Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

La population mondiale existe-t-elle ?

Hervé Le Bras

Texte intégral

1La peur de l’explosion démographique puis celle du dérèglement climatique ont rendu la notion de population mondiale évidente, voire triviale. Elle constitue un élément essentiel de la globalisation tant par sa circulation migratoire que par son impact sur les émissions de CO2 et de polluants. Elle menace d’épuisement les ressources minérales et de manque les ressources alimentaires. Pourtant, la notion est assez récente et beaucoup moins évidente qu’il n’y paraît au premier abord. Elle traîne en outre dans son sillage différents relents idéologiques peut-être plus nuisibles qu’elle n’est utile.

Naissance de la population mondiale

2Les descriptions anciennes des populations ne contiennent aucune idée de population mondiale. La géographie d’Hérodote en est un bon exemple. L’historien grec décrit minutieusement les populations connues, peu connues et presque inconnues à partir du centre grec conçu comme le modèle parfait de société humaine. À mesure que l’on s’en éloigne, les sociétés deviennent moins civilisées et les hommes perdent leurs caractères humains, moraux d’abord, physiques ensuite, quand on atteint les limites de l’écoumène. L’ensemble de la population humaine n’est pas pensable car on passe continûment de l’humain au non-humain sans qu’il soit possible de fixer le moment où la séparation se produit. À cela s’ajoute la coupure entre les esclaves et les hommes libres. Leur statut juridique est radicalement différent à Rome comme à Athènes. Les premiers font partie des meubles, des choses, les seconds des personnes. Cette distinction, qui survivra jusqu’au Code noir promulgué par Colbert pour régler le sort des esclaves dans les Antilles, empêche de compter ensemble libres et esclaves, donc de concevoir une population mondiale.

3Il faut attendre la fin du xviie siècle pour que la notion de population mondiale mais non le terme lui-même apparaisse. Elle est le résultat d’un double mouvement de colonisation et d’évangélisation. La découverte des Amériques et surtout de leurs populations soulève de nouveaux problèmes en même temps qu’elle clôt l’exploration du monde à quelques exceptions près (les voyages de Cook, le centre de l’Afrique et de l’Amazonie). L’évangélisation des Indiens du Nouveau Monde soulève le problème de leur appartenance à l’humanité. Une lettre du pape Paul III en 1537 (Veritas ipsa) puis une bulle (Sublimis Deus) affirment que « les Indiens et autres peuples qui viendraient à être découverts doivent être invités à ladite foi du Christ ». Paul III se réfère à la parole d’évangile : « Allez et enseignez toutes les nations » (Mat. XXVIII, 19). Colonisation et conversion à la religion vont ainsi de pair. L’idée d’une population mondiale n’est pas encore exprimée, mais elle est en germe comme projet de prise de possession de la terre entière par la religion chrétienne et les cultures occidentales qui l’observent.

  • 1 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Livre V, chap. ii, 3e éd., Paris, J. du Puys, 1578 [15 (...)
  • 2 Isaac de La Peyrère, Prae-Adamitae sive exercitatio…, s.l., s. é., 1655.
  • 3 Publiés par Adrien Vlacq à La Haye.

4Dans les années qui suivent, parallèlement et sans lien, l’idée de recensement, donc de comptage de la population surgit dans la littérature politique, chez Jean Bodin puis chez Francis Bacon. Avec la montée de ce que Michel Foucault a fort justement nommé la « gouvernementalité », la force des États ne se mesure plus à leur étendue mais au nombre de leurs sujets. Il n’est de richesse que d’hommes conclut J. Bodin dans ses Six Livres de la République1. Du nombre d’habitants des États à celui de la terre, il ne devrait y avoir qu’un petit saut à effectuer, mais cela n’a pas été le cas. À nouveau, l’initiative est venue de la religion et de l’un de ses aspects particuliers, la chronologie biblique. La date de la création, celle du déluge, de la sortie d’Égypte sous la conduite de Moïse, ou encore celle du règne de David, qui n’avaient pas beaucoup remué les théologiens jusqu’alors, deviennent un enjeu de débat avec en arrière-plan la remise en cause de certains éléments du récit biblique, par exemple l’universalité du déluge, voire, comme Isaac de La Peyrère, le fait qu’Adam ait été le premier homme sur terre2. La réalité même de chiffres donnés par les textes saints est mise en doute. La croissance de la population devient un argument pour tester ou réfuter les chiffres de la Bible. En 1659, la querelle devient générale avec la parution d’une chronologie biblique établie par l’archevêque d’Armagh Usher et sa discussion par le savant hollandais Isaac Vossius dans sa Dissertatio de vera aetate mundi et son supplément Auctarium castigationum ad scriptum de aetate mundi3. I. Vossius y démontre par l’absurde que le taux de croissance maximum observé en Égypte selon l’Ancien Testament est compatible avec la durée de 837 années séparant le déluge de Moïse. Ce comptage ne concerne que la population juive mais si le déluge a été général, tous les hommes descendent de Noé.

