Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle

 | 
Yves Chevrier
, 
Alain Roux
, 
Xiaohong Xiao-Planes

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre dédie à Marie-Claire Bergère la patience d’une recherche collective venue de trois continents. Il voudrait aussi marquer une impatience. La mutation qui transforme sous nos yeux le monde chinois suscite-t-elle des explications à sa mesure ? Suffit-il de prononcer le mot « mondialisation » pour que s’éclaire le nouveau visage de la Chine ? Doit-on se satisfaire d’ajouter « culture », « identité », « tradition » afin d’expliquer la conversion entrepreneuriale des Chinois et le caractère si particulier de leur régime politique ? N’est-ce pas d’abord à leur histoire qu’ils les doivent ?

  • 1 M.-C. Bergère (1.5) L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, 1911-1937, Paris, Flammarion, 1986 ; Hi (...)

2De livre en livre, Marie-Claire Bergère a instruit une histoire sociale de la Chine contemporaine qui répond à ces questions1. Saga de Shanghai, odyssée des capitalistes : ses chantiers furent ouverts avant que l’histoire ne tourne. La bourgeoisie chinoise n’était plus qu’un objet de curiosité, et l’ancien « port ouvert » était solidement arrimé au continent rouge, quand elle se mit en quête de leur premier « âge d’or » – ce moment privilégié, au tournant des années 1910-1920, qui fixe les traits de la ville moderne et hisse les grands entrepreneurs chinois au niveau des compradores et des princes étrangers de la banque et du négoce. À partir de ce terrain, l’historienne a pu reconstruire en ombres et en lumières une trajectoire qui embrasse le xxe siècle. Lumières de la ville paradoxalement prospère au milieu de la misère et du sous-développement, ombres jetées sur son développement par l’inadéquation du cadre institutionnel, trop absent lorsque la république s’abîme dans le chaos des seigneurs de la guerre, trop lourd lorsque les révolutions qui réunifient le pays le plongent dans la dictature, puis, sous Mao Zedong, dans une autre sorte de chaos. Du terrain shanghaien au contexte large d’une Chine moderne en gestation problématique, ce travail avait fourni deux clés nécessaires à la compréhension du présent. L’histoire de la modernité à Shanghai trahissait des faiblesses et des contradictions qui annonçaient son dépassement – ce fut la révolution de Mao Zedong. Le dynamisme et les capacités d’adaptation qu’elle illustrait indiquaient non moins sûrement qu’elle pourrait survivre au flux qui l’emportait et le dépasser à son tour : ce fut le reflux de la révolution et le « retour des capitalistes ». Marie-Claire Bergère rend historique l’actuel et actuel l’historique.

3Aucune science divinatoire dans cette actualité mais un ferme parti d’histoire sociale ouverte aux suggestions du terrain, appliquée à tenir ensemble l’intelligence du social et celle du politique. L’odyssée de la bourgeoisie chinoise est celle d’une trajectoire sociale qui s’accomplit sans que s’accomplisse celle de la démocratie : la formation sociale moderne ne transforme pas les institutions. Ces caractères originaux sont ceux d’un siècle qui établit la société dans l’État en rompant avec la forme politique de l’empire, mais qui ne cesse ensuite de dissocier le social et le politique en enchaînant les dictatures aux révolutions. L’établissement démocratique a dû attendre la fin du siècle pour prévaloir à Taiwan. Sur le continent, Shanghai et le capitalisme sont de retour, la démocratie est ajournée, la dissociation perdure.

4Il fallait éclairer l’une par l’autre la trajectoire du social et celle du politique pour décrypter ces figures particulières et comprendre, sans le secours aléatoire des catégories scolastiques, l’odyssée non moins singulière de la démocratisation. En donnant la parole aux citoyens comme aux citadins de la Chine du xxe siècle, c’est précisément cette piste que nous avons voulu suivre en rassemblant ces douze « essais » d’histoire sociale.

  • 2 Voir également Xiaohong Xiao-Planes, Éducation et politique en Chine. Le rôle des élites du Jiangs (...)

5Cette piste est celle – redisons-le – d’une histoire moderne, dont la modernité s’exprime exactement en ceci : à l’aube du xxe siècle, il y a tout juste cent ans, s’amorce l’institution politique de la nation. Dès avant l’établissement de la république (1912), le vieil empire se dote d’institutions représentatives auxquelles participent ses élites : Zhang Kaiyuan et Tian Tong réaffirment ici ce solide point de départ2. Alors que sur le plan économique et dans le développement de la société la Chine se meut et se transforme selon des dynamiques anciennes que les guerres de l’Opium ne font que remanier, le changement de la forme politique est une innovation absolue qui arrache l’empire non immobile à sa longue durée. En lien avec des continuités historiques (le développement de la société, l’évolution du rôle des élites), l’intégration de l’Empire-monde au système mondial des États-nations, dominé par les Occidentaux, joue alors un rôle décisif. Née de la rencontre des deux flux historiques, chinois et occidental, la première modernité qui procède de cette première mondialisation ruine l’antique séparation du politique et du social : le politique non point figé dans la figure du pouvoir absolu mais isolé par elle, alors même que le perfectionnement du système bureaucratique institue le général comme principe de gouvernement ; la société assignée à ses dynamiques spécifiques au sein de ses cercles propres. Si la modernité du xxe siècle tient à un mot – « politisation » –, ce mot s’applique à l’État autant qu’au social. La nouveauté de l’ère contemporaine est le moment politique d’une longue histoire de monarchie absolue, le moment où la société redéfinit les formes et s’empare de la politique.

