Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Le ghetto, son statut d’icône et la ligne américaine de partage des couleurs

Elijah Anderson
Traduction de Sandra Matos

Texte intégral

1En 1903, William Edward Burghardt Du Bois, en précurseur, écrivait dans Les âmes du peuple noir que le problème du xxe siècle allait être celui de la ligne de partage des couleurs : le ghetto, en tant qu’icône, a fini par en devenir sa référence. Dans l’article ci-dessous, j’aborderai trois concepts qui viendront illustrer et appuyer ce propos : la « canopée cosmopolite », le « ghetto et son statut d’icône » et le « nigger moment », une expression que les Noirs utilisent parfois pour désigner un incident au cours duquel ils sont victimes d’un grave manquement au respect, en raison de la couleur de leur peau.

La canopée cosmopolite

2La canopée cosmopolite, titre de ma plus récente ethnographie, The Cosmopolitan Canopy: Race and Civility in Everyday Life, met en lumière les îlots de civilité situés dans un océan de vies séparées de fait, dans lequel différentes personnes se rencontrent et cohabitent agréablement. Dans les villes américaines modernes et à Philadelphie en particulier, de tels espaces comprennent des parcs municipaux, des marchés de producteurs, des cafés, des restaurants, des espaces de travail modernes, des campus et des commerces de centre-ville. L’idée de la canopée cosmopolite, en substance, peut être conçue comme l’image d’une société où la politesse est de rigueur.

3Lorsque des personnes se rassemblent dans ces espaces, elles ont tendance à se comporter poliment les unes envers les autres, sans considération pour la race, l’appartenance ethnique ou la catégorie sociale. Dans ce contexte, elles peuvent s’observer – parfois de près pour la première fois – et mettre à profit cette occasion pour réaliser une étude par échantillonnage, examiner aussi attentivement de parfaits inconnus susceptibles d’être différents, ou bien pour en observer d’autres à l’apparence plus familière. Dans ces espaces, une tension entre ethnocentrisme et cosmopolitisme est manifeste : deux tendances présentes à différents niveaux chez la plupart des individus dans la canopée. Ces deux concepts peuvent apparaître à cet égard comme les deux extrémités d’un ensemble ou comme un continuum. Les normes et les attentes cosmopolites sont dominantes dans l’espace de la canopée. Celles-ci encouragent généralement les habitués à privilégier leur orientation « cosmo » et à maîtriser leur comportement « ethno », étant entendu que la capacité de l’individu à le faire peut toutefois s’avérer difficile et dépendre de son identité raciale ou ethnique et des circonstances prédominantes.

4Dans ces espaces, les personnes issues de groupes ethniques ou de races différentes peuvent habituellement trouver quelque répit, loin des tensions sociales urbaines et profiter de ce qu’ils ont en commun – en apparence du moins – avec l’aide de ce qu’Erving Goffman a nommé un « vernis » social. Ici, ils peuvent se détendre, regarder passer les gens ou prendre part à une sorte d’« ethnographie spontanée », en observant les autres et par moments, apprécier différents styles d’expressions. Les visiteurs peuvent même parvenir à engager la conversation avec des membres de groupes dont ils s’étaient auparavant sentis exclus. À cet égard, la canopée peut être une expérience instructive, susceptible d’encourager une orientation plus cosmopolite chez l’individu.

5Néanmoins, il arrive parfois que la ligne de faille sous-jacente à ces espaces puisse venir fragiliser cette civilité et faire affleurer des tensions. La canopée, dans ce cas, peut se fissurer. Par exemple, une personne raciste ou profondément ethnocentrique peut, dans un milieu ethniquement diversifié, soudainement dessiner la ligne de partage des couleurs de façon arbitraire et inattendue, blessant la personne marginalisée et mettant ainsi les témoins de l’incident sur la défensive. Un parfait exemple de ce phénomène est l’explosion de colère de Joe Wilson, membre du Congrès américain, lors d’un récent discours sur l’état de l’Union.

6À l’occasion de la prise de parole du président Obama, en effet, ce membre du Congrès laissa échapper un « Vous mentez ! ». Cette action scandalisa presque toutes les personnes présentes. Ce n’est que plus tard que Joe Wilson présenta ses excuses, mais après l’avoir fait – il n’était pas clair qu’elles aient été sincères ou non – il reçut une nette augmentation des contributions de campagne électorale de la part de ses partisans.