Figure 1 – Reproduction de la table de croissance du nombre de descendants de Noé selon Isaac Vossius

Figure 1 – Reproduction de la table de croissance du nombre de descendants de Noé selon Isaac Vossius
  • 4 On trouvera des exemples de cette difficulté à mesurer la croissance au milieu du xviie siècle dans (...)

5À part une erreur entre les années 100 et 150, on a affaire à une série géométrique au taux de croissance de 4,3 % par an. Le calcul des chiffres, soigneusement expliqué par Vossius est assez complexe car la notion de croissance, donc de taux de croissance, n’est pas encore clairement comprise. C’est d’ailleurs un obstacle à l’utilisation des chiffres de population4. Les années suivantes voient l’essor des calculs sur les populations des villes et des pays mais non de la population du monde qui ne semble pas encore pensable dans un cadre laïque.

L’histoire de la population humaine selon William Petty

  • 5 William Petty, Another essay in political arithmetick concerning the growth of the city of London, (...)

6Le pas suivant va être effectué lui aussi à propos d’un problème religieux. William Petty, calculateur infatigable mais parfois brouillon, créateur de l’école de l’arithmétique politique et l’un des douze membres fondateurs de la Royal Society s’attaque à un autre paradoxe soulevé par les incrédules, les scepticks : la terre contiendra-t-elle assez de matière pour reconstituer les corps au jour du jugement dernier ? Pour y répondre, il faut estimer le nombre d’humains qui ont vécu sur terre, donc reconstituer la marche de la population mondiale depuis Adam jusqu’à 1680, époque du calcul de W. Petty, puis de 1680 à la date des derniers jours. Pour ce, il reprend presque exactement la méthode d’I. Vossius, mais au lieu de raisonner par périodes de 25 ou de 50 années, il mène le calcul en termes de périodes de redoublement de la population qu’il fait varier de manière à retomber sur les chiffres éparpillés dans la Bible. Il obtient de cette manière un total de 12,57 milliards d’humains ayant vécu entre le déluge et 1682 auquel il ajoute les 320 millions présents en 1682 et aussi ceux qui ont vécu entre la création et le déluge qu’il estime à 7 milliards. Il suppose enfin que la population va doubler encore six fois pour atteindre 20 milliards et qu’à ce moment, la terre sera pleine avec 2,5 acres cultivables par personne (à peu près un hectare, soit 100 habitants au km2, ce qui était la plus forte densité rurale à cette époque)5. En conclusion, W. Petty estime qu’il suffira d’un pied d’épaisseur de la terre d’Irlande pour recomposer les corps des humains ayant vécu depuis Adam jusqu’à la fin des temps. La crainte de ne pas disposer d’assez de matière pour reconstituer les corps de tous les humains était donc vaine.

Figure 2 – Table de la croissance de la population mondiale depuis le déluge selon William Petty

Figure 2 – Table de la croissance de la population mondiale depuis le déluge selon William Petty

7Même si W. Petty s’inspire de la méthode d’I. Vossius, on voit qu’il ne discute plus la chronologie biblique mais une question beaucoup plus vaste que celle de la population israélite et de la cohérence des données de la Bible. Il emploie d’ailleurs des termes globaux tels que « ages of the world » ou « when the whole world will be fully peopled ». Il est vraisemblable (mais non prouvé) que W. Petty ait lu I. Vossius car ce dernier était aussi membre de la Royal Society depuis 1664, donc à ses tout débuts. W. Petty a pu aussi profiter de la lecture d’une lettre qu’Antoni van Leeuwenhoek avait envoyé à la Royal Society en 1679. Celui qui avait le premier observé et décrit les spermatozoïdes grâce à son microscope proposait en effet un calcul sur la population maximale que pouvait nourrir la terre à partir de ses observations en Hollande où il estimait qu’un kilomètre carré de bonne terre pouvait au plus nourrir 120 personnes. Fixant la surface totale de terre cultivable sur le globe à 111,5 millions de km2, il calculait que la terre ne pourrait pas nourrir plus de 13,4 milliards d’humains. Leeuwenhoek ne donnait pas la raison de son calcul, mais on peut penser que sa fascination pour la multiplication des invertébrés, par exemple des vers plats infectant le foie des brebis qu’il avait étudiés, ou même pour le grouillement des spermatozoïdes l’avait conduit, par changement d’échelle, à s’intéresser à la pullulation des humains.