6De la politique et non du pouvoir. Le paradoxe de ce siècle politique de part en part est que le moment politique n’institutionnalise pas la politique. La politisation de l’État, d’abord intellectuelle (à la fin du xixe siècle), ensuite institutionnelle (avec les « Nouvelles Politiques » entreprises en 1901), puis révolutionnaire et républicaine (avec la chute des Qing en 1911-1912), lance la trajectoire de la citoyenneté, mais la dictature militaire (1914-1916) et la crise de la république (avec le chaos des « seigneurs de la guerre », 1916-1928) interrompent sans tarder le « travail » à peine esquissé de la démocratie. La citoyenneté doit alors se redéfinir et s’exercer dans l’espace ambigu de la désinstitutionnalisation qui embrasse le siècle : c’est là le rôle spécifique de la société urbaine. Les années 1910-1920 voient l’essor d’un activisme radical parmi les intellectuels en même temps que les prodromes du mouvement ouvrier et la « tentation libérale » de la bourgeoisie shanghaienne : ces mouvements paraissent d’autant plus allants qu’ils mobilisent de nouveaux groupes sociaux à la faveur d’une forte croissance du secteur moderne (l’« âge d’or » des ports ouverts) et s’insinuent dans le défaut de l’État. Mais l’absence de répondant institutionnel sape les bases d’une autonomie sociale en trompe l’œil ou, si l’on veut, d’une société civile virtuelle : Marie-Claire Bergère a élucidé la minceur du faux-semblant.

7Du creuset de cette première conjoncture citoyenne émerge un nouvel acteur : le parti politique mobilisateur du social mais en même temps et surtout organisateur d’un pouvoir militaire territorialisé. Ce puissant vecteur – le Guomindang au cours des années 1920-1930, le Parti communiste dans les années 1940-1950 –, impose le « retour de l’État » mais dans une forme qui voue la révolution à la dictature et perpétue l’indétermination institutionnelle du politique.

8Ainsi, dès la fin des années 1920, la deuxième figure de la désinstitutionnalisation accentue le paradoxe politique du siècle. Les intellectuels, les entrepreneurs, les ouvriers, les citadins ordinaires, maintiennent ou reprennent des formes fragmentées d’action et d’expression dans les espaces que dégagent les faiblesses et les conflits des dictatures. En marge des appareils révolutionnaires, la trajectoire des citoyens est une pérégrination interstitielle, un travail d’entre-pouvoirs, qui renvoie l’historien du social aux trajectoires du politique.

9Faut-il excepter de cette conjoncture les deux décennies ultra-totalitaires qui caractérisent l’apogée du maoïsme (1955-1976) ? Sous bénéfice d’inventaire, elles semblent la suspendre en soumettant à la violence du politico-policier tous les espaces de la vie sociale. Aussi bien l’ultra-maoïsme débouche-t-il aux antipodes de 4 Citadins et citoyens dans la Chine du xxe siècle la démocratie (fût-elle la démocratie activiste sans État des glorieuses années 1910-1920) : sur la tyrannie et le « factionnalisme à la base » (Marie-Claire Bergère) qui parachèvent la dépolitisation du social dans les années 1970.

10Au cours des deux dernières décennies du xxe siècle, la transition démocratique a eu lieu à Taiwan, mais l’État-nation qui émerge sur l’île n’est pas constitué sur le plan international. Sur le continent, la citoyenneté ne s’est pas encore affirmée selon des formes institutionnalisées : elle demeure conditionnée par la conjoncture d’entre-pouvoirs induite par l’abandon de l’État total maoïste. Est-ce la fin de la révolution ? Ce n’est pas en tout cas le commencement de la démocratie, mais la reprise des chantiers de la citoyenneté aux mesures et selon les enjeux d’un pays métamorphosé par le pouvoir communiste et par l’urbanisation. Quoique le programme politique de la sortie de l’empire soit loin d’être accompli, la sortie de la révolution remet en selle l’État-nation. S’il demeure en travail, internationalement indéterminé à Taiwan, institutionnellement inachevé sur le continent, les incertitudes ne sont pas dues aux logiques supra-étatiques que l’on prête à la forme nouvelle de la mondialisation, mais bien aux aléas de la trajectoire historique moderne de la Chine.

  • 3 Y. Chevrier, « Une nouvelle histoire de la Chine au xxe siècle » in Y. Michaud (éd.), La Chine auj (...)

11Cette courbe peut se comparer à celle du « travail démocratique », dont Pierre Rosanvallon a décrypté l’histoire en France. Dans la Chine post-impériale comme dans la France post-révolutionnaire, la problématique sociale de la citoyenneté est conditionnée par la trajectoire accidentée de la mise en forme de l’État-nation. Quoique l’institution du politique soit contrariée du côté chinois tout au long du xxe siècle, le rapprochement fait apparaître le caractère déterminant du chantier de l’institutionnalisation. L’odyssée chinoise du moderne se raccorde ainsi à la phase finale de l’époque impériale et, en plus longue durée, à l’histoire de la formation du social et de l’État – histoire qui nous renverrait à l’historicité et non plus à un modèle en soi de la modernité. Le fil particulier de l’histoire chinoise du social et du politique se laisse ainsi mesurer à l’aune de sa singularité, et l’on devine par là comment il sera tissé sur la trame globale3.

