Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Récits de et dans la globalisation

Une autre mondialisation : la contribution de l’Amérique latine

Ernesto Ottone

Texte intégral

  • 1 Organisation de coopération et de développement économiques.

1L’Amérique latine est une région à revenus moyens. Cette particularité la situe dans cet espace indéfini qui sépare les pays pauvres des pays développés membres de l’OCDE1.

2Comme l’attestent nombre de ses indicateurs économiques et sociaux ainsi que son niveau d’infrastructures, elle devance largement les pays pauvres, mais, parmi ceux qui la composent, très peu approchent le seuil du développement.

3Son produit intérieur brut est comparable à ceux de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale.

4L’Amérique latine est une région très hétérogène si l’on considère son niveau de développement et ses indicateurs sociaux, même si elle présente certains traits homogènes en raison des composantes historiques, linguistiques et culturelles que les pays de cette région partagent.

5On y trouve à la fois des pays dont le PIB par tête approche les 22 000 dollars (en parité de pouvoir d’achat), comme dans le cas du Chili, de l’Argentine ou de l’Uruguay, et d’autres, comme Haïti, où il avoisine les 1 300 dollars.

6Y coexistent des États-nations comme le Brésil, grand comme un continent, que la communauté internationale considère à juste titre comme une puissance émergente sur la scène mondiale, et de très petits pays comptant près de 174 000 habitants, comme Sainte-Lucie.

7Au vu de ces disparités, peut-on parler de l’Amérique latine comme d’un sujet réel ou bien constitue-t-elle une région trop diverse à laquelle il serait absurde de penser comme un bloc ?

8Certains avis tout à fait respectables vont dans ce sens.

9Ils signalent que le Mexique fait indéfectiblement partie de l’Amérique du Nord, non seulement sur le plan géographique mais du fait aussi que son économie constitue un tout avec elle, ce qui mettrait ce pays sur la voie d’un nouvel ethos d’origine hispanique dont le futur serait nécessairement lié aux États-Unis d’Amérique et très peu aux destinées de l’Amérique latine. Cette réalité ne serait pas loin d’englober l’Amérique centrale et les Caraïbes. Ainsi, du vieil imaginaire latino-américain ne subsisterait dans le futur que l’Amérique du Sud.

10Cette approche repose sur des bases solides. En particulier si l’on considère les choses d’un point de vue économique, en tenant compte aussi des projets intégrateurs de long terme et des composantes structurelles.

11Pourtant, au-delà du poids de l’économie et de l’existence de ce nouvel ethos hispanique nord-américain qui constitue déjà une réalité, il semble difficile que le Mexique ne partage pas son destin avec l’Amérique latine : son manque de diversification économique, sa production intellectuelle et son histoire le lient résolument à l’imaginaire régional.

12D’un point de vue politique, culturel, linguistique, le concept d’Amérique latine oppose une résistance concrète à sa dissolution, ses référents symboliques tendent à unir ce que l’économie tend à séparer, de même que ses faiblesses, ses atouts et ses enjeux futurs.

13Tout cela nous permet de continuer à penser cette réalité complexe et différenciée sous la forme d’une unité latino-américaine au sein d’un monde global.

L’Amérique latine et le processus de mondialisation

14Si l’on considère que l’actuel processus de mondialisation, qui correspond à l’ère de l’information, a commencé à s’étendre à travers la planète à partir des années 1980, on peut distinguer au moins trois périodes caractéristiques des rapports de l’Amérique latine à ce processus.

Une rencontre tumultueuse

  • 2 Manuel Castells, « Panorama de la era de la información en América Latina: ¿es sostenible la global (...)
  • 3 Guillermo O’Donnell, « Los desafíos actuales de la democracia y el desarrollo », in O. Altimir, E. (...)

15On pourrait définir la première comme la rencontre traumatique avec le nouveau fonctionnement de l’économie mondiale, évolution perçue tardivement dans la région et qui coïncida avec l’épuisement du modèle de développement au fort tropisme interne articulé autour de l’État clientéliste. Ce phénomène trouva son expression la plus dramatique dans la crise de la dette externe de 1982 et imposa une réorientation brutale de l’économie vers l’extérieur, un réajustement budgétaire, une réduction de la dépense publique et en particulier des dépenses sociales, l’« unification des critères de marché dans un espace économique unifié2 » et une transformation réductrice de l’État qui, de clientéliste et en surpoids évident, devint anorexique et impuissant à agir en tant que filet protecteur de la société latino-américaine contre les effets négatifs du processus de mondialisation3.