  • 6 Il fut publié dans la série « Pioneers of Demography » grâce à l’entremise de Peter Laslett : The E (...)
  • 7 David Hume, Political Discourses, Édimbourg, R. Fleming, 1752.
  • 8 Thomas Robert Malthus, An Essay on the Principle of Population…, Londres, J. Johnson, 1798. Pour l’ (...)

8Peu de temps après, un autre arithméticien politique, Gregory King, parviendra au terme d’un calcul plus élaboré, tenant compte de la qualité des terres, à un maximum de 12,5 milliards d’humains, mais le carnet de notes où il transcrivit son calcul ne fut publié qu’en 19736. On pourrait imaginer que la population du monde était en train de devenir un sujet à la mode. Ce ne fut pas le cas. Au milieu du xviiie siècle, quelques auteurs (Johann P. Süssmilch, Thomas Templeman) reprirent les estimations d’A. van Leeuwenhoek, puis il n’en fut plus question jusqu’au début du siècle suivant. En 1752, pour la première fois, le terme de « population » apparut dans les Political Discourses de David Hume pour signifier la croissance du nombre d’habitants, d’où lentement la signification glissa vers celle de nombre d’habitants7. Encore dans le titre du célèbre essai de Malthus sur le « principe de population », le terme de population doit être compris comme celui de croissance du nombre des habitants, la célèbre croissance géométrique à laquelle s’oppose la croissance arithmétique plus lente des subsistances8.

La population mondiale aux abonnés absents

  • 9 Tableaux figurant dans l’almanach de 1873. Encore en 1936, l’Atlas classique de géographie ancienne (...)
  • 10 L’encyclopédie agricole de la Maison rustique du xxie siècle définit en 1832 la fécondité d’un hect (...)
  • 11 Joel E. Cohen, How Many People Can the Earth Support?, New York/Londres, W.W. Norton, 1995.

9Au début du xixe siècle, les instituts et les sociétés de statistiques prirent leur essor. Encore ne se livrèrent-elles qu’à de simples totalisations du nombre connu ou estimé d’habitants des différentes contrées et pays du globe. L’Almanach de Gotha publié dès la fin du xviiie siècle par Justus Perthes en donne un bon aperçu. Dans les « tableaux comparatifs » de ces ouvrages d’un millier de pages environ, les populations des différents pays sont listées séparément : pour les « États d’Europe » et leur total calculé ; pour un « aperçu des États d’Amérique » sans total puisque leurs populations ne sont pas toutes connues et pour les « Possessions extérieures des États européens » avec un total9. Bien entendu, le total général n’aurait pas de sens puisque de nombreuses populations manquent à l’appel. Cependant, l’absence de référence à la population mondiale avait d’autres raisons que les lacunes statistiques. Au xixe siècle, les nations sont à leur apogée. La somme de leurs populations n’a aucune signification politique. Seule la somme des habitants des nations alliées a un sens. Celle des empires coloniaux est en général donnée séparément avec d’un côté les indigènes et de l’autre les nationaux de la même manière qu’on ne pouvait pas additionner les libres et les esclaves auparavant. Une autre raison tenant au progrès technique dans l’agriculture explique aussi l’absence d’une préoccupation démographique générale. Jusqu’au milieu du xixe siècle, la production agricole était tributaire de l’apport d’engrais organiques, ce qui limitait la productivité à une dizaine de quintaux de blé à l’hectare10. En 1840, le chimiste Justus Liebig montre l’importance de l’azote pour accroître les rendements et donc la possibilité d’utiliser des engrais minéraux. Les rendements maximums peuvent alors faire un bond jusqu’à dépasser 100 quintaux à l’hectare soit dix fois plus que ce que le monde avait connu depuis l’origine de l’agriculture. Karl Marx s’en enthousiasmera dans sa correspondance avec Friedrich Engels au point d’imaginer une augmentation encore plus forte des rendements, ce qui renforcera sa conviction que l’espèce humaine ne souffre pas d’une rareté de produits mais d’une inégalité de répartition. Sans aller aussi loin que K. Marx, l’époque ne craint plus l’opposition entre les subsistances et la population. Le malthusianisme demeure mais sous sa forme sociale : empêcher les pauvres de se multiplier en retardant leurs mariages et en combattant les grossesses illégitimes. Les spéculations sur le nombre maximum d’hommes que peut nourrir la Terre disparaissent donc avec l’arrivée des engrais minéraux. Joel Cohen11 qui a recensé soixante-dix auteurs traitant de ce problème depuis la lettre d’A. Leeuwenhoek jusqu’en 1995 n’en trouve aucun entre 1765 (J. P. Süssmilch) et 1891, date à laquelle le géographe Ernst Ravenstein propose un calcul aboutissant à une population maximale de 6 milliards d’humains.

