarise les ressources, les réseaux, l’action et l’attention – ici autour de l’agitation révolutionnaire et de la presse radicale – dans M. B. Rankin (1971). Il convient également de souligner les interactions complexes entre les noyaux étrangers et le tissu socioculturel chinois sans déséquilibrer l’analyse. M. B. Rankin, de nouveau, au sujet du Zhejiang, développe cette analyse à propos du processus de changement sociopolitique qui caractérise la fin des Qing (1986). Voir également la présentation des « villes de la côte » par Yeung Yue-man et Hu Xu-wei (1992), ainsi que le tableau synthétique brossé par M.-C. Bergère (1. 8).

39 Lanning et Couling (1921) ; Pott (1928) ; Maybon et Fredet (1929) ; Des Courtils (1934).

40 Renouvin (1946).

41 Y. Chevrier, « Mort et transfiguration : le modèle russe dans la révolution chinoise », in Extrême-Orient, Extrême-Occident, « L’Idée révolutionnaire et la Chine. La question du modèle », n° 2, 1983, p. 41-109, et A. Pantsov, The Bolsheviks and the Chinese Revolution, 1919-1927, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2000.

42 L’auteur insiste sur l’extrême fragmentation du monde ouvrier, encore encadré par ses structures d’ancien régime derrière le succès apparent du syndicalisme révolutionnaire marxiste-léniniste.

43 Sur « l’art de la grève », voir A. Roux, « La stratégie léniniste de la grève en Chine : essai de bilan », Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 2, 1983, p. 189-205.

44 L’ouvrage de référence est Walder (1986).

45 F. Gipouloux (1986).

46 Voir également Lee Ching Kwan, Gender and the South China Miracle : Two Worlds of Factory Women, Berkeley, University of California Press, 1998.

47 M. Bastid-Bruguière, L’Évolution de la société chinoise à la fin de la dynastie des Qing, 1873-1911, Paris, Éditions de l’EHESS, 1979.

48 L. Bianco, « Les paysans et la révolution : Chine, 1919-1949 », in Politique étrangère, 1968, vol. 33, nos 2-3, p. 117-141, et L. Bianco (2001 et 2005).

49 J. Revel (Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, Éditions Galaade, 2006), donne un panorama et une analyse critique de ces mouvements.

50 M.-C. Bergère, « Les Problèmes du développement et le rôle de la bourgeoisie chinoise : la crise économique de 1920-1923 », thèse restée inédite. On en trouve une partie dans Capitalisme national et impérialisme : la crise des filatures chinoises en 1923 (1.4) et le reste, très remanié et élargi par dix ans de recherches nouvelles et des hypothèses différentes, dans L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, 1911-1937 (1.5). L’auteur y expose (p. 11-18) ses « itinéraires ».

51 Rappelons que la distension, à la fin de l’empire, caractérise non pas une disjonction, mais une articulation de la formation du social et du politique dont ne découlent pas des processus d’institutionnalisation intégrée tels qu’ils sont repérables dans les trajectoires historiques européennes.

52 M.-C. Bergère, 2.3, p. 316.

53 Voir également Coleman (1984).

54 « Shanghaï ou “l’autre Chine”, 1919-1949 » (Bergère, 4.11). Dans la même optique, l’histoire sociale contribue à éclairer, sur la scène régionale et à propos de la « crise asiatique » de la fin des années 1990, le binôme symbolique constitué par « le mandarin et le compradore » (Bergère, 1.11). À la veille de la crise de 1989, des intellectuels chinois mirent en scène une double tradition chinoise en contrastant la Chine autoritaire, bureaucratique, continentale et fermée du mandarinat et des empereurs (la « Chine jaune ») et la « Chine bleue » des marchands et des ouvertures maritimes, longtemps négligée ou minimisée par la tradition officielle.

55 M. Bastid, M.-C. Bergère et J. Chesneaux, La Chine, l’illusoire modernité 1885-1921 : de la guerre franco-chinoise à la fondation du Parti communiste chinois, Paris, Hatier, 1972.

56 L. Bianco, “Peasant Responses to CCP Mobilization Policies, 1937-1945”, in Saich Tony & Van de Ven Hans J. (ed.) New Perspectives on the Chinese Communist Revolution, Armonk, N.Y., M.E., Sharpe, 1995.