12Entre une possible plage de stabilité fermement arrimée au pouvoir (tel qu’il campe dans sa structure actuelle) et la dynamique politique qui s’est dessinée à la fin des Qing, le moment présent doit ses caractères originaux à une conjoncture et non à une nature – retrouvée grâce au triomphe de la tradition et de la nation sur l’occidentalisation et la révolution aliénantes. Les aléas de la démocratie sont volontiers imputés au politique lui-même (sa nature autoritaire) ou à sa prétérition culturelle (la propension des Chinois à se comporter en sujets plus qu’en citoyens). Restitués historiquement, les accidents de la construction des libertés ne font pas du xxe siècle un moment faussement moderne fongible dans la longue durée ou dans les permanences culturelles. Dans la modernité elle-même se joue le paradoxe des trajectoires déphasées du social et du politique.

13Ce qui nous permet de l’affirmer est l’évolution du questionnement de l’histoire sociale appliquée à la Chine contemporaine. Les villes sont de retour, évidentes. Il n’en fut pas toujours ainsi. Marie-Claire Bergère a dû surmonter deux obstacles : celui de leur sous-estimation et celui de leur surévaluation. Il lui a fallu dépasser une question préalable : l’histoire urbaine a-t-elle sa place dans l’histoire chinoise ? S’il s’agissait d’Athènes et de Rome, de Florence, de Bruges, d’Amsterdam, de Londres et de Paris, la question serait incongrue. Mais, en dépit de Chang’an, de Kaifeng et de Hangzhou, de Nankin et de Pékin, la civilisation chinoise n’apparaît pas dans sa fondation et dans son procès comme une civilisation de la ville. Lorsque enfin Shanghai vient, la modernité urbaine semble arriver dans les fourgons de l’étranger. Et elle ne suffit pas à tuer l’Ancien Régime. D’où la question : les accidents de la modernité institutionnelle ne sont-ils pas dus à un déficit de la société moderne, à un sous-dimensionnement de la ville ?

14Le paradoxe du siècle s’expliquerait ainsi comme l’évolution de la révolution, née dans le nouveau monde de la ville (le Parti communiste, fondé à Shanghai en 1921) mais transplantée et récoltée en terre paysanne par Mao Zedong. À la ruralisationarchaïsation de l’histoire contemporaine soldant le compte insuffisant de la première modernité répondrait aujourd’hui la modernisation décisive : la sortie de la révolution coïncide avec l’urbanisation, qui fait basculer l’une des plus anciennes lignes de faîte du monde chinois.

15Fonder la généalogie du moment actuel sur un déficit urbain semble d’autant plus probant que la première modernité aurait dû son insuffisance à son caractère extérieur : la ville moderne n’était-elle pas une enclave ? une formation hors sol ? Shang hai – le Shanghai des concessions – faisait sens, mais à l’échelle extra-chinoise d’une pré-globalisation. Revient alors le mot célèbre de Robert Guillain observant en 1949 l’arrivée des soldats-paysans de Mao venus de Mars : non tant d’une guerre civile que d’une autre civilisation.

  • 4 M. Gauchet (La révolution moderne, vol. I : L’Avènement de la démocratie, vol. II : La Crise du li (...)

16L’histoire éclaire autrement – autrement que par l’extériorité et l’incapacité de la société urbaine moderne – ce choc des civilisations d’un genre particulier. Historienne de la « civilisation de la côte » qui marie les deux mondes dès le lendemain des guerres de l’Opium, Marie-Claire Bergère a restitué le caractère chinois du supposé « extérieur » en montrant qu’il était une modernité de la Chine : une continuité historique retravaillée dans un contexte nouveau. De l’« âge d’or » au « retour de l’État », elle a également pu montrer que cette « autre Chine » ne manquait pas de souffle social mais d’institutions et de politiques publiques adéquates. Il y a dans la chimie chinoise des rapports sociaux et politiques une alchimie qui ne se fait pas ou qui, à tout le moins, ne se fait pas comme dans les cornues occidentales : on y trouve un social développé, mais on n’y trouve pas la pierre philosophale de la modernité, cette problématique de l’évolution en phase de la politique moderne et de la société moderne, diversement (et même contradictoirement) interprétée depuis Montesquieu, Hegel, Marx, Tocqueville et Weber, mais toujours présente au centre du tableau4. Le Sonderweg chinois diverge plus du côté politique que du côté social.

  • 5 L. Bianco, Peasants without the Party : Grass Roots Movments in Twentieth-Century China, Armonk (N (...)

17Tout en soulignant le poids du passé, Marie-Claire Bergère s’est gardée d’attribuer le paradoxe de la Chine contemporaine à ces fameuses « caractéristiques » qui excusent tant de choses, à commencer par l’affadissement de la conscience historique. Chez elle, l’histoire sociale renvoie au politique, mais le moment politique de la modernité renvoie à l’histoire sociale. Cette problématique rejoint celle que Lucien Bianco a posée au recto rural de l’histoire du siècle – là où éclate l’événement formidable dont procède le choc de Shanghai et de Mars. Si les paysans ne furent pas les auteurs de la révolution maoïste – son versant rural nous renvoie lui aussi au politique –, la société paysanne n’était pas inerte : dès lors qu’elle intègre la question des pouvoirs, l’histoire sociale explique les conditions de la greffe politique opérée par Mao5.

  • 6 J. Chesneaux (éd.), Mouvements populaires et sociétés secrètes en Chine aux xixe et xxe siècles, P (...)