Un pseudo-concept

  • 12 René Thom parlerait de « saillance » individuelle tandis que les objets pseudo-réels sont assimilab (...)

10Le philosophe Alfred North Whitehead a proposé de distinguer des objets réels et pseudo-réels. Les premiers correspondent à des formes visibles ou manipulables12 : la lune, une table ; les seconds à des constructions mentales : un réseau routier, une population. Ces derniers ne sont pas visibles et guère manipulables. Leur sens provient d’une extension des unités qui les composent. Les routes qui traversent un village sont visibles du haut du clocher et elles peuvent être modifiées. De petits groupes humains, une assemblée, une réunion familiale, peuvent être embrassés d’un simple coup d’œil et déplacés. Mais la population mondiale ne peut être aperçue de nulle part ni modifiée dans son ensemble par une décision. Elle demeure une vue de l’esprit dont l’usage dépend de situations et surtout d’objectifs particuliers qui apparaissent à l’issue de la Première Guerre mondiale.

  • 13 On atteste d’une très bonne documentation au musée de la Première Guerre mondiale de Péronne.
  • 14 Il serait intéressant de savoir quand le terme « mondial » a été accolé à la guerre.

11Le conflit avait mis en évidence l’interdépendance des nations ennemies, neutres ou colonisées. Ainsi, dans le département de la Somme, en 1917, où l’on compta plus de 7 millions de combattants et d’auxiliaires venus d’Angleterre, d’Australie, du Canada, d’Inde, d’Indochine, ou encore d’Afrique13, la notion d’une humanité commune par-delà les différences visibles devenait tangible. La paix revenue, la question se posa d’éviter un autre conflit mondial14. Des institutions internationales émergèrent dont la plus importante fut la Société des Nations (SDN). Même coupée de toute réalité opératoire, la population mondiale devenait un attribut inévitable de la SDN. De même que les États se préoccupaient de leur population, la SDN qui avait vocation à les coiffer à terme devait aussi posséder sa population dont elle devait prendre soin, la population mondiale.

Raymond Pearl et les drosophiles

  • 15 Raymond Pearl, The Biology of Population Growth, New York, A.A. Knopf, 1925.

12Simultanément, une institution démographique internationale stable émergea avec la création en 1925 de l’Union internationale pour l’étude des problèmes de population (UIESPP) devenue après la Seconde Guerre mondiale l’actuelle UIESP. Son premier président, le sociologue Raymond Pearl de l’université de Columbia, s’intéressa vivement à l’avenir de la population du monde sur lequel il publia un ouvrage important15 dans lequel il reconstitue l’évolution de la population mondiale depuis 1650 et projette son évolution jusqu’en 2100. Il faut s’arrêter sur ce travail car il reflète les ambiguïtés de la notion de population mondiale.

13R. Pearl s’intéresse à la croissance biologique en milieu clos. D’abord celle des cellules de levure, puis celle d’un organisme composé de cellules, le poivron, puis, grimpant dans l’ordre de complexité, d’un rat entier et enfin d’un groupe d’organismes, des mouches drosophiles enfermées dans un bocal dans lequel on injecte régulièrement de la nourriture. Dans tous les cas, la croissance de la matière biologique – nombre d’unicellulaires, poids du poivron ou du rat, nombre de drosophiles – suit une loi très régulière, la loi logistique, parfois nommée loi de Pearl et Reed (le mathématicien auquel R. Pearl demanda d’identifier la courbe « en S » qu’il observait dans chacune des expériences). Dès lors, persuadé d’avoir trouvé pour la biologie une loi presque aussi générale que celle de la gravitation universelle l’est pour la mécanique, R. Pearl ajusta la loi logistique à l’évolution de la population de plusieurs pays – Suède, États-Unis notamment – et finalement à la population du monde entier pour laquelle la courbe en S plafonne à 2 milliards d’habitants en 2100. Étant donné qu’en 2015, nous venons de dépasser les 7,5 milliards, il est facile de rire de l’erreur de prévision de R. Pearl. Mais il est plus intéressant de chercher à la comprendre. Nous ne sommes pas plus intelligents qu’en 1925. Nous pourrions commettre les mêmes erreurs.