57 S. C. Averill, “The Transition from Urban to Rural in the Chinese Revolution”, in The China Journal, n° 48, July 2002, p. 87-121.

58 L’analyse de ce retour, prospective en 1987 (« Le retour des capitalistes ? », Bergère 4. 23b ), est devenue centrale : voir Capitalismes et capitalistes en Chine des origines à nos jours publié en 2007 (Bergère 1.15).

59 Chevrier (2007b), p. 460-481.

60 Les textes du Xinmin shuo (La rénovation du peuple) qui traitent de ce point, « Lun zhengzhi nengli », furent rédigés au tournant des années 1904 et 1905. Afin de penser ce transfert, Liang explora la voie de la modernisation du pouvoir sous l’espèce du despotisme éclairé et d’une vision organiciste de l’État-nation. À la fin des années 1900, tout en demeurant favorable à un pouvoir fort, il devint partisan de l’institution de l’État, d’abord sous la forme de la monarchie constitutionnelle (contre les révolutionnaires républicains), puis sous celle de la république, à laquelle il se rallia dès 1912, mais dont il favorisa l’évolution autoritaire avec Yuan Shikai.

61 Philosophe qui joue un rôle de premier plan lors du mouvement démocratique de 1989. Installé aux USA depuis 1991. Auteur notamment avec Liu Zaifu d’un ouvrage intitulé Adieu à la Révolution, aperçu rétrospectif de la Chine au xxe siècle (Gaobie geming - huiwang ershi shiji de Zhongguo). HongKong. Tiandi tishi gongsi, 1995).

62 Nous retrouvons sous cet angle le rôle spécifique, que l’on ne saurait minimiser, des foyers de renouveau que furent les concessions. Les ramifications sociales et territoriales ajoutées par la recherche à la réalité initiale (de simples « poches » étrangères en terre chinoise), tout comme l’insistance sur les dynamiques historico-politiques du social chinois, ne doivent pas conduire à sous-estimer leur rôle. Cet équilibre est fortement manifesté et argumenté (notamment contre les tenants d’une société civile d’origine purement chinoise) dans Rankin (1986) et, bien entendu, par M.-C. Bergère avec le concept de l’« autre Chine ».

63 Ces interrogations, aujourd’hui comme hier, sont souvent formulées en termes strictement intellectuels ou culturels, alors que les transferts dus à la nouvelle articulation des contextes sont indissociables de pratiques sociales : la liaison avec l’histoire des noyaux modernes que sont les concessions prend ici tout son sens. Elle est au cœur des travaux (déjà cités) de Mary Rankin sur le Zhejiang (1971 et 1986) et fait l’objet d’une enquête passionnante de Natascha Vittinghoff (2001) sur les pratiques, à Shanghai, de la liberté de la presse et les procédures juridiques afférentes (2001, nos 4-5, p. 393-455).

64 Chevrier (2007b), p. 454-459.

65 M.-C. Bergère 1.8, p. 400-450.

66 Les intellectuels « progressistes » qui s’opposent à la dictature du Guomindang dans les années 1930 développent des conceptions moins élitistes de la démocratie représentative (Vidal 2006) ; beaucoup n’en sont pas moins prisonniers de la nécessité de l’État : le moyen terme (comme chez Hu Shi) est alors le « gouvernement des experts ».

67 Cette problématique qui tend à faire des intellectuels la figure symétrique et inverse d’une introuvable société civile circule d’une manière plus ou moins explicite dans nombre d’ouvrages. Elle a été exposée sous un angle critique et comparatif par R. Lew (L’Intellectuel, l’État et la Révolution. Essai sur le communisme chinois et le socialisme réel, L’Harmattan, Paris, 1997).

68 Voir la tentative d’historicisation d’une question piégée par le culturalisme dans Extrême-Orient, Extrême-Occident : « Du lettré à l’intellectuel : la relation au politique » (sept. 1984, n° 4).

69 L’étude (déjà mentionnée) de X. Xiao-Planes (2001) sur l’institutionnalisation du politique à l’époque des « nouvelles politiques » est également une enquête sur les activistes des sociétés d’éducation, qui sont essentiellement des intellectuels (des éducateurs) en même temps que des membres actifs des élites locales et provinciales.

