Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Récits de et dans la globalisation

Savoir lire et écrire en perspective globale : biologie, culture et société

Brian Stock

Texte intégral

  • 1 David R. Olson, The World on Paper. The Conceptual and Cognitive Implications of Writing and Readin (...)
  • 2 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain. The New Science of How We Read, New York, Penguin Books, 2 (...)

1La recherche contemporaine sur le savoir lire et écrire a traversé récemment une étape importante dans deux disciplines, la psychologie et la neuroscience, chacune marquée par des publications synthétiques, telles que les livres de David Olson, The World on Paper. The Conceptual and Cognitive Implications of Writing and Reading (1994)1 et de Stanislas Dehaene, Reading in the Brain. The New Science of How We Read (2010)2.

  • 3 David Olson, The World on Paper, op. cit.

2La perspective scientifique dans ces deux ouvrages est complémentaire mais les méthodes expérimentales déployées par les auteurs respectifs sont différentes. David Olson est psychologue et philosophe. Son livre est basé sur des expériences avec des adolescents dans la période où ils ou elles apprennent à lire et à écrire. Il met les résultats de ces enquêtes dans un contexte historique, philosophique et anthropologique et demande s’il existe un seul modèle par lequel on puisse intégrer la recherche scientifique et littéraire sur les aspects divers du literacy. Dans ses conclusions, il renverse l’hypothèse traditionnelle et assez répandue selon laquelle l’écrit est conçu uniquement comme représentation de la parole. Par contraste, il fait valoir qu’à partir de ses expériences l’écrit est souvent envisagé comme un modèle dans le cerveau de la façon dont on pense la parole3.

3Stanislas Dehaene est neuroscientifique. Son livre est un recueil global des expériences faites ces dernières années sur la lecture dans la perspective de la biologie et des sciences du cerveau :

  • 4 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 302 (nous traduisons).

Si les livres et les bibliothèques ont joué un rôle prépondérant dans l’évolution culturelle de notre espèce, c’est parce que la plasticité du cerveau nous a permis de recycler notre système visuel de primate en un instrument de la langue. L’invention de la lecture conduit à la mutation de nos circuits cérébraux dans un dispositif de lecture4.

  • 5 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 321 (nous traduisons).
  • 6 Roger Chartier, Écouter les morts avec les yeux. Paris, Fayard/Collège de France, coll. « Leçon ina (...)

4Notre capacité de lire résulte « d’un réseau bien développé de connexions denses et de longue distance présentes dans le cerveau humain » qui forment un « espace global de travail » qui « permet la confrontation, synthèse, et diffusion d’informations provenant d’autres processeurs du cerveau5 ». Par le moyen de cet espace de travail dans le cerveau nous acquérons ce que Roger Chartier appelle la capacité d’« écouter les morts avec les yeux »6.

  • 7 Jules Déjerine, « Contribution à l’étude anatomo-pathologique et clinique des différentes variétés (...)
  • 8 Aleksandr Romanovich Luria, Cognitive Development. Its Cultural and Social Foundation, trad. du rus (...)
  • 9 Milman Parry, « Studies in the Epic Technique of Oral Verse-Making: I. Homer and Homeric Style », H (...)
  • 10 Alan M. Turing, « Proposed Electronic Calculator », tapuscrit, 1946, British Library, National Arch (...)

5Ces livres viennent à la fin d’un siècle de recherche dans lequel différents aspects du savoir lire et écrire sont abordés dont les pionniers étaient Jules Déjerine, un neurologue français qui découvrit en 1892 qu’une attaque cérébrale dans le système visuel gauche du cerveau conduit à une interruption sélective et parfois complète de la capacité de lire7 ; Alexandre Luria, un psychologue russe qui, avec son collègue Lev Vygotsky, est à l’origine de la première hypothèse sur la capacité de lire et d’écrire comme étape de développement cognitif8 ; Milman Parry, un étudiant américain d’Antoine Meillet à la Sorbonne, qui propose une méthode de composition « oral-formulaïque » pour l’analyse homérique9 ; et, bien que rarement mentionné dans ce contexte, Alan Turing, un mathématicien et briseur de code à Cambridge qui a travaillé sur la notion d’algorithme qui est à la base de l’approche computationnelle du langage. La « machine de Turing » est reconnue pour avoir jeté les bases de l’instrument le plus puissant pour la propagation du literacy dans le monde contemporain, à savoir l’Internet10.