Figure 3 – Courbe de croissance de la population mondiale ajustée par une loi logistique et prolongée jusqu’en 2100 (selon Raymond Pearl)

Figure 3 – Courbe de croissance de la population mondiale ajustée par une loi logistique et prolongée jusqu’en 2100 (selon Raymond Pearl)
  • 16 Le généticien anglais J.B.S. Haldane fut aussi un excellent critique de l’eugénisme (par exemple, H (...)

14Vraisemblablement, chez R. Pearl, s’est produit le même passage de l’animal microscopique à l’humain que chez A. Leeuwenhoek, 250 ans plus tôt. L’analogie était également tentante pour les deux savants. Mais, chez R. Pearl, elle s’explique par des raisons plus profondes. Il fut l’un des seuls savants16 de l’entre-deux-guerres à nier le paradigme eugénique adopté par l’immense majorité des biologistes. Dans le prolongement de la sociologie d’Herbert Spencer, la doctrine de l’époque postulait en effet que la marche vers la civilisation s’accompagnait d’une diminution de la fécondité humaine. Les plus grands statisticiens et généticiens de l’époque cautionnèrent cette théorie (par exemple Corrado Gini, Ronald Fisher, Julian Huxley). Pour R. Pearl, l’explication de la faible fécondité des pays industrialisés, comme on les nommait alors, était due à l’usage de la contraception. Ce qui nous paraît évident aujourd’hui était accueilli avec dédain par la grande majorité des spécialistes. C. Gini, par exemple, rétorquait à R. Pearl que les femmes utilisaient la contraception parce que, n’étant pas physiquement aptes à se reproduire, elles mettaient leur psychisme en accord avec leur physique. R. Pearl tirait sa conviction des enquêtes sociologiques sur la sexualité et la reproduction qu’il fut l’un des premiers à effectuer aux États-Unis. Cependant, si on le suivait, il devenait difficile de comprendre vers quel niveau se dirigerait la population des différentes nations et donc celle du globe. C’est ce qui l’amena à postuler en arrière-fond de la liberté humaine cette loi logistique qui, telle la main invisible d’Adam Smith, permettait d’atteindre un équilibre démographique tout en respectant la liberté de choix de chacun. La population mondiale n’avait de sens, pour R. Pearl, que dans la mesure où elle couronnait sa démonstration. On peut remarquer que pour les besoins de ladite démonstration, il balayait tout scrupule quant à l’estimation de la population des pays qui ne disposaient pas de statistiques fiables ou pas de statistiques du tout.

15Attribut de souveraineté, même fantasmatique pour la SDN, argument de professionnalisme et d’universalité pour l’UIESPP, argument contre l’eugénisme pour Raymond Pearl, la population mondiale a-t-elle pris plus de réalité, est-elle sortie de son statut de pseudo-objet, après la Seconde Guerre mondiale et plus encore dans le climat actuel de globalisation ou de mondialisation ?

Le Tiers-Monde et la lune

  • 17 Voir David V. Glass, The Struggle for Population, Oxford, Clarendon Press, 1936 (D. V. Glass venait (...)
  • 18 Colin Clark, Population Growth and Land Use, Londres, MacMillan, 1967: 124 sqq.

16Les éléments disparates qui conduisent à l’expression, voire à l’invocation d’une population mondiale depuis le milieu du xviie siècle, convergent dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale. D’abord, la guerre elle-même, encore plus mondiale que la première avec ses théâtres d’opération du milieu du Pacifique à celui de l’Atlantique et du Cap Nord à Tobrouk, avec ses brassages de populations et ses remaniements de frontières, a paradoxalement affirmé l’unité du genre humain jusque dans sa victoire contre les régimes racistes. Ensuite, sur les cendres de la SDN naît l’ONU (Organisation des Nations unies), un peu plus puissante, un peu plus légitime pour parler au nom de tous les humains du fait de sa Déclaration des droits de l’homme. S’y ajoute un retournement spectaculaire de l’eugénisme. Alors qu’avant la guerre, les pays développés craignaient la diminution de leur population17, ils découvrent la rapide croissance démographique des autres pays, ceux qu’Alfred Sauvy nommera le Tiers-Monde par référence au Tiers-État de 1789. Dès lors, la crainte malthusienne puis eugénique de submersion de l’élite par les pauvres s’internationalise en crainte de la croissance démographique débridée des pays pauvres. La population mondiale qui avait servi à R. Pearl de démonstration pour l’équilibre démographique en marche devient au contraire le symbole d’un dangereux déséquilibre qu’une couverture du magazine Time en janvier 1960 nomme pour la première fois « explosion démographique ». En quelques années, la population mondiale est considérée comme la cause surpuissante des maux qui menacent la planète. Retrouvant le vieux débat malthusien des subsistances, elle est tenue pour responsable de la faim dans le monde. Au début des années 1950, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) répandit ainsi le chiffre de deux tiers de l’humanité souffrant de la famine ou de malnutrition. Sous le feu des critiques de Colin Clark, le grand économiste australien18, elle fit progressivement machine arrière passant à un humain sur quatre souffrant de la faim et maintenant à un sur dix, mais l’idée d’une relation directe entre la croissance démographique et la faim dans le monde s’installa durablement.