7Cet incident illustre avec force les mécanismes des préjugés raciaux d’aujourd’hui, intégrés dans la canopée urbaine cosmopolite. Dans des espaces de civilité usuelle où la politesse est de rigueur, les personnes ethnocentriques ou à l’esprit profondément fermé peuvent se sentir mises au défi ou menacées en voyant des Noirs se comporter au-dessus de leur rang social supposé inférieur et donc de leur place sociale traditionnelle. Ces mêmes personnes ne pourraient tout simplement plus, à un certain moment, être en mesure de réprimer leur dégoût. C’est d’ailleurs bien souvent à ce stade que leur degré de tolérance atteint sa limite et qu’ils perdent ainsi leur sang-froid. Ils ne sont plus en mesure, en effet, de supporter le tableau, socialement provocateur, qui se joue sous leurs yeux : une personne noire qui n’est pas à sa place. Dans ces circonstances, le spectacle vient ronger le vernis ordinaire qui autrement suffirait à détourner ce jugement en laissant à la personne la liberté d’ignorer ce qui se passe sous ses yeux.

8Mais, alors que le vernis s’écaille, les yeux de la victime se dessillent, tout comme ceux des autres qui pourraient se contenter d’observer, démasquant ainsi la personne comme étant profondément ethnocentrique ou même raciste. Par exemple, un « ethno » ou une personne intolérante se faisant passer pour un « cosmo ». Ces révélations, faites à travers de tels incidents provocateurs, peuvent venir fissurer – ce qui arrive parfois – la canopée, mettant ainsi au grand jour la ligne de faille sous-jacente.

Le ghetto et son statut d’icône

9Les citadins imaginent et élaborent des schémas cognitifs qui s’appuient sur la race, l’ethnicité et la classe sociale qui ont du sens et qui travaillent à donner une place aux différentes personnes dans la ville. Le ghetto urbain est probablement l’endroit de la ville à l’imaginaire le plus puissant : il est essentiellement un lieu où les Noirs sont censés vivre.

10De nos jours, le véritable ghetto est un lieu extrêmement complexe, mais qui continue de se caractériser par une concentration de résidents noirs, pauvres, évoquant ainsi quelques-uns des problèmes de l’environnement urbain d’aujourd’hui les plus difficiles à résoudre et dont les causes s’enracinent dans l’histoire de l’esclavage et du racisme aux États-Unis. Celles-ci comprennent un haut niveau de pauvreté et un taux de délinquance et d’homicide élevé. Mais le ghetto noir aujourd’hui est également un lieu de diversité de classes dans lequel les habitants cherchent à se distinguer entre ceux qui sont « honnêtes » et « travailleurs » et ceux qui sont désespérés, prêts à tout et vivent davantage en obéissant sans réserve au « code de la rue ».

11Quelque peu institutionnalisé, le ghetto noir occupe, en outre, un statut d’icône majeure au sein de la société et de la culture américaine ; il est devenu, à ce titre également, une source importante de stéréotypes, de préjugés et de discriminations. De l’époque de l’esclavage jusqu’à celle du Mouvement des droits civiques, la population noire, et plus particulièrement les classes sociales inférieures, a occupé une position de type caste au sein de la société américaine. Aujourd’hui, malgré les changements progressifs apportés par le processus d’intégration raciale au cours des années 1960 et 1970 et l’apparition de la plus vaste classe moyenne noire de l’histoire des États-Unis qui s’ensuivit, la ligne de partage des couleurs persiste dans la vie quotidienne, bien que sous une nouvelle forme émergente. De nombreux Noirs, en effet, habitent aujourd’hui des quartiers résidentiels qui leur étaient autrefois inaccessibles et leurs enfants fréquentent des écoles auparavant réservées aux Blancs. Cette population noire exerce un éventail de professions qui n’a jamais été aussi vaste ; il ne s’agit pas de simples emplois subalternes mais d’activités professionnelles dans lesquelles la population noire a rarement été représentée auparavant. On citera notamment des médecins, des avocats, des enseignants, des cadres d’entreprises et des élus importants.

12Mais, alors que la population noire est devenue de plus en plus visible dans la société, pour reprendre les termes de Everett C. Hughes, « des dilemmes et contradictions de statuts » sont également devenus plus fréquents. Le ghetto noir reste tenace et son existence conditionne ce que nombre d’Américains supposent : la place d’une personne noire est bien plus souvent dans le ghetto que dans la société de classe moyenne.