18Ce positionnement de l’histoire sociale appliquée à la Chine moderne est le fruit d’une histoire : il n’était pas dans sa pratique originaire. Jean Chesneaux avait cru repérer dans le Shanghai des années 1920 l’avènement du couple fondateur de la modernité selon Marx – les « bourgeois et prolétaires » du Manifeste communiste. Mais, après le « mouvement ouvrier chinois », son approche dut inclure les mouvements antibureaucratiques de l’époque impériale – sociétés secrètes et jacqueries rurales –, dans lesquels il en vint à voir des ferments d’une modernité sui generis dictée par la configuration particulière des structures sociales et politiques : à la lumière d’Étienne Balazs et d’Eric Hobsbawm, la ville n’était plus au centre du tableau6.

  • 7 A. Roux, Le Shanghai ouvrier des années trente. Coolies, gangsters et syndicalistes, Paris, L’Harm (...)

19De surévaluation en sous-estimation, ce parcours résume la difficile mise au point de l’image chinoise dans l’optique de la modernité. Celui de Marie-Claire Bergère est également passé des classes de la révolution à l’étude du contexte social et politique. Mais l’objet est resté le même, la mise au point s’est faite sur le cadrage urbain aux dépens des a priori. Élucidée grâce à une semblable évolution historiographique, la trajectoire sociale et politique du monde ouvrier shanghaien passe des chemins de traverse empruntés par la politisation au moment de l’« âge d’or » à l’exercice interstitiel de la grève et de la négociation sous la dictature, à distance de la politique mais sans que soient institutionnalisées les relations avec les pouvoirs en place7.

20De l’histoire des classes à l’histoire de la ville, Shanghai apparaît non plus comme un verre déformant, grossissant ou réducteur, mais comme un analyseur approprié des particularités de l’espace géographique et sociopolitique de la Chine contemporaine. Ainsi travaillée, l’histoire – l’histoire sociale qui sait regarder le politique – fournit la clé de la compréhension du présent.

21Les villes de Chine ne sont donc pas moins que d’autres des lieux et des liens spécifiques, typiquement liés à la transition moderne. Quel espace ont-elles occupé, quels liens s’y nouèrent-ils au cours des cent dernières années ? Telle est la question que nous avons reposée, dans la perspective ouverte par Marie-Claire Bergère, aux citadins et aux citoyens de la Chine du xxe siècle. Ce « nous » inclut des chercheurs qui ont été ses étudiants, ses collègues, à l’INALCO et à l’EHESS. Du séminaire collectif d’histoire sociale et politique de la Chine républicaine qui prit la suite du sien pendant plusieurs années procède la majorité des contributions françaises à ce volume. Les contributions internationales élargissent les approches à la Chine et à l’Amérique du Nord, où Marie-Claire Bergère a des interlocuteurs nombreux et attentifs. Comme l’histoire contemporaine des autres parties du monde, celle de la Chine revêt une dimension mondiale. Le monde, tel que nous le connaissons aujourd’hui, ne serait pas mondialisé comme il l’est sans cette Chine-là. Les défis de l’avenir sont à la mesure de cette réciproque mise en contexte. A notre échelle, le défi était de moindre envergure. Il fallait associer des historiens venus d’horizons différents, écrivant des langues différentes. Le chapitre dû à nos collègues chinois a été traduit. Les contributions en anglais pourront être lues dans la langue originale.

22Grâce à ces croisements, et sans plus se prétendre exhaustive au regard des chercheurs qu’à celui des thèmes, notre petite « grande entreprise » – expression qui fut chère au regretté Frederic Wakeman Jr. – peut aborder les moments significatifs des trajectoires sociales et politiques de la ville chinoise au xxe siècle. Les questions fondamentales que pose ce cheminement viennent d’être rassemblées. L’introduction les développe en mobilisant les travaux de nombreux chercheurs. L’histoire sociale fait parler les acteurs : en risquant ce tableau historiographique, nous avons tenu à donner la parole aux auteurs et, lorsque les questions et les enjeux semblaient l’exiger, nous avons également tenté de leur parler. La forme non aléatoire que nous avons voulu donner à cet ouvrage ne se conçoit qu’en une dimension problématique, écho d’un travail de séminaire qui s’est fait lui-même l’écho de la vitalité et de la diversité du champ.

23Aussi bien cet avant-propos ne saurait-il se substituer à l’état des connaissances et du débat que l’on pourra lire ci-dessous. Quelques déplacements ne s’en remarquent pas moins au premier coup d’oeil : ils témoignent du changement de format qui caractérise aujourd’hui l’histoire de la Chine contemporaine, et, singulièrement, celle de la période républicaine (1912-1949). L’étude de la société urbaine moderne a été aussi « shanghaisée » que le fut sa première modernité – avant l’actuelle explosion de l’urbanisation. D’autres villes entrent désormais dans le champ : Tianjin, Canton, Xi’an sont ici le théâtre de trois des six études extra-shanghaiennes – sur un total de douze, les trois autres mettant en scène le Sud-Est des élites à la fin de l’empire, le Jiangsu rural sous la république et les migrants ruraux d’aujourd’hui.