  • 19 Donella H. Meadows, Dennis L. Meadows, Jørgen Randers, William W. Behrens III, The Limits to Growth(...)
  • 20 Paul R. Ehrlich, The Population Bomb, New York, Ballantine Books, 1968.
  • 21 Calculs explicités dans : Hervé Le Bras, Les limites de la planète. Mythes de la nature et de la po (...)

17Le dernier élément qui renforça le poids argumentatif de la population mondiale fut l’envoi d’humains sur la lune. Pour spectaculaire qu’aient été la mission Apollo et les suivantes, elles se traduisirent aussi par une déception : il n’y avait pas grand-chose à attendre de l’espace et pour longtemps. L’humanité devait s’arranger pour vivre sur sa seule planète. La prise de conscience d’un monde fini rejoignait à plus de quatre siècles de distance celle qui avait suivi la découverte du continent américain. La croissance indéfinie à un rythme soutenu étant impossible dans un monde fini. La population représentait dans ces circonstances un danger que, quelques années plus tard, en 1972, le célèbre rapport du Club de Rome intégra à son modèle global d’utilisation des ressources agricoles et minérales19. Entre-temps, les écologistes s’étaient saisi du problème à l’occasion de la publication du livre de Paul Ehrlich intitulé The Population Bomb20. Surfant sur cette obsession nouvelle, les Nations unies puis la Banque mondiale commencèrent à publier des prévisions à long terme de la population mondiale, d’abord à un horizon assez rapproché d’un quart de siècle, puis progressivement de plus en plus lointain (aujourd’hui jusqu’en 2100). Les scientifiques multiplièrent les estimations de la population maximale pouvant vivre sur terre. Entre 1945 et 1975, Joel Cohen en a compté 25 qui s’échelonnent de 1,2 milliard (Paul Ehrlich, professeur d’écologie à Stanford, en 1971) à 40 milliards (René Revelle, professeur d’agronomie à Harvard, en 1974). Une grande partie de cet écart tient au type d’alimentation dont on fait l’hypothèse. Ainsi, avec la production actuelle de l’agriculture, on pourrait nourrir 11 milliards d’humains à condition de ne donner aucune céréale cultivée (ou soja) aux animaux domestiques, donc avec un régime très largement végétarien, et 3 milliards seulement si toute l’alimentation était d’origine animale (4,5 milliards avec le régime alimentaire des Français qui comprend 40 % de calories d’origine animale)21.

  • 22 « Population : de l’explosion à l'implosion ? », séance des Entretiens du xxie siècle organisée par (...)

18Au cours de la dernière décennie, cependant, le thème de l’explosion démographique a perdu du terrain au point que l’Unesco a organisé en 2007 une conférence sur le thème : « Population : de l’implosion à l’explosion ? »22. Ceci s’explique, d’une part à cause du ralentissement de la croissance mondiale qui est passée de 2,1 % par an en 1970 à 1,1 % actuellement, et d’autre part à cause de la progression de l’agriculture depuis 1950. Malgré une multiplication de la population mondiale par 3 depuis cette date, la production agricole en calories par tête d’habitant a augmenté de 50 % invalidant les visions pessimistes de la FAO que Colin Clark avait déjà critiquées.

La population mondiale est-elle encore utile ?

19Il reste une justification à la population mondiale : figurer l’unification du monde et l’égalité de tous les terriens, figurer donc l’objectif ultime des Nations unies. Mais un chiffre ne vaut rien quand il est seul. Il faut pouvoir le comparer à d’autres chiffres, l’inclure dans une série. Ici, la seule série possible est constituée par la population mondiale elle-même au passé et au futur. Un département spécial des Nations unies, la Division de la population, est chargé d’établir les chiffres de cette série. C’est difficile pour le passé et encore plus pour le futur. Pour le passé, la Division de la population reconstitue les évolutions démographiques de chaque pays avec leur aide. Dans le cas des pays pauvres en statistiques, elle doit recourir à des estimations pour lesquelles elle a développé des méthodes raffinées telles les récentes estimations bayésiennes. À la fin de l’opération, chaque pays membre des Nations unies et certains territoires tels que les DOM-TOM français sont décrits avec le même raffinement, égalité oblige. Pour les États-Unis aussi bien que pour l’Érythrée ou l’Afghanistan, les pyramides par âge, les taux de fécondité, les quotients de mortalité, les soldes migratoires ont été reconstitués depuis 1950 avec l’incertitude que l’on imagine dans certains cas.

