Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser global

 | 
Michel Wieviorka
, 
Laurent Lévi-Strauss
, 
Gwenaëlle Lieppe

Espaces et récits de la politique et de la géopolitique

Récits et contre-récits géopolitiques du xxie siècle

Michel Foucher

Texte intégral

1Pour « penser global », la boîte à outils du géographe – profession fort minoritaire mais à qui la Fondation de la Maison des sciences de l’homme puis le Collège d’études mondiales ont su faire une place – contient la distinction des échelles ou des ordres de grandeur, qui chacun renseigne sur une partie de réalité.

2Le jeu des échelles, ou la méthode multiscalaire, est la réplique pour l’espace et les territoires des profondeurs de temps définis par Fernand Braudel.

3Fernand Braudel, le plus géographe des historiens, est celui qui a déduit le concept de longue durée de sa fréquentation des cartes géologiques et de son intérêt pour la géographie, à l’époque où elle avait pignon sur rue avec Paul Vidal et le comité d’études qui avait mobilisé des géographes français dans le contexte des traités de Versailles. Le renversement de l’intitulé de sa thèse (non pas « Philippe II et la Méditerranée » mais « La Méditerranée au temps de Philippe II ») suggéré par Lucien Febvre en fut d’autant plus facilement accepté par Fernand Braudel lui-même.

4La difficulté méthodologique principale reste toujours d’articuler les niveaux d’analyse, les strates, les parties de taille différente.

5La géographie est une description multiscalaire d’une portion d’espace, mais doit être également une analyse critique des descripteurs. Cela va bien au-delà des simples civilisations matérielles. Il est beaucoup question de l’invasion de la finance dans les contributions à cet ouvrage ; mais les représentations dominantes aujourd’hui en géo-économie et en géopolitique sont issues des milieux financiers, des banques d’affaires, nous le verrons plus loin.

6Les récits, dans leur versant géopolitique, sont des cartes mentales, des représentations collectives, qui servent de références indiscutées aux discours publics quotidiens, de toile de fond aux comparaisons, de source inépuisable de stéréotypes.

7Dans les cinq dernières décennies du xxe siècle, les représentations du monde étaient marquées par une dominante idéologique et stratégique divisant la planète en deux camps, complétée d’un clivage socioéconomique entre le Nord et le Sud. Ces deux méta-frontières étaient perçues comme immuables.

8Le modèle ancien du récit unique s’était imposé, avant 1989-1991, énonçant une rivalité Est-Ouest ayant le Sud comme champ d’affrontement ouvert et l’Est comme pôle de résistance à la démocratie et au marché.

9Dans le passé, les contre-récits furent longtemps incarnés par des alternatives politiques, idéologiques et géopolitiques (socialisme, plan, 3e voie ; tiers-mondisme, non-alignement, voies nationales de développement) face au système impérial, développé et dominant. Il y avait d’ailleurs le plus souvent continuité des options politiques entre le champ interne et le domaine externe.

10Depuis que l’économie de marché s’est généralisée, avec une grande variété de trajectoires nationales, ces contre-récits semblent s’être évaporés.

11En réalité on en retrouve la trace dans les postures diplomatiques et les postulats de base de la vie internationale vue par les puissances en affirmation (souveraineté, non-ingérence, absence d’alliances fixes, préférence pour une conception westphalienne de l’ordre du monde).

12Si l’échec de la tentative de mondialisation communiste n’avait pas été anticipé et a constitué une véritable surprise stratégique, le mouvement d’entrée de pays et de sociétés du Sud dans le jeu de l’économie de marché, accéléré par la bifurcation géopolitique de 1989-1991, a longtemps été sous-estimé par les puissances occidentales.

  • 1 Jim O’Neill, « Building Better Global Economic BRICs », Goldman Sachs, Global Economics Paper, no 6 (...)

13Depuis 2001, un nouveau récit a été construit, celui de l’émergence. Ce terme vient lui aussi de la banque : emerging markets, c’est-à-dire pays non occidentaux en croissance industrielle rapide (Singapour, Hong Kong, Taiwan, Corée du Sud), des lieux où des profits sont possibles pour des investisseurs américains. La notion d’émergence désigne l’émancipation de grands États du Sud qui a fait l’objet d’une interprétation en termes essentiellement économiques à travers l’invention du terme « BRICS » par l’économiste en chef de la Goldman Sachs1, dans le contexte de l’après-11 septembre : en résumé, la mondialisation est une bonne chose ; elle ne sera plus sous contrôle américain.