24Dans l’ordre du temps, l’« âge d’or » du tournant des années 1919-1920 – la paradoxale prospérité en plein chaos qui implante un tableau socio-économique moderne dans la Chine « ouverte » – est encadré par le moment politique de la sortie de l’empire, moment que dominent encore les élites (très diversifiées) issues du moule impérial, et par le long cycle des révolutions et des dictatures qu’amorce à la fin des années 1920 la transformation dictatoriale de la « révolution nationale » orchestrée par le Guomindang. La seconde partie, qui retrace les chemins complexes d’une citoyenneté contrainte de s’exercer entre les pouvoirs, explore les conditions de ce positionnement au-delà de la barrière chronologique de 1937, dans le contexte de la guerre et de l’occupation japonaise, et en franchissant par deux foix celle de 1949 : tout d’abord au moment de l’installatiton du pouvoir communiste dans les villes, en amont de la collectisation à l’aube des années 1950, puis sur l’horizon actuel, après la décollectivisation d’un monde urbain devenu entre temps le pivot géopolitique et sociel du maoïsme.

  • 8 J.-L. Domenach (Chine : l’archipel oublié, Paris, Fayard, 1992) propose une histoire longitudinale (...)
  • 9 Les exemples les plus probants de cette approche concernent les campagnes. Voir « D’une illégitimi (...)

25Alors que la rupture révolutionnaire ne fait plus figure de référence au présent, ces avancées glanées sur son verso urbain livrent une indication décisive : l’entrée de la société urbaine dans le système communiste met en évidence des phénomènes de pouvoir et des logiques sociales propres à éclairer la transition qui l’a sortie du maoïsme – du maoïsme et non du communisme – trente ans après. Elles imposent de ce fait une hypothèse qui réimplante la problématique révolutionnaire au centre de l’histoire contemporaine chinoise : on n’expliquera les caractères originaux de la période actuelle (une sortie de révolution sans sortie du communisme) qu’à la condition de comprendre historiquement l’entrée de la Chine dans la révolution et dans le communisme. Et l’on expliquera du même coup la progression totalitaire et la détotalisation du pouvoir communiste en reliant ces passages à sa trajectoire globale, c’est-à-dire à son historicité8. L’histoire sociale de la formation du système maoïste tend ainsi la main aux recherches anthropologiques et sociologiques (en attendant de prochaines moissons historiques) qui analysent les parcours de sa déconstruction en se fondant sur l’enquête de terrain et l’histoire orale9.

26Présente elle-même sur ces fronts pionniers de la recherche, Marie-Claire Bergère a rappelé l’importance de l’autre histoire du siècle – celle des villes et de l’institutionnalisation moderne du social. La leçon supérieure de son travail n’est-elle pas cependant que cette histoire que contourna celle de la révolution nous renvoie, comme cette dernière, à une seule et même trajectoire du siècle – à une histoire en chantier dont nous apprenons à redécouvrir les axes et les moments, à distance des jeux de la mémoire et de l’oubli qui caractérisent la conscience contemporaine ?

  • 10 C. Henriot, Shanghai 1927-1937. Élites locales et modernisation dans la Chine nationaliste, Paris, (...)

27Après l’espace et le temps, comment, en effet, ne pas évoquer l’ordre du discours ? L’intelligence du social et du politique élaborée par l’histoire sociale de la Chine contemporaine dessine une perspective qui n’est plus celle des préoccupations rassemblées sous l’enseigne des cultural studies. Les axes problématiques ont basculé alors même que les conditions de la recherche en Chine et sur la Chine se modifiaient d’une façon décisive : depuis l’« ouverture » des années 1980, les études chinoises ont opéré un tournant qui n’a pas été seulement discursif. Grâce à l’accès renouvelé aux sources et au terrain, l’étude serrée des pratiques culturelles et des parcours identitaires qui constitue le fer de lance des nouvelles approches compte à son actif de belles avancées empiriques, auxquelles nous devons l’enrichissement de certains des chantiers ouverts par une histoire sociale qui avait su élargir son champ d’enquête : Christian Henriot avait ainsi étudié la prostitution après la municipalité chinoise de Shanghai10, l’étude des groupes sociaux avait introduit celle des et sociabilités, de l’ehtnicité, voire de la subjectivité – bref, l’histoire sociale s’était rapprochée de l’échelle « micro », cernant l’existence de la société hors des institutions et des mobilisations, mais sans perdre de vue les différentes échelles et facettes de la formation du social rapportée à la construction du politique en tant que processus repérable en dehors du sujet et de l’univers des représentations.

28En perdant de vue ces phénomènes d’échelles et d’intégration, la nouvelle histoire a perdu la conscience du temps historique. Le subjectif, l’identitaire, les miroirs de la mémoire, inspirent une écriture du temps et une saisie du pouvoir affranchies des repères qu’instauraient les « grands récits » axés sur la mise en évidence de formes collectives du social. Le passé mémoriel envahit le présent, le « présentisme » de notre (actuel) « régime d’historicité » (François Hartog) envahit le passé. La conscience du passé (pour la vision que nous avons de la profondeur historique) et celle de la subjectivité (pour la vision de l’histoire qui est accordée aux acteurs) n’assignent plus aux historiens la tâche d’ordonner dans le temps des mondes sociaux. Signe d’une histoire en crise, l’indétermination du cadre chronologique va de pair avec celle du cadrage de l’objet d’étude. Les approches du social et du politique par les représentations qu’en donnent et que s’en font les sujets permettent-elles d’en restituer les articulations ? Les paradigmes déplacés par la critique des « grands récits » – classes ou société civile – ne savaient guère rendre compte de l’entre-deux dans lequel se déploie l’histoire des citadins chinois, et ils en concevaient mal l’historicité. Ceux qui ont mis fin au règne du social et de la Cité en saisissent-ils davantage la réalité ? Les travaux qui s’en inspirent ne négligent pas de regarder le siècle au miroir des pouvoirs. Mais, si les formes subjectivées du pouvoir et l’émancipation des sujets sont abondamment étudiées, les conjonctures politiquess d’ensemble ne sont pas mieux balisées qu’elles ne l’étaient sous le signe de la révolution ou de la « sphère publique », et la déconstruction n’a pas chassé, au premier rang des faux-semblants résiduels, le « grand récit » culturaliste.