16Cette première période est celle de la « décennie perdue » (CEPAL), qui se caractérisa par une croissance inexistante et un effondrement des indicateurs sociaux. La pauvreté passa de 35 % en 1980 à 48 % en 1990. Mais elle présenta aussi un autre visage, avec la chute des dictatures militaires, la fin de certains conflits armés et l’extension de la démocratie représentative à pratiquement toute la région.

Une stabilisation incertaine

17De 1990 à 2002, vint la deuxième période qu’on pourrait qualifier de phase de volatilité et de frustration.

18Elle débuta sur une nouvelle promesse de consensus démocratique, un cycle économique mondial nettement plus favorable et une certaine confiance dans le fait que l’économie de marché allait générer un dynamisme économique sans précédent.

19Les premières années de la décennie 1990 semblent confirmer ces attentes, en partie seulement, avec une croissance moyenne modérée avoisinant les 3,2 %, une réduction des niveaux de pauvreté et même une baisse, quoique très modeste, des inégalités. Cependant, au milieu de la décennie, la navigation se fait plus agitée, soit en raison d’erreurs « domestiques », soit à cause des avatars de l’économie mondiale.

20Dépourvues de culture contracyclique, les économies latino-américaines en subissent les évolutions (crises russe, turque, asiatique) dont elles amplifient les impacts et se remettent plus difficilement par la suite, perdant les acquis des périodes d’essor sans parvenir à consolider leurs avancées. Les indicateurs économiques et sociaux reflètent cette instabilité.

21L’expérience chilienne et, en partie, celle du Brésil à partir du gouvernement Cardoso, sont pratiquement les seules à faire exception en la matière.

22Vers la fin du xxe siècle et au début du xxie, la situation tend à s’aggraver, les fortes turbulences économiques ont un impact social et politique désastreux dans certains pays, outre les dysfonctionnements du système politique aggravés par des phénomènes de corruption, ce qui provoque une déception croissante à l’égard du fonctionnement des démocraties.

23Heureusement, les bouleversements sociaux ne se résolvent pas par des interventions militaires, les processus électoraux parvenant à canaliser les insatisfactions, les mobilisations citoyennes, l’action des mouvements sociaux et la voix de la rue.

24Dans certains pays, ces processus ouvrent la voie à des gouvernements qui, s’affichant comme refondateurs et usant d’une rhétorique profondément radicale, aux accents nationalistes et extrêmement critiques à l’égard des modèles économiques néoclassiques ou néolibéraux, considèrent à divers degrés le processus de mondialisation comme préjudiciable aux majorités populaires.

25La ligne néoclassique ou néolibérale n’est plus seulement remise en question dans une perspective réformatrice mais aussi dans le cadre d’un discours (presque) révolutionnaire.

26L’État est sommé de jouer un rôle plus actif dans le champ économique et social.

La voie de la consolidation

27Curieusement, c’est cette approche politique, pour une large part conséquence de la désillusion antérieure, qui va accompagner une troisième période bien plus prospère, de 2003 jusqu’à nos jours.

28Celle-ci se caractérise par une croissance économique soutenue (la plus forte depuis les années 1960), une amélioration des indicateurs sociaux – les niveaux de pauvreté approchent en moyenne les 30 %, on observe une diminution, toujours modeste, des inégalités –, une gestion macroéconomique de plus en plus solide, à de très rares exceptions près et indépendamment des diverses orientations politiques ; des politiques contracycliques sont mises en œuvre, qui permettent de mieux défendre les avancées sociales contre les retournements cycliques négatifs de l’économie mondiale.

29Comme toujours, la situation est diverse. Dans un premier temps, les plus favorisés sont clairement les pays d’Amérique du Sud, qui tirent largement profit de l’émergence des immenses marchés asiatiques, en particulier la Chine, à l’origine d’une hausse des prix des matières premières.

30Pour le Mexique, la conjoncture est plus ambiguë car, d’une part, le pays bénéficie du niveau des prix du pétrole mais, par ailleurs, son secteur manufacturier de basse technologie est concurrencé par les exportations chinoises sur le marché nord-américain. Le contexte est encore plus difficile pour l’Amérique centrale et les Caraïbes.