13Il est indéniable que les Américains, face à la question raciale, tendent à adopter un comportement beaucoup plus nuancé, plus étoffé et sans précédent. Mais il ne se manifeste généralement pas dans des actes ouvertement haineux ou violents. Il s’exprime plutôt dans des façons de voir et des stéréotypes largement répandus, selon lesquels les personnes noires sont issues des quartiers pauvres : par voie de conséquence, on les stigmatise en les associant à la pauvreté, au crime, au danger et à leur supposée amoralité. Ainsi, en public, un jugement négatif pèse sur une personne noire, jugement qu’il ou elle doit réfuter, avant même de pouvoir établir des relations de confiance avec d’autres personnes.

14Plus important encore, la peau noire, associée au ghetto, exprime un manque de crédibilité puisqu’elle vient à être assimilée au statut de classe sociale inférieure. De tels comportements affectent les Noirs pauvres du ghetto d’une façon et les Noirs de la classe moyenne d’une autre. Par exemple, tous les Noirs, les hommes jeunes au look hip-hop en particulier, sont plus à même de subir un énième contrôle d’identité, une fouille au corps de la part de la police et d’être victimes d’une discrimination venant de commerçants employeurs potentiels ou d’inconnus dans la rue. Dans ce contexte, si les membres noirs de la classe moyenne et des cadres en particulier peuvent, en fin de compte, supporter et passer outre de tels contrôles, de nombreux Noirs, plus pauvres, ne le pourraient pas. Un grand nombre de personnes noires n’ayant jamais mis les pieds dans un ghetto doivent, par ailleurs, prouver à maintes reprises qu’ils n’en sont pas issus, évoluant bien souvent sous un statut provisoire (avec quelque chose de plus à prouver) dans leur lieu de travail ou, par exemple, dans un restaurant chic, jusqu’à ce qu’ils puissent convaincre les autres (soit en parlant l’anglais de Blanc ou en faisant preuve d’intelligence, d’assurance ou de bonnes manières) qu’ils sont fiables, qu’ils ne sont pas l’un de ces Noirs incultes du ghetto, qu’ils méritent la confiance et le même respect, et qu’ils ne doivent pas être pénalisés en raison de la couleur de leur peau. En d’autres termes, un homme noir issu de la classe moyenne qui, par exemple, prend la file à un distributeur le soir sera, dans de nombreux cas, traité avec un degré de suspicion qu’un homme blanc de la classe moyenne ne connaîtra tout simplement pas.

15Mais cette association culturelle généralisante, largement répandue – peau noire égale ghetto – ne tombe pas du ciel. Après tout, en raison de facteurs historiques, politiques et économiques, les populations noires ont toujours été, pendant longtemps, confinées dans le ghetto, exclues du reste de la société pour des raisons raciales. Aujourd’hui, aggravés par la discrimination en matière de logement et par la disparition d’emplois dans le secteur industriel, les ghettos des États-Unis font face à une pauvreté structurelle. Les taux d’homicide et de criminalité sont, de surcroît, très élevés parmi les communautés noires dans le besoin ; les hommes jeunes, noirs, sont généralement ceux qui s’entretuent et enfin, la culture du ghetto, élevée au rang d’icône par des artistes tels que Tupac Shakur, 50 Cent et The Notorious B.I.G., est inextricablement liée à la culture noire.

16Ainsi le ghetto est-il bien souvent, dans l’imaginaire collectif américain, un endroit de la ville dangereux et effrayant. C’est de là que vient le rap, c’est là où l’on vend de la drogue, où les voyous font la loi et où la série télévisée The Wire a probablement été tournée. Pour de nombreux Américains blancs, le ghetto est, par-dessus tout, l’endroit où « les Noirs habitent » : en suivant ainsi ce raisonnement erroné, tous les Noirs vivent dans le ghetto. C’est cette idée fausse largement répandue, même de manière involontaire, qui est aujourd’hui à l’origine de la perception des personnes noires par la société tout entière. En fait, même s’il est vrai que toutes les personnes qui vivent dans un ghetto sont noires, de toute évidence, il est faux d’affirmer que toute personne noire vit dans le ghetto. Quoi qu’il en soit, le ghetto stigmatise les personnes noires, toutes classes sociales confondues, y compris celles qui sont nées et qui ont grandi loin des quartiers défavorisés et celles qui n’y sont jamais allées, simplement en raison de la couleur de leur peau. Par conséquent, les Blancs et les autres communautés associent souvent des individus noirs anonymes au symbole du ghetto, en les accablant non seulement de peu d’autorité morale mais également d’un manque de crédibilité, particulièrement lorsqu’ils occupent ou qu’ils cherchent à occuper des postes au-dessus de leur supposée infériorité de caste, fondée sur la couleur de peau.