70 Passeurs d’idées, d’idéologies, de pratiques (il faudrait citer l’abondante bibliographie consacrée à l’action des activistes en direction des milieux non intellectuels, urbains et ruraux), mais aussi récepteurs et adaptateurs des traditions locales de la culture populaire. Sous ce dernier rapport prévalent les études consacrées à la littérature, et notamment à la littérature d’inspiration populaire (Huang Chang-tai 1985).

71 Wong Wang-chi (1991) étudie ainsi les idées politiques radicales qui s’expriment dans la littérature à travers une solide monographie de la Ligue des écrivains de gauche entre 1930 et 1936.

72 Notons l’intéressante enquête menée par Jérôme Bourgon (2007) sur la différenciation des professions juridiques à la fin des Qing à partir du socle (lui-même déjà différencié par la spécialisation des fonctions, des savoirs et des statuts) de la fonction publique et des élites sous-jacentes. Des « cols blancs » aux intellectuels, Xu Xiaoqun (2001) analyse (à travers le développement des associations professionnelles) la différenciation sociologique et l’essor des « professionals ». Julia Strauss (1998) étudie, quant à elle, le personnel administratif et la politique du personnel à la faveur d’une histoire de la construction de l’État entre 1927 et 1940.

73 Nous reviendrons ci-dessous sur cet important ouvrage, à propos des tendances actuelles de l’histoire de la société urbaine au regard de la question de la politisation du social dans les années 1920-1930.

74 Par exemple, la « civilisation » des grands magasins. Voir l’ensemble – comparatiste – présenté par K. L. MacPherson (1996) et la somme rassemblée par S. Cochran autour de l’« invention » d’une grande artère commerciale shanghaienne – Nanjing Road (Cochran 1999). Sur le pan opposé – petit commerce et vie quotidienne –, voir Lu Hanchao (1994, 1995 et 1999). Sur les maisons de thé, Shao Qin (1998) ; sur les fumeries et les fumeurs d’opium, à Canton, X. Paulès (2004 et 2005).

75 Au carrefour du « commerce », de la « culture » et de la « modernité » (Yeh Wen-hsin 1997 et 2000), la publicité est devenue l’un des phares de l’histoire culturelle. Voir également l’enquête de S. Cochran sur la publicité médicale et, sous la houlette du même auteur, la synthèse déjà citée sur la « civilisation du commerce » à Shanghai (Cochran 1999).

76 Le cinéma comme industrie, art et loisir est l’objet de nombreuses études, inévitablement focalisées sur son épicentre : les studios et les spectateurs shanghaiens (Zhang Yingjin 1996 et surtout 1999). La dimension politique du nouveau médium n’est pas oubliée (voir l’étude du cinéma de gauche par Pang Laikwan, 2002).

77 Parmi les études consacrées à la prostitution, rappelons celle (déjà citée) de C. Henriot (1997).

78 Rappelons, à cet égard, l’étude de Christian Henriot (1997) sur la prostitution à Shangai et celle de Bryna Goodman (1995) sur les huiguan.

79 Les ouvriers de Tianjin ont été également étudiés par J. Fox (1994). Sur les stratifications régionalistes du monde ouvrier, voir aussi Lu Hanchao (1991) ; McQuaid Shiling Zhao (1995).

80 L’un de ses responsables, le célèbre Ma Chaojun (1885-1977), y fit une longue carrière politique et écrivit une histoire du mouvement ouvrier chinois publiée à Taipei en 1959, qui vaut surtout par les documents qu’elle contient.

81 Daniel Y. K. Kwan (1997), p. 156-195.

82 Cet approfondissement fait l’intérêt durable des travaux conduits par J. Chesneaux sur les sociétés secrètes. Il est également l’enjeu de l’étude comparative – une rareté intra-chinoise – menée par K. Stapleton à propos de Shanghai et Chengdu (Stapleton 1996).

83 C. Cornet (1997) ; Wang Ju (1997). Le livre de J.-P. Drège (La Commercial Press de Shanghai, 1897-1949, Paris, Collège de France, 1978) ne relève pas de l’histoire urbaine mais doit être signalé, étant donné l’importance de cette maison d’édition pour l’histoire de Shanghai, notamment en raison des salaires confortables qu’elle versait à de nombreux intellectuels chinois qui étaient ainsi incités à résider dans la métropole.

84 Sur l’institution de la médecine moderne pendant la décennie de Nankin, voir Yip (1995). Pour la période antérieure et la Chine du Sud, voir Bretelle-Establet (2002). Sur Tianjin, voir Rogaski (1996).