14À l’inverse des décennies antérieures, les nouvelles représentations du monde, produites par quelques États influents et des acteurs économiques puissants et relayées par les médias et les lieux de diffusion des savoirs, paraissent anticiper les mutations à l’œuvre.

15L’inertie des récits du passé a laissé place à l’inéluctabilité des nouveaux récits. Ceux-ci ont à l’évidence un effet durable et profond sur les sociétés et les gouvernements, pris au dépourvu dans les régions du monde qui sont pourtant à l’origine de cette généralisation de l’aire du marché, nommée mondialisation.

16Le « rien » de la formule BRICS signalé de manière critique par Fernando Henrique Cardoso a quand même produit des effets et a structuré l’action des firmes et l’organisation des diplomaties. L’accès aux marchés et aux ressources de ces grands États est devenu l’objectif unique. Les « partenariats stratégiques » se sont multipliés.

17Les nouvelles réalités sont : une grande émancipation, la recherche de la « place au soleil », l’émergence économique, la réussite des trajectoires de croissance et de développement variées, l’affirmation nationale, diplomatique et géopolitique.

18L’émergence est déclinée en « basculement » irrémédiable de l’ordre des puissances, en « redistribution des cartes », en affirmation de nouveaux « centres de gravité » et, de manière corollaire, en « déclin » sinon occidental du moins européen. Ce nouveau récit central est riche de corrélats plus ou moins explicités. Les contradictions ne sont pas levées : ainsi celle entre « centre de gravité », notion empruntée à Carl von Clausevitz, et ordre « multipolaire ». À ce stade, le polycentrisme règne.

19Les États qui inquiètent affichent un programme d’ascension pacifique ; le hard power est présenté comme seulement économique.

20Le soft power devient à la mode. Au Sud comme au Nord. Avec bien des malentendus.

21L’interdépendance accrue des économies, la diversification des relations entre États et l’abaissement du coût des communications offrent une place croissante au jeu des représentations et exacerbent la mise en concurrence des images des acteurs et de leurs réputations. La maîtrise de l’image externe des États devient une politique publique.

22Au Sud, il dénote la recherche d’un récit complémentaire, le souci de maîtriser son image externe, une soif de reconnaissance. Il s’agit de la construction d’un discours de longue durée en Asie (la Chine retrouvant la place qui était la sienne avant le xviiie siècle, la première, à ceci près qu’il n’y avait pas « le monde », sauf pour la Papauté, et que les échanges lointains ne concernaient pas les masses des grands foyers démographiques).

23Au Nord, le soft power traduit la recherche d’un substitut à la puissance, devenue relative. La mise en avant des politiques d’influence en lieu et place des stratégies de puissance n’est-elle qu’un lot de consolation, notamment pour les grands pays européens ?

24Le succès économique des régimes autoritaires et centralisés qui obtiennent de meilleurs résultats quantitatifs dans l’emploi et la formation pose problème. Le consensus de Pékin succède à celui de Washington.

25Un contre-récit de la croissance économique sans réforme politique s’est mis en place. C’est le modèle chinois en Afrique du développement autoritaire (consensus de Pékin). Mais ça vaut à l’intérieur également. Combien de temps cette distorsion pourra-t-elle durer ?

26On peut lui opposer le succès des programmes de redistribution et de sortie de pauvreté dans un contexte d’économie libérale. Le Brésil démocratique promeut en direction des pays du Sud l’expérience réussie de redistribution de revenus pour les familles les plus démunies (Bolsa familia).

  • 2 « Angry young Indians. What a waste », The Economist, 11 mai 2013.

27L’entrée dans le jeu économique global (autrement dit, la connexion de divers foyers démographiques et économiques) des « larges masses » stricto sensu (travailleurs, urbains et consommateurs) est un fait, même inégalement réparti2.

28Cette entrée se fait par l’urbanisation, sous la forme extrême de la métropolisation.

29Au plan interne, les transformations sociales sont profondes. Les classes moyennes urbaines en développement deviennent un nouveau marché et une réalité sociale à la recherche de débouchés politiques.