29Faut-il, en campant le tableau d’une « école » face à la dissipation du métier, regretter un âge d’or de l’histoire sociale ? Doit-on au contraire célébrer une recréation de la discipline ? Au lieu de cerner des positions, nous voudrions faire valoir et dialoguer des propositions. Le dialogue est d’autant plus utile, et d’autant moins impossible, qu’en franchissant les anciennes limites (chronologiques celles-là) les historiens rencontrent après 1937 et 1949 des phénomènes – guerre, occupation, transition communiste – que l’on peut déconstruire mais qui ne laissent planer aucun doute sur le caractère massif des pouvoirs. À partir de ces avancées, la reconstitution et la mise en ordre des trajectoires historiques peuvent apporter de salutaires clarifications.

  • 11 Une reconstruction – critique – des sciences sociales peut être envisagée après le tournant postmo (...)

30Une synthèse critique n’est donc pas inconcevable : l’introduction en pose les jalons. Mais il y faut un effort d’historicité. La compréhension de la ville en tant que lieu différencié et changeant de liens sociaux spécifiques nous renvoie aux bases du métier – à condition que le métier prenne une conscience active de son cheminement. Sans restaurer quelque « grand récit » que ce soit, nous pouvons envisager de recoller les « images brisées » : en portant non plus au débit mais au crédit de l’histoire sociale l’attention aux acteurs et au vécu qui transforme notre manière d’appréhender les mondes historiques à la lumière de notre actuelle expérience du social et du politique. Et sans oublier que cette expérience recouvre une pluralité d’histoires que les sciences sociales doivent prendre en compte sur l’horizon de la mondialité11.

31S’il fallait résumer cet enjeu, c’est entre la formation problématique de la Cité et le devenir de la Ville habitée qu’il faudrait situer le lieu le plus prometteur des chantiers actuels. Et c’est en ce lieu par essence ouvert que nous voudrions inscrire l’effort collectif dont témoignent ces essais d’histoire sociale. Au carrefour critique de méthodes et de traditions de pensée diversifiées dont il se fait l’écho, nous faisons des citadins les habitants de la Ville, en incluant dans cette habitation la volonté qu’eurent nombre d’entre eux de compter dans une action collective en vue d’établir une destinée commune – habitants donc d’une citoyenneté en travail que l’histoire sociale a dûment problématisée, en sorte que les apports nouveaux se greffent sur des thématiques et sur des questions ouvertes.

  • 12 « The Shape of a Century » (nous traduisons Shape par « profil ») est la première partie d’un recu (...)

32C’est dire que ces essais se situent dans le contexte d’une histoire en train de se reconstruire. Sur le terrain, l’ancien monde qui se défait sous nos yeux fait revivre certaines des formes de sa première modernité. Sur le métier de l’historien se redessinent des figures du social en relation avec des configurations politiques : selon la forte expression de Jeffrey Wasserstrom, l’enchaînement de ces formes permet de détailler le « profil d’un siècle12 ».

  • 13 J. W. Esherick, “War and Revolution : Chinese Society during the 1940s”, in Twentieth-Century Chin (...)

33L’odyssée des capitalistes à Shanghai est la prise de vue générale d’une époque. L’enquête qui lui fait ici écho nous permet de saisir au fil du siècle les parcours citoyens si incertains des citadins dans le creuset d’un « travail de la citoyenneté » dont l’horizon et le produit ne sont pas l’institutionnalisation du politique. La proposition de Lucien Bianco fait entrer le maoïsme dans l’histoire du nationalisme chinois. Joseph Esherick, à l’occasion d’une pesée globale de la société des années 1940, rouvre le dossier de la portée du state building réalisé par le pouvoir nationaliste, et celui de la capacité politique de la société urbaine, en assemblant sur le temps de la guerre sino-japonaise un ensemble de faits et d’arguments qui le conduisent à réévaluer l’intégration politique du pays sous l’impulsion de l’État en guerre et de la politisation des villes13.

34Entre cette coupe latérale et notre histoire longitudinale, entre le moment révolutionnaire et la trajectoire de la citoyenneté, la courbe du siècle est à l’ordre du jour. Dans un cas, un moment central condense les facteurs de la révolution ; dans l’autre cas les figures non institutionnalisées du social et du politique sont historicisées : il s’agit bien du même siècle et de la même courbe, vus sous des angles différents mais non moins complémentaires que l’éclairage mutuel du social et du politique. Mettant l’accent sur les passages et reliant la guerre au basculement du pouvoir, notre enquête prend une vue différente de cette décennie : elle ne semble pas déplacer les logiques d’entre-pouvoirs, au moins au verso urbain de la révolution. Il en irait ainsi jusqu’à la montée en puissance de l’État total et du programme maoïste qui couronne les années 1950. Comme nous l’avons entrevu plus haut, la question de la courbe du siècle et de la révolution rejoint ainsi celle de l’historicité du moment totalitaire.