85 La même optique se trouve aussi dans l’ouvrage de MacPherson (1987).

86 C. Betta (2000) parle d’« Occidentaux à la marge ».

87 Sur le grignotage de la Chine du Nord (Dryburgh 2000) ; sur la réaction chinoise (Coble 1991) ; sur la guerre de 1932 à Shanghai (Jordan 2001).

88 Voir aussi Bergère (3.21), Brossolet (1999) et Raibaud (2001). Shanghai. L’étude de l’habitat et de la structure urbaine entre 1842 et 1995 donne lieu à une lecture spatiale et sociale du paysage construit autour des lilong (logements collectifs), et du tissu des canaux. Une thèse de géographie (Shu Cao 1994)

89 Exemples : Tianjin (Luo Shuwei 1993), Wuhan (Pi Mingxiu 1993), Chongqing (Wei Yingtao, 1991). L’Académie des sciences sociales de Shanghai a également publié des études extrashanghaiennes qui se rattachent à ce courant : sur les villes côtières du Sud-Est, voir Zhang Zhongli (1996).

90 Une « histoire moderne » (jindaishi) a été publiée dès 1987 sous la direction de Liu Huiwu. Les études spécialisées se sont multipliées depuis lors (Zhang Zhongli 1990), relayant la compilation de matériaux qui caractérisait la phase antérieure – telle l’histoire de la Chambre de commerce générale (Xu Dingxin et Qian Xiaoming 1991).

91 Ming K. Chan, compte rendu de l’ouvrage d’Elizabeth J. Perry, “Shanghai on Strike : The Politics of Chinese Labor” in China Review International, vol. I n° 1, 1994, p. 208.

92 Voir aussi W. David (1991).

93 Esherick (1999), Goldman et Perry (2002), Kirby (2004), Fogel et Zarrow (1997). Sur la création d’un « espace civique » (civic ground), voir également B. Goodman (1995). Il y a d’excellentes études d’histoire intellectuelle du politique dans Imagining the People : Chinese Intel lectuals and the Concept of Citizenship, 1890-1920 (Fogel et Zarrow 1997).

94 S. Pepper (1978).

95 A. Roux, in M.-C. Bergère (éd.) 2.6.

96 Ajoutons aux remarques et aux références précédentes les études rassemblées sous un titre révélateur (“Going local”) par J. Wasserstrom (2003, titre de la 2e partie), notamment celle de H. Harrison, “Newspapers and Nationalism in Rural China, 1890-1929” (Wasserstrom, 2003, p. 83-102).

97 Sur la destinée moderne de systèmes hydrauliques locaux en Chine du Nord, voir Bai Erheng, C. Lamouroux et P.-E. Will (éd.), Gouxu yiwen zalu — Gestion locale et modernisation hydraulique : Jingyang & Sanyuan, Pékin, Zhonghua shuju/ Paris, École française d’Extrême-Orient, 2003 ; C. Lamouroux et Dong Xiaoping, Buguan er zhi : Shanxi sishe wucun shuili guanli ge’an — Gestion de l’eau et hiérarchies rurales, Pékin, Zhonghua shuju/ Paris, École française d’Extrême-Orient, 2003.

98 La question n’est plus tant de comprendre la manière dont les paysans sont mobilisés et la nature (politique ou sociale, communiste ou nationale, démocratique ou totalitaire) du résultat de la mobilisation que de saisir des contextes locaux de pouvoir et la manière dont les dirigeants communistes parviennent à créer un ordre et à affirmer leur légitimité à partir et au-dessus de dynamiques émiettées, désordonnées. Les textes de Mao Zedong prennent ici tout leur sens pragmatique. Sur l’évolution de l’historiographie, voir Bianco (2007). J. Esherick (voir ci-dessous), D. S. G. Goodman (Social and Political Change in Revolutionary China : The Taihang Base Area in the War of Resistance to Japan, 1937-1945, New York, Lanham (NY), Rowman and Littlefield, 2000), Park Sang-Soo (« La révolution chinoise et les sociétés secrètes : l’exemple des Shaan-Gan-Ning et du nord Jiangsu [années 1930-1940] », thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2002) donnent d’excellents exemples de cette approche, qui présuppose celle qui a montré le caractère non « paysan » de la révolution (Bianco ci-dessus, notamment 2003.). C’est bien la question du pouvoir qui est posée : celle de la violence n’apparaît qu’en filigrane. La révolution maoïste se présente comme une construction politique qui repose sur une construction sociale : le parti-État, qui est un « social construct » selon J. Esherick, dont la réflexion s’efforce de saisir les deux côtés de la chaîne : “Deconstructing the Construction of the Party-State : Gulin County in the Shaan-Gan-Ning Border Region”, The China Quarterly, 140 (déc. 1994, p. 1052-1079) et “Ten Theses on the Chinese Revolution”, repris dans Wasserstrom (2003).