17De là, pour de nombreux autres visiteurs et lorsque les personnes noires se rendent à la canopée, elles représentent le ghetto, même si elles n’y sont jamais allées. Leur couleur de peau noire fait office de marque de distinction ou de symbole, qui les associe à celui-ci. Sous la canopée, quelques inconnus considèrent les personnes noires qu’ils rencontrent à travers ce raisonnement stéréotypé, certains s’y appuyant plus que d’autres. Cette tension qui en résulte peut se manifester parfois dans des actes marqués d’irrévérence, réminiscence du passé raciste de l’Amérique. Les Noirs entre eux appellent souvent ces incidents des nigger moments et les considèrent généralement comme des tentatives profondément racistes de les remettre à leur place. Comme indiqué précédemment, ces moments sont enracinés dans l’histoire du racisme américain et le ghetto noir institutionnalisé d’aujourd’hui, si présent dans notre environnement urbain, sert de point de référence concret et représente efficacement la ligne de partage des couleurs américaines d’aujourd’hui.

« Nigger moment »

18Ainsi que nous l’avons affirmé précédemment, le concept de canopée cosmopolite peut servir de métaphore à une société où la politesse est de rigueur. En outre, les normes cosmopolites de tels lieux sociaux pourraient encourager les habitants à se comporter agréablement envers les autres sans considération de l’ethnicité, de la race d’une personne, etc. En respectant ces normes, les gens s’estiment bien élevés, une attitude qui, dans les termes d’Erving Goffman, peut se placer sous le couvert d’une façade ou d’une couche de vernis social, faite de sourires et autres plaisanteries favorisant, en apparence du moins, une bonne entente. Dans ce contexte, même les personnes les plus fermées ou les plus ethnocentriques peuvent passer pour tolérantes, acceptant la diversité généralement présente dans la canopée.

19En quittant la canopée, de nombreux résidents retrouvent des milieux plus particularistes d’un point de vue ethnique et racial. Mais dans ces nouveaux espaces, il arrive de temps à autre que divers types de frontières ou de lignes sociales soient généralement tracés, isolant ainsi les personnes homosexuelles, les juifs, les catholiques, les Arabes et beaucoup d’autres qui détiennent ce que l’on pourrait appeler un statut provisoire, par rapport au « reste de l’Amérique ». Lorsque ces frontières ou lignes sont dessinées, il en découle bien souvent un moment inattendu de manque de respect important.

20Pour les Noirs, il s’agit bien là de la ligne de partage des couleurs. En général, après l’incident, ils peuvent en plaisanter entre eux, en les identifiant et s’y référant en tant que nigger moment. Il est bien sûr évident qu’un tel moment, lorsqu’il est vécu, est loin d’être amusant.

21L’expérience de tels moments par les Noirs cosmopolites a tendance à être plus fréquente. Le fait est qu’ils se mettent davantage, eux-mêmes ainsi que leurs familles, en situation de risque. À la différence des Noirs les plus ethnocentriques qui ont tendance à être renfermés sur eux-mêmes et qui se montrent plus méfiants vis-à-vis de ce qui pourrait les attendre en accordant un peu trop leur confiance à des Blancs. Cependant, en raison de l’histoire raciale aux États-Unis et de leur propre marginalité d’aujourd’hui, tous les Noirs peuvent vivre de tels incidents.

22Par la suite, une période de cicatrisation sociale commence et à un certain moment, lors de soirées en compagnie d’amis noirs, la victime pourra être en mesure de plaisanter à propos de l’incident, en disant « et bien, j’ai été un nègre, l’espace d’un instant ». La conséquence classique est que cette personne apprend à banaliser ces incidents, à accepter que le racisme est une caractéristique ordinaire du quotidien. Mais elle apprend aussi à développer un regard plus critique sur les personnes blanches auxquelles il pourrait faire confiance en tant qu’ami. Bien sûr, avec le temps, les souvenirs finissent par s’estomper, les personnes reprennent le cours de leur vie et de tels « moments » sont relégués à l’arrière-plan. Pourtant, de tels incidents tracent avec force la ligne de partage des couleurs, soulignant ainsi le clivage racial aux États-Unis aujourd’hui.