31La situation en 2012 et les projections pour 2013 nous montrent cependant un certain rééquilibrage en la matière. Le ralentissement de la Chine touche plus les pays d’Amérique du Sud exportateurs de ressources naturelles alors que les composantes du dynamisme des États-Unis sont plus profitables au Mexique, à l’Amérique centrale et aux Caraïbes.

32De même, la récession en Europe affecte plus les exportations sud-américaines, même si les pays concernés ont construit une meilleure capacité de réponse aux situations difficiles.

33Deux éléments de nature stratégique se développent dans cette troisième phase des rapports que l’Amérique latine entretient avec le processus de mondialisation.

L’autonomie politique, facteur d’insertion

34Le premier ressortit au niveau historique d’autonomie politique dont jouit l’Amérique latine face aux États-Unis.

35Cette autonomie sans précédent, peut-être due au fait qu’à cette étape de la mondialisation les États-Unis perçoivent les menaces politiques et militaires dirigées contre eux comme très éloignées de la région, explique que la diversité politique qu’elle présente qui, dans certains pays, prend la forme d’une rhétorique anti-américaine parfois virulente, ne provoque pas de réactions interventionnistes comme par le passé mais des réponses elles aussi rhétoriques ne débouchant pas sur des ruptures totales.

36Parallèlement, tant sur le plan des investissements que sur celui du commerce extérieur, l’insertion économique de l’Amérique latine tend à se diversifier, aussi bien à l’échelle intrarégionale que dans les échanges avec l’Europe et fondamentalement l’Asie.

37De façon paradoxale, la mondialisation induit un processus de deshégémonisation et d’autonomisation de chaque pays et de la région dans son ensemble.

38Il s’agit là d’une tendance qui s’affirme déjà depuis un certain temps dans la région, laquelle a eu à traiter avec des orientations politiques différentes aux États-Unis (Bush et Obama), et pourrait donc participer à l’instauration de relations d’un nouveau genre.

39Par conséquent, l’idée d’une insertion relativement autonome de l’Amérique latine en tant qu’entité régionale et sujet du processus de mondialisation repose sur des bases plus solides que dans le passé, à même d’assurer la formation d’un espace économique, politique et culturel où les différences internes pourraient coexister avec des niveaux de convergence et de coordination politique croissants pour affronter les logiques négatives du processus de mondialisation et en saisir les chances.

Des solutions nouvelles face aux crises globales

40En lien avec la tendance ci-dessus, la façon dont l’Amérique latine a réagi à la crise mondiale de 2008 a représenté une formidable nouveauté.

41Contrairement à ce qui s’est produit au cours des phases précédentes de la mondialisation, et même au-delà, pour la première fois de son histoire elle a vécu une crise globale sans l’amplifier.

42Au contraire, si elle a subi une contraction des échanges, des investissements et de l’emploi, la contagion financière est restée extrêmement réduite.

43Les effets de la crise se sont fait sentir essentiellement en 2009, avec la chute de la croissance et, de façon très modérée, celle des indicateurs sociaux, mais, dès l’année 2010, la région a connu un rebond économique et social qui, bien qu’à un rythme moindre, se poursuit jusqu’à présent comme dans les projections sur les prochaines années.

44Seules une chute très prononcée de l’Asie, une évolution catastrophique de l’Europe et une récupération excessivement lente de l’économie nord-américaine pourraient dramatiquement modifier ce panorama.

45Ce découplage par rapport à la crise mondiale est sans nul doute lié au caractère central des exportations vers l’Asie, principalement la Chine.

46Mais là n’est pas la seule explication et on peut y voir également le résultat des leçons tirées de la première phase de la mondialisation, en particulier celles de la crise de la dette externe de 1982 et des suivantes, d’une plus forte régulation des systèmes financiers et de l’amorce de politiques contracycliques dans un certain nombre de pays. Tout cela a permis, grâce aussi à des niveaux d’endettement modérés, de maintenir et même d’augmenter la dépense sociale et de poursuivre la réduction de la pauvreté et de l’extrême pauvreté, avec une baisse certes modeste mais constante des inégalités de revenus.

De la dépendance à l’interdépendance ?