99 L’enquête sur ce thème se poursuit sporadiquement, par exemple à propos du Henan entre 1900 et 1937 (Zhang Xin, Social Transformation in Modern China : The State and Local Elites in Henan, 1900-1937, Cambridge (UK) ; New York, Cambridge University Press, 2000).

100 La période de la révolution est abondamment étudiée par les historiens chinois, mais sous l’angle biographique et sous celui des événements politiques plutôt que sous celui des constructions du social et du politique. L’ouvrage de Lucien Bianco auquel il est fait allusion (Les Origines de la révolution…, op. cit. 2007) est à cet égard bien plus qu’un manuel constamment plébiscité. La dernière édition développe la prise en compte globale du phénomène révolutionnaire. On peut débattre à propos du lien établi entre communisme et nationalisme (alors qu’à notre sens ce lien, incontestable et important, peut être historicisé à la lumière d’une histoire de l’État, comme nous le suggérons ci-dessous), ainsi qu’à propos de l’articulation des deux trajectoires qui viennent d’être évoquées – révolution et institutionnalisation. Il n’en reste pas moins que le point de vue historique (comment le qualifier autrement !) reçoit ici une illustration éclatante de son utilité pour la compréhension de la Chine contemporaine.

101 Cette première partie regroupe des contributions d’importance, notamment les “Reflections on a Watershed Date : The 1949 Divide in Chinese History” de Paul A. Cohen, et la reprise des « Dix thèses » de J. Esherick citées ci-dessus (Wasserstrom 2003), ainsi qu’un bouquet d’études locales, elles aussi mentionnées plus haut.

102 Cette formule est adaptée de P. Judet de La Combe et H. Wismann (L’Avenir des langues, Paris, Éditions du Cerf, 2004, p. 117), qui analysent ce processus à l’échelle de l’Europe à partir de la question des langues et des humanités.

103 Bergère (1.12), Histoire de Shanghai, p. 8.

104 Voir le volume thématique de China Quarterly (n° 150, juin 1997) “Reappraising Republican China” et Brødsgaard et Strand (1998).

105 F. Wakeman assombrit également la vision parfois édulcorée du régime nationaliste et de son idéologie traditionaliste en même temps que nationale-corporatiste en suggérant une « révision » qui en fait un « confucianisme fasciste » (Wakeman 1996).

106 C’est le cas pour Chengdu entre 1895 et 1937 (Stapleton 2000) et Canton de 1900 à 1927 (Tsin 2000), ainsi que dans le cadre cosmopolite et « international » de Harbin entre 1916 et 1932 (Carter 2002).

107 Sur la guerre sino-japonaise, l’occupation et la collaboration, voir les approches générales de Boyle (1972), Barrett et Shyu (2001). Approches régionales (Mandchourie) dans Mitter (2000), Yick (1995 : Pékin-Tianjin).

108 Également Bergère, 4.39 « L’épuration à Shanghai (1945-1946). L’affaire Sarly et la fin de la concession française ».

109 Les conclusions de Lieberthal (1980) et Vogel (1969) sont modifiées par les travaux récents sur plusieurs points.

110 Bergère (éd.), 2.6. p. 47-82.

111 Exemple récent dans « D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine », textes réunis et présentés par I. Thireau et Hua Linshan, Études rurales, n° 179, sept. 2007.

112 L’encadrement de la société urbaine a été étudié sous l’angle des comités de quartier, des points de distribution des rations, des postes de police et des danwei, ces « unités de production » qui fournissaient le travail, le logement, la nourriture et le cadre de vie aux citadins qui y étaient enfermés pour la vie sous l’œil vigilant des organisations de base du Parti communiste. Il y a également d’assez nombreuses études sur les systèmes de contrôle territorialisés reposant sur l’enregistrement de la résidence (le hukou). Voir Parish et Whyte (1987).