  • 14 C. Vidal, « À l’épreuve du politique : les intellectuels non communistes chinois et l’émergence du (...)

35Cette proposition est étayée par des travaux d’histoire, encore peu nombreux, qui tendent la main aux études plus anciennes des premiers temps du communisme urbain. Christine Vidal conforte ainsi, à propos de la trajectoire sociale et politique des intellectuels non communistes, l’hypothèse d’un espace d’entre-pouvoirs, qu’elle relie à un moment « hégémonique » (au sens gramscien)14. Bien que consenti, cet espace serait le signe d’une faiblesse du nouveau pouvoir sur le terrain urbain en même temps qu’un mode de relation « habituel » du pouvoir communiste avec le social. Nous proposons ici des études qui vont dans le même sens. Peut-on élargir aux parcours citoyens du siècle les deux conjonctures dont Marie-Claire Bergère a posé l’articulation à Shanghai, autour des deux figures de l’État nécessaire et manquant qui se succèdent en passant de l’âge d’or du social faussement autonome au « retour » étatique des années 1930 ?

36La redécouverte de chantiers locaux de réforme et de construction étatique dans les provinces au travers du chaos militariste et de la dictature nationaliste ne peut que relativiser le schéma de la disparition et du retour de l’État. Le tableau d’ensemble est certainement plus nuancé qu’à Shanghai – même si les nuances peuvent s’observer en tous sens. À partir de capitales provinciales endormies opèrent des individus d’élite qui mettent leur énergie et leur capacité à nouer des relations au service d’un programme de réforme : Xi’an, qu’étudie ici même Pierre-Étienne Will, offre l’exemple de ce continuum et de cette ductilité, qu’il serait intéressant de confronter aux itinéraires révolutionnaires de provinciaux issus des mêmes milieux. Quelques années plus tard, au cœur du Sichuan, Graham Peck en fera la matière de son Two Kinds of Time, et quelques années plus tard encore A. Doak Barnett parcourra l’ensemble de la palette sociale et politique dans son fameux China on the Eve of Communist Takeover.

  • 15 Prasenjit Duara, Culture, Power and the State. Rural North China, 1900-1942, Stanford, Stanford Un (...)

37En somme, le tableau sociopolitique des historiens se nuance si bien qu’il finit par retrouver la vision des contemporains. Ceux-ci avaient perçu que l’effort de guerre dynamisait les interventions étatiques : nous entendons à nouveau parler de celles du Guomindang, mais il faudrait intégrer au tableau d’ensemble celles des communistes et, bien entendu, celles des Japonais et des administrations satellites. Prasenjit Duara avait franchi ce cap à propos des espaces ruraux de Chine du Nord ; il l’est désormais par les études, de plus en plus nombreuses, qui cernent la réalité sociale, politique et territorriale de l’occupation japonaise – et de la collaboration15. Beaucoup reste donc à comprendre du côté de la construction de l’État et de la formation étatique du social après la chute de l’Empire, après 1927, après 1937, et après 1949 : raison supplémentaire de dépasser la chronologie politique habituelle tout en passant par l’étude politique du social.

38Cette remarque nous ramène aux deux conjonctures citoyennes que l’on peut « modéliser » sous cet angle à partir du terrain shanghaien. La conclusion, provisoire sans doute, serait ainsi que, sur la durée du siècle, le paradoxe du moment politique qui singularise l’ère contemporaine renvoie les citoyens à une histoire inachevée de l’État-nation (sous l’angle de la régulation des relations sociales et de l’institutionnalisation de ces processus), et cet inachèvement à deux manières de conjoncture qui supportent de fortes différences dans l’espace et dans le temps.

39En même temps que celle du local et du temps bref, l’histoire des citoyens ne serait pas celle des aléas de cette forme de l’État sans les figures successives de la mondialisation qui ont remanié sa trajectoire : mondialisation culturelle de la fin du xixe siècle avec l’arrivée des idées nouvelles qui cristallisent les dynamiques du changement, mondialisation politique avec l’arrivée du communisme, mondialisation économique aujourd’hui. Aujourd’hui encore ces deux dimensions – les échelles variées du local et du global – se composent dans l’espace national chinois : si nous pouvons raisonnablement tracer la courbe du siècle, nos incertitudes s’accentuent face au présent, en dépit même de la restructuration urbaine. Quelle que soit la reconstruction intellectuelle que nous appelons de nos vœux, l’histoire ne saurait devenir, ou redevenir, une science certaine de l’avenir. La projection des trajectoires ne peut aller au-delà d’une convergence des problématiques. La construction chinoise de la citoyenneté dépend d’une histoire ouverte qui reste à découvrir.

40Les essais qui suivent n’ont pas cette ambition. Chacun d’entre eux précise, à sa manière, un moment ou un infléchissement de l’une ou l’autre des trajectoires qui ont fait et qui feront cette histoire. Chacun d’entre eux s’inscrit d’une façon significative dans le parcours de son auteur. Aussi allons-nous les rencontrer tout au long de notre introduction, comme autant de points d’appui de ce que nous voudrions appeler, à la suite de Jacques Revel, un « parcours critique ». Ils seront ensuite réunis autour des deux conjonctures du travail citoyen repérables à ce jour (en dehors de Taiwan) dans l’histoire du moment politique qui a fait la Chine contemporaine sans achever l’État-nation et la démocratie.