47Les deux éléments nouveaux, fortement corrélés, permettent d’envisager la possibilité, tout au moins comme hypothèse de travail, que la région soit entrée dans un nouveau cycle historique qui marquerait pour elle le passage de la dépendance à l’interdépendance.

48Si tel était le cas, cela signifierait que le rapport entre l’Amérique latine et la mondialisation cesse d’être unilatéral. Le développement latino-américain ne serait plus inéluctablement un simple épiphénomène des tendances globales.

49Tout cela ne se limite pas à la phase actuelle plutôt sombre ou triste de la mondialisation, face à laquelle la région a accumulé une certaine capacité de résistance, mais ouvre à cet égard une perspective de changements positifs, de mise en œuvre d’une autre mondialisation.

50Dans ce sens, nous pouvons penser l’Amérique latine comme un facteur de changement en vertu de ses propres transformations, de ses expériences et de son renforcement en tant que sujet réel et beaucoup plus actif sur la scène internationale.

51Elle pourrait contribuer à la genèse d’une autre mondialisation, plus juste, plus régulée, dans le cadre de laquelle diminuerait le poids de l’économie financière et qui permettrait de construire un cosmopolitisme diversifié.

52L’Amérique latine doit pour cela consolider ses atouts et s’en donner de nouveaux, surmonter les tares héritées de son histoire et en valoriser les points forts.

Les valeurs démocratiques

  • 4 Norberto Bobbio, El futuro de la democracia, México, Fondo de Cultura Económica, 1986.

53À l’exception de Cuba, il est manifeste que les gouvernements latino-américains sont de nature élective, conformes aux conditions procédurales de la démocratie4. Les régressions observées au Honduras et au Paraguay sont fâcheuses mais n’affectent pas la tendance générale.

  • 5 Ernesto Ottone, « Izquierdas, centro izquierdas y progresismos en América Latina hoy. Algunas disti (...)
  • 6 Guillermo O’Donnell, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, no 1, janvier 1994 : 5 (...)
  • 7 Michelangelo Bovero, « Las condiciones de la democracia. Una teoría neo-bobbiana », in E. Ottone (d (...)

54Pourtant, les systèmes politiques de la région sont fragiles et les démocraties imparfaites. Dans certains pays, dont les gouvernements s’affichent comme refondateurs, le pouvoir tend à se concentrer fortement au sein de l’exécutif, avec une vision de la politique fondée sur la dialectique ami-ennemi et un affaiblissement des contrôles et contrepoids, alors que, parallèlement, ils respectent de façon crédible les rendez-vous électoraux. Ces régimes, que certains ont qualifiés de « néojacobins5 », de « démocraties délégatives6 » ou d’« autoritarismes électifs7 », sont très divers malgré leurs affinités rhétoriques et ils n’ont pas non plus le monopole en matière de fragilité démocratique.

55L’Amérique latine ne doit pas seulement affronter sa faiblesse démocratique historique mais aussi l’ensemble des enjeux posés par la doxocratie propre à l’ère de l’information.

56Quoi qu’il en soit, le bond historique est évident et, si on analyse les tendances démographiques et économiques globales comme les nouvelles réalités à venir, il est clair que, parmi les régions émergentes, l’Amérique latine étant sans doute celle où les valeurs libérales qui fondent la démocratie sont les plus ancrées, elle peut jouer un rôle important dans la préfiguration des valeurs démocratiques à l’échelle mondiale au xxie siècle.

57Acteur de poids mondial, le Brésil aura là sans nul doute un rôle déterminant à jouer.

Les inégalités de revenus

58S’il est vrai que, depuis 2003, la diminution des taux de pauvreté et d’extrême pauvreté suit une pente constante, ceux-ci sont très loin d’être bas et, dans certains pays (Amérique centrale), ils touchent la moitié de la population, ce qui tend à accentuer les disparités régionales.

59De la même façon, si la répartition des revenus connaît toujours une évolution positive quoique modérée, à l’inverse des tendances mondiales, les niveaux d’inégalités restent extraordinairement élevés (avec un coefficient de Gini proche de 0,50). Le pays le mieux placé en Amérique latine affiche un Gini plus élevé que le pays d’Europe le moins bien loti.