113 L’approche fondamentale, déjà mentionnée, reste Walder (1986), à compléter par Corine Eyraud, L’Entreprise d’État chinoise : de l’« institution sociale totale » vers l’entité économique ?, Paris, L’Harmattan, 1999, et Lü Xiaobo et E. Perry (1997). Sous l’angle social, les clivages urbains, qui privilégient les entreprises et les salariés titulaires du secteur d’État, ont été encore moins étudiés : voir néanmoins les analyses de D. Davis sur la middle class du « maoïsme réel » – les salariés des services et des entreprises dépendant directement de l’État : Davis (1992). Vue générale dans Chevrier (1990).

114 J.-F. Billeter, « Le système des “statuts de classe” en république populaire de Chine », Genève, Institut universitaire des hautes études internationales, Occasional Papers, fév. 1986.

115 Sur Shanghai durant la révolution culturelle, on dispose de deux ouvrages, celui d’Andrew Walder (1978), exclusivement politique, et celui publié de Li Xun et Elizabeth Perry (1997), plus axé sur les organisations de gardes rouges

116 M.-C. Bergère relève l’importance des pratiques factionnelles « à la base », résultat du détournement en direction d’enjeux matériels et d’objectifs immédiats des « luttes » entretenues par le régime dans un contexte de segmentation, d’ inégalités et de pénurie. Voir M.-C. Bergère, (1.6) La Chine de 1949 à nos jours, Paris, Armand Colin, 3e éd., 2000 ; et (3.3) “China’s Urban Society after Mao”, in Jürgen Domes (éd.), Chinese Politics after Mao, University College, Cardiff Press, 1979.

117 L’analyse de la crise sociale par M.-C. Bergère montre que la sur-politisation artificielle du social n’engendre pas une opposition politique mais une érosion du régime : la population se soustrait au pouvoir non pas en se dressant contre lui, mais en se fragmentant. L’évitement de l’hyperpolitisation maoïste est également analysé par J.-L. Domenach à partir de l’involution (un « enkystement ») des camps du laogai [goulag chinois] qui fait suite au chaos du Grand Bond (Domenach 1992). L’étude des relations informelles entre les entreprises d’État, celle de l’« économie parallèle » ou du repli des communes populaires, la mise en évidence du développement de la culture des « relations » (guanxi), livrent le même diagnostic (sur ce dernier point : Thomas B. Gold, “After Comradeship : Personal Relations in China Since the Cultural Revolution”, The China Quarterly, n° 104, Dec. 1985 ; Mayfair Yang, Gifts, Favors and Banquets : The Art of Social Relationships in China, Ithaca/New York : Cornell University Press, 1994 ; Zhai Yuxia, « Le phénomène des “relations” dans la société chinoise d’aujourd’hui », thèse de l’EHESS, 1997).

118 Les indications qui précèdent (notamment Walder 1986) ainsi que l’analyse de la crise du système maoïste sont autant de chantiers à partir desquels les chercheurs ont pu établir des trajectoires du social sous Mao. On peut y ajouter l’étude longitudinale (déjà citée) de la terreur et des camps par J.-L. Domenach (1992). Cette approche a été complétée par des recherches sur les dynamiques rurales dont nous ne faisons pas état ici.

119 M.-C. Bergère a suivi cette évolution sans y voir l’action d’une société civile. Vue d’ensemble sur cette « société infirme » et sur le lien historique entre les dynamiques de l’après-révolution culturelle et celles de la sortie du maoïsme dans Chevrier (1986) : l’évitement de l’hyperpolitique, la soustraction et le repli ne favorisent pas la construction de liens transversaux dans le social ni la liaison des « positivités diffuses » (J.-L. Domenach) avec les mouvements des intellectuels.

120 Il existe un nombre assez élevé d’études concernant les élites du pouvoir, mais vues sous l’angle de la politique. Margaret M. Pearson (1997) tente une généalogie historique des élites économiques qui s’intéresse essentiellement aux institutions et aux rapports avec le pouvoir. Stéphanie Balme (2004) propose une enquête sociologique.

121 Voir Chevrier (1986). Cette dynamique a pu être interprétée par la suite comme le retour d’une structure distendue comparable – sans déterminisme historique – à celle de la fin de l’époque impériale (Chevrier 1996).