6La période initiale de recherche était accompagnée d’un certain nombre d’hypothèses globales sur la lecture et l’écriture. Permettez-moi d’en évoquer trois des plus importantes :

  • 11 Jack Goody, Ian Watt, « The Consequences of Literacy », Comparative Studies in Society and History, (...)
  • 12 Sylvia Scribner, Michael Cole, The Psychology of Literacy, Cambridge (MA), Harvard University Press (...)

71. La thèse sur les liens possibles entre l’écrit, la logique et la cognition. L’article fondamental sur le sujet est de Jack Goody et Ian Watt, « The Consequences of Literacy »11. La mise en question de cette hypothèse est parue dans un livre de deux psychologues, Sylvia Scribner et Michael Cole, The Psychology of Literacy12. En général, les érudits se sont rangés du côté de J. Goody et I. Watt, mais avec des réserves importantes.

  • 13 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955 : 337-349.
  • 14 Jacques Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967 : 149-202 ; voir aussi Jack Goody, The Do (...)

82. La thèse sur le savoir lire et écrire et la politisation du discours. Le texte de référence est le chapitre sur la « Leçon d’écriture » dans Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss13, dans lequel il est involontairement entraîné dans les intrigues d’un chef des Nambikwara du Brésil qui tente de renforcer son prestige et son pouvoir lors d’une réunion avec ses pareils en revendiquant une connaissance de l’écriture occidentale dont il apprit les rudiments chez l’ethnographe. L’anecdote sert ensuite à dénoncer la parole écrite comme instrument d’oppression dans les sociétés archaïques ou tribales. Mais, selon la critique de Jacques Derrida ces remarques doivent être comprises dans une tradition de pensée occidentale dans laquelle l’écrit est considéré artificiel, dérivé et inauthentique par rapport à la spontanéité de la parole14.

  • 15 Eric A. Havelock, Preface to Plato, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1963.

93. La thèse sur les rapports entre l’écrit et l’évolution de la pensée. Bien que l’idée soit présente chez Lucien Lévy-Bruhl, l’expression la plus influente de cette idée se trouve chez Eric A. Havelock dans son livre, Preface to Plato15. Ancien élève de Francis M. Cornford à Cambridge et classiciste respecté, E. Havelock a proposé l’idée que la pensée antique grecque avait subi entre le vie et ve siècle une mutation caractérisée par le remplacement d’une méthode orale, poétique et encyclopédique (comme chez Homère) par une approche basée sur l’écrit, la discursivité et l’analyse. Selon lui, certains penseurs préplatoniciens, tels que Parménide et Empédocle, étaient connus pour avoir écrit la philosophie en vers et même en mètres homériques. Cette tradition n’était pas le vestige d’une convention littéraire chez Hésiode, comme F. Cornford l’avait fait valoir, mais d’un constituant universel de la philosophie grecque avant Platon. La thèse d’E. Havelock se retrouve généralisée chez plusieurs spécialistes des moyens de communication, tels que Walter Ong et Marshall McLuhan.

10Nous entrons à présent dans une nouvelle phase de la thèse globale sur la lecture et l’écriture mais la base de toute réflexion universelle est devenue biologique et neuroscientifique. En contraste avec certaines thèses dans ce domaine dans le passé, les deux branches de la recherche contemporaine sur la lecture que sont les données scientifiques et expérimentales et les axes interprétatifs qui sont employés dans les disciplines des sciences humaines et littéraires, telles que l’histoire, la sociologie et l’anthropologie, suivent actuellement des chemins différents et indépendants. Ce problème est décrit négativement par Dehaene de la façon suivante :

  • 16 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 6 (nous traduisons).

Dans les sciences sociales, l’acquisition de compétences culturelles, telles que la lecture, les mathématiques ou les beaux-arts est rarement, sinon jamais, posée en termes biologiques. Jusqu’à récemment, très peu de chercheurs en sciences sociales ont estimé que la biologie du cerveau et la théorie de l’évolution sont encore pertinentes à leurs champs. Même aujourd’hui, ils adhèrent implicitement à un modèle naïf du cerveau, tacitement considéré comme un organe infiniment plastique dont la capacité d’apprentissage est tellement large qu’elle n’impose pas de contraintes sur la portée de l’activité humaine16.