L’exemple de l’expérience de Shawn

23L’expérience de Shawn est instructive. Étudiant en droit à Washington D.C., Shawn a grandi à Philadelphie. Issu des quartiers défavorisés, il a été capable de fréquenter des écoles privées, où il a réussi ses études avec succès pour les poursuivre à l’université dans une prestigieuse faculté de droit. Lui et une poignée d’autres étudiants noirs en droit sont alors les seules personnes de couleur habitant le quartier riche, près de la faculté.

24Un soir après les cours, Shawn était en train d’attendre le bus pour rentrer chez lui. Son appartement était situé à dix minutes à pied seulement mais il s’était arrêté au supermarché du coin, il avait des sacs de courses et des livres à porter et avait donc décidé de prendre le bus qui s’arrêtait juste en face de la faculté. Alors qu’il attendait le bus, Shawn était en train de parler à sa petite amie au téléphone lorsqu’il remarqua une voiture de police qui passait lentement devant lui. Puis elle passa une deuxième fois devant lui et lui tourna autour une troisième fois.

25Au quatrième passage, l’officier s’arrêta derrière lui et resta assis pendant trois minutes environ dans sa voiture, les lumières des projecteurs de la voiture dirigées sur l’aubette sous laquelle Shawn était assis. Shawn fut alors surpris d’entendre un mégaphone lui ordonnant de mettre les mains en évidence et de se retourner doucement vers la lumière du projecteur. Shawn obéit, avec son téléphone encore dans la main.

26Alors qu’il se retournait vers l’agent de police qui était sorti de son véhicule, il vit que celui-ci avait porté la main à son étui de revolver et qu’il avait sorti son arme. Une autre étudiante en droit, une femme blanche que Shawn ne connaissait pas mais qui attendait également le bus, hurla que ce qu’il avait entre les mains était un téléphone. L’agent cria à Shawn de le laisser tomber, ce qu’il fit. Il lui dit alors de mettre ses mains contre le mur et de ne pas bouger. Il lui passa immédiatement les menottes et le fouilla.

27Shawn demanda ce qu’il se passait et précisa qu’il était étudiant en droit de la faculté d’en face et qu’il était en train d’attendre le bus pour rentrer chez lui. L’agent ignora son explication et continua de le fouiller. À ce moment-là, sept autres patrouilles de police arrivèrent, fermant la rue à la circulation.

28Au même moment, des étudiants et des enseignants de l’école de droit de Shawn commencèrent à se grouper de l’autre côté de la rue, mais personne ne fit quoi que ce soit pour lui venir en aide. Il était humilié. La police l’injuria et lui hurla de coopérer. Il obéit, troublé par la situation. Ils lui donnèrent des coups à plusieurs reprises dans les jambes et les chevilles, l’obligeant à écarter de plus en plus les jambes, jusqu’à se retrouver bras et jambes écartés. Ils ne cessèrent de plaquer son visage contre le mur ou de le maintenir tête baissée, en lui disant de rester ainsi et d’arrêter de résister. On le fouilla encore à deux reprises et l’on prit son portefeuille. Ses livres scolaires et son ordinateur furent jetés à terre sur le trottoir, ses sacs de courses furent également vidés. Maîtrisé par trois agents qui le maintenaient menotté, tenu par le col de sa chemise et l’arrière de son pantalon, afin de l’empêcher de s’enfuir, ils l’interrogèrent brutalement, ne lui montrant aucune considération en tant que citoyen respectueux des lois. Lorsque Shawn demanda une nouvelle fois ce qu’il se passait, on lui répondit qu’il correspondait à la description d’une personne impliquée dans une fusillade quelques pâtés de maisons plus loin.

29C’est alors que l’une des radios des agents grésilla : « homme noir, 1,76 m, chemise bleue à col boutonné, pantalon de ville de couleur beige, chaussures de ville marron. » La description de l’opérateur décrivait exactement Shawn. Et après avoir entendu lui-même sa propre description à la radio, il était convaincu qu’il irait en prison. Après avoir été forcé pendant dix minutes à se tenir les jambes écartées, physiquement maîtrisé et menotté devant ses camarades et ses enseignants, une nouvelle annonce à la radio informa les agents que le suspect avait été appréhendé.