20Pour le futur, la Division de la population recueille les prévisions des pays qui les établissent, les harmonise avec leur accord et projette la population de chaque pays de la même manière. En fin d’opération, la population mondiale de chaque année à venir est calculée en sommant toutes ces populations futures. Elle est une formule coupée de la réalité, un mélange de situations disparates dont il est difficile d’imaginer qu’elles exercent une quelconque influence globalement. De plus, les hypothèses de fécondité et de migration retenues par les Nations unies sont inévitablement influencées par le rôle et les objectifs de l’organisation internationale. Il lui est difficile de prévoir pour l’an 2100 un monde très inégal. Elle adopte donc une hypothèse de convergence des comportements, particulièrement en matière de reproduction. Tous les pays devraient se diriger vers une fécondité proche de 2 enfants par femme, certains restant légèrement au-dessus à 2,2 enfants par femme, d’autres un peu au-dessous à 1,8. Cette spectaculaire convergence est visible sur la figure ci-dessous où l’on a dessiné l’évolution de la fécondité prévue par l’hypothèse moyenne des Nations unies pour plusieurs pays jusqu’en 2100.

Figure 4 – Évolution de la fécondité entre 2005 et 2100 dans six pays selon l’hypothèse moyenne de projection des Nations unies

Figure 4 – Évolution de la fécondité entre 2005 et 2100 dans six pays selon l’hypothèse moyenne de projection des Nations unies

21Aucune tendance récente ne conforte une telle supposition. Par exemple, la différence entre la fécondité de la France et celle de l’Allemagne est de 0,5 enfant par femme depuis un demi-siècle sans marquer aucun signe de rapprochement. Une autre conséquence paradoxale de la convergence est de prévoir un relèvement de la fécondité, donc un baby-boom dans les pays où elle est très basse, voisine de 1,2 enfant par femme, comme au Japon, en Grèce, en Italie ou en Corée. Aucun signe d’un tel relèvement n’a été détecté dans ces pays. Mais, supposer que de nettes différences de fécondité subsistent tout au long de notre siècle changerait les ordres de grandeur des populations nationales. Supposons que deux pays aient la même population en 2000. Si l’un conserve une fécondité de 1,2 enfant par femme durant tout le siècle, l’autre de 2,4 enfants par femme, le second sera huit fois plus peuplé que le premier en 2100. Les différences de ce type sont supposées engendrer des flux migratoires déséquilibrés, donc une instabilité mondiale contraire à la mission des Nations unies. L’organisation suppose aussi, qu’en 2100, les flux de population s’équilibreront entre tous les pays de la planète, chacun recevant autant d’immigrants qu’il envoie d’émigrants. En particulier, les soldes migratoires de l’Europe, peu féconde, et de l’Afrique subsaharienne, la région la plus féconde du monde, sont-ils supposés tendre vers zéro, ce qui semble assez surprenant. Il est même vraisemblable que c’est cette dernière exigence d’un solde migratoire partout nul qui a influencé le choix d’une convergence des niveaux de fécondité, donc des taux de croissance des divers pays de la planète.

22En résumé, la notion de population mondiale est inséparable de son usage. Pour répondre au titre de ce chapitre, elle n’existe pas en dehors de cet usage. Et pour répondre au titre de l’ouvrage, elle ne permet pas de penser global mais au contraire de servir des intérêts particuliers, ceux de la religion chrétienne et de l’expansionnisme occidental au xviie siècle, ceux de la domination des pays développés au xxe siècle, ceux plus modestes des Nations unies maintenant. Penser global ne signifie pas penser total mais plutôt l’inverse : penser ensemble les éléments d’un tout et donc leurs relations réciproques. Comprimer tous les éléments en un seul bloc revient à conserver le nationalisme méthodologique à l’échelle supérieure, le monde comme une nation et non le monde comme espace cosmopolitique selon le beau terme utilisé par le projet de constitution universelle de Kant.