30Voici le cas de la Chine : l’urbanisation volontaire est l’un des moteurs de la croissance économique, avec la moitié de la population déjà en ville et 250 millions de citadins de plus d’ici dix ans. Les manifestations ponctuelles sont permanentes sans que l’on puisse parler de mouvement social d’ensemble ; les réseaux sociaux informent les autorités des conflits et tensions masqués par les niveaux inférieurs. Le planning urbain fonctionne comme moyen de contrôle social, avec des villes sans centres, sans places centrales (sauf peut-être la place du Peuple à Shanghai). On ne trouve que des business center. Les Universités, bien dotées, fleurissent, à 20 ou 30 kilomètres du noyau urbain ancien. Ailleurs, comme en Afrique, l’urbanisation est le plus souvent non maîtrisée. Dans les pays du Golfe, les tensions opposent les Bédouins et les citadins (Koweit).

31En Chine toujours, la possibilité de contre-récits politiques internes est réelle, si l’on en juge par la vivacité du débat dans les colloques. Le développement de véritables mouvements sociaux semble inéluctable, sur la base de protestations sur des enjeux collectifs concrets : pollution, contamination des sols et des eaux, absence de sécurité alimentaire, expulsions forcées, répartition autoritaire de l’habitat, malversations des divers pouvoirs.

32Les autorités répondent par les slogans de « Société harmonieuse », puis désormais depuis le XVIIIe congrès de « rêve chinois » d’opportunités égales. Personne ne peut être contre ; chacun peut l’interpréter à sa manière, les uns pour l’éducation de leur fils unique ou le premier achat d’une voiture, les autres comme l’élan de la renaissance de la patrie.

33Le Nord-Européen assiste avec inquiétude à la revanche du « Sud ». Il participe pourtant de cette grande transformation, comme l’un des moteurs de la croissance du Sud, par ses investissements, son recours massif à des emplois aux salaires 10 à 30 fois inférieurs à ceux du Nord, ses transferts de technologie, ses débouchés et ses déficits commerciaux, sa valeur de modèle à imiter et à dépasser.

  • 3 Fortune, n°7, mai 2013, qui se réfère au « urge to action » de John Meynard Keynes.

34Ce qui explique en partie la dissociation entre les résultats économiques des États et ceux des entreprises (les revenus des 500 premières entreprises américaines ont atteint 12 000 milliards de dollars en 2012, pour 800 milliards de profits, contre respectivement 4 000 et 200 milliards en 19943).

35En effet, la discordance entre le récit du déclin de la puissance relative en Europe (car « le xxie siècle se joue en Asie ») et la stratégie internationale des acteurs économiques européens est flagrante.

36Dans ce monde dit globalisé, la mécanique du jeu à somme nulle semble s’être imposée au plan matériel : les uns affichent des réussites économiques chiffrées, en fait des processus de rattrapage et de sortie de pauvreté, avec un sens aigu de la marche en avant, et les autres manifestent dans les sondages une perte de confiance dans l’avenir. Ces derniers ne trouvent plus leur place dans ce récit géoéconomique qui leur est imposé.

  • 4 Voir les travaux d’Hervé Le Bras, notamment Le mystère français, avec Emmanuel Todd, Paris, La Répu (...)
  • 5 Michel Foucher, « L’État ne doit pas rendre les armes », Esprit, no 2, février 2013 : 69-74.

37Je soutiens ici la thèse que la crise européenne actuelle, notamment dans son expression française en dépit de fondamentaux positifs4, peut être entendue comme une crise des représentations, issue en partie de l’incapacité des acteurs politiques et intellectuels à produire un récit lisible, réaliste et convaincant sur l’état d’un monde en transformation profonde. Lequel, s’il était énoncé, permettrait de s’y situer5. Au plan politique intérieure, comment bâtir un contre-récit visant à dépasser le discours de la menace et entrer dans un nouveau monde ?