41Nous opposions l’impatience de la conscience à la patience de la science : il nous faut remercier nos collègues, qui ont longtemps attendu l’achèvement de ce volume. Dès l’origine s’est imposée l’idée qu’il écarterait la forme de l’occasionnel. Mais que d’aléas dans la réalisation d’un projet qui se voulait soustrait à l’aléatoire ! Parmi les obstacles imprévus, l’un des pilotes s’est vu confier des tâches qui ont testé sa patience. Au long des années, alors que le projet se réduisait parfois à un fil, nous avons pu compter sur le soutien du Centre Chine de l’EHESS et de ses directeurs. Isabelle Landry-Deron a relu, édité, corrigé le manuscrit. Sans elle le fil se fût assurément rompu. Il a été repris, retendu au sein du séminaire d’histoire sociale et politique de la Chine républicaine, à la tête duquel Xiaohong Xiao-Planes a pris la suite d’Alain Roux aux côtés d’Yves Chevrier. Beaucoup est également dû aux membres du séminaire, auteurs de ce volume et doctorants dont l’introduction cite les travaux, en particulier ceux de Christine Vidal – depuis lors devenue une collègue. Enfin, c’est Marie-Claire Bergère elle-même que nous devons remercier, puisque, dans le temps qui passait, de nouvelles publications se sont ajoutées au passionnant dossier dont nous-mêmes et tout un champ d’étude lui sommes redevables.

42Y.C., A.R. et X.XP

Notes

1 M.-C. Bergère (1.5) L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, 1911-1937, Paris, Flammarion, 1986 ; Histoire de Shanghai (1.12), Paris, Fayard, 2002 ; Capitalisme et capitalistes en Chine des origines à nos jours, Paris, Perrin, 2007. Une bibliographie complète est présentée à la fin du volume.

2 Voir également Xiaohong Xiao-Planes, Éducation et politique en Chine. Le rôle des élites du Jiangsu, 1905-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.

3 Y. Chevrier, « Une nouvelle histoire de la Chine au xxe siècle » in Y. Michaud (éd.), La Chine aujourd’hui, Paris, Éditions Odile Jacob, 2003, p. 9-45, et « L’empire distendu : esquisse du politique en Chine des Qing à Deng Xiaoping » in J.-F. Bayart (éd.), La Greffe de l’État, Paris, Karthala, 1996, p. 263-395.

4 M. Gauchet (La révolution moderne, vol. I : L’Avènement de la démocratie, vol. II : La Crise du libéralisme, Paris, Gallimard, 2007) traite en particulier ce problème.

5 L. Bianco, Peasants without the Party : Grass Roots Movments in Twentieth-Century China, Armonk (NY), M.E. Sharpe, 2001. Les Origines de la révolution chinoise (nouvelle édition, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2007) explique que la greffe politique fut celle d’un nationalisme.

6 J. Chesneaux (éd.), Mouvements populaires et sociétés secrètes en Chine aux xixe et xxe siècles, Paris, Maspero, 1970. L’ouvrage fondateur, contestable et contesté, Le Mouvement ouvrier chinois de 1917 à 1927 (Paris/La Haye, Mouton, 1962), est commenté dans l’introduction, (rééd. 1998, Paris, Éditions de l’EHESS).

7 A. Roux, Le Shanghai ouvrier des années trente. Coolies, gangsters et syndicalistes, Paris, L’Harmattan, 1993, et Grèves et politique à Shanghai : les désillusions, 1927-1932, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.

8 J.-L. Domenach (Chine : l’archipel oublié, Paris, Fayard, 1992) propose une histoire longitudinale de la terreur et des camps qui suggère une telle trajectoire et formule explicitement la question de l’historicité du moment totalitaire maoïste.

9 Les exemples les plus probants de cette approche concernent les campagnes. Voir « D’une illégitimité à l’autre dans la Chine rurale contemporaine », textes réunis et présentés par Isabelle Thireau et Hua Linshan, Études rurales, n° 179, sept. 2007.

10 C. Henriot, Shanghai 1927-1937. Élites locales et modernisation dans la Chine nationaliste, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991 ; Belles de Shanghai. Prostitution et sexualité en Chine aux xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1997.

11 Une reconstruction – critique – des sciences sociales peut être envisagée après le tournant postmoderne et postcolonial sur l’horizon global. Voir M. Godelier, Au fondement des sociétés humaines, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque des idées », 2007.

12 « The Shape of a Century » (nous traduisons Shape par « profil ») est la première partie d’un recueil réuni par J. Wasserstrom sous un intitulé-programme : Twentieth-Century China : New Approaches (London/New York, Routledge, 2003).

13 J. W. Esherick, “War and Revolution : Chinese Society during the 1940s”, in Twentieth-Century China, vol. 27, n° 1 (Nov. 2001), p. 1-37, et « Ten Theses on the Chinese Revolution » in J. W. Wasserstrom, Twentieth-Century China, op. cit., p. 37-65. Ces textes sont commentés dans l’introduction.

14 C. Vidal, « À l’épreuve du politique : les intellectuels non communistes chinois et l’émergence du pouvoir maoïste dans la première moitié du xxe siècle », Paris, thèse de l’EHESS, 2 vol., 2006.

15 Prasenjit Duara, Culture, Power and the State. Rural North China, 1900-1942, Stanford, Stanford University Press, 1988. Les études plus récentes se sont intéressées aux villes.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540