Notes

1 Jean Bodin, Les Six Livres de la République, Livre V, chap. ii, 3e éd., Paris, J. du Puys, 1578 [1576] : 518 : « Or il ne faut jamais craindre qu’il y ait trop de sujets, trop de citoyens : vu qu’il n’y a richesse, ni force que d’hommes. »

2 Isaac de La Peyrère, Prae-Adamitae sive exercitatio…, s.l., s. é., 1655.

3 Publiés par Adrien Vlacq à La Haye.

4 On trouvera des exemples de cette difficulté à mesurer la croissance au milieu du xviie siècle dans Hervé Le Bras, Naissance de la mortalité. L’origine politique de la statistique et de la démographie, Paris, Gallimard/Seuil, 2000.

5 William Petty, Another essay in political arithmetick concerning the growth of the city of London, Londres, M. Pardoe, 1682. Il y eut plusieurs éditions de cet essai auquel W. Petty apporta quelques retouches (en particulier la troisième), mais le raisonnement demeura le même.

6 Il fut publié dans la série « Pioneers of Demography » grâce à l’entremise de Peter Laslett : The Earliest Classics: John Graunt and Gregory King, Farnborough, Gregg International Publishers, 1973.

7 David Hume, Political Discourses, Édimbourg, R. Fleming, 1752.

8 Thomas Robert Malthus, An Essay on the Principle of Population…, Londres, J. Johnson, 1798. Pour l’édition française, on renverra les lecteurs à l’Essai sur le principe de population…, trad. par Éric Vilquin, Paris, PUF/INED, 1980.

9 Tableaux figurant dans l’almanach de 1873. Encore en 1936, l’Atlas classique de géographie ancienne et moderne de Franz Schrader et Louis Gallouédec, publié par Hachette, indique la population des grandes villes et des « principaux États du monde » mais non la population mondiale. En revanche, la production de houille et de pétrole mondiale est fournie.

10 L’encyclopédie agricole de la Maison rustique du xxie siècle définit en 1832 la fécondité d’un hectare de céréales à partir d’un indice maximum de 100 correspondant à ces 10 quintaux.

11 Joel E. Cohen, How Many People Can the Earth Support?, New York/Londres, W.W. Norton, 1995.

12 René Thom parlerait de « saillance » individuelle tandis que les objets pseudo-réels sont assimilables à des ensembles d’éléments individuels réunis par une propriété commune ou par un espace commun.

13 On atteste d’une très bonne documentation au musée de la Première Guerre mondiale de Péronne.

14 Il serait intéressant de savoir quand le terme « mondial » a été accolé à la guerre.

15 Raymond Pearl, The Biology of Population Growth, New York, A.A. Knopf, 1925.

16 Le généticien anglais J.B.S. Haldane fut aussi un excellent critique de l’eugénisme (par exemple, Heredity and Politics, New York, W.W. Norton, 1938).

17 Voir David V. Glass, The Struggle for Population, Oxford, Clarendon Press, 1936 (D. V. Glass venait d’être nommé à la tête de la London School of Economics).

18 Colin Clark, Population Growth and Land Use, Londres, MacMillan, 1967: 124 sqq.

19 Donella H. Meadows, Dennis L. Meadows, Jørgen Randers, William W. Behrens III, The Limits to Growth, New York, Universe Books, 1972.

20 Paul R. Ehrlich, The Population Bomb, New York, Ballantine Books, 1968.

21 Calculs explicités dans : Hervé Le Bras, Les limites de la planète. Mythes de la nature et de la population, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1996 et Vie et mort de la population mondiale, Paris, Éd. Le Pommier, 2012.

22 « Population : de l’explosion à l'implosion ? », séance des Entretiens du xxie siècle organisée par le Bureau de la prospective de l’Unesco avec Boutros Boutros-Ghali, Hervé Le Bras, Jeremy Rifkin et Hania Zlotnik (22 mai 2007, Maison de l’Unesco, Paris).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Reproduction de la table de croissance du nombre de descendants de Noé selon Isaac Vossius
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2 – Table de la croissance de la population mondiale depuis le déluge selon William Petty
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 3 – Courbe de croissance de la population mondiale ajustée par une loi logistique et prolongée jusqu’en 2100 (selon Raymond Pearl)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 – Évolution de la fécondité entre 2005 et 2100 dans six pays selon l’hypothèse moyenne de projection des Nations unies
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Hervé Le Bras est historien et démographe, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). Il est titulaire de la chaire « Territoires et populations » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a récemment publié : Atlas des inégalités (Paris, Autrement, 2014), Mathematical Demography (avec K. Wachter, Springer, 2013), Le mystère français (avec E. Todd, Paris, Seuil, 2013). Il est aussi l’auteur de The Nature of Demography (Princeton, Princeton University Press, 2008), Naissance de la mortalité : l'origine politique de la statistique et de la démographie (Paris, Gallimard/Seuil, 2000).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540