11À la place de cette hypothèse il propose :

  • 17 Ibid. : 7 (nous traduisons).

[u]ne nouvelle théorie des interactions neuro-culturelles, radicalement opposées au relativisme culturel […]. [il] l’appelle l’hypothèse du recyclage neuronal. Selon ce point de vue, l’architecture du cerveau obéit à de fortes contraintes génétiques, mais certains circuits ont évolué pour tolérer une frange de variabilité. Une partie de notre système visuel, par exemple, n’est pas câblée mais reste ouverte à des changements dans l’environnement. Dans un cerveau autrement bien structuré, la plasticité visuelle a donné aux anciens scribes l’occasion d’inventer la lecture17.

12Je me permets une observation d’historien sur cette nouvelle hypothèse. Si la capacité du cerveau de traiter de nouvelles informations par la lecture se déroule dans la limite de certains paramètres, ne peut-on proposer une thèse parallèle pour des modèles d’interprétation selon lesquels cette information est classifiée et conceptualisée, mais avec une différence importante : dans le deuxième cas ce ne sont pas des réseaux neuronaux qui sont responsables des contraintes du système mais les moyens de communication déployés dans les phases différentes de l’histoire de la communication écrite.

13Selon les historiens de la lecture, on peut distinguer dans l’ensemble quatre grandes périodes dans l’évolution de la lecture en Occident, à savoir : avant le livre, le livre manuscrit, le livre imprimé, et après le livre. Grosso modo, avant le livre manuscrit, on lisait principalement par le moyen de rouleaux. La lecture avancée était limitée à des petits groupes et la lecture était largement orale (bien que la lecture silencieuse ne soit pas totalement absente). Dans la deuxième période, à partir du troisième siècle de notre ère, le rouleau antique est remplacé petit à petit par le codex, le livre manuscrit qui est le prédécesseur du livre imprimé. La lecture restait orale, mais la lecture silencieuse avait fait des progrès, surtout dans le milieu religieux, à cause de l’étude des textes bibliques. Dans la période du livre imprimé, à commencer avec Gutenberg, la forme du livre était progressivement standardisée et la lecture est devenue de plus en plus visuelle, silencieuse et imagistique. Dans la période que j’appelle après le livre, c’est-à-dire la période de l’ordinateur, le livre imprimé continue à exister bien sûr mais on ne peut plus parler de la lecture dans les mêmes termes universels qu’avant, parce que le matériel de lecture consiste en textes, images, et formes symboliques très variés.

14Chacune de ces quatre étapes de la culture du livre possède son mode ou modèle approprié d’interprétation dans lequel on trouve des relations intéressantes avec les moyens respectifs de communication. Dans la première phase, avant le livre, le mode est largement performatif car dans le monde antique et dans d’autres sociétés archaïques avec peu d’accès à la lecture, la performance et l’interprétation sont le plus souvent liées. Dans la deuxième phase, le livre manuscrit, le modèle vacille entre le littéralisme et l’allégorie, comme au Moyen Âge occidental, quand on parle des quatre sens de l’écriture. Dans la troisième phase, le livre imprimé, l’interprétation est plus avancée à cause du progrès dans les études bibliques, surtout chez les protestants, et dans l’humanisme classique entre Pétrarque et Montaigne. Ces filiales orientent l’interprétation sur la quête d’une herméneutique universelle au xviiie siècle et vers l’idée, plus tard réfutée par Wilhelm Dilthey et Martin Heidegger, que l’interprétation puisse être une science véritable. Dans la phase finale, au-delà du livre, l’interprétation abandonne les modèles du passé pour la bonne raison que le moyen de communication, l’ordinateur, n’obéit pas aux mêmes principes de communication que le livre imprimé, bien qu’utilisant le mode textuel.

15On peut conclure que le modèle d’interprétation ou l’herméneutique déployé dans chacune de ces phases successives de l’histoire du livre n’est vrai que dans la mesure où il reflète la dynamique du moyen de communication dominant de la période dans lequel il se trouve contextualisé. Autrement dit, les conclusions des théoriciens de la communication sont en parallèle avec celles des biologistes et des neuroscientifiques. Les uns parlent comme Marshall McLuhan d’un « village global », les autres, comme Stanislas Dehaene, d’un « espace global de travail ». La tâche est de les rapprocher sans déformer les données intérieures à ces deux domaines distincts et de les mettre ensemble dans une seule théorie globale, appliquée aux sociétés différentes sans l’idéologie qui accompagnait assez souvent les théories globales de communication du passé.