38Pour conclure, nous nous poserons deux questions, qui s’inscrivent sur la longue durée :

  • Quels seront les effets de l’émergence, au plan géopolitique extérieur ? Autrement dit, comment trouver une nouvelle réponse à une question ancienne, celle de l’interaction entre puissances établies et puissances ascendantes ? Ce sujet fut abordé dans la dernière conférence d’Hillary Clinton comme secrétaire d’État6.
    L’échec du concert des nations en 1914 pourrait inspirer de nouvelles réflexions lors des célébrations de 2014. Les Européens devraient quand même avoir leur mot à dire, un récit à proposer, sauf à se satisfaire d’une nouvelle bipolarité où les choses importantes se décideront sans eux. Les scénarios sont ouverts. Il faudra beaucoup de raison collective et de sagesse politique pour éviter des ruptures brutales. Il convient ici de tenir compte du récit chinois d’une histoire très longue et continue (sauf entre 1860 et 1949), plus longue que toutes les autres, ce qui confère un ascendant et exige respect et reconnaissance. Les élites chinoises recherchent la grandeur, promeuvent le « rêve chinois » de la moyenne aisance et de la puissance régionale mais elles gardent une conscience aiguë des faiblesses et des retards.
  • Quels seront les effets sociaux et spatiaux de l’émergence ?
    On voit bien dans ces pays le poids de la question sociale : inégalités au Brésil, séquelles de l’apartheid en Afrique du Sud, clivages sociaux et pauvreté en Inde…
    Revenons sur la Chine. Un récit semble en vogue à Pékin dans les milieux dirigeants. Il se dit que Wang Qishan, l’un des nouveaux membres du comité permanent du Politburo, en charge de la commission centrale du contrôle de la discipline et ancien maire de Pékin, conseille à ses proches la lecture de L’Ancien Régime et la Révolution d’Alexis de Tocqueville publié en 1856. Le message porté est que les révolutions ne naissent pas toujours des crises et de la misère mais peuvent surgir en temps de prospérité lorsque de nouvelles classes sociales (bourgeois ou « classes moyennes ») s’égalisent et contestent l’ordre ancien tout en voulant s’éloigner du « peuple ». Une société individualiste, des classes sociales de plus en plus étrangères l’une à l’autre, l’appât du gain comme unique passion, une centralisation des pouvoirs poussée à l’extrême… Ces caractéristiques de la société de l’Ancien Régime en France trouvent un écho dans la société chinoise d’aujourd’hui7.
    Autrement dit, la nouvelle direction (les sept membres du bureau permanent du comité central du Parti communiste chinois désignés à l’automne 2013 et confirmés au printemps 2013) se pose la question de la durée du cycle historique du pays, ponctué par celui de Mao (1949-1976) puis celui de Deng (1978-2008)8. Un débat est en cours. L’équipe de Xi Jinping se réfère au « rêve chinois », à une renaissance historique, qui ne doit pas être entravée par les risques jugés réels d’une crise d’un régime qui serait devenu « ancien ».

39Il va de soi que l’articulation entre les évolutions internes de ces grands États, Chine en tête, et les dimensions géopolitiques externes de leur place est très forte. Sociologie politique et géopolitique se rejoignent dans une synthèse fidèle à l’esprit de l’unicité des sciences sociales aujourd’hui célébrée.

Notes

1 Jim O’Neill, « Building Better Global Economic BRICs », Goldman Sachs, Global Economics Paper, no 66, 30 novembre 2001.

2 « Angry young Indians. What a waste », The Economist, 11 mai 2013.

3 Fortune, n°7, mai 2013, qui se réfère au « urge to action » de John Meynard Keynes.

4 Voir les travaux d’Hervé Le Bras, notamment Le mystère français, avec Emmanuel Todd, Paris, La République des idées/Seuil, 2013.

5 Michel Foucher, « L’État ne doit pas rendre les armes », Esprit, no 2, février 2013 : 69-74.

6 Council of Foreign Relations de New York, 30 janvier 2013.

7 Charles-Edouard Bouée, Comment la Chine change le monde, Brest, Éd. Dialogues, 2013.

8 Au Mexique, le PRI a régné 72 ans de manière continue jusqu’en 2000 et est revenu au pouvoir en 2012.

Auteur

Michel Foucher, géographe et diplomate, est titulaire de la chaire « Géopolitique appliquée » au Collège d’études mondiales (FMSH). Il a dirigé le Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères et a été ambassadeur de France en Lettonie et directeur des études et de la formation à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Parmi ses publications : Atlas de l'influence française au xxie siècle (Paris, R. Laffont/Institut français, 2013) ; La bataille des cartes, analyse critique des visions du monde (Paris, F. Bourin, 2010 ; éd. bilingue électronique iTunes/iPad, 2012) ; L’obsession des frontières (Paris, Perrin, 2013).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540