60Ce phénomène, qui a marqué toute l’histoire de la région, exige des transformations très profondes, liées aux systèmes productif, fiscal et éducatif comme à la structure salariale, mutations restant toujours à accomplir et à défaut desquelles seront fortement remises en question à l’avenir la stabilité démocratique et la cohésion sociale.

61La cohésion sociale exigera aussi de mieux savoir répondre aux nouvelles attentes suscitées par les progrès économiques et sociaux, attentes des « classes moyennes » qui n’existent pas encore en tant que telles puisqu’il s’agit de nouvelles catégories de revenus ne possédant pas encore, pour autant, de formation culturelle ni de réseaux sociaux communs. Elles ne répondent pas à la définition au sens sociologique du terme.

  • 8 Fernando Cardoso, « América Latina y el Cambio Global », in E. Ottone (dir.), Pensamiento Global II(...)

62Ce sont des classes fragmentées, mais en cours de constitution et dont les aspirations vont aller croissantes8.

63Il ne fait aucun doute qu’il y a là un obstacle majeur à surmonter si l’on veut qu’elles contribuent à une « autre » mondialisation.

La Recherche et Développement

  • 9 Fernando Fajnzylber, Industrialización en América Latina. De la “caja negra” al “casillero vacío”, (...)

64Les bons résultats économiques de la région sont pour une large part le résultat d’une conjoncture très favorable, due en particulier aux prix des matières premières et des hydrocarbures avec ce méga-client qu’est la Chine, de même qu’à une gestion macroéconomique qui, en règle générale, tient compte des nombreuses leçons du passé, mais ne sont en aucun cas imputables à une profonde mutation productive qui nous mettrait au moins sur le seuil d’une « compétitivité authentique9 ».

65La recherche, le développement et l’innovation n’ont atteint une masse critique que très partiellement au Brésil et dans certaines enclaves productives d’Amérique latine. Comparativement aux pays développés, les chiffres sont très faibles.

66L’Amérique latine est très loin d’apporter une valeur ajoutée à sa base de ressources naturelles, d’avoir les moyens d’acquérir et d’adapter les technologies de pointe à son appareil productif et encore moins de les créer. Là encore, les disparités sont très grandes et les efforts à fournir très différents, mais ils s’imposent à tous.

67Il ne semble pas, hélas, que cet essor économique relatif soit mis à profit pour impulser ce processus par le biais d’une synergie vertueuse public/privé.

68Sur ce plan-là également, l’avenir à long terme semble compromis si les tendances actuelles devaient rester les mêmes.

69Il faut par conséquent une plus grande intégration des politiques macroéconomiques visant une transformation productive à même d’assurer un rythme stable de croissance, des emplois de qualité, une épargne et un investissement susceptibles de combler les brèches productives et de favoriser l’innovation.

70Les possibilités d’influer sur le processus économique global seront beaucoup plus importantes pour l’Amérique latine si les tendances actuelles se maintiennent. Il suffit de rappeler que, d’après le Fonds monétaire international, le Brésil et le Mexique figureront en 2017 parmi les dix économies les plus importantes du monde. C’est d’ailleurs déjà le cas du Brésil.

Le domaine culturel

71S’il est un domaine dans lequel l’Amérique latine, en tant que région émergente du monde globalisé, a non seulement connu un parcours singulier mais possède aussi des acquis importants à offrir, c’est celui de la culture.

72Son cheminement historique a été fortement marqué par les discriminations et les abus et même, jusqu’aujourd’hui, par les crimes à caractère culturel, ethnique et sexuel, mais elle a aussi une longue histoire de syncrétisme culturel, de métissage et de systèmes d’inclusion croissants qui ont évolué de la violence à la négociation.

73Comparativement à d’autres régions du monde, l’émergence précoce de processus indépendantistes lui a permis d’avancer plus loin dans la construction d’États laïques fondés sur une réalité solide et une présence du religieux sans visées guerrières ou enfermement identitaire.

74Tout cela a conforté un processus d’inclusion qui progresse aujourd’hui plus rapidement que ce que l’on a tendance à croire concernant les populations afrodescendantes et indigènes et, là où il est encore lent et difficile, celui-ci a gagné en visibilité et tend aujourd’hui à occuper une place marquante et inévitable sur l’agenda politique.