122 Bergère (4.14) « Après Mao, le retour du Vieil Homme », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 1 (janv. 1984).

123 Bergère (1.11). Voir également les recueils : China Quarterly (“Autonomy During the Post-Mao Era” n° 127, Sept, 1991), Davis et Vogel (1990) et Davis, Kraus, Naughton et Perry (1995).

124 Sur les questions que posent ces variations et sur l’historicité de la tyrannie de Mao, Chevrier (2001a).

125 Si l’on entend par « totalitarisme » non pas seulement un régime antidémocratique de contrôle social mais un système de violence politique imposé au social dans une perspective de transformation révolutionnaire. En ce sens, les « métamorphoses du totalitarisme » qu’analyse M. Bonnin (2001) ne caractérisent plus un totalitarisme mais un changement de la forme politique du régime fondé par le communisme chinois.

126 Il y a de bonnes études (non historiques) sur ce point fondamental : Walder (1995), V. Shue (“State Sprawl : The Regulatory State and Social Life in a Small Chinese City” in Davis, Kraus, Naughton et Perry (1995), p. 90-112), Wank (1999), Gore (1998), Kernen (2004), Mengin et Rocca (2002), Rocca (2006), T. Saich (“Negotiating the State : The Development of Social Organizations in China” in The China Quarterly, mars 2000, n° 161, p. 124-141). Voir également B. Hibou (éd.), La Privatisation des États, Paris, Karthala, 1999.

127 Voir les contributions sur la « juridisation » des rapports sociaux et de l’État rassemblées dans Delmas-Marty et Will (2007).

128 Pour certains acteurs et observateurs de la scène chinoise, cette question s’exprime par une revendication forte et simple : mettre en œuvre le contenu démocratique de la Constitution existante. D’autres observateurs (voir S. Balme 2007) analysent la juridisation de l’État et sa « constitutionnalisation ». Dans une perspective d’évolution « par en haut », le réagencement et la remise en forme de la hiérarchie normative pourraient rassembler une part croissante des élites autour d’un partage comportant une désinstitutionnalisation partielle du Parti communiste et l’institutionnalisation partielle d’un champ politique ouvert à d’autres formations.

129 Ce qui fut mondialisé à la fin des Qing n’était pas la formation historique longue de l’État et du social, mais le contexte immédiat de leur transformation moderne.

130 Une histoire de la démocratie en Chine devrait donc nécessairement inclure une histoire de la révolution et de l’État. De ce point de vue, les contributions rassemblées dans La Chine et la Démocratie (Delmas-Marty et Will 2007) n’explorent que l’un des versants du problème.

131 Le recentrage du régime communiste sur les villes n’avait pas produit cet effet. Contrairement au stalinisme, Mao avait présidé à une « concentration sans urbanisation » (G. Fabre), et la grande famine du début des années 1960, que la structuration du régime étendit à de nombreuses provinces, fut épargnée aux villes isolées manu militari des territoires ruraux (J. Becker, Hungry Ghosts : China’s Secret Famine, London, John Murray, 1996). Dans son déroulement historique, le processus de la réforme a tenu compte de cette réalité différenciée en contournant les bastions du socialisme, moins densément édifié et institué dans les campagnes que dans les villes, et pour celles-ci, moins au sud – lieu privilégié des politiques de l’ouverture – qu’au nord (Chevrier 1985 et 1990). L’habileté supplémentaire des « déconstructeurs » que furent les réformistes aura été d’éviter ces lignes de force dans les villes ellesmêmes en y développant la sphère non étatique et en déphasant la planification économique avant de toucher aux bases du salariat socialiste dans les entreprises d’État (B. Naughton, Growing out of the Plan : Chinese Economic Reform, 1978-1993, Cambridge, Cambridge University Press, 1995).

132 Sur Sun Yat-sen et le développement économique, voir M.-C. Bergère (1.10 et 3.12).

133 Voir les travaux de T. Sanjuan, à l’échelle régionale (À l’ombre de Hong Kong. Le delta de la rivière des Perles… 1997) et les analyses générales auxquelles font écho les remarques précédentes (Sanjuan 2000).

134 Voir la thèse inédite d’Émilie Tran (Tran 2008) : l’analyse des nouvelles élites shanghaiennes montre que le premier aspect l’emporte sur le second.