30On retira les menottes à Shawn et on lui demanda de s’asseoir. Les agents qui étaient présents retournèrent à leur véhicule et s’en allèrent. L’agent qui s’était arrêté la première fois resta sur place pour prendre les coordonnées de Shawn afin de compléter le rapport de police. Alors qu’il remplissait le formulaire, il tenta de faire la conversation avec Shawn, qui se sentait humilié et encore apeuré, mais surtout en colère pour le manque de respect qu’il avait subi et le profilage racial qui venait juste de se produire.

31Lors de l’agitation, un groupe de voisins blancs s’était rassemblé dans un coin adjacent derrière la barricade des voitures de police. Alors que l’agent prenait note des coordonnées de Shawn, un voisin s’approcha de lui et, devant Shawn, demanda si celui-ci était « celui que l’on recherchait ». L’agent répondit que non, qu’il se révélait être quelqu’un d’autre. Le voisin, chuchotant à peu de distance de Shawn, se proposa de le suivre jusqu’à chez lui, pour être sûr. L’agent répondit que cela ne serait pas nécessaire.

32Shawn apprit plus tard lors d’un reportage d’informations locales que le camarade de chambre de la victime était le véritable suspect. Ce dernier était simplement en train de jouer avec l’arme et avait tiré accidentellement. C’était un homme blanc. Shawn comprit que ses voisins étaient ceux qui avaient appelé la police et donné sa description. Ils avaient entendu dire qu’une fusillade avait eu lieu dans le quartier. Lorsqu’ils virent Shawn – qui y vivait depuis trois ans – se tenant au coin de la rue la nuit, ils appelèrent la police, ayant conclu que cet homme noir devait être le suspect. Ils étaient ceux qui le regardaient fixement tous les jours et qui l’évitaient du regard chaque fois qu’il passait près d’eux sur le trottoir sur le chemin pour aller à la faculté ou pour en revenir. Shawn raconte qu’il n’y a pas un jour où il ne pense pas à cet incident. En fait, il a désormais commencé son processus de cicatrisation.

33En conclusion, de tels incidents poignants démontrent de façon évidente que les États-Unis sont loin d’être une société post-raciale. Je n’affirmerais pas qu’un système de castes comme celui qui a prévalu sous les lois Jim Crow existe encore. Au contraire. L’Amérique fait face à ce que l’on pourrait nommer un héritage fondé sur la hiérarchisation raciale, ancrée dans un système au sein duquel un comportement de type discriminatoire reste bien trop fréquent, visible et demeure ethniquement significatif dans la vie de tous les jours.

34De plus, ces modèles sociaux hiérarchisés, similaires à des castes, régissant les relations ethniques, reflètent des comportements profondément enracinés et puissants et contribuent à maintenir des disparités dans l’emploi, le logement, l’éducation, chez les forces de police, dans les taux d’incarcération et l’accès aux soins de santé ; ils contribuent aussi à maintenir des tensions permanentes entre les populations noire et blanche aux États-Unis. Celles-ci peuvent être plus directement liées au fait d’associer la population noire aux stéréotypes émanant du véritable ghetto noir. La « canopée cosmopolite » et le « ghetto en tant qu’icône » coexistent, mais laissent aussi la place, parfois, à des moments de manquement grave au respect, des moments qui ne sont, en définitive, qu’un rappel des réalités du racisme et de son mode de fonctionnement depuis des générations dans la société américaine. À cet égard, il est fondamental de se rappeler que le véritable ghetto est le point de référence réel, définissant l’actuelle ligne de partage des couleurs et qui en définitive reflète le clivage racial au sein de la société américaine.

35Traduit de l’anglais par Sandra Matos

Auteur

Elijah Anderson est sociologue, titulaire de la chaire « William K. Lanman Jr. » à Yale University et ethnographe urbain. Il a notamment publié : Code of the Street: Decency, Violence, and the Moral Life of the Inner City (New-York, W.W. Norton & Company, 1999), récompensé par le prix Komarovsky de l’Eastern Sociological Society ; Streetwise: Race, Class, and Change in an Urban Community (Chicago, The University of Chicago Press, 1990), récompensé par le prix Robert E. Park décerné par l’American Sociological Association pour le meilleur livre publié dans le domaine de la sociologie urbaine ; A Place on the Corner (Chicago, The University of Chicago Press, 1978, 2e éd. 2003) ; et The Cosmopolitan Canopy: Race and Civility in Everyday Life (New York, W.W. Norton & Company, 2012). Le professeur Anderson est également le lauréat 2013 du prestigieux prix Cox-Johnson-Frazier de l’American Sociological Association.

Sandra Matos (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540