Notes

1 David R. Olson, The World on Paper. The Conceptual and Cognitive Implications of Writing and Reading, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

2 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain. The New Science of How We Read, New York, Penguin Books, 2010.

3 David Olson, The World on Paper, op. cit.

4 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 302 (nous traduisons).

5 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 321 (nous traduisons).

6 Roger Chartier, Écouter les morts avec les yeux. Paris, Fayard/Collège de France, coll. « Leçon inaugurale au Collège de France », 2008.

7 Jules Déjerine, « Contribution à l’étude anatomo-pathologique et clinique des différentes variétés de cécité verbale », Mémoires de la société de biologie, no 4, 1892 : 61-90.

8 Aleksandr Romanovich Luria, Cognitive Development. Its Cultural and Social Foundation, trad. du russe par M. Lopez-Morillas et L. Solotaroff, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1976 ; un livre basé sur des recherches menées en 1931-1932 avec des non-lettrés d’Ouzbékistan et de Kirghizie. Pour une critique, voir Walter J. Ong, Orality and Literacy. The Technologizing of the Word, Londres/New York, Methuen, 1982 : 49-56.

9 Milman Parry, « Studies in the Epic Technique of Oral Verse-Making: I. Homer and Homeric Style », Harvard Studies in Classical Philology, no 41, 1930 : 73-143 ; Id., « Studies in the Epic Technique of Oral Verse-Making: II. The Homeric Language as the Language of an Oral Poetry », Harvard Studies in Classical Philology, no 43, 1932, 1-50 ; voir également Adam Parry (dir.), The Making og Homeric Verse. The Collected Papers of Milman Parry, New York, Oxford University Press, 1971 et Albert B. Lord, The Singer of Tales, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1960 [2e éd. : éditée par Stephen Mitchell et Gregory Nagy, coll. « Harvard Studies in Comparative Literature », no 4, 2000].

10 Alan M. Turing, « Proposed Electronic Calculator », tapuscrit, 1946, British Library, National Archives DSIR 10/385. On retrouve une version publiée in B. E. Carpenter et R. W. Doran, A.M. Turing’s ACE Report of 1946 and Other Essays, Cambridge (MA), MIT Press, coll. « Babbage Institute Reprint Series », vol. 10, 1986. Sur la dimension philosophique, voir Alan M. Turing, « Computing Machinery and Intelligence », Mind, vol. 59, no 236, octobre 1950 : 433-460 ; voir aussi Andrew Hodges, Alan Turing: The Enigma, Londres, Burnett Books, 1983.

11 Jack Goody, Ian Watt, « The Consequences of Literacy », Comparative Studies in Society and History, vol. 5, no 3, avril 1963 : 304-345.

12 Sylvia Scribner, Michael Cole, The Psychology of Literacy, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1981.

13 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955 : 337-349.

14 Jacques Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967 : 149-202 ; voir aussi Jack Goody, The Domestication of the Savage Mind, Cambridge (MA), Cambridge University Press, 1977 : 4-8.

15 Eric A. Havelock, Preface to Plato, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1963.

16 Stanislas Dehaene, Reading in the Brain, op. cit. : 6 (nous traduisons).

17 Ibid. : 7 (nous traduisons).

Auteur

Brian Stock est titulaire émérite de la chaire « Histoire et littérature comparée » de l’université de Toronto. Il a occupé au Collège de France la chaire internationale pour 1997-1998 et à l’université de Californie, Berkeley, la « Sather Chair of Classical Literature » pour 2000-2001. Il est historien du savoir lire et écrire en Occident à l’époque prémoderne et a écrit notamment : The Implications of Literacy. Written Language and Models of Interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries (Princeton, Princeton University Press, 1983) et Augustine the Reader. Meditation, Self-Knowledge, and the Ethics of Interpretation (Cambridge, Harvard University Press, 1996). Il a reçu en 2007 le prestigieux prix international « Antonio Feltrinelli » de l’Accademia dei Lincei pour l’ensemble de son œuvre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540