135 Voir le volume collectif déjà cité : Davis, Kraus, Naughton, Perry (1995).

136 D. Palmer, La Fièvre du Qigong : Guérison, religion et politique en Chine, 1949-1999, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

137 Voir notamment Kevin O’Brien et Li Lianjiang, “The Politics of Lodging Complaints in Rural China” in The China Quarterly 143, Sept. 1995, p. 756-783, et Rightful Resistance in Rural China, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, et la thèse en cours de Paul Charon.

138 Des thèses en cours (Wang Kun sur le maillage territorial à Shanghai) ou récemment soutenues (Chloé Froissart, « Quelle citoyenneté pour les travailleurs migrants en république populaire de Chine ? L’expérience de Chengdu », thèse de l’IEP de Paris, 2006), s’attachent à cet angle de vue.

139 La bibliographie, abondante et dispersée, n’est pas toujours convaincante. Voir a contrario les analyses d’E. Perry, notamment in Davis, Kraus, Naughton et Perry (1995) et celles, déjà citées, de Rocca (2006).

140 L’absence d’études d’ensemble sur la stratification sociale et sur le mouvement des élites déséquilibre le regard. Ici aussi, des travaux en cours feront évoluer la situation (voir la thèse déjà citée d’E. Tran à propos de la restructuration des élites du pouvoir à Shanghai).

141 M. Gauchet, La Révolution moderne, vol. II : « La crise du libéralisme », Paris, Gallimard, 2007. N. Eliasoph, Avoiding Politics : How Americans Produce Apathy in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. Le transfert social de l’action politique préconisé par Wang Hui va de pair avec ce que cet auteur conçoit comme une « politique de dépolitisation » déphasant le parti-État au profit d’un pouvoir d’État fonctionnel.

142 Quoique l’accent se soit déplacé des élites au peuple et à l’harmonisation des relations, la doctrine reste gravée dans les canons du parti et continue de justifier le positionnement de son action face à l’histoire. Texte et débat dans Dangyuan ganbu « Sange daibiao » wenda (Questions et réponses de membres du parti et de cadres sur les « trois représentations »), Pékin, Hongqi chubanshe, 2001 ; voir aussi Chevrier (2001b). Officialisée par le xvie Congrès du PCC à l’automne 2002, la théorie complète celle du « stade initial du socialisme » (1987) en consacrant

143 Si l’instrument pratique de cette gestion est l’État modernisé, son instrument théorique et symbolique est le « front uni », vieille formule de gestion des alliances de classe et de la complexité historico-sociale dans l’univers de la révolution communiste, réactualisée dans celui de l’après-révolution (voir la thèse en cours d’Emmanuel Jourda).

144 Rappelons également le travail de N. Vittinghoff (2001) sur l’intérêt insistant de la presse chinoise des concessions à la fin de l’empire pour le droit de publier, les procédures de justice et la publication des procès.

145 Göbel (2004). L’île est un État-nation en devenir dont la non-constitution internationale ouvre le questionnement identitaire au lieu de le fixer : le pivot instable de la démocratie est une cause de fragilité en même temps que d’ouverture politique.

146 Sur la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tian’anmen le 4 juin 1989, voir Zhang Liang (Les archives de Tian’anmen, 2004).

147 Henriot et Zheng Zu’an (1999), p. 74-95.

148 Sauf les cartes p. 30-31 sur l’évolution des limites de la municipalité entre 1927 et 1998 et les circuits de rues en 1990.

149 Wasserstrom (1991), p. 295-327.

150 Cette questiton, qui a le mérite de préciser celle de la démocratie en l’historicisant, suscite des réponses contrastées, tant dans le domaine de la régulation juridique et du droit constitutionnel que dans celui du positionnement du pouvoir par rapport aux nouvelles élites, perçu tantôt comme un « remake » de leur satellisation, y compris dans les nouveaux espaces qui leur sont concédés (Lam, 1996), tantôt comme un signe de changement (Tran, 2008).

151 Rappelons que Liang Qichao instaure le questionnement sur la « capacité politique » du peuple (zhengzhi nengli) précisément lorsqu’il se prend à douter (à partir de 1903) de la transformation institutionnelle de l’activisme élitiste des notables en un pouvoir politique instituant la citoyenneté dans une nation libre.

Auteur

Directeur d’études, EHESS, France.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540