75Par ailleurs, les terribles expériences des dictatures militaires ont fait naître dans la région une sensibilité particulière au thème des Droits de l’homme, devenu une donnée centrale des démocraties à l’appui d’une expérience très poussée en matière de protection, de réparation, de vérité et de justice, là aussi par rapport à d’autres régions du monde.

76L’ensemble de ces éléments explique cette particularité positive qu’est la migration intrarégionale, qu’il serait toutefois nécessaire de mieux cerner quant aux cadres législatifs et aux ajustements culturels qui en découlent.

  • 10 Ulrich Beck, Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, trad. de l’allemand par A. Dut (...)

77Sur toutes ces questions, que nous avons englobées de façon peut-être sommaire sous le terme de « domaine culturel », l’Amérique latine peut représenter un apport à la poursuite d’un horizon où prendrait sa place le cosmopolitisme différencié au sens où l’entend Ulrich Beck10.

78Naturellement, ces quatre points ne résument pas la région à eux seuls, pas plus ses atouts que ses problèmes : il suffit de rappeler, pour les derniers, le poids démesuré et dangereux pour le fonctionnement de certains États de la violence criminelle liée au trafic de stupéfiants, et, pour les premiers, l’absence de conflits armés interétatiques, à quoi vient s’ajouter le processus de négociations récemment engagé en Colombie, qui souffre d’une situation de violence armée interne.

79Ainsi, le développement de l’Amérique latine passe actuellement par une étape intermédiaire qui lui donne plus de raisons d’espoir que de pessimisme.

80Pour concrétiser cet espoir, elle devra cependant surmonter ses nombreux problèmes. C’est de cette façon seulement qu’elle parviendra à établir une interaction plus active et autonome avec le reste du monde.

Notes

1 Organisation de coopération et de développement économiques.

2 Manuel Castells, « Panorama de la era de la información en América Latina: ¿es sostenible la globalización? », in F. Calderón (dir.), ¿Es sostenible la globalización en América Latina?, Santiago, Fondo de Cultura Económica, 2003 : 19-42.

3 Guillermo O’Donnell, « Los desafíos actuales de la democracia y el desarrollo », in O. Altimir, E. V. Iglesias et J. L. Machinea (dir.), Hacia la revisión de los paradigmas del desarrollo en América Latina, Santiago, CEPAL, 2008 : 207-235.

4 Norberto Bobbio, El futuro de la democracia, México, Fondo de Cultura Económica, 1986.

5 Ernesto Ottone, « Izquierdas, centro izquierdas y progresismos en América Latina hoy. Algunas distinciones », Estudios Públicos, no 118, 2010 : 315-332.

6 Guillermo O’Donnell, « Delegative Democracy », Journal of Democracy, vol. 5, no 1, janvier 1994 : 55-69.

7 Michelangelo Bovero, « Las condiciones de la democracia. Una teoría neo-bobbiana », in E. Ottone (dir.), Pensamiento Global II, Santiago, Ediciones Universidad Diego Portales, 2012 : 101-125.

8 Fernando Cardoso, « América Latina y el Cambio Global », in E. Ottone (dir.), Pensamiento Global II, Santiago, Ediciones Universidad Diego Portales, 2012 : 159-195.

9 Fernando Fajnzylber, Industrialización en América Latina. De la “caja negra” al “casillero vacío”, Santiago, CEPAL/Nations unies, 1989.

10 Ulrich Beck, Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, trad. de l’allemand par A. Duthoo, Paris, Flammarion, 2005 [Paris, Aubier, 2003].

Auteur

Ernesto Ottone est docteur en sociologie et politologue, il dirige la chaire « Globalización y Democracia » de la Universidad Diego Portales du Chili et de la Universidad San Martín à Buenos Aires, Argentine. Il est titulaire de la chaire « Une autre globalisation, la contribution de l’Amérique latine » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a été directeur exécutif adjoint à la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’ONU, et conseiller senior de l’ancien président Lagos au Chili. Il est aussi conseiller académique du Club de Madrid. Ses domaines de recherche sont la mondialisation, les stratégies politiques et la théorie de la démocratie. Ses derniers ouvrages sont : Gobernar la Globalización (Santiago, Universidad Diego Portales, 2011), avec Jorge Navarrete, Debatiendo sin ira (Santiago, Catalonia, 2012), El Viaje Rojo (Penguin Random, 2014).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540